La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « venter »

Venter

Définitions de « venter »

Trésor de la Langue Française informatisé

VENTER, verbe

A. − Empl. intrans.
1.
a) Empl. impers. Faire du vent. Il vente fort. L'hiver qui brille aux châtaigniers Sème les marrons froids s'il vente (Mallarmé, Vers circonst., 1898, p. 126).
Venter + point cardinal empl. adv. ou de + point cardinal.Par ce temps où il vente nord (Pesquidoux, Chez nous, 1923, p. 6).Maintenant il vente, tantôt du sud, tantôt de l'ouest, par rafales courtes (Bosco, Mas Théot., 1945, p. 329).
Dans le lang. de la mar., des marins
Venter + subst. ou loc. nom. empl. adv., relatifs à certaines dénom. d'intensité du vent.Il vente frais, bon frais, coup de vent, tempête. Le temps devint très-mauvais pendant la nuit du 10 au 11; la brume s'épaissit; il venta grand frais (Voy. La Pérouse, t. 2, 1797, p. 226).
Expr. fam. Il vente la peau du diable. Il vente très fort. Il « vente la peau du diable » et nous manquons chavirer (Loti, Journal, 1878-81, p. 135).
Loc. Qu'il pleuve ou qu'il vente. V. pleuvoir A 1 a.Qu'il vente ou qu'il neige. V. neiger I A.
Fam. [Avec le pron. dém. ça pour suj.] Cristi, mes enfants, ça vente dur! (Huysmans, Là-bas, t. 1, 1891, p. 112).
b) [Avec un compl. d'obj. interne] Il ventait du sud-ouest une brise modérée (Verne, Enf. cap. Grant, t. 3, 1868, p. 15).
2. Empl. pers.
a)
α) [Le suj. désigne le vent] Souffler. Quelque vent qui vente (Hautel1808).Proverbe. On ne peut (pas) empêcher le vent de venter (Ac. 1798-1935). [Dans un cont. métaph.] Quel vent de gloire a donc venté Pour que ton manteau en loques déploie Son pli ensanglanté? (Régnier, Poèmes, Tel qu'en songe, 1892, p. 208).
β) [Le suj. désigne un inanimé relatif au temps qu'il fait] Faire souffler le vent; s'accompagner de vent. Froid noir ventant dehors (A. Daudet, Nabab, 1877, p. 101).Me voilà vieux et de la faiblesse des arbres quand vente l'hiver (Saint-Exup., Citad., 1944, p. 979).
b) P. anal., rare. Faire, produire, souffler du vent, de l'air. L'infatigable soufflet [de la forge] (...) vente de plus en plus fort (D'Esparbès, Lég. outil, 1903, p. 58).
En partic., fam. [Le suj. désigne une pers.] Lâcher un vent, des vents; péter. Jésus-Christ était là avec le petit Sabot, de Brinqueville, un vigneron, un autre farceur renommé, qui ventait, lui aussi, à faire tourner les moulins. Donc, tous les deux, se rencontrant, venaient de parier dix litres, à qui éteindrait le plus de chandelles (...). On faisait cercle, l'un fonctionnait à droite, l'autre à gauche, culotte bas, le derrière braqué, éteignant chacun la sienne (Zola, Terre, 1887, p. 335).
B. − Empl. trans., rare
1.
a) [Le suj. désigne le vent, un vent] Pousser par son souffle. La brise ventait la marée (Littré). Part. passé en empl. adj. Marée ventée (DG).
b) Littér. Provoquer quelque chose par le moyen du vent. Et l'écume éparse en roses blanches Sera comme un chemin où le soir a venté Une chute de roses des branches! (Régnier, Poèmes, Poèmes anc., 1890, p. 25).
c) Au passif, région. (franco-provençal). [Le suj. désigne une pers.] Avoir subi les assauts du vent; être refroidi par le vent. Après avoir été venté jusqu'aux os, ayant froid, mal à la tête (...) je suis allé prendre une demi-tasse de café (Stendhal, Journal, t. 2, 1806, p. 227).
d) En compos. Sous-venter. V. sous- A 1 c.
2. [Le suj. désigne un mode d'expr.; introd. un discours dir.] Dire, exprimer avec force. Un cri rouge et aigre (...) venta dans la forêt des plumets: (...) ai lai baïonnette! (D'Esparbès, Bris. fers, 1908, p. 148).
3. AGRIC.,, vieilli. Effectuer l'opération de ventage (infra rem.) (Ds DG). Synon. vanner1.
REM.
Ventage, subst. masc.,agric. ,,Nettoyage du grain à l'aide d'un van et du vent pour éliminer les corps étrangers et les petites graines`` (Fén. 1970). Synon. vannage (dér. s.v. vanner1).
Prononc. et Orth.: [vɑ ̃te], (il) vente [vɑ ̃:t]. Homon. vanter. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1160 « faire du vent » (Eneas, éd. J.-J. Salverda de Grave, 191); 1585 il pleut, tonne, vente et gresle (N. Du Fail, Contes d'Eutrapel, éd. J. Assézat, II, p. 113); 1665 qu'il vente, qu'il pleuve, qu'il grêle (Molière, L'Amour médecin, III, 1); 2. 1668 verbe pers. (sujet Jupiter) (La Fontaine, Fables, livre VI, 4, Jupiter et le Métayer ds Œuvres compl., éd. J. Marnier, 1965, p. 112); 3. 1690 venter du bled « le cribler » (Fur.). Dér. de vent*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 103.

Wiktionnaire

Verbe - français

venter \vɑ̃.te\ intransitif, impersonnel 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire du vent. — Note d’usage : On l’emploie surtout impersonnellement.
    • Il vente très fort, des goélands passent, emportés par la tempête, et essaient vainement de remonter le vent. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Il ventait dur, sans que l’atmosphère en fût rafraichie, car le vent soufflait du sud. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.112)
  2. Souffler. — Note d’usage : Se construit alors avec le mot vent.
    • Il ventait un grand vent de nord-ouest. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Quelque vent qu’il vente.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

VENTER (van-té) v. n. impers.
  • 1Faire vent. Qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il tonne, Rien désormais ne m'étonne, Legrand, Belph. III, 6. Le 30 janvier, un matelot tomba à la mer ; nos efforts lui furent inutiles, et jamais nous ne pûmes le sauver ; il ventait grand frais, et la mer était très grosse, Bougainville, Voy. t. II, p. 4.

    Il peut se construire avec le mot vent, et alors il cesse d'être impersonnel. Quelque vent qui vente. Les six jours suivants nous furent tous aussi malheureux : de la pluie, du calme, et le peu qui venta, ce fut du vent debout, Bougainville, Voy. t. II, p. 236.

    Fig. On ne peut pas empêcher le vent de venter.

  • 2Dans un emploi spécial, faire venter. … Contrat passé [avec Jupiter], notre homme Tranche du roi des airs, pleut, vente, et fait en somme Un climat pour lui seul…, La Fontaine, Fabl. VI, 4.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

  • 3 V. a. Pousser par le souffle. La brise ventait la marée.

HISTORIQUE

XIIe s. Et quant l'halaine douce vente Qui vient de ce douz païs, Où cil est qui m'atalente…, Couci, Dame de Faiel.

XIIIe s. Par un jour si très bel, qu'il ne pleut ne ne vente, Berte, x. L'uns atise le feu, et li autres le vente, ib. XCVI. En [on] vos deüst ardoir en brese, Si que la poudre en fust ventée [jetée au vent], Ren. 12879. Sus ce flueve… Zephirus nule fois ne vente, Ne ne li recrespit ses ondes, Qui moult sont laides et parfondes, la Rose, 6058. Li vens de tramontaine venta moult fort, et fist en ceste ile moult grant dommage, Marc Pol, p. 544.

XVe s. Si eurent beau temps et bon vent, car ce fut au mois de mai, que il fait bel et joli et qu'il vente à point, Froissart, II, III, 32. S'il eust voulu voler avec le vent qu'il ventoit [s'il avoit voulu profiter de la faveur], il eust eu et fait ce qu'il eust voulu, Godefroy, Annot. sur l'hist. de Charles VI, p. 577, dans LACURNE, au mot voler.

XVIe s. Si nos facultez sont sans fondement et sans pied, si elles ne font que flotter et venter…, Montaigne, II, 318. Les vents n'ont soufflé sinon du midy, et encore iceux ont venté tant doucement qu'à peine on les a peu sentir, Paré, XXIV, 3. J'ay veu d'autres vents venter, Cotgrave Tant vente qu'il pleut, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VENTER, (Marine.) cela signifie qu’il fait du vent.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « venter »

Vent ; prov. et esp. ventar ; it. ventare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de vent, avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « venter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
venter vɑ̃te

Citations contenant le mot « venter »

  • Dotée de l’une des seules plages du secteur et d’une piscine municipale extérieure, la commune de Val d’Arcomie peut se venter d’avoir les atouts adéquats en temps de canicule. Depuis quelques jours, ces lieux ont la côte aussi bien auprès des locaux que des vacanciers. www.lamontagne.fr, Se jeter à l’eau dans la commune de Val d'Arcomie (Cantal) - Val-d'Arcomie (15390)

Traductions du mot « venter »

Langue Traduction
Anglais wind
Espagnol viento
Italien vento
Allemand wind
Chinois
Arabe ريح
Portugais vento
Russe ветер
Japonais
Basque haize
Corse ventu
Source : Google Translate API

Synonymes de « venter »

Source : synonymes de venter sur lebonsynonyme.fr

Venter

Retour au sommaire ➦

Partager