Arcade : définition de arcade


Arcade : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ARCADE, subst. fém.

A.− ARCHIT. Ouverture en arc.
1. Construction formée d'un arc de voûte soutenu par des piliers ou des colonnes :
1. Remontons-nous jusqu'au genre roman, qui nous voue directement au plein cintre? Préférons-nous le roman secondaire, où les arcades sont demi-circulaires, en fer à cheval, à anse à panier, où les portes, quoique en plein cintre, sont chargées d'ornements en zigzags, en câbles, en torsades, en étoiles? Reybaud, Jérôme Paturot,1842, p. 241.
Rem. Toutes les variétés de l'arc peuvent s'appliquer à l'arcade : arcade aiguë, moresque, surbaissée, etc. (cf. ex. 1 et arc II B 1).
SYNT. Arcade aveugle. ,,Arcade dont l'ouverture est bouchée par le parement de la muraille, mais dont le profil d'archivolte forme saillie.`` (J. Adeline, Lex. des termes d'art, 1884); synon. arcade simulée, fausse arcade. Arcade feinte. Arcade simulée destinée à la décoration et établissant généralement la symétrie avec une arcade réelle (cf. arcature; A. Lenoir, Archit. monastique, t. 1, 1852, p. 274). Arcade géminée, arcade ternée. Ensemble de deux ou trois arcades s'inscrivant dans une plus grande. Synon. arcade inscrite (cf. Ch. Blanc, Gramm. des arts du dessin, 1876, p. 265). Clef d'arcades (Viollet-Le-Duc, Entretiens sur l'archit. t. 2, 1872, p. 148).
2. ARCHIT. RELIG. [Dans une église] Galerie en arc se trouvant soit de côté, soit dans l'abside ou la nef :
2. [L'architecture au Moyen Âge. Le Dôme de Vienne]. Les arcades inférieures de la nef sont à plein cintre; mais celles du deuxième étage, ainsi que les fenêtres, sont en arc aigu. R. Ménard, Hist. des B.-A.,1882, p. 40.
3. Gén. au plur. Galerie ouverte servant de passage et bordant les rues de certaines villes. Synon. arcade continue.Grandes arcades, petites arcades; rues bordées d'arcades; les arcades de la rue de Rivoli :
3. C'est vraiment une ville bizarre et de grand caractère que La Rochelle, avec ses rues mêlées comme un labyrinthe et dont les trottoirs courent sous des galeries sans fin, des galeries à arcades comme celle de la rue de Rivoli, mais basses, ces galeries et ces arcades écrasées, mystérieuses, qui semblent construites et demeurées comme un décor de conspirateurs, le décor antique et saisissant des guerres d'autrefois, des guerres de religion héroïques et sauvages. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, L'Épave, 1886, p. 717.
4. Ah! Si Albertine avait vécu, qu'il eût été doux, les soirs où j'aurais dîné en ville, de lui donner rendez-vous dehors, sous les arcades! Proust, Le Temps retrouvé,1922, p. 735.
B.− P. ext. Tout ce qui présente une certaine analogie avec la forme d'une arcade.
1. Arcade de feuillage, de lumière... :
5. Alors je crois boire avec Izéphar le lait du coco sous l'arcade de figuiers; je m'imagine errer avec ma gazelle à travers les forêts de girofliers, d'acajous et de sandals. Chateaubriand, Les Natchez,1826, p. 399.
Arcade de verdure. Disposition naturelle en arcades des arbres d'une forêt (cf. Gozlan, Le Notaire de Chantilly, 1836, p. 96).
Poétique. Vertes arcades (pour arcades de verdure) (Bouilhet, Dernières chansons, L'Abbaye, 1869, p. 207; T. Gautier, Albertus, 1833, p. 150); aérienne arcade (pour désigner l'arc-en-ciel) (A. Pommier, Océanides et fantaisies, 1839, p. 95).
2. Au fig. Union symbolique de deux concepts, point de jonction :
6. Certains les voient l'une et l'autre [la vie et la matière], et tentent même d'en joindre les flancs par quelque passerelle philosophique. La jonction des deux cimes par une arcade théologique est si vertigineuse, que nul vivant n'a pu la franchir. Philos., Relig., 1957, p. 3401.
C.− Autres domaines techn.[P. réf. au sens A]
1. ANAT. Structure anatomique (aponévrose, os, artère, nerf...) en forme d'arcade.
SYNT. Arcade alvéolaire (inférieure et supérieure). Ensemble des alvéoles dentaires, des bords inférieur et supérieur des maxillaires (cf. G. Gérard, Manuel d'anat. hum., 1912, p. 68). Arcade artérielle. Anastomose en forme d'arc unissant deux artères; arcade artérielle circo-thyroïdienne, exorénale, intermésentérique, sous-isthmique, etc. (G. Gérard, Manuel d'anat. hum., 1912, p. 266). Arcade crurale. Corde de fibres reliant l'épine iliaque inférieure au pubis; synon. arcade fémorale, arcade de Fallope (G. Gérard, Manuel d'anat. hum., 1912, p. 498). Arcade dentaire. Arc formé par l'ensemble des dents composant chaque maxillaire (inférieur et supérieur) (G. Gérard, Manuel d'anat. hum., 1912, p. 60). Arcade fibreuse. Ligament fibreux arqué où s'insèrent parfois les muscles (G. Gérard Manuel d'anat. hum., 1912, p. 166). Arcade orbitaire. Bord saillant supérieur et antérieur de l'orbite (G. Gérard, Manuel d'anat. hum., 1912, p. 33). Arcade palatine. ,,Nous nommons arcades palatines les deux branches osseuses intérieures. Elles sont elles-mêmes formées de deux parties : une antérieure, libre en devant, et articulée par trois points; en arrière, avec une branche osseuse qui se porte vers l'extrémité de la mâchoire inférieure en dedans de son articulation, et qui semble en faire la continuation; en dehors, avec l'os particulier qui l'unit à l'arcade maxillaire, et en dessus sur la base du crâne au-devant des orbites.`` (Cuvier, Leçons d'anat. comp., t. 3, 1805, p. 83). Arcade palmaire (profonde ou superficielle). Anastomose artérielle de la paume de la main entre l'artère radiale et l'artère palmaire profonde (arcade palmaire profonde); anastomose entre l'artère-cubitale et l'artère radio-palmaire (arcade palmaire superficielle) (cf. E. Perrier, Traité de zool., t. 4, 1893, p. 3052). Arcade plantaire. Courbure formée sous la plante des pieds par les veines et la terminaison de l'artère plantaire externe. Arcade pubienne. ,,Arcade osseuse formée par les branches ischio-pubiennes droite et gauche, délimitant un angle à sommet supérieur, au niveau de l'extrémité inférieure de la symphise pubienne.`` (Masson 1970). Arcade sourcilière. Légère saillie de l'os frontal au-dessus de l'arcade orbitaire suivant l'arc des sourcils (cf. R. Martin du Gard, Jean Barois, 1913, p. 303). Arcade temporale (cf. Cuvier, Leçons d'anat. comp., t. 3, 1805, p. 51). Arcade zygomatique. Pont osseux formé par l'apophyse zygomatique du temporal et l'os malaire ou zygoma (Cuvier, Leçons d'anat. comp., t. 2, 1805, p. 60).
Rem. Parmi ces syntagmes techn., un seul arcade sourcilière est passé dans la lang. littér. et courante. On trouve parallèlement les expr. suiv. arcade des sourcils, des yeux, du front, ... et une création plais. arcade sourcil... leuse (Verlaine, Œuvres posthumes, t. 1, Souvenirs, 1896, p. 203).
2. CONSTR. ,,Partie d'un balcon ou d'une rampe d'escalier disposée en fer à cheval`` (Lar. encyclop.).
Rem. Attesté sous technol. ds Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e, Littré, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., Rob.
3. HIST. LITTÉR. Académie des Arcades ou des Arcadiens. Société de savants et de poètes fondée à Rome en 1690 par des écrivains qui se réunissaient autour de Christine de Suède (cf. Constant, Journaux intimes, 1805, p. 214).
Rem. 1. Cette société a pris le nom, dep. 1925, de Institut d'études littér. et hist. 2. Attesté ds Besch. 1845, Lar. 19e, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., Quillet 1965.
4. HORTIC. Arcade de verdure. ,,Palissade formant une grande ouverture cintrée par le haut, percée jusqu'au sol ou arrêtée sur une charmille.`` (Besch. 1845).
Tailler un arbre, une charmille en arcade :
7. Une grande allée droite, bordée de charmilles régulièrement et agréablement taillées en arcades, aboutissait à un grand escalier de marbre, cet escalier à un palais : Versailles, rien de moins. Vigny, Mémoires inédits,1863, p. 163.
5. TECHNOLOGIE
a) ,,Partie de la châsse d'une lunette qui embrasse le nez`` (Ac. Compl. 1842).
Rem. Attesté également ds Besch. 1845, Lar. 19e, Littré, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., Rob., Lar. encyclop.
b) TISS., PASSEMENTERIE
[Dans les métiers à tisser] ,,Corde à laquelle sont rattachées les lisses portant des fils qui ont même fonction.`` (DG; attesté aussi ds Besch. 1845).
Plus spéc. [Dans le métier Jacquard] ,,Ficelles fines et très solides, terminées par une boucle, qui servent à relier les fils de la chaîne aux crochets du métier Jacquard, de manière qu'ils soient alternativement soulevés ou baissés.`` (Quillet 1965); (cf. aussi P. Araud, Ch. Thomas, La Fabrication du drap, 1921, p. 20).
c) Arcade de la selle. Partie en arc se trouvant en avant et en arrière de l'arçon.
Rem. Attesté ds Lar. 19e, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill.
Arcade de l'arçon. Partie de l'arçon comprenant le pommeau et le troussequin.
Arcade du troussequin (Vercel, Capitaine Conan,1934, p. 185).
d) Pont d'une faucheuse. ,,Le pont [de la faucheuse] ou arcade est une pièce en fonte (...) dont les deux côtés formant arche sont percés à leur partie inférieure pour recevoir un axe (...) faisant corps avec le sabot intérieur.`` (T. Ballu, Machines agricoles,1933, p. 301).
6. TRAV. PUBL. Arche soutenant un viaduc ou une galerie :
8. Par moment, du rebord de l'arcade géante [arche d'un pont], Un cavalier blessé perdant son point d'appui, Un cheval effaré, tombait dans l'eau béante. ... T. Gautier, Poésies,1872, p. 224.
Rem. Attesté ds Lar. 19e-Lar. encyclop.
D.− En arcade, loc. En forme d'arcade, voûté, courbé. (L'expression peut s'appliquer à tous les domaines étudiés plus haut).
1. ARCHIT. Cloître, cour, fenêtre, galerie, porte, portique en arcade(s) :
9. − Le château d'Amboise dominant toute la ville qui semble jetée à ses pieds comme un tas de petits cailloux au bas d'un rocher, a une noble et imposante figure de château-fort, avec ses grandes et grosses tours percées de longues fenêtres étroites, à plein cintre; sa galerie en arcade qui va de l'une à l'autre, et la couleur fauve de ses murs rendue plus sombre par les fleurs qui pendent d'en haut, comme un panache joyeux sur le front bronzé d'un vieux soudard. Flaubert, Par les champs et par les grèves,1848, p. 175.
P. ext. Courbé en arcade :
10. Sous les myrtes courbés en arcades superbes, Les jets d'eau frémissants montent comme des gerbes; Bouilhet, Meleanis,Chant 2e, 1857, p. 51.
2. ANAT. Sourcils, vaisseaux en arcade (cf. Maupassant, Contes et nouvelles, t. 1, Une soirée, 1887, p. 583).
PRONONC. : [aʀkad].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1562 archit. « construction en forme d'arc reposant sur des piliers ou des colonnes » (Du Pinet, Pline, 31, 3 ds Quem. : On a fait des cornices et arcades pour conduire ceste eau jusques a Rome); 1572 « disposition en forme d'arc » cont. hortic. (R. Belleau, De la bergerie, La première journée, La Chasteté, éd. A. Gouverneur, t. 2, p. 69 : Là s'entendoit le celeste ramage Des oisillons volans, par le fueillage Des lauriers verds, en arcades plantes Et des peupliers aux cheveux argentez). Soit empr. à l'ital. arcata (Wind, p. 20, Brunot t. 6, p. 1192; Kohl. p. 29; Sar p. 19) attesté dep. le milieu du xives. au sens « espace, distance à tir d'arc » (M. Villani [début xive-1363] 10-101; 1348 ds Batt.) et seulement dep. la 1remoitié du xviiies. comme terme d'architecture (S. Maffei 5 − 5 − 94 ds Batt.); ital. arcata, dér. de arco du lat. arcus (arc*) (en faveur de cette hyp. la date de l'empr. par le fr.; à son encontre la date tardive de l'attest. de arcata, archit.). Soit empr. à l'a. prov. arcada « arche » (FEW t. 1, p. 130b), 1372 ds Pansier, t. III; cf. lat. médiév. arcata « arche d'un pont » 1291, Avignon ds Du Cange t. 1, p. 359a.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 914. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 337, b) 1 246; xxes. : a) 742, b) 778.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Barb.-Cad. 1963. − Bél. 1957. − Bouillet 1859. − Canada 1930. − Chabat 1881. − Chesn. 1857. − Colas-Cab. 1968. − Jossier 1881. − Körting (G.) Neugriechisch und Romanisch. Berlin, 1896 [Cr. Risop (A.). Z. rom. Philol. 1897, t. 21, p. 552]. − Laborde 1872. − Lacr. 1963. − Littré-Robin 1865. − Marcel 1938. − Masson 1970. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Noël 1968. − Noter-Léc. 1912. − Nysten 1824. − Privat-Foc. 1870. − Sar. 1920, p. 19. − Viollet 1875. − Wexler (P.-J.). La Formation du vocab. des ch. de fer en France (1778-1842). Genève-Lille, 1955, p. 77, 80, 127.

arcade « archit., ouverture en arc, ensemble formé d'un arc et de ses montants ou points d'appui (souvent au plur.) »

Arcade : définition du Wiktionnaire

Nom commun

arcade \aʁ.kad\ féminin

  1. (Architecture) Ensemble composé d’un arc et des montants qui le soutiennent.
    • À ce cri, un officier […] s’avança jusqu’à l’arcade du jardin, reconnut la jeune personne un moment cachée […] — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Agadem, qu'il ne faut pas confondre avec Agadès, capitale de l'Aïr, est un ancien fortin abandonné, du type classique à cour intérieure, avec bâtiments donnant sur le puits et arcades en forme de cloître ; le fort est en ruine, […]. — (Roger Frison-Roche, Mission Ténéré, Paris : éd. Arthaud, 1960)
  2. (Serrurerie) Partie haute des barreaux des balcons ou des rampes ayant la forme d’un demi-cercle ou d’une ogive, ce qui leur fait donner le nom de rampes ou balcons à arcade.
  3. (Architecture) (Par métonymie) Portique composé d’arcades.
    • Les arcades du Palais-Royal.
  4. (Anatomie) Partie courbée en arc.
    • L’arcade temporale.
  5. (En particulier) (Par ellipse) Arcade sourcilière
    • C’était un homme de belle prestance, blond, l’œil profondément enfoncé sous l’arcade, le nez camard, les pointes de la moustache relevées à angle droit, et de longues mains blanches. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 146 de l’éd. de 1921)
  6. (Populaire) Lieu public où l’on peut jouer à des jeux (anciennement mécaniques, de nos jours vidéo).
    • De fait, le genre de jeu à défilement vertical constitue aujourd'hui encore une tradition vivante de l’arcade, au Japon en particulier, avec les jeux de shoot them up, dont le principe consiste à diriger un vaisseau tout en évitant une multitude toujours croissante d'ennemis et de projectiles. — (Mathieu Triclot, Philosophie des jeux vidéo, Paris : éd. Zones, 2011, éd. La Découverte, 2017)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Arcade : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ARCADE. n. f.
Ouverture en arc. Il se dit surtout en termes d'Architecture. Les arcades d'un bâtiment. Les arcades du Palais-Royal. Portique en arcades. On dit dans un sens analogue Des arcades de verdure. Il se dit aussi, en termes d'Anatomie, de Certaines parties courbées en arc. Arcade zygomatique ou temporale. Arcade sourcilière. Arcade crurale. Arcade dentaire.

Arcade : définition du Littré (1872-1877)

ARCADE (ar-ka-d') s. f.
  • 1 Terme d'architecture. Ouverture en forme d'arc.

    Par analogie, arcades de verdure.

    En anatomie, courbes que décrivent certaines parties osseuses, aponévrotiques et artérielles. Arcade dentaire. Arcade crurale. Arcade palmaire.

    En arcade, loc. adv. Cou de travers, omoplate en arcade, Un dos cintré propre à la bastonnade…, Voltaire, Crépinade.

  • 2 Technologie. Partie de la châsse d'une lunette qui embrasse le nez.

    Partie d'un balcon ou d'une rampe d'escalier qui forme un fer à cheval.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Arcade : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ARCADE, s. f. en Architecture, se dit de toute ouverture dans un mur formée par le haut en plein cintre ou demi-cercle parfait. V. Arc & Voute, en Latin fornix.

Arcade feinte, est une fausse porte ou fenêtre cintrée, pratiquée dans un mur d’une certaine profondeur, pour répondre à une arcade percée, qui lui est opposée ou parallele, ou seulement pour la décoration d’un mur. (P)

Arcade, en Jardinage, se dit d’une palissade formant une grande ouverture cintrée par le haut, qui peut être percée jusqu’en bas, ou être arrêtée sur une banquette de charmille.

Les arcades se plantent de charmilles, d’ifs, d’ormilles, de tilleuls, & même de grands arbres rapproches. Le terrein frais & marécageux leur est absolument nécessaire, ou du-moins une terre extrèmement forte.

On donne à ces arcades pour juste proportion de leur hauteur, deux fois ou deux fois & demie leur largeur. Les tremeaux auront trois ou quatre piés de large ; au-dessus on éleve une corniche ou bande plate de deux où trois piés de haut, taillée en chanfrain, & échappée de la même charmille, avec des boules ou aigrettes formées en forme de vases sur chaque tremeau ; s’il y a quelque corps saillant, tel qu’un socle, un claveau, ce ne doit être au plus que de deux ou trois pouces.

Il est nécessaire de tondre quatre fois l’année ces sortes de palissades pour leur conserver plus exactement la forme contrainte où on les tient. (K)

Arcade ; c’est, dans les manufactures de Soierie, une ficelle de la longueur de cinq piés, pliée en deux, bouclée par le haut, ou du moins arrêtée par un nœud en boucle ; c’est dans cette boucle qu’on passe la corde de rame ; quant aux deux bouts, ils se rendent dans des planches percées qu’ils traversent & servent à tenir les mailles de corps qui leur sont attachées ; c’est par le moyen de l’arcade que le dessein est répété dans l’étoffe ; elle se passe de deux façons, à pointe & à aîle ou à chemin. L’arcade se passe à pointe pour les desseins à symmetrie & à deux parties également semblables, placées l’une à droite & l’autre à gauche ; elle est à aîle ou à chemin lorsque le dessein ne peut se partager en deux parties égales & symmétriques sur sa longueur. Il faut observer que dans les desseins qui demandent des arcades à pointe, l’extrémité d’une fleur se pouvant trouver composée d’une seule corde qui tireroit les deux mailles jointes ensemble, elle formeroit un quarré ou une découpure trop large, proportionellement aux autres mailles qui sont séparées, & qui contiennent neuf à dix fils chacune ; pour éviter ce petit inconvénient, on a la précaution de ne mettre dans chacune des deux mailles qui se joignent à la pointe, que la moitié des fils dont les autres sont composées, afin que le volume des deux ne fasse que celui d’une ; ce qui s’appelle en terme de l’art, corrompre le course. Voyez Velours ciselé.

Arcade, en Passementerie, est un morceau de fer plat, haut de trois à quatre lignes, allant en augmentant depuis les extrémités jusqu’au centre, où il a à peu près le tiers de largeur de plus, & où il est percé de trois trous ronds qui donnent passage aux guipures qui servent à la livrée du Roi & autres qui portent comme celle-ci de pareilles guipures ; les deux extrémités sont terminées en rond pour servir à l’usage que l’on expliquera en son lieu ; ce morceau de fer est encore arrondi en demi-cercle sur le dedans, & au centre de cet arrondissement est attachée une autre petite piece de fer d’égale hauteur que le centre : cette piece est percée en son milieu d’un seul trou dont on dira l’usage ; les extrémités terminées en rond portent elles-mêmes deux petites éminences de fer rivées sur leurs faces ; ces éminences rondes servent à entrer dans les deux trous du canon à grands bords, en élargissant un peu ladite arcade qui obéit assez pour cet effet. Ce canon est percé dans toute sa longueur d’un trou rond, tant pour être propre à être mis dans la broche du rouet, que pour être chargé des trois brins de guipures dont on le remplit ; ce trou sert encore à recevoir dans les deux extrémités les petites éminences dont on a aussi parlé. Ces trois brins passent tous d’abord dans le seul trou de la petite piece, ensuite chacun d’eux passe dans chacun des trois trous du devant. Voici à présent la maniere de charger le canon appellé à grands bords : ce canon étant à la broche du roüet à faire de la trame, il faut tenir les trois brins de guipures les uns à côté des autres entre le pouce & le doigt index de la main gauche, pendant que la droite fait tourner le roüet ; on conduit ainsi également cette guipure le long de ce canon le plus uniment qu’il est possible pour éviter les lâches qui nuiroient à l’emploi : voici à présent son usage ; cette arcade sert comme la navette à introduire ce qu’elle contient à travers la levée de la chaîne, & y arrêter par ce moyen les guipures qui forment différens entrelacemens, qui, comme il a été dit en commençant, ornent la livrée du Roi & autres : il faut toûjours deux arcades dont l’une fait la répétition de l’autre, mais chacune de son côté.

Arcade, en Passementerie, est encore une espece d’anneau de gros fil d’archal, qu’on a attaché au milieu & sur l’épaisseur du retour, en faisant entrer ses deux bouts dans le bâton du retour. Voyez Retour.

Arcade, en Serurerie, est dans les balcons, ou rampes d’escalier, la partie qui forme un fer à cheval, & qui fait donner à ces rampes & balcons le nom de rampes en arcade, ou balcons en arcade.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « arcade »

Étymologie de arcade - Littré

Bas-lat. arcata ; de arcus, arc.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de arcade - Wiktionnaire

(1725) Du français. 1862 pour le sens de lieu d’amusement public.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de arcade - Wiktionnaire

(1562) De l’italien arcata, dérivé de arco (« arc »), ou peut-être de l’ancien occitan arcada, « arche ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « arcade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
arcade arkad play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « arcade »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « arcade »

  • C'est avec un combo Discord/extraits de jeu projetés sur une autre fenêtre, en direct, que nous avons donc pu faire connaissance avec cette proposition inattendue d'un nouveau jeu de ballon rond typé arcade. En développement depuis plus de deux ans, Street Power Football va chercher son inspiration du côté de Mario Strikers et NBA Jam pour le feeling. Le jeu de SFL Interactive se veut accessible, rapide, et, forcément, un peu fou, avec l'envie de vous faire voyager sur plus d'une dizaine de playgrounds du monde entier, de Rome à Tokyo en passant par les favelas de Rio de Janeiro. Gameblog, On a vu Street Power Football, le jeu de foot arcade qui nous manquait ?
  • Comment peut-on ne pas adorer les cloîtres, ces lieux tranquilles, fermés et frais, inventés, semble-t-il, pour faire naître la pensée pendant qu’on va à pas lents sous les longues arcades mélancoliques ? De Guy de Maupassant / La Vie errante

Images d'illustration du mot « arcade »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « arcade »

Langue Traduction
Corse arcade
Basque arcade
Japonais アーケード
Russe аркада
Portugais videogames
Arabe ممر
Chinois 拱廊
Allemand arkade
Italien portico
Espagnol arcada
Anglais arcade
Source : Google Translate API

Synonymes de « arcade »

Source : synonymes de arcade sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires