La langue française

Vergogne

Définitions du mot « vergogne »

Trésor de la Langue Française informatisé

VERGOGNE, subst. fém.

A. − Vieilli ou littér.
1. Pudeur, retenue, modestie. Comment peux-tu, ma chère enfant, plaisanter avec ces choses sacrées? Tu as donc perdu toute vergogne? (Zola, Dr Pascal, 1893, p. 183).Et quant à la vergogne, c'est une langouste [Jacqueline] il faudrait la faire cuire pour qu'elle rougît (Toulet, Demois. La Mortagne, 1920, p. 89).
2. Région. (notamment Sud-Est). Honte, sentiment de gêne, de malaise éprouvé dans une circonstance où l'on se sent inférieur, humilié ou ridicule. Inspirer une sorte d'attachement à mon âge me semblait une véritable dérision; plus je pouvais être flatté de cette bizarrerie, plus j'en étais humilié, la prenant avec raison pour une moquerie. Je me serais volontiers caché de vergogne parmi les ours, nos voisins (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 563).J'en avais assez, à la fin, de faire la souris avec le chat (...). J'avalais ma vergogne et je demandais la raison de tout ça (Giono, Baumugnes, 1929, p. 170).
Avoir vergogne. Avoir honte. Avec lui, je n'étais pas à mon aise; j'avais vergogne (Giono, Baumugnes, 1929, p. 14).Avoir de la vergogne à/de. Éprouver de l'embarras, de la honte à, de. N'as-tu pas de vergogne, à ton âge, de n'être pas en état de gagner la valeur d'un cigare? (Stendhal, L. Leuwen, t. 1, 1836, p. 25).N'avez-vous point vergogne de votre conduite? (Claudel, Soulier, 1929, 1rejournée, 5, p. 667).
B. − Loc., fam. Sans vergogne. Sans crainte, sans scrupule, sans pudeur, sans honte.
1. Loc. adj., péj. Effronté, sans scrupule, immoral, impudique, indélicat. Canaille, fille sans vergogne; entrepreneur, exploiteur, pillard, trafiquant sans vergogne. Ta Mademoiselle Pinson est un monstre, et tes grisettes que tu vantes, ces mœurs sans vergogne, ces amitiés sans âme, je ne sais rien de si méprisable! (Musset, Mimi Pinson, 1845, p. 242).
Empl. subst. Personne sans gêne, sans scrupule. Rodrigo, le sans vergogne (...), curieux et goguenard, m'a questionnée (Arnoux, Calendr. Fl., 1946, p. 208).
2. Loc. adv.
a) [Avec une valeur dépréc.] Synon. de effrontément, irrespectueusement, impudiquement.Agir, demander sans vergogne. Petit-Pouce et Paradis (...) les interpellèrent, sans vergogne. Elles firent tout d'abord fi de ces avances et continuèrent leurs pérégrinations (Queneau, Pierrot, 1942, p. 21).Quelques-uns avaient mis à profit le sommeil où ils nous trouvaient pour nous dévaliser sans vergogne (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 179).
b) [Avec une valeur intensive] Immodérément, sans retenue. Boire sans vergogne. Ils engloutissent sans vergogne, dans leur coin, un bœuf à l'ail et au verjus, et des oisons gras, et des soupes au pain (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p. 38).
Prononc. et Orth.: [vε ʀgɔ ɳ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 vergoigne « sentiment de honte » (Roland, éd. J. Bédier, 1705); 1553 vergogne (La Bible, s.l., impr. J. Gérard, Esdras, 8, 22); 2. 1588 [éd.] sans vergnongne « sans honte, sans scrupule » (Montaigne, Essais, III, 5, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 847). Du lat. class. vĕrēcundia « crainte respectueuse, réserve, pudeur », lat. de l'époque impériale « honte devant une chose blâmable », dér. de verēri « craindre; révérer, respecter, appréhender »; actuellement ne s'emploie plus que dans la loc. sans vergogne. Fréq. abs. littér.: 154.
DÉR.
Vergogneux, -euse, adj.,vieilli ou littér. a) Réservé, scrupuleux. Un homme vergogneux (...) Qui s'alarme d'un mot, qui baisse la paupière Pour une drôlerie un peu trop familière (Pommier, Colifichets, 1860, p. 12).Il se trouvait dans d'autres stalags des Français assez peu vergogneux pour monnayer leur complaisance et faire commerce de l'espoir de leurs camarades (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 107).b) Honteux, envahi d'un sentiment de gêne et d'embarras. Lâche pénitent, sans aucun doute, mais vergogneux et humilié (Bloy, Désesp., 1886, p. 54).Empl. subst. Lui, timide autrefois comme un mouton (...)! Ah çà! mais, il était tout à fait changé! L'aimable vergogneux (...) avait une tout autre dégaîne (Cladel, Ompdrailles, 1879, p. 184). [vε ʀgɔ ɳø], fém. [-ø:z]. 1resattest. ca 1175 vergoignos e espoenté « qui éprouve un sentiment de honte » (Benoît de Ste-Maure, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 43100), 2emoit. xiiies. honteuse et vergogneuse (Ass. de Jérus., I, 182 ds Littré), de vergogne, suff. -eux*.
BBG.Dauzat Ling. fr. 1946, p. 6. − Gamillscheg (E.). Etymologisches Wörterbuch... Heidelberg, 1969, p. 92. − Gohin 1903, p. 310. − Quem. DDL t. 10.

Wiktionnaire

Nom commun

vergogne \vɛʁ.ɡɔɲ\ féminin

  1. (Vieilli) (Littéraire) Retenue, pudeur, modestie, honte.
    • Nous l’avons, et je puis voir à l’aise la trogne
      Du malheureux pendard qui cause ma vergogne.
      — (Molière, Sganarelle ou le Cocu imaginaire, 1660)
    • Enfin, abandonnant toute vergogne, il posa son chapeau à terre, et se palpant par devant, par derrière, de droite et de gauche dans un suprême effort, il réussit à trouver la lettre fatale qu’il glissa respectueusement dans la main toujours tendue de M. le chef du personnel. — (Émile Gaboriau, Les Gens de bureau, Dentu, 1877, pp. 21-25)
    • Pourquoi se laissait-il aller devant sa femme à ce débordement pitoyable ? Son souci, qui n’est point de la nature de ceux que les épouses savent dorloter et complaindre, par fierté, par vergogne, il devrait l’enfermer en son cœur. — (André Gide, Les Caves du Vatican, 1914)
    • J’entrai, rouge de honte et de colère, dans la chambre de cette grande fille, aux traits boudeurs, que l’on me donnait soudain pour cousine. Et je dus choisir entre une poupée et un soldat. Ce fut pure vergogne si je désignai le soldat. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 164)
    • Mes auteurs favoris, par un reste de vergogne, s’arrêtaient à mi-chemin du sublime : même chez Zévaco jamais preux ne défit plus de vingt truands à la fois. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 125.)
    • Aussi Zeus, de peur que notre espèce n'en vînt à périr toute entière, envoie Hermès apporter à l’humanité la Vergogne et la Justice, pour constituer l’ordre des cités et les liens d’amitié qui rassemblent les hommes. — (Platon, Protagoras, 322c; trad. fr. par Frédérique Ildefonse, in Œuvres Complètes, Flammarion, 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VERGOGNE. n. f.
Honte. C'est un homme sans vergogne. Il n'a ni honte ni vergogne.

Littré (1872-1877)

VERGOGNE (vèr-go-gn') s. f.
  • Terme autrefois très noble et qui aujourd'hui est devenu familier. Honte. Et moi, pouvant parler, j'ai parlé, misérable, Pour lui faire vergogne [à Jésus] et le désavouer, Malherbe, I, 4. Quand un roi fainéant, la vergogne des princes, Laissant à ses flatteurs le soin de ses provinces, Entre les voluptés indignement s'endort, Malherbe, II, 1. La France… S'est faite aujourd'hui si tragique, Qu'elle produit ce que l'Afrique Aurait vergogne d'avouer, Malherbe, II, 4. Vergogne n'est plus guère bon que dans le bas style ; c'est ainsi que M. Patru, Molière et M. de la Fontaine s'en sont servis, Vaugelas, Nouv. Rem. obs. de M***, p. 331, dans POUGENS. Vole en Pologne ; Arrachons un peuple au trépas ; Que nos poltrons en aient vergogne, Béranger, Hâtons-nous.

HISTORIQUE

XIe s. Dist Oliviers : vergoigne sereit grant, Ch. de Rol. CXXVII.

XIIIe s. Quant la dame s'oït si ramposner, Vergoigne [elle] en ot, si dit par felonie…, Quesnes, Romanc. p. 108. Et quantli autre chevalier oïrent ce, si en douterent moins la honte et vergoingne, Villehardouin, CXXXIX.

XVe s. [Aymon de Pommiers] prit ce fait [l'exécution de son neveu] à grant vergogne, et jura que jamais pour le roi d'Angleterre ne s'armeroit, Froissart, II, II, 2.

XVIe s. Celles qui sont extraites de noble sang, ont plus de vergogne de choses mal honestes que n'ont pas les autres, Amyot, Cat. 40. Mordre en riant les uns les autres, comme font aucuns, qui se bagnent quand ils peuvent faire vergongne à quelqu'un, Calvin, Inst. 309.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VERGOGNE. - ÉTYM. Ajoutez : L'orthographe verecunnia se trouve dans les graffites de Pompéi (GARRUCCI, Graff. pomp. 28, 52) ; et vergondus est dans MURATORI, 1692, 3, à Vérone, en 720.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « vergogne »

Du latin vĕrēcŭndĭa (« retenue », « réserve », « pudeur », « modestie », « discrétion »). Il existait en ancien français, une forme semi-savante vergonde (XIIe siècle), d’où sont issus les mots dévergonder, dévergondage, dévergondé. D’autre part, sont apparus au XVIe siècle, les mots vérécondie et vérécondieux (directement formés d’après le latin verecundia).
On retrouve cette racine avec le même sens (« honte ») dans le catalan vergonya, l’italien vergogna, l’espagnol vergüenza, le portugais vergonha ou encore l'occitan vergonha.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourg. vargogne ; prov. vergonia, vergonha ; catal. vergonya ; portug. vergonha ; it. vergogna ; du lat. verecundia, de vereri, révérer, et le suffixe cundus. Il y avait aussi la forme vergonde.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « vergogne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vergogne vɛrgɔɲ

Citations contenant le mot « vergogne »

  • Les auteurs qui pillent sans vergogne leurs aînés ont parfois du talent ; ils volent de succès en succès. De Louis Verneuil
  • Ce sont les cadets de Gascogne - De Carbon de Castel-Jaloux - Bretteurs et menteurs sans vergogne - Ce sont les cadets de Gascogne ! De Edmond Rostand / Cyrano de Bergerac
  • Ne flattez pas le culte d'adjectifs tels que indescriptible, rutilant, incomparable, qui mentent sans vergogne aux substantifs qu'ils défigurent : ils sont poursuivis par la lubricité. De Lautréamont / Poésies
  • Munis de gants, pinces et sacs poubelle, la joyeuse et talentueuse équipe a sillonné les rues de la Grande-Pâture, des Montots, des Bords-de-Loire et des Courlis afin de ramasser papiers, plastiques et autres détritus jonchant les trottoirs et parkings. Dans le triste inventaire des marchandises abandonnées par des consommateurs peu scrupuleux, arrive en tête les canettes d'aluminium dont une a été jeté sans vergogne depuis une voiture sous le nez de ces jeunes citoyens engagés. www.lejdc.fr, Six membres de la structure d’accession à l’emploi ont participé à un atelier d’insertion - Nevers (58000)
  • Sans vergogne, Baffie se fait offrir par les commerçants, vêtements, montres, champagne ou glaces. Le tout avec une facilité déconcertante ! Et tout cela, avec un ton des plus mal-élevé, qui ne semble même pas choquer ses interlocuteurs. Au port, il tentera de se faire inviter à bord des yachts... Y parviendra-t-il ? Réponse en images… Ina.fr, 1992, Baffie se la coule douce à Saint Trop' - Archives vidéo et radio Ina.fr
  • Alors que le Parti communiste chinois a longtemps nourri des légions d’universitaires pour défendre son programme, ces penseurs autoritaires se distinguent par leur plaidoyer sans vergogne, souvent flashy érudit, pour un régime à parti unique et une souveraineté affirmée, et leur tour contre les idées libérales que beaucoup d’entre eux ont autrefois adoptées. . News 24, `` Nettoyez ce désordre '': les penseurs chinois derrière la ligne dure de Xi - News 24
  • Marine Le Pen triomphe sans vergogne, mais elle ne fait là que son « boulot de communicante ». , Bilan du FN/RN aux Municipales : ni banaliser, ni surestimer... - Mille Babords

Images d'illustration du mot « vergogne »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « vergogne »

Langue Traduction
Anglais shame
Espagnol vergüenza
Italien vergogna
Allemand schande
Chinois 耻辱
Arabe عار
Portugais vergonha
Russe позор
Japonais
Basque pena
Corse vergogna
Source : Google Translate API

Synonymes de « vergogne »

Source : synonymes de vergogne sur lebonsynonyme.fr

Vergogne

Retour au sommaire ➦

Partager