La langue française

Sexe

Définitions du mot « sexe »

Trésor de la Langue Française informatisé

SEXE, subst. masc.

A. − BIOLOGIE
1. [Chez les humains] Ensemble des éléments cellulaires (spermatozoïdes à chromosome X ou Y; ovules à chromosome X), organiques (prostate, glandes de Cowper, vésicules séminales, canaux excréteurs, pénis, testicules; seins, ovaires, trompes, utérus, vagin, vulve), hormonaux (testostérone; folliculine, progestérone), etc., qui différencient l'homme et la femme et qui leur permettent de se reproduire. Détermination du sexe. Le sexe qui se développe spontanément en l'absence de tout inducteur masculinisant ((...) chromosome Y; (...) hormones mâles), c'est le sexe féminin (F. Magazine, mars 1978, p. 56, col. 2-4):
1. La base de la différence entre les sexes se situe au niveau cellulaire de chaque individu (...). Outre les vingt-deux paires d'autosomes communes aux deux sexes, il existe une paire d'hétérochromosomes: XY chez l'homme, XX chez la femme (...). Le second déterminant biologique est l'existence de gonades (...). Elles produisent non seulement des gamètes différents − ce qui constitue un caractère sexuel primaire − mais aussi des hormones mâles et femelles dont la proportion conditionne le développement des caractères sexuels secondaires... R. Piret,Psychol. différentielle des sexes, Paris, P.U.F., 1973, p. 117.
Sexe chromosomique, génétique. Ensemble des caractères masculins ou féminins déterminés par la combinaison des chromosomes de l'ovule et du spermatozoïde. [Les] organes génitaux externes (...) vont se modeler conformément au sexe de la gonade qui est (...) le sexe chromosomique dans les conditions normales (Biol.,1965,p. 1236 [Encyclop. de la Pléiade]).Bien que le sexe génétique, celui des chromosomes, soit établi dès le moment de la conception, les embryons humains mâles et femelles sont identiques jusqu'à la fin du deuxième mois de la grossesse. C'est après cette date que surviennent les événements conduisant aux différenciations anatomiques et physiologiques propres aux deux sexes (Le Monde, 3 nov. 1982, p. 11, col. 4).Sexe gonadique. Ensemble des caractères déterminés par la nature, la fonction des glandes mâles ou femelles. Place fondamentale qu'occupe le sexe génotypique en regard du sexe gonadique, germinal ou somatique (Bariéty, Coury,Hist. méd., 1963, p. 760).Sexe hétérogamétique. V. ce mot s.v. hétéro- ex. de Hist. gén. sc.
2. [Chez les animaux] Ensemble des caractères physiques (identiques ou semblables à ceux de l'Homme) qui différencient, dans une espèce, les individus mâles et femelles dont l'union ou le rapprochement permet une des grandes formes de la reproduction. Changement de sexe; séparation des sexes. Swammerdam (...) disséqua le premier les abeilles, précisa définitivement, par la découverte des ovaires et l'oviducte, le sexe de la reine qu'on avait crue roi (Maeterl.,Vie abeilles, 1901, p. 6).L'intersexualité de la Bonellie révèle l'action décisive de substances définies (...). Hartman (1943) considère que toutes les larves ont une bipotentialité sexuelle génotypique équivalente à l'hermaphrodisme et que la détermination du sexe résulte de l'action du milieu (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 679).V. asexué ex. 2, inversion ex. de J. Rostand.
3. [Chez les plantes] Ensemble des caractères qui distinguent les organes ou éléments reproducteurs mâles (anthères, anthéridies, etc.) et femelles (pistils, ovaires, etc.) ou les plantes qui portent ces organes. La nature a réuni les organes des deux sexes dans la plupart des fleurs (...) parce que (...) elles ne peuvent communiquer entre elles. Lorsque la nature sépare les sexes dans le même végétal, ou sur des individus différents, comme dans les palmiers, elle emploie les insectes volatiles (...) pour les féconder (Bern. de St-P.,Harm. nat., 1814, p. 325).Les Pins portent les deux sexes sur le même arbre (...). À maturité, les cônes mâles émettent un nuage jaune de grains de pollen (...). Les cônes femelles apparaissent à l'extrémité des jeunes pousses (J.-M. Pelt, Évolution et sexualité des plantes, 1970, p. 86).V. dioïque ex.
B. −
1. [Chez les humains] Conformation spécifique permettant de distinguer l'homme et la femme par des signes physiques extérieurs (caractères sexuels primaires et secondaires). Différence des sexes; enfants des deux sexes; sans distinction des sexes/d'âge ni de sexe; être du sexe féminin/masculin; être du même sexe, d'un sexe différent/opposé. La nature n'a pas simplement distingué les sexes par les seuls organes (...), les fibres de la femme sont plus molles, ses muscles moins vigoureux. (...) les diverses parties de la charpente osseuse n'ont pas entre elles les mêmes rapports dans les deux sexes (Cabanis,Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 268).La Nine n'avait pas de hanches (...) pas de gorge (...). De son sexe, ni les flancs larges de la fécondité, ni les saillantes mamelles de la maternité, mais le charme de chatte (Pélalan,Vice supr., 1884, p. 145).
Sexe légal. Sexe qui est déclaré à la naissance et qui figure sur le registre d'état-civil. Voir Le Monde, 8 nov. 1978, p. 13, col. 3.
Sans sexe. Sans signe extérieur dénotant la masculinité ou la féminité. Qu'est-ce donc que le vieux garçon ? (...) l'homme sans sexe (...) et privé de charme pour l'autre sexe, que ce soit par laideur, sécheresse, égoïsme ou froideur (Amiel,Journal, 1866, p. 515).La voix sans timbre et sans sexe d'un malade qui réclame sa potion (Laforgue,Moral. légend., 1887, p. 167).
2. [Chez les animaux] Ensemble des caractères corporels externes qui différencient le mâle et la femelle. On peut aussi ranger parmi les organes du sexe féminin les diverses tarières que certains genres, comme les sauterelles, (...) employent pour déposer leurs œufs dans les endroits convenables (Cuvier,Anat. comp., t. 5, 1805, p. 199).Lorsqu'une vache met bas des jumeaux de sexes opposés, le mâle est normal, tandis que la femelle est anormale. Elle a les organes sexuels nettement masculinisés (Cuénot, J. Rostand,Introd. génét., 1936, p. 44).
3. P. anal. [À propos de Dieu, d'une divinité] Il raille ces dieux du paganisme, au sexe varié, qui se multipliaient par voie de génération charnelle (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 1065).V. mariste ex. de Michelet.
Parfois avec une nuance iron. Sexe des anges. Genre indéfinissable. Elle eût aimé (...) que je fusse une fille pour de vrai (...). Le ciel ne l'ayant pas exaucée, elle s'arrangea: j'aurais le sexe des anges, indéterminé mais féminin sur les bords (Sartre,Mots, 1964, p. 84).
Au fig. Discuter du sexe des anges. Discuter de questions alambiquées, oiseuses. Ils (...) m'ont taxé de byzantinisme tout de même que si j'avais discuté du sexe des anges (Lancelot,Déf. de la lang. fr.ds Le Temps, 6 oct. 1938).
4. P. anal. Ce qui évoque les différences morphologiques de l'homme et de la femme, du mâle et de la femelle. Le dessin est le sexe masculin de l'art; la couleur en est le sexe féminin (Ch. Blanc, Gramm. arts dessin, 1876, p. 21).Cet univers (...) où ses yeux distinguaient de préférence les clochers, les pins, les pics, les attributs masculins, changeait peu à peu de sexe, (...) lui offrait des collines semblables à des gorges, et des ravines d'ombre (Giraudoux,Bella, 1926, p. 231).
C. −
1. [Chez les humains] Organes génitaux externes intervenant dans les rapports et la procréation (pénis et testicules; vulve). Avec autorité il mit son sexe dans ma main; je le flattai sans enthousiasme et Scriassine dit avec reproche: − Tu n'as pas un vrai amour pour le sexe de l'homme (...). Je pensais: « Comment aimer ce morceau de chair si je n'aime pas tout l'homme? (...) » (Beauvoir,Mandarins, 1954, p. 74).V. jouisseur ex. de Arnoux:
2. ... un duvet de rousse faisait de son corps un velours; tandis que, dans sa croupe et ses cuisses de cavale, dans les renflements charnus creusés de plis profonds, qui donnaient au sexe le voile troublant de leur ombre, il y avait de la bête. Zola,Nana, 1880, p. 1271.
P. méton., domaine de la représentation. Un programme où était représentée une femme nue, dont le sexe était légèrement creusé dans le gaufrage polisson (Goncourt,Journal, 1889, p. 1079).
P. anal. La roue de fortune qui tourne, traversée par le caducée, sexe dressé en son centre, pivot fouisseur de la création (Abellio,Pacifiques, 1946, p. 318).
2. [Chez les animaux] Organe de la reproduction. Quatre combinaisons différentes d'organes. 1 Des sexes séparés avec accouplement; plusieurs gastéropodes (...) 4 Des sexes réunis, et se fécondant dans le même individu, ou l'hermaphroditisme parfait (Cuvier,Anat. comp., t. 5, 1805, p. 164).Un sexe barbelé, comme une épée de feu, lui perfore les flancs pour le viol (...) que toutes les Nyctalettes subissent quand les sèves montantes ont enfiévré (...) le sang ardent des mâles féroces aux sexes cruels, par qui se perpétue l'œuvre auguste des maternités douloureuses (Pergaud,De Goupil, 1910, p. 86).
D. − P. méton. [Chez les humains]
1. Surtout au sing. Qualité de masculinité ou de féminité attribuée à tel (aspect d'un) individu d'après un ensemble de critères physiques, psychiques, comportementaux, sociaux. Faiblesse de son sexe. Que la femme soit différente de l'homme, que le cœur et l'esprit aient un sexe, je n'en doute pas. (...) la femme sera toujours plus artiste et plus poëte dans sa vie, l'homme le sera toujours plus dans son œuvre (Sand,Hist. vie, t. 4, 1855, p. 93):
3. L'émotivité est caractéristique du sexe féminin; l'agressivité, du sexe masculin. L'émotivité est en relation avec les mécanismes physiologiques inhérents à la nature féminine, comme avec la pression socio-culturelle. Quant à l'agressivité, elle a également une base physique. Tolérée par la société, qui la considère comme un mode d'existence et d'expression spécifiquement masculin, elle se remarque dès l'enfance, dans les jeux et les querelles. R. Piret,Psychol. différentielle des sexes, Paris, P.U.F., 1973, p. 120.
P. anal. Ce qui évoque les différences mentales de l'homme et de la femme. Marivaux disait que le style a un sexe et qu'on reconnaissait les femmes à une phrase (Chamfort,Caract. et anecd., 1794, p. 168).Cher camarade. J'oublie l'e féminin, car le mot camarade n'a pas de sexe (Flaub.,Corresp., 1847, p. 425).
Deuxième sexe. [Notamment p. allus. à l'ouvrage de S. de Beauvoir, Le Deuxième sexe, 1949] Sexe féminin, féminité, condition des femmes. Si les personnes du deuxième sexe pouvaient se retirer un instant. − Comment donc, dit Zazie en ricanant (Queneau,Zazie, 1959, p. 81).Notre sexe, considéré comme « deuxième sexe » socialement parlant, est en fait sexe premier biologiquement parlant (F Magazine, mars 1978, p. 56, col. 2-4).V. supra ex. de F Magazine.
Troisième sexe. Synon. de homosexualité.Je ne mène pas là Votre Seigneurie, (...) car c'est le quartier des tantes (...) qu'est-ce? − C'est le troisième sexe (Balzac,Splend. et mis., 1847, p. 541).Magnus Hirschfeld, médecin berlinois, propose pour l'homosexualité le terme de troisième sexe et demande pour les homosexuels la protection légale, ce qui contribue à diffuser la perversion en Allemagne (A. Morali-Daninos,Hist. des relations sexuelles, 1963, p. 67).
Rem. Dans certains textes du xixes., cette loc. sert à évoquer des qualités angéliques, une pureté quasiment asexuée, un certain manque de féminité. Prud'hon (...) a su fondre dans leur beauté [des anges, dans l'Assomption] toutes les grâces du jeune homme et de la jeune fille et créer (...) un troisième sexe plus parfait que les deux autres (Gautier, Guide Louvre, 1872, p. 19). Tu es le malin des malins, tu as trouvé le troisième sexe, le mode angélique, ni mâle ni femelle, pas même châtré (Bloy, Femme pauvre, 1897, p. 46).
2. Surtout au plur. Ensemble des personnes appartenant au même sexe. Attrait, rapports, relations, union des sexes. L'un des sexes a accaparé les fonctions affectives et l'autre les fonctions intellectuelles. À voir (...) les femmes s'occuper d'art et de littérature comme les hommes, on pourrait croire (...) que les occupations des deux sexes tendent à redevenir homogènes. Mais (...) la femme apporte sa nature propre (Durkheim,Divis. trav., 1893, p. 23).Égalité des sexes devant la loi. « La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l'homme » (Vedel,Dr. constit., 1949, p. 324):
4. Bientôt, se retirant dans un hideux royaume, La femme aura Gomorrhe et l'Homme aura Sodome, Et, se jetant, de loin, un regard irrité, Les deux sexes mourront chacun de son côté. Vigny,Destinées, 1863, p. 116.
Sexe faible, femelle, féminin. Ensemble des femmes. Les poètes, en parlant des femmes, les qualifient volontiers de sexe faible: c'est sexe de fer qu'il faudrait dire. Les voit-on jamais demander grâce au bal? Et quand elles s'y sont démenées, (...) ne sont-elles pas toujours prêtes à recommencer le lendemain! Sexe faible! Le sexe fort n'en ferait pas autant (Reybaud,J. Paturot, 1842, p. 196).Ainsi le sexe féminin Se dessine dans ma pensée: Magique, doucereux, bénin, Le cœur sec et l'âme glacée (Rollinat,Névroses, 1883, p. 120).Cette volonté de plaire a fait (...) comparer le littérateur au sexe femelle, avec ses coquetteries, ses manœuvres pour capter l'attention, ses vanités, ses jalousies (Benda,Fr. byz., 1945, p. 161).V. féminin I B 1 ex. de Faral.
[Avec une nuance iron.] Sexe enchanteur. Même sens. Le bonheur n'est que dans l'inconstance, (...) ce sexe enchanteur qui nous captive aurait de faibles droits à nos hommages, si ses attraits étaient trop uniformes; (...) si la figure de toutes les femmes était jetée au même moule, ce moule serait le tombeau de l'amour (Bichat,Rech. physiol. vie et mort, 1822, p. 62).Beau sexe. Même sens. À aucune autre époque le beau sexe n'a mieux mérité d'être appelé le bon sexe: ce qui n'empêche pas que ce bel et bon sexe ne fournisse (...) un très-honnête contingent de défauts (Jouy,Hermite, t 4, 1813, p. 104).V. beau I A 1 a et ex. 7.
Rem. La docum. offre diverses var. de ces loc. Elle méconnaît la douceur, la bonté, Devoir d'un sexe aimable, et son autre beauté (Legouvé, Mort Henri IV, 1806, i, 2, p. 344). Le joli sexe, c'est à quoi j'ai la tête, (...) une fille admirable, cette Angiola! (Larbaud, Barnabooth, 1913, p. 206).
Le sexe, vx ou parfois iron. M. me disait qu'il s'était toujours bien trouvé des maximes suivantes sur les femmes: parler toujours du sexe en général; louer celles qui sont aimables; se taire sur les autres (Chamfort,Caract. et anecd., 1794, p. 146).Cette activité secourable et galante que développe si vite chez les Français la vue du sexe en détresse (Toepffer,Nouv. genev., 1839, p. 408).
Sexe fort, mâle, masculin. Ensemble des hommes. Un homme lucide lit dans n'importe quelle femme à livre ouvert (...). Mais la plus lucide des femmes a beau tourner autour du sexe mâle, regarder furtivement, écouter à ses portes, l'homme reste pour elle impénétrable (Montherl.,Démon bien, 1937, p. 1275).V. fort1I A 1 et ex. de Giraudoux.
P. plaisant. Sexe laid. V. laid I A 2 a ex. de About.
3. Ce qui est relatif aux rapports charnels des sexes, à l'activité du sexe en tant qu'organe de plaisir. Synon. érotisme, libido, sensualité.L'auteur [George Eliot] a beau être positiviste, elle croit au diable, et le diable, pour elle, c'est le sexe. C'est un fétichisme à rebours. Nous avons vu depuis des écrivains rendus idiots par la fascination de la sexualité. Les deux phénomènes sont également suspects (Green,Journal, 1957, p. 346):
5. Vous qui avez décrit (...) la vapeur d'illusions soulevée en nous par le désir physique, ce vertige du sexe (...), vous ne me jugerez pas monstrueux d'avoir senti (...) cette ivresse s'en aller avec la possession. (...) une heure arriva où, lassés de caresses: moi, alangui de volupté; elle, épuisée d'émotions, nous nous laissâmes aller à nous reposer... Bourget,Disciple, 1889, p. 194.
P. anal. Les parfums errants de la sève en travail, (...) la complicité des petits nids cachés (...) les soupirs sortant des choses, (...) tout ce mystérieux éveil d'avril et de mai, c'est l'immense sexe épars (Hugo,Homme qui rit, t. 2, 1869, p. 157).
[Avec une valeur euphémique] Choses du sexe. Questions touchant à l'amour physique. Le peu qu'elle avait pu entrevoir de l'amour (...) ne lui éclairait pas nettement les choses du sexe (...). Elle ne croyait pas, comme Agnès, qu'on accouchât par l'oreille, mais par (...) le nombril (Michelet,Journal, 1860, p. 578).
Empl. adj. Synon. de érotique, sexy.Elle était jolie? (...) Oui... assez belle femme et surtout très sexe. À la voir et même à l'usage, l'idée ne me serait pas venue qu'elle pût être l'épouse d'un magistrat (Aymé,Tête autres, 1952, i, 12, p. 81).
REM. 1.
Sexeur, subst. masc.,aviculture. Professionnel chargé de déterminer le sexe des poussins. Les sélectionneurs ont fait en sorte que l'on puisse reconnaître le sexe à la couleur du duvet: la poulette est rouge, le coquelet blanc. On évite ainsi de recourir à une main-d'œuvre spécialisée: les sexeurs de poussins (Le Monde, 3 juill. 1979, p. 32, col. 2).
2.
Sexonomie, subst. fém.,biol. Étude des facteurs qui déterminent la constitution des sexes et leur répartition. (Dict. xxes.).
3.
Sexo-thérapeute, subst.,méd. Médecin spécialisé dans le traitement des difficultés sexuelles. La médecine (...) peut déjà se prévaloir de beaux succès. En éduquant leurs patients à demander et à donner le plaisir, les sexothérapeutes n'ont pas sauvé des couples (...): ils leur ont permis de vivre plus pleinement (Le Point, 1er juill. 1974, p. 59, col. 2-3).
Prononc. et Orth.: [sεks]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1200 sex « les organes génitaux » (Dialogue Grégoire, éd. W. Foerster, p. 17: alsi com il n'eust pas de sex nature en son cors); 1457 sexe (Arch. nat., JJ 189, pièce 225 ds La Curne et Du Cange, s.v. sexus); 1718 (Le Roux, p. 477); au xixes.: 1863 (Flaub., Salammbô, t. 2, p. 107); 2. a) 1269-78 « ensemble des caractères organiques permettant de distinguer le mâle et la femelle » (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 4350: .II. persones [...] de divers sexe); b) 1938 le sexe des anges (Lancelot, loc. cit.); c) 1964 sexe légal (Rob.); 3. 1351 « ensemble des caractères physiques, psychiques et sociaux qui distinguent les hommes des femmes » (Ordonn. des Rois de France, t. 2, p. 407: par empeschement de maladie, de aage, ou de sexe); 4. a) α) ca 1380 sexe femenin « ensemble des individus de sexe féminin » (Jean Lefevre, trad. La Vieille, éd. H. Cocheris, p. 13: ce très doulx sexe femenin); 2emoit. xves. (Cy parle de Judith ds Brunet Latin, Trésor, éd. P. Chabaille, p. 631: par la main de fraile sexe femenin [ici, avec valeur individualisante] il a esté occis [Holopherne]); 1546 sexe fragil (Rabelais, Tiers livre, chap. 32, éd. M. A. Screech, p. 226: un sexe tant fragil, tant variable); 1580 sexe imbecile « sexe faible » (Garnier, Antigone, éd. W. Foerster, 1568), 1601 sexe foible (P. Charron, Sagesse, éd. 1797, l. 3, chap. 14, p. 561); 1800 (Bonald, Essai analyt., p. 194: l'oppression du sexe foible); 1646 beau sexe (Maynard, Poésies, éd. F. Gohin, 1927, p. 98: tout le beau sexe vous admire); 1949 Le Deuxième sexe (Beauvoir, [titre]); β) 1580 absol. le sexe « les femmes » (Montaigne, Essais, II, 8, éd. Villey-Saulnier, p. 397); b) 1475 sexe masculin « ensemble des individus de sexe masculin » (Arch. Lille 12118, f o23 v ods IGLF); 1842 sexe fort (Reybaud, J. Paturot, p. 196); 1857 sexe laid (About, Roi mont., p. 288); c) α) 1817 troisième sexe « femmes dépourvues de féminité » (Staël, Consid. Révol. fr., t. 2, p. 434); β) 1847 troisième sexe « les homosexuels » (Balzac, loc. cit.); 5. 1856 « sexualité » (Michelet, Journal, p. 302: le désir aigu du sexe). B. 1. 1546 bot. (Rabelais, Tiers livre, chap. XLIX, éd. M. A. Screech, p. 330: en plusieurs plantes sont deux sexes, masle et femelle); 2. 1580 zool. (Montaigne, op. cit., II, 12, p. 470: des bestes de leur sexe). C. 1958 biol. sexe génétique (Garnier-Del.); 1963 sexe gonadique (Bariéty, Coury, loc. cit.); 1964 sexe chromosomique (Lar. encyclop.). Empr. au lat.sexus « sexe, ensemble des caractères physiques permettant de distinguer le mâle et la femelle (aussi en bot.); p. méton., ensemble des individus de l'un ou l'autre sexe; organes génitaux ». Au sens A 1 (sex nature); cf. le lat. médiév. sexus naturae (ixes., CGL t. 2, 183, 21) et FEW t. 11, p. 560b, note 1. Fréq. abs. littér.: 1 967. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 712, b) 3 866; xxes.: a) 1 816, b) 2 033.
DÉR.
Sexage, subst. masc.,aviculture. Opération consistant à déterminer le sexe des poussins dès l'éclosion. Un spécialiste procède au sexage (= détermination du sexe), opération délicate exigeant un examen de l'intérieur du cloaque (P. Vincent,Sc. nat., classe de Première M', 1962, p. 199). [sεksa:ʒ]. 1reattest. 1962 id.; dér., au moyen du suff. -age*, du verbe sexer « déterminer le sexe de », dér. de sexe. Cf. sexé « dont on a reconnu le sexe » (1967 R. Garetta, Le sexage des poussins ds Le Chasseur fr., janv.: poussins d'un jour, sexés); sexeur « celui qui détermine le sexe des jeunes volailles » (1954, Nomencl. des métiers, p. 5); cf. également l'angl. to sex « déterminer le sexe de » (1884 ds NED).
BBG.Quem. DDL t. 17, 25.

Wiktionnaire

Nom commun

sexe \sɛks\ masculin

  1. (Biologie) Genre qui peut être masculin ou féminin.
    • Il n’existe au Pérou aucune institution pour l’éducation de l’un ou de l’autre sexe ; l’intelligence ne s’y développe que par les forces natives. — (Flora Tristan; Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
    • Les détracteurs du nudisme - les moralistes ou hygiénistes conservateurs d’État ou d’Église - prétendent que la vue du nu, que la fréquentation entre nudistes des deux sexes exaltent le désir érotique. — (Émile Armand, Le nudisme révolutionnaire, dans L’Encyclopédie anarchiste, 1934)
  2. (Par extension) L’ensemble des caractères masculins ou féminins.
    • […] les dames surtout n’étaient point portées à critiquer trop sévèrement les mœurs d’un homme qui était un admirateur avoué de leur sexe. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Il faut dire que cette vaillante femme montrait en tout et toujours une énergie supérieure à son sexe. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
  3. (Collectivement) Les hommes ou les femmes.
    • La démocratie, cette grande pourrisseuse, est la maladie terrible dont nous mourons. […]. Nous n’avons même plus conscience des sexes. Les hommes sont femmes, les femmes sont hommes, et ils s’en vantent. Rien, ni personne à sa place. — (Octave Mirbeau, Le Tripot aux champs, Le Journal, 27 septembre 1896)
    • On me signale de toutes parts les maux qu’engendrent ces mariages d’argent par quoi s’opère entre les sexes une sélection à rebours substituant de hideux calculs à cet enthousiasme courageux qui est le propre des jeunes amours. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Jusque-là aucune personne du sexe ne m’avait soumis à des caprices aussi familiers que de m’agacer les narines avec les barbes de ma propre plume. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 98.)
  4. (Sexualité) Rapport sexuel ; acte sexuel ; accouplement ; sexualité.
    • Il est vrai cependant que l’homme, à qui un rien suffit, tend à avoir plus souvent envie que la femme. Non qu’elle aime moins le sexe que lui, mais elle n’aime pas le même sexe. Elle aime la gastronomie, là où lui aime la bouffe. — (Catherine Sandner, Sexe, orgasme et autres (ré)jouissances, Hachette Pratique, 2007)
    • L’utilisation de termes comme « boulimie sexuelle » pour qualifier un comportement insatiable et addictif au sexe, renforce encore cette fausse idée que le sexe est un besoin, en faisant l’amalgame du sexe et du besoin alimentaire. — (Philippe Brenot, Le sexe et l’amour, Odile Jacob, 2003, page 70)
    • Avec la libération des mœurs, certaines femmes histrioniques vont aller plus loin en utilisant le sexe pour attirer l'attention. — (François Lelord & ‎Christophe André, Comment gérer les personnalités difficiles, Odile Jacob, 1996, page 97)
  5. (Familier) Organe sexuel.
    • Brusquement, je sentis comme la morsure sauvage d’une bête qui m’aurait arraché la chair par saccades. […]. Ja..... m’avait branché la pince au sexe. Les secousses qui m’ébranlaient étaient si fortes que les lanières qui me tenaient une cheville se détachèrent. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Nous nous aimions sans presque bouger, trouvant d'instinct la houle de nos corps, les laissant frissonner plus que les mouvant, et la double brûlure de nos sexes entremêlés devenait de plus en plus une et indivisible. — (Sylvio Sereno, Latitude 9°-S, Éditions du Faucon Noir, 1956, p. 41)

Adjectif

sexe \sɛks\ masculin et féminin identiques invariable

  1. Pornographique.
    • Des photos très sexe de jeunes filles coquines.
  2. Qui a de l’appétit sexuel.
    • Il est très sexe, ce mec.
  3. Sexy, sexuellement attirant.
    • David Beckham est très sexe dans son calendrier 2009.

Forme de verbe

sexe \sɛks\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe sexer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe sexer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe sexer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe sexer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe sexer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SEXE. n. m.
Caractère organique qui distingue l'un de l'autre le mâle et la femelle. Sexe masculin, féminin. Il se dit, par extension, de l'Ensemble des caractères masculins ou féminins. Une femme qui a un courage au-dessus de son sexe. Il s'emploie collectivement pour désigner les Hommes ou les Femmes. Des personnes des deux sexes, de l'un et de l'autre sexe. À la prise de cette place, on massacra toute la population, sans distinction d'âge ni de sexe. Le sexe fort, Les hommes. Le beau sexe, le sexe faible, Les femmes. On dit aussi Le sexe, absolument, ou Les personnes du sexe pour désigner les Femmes, mais ces deux dernières expressions ont vieilli.

SEXE se dit aussi en parlant des Plantes. Beaucoup de plantes réunissent les deux sexes dans leurs fleurs.

Littré (1872-1877)

SEXE (sè-ks') s. m.
  • 1Différence constitutive du mâle et de la femelle dans les animaux et les plantes. Le sexe mâle. Le sexe femelle. Beaucoup de plantes réunissent les deux sexes dans leurs fleurs. Reine, sors, a-t-il dit, de ce lieu redoutable, D'où te bannit ton sexe et ton impiété, Racine, Ath. II, 2. Ce n'est plus cette reine éclairée, intrépide, Élevée au-dessus de son sexe timide, Racine, ib. III, 3. En tout ce qui ne tient pas au sexe, la femme est homme, Rousseau, Ém. V. Et puis, avec cet air de supériorité masculine qui n'abandonne point nos humbles adorateurs, tu me reproches d'avoir été de mon sexe une fois en ma vie, comme si jamais une femme devait cesser d'en être, Rousseau, Hél. I, 46.

    N'avoir plus de sexe, être privé par accident ou par vieillesse des facultés sexuelles. À quoi me serviront tous les plaisirs des champs, lorsque je n'aurai plus ni langue ni palais pour savourer leurs fruits, ni sexe pour leurs Hébés ! Bernardin de Saint-Pierre, Mort de Socr.

  • 2Collectivement, les hommes ou les femmes. Des personnes des deux sexes, de l'un et l'autre sexe. Leur sexe [des femmes] aime à jouir d'un peu de liberté ; On le retient fort mal par tant d'austérité, Molière, Éc. des mar. I, 2. C'est faire à notre sexe [aux femmes] une trop grande offense, De n'étendre l'effort de notre intelligence Qu'à juger d'une jupe ou de l'air d'un manteau, Ou des beautés d'un point, ou d'un brocart nouveau, Molière, Fem. sav. III, 2. Le fer ne connaîtra ni le sexe ni l'âge, Racine, Esth. I, 3. Ce sexe sans lequel, comme l'a dit une femme aussi spirituelle que sensible, le commencement de notre vie serait privé de secours, le milieu de plaisirs, et la fin de consolation, D'Alembert, Éloges, Mariv. Belle Octavie… Ton sexe faible est oublieux des crimes, Béranger, Octavie.
  • 3Le beau sexe, ou, absolument, le sexe, les femmes. Commander à ses pleurs en cette extrémité, C'est montrer, pour le sexe, assez de fermeté, Corneille, Hor. I, 1. Car en ce siècle ignorant Le beau sexe était sauvage ; Il ne l'est plus maintenant, La Fontaine, Cand. Mme de Frontenac en est toute honteuse [de la mort de Mme Bertillac, amoureuse et victime de Caderousse], aussi bien que tout le sexe, qui devrait déchirer Caderousse comme Orphée, Sévigné, 24 janv. 1680. Et tous ces vieux recueils de satires naïves, Des malices du sexe immortelles archives, Boileau, Sat. X. Il a pour tout le sexe une haine fatale, Racine, Phèdre, III, 1. La superstition est sans doute à craindre pour le sexe ; mais rien ne la déracine ou ne la prévient mieux qu'une instruction solide, Fénelon, Éduc. filles, 7. Dans cet âge où les charmes du beau sexe commencent à s'épanouir, Hamilton, Gramm. 7. La honte, qui est dans le sexe une passion violente…, Voltaire, Pol. et lég. Comm. délits et peines, occasion. Une organisation délicate, une grande sensibilité, une imagination heureuse, des passions vives donnent au sexe une disposition universelle à tous les talents et à toutes les vertus, Comte de Caylus, Acad. de ces dames et de ces messieurs, Œuv. t. XII, p. 40, dans POUGENS.

    Les personnes du sexe, les femmes. Nouveau genre d'étude et presque inconnu aux personnes de l'âge et du rang de Madame, ajoutons, si vous voulez, de son sexe, elle étudiait ses défauts, Bossuet, Duch. d'Orl. Ah ! mes chers auditeurs, un peu de réflexion aux maux infinis que peut causer et que cause tous les jours la vie dissipée, surtout des personnes du sexe, Bourdaloue, 3e dim. après Pâq. Dominic. t. II, p. 115.

HISTORIQUE

XVIe s. Ainsi mourut cette roine [Jeanne d'Albret], n'aiant de femme que le sexe, l'ame entiere aux choses viriles, l'esprit puissant aux grands affaires, le cœur invincible aux adversitez, D'Aubigné, Hist. II, 8. …Avec une resjouissance des habitans de la ville de tous estats et de tous sexes, incroyable, Carloix, VII, 16. Le sexe n'est autre chose que la difference du masle et de la femelle, Paré, Introd. 11.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SEXE. - HIST. Ajoutez : XIIe s. Elle est [une femme d'Alexandre] grose et ençainte, d'enfant sostient le fes ; à grant ounor li faites son talent et son ses, Et le [la] faites servir en mes millors palès, li Romans d'Alixandre, p. 511.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SEXE, le, (Morale.) le sexe absolument parlant, ou plutôt le beau-sexe, est l’épithete qu’on donne aux femmes, & qu’on ne peut leur ôter, puisqu’elles font le principal ornement du monde. Qu’elles joignent à ce titre mérité, tout ce qui est propre à leur état, la pudeur, la retenue, la douceur, la compassion & les vertus des ames tendres : la musique, la danse, l’art de nuancer les couleurs sur la toile, sont les amusemens qui leur conviennent ; mais la culture de leur esprit est encore plus importante & plus essentielle. Que d’autre part leur heureuse fécondité perpétue les amours & les graces ; que la société leur doive sa politesse & ses goûts les plus délicats ; qu’elles fassent les plus cheres délices du citoyen paisible ; que par une prudence soumise & une habileté modeste, adroite & sans art, elles excitent à la vertu, raniment le sentiment du bonheur, & adoucissent tous les travaux de la vie humaine : telle est la gloire, tel est le pouvoir du beau-sexe. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sexe »

Provenç. sexe ; espagn. sexo ; ital. sesso ; du lat. sexus, pour sectus, section, séparation.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin sexus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sexe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sexe sɛks

Citations contenant le mot « sexe »

  • Les anges n'ont pas de sexe, puisqu'ils sont éternels. Auguste Comte, Catéchisme positiviste
  • Frigidité : sexe aphone. De Léo Campion
  • Fin de siècle, fin de sexe. De Jean Lorrain
  • Le sexe est le baromètre des sentiments. De Yann Moix
  • Dieu a-t-il un sexe ? De Jacques Lacan / Séminaire III
  • La pudeur se cache derrière notre sexe. De Francis Picabia / Ecrits
  • Le ramollissement du sexe durcit le coeur. De Maurice Chapelan / Amoralités familières
  • Le rire est le grelot du sexe. De Malcolm de Chazal / La Vie derrière les choses.
  • Les hommes portent leur coeur dans leur sexe, les femmes portent leur sexe dans leur coeur. De Malcolm de Chazal / Sens Plastique
  • Le sexe, c'est un millier de femmes. Une femme, un millième de sexe. De Georges Perros / Papiers collés
  • Le sexe est le plus illogique des besoins. De Björk
  • Les odeurs n'ont pas de sexe. De Jacques Cavalier
  • Les couleurs du sexe : triste chair Le Monde.fr, « Sexe et pouvoir » : Joséphine de Beauharnais l’enjôleuse
  • A travers « 12 récits futuristes avec du sexe, de l’amour et des robots tout nus », l’auteur Josselin Bordat explore la sexualité de demain. Et questionne celle d’aujourd’hui, bousculée par la crise et le confinement. Le Soir Plus, Sexe du futur: « On reste une espèce qui aime le frotti-frotta» - Le Soir Plus
  • "On disait qu’avec la disette sexuelle imposée pendant le confinement, on allait observer une boulimie de sexe, mais cette enquête montre que la tendance est plutôt à la prudence", confirme François Kraus, directeur du pôle "Genre, sexualités et santé sexuelle" de l’Ifop. petitbleu.fr, Le sexe, victime collatérale du coronavirus ? - petitbleu.fr

Images d'illustration du mot « sexe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sexe »

Langue Traduction
Anglais sex
Espagnol sexo
Italien sesso
Allemand sex
Chinois 性别
Arabe الجنس
Portugais sexo
Russe секс
Japonais セックス
Basque sexua
Corse sessu
Source : Google Translate API

Synonymes de « sexe »

Source : synonymes de sexe sur lebonsynonyme.fr

Sexe

Retour au sommaire ➦

Partager