La langue française

Évêque

Sommaire

  • Définitions du mot évêque
  • Étymologie de « évêque »
  • Phonétique de « évêque »
  • Évolution historique de l’usage du mot « évêque »
  • Citations contenant le mot « évêque »
  • Traductions du mot « évêque »
  • Synonymes de « évêque »

Définitions du mot « évêque »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉVÊQUE, subst. masc.

A.− [Dans l'Église cathol.] Pasteur de l'Église qui possède la plénitude du sacerdoce, nommé par le pape ou avec son agrément, et placé à la tête d'un diocèse dont il a la charge pastorale, en communion avec le pape et les autres évêques. Lettres, visite pastorale d'un évêque; nommer, consacrer un évêque; les évêques sont les successeurs des Apôtres. Et puis un jour j'ai vu un évêque. Monseigneur, qu'on appelle. C'était l'évêque de la Majore, à Marseille. C'est le curé qui est sur les curés (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 97).L'un des évêques chinois récemment consacrés par Pie XI, Mgr Philippe Tchao (Maritain, Primauté spirit.,1927, p. 147):
1. − Je suis le maître, répétait-il, je suis l'évêque de ce diocèse! J'ai le droit, j'ai le devoir de (...) « faire l'évêque », d'ordonner des clercs, de consacrer des prêtres, de gouverner mon diocèse comme bon me semble... Billy, Introïbo,1939, p. 123.
1. Spécialement
a) Vieilli. Évêque in partibus (p. ell. de infidelium). Évêque sans siège effectif et dont le diocèse, purement nominal, est situé dans un pays non chrétien. Synon. usuel évêque titulaire.M. le vicaire général Triaurault venait d'être nommé évêque in partibus d'Haceldama (Huysmans, Oblat,t. 1, 1903, p. 224).Rome avait (...) restitué ses prérogatives épiscopales en le nommant évêque titulaire de Dionysiopolis en Phrygie (Billy, Introïbo,1939p. 231).
b) Vx, péj. Évêque de cour. Évêque délaissant son diocèse pour séjourner à la cour royale. Bientôt il faudra prêcher la résidence aux notaires comme autrefois aux évêques de cour (Gozlan, Notaire,1836, p. 6).Ces assemblées quinquennales composées en grande partie d'évêques de cour, au préjudice de ceux qui résidaient plus exactement (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 4, 1859, p. 252).
c) Vx, rare. Évêque du dehors. Prince ayant le pouvoir séculier. Faut-il (...) rappeler (...) le nom d'« évêque du dehors » souvent donné aux rois? (Maritain, Human. intégr.,1936, p. 162).
d) L'évêque de Rome. Le pape en tant que titulaire du diocèse de Rome. Une assemblée (...) qui rejette la domination du pape, qui déclare ne lui reconnaître d'autre pouvoir qu'un pouvoir purement spirituel, d'autre titre que celui d'évêque de Rome (A. Dumas père, Catherine Howard,1834, I, 1, p. 209).C'est l'évêque de Rome qui commande. Spirituel et temporel, il est le maître de tout (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 319).
Rem. La docum. atteste des subst. composés où évêque désigne le titre, la dignité épiscopale : Évêque-ministre (Bainville, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 26); cardinal-évêque (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 46); ex-évêque (Constant, Journaux, 1804, p. 85); prince-évêque (Taine, Notes-Paris, 1867, p. 155); roi-évêque (Sainte-Beuve, op. cit., t. 1, 1840, p. 488).
2. Loc. et proverbes au fig., fam.
a) Disputer, se battre de la chape à l'évêque (cf. chape A 2).
b) Un chien regarde bien un évêque (cf. chien II B 3 b).
c) À bon évêque dur évêché (cf. évêché A 1).
d) Vx. Crosse d'or, évêque de bois; crosse de bois, évêque d'or (cf. bois C 4 b).« Crosse d'or, évêque de bois? » Il censurait ainsi, mal à propos, la magnificence avec laquelle monseigneur Charlot se plaît à célébrer les offices (France, Orme,1897, p. 84).
e) Devenir d'évêque meunier. Déchoir. Est-ce qu'il s'attend à devenir d'évêque meunier? S'il ne lui faut que ma malédiction pour cela, je la lui donne (Hugo, N.-D. Paris1832, p. 74).
f) Vx, arg. Devenir évêque des champs. Être pendu (de l'expr. pop. « bénir par les pieds », cf. bénir I B 1 arg.). Monsieur l'abbé était modeste et n'enviait point l'honneur de devenir évêque des champs (...) le bourreau lui dit : « Monsieur l'abbé, ne faites pas l'enfant! » (France, Opinions J. Coignard,1893, p. 244).
SYNT. Évêque auxiliaire, coadjuteur, résidentiel, ordinaire, suffragant; pouvoirs, nomination, insignes pontificaux de l'évêque; assemblée, synode des évêques; visite « ad limina » des évêques; bonnet, crosse d'évêque.
B.− [Dans d'autres confessions chrét.] Chef spirituel d'un diocèse. Évêque orthodoxe, méthodiste; Lord évêque (Maurois, Disraëli,1927, p. 102).M. Wastley, l'évêque protestant qui a écrit sur toutes choses, vient de provoquer la formation d'un comité mixte (Michelet, Chemins Europe,1874, p. 86).Trois personnalités ecclésiastiques − un pasteur réformé, un évêque anglican, un prêtre catholique (Monde,19 janv. 1952, p. 9, col. 1-3):
2. Le numéro 1 comprend tous les fonctionnaires, tous les larbins officiels de la piété luthérienne en Danemark, le ministre de l'Intérieur étant leur pape infaillible. Ils ont des évêques, comme en Angleterre. Bloy, Journal,1899, p. 302.
Rem. On rencontre ds la docum. évêchesse, subst. fém., rare. Femme d'évêque anglican (cf. Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 120).
C.− [P. anal. de couleur, le violet étant traditionnellement la couleur épiscopale]
1. (Violet) d'évêque. D'un violet de robe d'évêque. Aussi avait-il fait tirer, en violet d'évêque, dans un encadrement de pourpre cardinalice, (...) un exemplaire des « Diaboliques » (Huysmans, À rebours,1884, p. 214).Un veston de chasse en velours violet d'évêque (Montherl., Célibataires,1934, p. 769).P. ell. Évêque, en appos., inv., avec valeur adj. Tabouret tournant en champignon recouvert de velours évêque (Vialar, Pt jour,1947, p. 372).
2. Pierre d'évêque. Améthyste (souvent utilisée pour le chaton de l'anneau épiscopal). Anciennement les Espagnols venaient (...) chercher en nos pays les pierres d'évêque, ces pierres violettes qu'on trouve dans les mines du Vernet-la-Varende (Pourrat, Gaspard,1922, p. 11).
Prononc. et Orth. : [evεk]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 2emoitié du xes. relig. cath. « chef d'un diocèse » (Saint Léger, éd. J. Linskill, 48 : evesque); 2. 1669 relig. réformée (Bossuet, Oraison funèbre de Henriette de France, reine de la Grande-Bretagne, éd. Vagner, Nancy 1862, t. 1, p. 247b). De la forme raccourcie *episcu, du lat. chrét. episcopus « surveillant, inspecteur, supérieur, chef; chef de communauté chrétienne, évêque » empr. au gr. ε ̓ π ι ́ σ κ ο π ο ς « gardien, surveillant, magistrat », terme eccl. « chef ecclésiastique, évêque ». Fréq. abs. littér. : 4 243. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 10 046, b) 7 636; xxes. : a) 3 265, b) 3 416. Bbg. Sain. Lang. par. 1920, p. 401.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉVÊQUE, subst. masc.

A.− [Dans l'Église cathol.] Pasteur de l'Église qui possède la plénitude du sacerdoce, nommé par le pape ou avec son agrément, et placé à la tête d'un diocèse dont il a la charge pastorale, en communion avec le pape et les autres évêques. Lettres, visite pastorale d'un évêque; nommer, consacrer un évêque; les évêques sont les successeurs des Apôtres. Et puis un jour j'ai vu un évêque. Monseigneur, qu'on appelle. C'était l'évêque de la Majore, à Marseille. C'est le curé qui est sur les curés (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 97).L'un des évêques chinois récemment consacrés par Pie XI, Mgr Philippe Tchao (Maritain, Primauté spirit.,1927, p. 147):
1. − Je suis le maître, répétait-il, je suis l'évêque de ce diocèse! J'ai le droit, j'ai le devoir de (...) « faire l'évêque », d'ordonner des clercs, de consacrer des prêtres, de gouverner mon diocèse comme bon me semble... Billy, Introïbo,1939, p. 123.
1. Spécialement
a) Vieilli. Évêque in partibus (p. ell. de infidelium). Évêque sans siège effectif et dont le diocèse, purement nominal, est situé dans un pays non chrétien. Synon. usuel évêque titulaire.M. le vicaire général Triaurault venait d'être nommé évêque in partibus d'Haceldama (Huysmans, Oblat,t. 1, 1903, p. 224).Rome avait (...) restitué ses prérogatives épiscopales en le nommant évêque titulaire de Dionysiopolis en Phrygie (Billy, Introïbo,1939p. 231).
b) Vx, péj. Évêque de cour. Évêque délaissant son diocèse pour séjourner à la cour royale. Bientôt il faudra prêcher la résidence aux notaires comme autrefois aux évêques de cour (Gozlan, Notaire,1836, p. 6).Ces assemblées quinquennales composées en grande partie d'évêques de cour, au préjudice de ceux qui résidaient plus exactement (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 4, 1859, p. 252).
c) Vx, rare. Évêque du dehors. Prince ayant le pouvoir séculier. Faut-il (...) rappeler (...) le nom d'« évêque du dehors » souvent donné aux rois? (Maritain, Human. intégr.,1936, p. 162).
d) L'évêque de Rome. Le pape en tant que titulaire du diocèse de Rome. Une assemblée (...) qui rejette la domination du pape, qui déclare ne lui reconnaître d'autre pouvoir qu'un pouvoir purement spirituel, d'autre titre que celui d'évêque de Rome (A. Dumas père, Catherine Howard,1834, I, 1, p. 209).C'est l'évêque de Rome qui commande. Spirituel et temporel, il est le maître de tout (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 319).
Rem. La docum. atteste des subst. composés où évêque désigne le titre, la dignité épiscopale : Évêque-ministre (Bainville, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 26); cardinal-évêque (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 46); ex-évêque (Constant, Journaux, 1804, p. 85); prince-évêque (Taine, Notes-Paris, 1867, p. 155); roi-évêque (Sainte-Beuve, op. cit., t. 1, 1840, p. 488).
2. Loc. et proverbes au fig., fam.
a) Disputer, se battre de la chape à l'évêque (cf. chape A 2).
b) Un chien regarde bien un évêque (cf. chien II B 3 b).
c) À bon évêque dur évêché (cf. évêché A 1).
d) Vx. Crosse d'or, évêque de bois; crosse de bois, évêque d'or (cf. bois C 4 b).« Crosse d'or, évêque de bois? » Il censurait ainsi, mal à propos, la magnificence avec laquelle monseigneur Charlot se plaît à célébrer les offices (France, Orme,1897, p. 84).
e) Devenir d'évêque meunier. Déchoir. Est-ce qu'il s'attend à devenir d'évêque meunier? S'il ne lui faut que ma malédiction pour cela, je la lui donne (Hugo, N.-D. Paris1832, p. 74).
f) Vx, arg. Devenir évêque des champs. Être pendu (de l'expr. pop. « bénir par les pieds », cf. bénir I B 1 arg.). Monsieur l'abbé était modeste et n'enviait point l'honneur de devenir évêque des champs (...) le bourreau lui dit : « Monsieur l'abbé, ne faites pas l'enfant! » (France, Opinions J. Coignard,1893, p. 244).
SYNT. Évêque auxiliaire, coadjuteur, résidentiel, ordinaire, suffragant; pouvoirs, nomination, insignes pontificaux de l'évêque; assemblée, synode des évêques; visite « ad limina » des évêques; bonnet, crosse d'évêque.
B.− [Dans d'autres confessions chrét.] Chef spirituel d'un diocèse. Évêque orthodoxe, méthodiste; Lord évêque (Maurois, Disraëli,1927, p. 102).M. Wastley, l'évêque protestant qui a écrit sur toutes choses, vient de provoquer la formation d'un comité mixte (Michelet, Chemins Europe,1874, p. 86).Trois personnalités ecclésiastiques − un pasteur réformé, un évêque anglican, un prêtre catholique (Monde,19 janv. 1952, p. 9, col. 1-3):
2. Le numéro 1 comprend tous les fonctionnaires, tous les larbins officiels de la piété luthérienne en Danemark, le ministre de l'Intérieur étant leur pape infaillible. Ils ont des évêques, comme en Angleterre. Bloy, Journal,1899, p. 302.
Rem. On rencontre ds la docum. évêchesse, subst. fém., rare. Femme d'évêque anglican (cf. Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 120).
C.− [P. anal. de couleur, le violet étant traditionnellement la couleur épiscopale]
1. (Violet) d'évêque. D'un violet de robe d'évêque. Aussi avait-il fait tirer, en violet d'évêque, dans un encadrement de pourpre cardinalice, (...) un exemplaire des « Diaboliques » (Huysmans, À rebours,1884, p. 214).Un veston de chasse en velours violet d'évêque (Montherl., Célibataires,1934, p. 769).P. ell. Évêque, en appos., inv., avec valeur adj. Tabouret tournant en champignon recouvert de velours évêque (Vialar, Pt jour,1947, p. 372).
2. Pierre d'évêque. Améthyste (souvent utilisée pour le chaton de l'anneau épiscopal). Anciennement les Espagnols venaient (...) chercher en nos pays les pierres d'évêque, ces pierres violettes qu'on trouve dans les mines du Vernet-la-Varende (Pourrat, Gaspard,1922, p. 11).
Prononc. et Orth. : [evεk]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 2emoitié du xes. relig. cath. « chef d'un diocèse » (Saint Léger, éd. J. Linskill, 48 : evesque); 2. 1669 relig. réformée (Bossuet, Oraison funèbre de Henriette de France, reine de la Grande-Bretagne, éd. Vagner, Nancy 1862, t. 1, p. 247b). De la forme raccourcie *episcu, du lat. chrét. episcopus « surveillant, inspecteur, supérieur, chef; chef de communauté chrétienne, évêque » empr. au gr. ε ̓ π ι ́ σ κ ο π ο ς « gardien, surveillant, magistrat », terme eccl. « chef ecclésiastique, évêque ». Fréq. abs. littér. : 4 243. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 10 046, b) 7 636; xxes. : a) 3 265, b) 3 416. Bbg. Sain. Lang. par. 1920, p. 401.

Wiktionnaire

Nom commun

évêque \e.vɛk\ masculin et féminin identiques

  1. Chef d’une église chrétienne qui a la responsabilité d’un diocèse.
    • Reine étrennait pour la circonstance une robe antipathique, d'un violet tirant trop sur le pourpre, comme d'un évêque qui veut se faire passer pour un cardinal. — (Pierre-Henri Simon, Les Raisins verts, 1950)
    • Lorsque la troupe des pastoureaux entra dans Orléans, le jour de saint Barnabas, l’évêque de cette ville interdit à tous ses clercs d’assister à ses prédications ; car, disait-il, ce sont les souricières du diable. — (Jean-Charles-Léonard Simonde Sismondi, Histoire des Français, T.5, 1836, page 194)
    • Lindet et Massieu, évêques de l'Eure et de l'Oise, apostasièrent, se marièrent et votèrent la mort de Louis XVI. Gavvernon et Huguet, évêques de la Haute-Vienne et de la Creuse, apostasièrent également et votèrent la mort du roi ; […]. — (L'ami de la religion : journal ecclésiastique, politique et littéraire, tome 105, Paris : Librairie d"A. Le Clère, 1840, p. 357)
    • Les personnes vraiment pieuses doivent se faire un devoir de prier pour l’Église et d’honorer leur évêque ; elles doivent aussi prier pour l’avantage spirituel et temporel de l’État, et honorer leur Souverain. — (Vies des saints pour tous les jours de l’année, note de bas de page 526, 1846)
    • Cette chapelle renferme le tombeau de l’évêque Radulphe, dont l’inscription donne la date de 1266, comme étant celle de la mort du prélat. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Étonnez-vous donc, après tout ça, que les Évêques aient chanté le Te Deum pour Napoléon III ; l’homme couvert de sang ne leur déplait pas ; c’est peut-être même à cela qu’ils reconnaissent le favori de Dieu. — (Émile Thirion, La Politique au village, p. 132, Fischbacher, 1896)
    • Si l’on signale, en 350, la présence à Metz d’un évêque du nom de Siméon, qui aurait été un juif converti, cela ne signifie pas qu’il y ait déjà eu des juifs dans cette ville. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Jamais je n’admettrai que l’État n’ait pas un droit de regard sur la désignation des archevêques et des évêques. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • L’église est consacrée, son nom le dit assez, à saint Nicolas, évêque de Myre, patron des enfants et patron de la Lorraine. — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1895)
    • Au dessus des doyens étaient les archidiacres, représentants des évêques pour une partie du diocèse ; souvent ceux-ci avaient des corévêques pour les remplacer. — (François-Xavier Masson, Annales ardennaises, ou Histoire des lieux qui forment le département des Ardennes et des contrées voisines, Mézières : imprimerie Lelaurin, 1861, page 562)
    • […] ; ces malheureux étaient conduits par un homme presque aussi pauvre qu'eux, […]. On disait autour de moi que cet homme était un évêque mormon. Un évêque mormon sous ces haillons sordides ! je n'en pouvais croire mes yeux. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 42)


Adjectif

évêque \e.vɛk\ invariable

  1. De la couleur violet des robes des évêques. #723E64
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉVÊQUE. n. m.
Prélat chargé de la conduite d'un diocèse. Les évêques sont les successeurs des apôtres. Évêque de telle ville. On l'a fait évêque. Nommer, préconiser, consacrer un évêque. Évêque in partibus infidelium, ou, plus ordinairement, Évêque in partibus, Évêque pourvu par le Pape d'un évêché dont le territoire est ou était au pouvoir des infidèles. On dit aujourd'hui Évêque titulaire. Prov. et pop., Un chien regarde bien un évêque, On ne doit pas s'offenser d'être regardé par un inférieur.

Littré (1872-1877)

ÉVÊQUE (é-vê-k') s. m.
  • 1Prélat chargé de la direction spirituelle d'une circonscription territoriale qui fut réglée dans l'origine sur les diocèses de l'administration romaine et qui comprend un certain nombre de paroisses. Nommer, préconiser un évêque. Les évêques ont le titre de Monseigneur. Le chapitre où il est dit que, si un pape parlant d'un évêque l'appelle son fils au lieu de l'appeler son frère, au préjudice de la société qui est entre lui et tous les évêques du monde dans l'épiscopat, l'acte où se trouve une telle expression soit nul, Pascal, Prov. 19. Les évêques, écrivant à Louis, frère de Charles le Chauve, lui disaient : Ayez soin de vos terres, afin que vous ne soyez pas obligé de voyager sans cesse par les maisons des ecclésiastiques, et de fatiguer leurs serfs par des voitures, Montesquieu, Esp. XXX, 13. Comme les comtes menaient les hommes libres à la guerre, les leudes y menaient aussi leurs vassaux ou arrière-vassaux ; et les évêques, abbés, ou leurs avoués y menaient les leurs, Montesquieu, ib. XXX, 17. Il mourut comme était mort Fénelon, et comme tout évêque doit mourir, sans argent et sans dettes, D'Alembert, Éloges, Massillon.

    Évêque in partibus infidelium, ou, simplement et par abréviation, évêque in partibus, évêque dont le diocèse est dans les pays des infidèles, et qui, par conséquent, n'a point de siége effectif.

    Disputer, se débattre de la chape à l'évêque, voy. CHAPE.

  • 2Quelques communions protestantes ont gardé l'épiscopat, par exemple l'Église anglicane. Car que peuvent des évêques qui ont anéanti eux-mêmes l'autorité de leur chaire et la révérence qu'on doit à la succession, en condamnant ouvertement leurs prédécesseurs jusqu'à la source même de leur sacre, c'est-à-dire jusqu'au pape saint Grégoire et au saint moine Augustin son disciple et le premier apôtre de la nation anglaise ? Bossuet, Reine d'Anglet.
  • 3Évêque des champs, ou évêque de campagne qui donne la bénédiction par les pieds, ancienne locution pour dire pendu. [Nous] Eussions été par ces méchants Faits au moins évêques des champs, Scarron, Virg. III.

    Évêque d'Avranches, s'est dit pour penaud (on ignore d'où vient cette locution). [Il s'agit du diable qui voulait happer l'âme de Dagobert mourant, et passa près d'un saint] qui se mit en prières Pour que cette âme esquivât les chaudières Du faux glouton, qui reparaît bientôt Non pas alègre et gai comme tantôt, Mais traînant l'aile et la queue et la hanche, Penaud, maté, tout évêque d'Avranche, Piron, Conte de Dagobert.

  • 4Nom de plusieurs oiseaux d'Amérique, à plumage bleu, du genre du tangara.
  • 5Pierre d'évêque, sorte de quartz améthyste ; ainsi dite, parce qu'on fait avec cette pierre les chatons des anneaux pastoraux.
  • 6Bonnet d'évêque, nom, au théâtre, des petites loges du cintre, ainsi dites à cause de leur forme.
  • 7Détacher, découper, faire le bonnet d'évêque, se dit d'une manière de découper une dinde qui consiste à détacher les cuisses d'un seul morceau avec le croupion ; ce morceau, posé debout avec le croupion en l'air, a quelque ressemblance avec une mitre.

    PROVERBE

    Devenir d'évêque meunier, passer d'une bonne à une médiocre condition, déchoir.
    On le dépouilla de son riche bénéfice, pour le faire évêque de Zamora, petit diocèse de quatre mille écus de rente ; c'était en quelque sorte devenir d'évêque meunier, Lesage, Bachel. de Salam. ch. 73.

    Quelques-uns croient qu'on disait primitivement d'évêque devenir aumônier, d'après certain conte que l'on rapporte, DE BRIEUX. (Il n'y a aucune trace de cette prétendue ancienne manière de dire.)

    Un chien regarde bien un évêque, voy. CHIEN.

    Le proverbe a dit autrefois : Évêque d'or, crosse de bois ; Mais tout au rebours il dit or [maintenant] : Évêque de bois, crosse d'or.

HISTORIQUE

XIe s. Assez i ad evesques et abés, Ch. de Rol.

XIIe s. En la terre le conte de Champaigne se croisa Garniers li vesques de Troies, Villehardouin, III. Le soudanc, qui estoit joene et legiers, s'enfui en la tour que il avoit fet faire, avec trois de ses evesques [imans] qui avoient mangié avec li, Joinville, 245.

XVIe s. Flambeau de la guerre civile Et porte-enseigne des mechants, Si tu n'es evesque de ville, Tu seras evesque des champs, Sat. Ménippée, Sur un curé séditieux. Qui m'ont, par le moyen du feu roi, fait de meunier devenir evesque, ib. Harangue de M. le recteur Rose.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉVÊQUE.

PROVERBES

Ajoutez :

« Nous étions tout je ne sais quoi, tout évêque d'Avranches, comme dit un vieux proverbe normand. Un de nos lecteurs a eu l'obligeance de nous en donner l'explication : Un des derniers évêques d'Avranches se nommait M. de Malfootu ; or, suivant la chronique, le Normand, peu respectueux, avait modifié à la façon anglaise la prononciation de ce nom et en usait à tout propos. Mais les ouailles de M. de Malfootu étaient tenues à plus d'égards ; et, quand elles se sentaient mal en train, indisposées, peu contentes de leur sort, elles croyaient faire preuve d'euphémisme, en disant : je suis tout évêque d'Avranches, » le Temps, 12 janv. 1876, 3e page, 1re col. Cette origine, comme presque toutes les origines anecdotiques, est fausse. Vérification faite dans le Dictionnaire historique de Lalanne, nul évêque d'Avranches n'a porté ce nom ridicule. Il ne doit donc plus être question d'une telle explication. Il paraît qu'on avait inventé cette expression pour le docte Huet, évêque d'Avranches, à qui la préoccupation de ses études donnait un air étrange et ahuri ; explication que Sainte-Beuve (Causeries du lundi, t. II, p. 186, éd. de 1850) met, on peut dire, hors de doute.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « évêque »

Du latin episcopus issu du grec ancien ἐπίσκοπος, epískopos (« surveillant, superviseur ») → voir épi- et -scope qui explique la forme savante épiscopal.
(c. 980) evesque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. evesques, avesque, vesque, bisbe ; espagn. obispo ; portug. bispo ; ital. vescovo ; du latin episcopus, de ἐπίσϰοπος, proprement surveillant, de ἐπὶ, sur, et σϰοπεῖν, examiner. L'ancien français disait evesque et vesque ; cette dernière forme provient du provençal, qui lui-même fait, bien que rarement, comme l'italien, le retranchement de la première syllabe du mot.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « évêque »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
évêque evɛk

Évolution historique de l’usage du mot « évêque »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « évêque »

  • C'est avec les hommes que l'on fait les évêques. De Miguel de Cervantès / Don Quichotte
  • Je suis un saint tant que j’aide les gens, mais dès que j’aide les pauvres à s’organiser, je suis un évêque rouge. De Elder Camara
  • Que l'évêque qui condamna Jeanne d'Arc se nomme Cauchon, que le gendarme qui brise la mâchoire de Robespierre s'appelle Merda, ce sont les clins d'oeil que l'Histoire fait aux écoliers. De Gilbert Cesbron / Journal sans date
  • C'était un homme sage, prudent, pas dévot, car les évêques en sont dispensés comme les généraux sont dispensés d'être vaillants […] De Victor Hugo / Choses vues
  • Puisque les évêques ont des courages de filles, les filles doivent avoir des courages d'évêques. Jacqueline Pascal en religion sœur Sainte-Euphémie, Lettre, 23 juin 1661
  • Il faut bien mentir quelquefois quand on est évêque. Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions
  • Archevêque. Dignitaire ecclésiastique, plus saint d'un degré qu'un évêque. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • La plus grande erreur de l’Islam est de ne pas s’être doté d’une hiérarchie spirituelle, avec l’équivalent d’un Pape et de ses évêques. De Michel Houellebecq / interview au Figaro Magazine, 9 janvier 2015
  • Mgr Emmanuel Dassi, évêque nommé du diocèse de Bafia, dans la région du centre du Cameroun sera installé, samedi 11 juillet 2020. Mais cette installation tant attendue par les fidèles de ce diocèse vacant depuis la disparition de Mgr Jean Marie Benoit Bala –mort brutalement fin mai 2017 – se fera en cercle restreint. La Croix Africa, Au Cameroun, le nouvel évêque de Bafia sera installé à huis clos - La Croix Africa
  • Mgr Jorge Lugones, évêque de Lomas de Zamora (Argentine) et proche du pape François, aurait été mis sur écoute pendant la présidence de Mauricio Macri (2015-2019). Ces écoutes frauduleuses auraient notamment concerné des échanges entre l’évêque et le pape. La Croix, Un évêque argentin proche du pape aurait illégalement été mis sur écoute
  • Dans un communiqué, le diocèse de Bayeux a indiqué samedi 27 juin que la démission, pour raison d’âge, de Mgr Jean-Claude Boulanger, évêque de Bayeux et Lisieux depuis 2010, avait été acceptée par le pape. Un administrateur diocésain devrait être élu sous huit jours, jusqu’à la nomination par François de son successeur. La Croix, Le pape a accepté la démission de Mgr Boulanger, évêque de Bayeux et Lisieux
  • Si les abus commis par les entreprises au détriment des populations demeurent monnaie courante, une occasion unique s’offre à tous les États d’agir et de mettre un terme à cette situation en introduisant des mesures contraignantes au niveau national, mais surtout au niveau international et régional, là où se situent les principales lacunes. Des évêques et des cardinaux du monde entier interpellent les États et publient ce jour une déclaration commune : « Aujourd’hui plus que jamais, un devoir de diligence s’impose dans la chaîne d’approvisionnement afin de mettre un terme aux abus commis par les entreprises et de garantir une solidarité mondiale » CCFD-Terre Solidaire, Plus de 110 évêques réclament que cessent les abus commis par les entreprises (...) - CCFD-Terre Solidaire
  • La position officielle de l'Assemblée des évêques repose essentiellement sur les propos tenus par le directeur national de la santé publique, le 29 juin lors d'une conférence de presse tenue à Québec. Radio-Canada.ca, Les évêques catholiques du Québec font fi du décret d'urgence sanitaire | Coronavirus | Radio-Canada.ca
  • «En tant que leaders religieux de différentes traditions, nous appelons le président Trump et le procureur général Barr à mettre fin aux exécutions fédérales prévues. Alors que notre pays est aux prises avec la pandémie de Covid-19, la crise économique et le racisme systémique dans le système de justice pénale, nous devrions nous concentrer sur la protection et la préservation de la vie, et non sur les exécutions». C'est ce qui ressort d'une déclaration commune, distribuée par le Catholic Mobilizing Network, signée par les évêques américains et plus d'un millier de chefs religieux importants du pays, exhortant le président Donald Trump et le procureur général William Barr à arrêter les quatre exécutions fédérales, les premières en 17 ans, prévues pour juillet et août, dans le complexe correctionnel fédéral de Terre Haute, dans l'Indiana. , Les évêques américains demandent l'arrêt de quatre exécutions capitales - Vatican News
  • Pasquier est le 20e évêque de Nantes. Cinq années séparent son prédécesseur de son successeur : son épiscopat fut court. Le seul fait connu de sa vie est sa participation à la fondation du monastère d’Indre avec saint Hermeland. Son biographe le représente députant une légation à l’abbé de Saint-Wandrille pour solliciter de lui une colonie de […] Présent, Saint Pasquier, évêque de Nantes (VIIe siècle) - Présent

Traductions du mot « évêque »

Langue Traduction
Anglais bishop
Espagnol obispo
Italien vescovo
Allemand bischof
Chinois 主教
Arabe الأسقف
Portugais bispo
Russe епископ
Japonais 司教
Basque gotzain
Corse vescu
Source : Google Translate API

Synonymes de « évêque »

Source : synonymes de évêque sur lebonsynonyme.fr
Partager