Référer : définition de référer


Référer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÉFÉRER, verbe trans.

A. − Empl. trans.
1. Vieilli ou littér.
a) Référer qqn/qqc. à qqn/qqc.Rapporter au compte de; établir ou mettre en valeur un lien entre une personne et quelqu'un ou quelque chose dont elle tire son origine, sa ressemblance.
[Le compl. prépositionnel désigne une époque] Synon. de reporter.Tout cela nous réfère au Moyen Âge, dit-il (Huysmans, Là-bas, t. 2, 1891, p. 187).
[Le compl. prépositionnel désigne qqc.] Faire découler, (s')inspirer de, aligner sur. Hier, en séance publique, quelques-uns des honorables députés ont référé leurs opinions à ces discours mêmes (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 183).
Situer par rapport à; attribuer. Aux yeux du chrétien, la culture et la civilisation, étant ordonnées à une fin terrestre, doivent être référées et subordonnées à la vie éternelle qui est la fin de la religion (Maritain, Human. intégr., 1936, p. 107):
1. Rien dans le monde entier n'arrive plus que par rapport au Christ. C'est à Lui seul que tous les peuples ensemble demandent l'élément essentiel de leur attitude. C'est par rapport à Lui qu'ils se réalisent (...). C'est à Lui que toutes choses vont être référées. Claudel, Poète regarde Croix, 1938, p. 45.
b) DR. Référer le serment à qqn. Déférer le serment en retour à la partie qui l'avait déféré la première (v. déférer1). Celui auquel le serment est déféré, qui le refuse ou ne consent pas à le référer à son adversaire, ou l'adversaire à qui il a été référé et qui le refuse, doit succomber dans sa demande ou dans son exception (Code civil, 1804, art. 1361, p. 247).
P. anal. Déférer en retour. Ces organismes régionaux devront s'efforcer d'arranger les disputes locales avant qu'elles soient portées devant le Conseil de sécurité. À son tour le Conseil peut référer ces différends à ces agences régionales (Charte Nations Unies, 1946, p. 39).
Vieilli. Référer à qqn le choix d'une chose. ,,Lui laisser le choix de la même chose dont il nous donnait le choix`` (Ac. 1798-1878).
c) Synon. rare de référencer.Si le complexe sonore était particulièrement hermétique (...), il suffisait de le représenter par un symbole et de le référer par une lettre (Schaeffer, Rech. mus. concr., 1952, p. 82).
2. Référer à qqn.Soumettre une difficulté, un litige à quelqu'un qui a autorité pour trancher, décider. L'excellent Meurice, à qui La Rochelle devait référer, en dernier ressort, pour tout (Goncourt, Journal, 1873, p. 942).C'est le Ministre de l'Intérieur qui est compétent, son arrêté d'expulsion, non motivé, n'est pas susceptible d'être référé au Conseil d'État, statuant en contentieux (Baradat, Organ. préfect., 1907, p. 282).
3. Empl. pronom.
a) [Le suj. désigne une pers.] Se tourner vers (quelqu'un, quelque chose) qui représente la source, l'origine, l'autorité sur laquelle on s'appuie, on se fonde. Mais le Dieu de Jean-Jacques n'était qu'en lui (...). Se référer à Dieu n'était encore que se référer à soi, et la vie intérieure devenait un délire d'orgueil à faire éclater la cervelle (Guéhenno, Jean-Jacques, 1952, p. 220).L'œuvre d'Adam Smith (...) a eu une portée considérable: c'est à elle que se sont référés la plupart des grands doctrinaires libéraux (Lesourd, Gérard, Hist. écon., 1968, p. 155).
b) [Le suj. désigne un inanimé] Se rapporter à (quelque chose) qui l'explique, le précède, l'inspire. C'est à Boucher que se réfèrent [dans les toiles de Renoir] ces chairs riantes et polies (...) ces attitudes vives, ces modelés d'émail cernés par des linéaments sobres (Mauclair, Maîtres impressionn., 1923, p. 107).V. avent ex. 3.
B. − Empl. trans. indir.
1. En référer à qqn.Informer quelqu'un en lui soumettant un cas, un litige, une difficulté afin qu'il prenne une décision. En référer au juge, au tribunal; en référer à son supérieur, à ses chefs. Le général Pershing crut devoir m'en référer, et me demanda s'il n'y aurait pas lieu de modifier mes décisions (Foch, Mém., t. 2, 1929, p. 232):
2. ... le colonel K..., homme fougueux, poussa les choses à l'extrême en octroyant une calotte retentissante au directeur de la Voix de Saint-Mihiel. L'abbé (...) en référa à l'évêque de Verdun, son supérieur hiérarchique, lequel en référa lui-même à son métropolitain. Courteline, Train 8 h 47, 1888, 3epart., II, pp. 227-228.
Absol. En référer.Faire un rapport à quelqu'un qui a autorité au sujet de quelque chose. Un exécutif qui conserve le droit d'initiative, peut décider rapidement sans avoir à en référer, et prend la responsabilité de ses actes (Reynaud, Syndic. en Fr., 1963, p. 223).
En tournure impers., au passif. Dans les trois jours, il sera par lui référé du tout au tribunal en la chambre du conseil, sur les conclusions par écrit du commissaire du Gouvernement (Code civil, 1804, art. 288, p. 54).Des accords de cette nature sont des affaires générales au sujet desquelles il doit m'être référé (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 359).
2. En référer à qqc.Se tourner vers quelque chose, se servir de quelque chose comme appui, repère, inspiration; faire référence à. Il est toujours inutile, pour les questions de langue ou de littérature, d'en référer à la Grèce, puisque rien ne nous est venu de là que par l'intermédiaire de Rome (Gourmont, Esthét. lang. fr., 1899, p. 220).
3. LING. Référer à.Avoir pour référent. On ne dit plus comme naguère qu'un mot nomme ou signifie une chose, on dit qu'un mot réfère à une chose (D. D. L.1976, s.v. référence).
REM. 1.
Référable, adj.,rare. Référable à. Qui peut être référé à. Apparition également décisive, entre éléments, de véritables forces de rapprochement ou d'éloignement (sympathie et antipathie) (...), référables, semble-t-il, les unes et les autres, à de simples réactions aux courbures de l'espace-temps et de la biosphère, respectivement (Teilhard de Ch., Phénom. hum., 1955, p. 337).
2.
Référer, verbe intrans.Se référer à. Aujourd'hui la publicité radiophonique occupe une « place » sur le marché de la publicité. Nous tâcherons de la déterminer en référant à deux critères (Weinand, Public. radioph., 1964, p. 35).
Prononc. et Orth.: [ʀefeʀe], (il) réfère [-fε:ʀ]. Ac. 1694, 1718: refe-; dep. 1740: réfé-. Conjug. v. abréger. Étymol. et Hist. 1370 trans. « rapporter, mettre en rapport » (Oresme, Ethiques, éd. A.-D. Menut, I, 18, 20b); spéc. a) ca 1485 se refférer a « se rapporter à » (Myst. V. Testament, éd. J. de Rothschild, 48605); 1636 an a referé (Monet); b) 1559 referer (à) « attribuer (à) » (Amyot, P. Aem., 39 ds Littré); c) 1615 dr. referer un serment (Coutume de Bourbourg ds Nouv. Coutumier gén., éd. A. Bourdot de Richebourg, t. 1, p. 484b). Empr. au lat.referre « rapporter », dér. de ferre « porter ». Fréq. abs. littér.: 349. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 133, b) 189; xxes.: a) 211, b) 1 139. Bbg. Kleiber (G.). Probl. de référence... Paris, 1981, pp. 11-14. − Lyne (A. A.). A Lexicometric approach to the description of a language variety. Thèse, Sheffield, 1981, p. 328.

Référer, verbe intrans.Se référer à. Aujourd'hui la publicité radiophonique occupe une « place » sur le marché de la publicité. Nous tâcherons de la déterminer en référant à deux critères (Weinand, Public. radioph., 1964, p. 35).

Référer : définition du Wiktionnaire

Verbe

référer \ʁe.fe.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se référer)

  1. Rapporter une chose à une autre.
    • À quoi référez-vous cet article ?
    • Je voyais ces observateurs déconcertés, incapables de référer les différences régionales à la simple géographie. — (Mona Ozouf, Composition française, Gallimard, 2009, collection Folio, pages 209-210)
  2. Attribuer, reporter.
    • Il en faut référer l’honneur, la gloire à Dieu.
    • Je vous en réfère tout l’honneur, toute la gloire.
  3. (Droit) S’en rapporter au serment de quelqu’un qui voulait s’en rapporter au nôtre.
    • Référer le serment à quelqu’un.
    • Le serment lui avait été déféré, mais il le référa à sa partie adverse.
  4. (Linguistique) Avoir pour référent, pour signifié, quelque chose.
    • Le terme fitness réfère à un ensemble de pratiques sportives.
  5. (Intransitif) (précédé de en) (Justice) Faire rapport, se rapporter, recourir.
    • Il faut en référer au juge.
    • Il en sera référé.
  6. (Pronominal) Se rapporter, prendre comme référence, comme source valable.
    • Se référer à l’avis de quelqu’un, se référer à quelqu’un, se référer à ce qu’il dit.
    • Je me suis référé à ce texte.
    • Je m’en réfère à l’événement pour justifier mes conseils, ma prédiction.
    • […] des linguistes qui prêchent avec tant d’insistance l’erreur qu’il y a de parler en se référant à des formes de pensée étrangères. — (Bélanger, Henri, Place à l’homme, Hurtubise HMH, Montréal, 1972)
  7. (Pronominal) Concerner, se rapporter à.
    • Cette note se réfère à tel endroit du texte.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Référer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉFÉRER. v. tr.
Rapporter une chose à une autre. À quoi référez-vous cet article? Cette note se réfère à tel endroit du texte. Il signifie aussi Attribuer, reporter. Il en faut référer l'honneur, la gloire à Dieu. Je vous en réfère tout l'honneur, toute la gloire. En termes de Jurisprudence, Référer le serment à quelqu'un, S'en rapporter au serment de quelqu'un qui voulait s'en rapporter au nôtre. Le serment lui avait été déféré, mais il le référa à sa partie adverse.

RÉFÉRER s'emploie intransitivement en termes de Procédure et signifie Faire rapport, se rapporter, recourir. Il faut en référer au juge. Il en sera référé.

SE RÉFÉRER se dit des Personnes et signifie Se rapporter. Se référer à l'avis de quelqu'un, se référer à quelqu'un, se référer à ce qu'il dit. Je me suis référé à ce texte. Je m'en réfère à l'événement pour justifier mes conseils, ma prédiction.

Référer : définition du Littré (1872-1877)

RÉFÉRER (ré-fé-ré. La syllabe fé prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je réfère, excepté au futur et au conditionnel : je référerai) v. a.
  • 1Rapporter une chose à une autre. On référa la citation à l'original.
  • 2Attribuer. Je vous en réfère tout l'honneur. L'autre [âme] m'en fait toujours un hommage fidèle [des honneurs reçus] ; Et sur ceux qu'on lui rend son zèle s'élevant Me les refère tous sans en vouloir pour elle, Corneille, Imit. III, 54. Vous comprenez comment vous pouvez les référer [les afflictions] à Dieu, en y reconnaissant sa volonté, Bourdaloue, Instruct. sur la prud. du salut, XII.
  • 3 Terme de jurisprudence. Référer le serment à quelqu'un, s'en rapporter au serment de quelqu'un qui voulait s'en rapporter au nôtre. Le serment lui avait été déféré, mais il le référa à la partie adverse. Le serment déféré d'office par le juge à l'une des parties ne peut être par elle référé à l'autre, Code Nap. art. 1368.

    Référer à quelqu'un le choix d'une chose, lui laisser le choix de la même chose dont il nous donnait le choix.

  • 4 V. n. Terme de palais. Faire rapport. Il faut en référer à la chambre.

    Au passif et impersonnellement. Il en sera référé.

  • 5Se référer, v. réfl. Avoir rapport à. C'est à quoi… les signes du ciel se doivent référer, Mairet, Solim. II, 2. Ces paroles ne doivent pas se référer où vous voulez qu'elles se réfèrent, Patru, Plaidoyer 12, dans RICHELET.
  • 6S'en rapporter à. Se référer à quelqu'un, à l'avis de quelqu'un.

HISTORIQUE

XIVe s. Et à ceste [chose] doit l'en referer toutes les autres, Oresme, Eth. 28. Et convient entendre et resguarder as œuvres, rapporter ou referer les paroles à la vie, Oresme, ib. 322.

XVIe s. Pourtant nous ne nous arresterons à referer particulierement l'opinion d'un chacun, Calvin, Inst. 183. Accident que l'on ne sçauroit referer ailleurs qu'à la faveur des dieux, Amyot, P. Aem. 39. Ilz vouloient que toutes choses se referassent à la grace et au bon plaisir des dieux, Amyot, Marcel. 4. Lorsque quelque chose est remise au serment, il devra estre accepté ou referé en la forme et maniere qu'il aura esté deferé, Nouv. coust. gén. t. I, p. 484.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RÉFÉRER. Ajoutez :
7Faire un rapport. La commission parlementaire chargée de référer sur le projet de loi concernant les amendes fiscales a terminé ses travaux…, Journ. offic. 17 juin 1872, p. 4065, 3e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « référer »

Étymologie de référer - Littré

Prov. referre ; espagn. referir ; ital. riferire ; du lat. referre, de re, et ferre, porter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de référer - Wiktionnaire

Du latin referre → voir relater.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « référer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
référer refere play_arrow

Conjugaison du verbe « référer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe référer

Citations contenant le mot « référer »

  • Veuillez noter que l’heure de fin n’est pas représentative de la réalité. Se référer au descriptif pour connaitre la durée prévue de l’évènement, ou contactez l’organisateur. A partir de 8,50€ ROSE Unidivers, ROSE Ferme de Bel Ebat GUYANCOURT samedi 19 septembre 2020
  • Il a signalé dans un communiqué dont une copie a été envoyée à BN Check qu’il n’avait rien à voir ni avec ces pages ni avec leur contenu appelant les citoyens et les médias à se référer uniquement aux canaux officiels de communication, notamment le bureau de l’information de Hichem Mechichi. www.businessnews.com.tn, Hichem Mechichi victime d'usurpation d'identité sur les réseaux sociaux

Traductions du mot « référer »

Langue Traduction
Corse riferite
Basque erreferentzia
Japonais 紹介する
Russe обращаться
Portugais referir
Arabe أشير
Chinois 参考
Allemand verweisen
Italien fare riferimento
Espagnol referir
Anglais refer
Source : Google Translate API

Synonymes de « référer »

Source : synonymes de référer sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires