La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « sinus »

Sinus

Définitions de « sinus »

Trésor de la Langue Française informatisé

SINUS1, subst. masc.

A. − ANATOMIE
1. Cavité osseuse irrégulière.
Sinus de la face, sinus aériens. ,,Cavités aérées, annexées aux fosses nasales, creusées dans l'épaisseur des os qui entourent ces dernières`` (Lar. Méd. t. 3 1972). Sinus maxillaire. Sinus ,,creusé dans l'épaisseur du corps du maxillaire supérieur`` (Lar. Méd. t. 3 1972). Les affections dentaires (...) peuvent déclencher une infection du sinus maxillaire supérieur qui entretiendra secondairement des maux de tête (Quillet Méd.1965, p. 337).Sinus sphénoïdal. Sinus ,,creusé dans l'épaisseur du corps du sphénoïde`` (Lar. Méd. t. 3 1972). Sinus frontal. Sinus ,,creusé à la partie antéro-externe de l'os frontal`` (Lar. Méd. t. 3 1972). Dans l'homme, les sinus frontaux s'ouvrent dans le sommet de la voûte du nez. Ils s'étendent à environ un pouce de hauteur, et un peu plus en largeur de chaque côté au-dessus des sourcils; ils sont séparés l'un de l'autre par une cloison verticale. Les sinus sphénoïdaux s'ouvrent dans la partie postérieure et inférieure de la voûte (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 634).
2. Organe creux, canal veineux présentant un renflement, une dilatation.
a) Sinus veineux du crâne, sinus crânien ou sinus veineux de la dure-mère. Canal veineux compris dans un dédoublement de la dure-mère, drainant toutes les veines des organes contenus dans la cavité crânienne et la cavité orbitaire et donnant naissance à la veine jugulaire interne. Sinus longitudinal inférieur; sinus longitudinal supérieur; sinus droit. Les sinus de l'homme sont le longitudinal postérieur, qui règne le long du bord convexe de la faux; le longitudinal inférieur, situé sur son bord concave; le droit, qui de l'extrémité postérieure du précédent va s'aboucher avec l'un ou l'autre des sinus latéraux (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 184).
Sinus caverneux. ,,Chacun des deux volumineux sinus veineux dure-mériens, allongés d'avant en arrière, de chaque côté de la selle turcique`` (Man.-Man. Méd. 1980). La carotide interne (...) rampe quelque temps dans l'épaisseur de la dure-mère, où elle baigne dans le sang veineux contenu dans le sinus caverneux (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 182).
b) Sinus carotidien. Dilatation située à la partie supérieure de l'artère carotide primitive, à sa division en deux branches (carotides externe et interne) et jouant un rôle dans la régulation de la pression artérielle et du rythme cardiaque (d'apr. Méd. 1966). Il trouve [après injection d'adrénaline] une augmentation de l'irritabilité du sinus carotidien, avec tendance à l'arrêt du cœur (Delay, Psychol. méd., 1953, p. 206).
c) Sinus coronaire*.
d) Sinus du cœur. Chez l'embryon, extrémité du confluent veineux se rendant au cœur qui formera l'oreillette droite et où se trouve le nœud sinusal, point d'origine de la contraction cardiaque (d'apr. Pt Lar. Méd. 1976).
B. − CHIR. ,,Cavité étroite et allongée par laquelle le pus s'écoule à partir d'un foyer d'infection`` (Triquet 1981).
C. − Littér. Excavation, creux. Au milieu des forêts d'herbes aquatiques, des passages et des sinus mystérieux où l'eau était bleue comme le bleu du linge (Goncourt, Ch. Demailly, 1860, p. 290).
Prononc. et Orth.: [sinys]. Homon. et homogr. sinus2. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1539 anat. « cavité de certains os du crâne et de la face » (J. Canappe, 2eLivre de la méthode thérapeutique, 25 ds Fr. mod. t. 19, p. 200); 2. 1762 « renflement de certains canaux de l'organisme » (Ac.); 1805 oreillettes ou ... sinus des veines (Cuvier, op. cit., t. 4, p. 182); 3. 1771 bot. (Trév.). Mot lat. signifiant « courbure, pli; concavité, creux ».
DÉR.
Sinusal, -ale, -aux, adj.,anat., méd. a) Nœud sinusal. Nœud qui concerne le sinus du cœur, lieu d'origine des contractions cardiaques et dont le rôle a été mis en évidence par les médecins anglais Keith et Flack. Sur la face interne de la paroi musculaire de l'oreillette droite du cœur d'un mammifère (...) on aperçoit un petit amas ou noyau blanchâtre: c'est le nœud sinusal (ou noyau sinusal) (Camefort, Gama, Sc. nat., 1960, p. 279).b) Qui a son origine dans ce sinus. Tachycardie sinusale. Distinguer les variétés d'arythmie, depuis les plus simples comme l'arythmie sinusale et l'extra-systole, jusqu'au plus complexes (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946 [1943], p. 185).Rythme sinusal. ,,Rythme normal du cœur`` (Méd. 1966). [sinyzal], plur. masc. [-o]. 1reattest. 1922 [1reéd.] bradycardie sinusale (Teissier, Esmein ds Nouv. Traité Méd. fasc. 2, p. 478).
BBG.Quem. DDL t. 8 (s.v. sinusal).

SINUS2, subst. masc.

MATH., TRIGONOMÉTRIE. Sinus (d'un angle). Fonction trigonométrique qui, dans le cas d'un angle aigu, est formée en abaissant une perpendiculaire à l'un des côtés, et qui, dans le triangle ainsi obtenu, est le rapport du côté opposé à l'angle par l'hypothénuse. La méthode d'Archimède (...) reposait sur le fait que l'arc est compris entre son sinus et sa tangente; l'idée nouvelle consiste à remplacer ces deux limites par d'autres moins simples, mais bien meilleures, qui se présentent sous forme de combinaisons de lignes trigonométriques (Gds cour. pensée math., 1948, p. 102).Le cosinus, et par conséquent aussi le sinus, sont donc, on l'a vu, des « opérateurs de projection », c'est-à-dire des nombres multiplicateurs qui permettent le calcul de la projection d'un segment connaissant ce segment. Ces nombres sont, en valeur absolue, plus petits que 1 (R. Campbell, La Trigonométrie, 1977, p. 26).V. incidence II A 2 ex. de Sand.
GÉOM., vx. ,,Perpendiculaire menée d'une extrémité d'un arc, sur le rayon qui passe par l'autre extrémité`` (Ac. 1835, 1878). Sinus total. ,,Sinus d'un arc ou d'un angle de quatre vingt dix degrés, lequel est égal au rayon`` (Ac. 1835, 1878). Sinus verse. Partie du rayon comprise entre le sinus et l'arc. Le sinus verse d'un arc infinimement petit est égal au carré de cet arc, divisé par le diamètre, parce qu'on peut alors prendre l'arc à la place de la corde (Poisson, Mécan., t. 1, 1811, p. 387).
Prononc. et Orth.: [sinys]. Homon. et homogr. sinus1. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1544 sinus (P. B. Apian, Cosmographie, f o21 v o: sinus [...] droict sinus [...] entier sinus); 1636 sinus verse (Mersenne, Harmonie universelle, p. 96); 1658 sinus droit (Pascal, Traité des sinus du quart de cercle ds Œuvres, éd. L. Lafuma, p. 156b); 1658 sinus d'un arc (ibid., p. 155a); 1684 sinus total (Fur.); 1765 sinus d'un angle (Encyclop. t. 15, p. 220b); ca 1902 sinus hyperbolique (Gde Encyclop.). Empr. au lat. médiév.sinus « sinus » (ca 1175, Gérard de Crémone d'apr. A. Schirmer, Der Wortschatz der Mathematik in Z. für d. Wortforschung, t. 14, 1912, Beih. p. 67), trad. de l'ar. jayb « sinus », empr. au skr. jι ̄va- « corde d'arc; géom.: corde d'un arc, sinus d'un arc » (ve-vies., Sūrya-siddhânta, traité d'astron. indien ds M. Monier-Williams, A Sanskrit-English Dictionary), ou peut-être jyā-, mêmes sens. C'est prob. par confusion avec son homon. jayb « ouverture d'un vêtement, poche » que l'on a traduit l'ar. jayb « sinus » par sinus en lat. médiév., à cause du sens que ce dernier avait en lat. class.: « courbure, pli; pli de la toge pouvant servir de poche » (cf. sein, sinus1). V. également Brockhaus Enzykl., s.v. Winkelfunktionen; Klein Etymol., s.v. sine; Hist. gén. sc., t. 1, La Sc. antique et médiév., Paris, P.U.F., 1957, pp. 162-163; Lok. n o641b.
STAT.Sinus1 et 2. Fréq. abs. littér.: 156.

Wiktionnaire

Nom commun - français

sinus \si.nys\ masculin invariable

  1. (Anatomie) Cavité irrégulière de certains os, de certains canaux. Se dit particulièrement des cavités des os du crâne.
    • Les sinus maxillaires sont souvent infectés en cas de rhume.
  2. (Mathématiques) Fonction trigonométrique égale au rapport de la longueur du coté opposé à un angle donné par celle de l’hypoténuse de tout triangle rectangle construit sur cet angle.
    • Le sinus d’un angle de 45° est égal à racine carrée de deux divisée par deux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SINUS. (On prononce l'S.) n. m.
T. de Mathématiques. Longueur de la perpendiculaire menée d'une des extrémités d'un arc, sur le rayon qui passe par l'autre extrémité. Table des sinus, des tangentes et des sécantes.

Littré (1872-1877)

SINUS (si-nus') s. m.
  • 1En géométrie, le sinus d'un arc ou d'un angle est la perpendiculaire abaissée d'une extrémité de l'arc sur le diamètre qui passe par l'autre extrémité. Il est indubitable, et en cela Descartes mérite un coup d'encensoir, que le sinus d'incidence et celui de réfraction sont en raison réciproque de leurs vitesses dans les milieux qu'ils parcourent, Voltaire, Lett. Mairan, 11 sept. 1738. C'est dans le premier quart de la circonférence que se forment les sinus et généralement toutes les lignes que la trigonométrie emploie, Laplace, Exp. I, 12.

    Le sinus verse d'un arc ou d'un angle est la longueur comprise entre le pied du sinus et le point où le diamètre rencontre la circonférence.

    Sinus total, le sinus d'un arc ou d'un angle de 90 degrés, lequel est égal au rayon.

  • 2En trigonométrie, sin x est le nombre positif ou négatif qui mesure le sinus de l'angle ou de l'arc x, le rayon étant pris pour unité.

    Table des sinus, table des valeurs de sin x pour toutes les longueurs d'arc.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SINUS ou Sinus droit, en Trigonometrie, est une ligne droite tirée d’une extremité d’un arc perpendiculairement sur le rayon qui passe par l’autre extrémité.

Le sinus d’un arc est la moitié de la corde du double de cet arc. Voyez Arc.

Ainsi la ligne AD, Pl. Trigonom. fig. 1. qui est moitié de la corde AB du double de l’arc AEB, est le sinus droit, ou simplement le sinus de l’arc AE.

Le sinus total est le sinus du quart de cercle HE ou de 90 degrés, c’est-à-dire le sinus total est la même chose que le rayon HC. Voyez Rayon.

Sinus verse est une partie ED du sinus total ou rayon, comprise entre le sinus droit AD & l’arc AE.

1°. Le sinus droit AD étant perpendiculaire au rayon EC ; tous les sinus tirés sur le même rayon, sont paralleles les uns aux autres.

2°. Puisque l’arc AE est la même mesure de l’angle ACE & AI la mesure de l’angle contigu ACI, & le quart de cercle HE la mesure de l’angle droit ; AD est aussi le sinus droit & ED le sinus verse des angles ACE & ACI, & le sinus total est le sinus de l’angle droit.

3°. Deux angles contigus, comme ACE & ACT, ont le même sinus.

4°. Les sinus des angles obtus sont les mêmes que ceux de leur complément à deux angles droits.

5°. Tous les sinus d’arcs semblables ont le même rapport à leurs rayons.

Le sinus du complément ou le co-sinus de l’arc AE est le sinus de l’arc AH, qui est son complément à un quart de cercle. Voyez Co-sinus.

Pareillement le co-sinus de l’arc AH est le sinus de l’arc AE.

Pour avoir en nombre la valeur des sinus, &c. on prend le rayon pour l’unité, & on détermine la valeur des sinus, des tangentes & des sécantes en parties du rayon. Si nous apprenons par l’almagest de Ptolomée, que les anciens divisoient le rayon en soixante parties, qu’ils appelloient degrés, & par là ils déterminoient les cordes en minutes, secondes & tierces, c’est-à-dire en fractions sexagésimales du rayon, dont ils se servoient pareillement dans la résolution des triangles (Voyez Sexagésimal, Degré. &c.) les Arabes sont, à ce qu’il paroît, les premiers qui ont fait usage des sinus ou demi-cordes. Voyez Cordes.

Regiomontanus divisa d’abord, comme les anciens, le rayon en 60 degrés, & détermina les sinus des différens degrés par leurs fractions décimales ; mais dans la suite il trouva qu’il étoit bien plus commode de prendre le rayon pour l’unité, & ainsi il introduisit dans la Trigonométrie la méthode dont on se sert à-présent.

Dans les tables communes des sinus & des tangentes, on conçoit le rayon comme divisé en 10000000 parties : on ne va jamais plus loin pour déterminer la quantité de ces sinus & de ces tangentes. Ainsi comme le côté d’un hexagone soutient la sixieme partie d’un cercle & est égal au rayon, de même aussi le sinus de 30°. est 5000000.

1°. Le sinus AD étant donné, trouver le sinus du complément : ôtez le quarré du sinus AD du quarré du rayon AC ; le reste sera le quarré du sinus AG du complément : d’où tirant la racine quarrée, l’on a le sinus du complément ; par exemple, supposons AC, 10000000, & AD 5000000, on trouvera que AG sinus de 60°. est 8660254.

2°. Le sinus AD de l’arc AE étant donné, trouver le sinus de la moitié de l’arc ou la moitié de AE ; trouvez la corde de l’arc AE, voyez Corde, car la moitié de cette corde est son sinus. Ainsi supposons DC & AD connues, comme dans le problème précédent, nous trouverons que le sinus de la moitié de la corde AE ou le sinus de 15°. = 2588190.

3°. Le sinus DG de l’arc DF étant donné, trouver le sinus DE de l’arc double DB, fig. 6. Puisque les angles en E & en G sont des angles droits, & que l’angle B est commun à chaque triangle BCG & DEB, nous aurons BC : CG ∷ BD : DE ; donc CG étant trouvé par le second problème, & BD étant double de DG, on peut trouver DE par la regle de proportion.

4°. Les sinus FG & DE, fig. 7. des arcs FA & DA, dont la différence DF est plus grande que 45 minutes, étant donnés, trouver un sinus intermédiaire quelconque, comme IL. Trouvez une quatrieme proportionnelle à la différence FD des arcs dont les sinus sont donnés, à la différence de l’arc IF dont on cherche le sinus, & à la différence DH des sinus donnés : ajoutez-la au plus petit sinus donné FG, la somme sera le sinus demandé.

5°. Trouver le sinus de 45 degrés ; soit HI, fig. 1. un quart de cercle, HCI sera un angle droit ; par conséquent le triangle sera rectangle, donc . C’est pourquoi puisque H C sinus total est 10000000 ; si du quarré de , qui est 200000000000000, on extrait la racine quarrée 14142136 ; on aura la corde HI, dont la moitié 7071068 est le sinus demandé 45 degrés.

6°. Le sinus d’une minute ou de 60″. FG, fig. 7. étant donné, trouver le sinus d’une ou plusieurs secondes MN. Puisque les arcs AM & AF sont bien petits. AMF pourra être prise pour une ligne droite, sans qu’il y ait d’erreur sensible dans les fractions décimales du rayon dans lesquelles le sinus est exprimé, c’est-à-dire que les arcs AM & AF seront regardés comme proportionnels à leurs cordes ; c’est pourquoi puisque MN est parallele à FG, on aura AF : FGAM : MN ; donc AF, FG & AM étant donné, on trouve aisément MN.

Construire un canon des sinus. Les sinus de 30°. 15°. 45°. & 36°. étant trouvés, (nous avons montré ci-dessus la maniere de trouver les trois premiers, &, à l’égard du quatrieme, c’est la moitié du côté du pentagone, voyez Pentagone), on peut de-là construire un canon de tous les sinus à chaque minute & à chaque seconde ; car avec le sinus de 36°. on trouve ceux de 18°. 9°. 4°. 30′. & 2°. 15′. par le second problème : ceux de 54°. 72°. 81°. 85°. 30′. & 87°. 45′. &c. par le premier problème ; d’ailleurs avec les sinus de 45°. on trouve le sinus de 22°. 30′ 11°. 15′. &c. Avec les sinus de 30°. & de 54°. on trouve le sinus de 12°. Avec le sinus de 12°. on trouve ceux de 6°. de 3°. de 1°. 30′. 35′. 78°. &c. Avec le sinus de 15°. on trouve le sinus de 7°. 30′. &c. jusqu’à ce qu’on ait 120 sinus, qui se suivent régulierement à 45′. près les uns des autres. On peut trouver les autres sinus intermédiaires par le cinquieme problème, & ainsi le canon sera complet.

Le sinus d’un arc étant donné, trouver la tangente & la sécante. Voyez Tangente & Sécante.

Pour trouver le logarithme d’un sinus donné, voyez Logarithme.

Dans tous triangles, les côtés sont comme les sinus des angles opposés. Voyez Triangle.

Le sinus BC, fig. 9. & le sinus verse AB étant donnés, trouver l’arc FC en degrés. Trouvez le demi-diametre AD, alors dans le triangle DBC, outre l’angle droit B, vous trouverez par les côtés BC & DC l’angle ADC, qui fait voir combien l’arc a de degrés ; le double de cet arc est l’arc FC. Ce problème est d’usage pour trouver le segment d’un cercle. Voyez Segment.

Sinus artificiel signifie logarithme d’un sinus. Voyez Logarithme.

Ligne des sinus est une ligne sur le compas de proportion. Voyez Compas de proportion, &c. Chambers. (E)

Formules des sinus. x étant le sinus d’un angle, & 1 le sinus total, est son co-sinus ; , sa sécante ; , sa co-sécante ; , sa tangente.

De plus, si on nomme z un angle quelconque, on aura son sinus = , & son co-sinus . Voyez le calcul intégral de M. de Bougainville.

En général, .

.

.

.

.

Courbe des sinus, est une courbe dans laquelle les abscisses représentent les arcs de cercle ; les ordonnées représentent les sinus de ces angles.

Donc si z représente les abscisses, on aura l’ordonnée , ou bien . Par ces formules, on trouvera aisément les propriétés de cette courbe, ses tangentes, sa quadrature, &c. (O)

Sinus, s. m. (Osteolog.) espece de cavité d’un os qui a plus d’étendue dans son fond que dans son entrée, c’est ce qu’on remarque à l’égard des sinus frontaux, des maxillaires, &c. (D. J.)

Sinus du cerveau, (Anatom.) Les sinus du cerveau sont des canaux veineux, plus amples & moins comques, par rapport à leurs arteres correspondantes, que les anciens ne le sont ordinairement, par rapport aux leurs. Dans ces sinus, se rassemble comme dans une espece d’entrepôt, le sang de différentes veines, pour être de-là distribué dans les véritables veines, qui doivent le rapporter au cœur.

Il y a quatre sinus principaux, le longitudinal supérieur, qui reçoit le sang de quelques parties externes de la tête & de la dure-mere, de la pie mere, & même de l’extérieur du cerveau ; deux sinus latéraux par rapport à lui, l’un droit & l’autre gauche, qui en reçoivent le sang ; & un quatrieme nommé torcular par les anciens, où se ramasse le sang qui revient du lacis choroïde, & par conséquent des ventricules du cerveau.

Tous les Anatomistes, excepté le célebre Morgagni, ont cru que le sinus longitudinal supérieur étant parvenu au derriere de la tête, sur la tente du cervelet, se partage & se fourche en deux autres canaux, qui sont les deux sinus latéraux, dont chacun reçoit une égale quantité de sang, & qu’à l’endroit de cette bifurcation, le torcular verse son sang dans le confluent de ces trois sinus.

Mais M. Garengeot, chirurgien, a communiqué à l’académie ses observations, sur ce sujet, fort différentes de l’opinion commune. Eclairé par Morgagni, il a trouvé que comme le dit cet habile homme, la bifurcation prétendue du sinus longitudinal supérieur, n’est proprement continu, qu’avec le latéral droit, qui reçoit la plus grande partie de sa liqueur ; & que la gauche reçoit principalement celle du torcular, qui ne se décharge que dans ce sinus gauche, un peu après qu’il s’est séparé du longitudinal ; & en effet, à l’égard de ce point, M. Garengeot remarque qu’il ne seroit pas possible que le torcular se déchargeât dans le confluent du longitudinal, & de ses latéraux, parce qu’il y trouveroit une liqueur, dont le cours seroit contraire au cours de la sienne. Hist. de l’académie, année 1727. (D. J.)

Sinus en Chirurgie & en Anatomie, est une petite cavité ou poche oblongue, qui se forme pour l’ordinaire à côté d’une blessure ou d’un ulcere, dans lequel le pus s’amasse.

Un sinus est proprement une cavité dans le milieu d’une partie charnue, qui se forme par le croupissement ou la putréfaction du sang ou des humeurs, & qui se fait à elle-même un passage.

Le sinus fistuleux est une ulcération étroite & longue. Scutel observe que les sinus profonds qui vont en bas, sont difficiles à guérir ; cependant ce chirurgien entreprend de guérir toutes sortes de sinus en une semaine, par les médicamens dont il sait la description, p. 338, & avec un bandage bien collant. Il ajoute qu’il n’en vient jamais aux incisions, que quand il s’apperçoit que tous les remedes de la pharmacie sont impuissans ; & que pour ouvrir le sinus, il ne fait point usage du bistouri ou scalpel trompeur, parce qu’il est bien plus sujet à tromper l’opérateur que le malade.

La méthode de Scutel pour la guérison des sinus sans opération, dépend plus de la compression & du bandage expulsif que des médicamens. Voyez les mots Compression, Compresse, Expulsif & Fistule. (Y)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sinus »

Expression latine adoptée au moyen âge pour traduire le mot jayb, choisi par les Arabes pour désigner la demi-corde de l'arc double, et qui signifie proprement sinus indusii (D'AVEZAC, Project. géogr. p. 83). Cela écarte la conjecture d'après laquelle, la corde s'appelant autrefois inscripta, ligne inscrite, le sinus s'appela d'abord semi-inscripta, puis, par abréviation, s.-inscripta, s. ins, et enfin sins, d'où par euphonie sinus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1544) Du latin sinus (« courbe, repli ») qui donne aussi sein.
(Mathématiques) En latin, les cordes d’un cercle se nomment lineae inscriptae (« lignes inscrites (à un cercle) »). C’est pour ce motif, semble-t-il, qu’on appela d'abord les sinus « semisses inscriptae » (« semi-inscrites »; le sinus désignant la demi-corde de l’arc double[1], voir ce lien pour image), qui en abrégé s'écrira s. ins., puis par après, sinus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sinus »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sinus sinys

Citations contenant le mot « sinus »

  • Le sinus maxillaire, encore appelé antre d’Highmore, est une cavité pneumatique de forme pyramidale, à base mésiale et à sommet latéral. Il communique avec les cavités nasales par un ostium. Il est tapissé par un tapis mucociliaire convergent vers le méat moyen via l’ostium naturel. LEFILDENTAIRE magazine dentaire, L’abord du sinus maxillaire par voie latérale : spécificités anatomiques, diagnostic préopératoire des pathologies sinusiennes et prise en charge des complications post opératoires.
  • L’hygiène nasale avec le vaporisateur nasal Actimar® à l’eau de mer isotonique est effectivement une façon efficace, simple, économique et surtout, entièrement naturelle, de préserver la santé de ses sinus. Particulièrement utile quand notre nez souffre durant la saison des allergies et la saison hivernale, c’est l’entretien quotidien qui préviendra le mieux l’apparition de ces symptômes si désagréables ! L'Éclaireur Progrès, L’hygiène nasale à l’eau de mer isotonique pour des sinus en santé toute l’année ! - L'Éclaireur Progrès
  • La tête prise dans un étau, le cerveau liquéfié, les yeux rougis, le nez bouché. Il suffit d’avoir fait une sinusite dans sa vie pour en connaître les symptômes. Mais il n'y a pas de fatalité : la sinusite on peut l'éviter ! Les conseils du Dr Gilles Ayoun, ORL à l'Institut français de chirurgie du nez et des sinus. Topsante.com, Sinusite : comment la soigner pour éviter les récidives et la sinusite chronique ? - Top Santé
  • Sensation de compression au niveau des yeux, éternuements, nez bouché ou écoulements importants… Vos sinus semblent congestionnés, il s’agit probablement d’une sinusite ! Pour faciliter la guérison de cette infection ORL bénigne et courante, découvrez quelle alimentation adopter et quels sont les aliments à éviter ! Femme Actuelle, Sinusite : quelle alimentation adopter pour faciliter la guérison ? : Femme Actuelle Le MAG
  • [DIAPORAMA] Douleurs au niveau du visage, nez bouché, maux de tête : la sinusite aiguë peut être soulagée avec des remèdes naturels et des thérapies manuelles. Topsante.com, 8 façons de soulager une sinusite - Top Santé

Traductions du mot « sinus »

Langue Traduction
Anglais sinus
Espagnol seno
Italien seno
Allemand sinus
Chinois
Arabe التجويف
Portugais seio
Russe пазуха
Japonais 副鼻腔
Basque sinus
Corse sinus
Source : Google Translate API

Synonymes de « sinus »

Source : synonymes de sinus sur lebonsynonyme.fr

Sinus

Retour au sommaire ➦

Partager