La langue française

Primat

Sommaire

  • Définitions du mot primat
  • Étymologie de « primat »
  • Phonétique de « primat »
  • Citations contenant le mot « primat »
  • Images d'illustration du mot « primat »
  • Traductions du mot « primat »
  • Synonymes de « primat »
  • Antonymes de « primat »

Définitions du mot primat

Trésor de la Langue Française informatisé

PRIMAT1, subst. masc.

[Titre attribué à certains prélats en vertu d'un privilège ou d'une primauté de juridiction pouvant s'exercer sur d'autres évêques ou archevêques et qui est de nos jours un titre purement honorifique attaché par tradition à un siège épiscopal] Charles, cardinal de Bourbon, archevêque et comte de Lyon, primat des Gaules, était à la fois allié à Louis XI par son frère (...) et allié à Charles le Téméraire par sa mère Agnès de Bourgogne (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p.42).On apprend que la vieille basilique de San Lorenzo a été atteinte... Les primats d'Irlande et d'Argentine ont protesté et l'on pense que le Pape fera de même (Green, Journal, 1943, p.62).Le révérend père Trubel appartenait, en effet, à cette compagnie des missionnaires blancs spécialisés dans les Noirs et dont le grand homme demeure ce cardinal Lavigerie, premier primat d'Afrique, premier archevêque de Carthage (H. Bazin, Vipère, 1948, p.42).
En appos. Cardinal primat. Derrière le choeur, très élevé, on a placé le siège épiscopal en pierre sur lequel l'archevêque primat d'Angleterre, investi d'un pouvoir souverain, plus roi que le roi, attend assis (Michelet, Chemins Europe, 1874, p.17).La réunion à Rome des supérieurs généraux des quatorze congrégations bénédictines, sous la présidence de l'Abbé primat de l'Ordre (Chauve-Bertrand, Question calendrier, 1920, p.101).
Prononc. et Orth.: [pʀima]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1155 (Wace, Brut, 13838 ds T.-L.). Empr. au lat. primas, -atis «qui est au premier rang» d'où «celui qui est au premier rang, notable» et en lat. eccl. «primat, doyen des évêques d'un pays» (Blaise Lat. chrét.).
DÉR.
Primatie, subst. fém.a) Dignité de primat. Pour nous, la primatie du Souverain Pontife est précisément ce que le système de Copernic est pour les astronomes (J. de Maistre, Pape, 1819, p.56).b) Territoire sur lequel s'étend la juridiction d'un primat. Elles avaient appelé le 1erdécembre 1707, à la Primatie de Lyon, de l'Ordonnance qui leur interdisait les sacrements; mais ces appels ne prenaient pas (Sainte-Beuve, Port-Royal, t.5, 1859, p.550). [pʀimasi]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1resattest. xiiies. primacie «dignité de primat» (Chron. de St Denis, Gdes Chron. de France, éd. J. Viard, t.4, p.224: Après, en lut une autre [epistre] de la primacie Ensegise, l'arcevesque de Sanz), 1669 primatie (Widerhold Fr.-all.), 1694 «siège de la juridiction d'un primat, territoire du ressort de cette juridiction» (Ac.) [sens att. pour la forme primace ds Est. 1549]; de primat1(suff. -ie*), selon le lat. médiév. primatia (Du Cange et Latham).

PRIMAT2, subst. masc.

PHILOS., MOR. Suprématie, caractère de ce qui prime du point de vue de la valeur ou de la puissance. Synon. primauté.D'autres docteurs s'élèvent, au nom de la «tradition française», contre cette «barbare» exaltation de l'instinct, prêchent le «primat de l'intelligence» (Benda, Trahis. clercs, 1927, p.186).Il n'y a pas d'ordre véritable et complet de la vie humaine sans le primat de la grâce et de la charité (Maritain, Primauté spirit., 1927, p.109).La démocratie, c'est l'affirmation du primat de l'homme libre sur l'État ou sur tous les autres groupes sociaux (Vedel, Dr. constit., 1949, p.187).
En partic. [P. réf. à Kant] Primat de la raison pratique. Prééminence de la raison pratique sur la raison théorique. La théorie, qui n'est pas exacte, consiste à ériger le fait en droit, comme Kant a essayé de le faire en affirmant le primat de la raison pratique (Lévy-Bruhl, Mor. et sc. moeurs, 1903, p.58).
P. ext. Caractère de ce qui prend le pas, de ce qui domine. C'est là un des thèmes que M. Focillon développera avec le plus d'ingéniosité: «Les siècles qui suivent les invasions nous montrent le déclin de l'art de bâtir et le primat de la parure (...)» (Lhote, Peint. d'abord, 1942, p.52).Aux discussions entre peintres, fondées sur des expériences communes, se substituèrent les discussions entre intellectuels, fondées sur le primat de la chose représentée (Malraux, Voix sil., 1951, p.87).
Prononc.: [pʀima]. Étymol. et Hist.1. Fin du xves. «supériorité» (Ancienn. des Juifs, ms. Arsenal 5082, fo22b ds Gdf.); 2. 1893 «primauté spirituelle, intellectuelle» (Blondel, Action, p.300). 1 empr. au lat. primatus «premier rang, prééminence; supériorité»; 2 empr. à l'all. Primat, de même sens que le fr., notamment terme de philos. (Kant: Primat der praktischen Vernunft, cf. Lal.), empr. au lat. primatus.
STAT.Primat1 et 2. Fréq. abs. littér.: 96.

Wiktionnaire

Nom commun 1

primat \pʁi.ma\ masculin

  1. (Religion) Archevêque qui, en vertu d’anciens droits, possède une suprématie d’honneurs sur tous les évêques et archevêques d’une région.
    • L’archevêque de Lyon porte le titre de primat des Gaules ; celui de Bourges porte le titre de primat de toutes les Aquitaines.
  2. (Histoire) Notable d’une ville, d’une région de la Grèce moderne.
    • Les primats de Patras.
  3. (Œnologie) Grosse bouteille de vin de 27 L, soit 36 bouteilles.

Nom commun 2

primat \pʁi.ma\ masculin

  1. Caractère de ce qui prime.
    • La démocratie, c'est l’affirmation du primat de l’homme libre sur l’État ou sur tous les autres groupes sociaux — (Georges Vedel, Droit constitutionnel, 1949, page 187.)
    • On ne donnerait pas une idée fausse de la philosophie en disant qu’elle arbitre le duel qui oppose dans la connaissance le sujet connaissant et l’objet connu. Ce duel peut se conclure par le primat total de l’un des termes sur l’autre. — (Michel Tournier, Jules Verne ou le Génie de la géographie, dans Les vertes lectures, collection Folio, 2007, page 90)
    • L’école libérale aujourd’hui dominante (main stream), repose sur le primat du libre marché comme mode d’organisation des échanges. — (Patrice Allard, « L’économie en questions », Mathématiques et économies, Bibliothèque Tangente no 62, janvier 2018, page 29.)
    • La lutte contre le « judaïsme international », la lutte contre le marxisme et la lutte pour l’acquisition d’un « espace vital » à l’Est ne sont que les trois aspects d’un même combat. Et celui-ci s’insère et trouve sa justification dans une conception de l’histoire qui, renversant la croyance de Marx dans le primat des forces socio-économiques, s’en tient dogmatiquement à la vue selon laquelle le progrès humain résulte d’une lutte incessante entre des races biologiquement définies. — (Ian Kershaw, traduit par Jacqueline Carnaud et Pierre-Emmanuel Dauzat, Hitler – Essai sur le charisme en politique, Éditions Gallimard, 1995, ISBN 978-2-07-041908-1)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRIMAT (pri-ma ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas, au pluriel, l's se lie : les pri-ma-z espagnols) s. m.
  • 1Nom donné à quelques archevêques qui, par d'anciens droits, ont une sorte de supériorité sur tous les évêques et archevêques d'une région. Saint Cyprien et l'évêque d'Afrique, dont il était le primat, Bossuet, Déf. tradit. commun. II, 30. On dit communément : après un tel, qui sera chancelier ? qui sera primat des Gaules ? qui sera pape ? La Bruyère, XII. Un curé de nos provinces est jugé en matière purement ecclésiastique par l'officialité de son évêque ; il en appelle au métropolitain, du métropolitain au primat, n'est-ce pas assez ? Voltaire, Pol. et lég. Le cri des nations, Juges délégués. Ce Thomas Becquet, avocat élevé par le roi Henri II à la dignité de chancelier, et enfin à celle d'archevêque de Cantorbéry, primat d'Angleterre et légat du pape, devint l'ennemi de la première personne de l'État dès qu'il fut la seconde, Voltaire, Mœurs, 50.

    Il y avait trois primats en France : l'archevêque de Lyon se disait primat des Gaules ; celui de Bourges, primat d'Aquitaine ; et celui de Rouen, primat de Normandie. Le premier et le dernier subsistent encore aujourd'hui.

    Adj. Archevêque primat. Prince primat.

    Depuis la nouvelle législation ecclésiastique, le titre de primat est purement honorifique en France.

  • 2En parlant de la Grèce moderne, les primats, les principaux d'une ville, d'un lieu.
  • 3Primat de Pologne, chef du sénat, qui gouvernait dans les interrègnes.

HISTORIQUE

XIIe s. Là [ils] durent les persones [les ecclésiastiques] e eslire e doner : N'i voldrent [voulurent] arcevesque ne primat apeler, Th. le mart. 127.

XIIIe s. Parce qu'il est primat des arcevesques dou roiaume, Ass. de J. I, 29.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PRIMAT. Ajoutez :
4La première copie d'une missive, d'une dépêche, par opposition à duplicata. En marge de cette minute [lettre de Napoléon 1er 29 novembre 1812] est écrit : le primat a été porté par le courrier Saint-Romain ; le duplicata est porté le 1er décembre par le juif Marius, Journ. offic. 4 mars 1877, p. 1679, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PRIMAT, s. m. (Jurisprud.) primas, seu episcopus primæ sedis, c’est un archevêque qui est établi au-dessus d’un ou de plusieurs autres métropolitains.

Le primat exerce aussi les droits de primatie sur ses propres diocésains & sur les évêchés qui sont ses suffragans, de sorte qu’il a plusieurs degrés de jurisdiction qu’il fait exercer par des officiaux différens, ayant pour la primatie un official primatial pour juger les appellations qui sont interjettées de l’official métropolitain.

La dignité de primat est la premiere dignité dans l’Église après celle du pape dans les pays où il n’y a point de patriarche, & dans ceux où il y a un patriarche elle est la troisieme, le patriarche étant au-dessus du primat.

Anciennement on confondoit quelquefois la dignité de patriarche avec celle de primat, on les appelloit tous d’un nom commun magni exarchæ.

Les uns & les autres jouissoient de grandes prérogatives, car on pouvoit appeller à eux, omisso medio. Les jugemens primatiaux étoient sans appel. Leg. sanc. cod. de episc. aud.

En France où l’établissement des grands patriarches n’a point été reçu, ce sont les primats qui en tiennent lieu ; on appelle de l’évêque au métropolitain, de celui-ci au primat, & du primat au pape ; jusqu’à ce qu’il y ait trois sentences conformes, il n’est pas permis d’intenter cet ordre de jurisdiction.

Il y a huit archevêques en France qui se disent primats ; celui de Sens se dit primat de Germanie & des Gaules ; les archevêques de Bourges & de Bordeaux se disent tous deux patriarches d’Aquitaine ; ceux d’Arles & de Vienne se disputent la primatie de la Gaule narbonnoise ; ceux de Rouen & de Narbonne se prétendent aussi primats de leurs détroits.

Par arrêt du conseil du 12 Mai 1702 revêtu de lettres-patentes registrées aux parlemens de Paris & de Normandie, l’archevêque de Rouen a été déclaré exempt de la jurisdiction de l’archevêque de Lyon ; celui-ci est en possession de la jurisdiction primatiale sur les métropoles de Tours, de Sens & de Paris, parce qu’il est primat des quatre lyonnoises, suivant la bulle de Gregoire VII. de 1079.

L’archevêque de Bourges exerce les droits de primatie sur Alby & sur les évêchés de Rodez, de Castres, de Cahors, de Vabres & de Mende qui en sont suffragans, l’archevêque de Bourges n’ayant consenti à l’érection de l’évêché d’Alby en métropole, qu’à la charge que cette église & les membres qui en dépendent reconnoîtroient toujours la jurisdiction & la primatie de celle de Bourges dont elle a été désunie ; & en cas de vacance du siege de Bourges, les droits de primatie appartiennent au chapitre. Voyez Fevret, d’Héricourt, la bibliotheque canonique, Drapier & les articles Archeveque, Official, Patriarche. (A)

Primat de Pologne, (Hist. du gouv. de Pol.) le primat de Pologne est le chef du sénat, & c’est à l’archevêque de Gnesne qu’appartient cet honneur.

Cette dignité de primat fut autrefois accompagnée du pouvoir & de ses abus dans toute l’Europe. Ce fut un primat de Suede, l’archevêque d’Upsal, qui fit massacrer dans un repas tout le sénat de Stockolm, sous prétexte qu’il étoit excommunié par le pape ; & la Suede ne voulut plus ni de primat, ni de pape. Ce fut un primat d’Angleterre, l’archevêque Cranmer, qui en cassant le mariage de Henri VIII. avec Catherine d’Arragon, rompit, de concert avec son maître, tous les liens entre Rome & les Anglois. Le czar Pierre ne trouva point de plus grands obstacles aux grandes choses qu’il méditoit, que la dignité de patriarche ou de primat. Elle s’abolit en France : comme elle s’est divisée sur plusieurs têtes qui se la disputent, elle ne peut pas tout ce qu’elle pouvoit. En Pologne elle existe dans toute sa force.

Le primat est légat né du saint siege, & censeur des rois ; roi lui-même en quelque sorte dans les interregnes, pendant lesquels il prend le nom d’inter-roi. Aussi les honneurs qu’il reçoit répondent-ils à l’éminence de sa place. Lorsqu’il va chez le roi, il y est conduit en cérémonie ; & le roi s’avance pour le recevoir. Il a, comme le roi, un maréchal, un chancelier, une nombreuse garde à cheval avec un timbalier & des trompettes qui jouent lorsqu’il est à table, & qui sonnent la diane & la retraite. On le traite d’altesse & de prince ; & parmi les grandes prérogatives de sa place, la plus utile à l’état, c’est la censure dont il use toujours avec applaudissement. Le roi gouverne-t-il mal, le primat est en droit de lui faire en particulier des représentations convenables ; le roi s’obstine-t-il, c’est en plein sénat, ou dans la diete qu’il s’arme des lois pour le ramener ; & on arrête le mal. Mais à supposer qu’un roi eût été plus fort que la loi, chose très-difficile en Pologne, le fil de l’oppression se romproit à sa mort, sans passer dans les mains du successeur. L’interregne tranche. L’abbé Cayer. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « primat »

Provenç. primat ; espagn. primado, primaz ; ital. primate ; du lat. primatem, dérivé de primus (voy. PRIME 1).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom commun 1) (XIIe siècle) Du latin primas, « qui est au premier rang ; notable », puis « doyen des évêques, primat », lui-même dérivé de primus, « le plus avancé, premier ».
(Nom commun 2) (XVe siècle) Du latin primatus, « premier rang, supériorité », lui-même dérivé de primus, « le plus avancé, premier ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « primat »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
primat prima

Citations contenant le mot « primat »

  • Nous abordons le XXIe siècle avec des pouvoirs de démiurges et des instincts de primates. De Thierry Gaudin / 2100, récit du prochain siècle
  • Le dernier apparu des primates doit aller vers plus d'humain, c'est-à-dire devenir plus conscient de l'autre quel qu'il soit. De Colette Mesnage / Sagesse pour aujourd'hui
  • Nous vivons certainement dans un monde utilitariste par le primat que nous accordons aux résultats, aux calculs publics et privés, aux valeurs économiques et à la sécurité. La crise du Covid-19 donne à voir ce que nous préférons d’ordinaire ignorer, comme le tri des patients ou la dureté des arbitrages économiques. The Conversation, Philosophie : penser la crise avec Bentham
  • D’abord intrigué par ces femmes qui n’ont nul besoin de s’affubler des oripeaux du féminisme médiatique contemporain pour affirmer leur primat, on ne tarde pas à leur vouer une profonde admiration. D’autant que le récit de Lisa See souligne les épreuves et les souffrances qu’elles ont eu à surmonter, des années 30 à nos jours, dans une Corée livrée à l’occupation japonaise, puis à une dictature militaire imposée par les Américains et se livrant à d’abominables massacres, avant que le pays soit brisé en deux entre le nord et le sud. Le Telegramme, Des mots et des livres : l’Île des femmes de la mer - A lire - Le Télégramme

Images d'illustration du mot « primat »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « primat »

Langue Traduction
Anglais primate
Espagnol primate
Italien primate
Allemand primas
Chinois 灵长类动物
Arabe الرئيسيات
Portugais primata
Russe примат
Japonais 霊長類
Basque primate
Corse primatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « primat »

Source : synonymes de primat sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « primat »

Partager