La langue française

Porcelaine

Définitions du mot « porcelaine »

Trésor de la Langue Française informatisé

PORCELAINE, subst. fém.

A. −
1. Mollusque gastéropode logé dans un coquillage univalve, à surface polie et brillante, formant une spire peu saillante et présentant une ouverture étroite et dentelée, qui est commun dans les mers tropicales; ce coquillage. Synon. cyprée.Porcelaine aurore, tigrée. J'ai attaché à son cou un collier de porcelaines (Chateaubr.,Génie, t.2, 1803, p.192).Je viens de pêcher des porcelaines sur le récif, et du corail rose. −Veux-tu m'en acheter?... (Loti,Mariage, 1882, p.76):
1. Les objets les plus convoités par les acheteurs sont les coquilles connues sous le nom de porcelaines oranges dont les îles Hogolen paraissent réellement être la patrie... Dumont d'Urville,Voy. Pôle Sud, t.5, 1843, p.124.
2. Vx. Nacre tirée de ce coquillage. (Dict.xxes.).
B. −
1. Matière céramique fine, dure et translucide obtenue par la cuisson d'une pâte composée de kaolin pur et de feldspath, souvent émaillée en seconde cuisson, qu'on utilise notamment pour fabriquer la vaisselle ou des objets devant principalement servir à l'isolation thermique ou électrique. V. isolateur.Tu verras ces cités avec des dômes d'or et des minarets de porcelaine, des palais de lave bâtis sur un socle d'albâtre (Flaub.,1reÉduc. sent., 1845, p.278).Je mettrai sur la cheminée ma bonne vierge de porcelaine peinte (Mirbeau,Journal femme ch., 1900, p.37).La poignée de la porte était en porcelaine blanche (Romains,Hommes bonne vol., 1932, p.88):
2. Dans l'une [l'armoire] était le linge de table, (...) dans l'autre la vaisselle, de cette magnifique porcelaine de vieux saxe fleuronnée, moulée et dorée: les piles d'assiettes en bas, les services de toute sorte, les soupières rebondies, les tasses, les sucriers au-dessus... Erckm.-Chatr.,Ami Fritz, 1864, p.23.
SYNT. Porcelaine argentée, coquille d'oeuf, émaillée, épaisse, dorée, délicate, fêlée, sonore, supérieure, ternie, transparente, verte, vitreuse; porcelaine allemande, anglaise, chinoise; porcelaine de Chine, de Creil, des Indes, du Japon, de Limoges, de Saxe, de Sèvres; porcelaine à feu; belle, blanche, fine, fragile, grosse, vieille porcelaine; abat-jour, assiette, bidet, broyeur, bougeoir, cabaret, cuvette, coupe, globe, lavabo, magot, mortier, pipe, poussah, prothèse (dentaire), service, tasse, vase en/de porcelaine; décoration, peinture sur porcelaine; fabrication, production de la porcelaine; manufacture de porcelaine; raccommodeur de faïence et de porcelaine.
P. métaph. Voilà la beauté pure et pleine D'un jour par les dieux composé; Mais, ô Nuit, comme vous brisez Cette ineffable porcelaine (Noailles,Forces étern., 1920, p.119).[Roberte à Arthur] −Ne te casse pas la tête, mon chou. Ça s'arrange. Mais cette gentillesse ne fit qu'exaspérer Arthur, fort expert dans l'art de fracasser les porcelaines de la tendresse (H. Bazin,Tête contre murs, 1949, p.106).
CÉRAM. Porcelaine dégourdie. Porcelaine qui a subi une première cuisson mais n'est pas émaillée. (Dict. xixeet xxes.). Porcelaine dure ou à pâte dure. Porcelaine à base de kaolin et de feldspath. Adoptant d'emblée le biscuit de porcelaine dure, on le voit d'abord produire des mièvreries sur le thème de l'amour (G. Fontaine,Céram. fr., 1965, p.116).Porcelaine opaque. Désignation impropre de certaines faïences fines. (Dict.xixes.). La prétendue porcelaine opaque n'était porcelaine que de nom, et par l'idée plus spéculative que logique du fabricant qui avait cru relever la position de sa poterie par ce nom ambitieux (Al. Brongniart, Arts céram., t.1, 1844, p.xv).Porcelaine tendre ou à pâte tendre. Porcelaine obtenue soit à partir d'une pâte artificielle (porcelaine à fritte) composée de soude, de potasse, de sel marin, de sable et de chaux, soit à partir d'une pâte naturelle (porcelaine phosphatique) composée d'argile marneuse, de sable et de phosphate de chaux, qui se raye facilement et n'est pas translucide (d'apr. Bouillet 1859 et GDEL).
2. P. méton.
a) Pièce de service en porcelaine. Porcelaine dépareillée. Puis cet Auvergnat (...) acheta des batteries de cuisine, des vieux cadres, des vieux cuivres, des porcelaines écornées (Balzac,Cous. Pons, 1847, p.108).Un homme vendait par lots des porcelaines manquées, mais utilisables (Alain,Propos, 1907, p.14).
Porcelaine blanche. Vaisselle en porcelaine qui n'a pas de décoration. On mangeait sur un service de blanc de Saxe, fleur d'orge. La Crécy avait pour la porcelaine le goût de la vieille Espagne; elle ne pouvait souffrir que la porcelaine blanche: blanc de Saxe, blanc de Sèvres ou blanc de Chine (Goncourt,Ch. Demailly, 1860, p.194).
b) Vase ou bibelot en porcelaine. Sur le buffet d'acajou, des porcelaines reflétaient la lumière tranquille (Zola,Page amour, 1878, p.868).Jean fait en souriant le tour de la chambre. Un petit bureau; une grande table à expériences; un arsenal de flacons, de porcelaines (Martin du G.,J. Barois, 1913, p.234).
P. métaph. Imaginez une petite nymphe de Fragonard exotique, une petite porcelaine de chair, toute claire, toute pâle (Goncourt,Journal, 1865, p.126).
c) Vieilli. Objet en porcelaine qu'on dépose sur la tombe de quelqu'un en signe de reconnaissance. Synon. céramique.La clientèle de la ville haute, plus sélecte, demandait des couronnes de fil de fer, de la perle, et même de la porcelaine; sur la porcelaine on gagne bien, mais c'est une fois pour toutes (Aragon,Beaux quart., 1936, p.12).
d) Loc. Être comme un éléphant* dans un magasin de porcelaines.
3. P. anal.
a) [P. réf. à l'éclat, à l'aspect de la porcelaine]
Subst. + de porcelaine.Oreilles de porcelaine; figure, visage de porcelaine. Ces grands yeux de porcelaine qui devinaient quel puissant reflux de la tendresse m'emportait loin des plages de son coeur (Montherl.,Encore inst. bonh., 1934, p.524).Les yeux de mes hommes ressemblaient à ceux des poissons morts, des yeux ternis, figés, de porcelaine vitreuse (Vercel,Cap. Conan, 1934, p.23).Trouverait-il oreille plus accueillante que cette gracieuse petite oreille, toute de porcelaine lucide (Duhamel,Combat ombres, 1939, p.183).
Subst. + en porcelaine.Visage en porcelaine des débutantes. Figure de cire des femmes si bien arrêtées pour ces nuits (Morand,New-York, 1930, p.199).Quelqu'un l'avait heurté, il avait vu s'enfuir une larve maigre au nez rongé, avec un melon et un grand faux-col en porcelaine (Sartre,Sursis, 1945, p.20).
VÉN. (Chien de) porcelaine. Chien courant de taille moyenne, à pelage blanc et brillant, originaire de Franche-Comté, utilisé en petite vénerie (d'apr. Burn. 1970, Duchartre 1973, Triquet 1981).
b) [P. réf. à la fragilité de la porcelaine]
Subst. + de porcelaine.Son dos rond qui lui donnait l'air d'être accrochée dans l'espace et auquel ses quinze ans de porcelaine semblaient pendre, comme une poupée à un clou (H. Bazin,Vipère, 1948, p.37).
En partic. Noces de porcelaine. Vingtième anniversaire d'un mariage (d'apr. France 1907).
Être fait de la même porcelaine. Si on nous avait annoncé, en 1910, que trois années ne passeraient pas sans nous faire voir l'Europe capitulant devant la Turquie victorieuse!... Tous ces traités de la banlieue sont faits de la même porcelaine fragile (Thibaudet,Princes lorr., 1924, p.174).
REM. 1.
Porcelainé, -ée, adj.Qui a l'aspect luisant et poli de la porcelaine. Tout petit, tout porcelainé, tout rose, tout pomponné, Abel Hermant déclarait en clignant des yeux (L. Daudet,Entre-deux-guerres, 1915, p.107).Une Normandie qui serait un immense parc anglais, à la fragrance de ses hautes futaies à la Lawrence, au velours cryptomeria dans leur bordure porcelainée d'hortensias roses de ses pelouses naturelles (Proust,Temps retr., 1922, p.713).La nouvelle génération se détourne de la manière blaireautée et porcelainée de Louis Boilly pour revenir à une facture plus grasse (Réau,Art romant., 1930, p.168).
2.
Porcelaineux, -euse, adj.a) Qui ressemble à de la porcelaine. Ces deux pièces sont curieuses en ce que toutes deux semblent fabriquées (...) d'une matière porcelaineuse qui ne se laisse pas entamer par l'acier (E. de Goncourt,Mais. artiste, t.2, 1881, p.276).b) Péj. Qui a trop l'aspect, le luisant de la porcelaine. V. glaceux B ex. de Goncourt.
3.
Porcelainique, adj.Dont la substance paraît être de la porcelaine. En France, jusqu'à ce jour, ces grains porcelainiques de l'âge de bronze I font défaut (J. Déchelette,Manuel archéol. préhist., celt. et gallo-romaine, t.2, 1914, p.371).
4.
Porcelainerie, subst. fém.a) Manufacture de porcelaine. J'arrivais à sa maison (...) par un chemin bordé des quinze logements réservés aux contremaîtres limousins ou parisiens qui travaillaient à la porcelainerie (Giraudoux,Siegfried et Lim., 1922, p.100).L'usine de transformation (...) exploite à la fois (...) un ou plusieurs magasins de produits semi-ouvrés tels que, dans une porcelainerie, le magasin recevant des pièces brutes (Villemer,Organ. industr., 1947, p.76).b) Branche de l'industrie s'occupant de la fabrication de la porcelaine. D'autre part, dans certaines industries (porcelaineries, moulages de matières plastiques, etc.) les conditions même de la fabrication font en sorte qu'on ne peut jamais supprimer complètement les rebuts (Villemer,Organ. industr., 1947, p.198).
Prononc. et Orth.: [pɔ ʀsəlεn]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. 1298 «mollusque à grande coquille univalve vernissée» (Marco Polo, éd. L. F. Benedetto, p.115: Il ont monoie en tel mainere com je vos dirai. Car il espendent porcelaine blance, celle que se trovent en la mer); 2. id. «céramique à pâte fine, fortement vitrifiée» (ibid., p.160: en une cité que est apellé Tiungiu, se font escuelle de porcellaine, grant et pitet, les plus belles que l'en peust deviser). Empr. à l'ital. porcellana, qui bien que n'étant att. qu'au xives. (d'apr. DEI), devait, dans les 2 sens, faire partie du vocab. de Marco Polo et de Rusticien de Pise, dér. de porcella «truie» (fém. de porcellus «pourceau») parce que le coquillage ressemble à une vulve de truie; le sens 2 est dû au fait que l'aspect brillant de la porcelaine rappelle celui de la coquille nacrée. V. FEW t.9, p.187 et Hope, p.48. Fréq. abs. littér.: 698. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 822, b) 1595; xxes.: a) 1215, b) 680. Bbg. Kristol (A. M.). Color. Berne, 1978, pp.89-91. _ Quem. DDL t.15. _ Thomas (A.) Nouv. Essais 1904, p.320.

porcelaine, -

Wiktionnaire

Nom commun 1

porcelaine \pɔʁ.sə.lɛn\ féminin

  1. (Zoologie) Synonyme de cyprée (coquillage).
    • En juin 1611, environ deux cents Hurons et Algonquins se rendirent aux rapides de Lachine pour rencontrer Champlain et Gravé du Pont et leur remettre en secret : « 50 castors & 4 carquans de leurs porcelaines (qu’ils estiment entre eux comme nous faisons les chaisnes d’or) — (Jonathan C. Lainey, Le prétendu wampum offert à Champlain et l’interprétation des objets muséifiés, La "Revue d’histoire de l’Amérique française", Volume 61, Numéro 3–4, hiver, printemps, 2008, pages 397–424, 2008)
  2. (Céramique) Céramique blanche, très fine et qui sert à fabriquer des vases, des assiettes et des ustensiles divers.
    • Quelques vases en porcelaine de Sèvres, peints par madame Jaquotot, contenaient des fleurs rares qui embaumaient : […]. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Puis en regard, sur un socle, il vit un vase de porcelaine de Sèvres sur lequel était gravé : donné par madame la Dauphine. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • La porcelaine, cette matière céramique la plus parfaite, résulte de la liaison à une température très élevée, de l’infusible kaolin et du fusible feldspath, en une masse homogène. — (Le Siècle du rococo: art et civilisation du XVIIIème siècle, Residenzmuseum München, H. Rinn, 1858, page 223)
    • Des coffres du grenier, elles extraient un service complet de vieille porcelaine d’Arras, blanche aux fleurs bleues, qu’elles tiennent de l’héritage de l’oncle Joachim. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 301.)
    • D'abord, et surtout, c'était la salle à manger, avec en son milieu une longue table de chêne blond éclairée par une suspension de cuivre habillé d'un abat-jour en porcelaine surmonté d'une grosse boule colorée que l'on appelait « le monte-baisse ». — (Claude Brahic, Emma, la fille des Cévennes, TDO Éditions, 2017, chap. 4-1)
  3. (Par métonymie) Objet en porcelaine.
    • Un Petit Dunkerque est une sorte de bazar de fines porcelaines et de curiosités artistiques, de charmantes et délicates inutilités , qui en font un bric-à-brac fashionable. — (Arthur Dinaux, « Au Petit Dunkerque », dans Archives historiques et littéraires du Nord de la France et du Midi de la Belgique, tome 3 de la 3e série, Valenciennes, 1852, p. 119)
    • Dans les endroits abrités, je découvrais de petites porcelaines roses, de grands oscabrions dont le dos est protégé par une cuirasse solide composée de pièces mobiles comme celles des anciens brassards ; … — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, L’Archipel de Chausey, souvenirs d’un Naturaliste, Revue des Deux Mondes, tome 30, 1842)
    • Le rémouleur, l’étameur ou le raccommodeur de porcelaine jetaient leur appel ou faisaient retentir une musique à l’aide d’une petite corne. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 22.)
  4. (Zoologie) Synonyme de notodonte porcelaine (papillon).
  5. Qui a l'apparence de la porcelaine.
    • Alors Déodat oublie tout d’un coup qu’il est facteur, une ivresse guerrière lui monte au cerveau, ses yeux de porcelaine tendre jettent des éclairs funestes. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 85.)
    • Elle était comme d’habitude impitoyablement maquillée, presque peinte, le rouge à lèvres écarlate et l’ombre à paupières violine soulignaient son teint pâle, sa peau « de porcelaine » comme on dit dans les romans d’Yves Simon. — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, page 24.)

Nom commun 2

porcelaine \pɔʁ.sə.lɛn\ féminin

  1. (Botanique) Plante succulente (« plante grasse ») tropicale, originaire du Mexique, décorative, médicinale et dont les feuilles peuvent être mangées.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PORCELAINE. n. f.
Poterie de pâte blanche et très fine, faite principalement de kaolin, et qui sert à fabriquer des vases, des assiettes et des ustensiles divers. Porcelaine fine. Porcelaine transparente. Vase de porcelaine. Tasse de porcelaine. Assiette de porcelaine. Service de porcelaine. Porcelaine de Chine, du Japon. Porcelaine de Saxe. Porcelaine de Sèvres. Peindre sur porcelaine. Peinture sur porcelaine. Il se dit aussi des Vases de porcelaine. Il a de très belles porcelaines.

PORCELAINE désigne, en termes d'Histoire naturelle, une Espèce de coquillage univalve, très poli et tacheté, dont les bords s'arrondissent en dedans et forment une ouverture longitudinale, étroite, dentelée des deux côtés.

Littré (1872-1877)

PORCELAINE (por-se-lè-n' ; au XVIIe siècle, plusieurs prononçaient pourcelaine, prononciation que l'on condamnait) s. f.
  • 1 Terme d'histoire naturelle. Espèce de coquillage univalve, très poli (la cypraea, genre de mollusques gastéropodes pectinibranches, de la famille des enroulés).
  • 2Dans le moyen âge, nacre qu'on tirait de la coquille de la porcelaine, et qu'on employait à faire des vases et différents ustensiles.

    Nom donné aux vases faits avec cette nacre.

  • 3Nom donné, par assimilation, à la poterie que l'on commença à apporter de l'Orient vers le XVIe siècle, et qui est ainsi définie : Poterie dure, compacte, imperméable, dont la cassure, quoique un peu grenue, présente aussi mais faiblement le luisant du verre et qui est essentiellement translucide, quelque faible qu'en soit la translucidité, Brongniart. Toute porcelaine a pour base le kaolin, auquel on ajoute un cinquième de pétunzé pour servir de fondant. Les premières pièces de porcelaine fabriquées en Saxe datent de 1702 ; la première fabrique de porcelaine en Angleterre est de 1752 ; et la manufacture royale de Sèvres fut fondée par Louis XV en 1756. Pendant ce séjour à Paris, M. de Tschirnhaus fit part à M. Homberg d'un secret qu'il avait trouvé, c'est de faire de la porcelaine toute pareille à celle de la Chine ; on a cru jusqu'ici que la porcelaine était un don particulier dont la nature avait favorisé les Chinois et que la terre dont elle est faite n'était qu'en leur pays ; cela n'est point ainsi… M. de Tschirnhaus avait donné à M. Homberg sa porcelaine en échange de quelques autres secrets de chimie qu'il en avait reçus, et il lui fit promettre que, de son vivant, il n'en ferait nul usage, Fontenelle, Tschirnhaus. Il n'y a pas soixante ans que notre Europe a imité la porcelaine de la Chine ; nous la surpassons à force de soins ; mais ces soins mêmes la rendent très chère et d'un usage peu commun, Voltaire, Frag. sur l'hist. art. X. Les connaisseurs divisent en six classes la porcelaine qui nous vient d'Asie : la porcelaine truitée, le blanc ancien, la porcelaine du Japon, celle de la Chine, le japon chiné et la porcelaine de l'Inde, Raynal, Hist. phil. V, 27. Toutes les porcelaines se font à Kingto-Ching, bourgade immense de la province de Kiansi ; elles y occupent cinq cents fours et un million d'hommes, Raynal, ib. V, 27.

    Porcelaine dure, poterie dont la pâte fine, compacte, très dure et un peu translucide, se ramollit en cuisant.

    Porcelaine tendre, dite aussi porcelaine vitreuse, porcelaine composée d'une fritte vitreuse, rendue opaque et moins fusible par l'addition d'une argile marneuse, très calcaire.

  • 4Vase fait avec cette poterie. A-t-elle, pour donner matière a votre haine, Cassé quelque miroir ou quelque porcelaine ? Molière, F. sav. II, 6. Chercher jusqu'au Japon la porcelaine et l'ambre, Boileau, Sat. VIII. Je viens, madame, de vous acheter pour dix mille francs de glaces, de porcelaines et de bureaux : ils sont d'un goût exquis ; je les ai choisis moi-même, Lesage, Turcaret, III, 4.

    Demi-porcelaine, sorte de faïence. Votre manufacture de demi-porcelaine, qui est très supérieure à celle de Strasbourg ; ma poterie est, en comparaison de votre porcelaine, ce qu'est la Corse en comparaison de l'Espagne, Voltaire, Lett. d'Aranda, 20 déc. 1771.

  • 5 Adj. Cheval porcelaine, celui dont la robe est grise, luisante et marquée de poils couleur d'ardoise.

REMARQUE

Sorte de terre très fine, et à demi-vitrifiée par l'action du feu, dit l'Académie. Sur quoi Legoarant remarque qu'il n'y a aucune terre portant le nom de porcelaine, lequel est donné à une poterie.

HISTORIQUE

XIIIe s. Il ont monnoie si faite ; car il despendent pourcelaines blanches que l'en treuve en la mer…, Marc Pol, p. 389. Cité où l'en fait moult d'escuelles et de pourcelaines qui sont moult belles, Marc Pol, p. 533.

XIVe s. Un tableau de pourcelaine, quarré, de plusieurs pieces, et ou milieu l'ymage de Nostre Dame, garny d'argent doré, à ouvrage d'oultremer, De Laborde, Émaux, p. 468. Uns petits tableaux carrez de pourcelaine où est entaillié un crucefiement Nostre Dame et St Jean, sans nulle garnison, De Laborde, ib. p. 469.

XVe s. Un plat fait de pourcelaine, sanz aucune garnison, estant dedans un estuy de cuir, non prisé pour ce qu'il a esté rompu en amenant de Bourges à Paris, De Laborde, ib. Une piece de pourcelaine pour faire un porte paix, en laquelle est le baptisement Nostre Seigneur, De Laborde, ib. Deux aultres esguieres d'une sorte de porcelayne bleue, De Laborde, ib. p. 470. Une cuillier de porcelayne garnye d'argent doré, Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 365. Il y a grande quantité de vaisseaux de porcelaine que les marchands vendent en public au Caire ; et les voyant nommez d'une appellation moderne et cherchant leur etymologie françoise, j'ay trouvé qu'ils sont nommez du nom que tient une espèce de coquille de porcelaine, Belon, dans DE LABORDE, Émaux, p. 471.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PORCELAINE. - REM. Ajoutez :

2. Saint François de Sales dit porceline : Un vaisseau de belle porceline, Introduct. à la vie dévote, II, 8. On rapprochera cette forme du normand pourceline, dit de la coquille.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PORCELAINE, s. f. (Conchyliolog.) en latin porcellana ou concha venerea, en anglois the porcelain-shell. Genre de coquille univalve, avec une bouche d’une ouverture longue & étroite, garnie de dents des deux côtés. La forme de cette coquille est ronde, oblongue, quelquefois bossue, quelquefois terminée par des mammelons.

On conçoit bien d’où vient l’origine du nom concha venerea, donné par les Latins à cette coquille, surtout quand on sait quelle partie du beau sexe ils nommoient porculus ou porcellus, en faisant allusion à celle de Vénus ; & d’ailleurs on connoît la forme de la bouche de la porcelaine ; cependant le nom de concha venerea, coquille de Vénus, donné à la porcelaine, est propre à produire de la confusion, parce qu’il y a une autre coquille d’un genre différent, & de la famille des bivalves, qu’on appelle aussi coquille de Vénus.

On nomme encore ce testacée le pucelage ; c’est le cauris des îles de Maldives & de la Guinée, où il sert de monnoie. Enfin, quelques-uns l’appellent la colique, parce qu’on a imaginé qu’en en prenant en poudre après l’avoir calciné, il guérissoit cette maladie ; mais de tous les noms que porte cette coquille, il faut nous en tenir à celui de porcelaine, qui lui est consacré, quoiqu’il soit aussi ridicule que les autres ; l’important est de savoir, que la bouche est la partie essentielle qui détermine le genre des porcelaines ; cette bouche doit être oblongue, étroite en forme de fente, & ordinairement bordée de dents au-moins d’un côté.

Aldrovandus compte douze especes de porcelaines, en y comprenant les différentes couleurs de la robe ; mais alors il y en auroit un beaucoup plus grand nombre ; ou pour mieux dire, elles sont si nombreuses, qu’il faut les ranger sous certains chefs, pour en distinguer les especes avec régularité.

Dans la classe des porcelaines arrondies & épaisses, les cabinets des curieux contiennent les especes suivantes. 1°. la porcelaine nommée la carte géographique ; 2°. la carte géographique à lettres arabes ; 3°. la peau de tigre ; 4°. la peau de serpent ; 5°. le pou de mer ; 6°. le cloporte ; 7°. la porcelaine pointillée ; 8°. la tannée ; 9°. la chinoise ; 10°. la porcelaine au sommet pointu ; 11°. la violette ; 12°. la rougeâtre ; 13°. la bariolée ; 14°. la porcelaine imitant l’écaille de tortue ; 15°. l’arlequine ; 16°. la porcelaine séparée dans le milieu en quatre zones rouges ; 17°. la porcelaine représentant un ovale bleu.

La classe des porcelaines minces & faites en poire, fournit les especes suivantes. 1°. La porcelaine en poire, semée de taches jaunes avec la bouche arquée ; 2°. la même espece marquée de deux bandes ; 3°. l’œuf de Rumphius, avec des mammellons ; 4°. la navette de tisserand.

La classe des porcelaines de forme oblongue & épaisse est très-nombreuse. Elle offre 1°. le grand argus ; 2°. le petit argus ; 3°. le faux argus ; 4°. la bleuâtre à trois bandes brunes ; 5°. la même à trois bandes blanches, les levres pointillées de rouge ; 6°. le levreau ; 7°. la petite vérole verte ; 8°. la petite vérole blanche à points saillans ; 9°. la porcelaine à trois bandes en S ; 10°. le petit âne ; 11°. la souris ; 12°. la taupe ; 13°. la rousse à zone rouge ; 14°. la brune à bandes rousses ; 15°. celle qui vient de Panama à bandes violettes ; 16°. la tachetée de couleur verdâtre ; 17°. la porcelaine couleur d’agate, traversée par une raie fauve ; 18°. celle qui est vergettée de lignes brunes ; 19°. la bleuâtre en forme de poisson ; 20°. la chinoise marbrée ; 21°. la chinoise tachetée.

La classe des porcelaines bossues en quelqu’endroit, donne les especes suivantes ; 1°. la porcelaine blanche, bossue, avec des mamelons rouges & des dents ; 2°. la même sans mamelons & sans dents ; 3°. la jaune sans manchon ni dents ; 4°. la monnoie de Guinée ou la colique, qui a six bosses en-dessus, & la bouche garnie de dents ; 5°. la grande porcelaine au dos bossu.

Enfin on observe plusieurs autres variétés dans la famille des porcelaines, qui ne peuvent se rapporter à aucune classe. Il y a des porcelaines légeres, d’autres pesantes ; il y en a dont la tête forme une petite pyramide. On en voit dont la fente est toute droite, & d’autres dont la bouche est de travers. Quelquefois le sommet des porcelaines est applati, d’autrefois on n’y voit qu’un seul bouton.

Dans ce nombre étendu d’especes de porcelaines, les curieux estiment beaucoup la porcelaine qui est bossue par le dos, celle qu’on nomme l’œuf, qui a deux boutons saillans aux extrémités, la navette, le grand argus, la taupe, la carte géographique, &c.

L’animal qui habite la porcelaine ne nous arrêtera pas long-tems. Il rampe sur une couche à la maniere des limaçons. Cette couche ou pié se termine d’un côté en pointe, dont le contour est frangé, ainsi que tout son pourtour ou cordon. L’autre bout présente un col assez long, fort détaché du pié, avec une tête, d’où partent deux cornes très-pointues qui forment un arc ; c’est dans leur milieu que sont situés les deux yeux, exprimés à l’ordinaire par deux points noirs assez gros. La bouche placée au-dessus de la tête n’est pas grande, & forme un petit trou rond : elle est garnie de dents de deux côtés ; savoir, vingt-cinq à droite & vingt-une seulement du côté gauche ; ces dents lui servent de défense, n’ayant pas d’opercule. On ne lui voit point non plus de museau, comme dans les autres testacées de cette espece.

Ce coquillage a une langue fort pointue, qui couvre entierement son ouverture, regnant d’un bout à l’autre. La plaque sur laquelle elle marche est dentelée dans son pourtour, & se termine en pointe à l’extrémité opposée à la tête. Hist. nat. éclaircie. (D. J.)

Porcelaine de la Chine, (Art de la poterie.) la porcelaine qui est un des meubles les plus ordinaires des Chinois, & l’ornement de leurs maisons, a été si recherchée en Europe, & il s’y en fait encore un si grand commerce, qu’il est à propos d’exposer tous les détails de sa fabrique.

On ne travaille à la porcelaine que dans une seule bourgade de la province de Kiang-si. Cette bourgade se nomme King-te-tching, & a plus d’un million d’ames. Le pere Dentrecolles y avoit une église, & parmi ses chrétiens il en comptoit plusieurs qui travailloient à la porcelaine, ou qui en faisoient un grand commerce ; c’est d’eux qu’il a tiré des connoissances exactes de toutes les patries de ce bel art. Outre cela, il s’est instruit par lui-même, & a consulté les livres chinois qui traitent de cette matiere ; nous ne pouvons donc rien faire de mieux que d’user ici de son mémoire, qui se trouve dans les lettres des Missionnaires, & dans l’histoire de la Chine du pere du Halde.

Incertitude de l’époque de la porcelaine. Ce pere a cherché inutilement quel est celui qui a inventé la porcelaine. Les annales n’en parlent point, & ne disent pas même à quelle tentative, ni à quel hasard on est redevable de cette invention. Elles disent seulement que la porcelaine étoit anciennement d’un blanc exquis, & n’avoit nul défaut ; que les ouvrages qu’on en faisoit, & qui se transportoient dans les autres royaumes, ne s’appelloient pas autrement que les bijoux précieux de Ja-tcheou : plus bas on ajoute, la belle porcelaine qui est d’un blanc vif & éclatant, & d’un beau bleu céleste, sort toute de King-te-tching. Il s’en fait dans d’autres endroits, mais elle est bien différente soit pour la couleur, soit pour la finesse.

En effet, sans parler des ouvrages de poterie qu’on fait par toute la Chine, auxquels on ne donne jamais le nom de porcelaine, il y a quelques provinces, comme celle de Canton & de Fokien, où l’on travaille en porcelaine ; mais les étrangers ne peuvent s’y méprendre : celle de Fokien est d’un blanc de neige qui n’a nul éclat, & qui n’est point mélangée de couleurs. Des ouvriers de King-te-tching y porterent autrefois tous leurs matériaux, dans l’espérance d’y faire un gain considérable, à cause du grand commerce que les Européens faisoient alors à Emouy ; mais ce fut inutilement, ils ne purent jamais y réussir.

L’empereur Cang hi, qui ne vouloit rien ignorer, fit conduire à Peking des ouvriers en porcelaine, & tout ce qui s’emploie à ce travail. Ils n’oublierent rien pour réussir sous les yeux du prince ; cependant on assure que leur ouvrage manqua. Il se peut faire que des raisons d’intérêt & de politique eurent part à ce peu de succès. Quoi qu’il en soit, c’est uniquement King-te-tching qui a l’honneur de donner de la porcelaine à toutes les parties du monde. Le Japon même vient en acheter à la Chine.

Ce qu’il faut savoir sur la porcelaine. Tout ce qu’il y a à savoir sur la porcelaine, dit le pere Dentrecolles, se réduit à ce qui entre dans sa composition, & aux préparatifs qu’on y apporte ; aux différentes especes de porcelaine, & à la maniere de les former ; à l’huile qui lui donne de l’éclat, & à ses qualités ; aux couleurs qui en font l’ornement, & à l’art de les appliquer ; à la cuisson, & aux mesures qui se prennent pour lui donner le degré de chaleur qui lui convient : enfin on finira par quelques réflexions sur la porcelaine ancienne, sur la moderne, & sur certaines choses qui rendent impraticables aux Chinois des ouvrages dont on a envoyé & dont on pourroit envoyer les desseins. Ces ouvrages où il est impossible de réussir à la Chine, se feroient peut-être facilement en Europe, si l’on y trouvoit les mêmes matériaux.

Du nom & de la matiere de la porcelaine. Mais avant que de commencer, il est à-propos de détromper ceux qui croiroient peut-être que le nom de porcelaine vient d’un mot chinois. A la vérité il y a des mots, quoiqu’en petit nombre, qui sont françois & chinois tout ensemble : ce que nous appellons thé par exemple, a pareillement le nom de thé dans la province de Fokien, quoiqu’il s’appelle tcha dans la langue mandarine ; mais pour ce qui est du nom de porcelaine, c’est si peu un mot chinois, qu’aucune des syllabes qui le composent ne peut ni être prononcée, ni être écrite par des chinois, ces sons ne se trouvant point dans leur langue. Il y a apparence que c’est des Portugais qu’on a pris ce nom, quoique parmi eux porcelana signifie proprement une tasse ou une écuelle, & que loca soit le nom qu’ils donnent généralement à tous les ouvrages que nous nommons porcelaine. Les Chinois l’appellent communément tse-ki.

La matiere de la porcelaine se compose de deux sortes de terre, l’une appellée pet-un-tse, & l’autre qu’on nomme ka-olin ; celle-ci est parsemée de corpuscules qui ont quelque éclat, l’autre est simplement blanche & très-fine au toucher. En même tems qu’un grand nombre de grosses barques remontent la riviere de Jaotheou à King-te-tching pour se charger de porcelaine, il en descend de Ki mu en presque autant de petites, qui sont chargées de pe-tun-tse & de kaolin réduits en forme de briques ; car King-te-tching ne produit aucun des matériaux propres à la porcelaine.

Les pe-tun-tse dont le grain est si fin, ne sont autre chose que des quartiers de rochers qu’on tire des carrieres, & auxquels on donne cette forme. Toute sorte de pierre n’est pas propre à former le pe-tun-tse, autrement il seroit inutile d’en aller chercher à vingt ou trente lieues dans la province voisine. La bonne pierre, disent les Chinois, doit tirer un peu sur le verd.

De sa préparation. Voici quelle est la Ie. préparation : on se sert d’une massue de fer pour briser ces quartiers de pierre ; après quoi on met les morceaux brisés dans des mortiers, & par le moyen de certains leviers, qui ont une tête de pierre armée de fer, on acheve de les réduire en une poudre très-fine. Ces leviers jouent sans cesse, ou par le travail des hommes, ou par le moyen de l’eau, de la même maniere que font les martinets dans les moulins à papier.

On jette ensuite cette poussiere dans une grande urne remplie d’eau, & on la remue fortement avec une pelle de fer. Quand on la laisse reposer quelques momens, il surnage une espece de crême épaisse de quatre à cinq doigts ; on la leve, & on la verse dans un autre vase plein d’eau. On agite ainsi plusieurs fois l’eau de la premiere urne, recueillant à chaque fois le nuage qui s’est formé, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le gros marc que son poids précipite d’abord : on le tire, & on le pile de nouveau.

Au regard de la seconde urne où a été jetté ce que l’on a recueilli de la premiere, on attend qu’il se soit formé au fond une espece de pâte : lorsque l’eau paroît au-dessus fort claire, on la verse par inclination pour ne pas troubler le sédiment ; & l’on jette cette pâte dans de grands moules propres à la secher. Avant qu’elle soit tout-à-fait durcie, on la partage en petits carreaux qu’on achete par centaines. Cette figure & sa couleur lui ont fait donner le nom de pe-tun-tse.

Les moules où se jette cette pâte sont des especes de caisses fort grandes & fort larges ; le fond est rempli de briques placées selon leur hauteur, de telle sorte que la superficie soit égale. Sur le lit de briques ainsi rangées, on étend une grosse toile qui remplit la capacité de la caisse ; alors on y verse la matiere, qu’on couvre peu-après d’une autre toile, sur laquelle on met un lit de briques couchées de plat les unes auprès des autres. Tout cela sert à exprimer l’eau plus promptement, sans que rien se perde de la matiere de la porcelaine, qui en se durcissant, reçoit aisément la figure des briques.

Il n’y auroit rien à ajouter à ce travail, si les Chinois n’étoient pas accoutumés à altérer leurs marchandises : mais des gens qui roulent de petits grains de pâte dans de la poussiere de poivre pour les en couvrir & les mêler avec du poivre véritable, n’ont garde de vendre les pe-tun-tse, sans y mêler du marc ; c’est pourquoi on est obligé de les purifier encore à King-te-tching, avant que de les mettre en œuvre.

Le ka-olin qui entre dans la composition de la porcelaine, demande un peu moins de travail que le petun-tse : la nature y a plus de part. On en trouve des mines dans le sein des montagnes qui sont couvertes au-dehors d’une terre rougeâtre. Ces mines sont assez profondes : on y trouve par grumeaux la matiere en question, dont on fait des quartiers en forme de carreaux, en observant la même méthode que j’ai marquée par rapport au pe-tun-tse. Le pere Dentrecolles n’est pas éloigné de croire que la terre blanche de Malte, qu’on appelle de St. Paul, auroit dans sa matrice beaucoup de rapport avec le ka-olin, quoiqu’on n’y remarque pas les petites parties argentées dont est semé le ka-olin.

C’est du ka-olin que la porcelaine tire toute sa fermeté : il en est comme les nerfs. Ainsi c’est le mélange d’une terre molle qui donne de la force aux pe-tun-tse, lesquels se tirent des plus durs rochers. On dit que des négocians européens ont fait acheter des pe-tun-tse pour faire de la porcelaine ; mais que n’ayant point pris de ka-olin, leur entreprise échoua.

Du hoa-ché qui entre dans la porcelaine. On a trouvé une nouvelle matiere propre à entrer dans la composition de la porcelaine : c’est une pierre ou une espece de craie qui s’appelle hoa-ché. Les ouvriers en porcelaine se sont avisés d’employer cette pierre à la place du ka-olin. Peut-être que tel endroit de l’Europe où l’on ne trouvera point du ka-olin, fourniroit la pierre hoa-ché. Elle se nomme hoa, parce qu’elle est glutineuse & qu’elle approche en quelque sorte du savon.

La porcelaine faite avec le hoa-ché est rare & beaucoup plus chere que l’autre : elle a un grain extrèmement fin ; & pour ce qui regarde l’ouvrage du pinceau, si on la compare à la porcelaine ordinaire, elle est à-peu-près ce qu’est le vélin au papier. De plus, cette porcelaine est d’une légereté qui surprend une main accoutumée à manier d’autres porcelaines ; aussi est-elle beaucoup plus fragile que la commune, & il est difficile d’attraper le véritable degré de sa cuite. Il y en a qui ne se servent pas du hoa-ché pour faire le corps de l’ouvrage ; ils se contentent d’en faire une colle assez déliée, où ils plongent la porcelaine quand elle est seche, afin qu’elle en prenne une couche, avant que de recevoir les couleurs & le vernis : par-là elle acquiert quelque degré de beauté.

De la maniere de mettre en œuvre le hoa-ché. Mais de quelle maniere met-on en œuvre le hoa-ché ? c’est ce qu’il faut expliquer. 1°. Lorsqu’on l’a tiré de la mine, on le lave avec de l’eau de riviere ou de pluie pour en séparer un reste de terre jaunâtre qui y est attachée. 2°. On le brise, on le met dans une cuve d’eau pour le dissoudre, & on le prépare en lui donnant les mêmes façons qu’au ka-olin. On assure qu’on peut faire de la porcelaine avec le seul hoa-ché préparé de la sorte, & sans aucun mélange ; cependant l’usage est de mettre sur huit parts de hoa-ché deux parts de pe-tuntse ; & pour le reste, on procede selon la méthode qui s’observe quand on fait la porcelaine ordinaire avec le pe-tun-tse & le ka-olin. Dans cette nouvelle espece de porcelaine, le hoa-ché tient la place du ka-olin ; mais l’un est beaucoup plus cher que l’autre. La charge de ka-olin ne coûte que 20 sous, au-lieu que celle de hoa-ché revient à un écu. Ainsi il n’est pas surprenant que cette sorte de porcelaine coûte plus que la commune.

Il faut encore faire une observation sur le hoa-ché. Lorsqu’on l’a préparé & qu’on l’a disposé en petits carreaux semblables à ceux du pe-tun-tse, on délaie dans l’eau une certaine quantité de ces petits carreaux, & l’on en forme une colle bien claire ; ensuite on y trempe le pinceau, puis on trace sur la porcelaine divers desseins ; après quoi, lorsqu’elle est seche, on lui donne le vernis. Quand la porcelaine est cuite, on apperçoit ces desseins qui sont d’une blancheur différente de celle qui est sur le corps de la porcelaine. Il semble que ce soit une vapeur déliée répandue sur la surface. Le blanc de hoa-ché s’appelle le blanc d’ivoire, siang-ya-pé.

Du che kao, autre matiere de la porcelaine. On peint des figures sur la porcelaine avec du che-kao, qui est une espece de pierre ou de minéral semblable à l’alun, de même qu’avec le hoa-ché ; ce qui lui donne une autre espece de couleur blanche ; mais le che-kao a cela de particulier, qu’avant que de le préparer comme le hoa-ché, il faut le rôtir dans le foyer ; après quoi on le brise, & on lui donne les mêmes façons qu’au hoa-ché : on le jette dans un vase plein d’eau ; on l’y agite, on ramasse à diverses reprises la crême qui surnage ; & quand tout cela est fait, on trouve une masse pure qu’on emploie de même que le hoa-ché purifié.

Le che-kao ne sauroit servir à former le corps de la porcelaine ; on n’a trouvé jusqu’ici que le hoa-ché qui pût tenir la place du kao-lin, & donner de la solidité à la porcelaine. Si, à ce qu’on dit, l’on mettoit plus de deux parts de pe-tun-tse sur huit parts de hoa-ché, la porcelaine s’affaisseroit en la cuisant, parce qu’elle manqueroit de fermeté, ou plutôt que ses parties ne seroient pas suffisamment liées ensemble.

Du vernis qui blanchit la porcelaine. Outre les barques chargées de pe-tun-tse & de koa-lin, dont le rivage de King te tching est bordé, on en trouve d’autres remplies d’une substance blanchâtre & liquide ; cette substance est l’huile qui donne à la porcelaine sa blancheur & son éclat : en voici la composition. Il semble que le nom chinois yeou, qui se donne aux différentes sortes d’huile, convient moins à la liqueur dont je parle, que celui de tsi, qui signifie vernis. Cette huile ou ce vernis se tire de la pierre la plus dure ; ce qui n’est pas surprenant pour ceux qui prétendent que les pierres se forment principalement des sels & des huiles de la terre qui se mêlent & qui s’unissent étroitement ensemble.

Quoique l’espece de pierre dont se font les pe-tun-tse puisse être employée indifféremment pour en tirer de l’huile, on fait choix pourtant de celle qui est la plus blanche, & dont les taches sont les plus vertes. L’histoire de Feou-Leang, dit que la bonne pierre pour l’huile est celle qui a des taches semblables à la couleur de feuilles de cyprès, ou qui a des marques rousses sur un fond un peu brun, à peu près comme la linaire.

Il faut d’abord bien laver cette pierre, après quoi on y apporte les mêmes préparations que pour le pe-tun-tse : quand on a dans la seconde urne ce qui a été tiré de plus pur de la premiere, après toutes les façons ordinaires, sur cent livres ou environ de cette crême, on jette une livre de che-kao, qu’on a fait rougir au feu & qu’on a pilé. C’est comme la presure qui lui donne de la consistance, quoiqu’on ait soin de l’entretenir toujours liquide.

Cette huile de pierre ne s’emploie jamais seule : on y en mêle une autre, qui en est comme l’ame ; on prend de gros quartiers de chaux vive, sur lesquels on jette avec la main un peu d’eau pour les dissoudre & les réduire en poudre. Ensuite on fait une couche de fougere seche, sur laquelle on met une autre couche de chaux amortie. On en met ainsi plusieurs alternativement les unes sur les autres, après quoi l’on met le feu à la fougere. Lorsque tout est consumé, l’on partage ces cendres sur de nouvelles couches de fougere seche, cela se fait cinq ou six fois de suite : on peut le faire plus souvent, & l’huile en est meilleure.

Autrefois, dit l’histoire de Feou-Leang, outre la fougere, on y employoit le bois d’un arbre dont le fruit s’appelle se tse : à en juger par l’âcreté du fruit, quand il n’est pas mûr, & par son petit couronnement, il semble que c’est une espece de neffle. On ne s’en sert plus maintenant, apparemment parce qu’il est devenu fort rare. Peut-être est-ce faute de ce bois que la porcelaine moderne n’est pas si belle que celle des premiers tems. La nature de la chaux & de la fougere contribue aussi à la bonté de l’huile.

Quand on a des cendres de chaux & de fougere jusqu’à une certaine quantité, on les jette dans une urne remplie d’eau. Sur cent livres, il faut y dissoudre une livre de che-kao, bien agiter cette mixtion, ensuite la laisser reposer, jusqu’à ce qu’il paroisse sur la surface un nuage ou une croûte qu’on ramasse, & qu’on jette dans une seconde urne ; & cela à plusieurs reprises : quand il s’est formé une espece de pâte au fond de la seconde urne, on en verse l’eau par inclination, on conserve ce fond liquide, & c’est la seconde huile qui doit se mêler avec la précédente. Par un juste mélange, il faut que ces deux especes de purée soient également épaisses. Afin d’en juger, on plonge à diverses reprises dans l’une & dans l’autre de petits carreaux de pe-tun-tse : en les retirant, on voit sur leur superficie si l’épaississement est égal de part & d’autre. Voilà ce qui regarde la qualité de ces deux sortes d’huile.

Pour ce qui est de la quantité, le mieux qu’on puisse faire, c’est de mêler dix mesures d’huile de pierre avec une mesure d’huile faite de cendre de chaux & de fougere : ceux qui l’épargnent, n’en mettent jamais moins de trois mesures. Les marchands qui vendent cette huile, pour peu qu’ils aient d’inclination à tromper, ne sont pas fort embarrassés à en augmenter le volume : ils n’ont qu’à jetter de l’eau dans cette huile, &, pour couvrir leur fraude, y ajouter du che-kao à proportion, qui empêche la matiere d’être trop liquide.

D’un autre vernis de la porcelaine. Il y a une autre espece de vernis, qui s’appelle tsi-kin-yeou, c’est-à-dire, vernis d’or bruni. On pourroit le nommer plutôt vernis de couleur de bronze, de couleur de café, ou de couleur de feuille morte. Ce vernis est d’une invention nouvelle : pour le faire, on prend de la terre jaune commune, on lui donne les mêmes façons qu’au pe-tun-tse ; quand cette terre est préparée, on n’en emploie que la matiere la plus déliée qu’on jette dans l’eau, & dont on forme une espece de colle aussi liquide que le vernis ordinaire appellé pe-yeou, qui se fait de quartiers de roche. Ces deux vernis, le tsikin & le pe-yeou, se mêlent ensemble, & pour cela ils doivent être également liquides. On en fait l’épreuve en plongeant un pe-tun-tse dans l’un & dans l’autre vernis. Si chacun de ces vernis pénetre son pe-tun-tse, on les juge également liquides, & propres à s’incorporer ensemble.

On fait aussi entrer dans le tsi-kin du vernis, ou de l’huile de chaux & de cendres de fougere préparée, & de la même liquidité que le pe-yeou : mais on mêle plus ou moins de ces deux vernis avec le tsi-kin, selon qu’on veut que le tsi-kin soit plus foncé ou plus clair. C’est ce qu’on peut connoître par divers essais, par exemple, on mesure deux tasses de pe-yeou, puis sur quatre tasses de cette mixtion de tsi-kin & de pe-yeou, on mettra une tasse de vernis fait de chaux & de fougere.

Il y a peu d’années qu’on a trouvé le secret de peindre en violet, & de dorer la porcelaine ; on a essayé de faire une mixtion de feuilles d’or avec le vernis & la poudre de caillou, qu’on appliquoit de même qu’on applique le rouge à l’huile : mais cette tentative n’a pas réussi, & on a trouvé que le vernis tsi-kin avoit plus d’éclat.

Il a été un tems que l’on faisoit des tasses, auxquelles on donnoit par-dehors le vernis doré, & par-dedans le pur vernis blanc. On a varié dans la suite, & sur une tasse ou sur un vase qu’on vouloit vernisser de tsi-kin, on appliquoit en un ou deux endroits un rond ou un quarré de papier mouillé ; après avoir donné le vernis, on levoit le papier, & avec le pinceau on peignoit en rouge, ou en azur, cet espace non-vernissé. Lorsque la porcelaine étoit séche, on lui donnoit le vernis accoutumé, soit en le soufflant, soit d’une autre maniere. Quelques-uns remplissent ces espaces vuides d’un fond tout d’azur, ou tout noir, pour y appliquer la dorure après la premiere cuite. C’est sur quoi on peut imaginer diverses combinaisons.

Des différentes élaborations de la porcelaine. Avant que d’expliquer la maniere dont cette huile, ou plutôt ce vernis s’applique, il est à-propos de décrire comment se forme la porcelaine. Je commence d’abord par le travail qui se fait dans les endroits les moins fréquentés de King-te-tching. Là, dans une enceinte de murailles, on bâtit de vastes apentis, où l’on voit étage sur étage un grand nombre d’urnes de terre. C’est dans cette enceinte que demeurent & travaillent une infinité d’ouvriers, qui ont chacun leur tâche marquée. Une piece de porcelaine, avant que d’en sortir pour être portée au fourneau, passe par les mains de plus de vingt personnes, & cela sans confusion. On a sans doute éprouvé que l’ouvrage se fait ainsi beaucoup plus vîte.

Le premier travail consiste à purifier de nouveau le pe-tun-tse, & le kao-lin, du marc qui y reste, quand on le vend. On brise les pe-tun-tse, & on les jette dans une urne pleine d’eau ; ensuite, avec une large spatule, on acheve en les remuant de les dissoudre : on les laisse reposer quelques momens, après quoi on ramasse ce qui surnage, & ainsi du reste, de la maniere qu’il a été expliqué ci-dessus.

Pour ce qui est des pieces de kao-lin, il n’est pas nécessaire de les briser : on les met tout simplement dans un panier fort clair, qu’on enfonce dans une urne remplie d’eau ; le kao-lin s’y fond aisément de lui-même. Il reste d’ordinaire un marc qu’il faut jetter : au bout d’un an ces rebuts s’accumulent, & font de grands monceaux d’un sable blanc & spongieux, dont il faut vuider le lieu où l’on travaille.

Ces deux matieres de pe-tun-tse & de kao-lin ainsi préparées, il en faut faire un juste mélange : on met autant de kao-lin que de pe-tun-tse pour les porcelaines fines ; pour les moyennes, on emploie quatre parts de kao-lin sur six de pe-tun-tse. Le moins qu’on en mette, c’est une part de kao-lin sur trois de pe-tun-tse.

Après ce premier travail, on jette cette masse dans un grand creux bien pavé & cimenté de toutes parts ; puis on la foule, & on la pétrit jusqu’à ce qu’elle se durcisse : ce travail est fort rude, parce qu’il ne doit point être arrêté.

De cette masse ainsi préparée on tire différens morceaux, qu’on étend sur de larges ardoises. Là, on les pétrit, & on les roule en tous les sens, observant soigneusement qu’il ne s’y trouve aucun vuide, ou qu’il ne s’y mêle aucun corps étranger. Faute de bien façonner cette masse, la porcelaine se fêle, éclate, coule, & se déjette. C’est de ces premiers élémens que sortent tant de beaux ouvrages de porcelaine, dont les uns se font à la roue, les autres se font uniquement sur des moules, & se perfectionnent ensuite avec le ciseau.

Tous les ouvrages unis se font de la premiere façon. Une tasse, par exemple, quand elle sort de dessous la roue, n’est qu’une espece de calotte imparfaite, à-peu-près comme le dessus d’un chapeau, qui n’a pas encore été appliqué sur la forme. L’ouvrier lui donne d’abord le diametre & la hauteur qu’on souhaite, & elle sort de ses mains presqu’aussi-tôt qu’il l’a commencée : car il n’a que trois deniers de gain par planche, & chaque planche est garnie de vingt-six pieces. Le pié de la tasse n’est alors qu’un morceau de terre de la grosseur du diametre qu’il doit avoir, & qui se creuse avec le ciseau, lorsque la tasse est séche & qu’elle a de la consistance, c’est-à-dire, après qu’elle a reçu tous les ornemens qu’on veut lui donner.

Effectivement cette tasse au sortir de la roue, est reçue par un second ouvrier qui l’asseoit sur la base. Peu-après elle est livrée à un troisieme qui l’applique sur son moule, & lui imprime la figure. Ce moule est sur une espece de tour. Un quatrieme ouvrier polit cette tasse avec le ciseau, sur-tout vers les bords, & la rend déliée, autant qu’il est nécessaire, pour lui donner de la transparence : il la racle à plusieurs reprises, la mouillant chaque fois tant-soit-peu, si elle est trop séche, de peur qu’elle ne se brise. Quand on retire la tasse de dessus le moule, il faut la rouler doucement sur ce même moule, sans la presser plus d’un côté que de l’autre, sans quoi il s’y fait des cavités, ou bien elle se dejette. Il est surprenant de voir avec quelle vîtesse ces vases passent par tant de différentes mains. On dit qu’une piece de porcelaine cuite a passé par les mains de soixante-dix ouvriers.

Des grandes pieces de porcelaine. Les grandes pieces de porcelaine se font à deux fois : une moitié est élevée sur la roue par trois ou quatre hommes qui la soutiennent chacun de son côté, pour lui donner sa figure ; l’autre moitié étant presque seche s’y applique : on l’y unit avec la matiere même de la porcelaine délayée dans l’eau, qui sert comme de mortier ou de colle. Quand ces pieces ainsi collées sont tout-à-fait seches, on polit avec le couteau en-dedans & en-dehors l’endroit de la réunion, qui, par le moyen du vernis dont on le couvre, s’égale avec tout le reste. C’est ainsi qu’on applique aux vases, des anses, des oreilles, & d’autres pieces rapportées.

Ceci regarde principalement la porcelaine qu’on forme sur les moules, ou entre les mains ; telles que sont les pieces cannelées, ou celles qui sont d’une figure bisarre, comme les animaux, les grotesques, les idoles, les bustes que les Européens ordonnent, & d’autres semblables. Ces sortes d’ouvrages moulés se font en trois ou quatre pieces, qu’on ajoute les unes aux autres, & que l’on perfectionne ensuite avec des instrumens propres à creuser, à polir, & à rechercher différens traits qui échappent au moule.

Des ornemens de la porcelaine. Pour ce qui est des fleurs & des autres ornemens qui ne sont point en relief, mais qui sont comme gravés, on les applique sur la porcelaine avec des cachets & des moules : on y applique aussi des reliefs tout préparés, de la maniere à-peu-près qu’on applique des galons d’or sur un habit.

Quand on a le modele de la porcelaine qu’on desire, & qui ne peut s’imiter sur la roue entre les mains du potier, on applique sur ce modele de la terre propre pour les moules : cette terre s’y imprime & le moule se fait de plusieurs pieces, dont chacune est d’un assez gros volume : on le laisse durcir quand la figure y est imprimée.

Lorsqu’on veut s’en servir, on l’approche du feu pendant quelque tems, après quoi on le remplit de la matiere de porcelaine à proportion de l’épaisseur qu’on veut lui donner : on presse avec la main dans tous les endroits, puis on présente un moment le moule au feu. Aussi-tôt la figure empreinte se détache du moule par l’action du feu, laquelle consume un peu de l’humidité qui colloit cette matiere au moule.

Les différentes pieces d’un tout tirées séparément, se réunissent ensuite avec de la matiere de porcelaine un peu liquide. C’est ainsi qu’on fait des figures d’animaux toutes massives : on laisse durcir cette masse, & on lui donne ensuite la figure qu’on se propose, après quoi on la perfectionne avec le ciseau, ou l’on y ajoute des parties travaillées séparément. Ces sortes d’ouvrages se font avec grand soin, tout y est recherché.

Quand l’ouvrage est fini, on lui donne le vernis, & on le cuit : on le peint ensuite, si l’on veut, de diverses couleurs, & on y applique l’or, puis on le cuit une seconde fois. Des pieces de porcelaines ainsi travaillées, se vendent extrèmement cher. Tous ces ouvrages doivent être mis à couvert du froid ; leur humidité les fait éclater, quand ils ne sechent pas également. C’est pour parer à cet inconvénient qu’on fait quelquefois du feu dans ces laboratoires.

Des moules de la porcelaine. Ces moules se font d’une terre jaune, grasse & qui est comme en grumeaux : on la tire d’un endroit qui n’est pas éloigné de King-te-tching. Cette terre se paîtrit ; quand elle est bien liée & un peu durcie, on en prend la quantité nécessaire pour faire un moule, & on la bat fortement. Quand on lui a donné la figure qu’on souhaite, on la laisse sécher ; après quoi on la façonne sur le tour. Ce travail se paye chérement. Pour expédier un ouvrage de commande, on fait un grand nombre de moules, afin que plusieurs troupes d’ouvriers travaillent à la fois.

Quand on a soin de ces moules, ils durent très long-tems. Un marchand qui en a de tout prêts pour les ouvrages de porcelaine qu’un européen demande, peut donner sa marchandise bien plutôt & à meilleur marché, & faire un gain plus considérable que ne feroit un autre marchand qui auroit ces moules à faire. S’il arrive que ces moules s’écorchent, ou qu’il s’y fasse la moindre breche, ils ne sont plus en état de servir, si ce n’est pour des porcelaines de la même figure, mais d’un plus petit volume. On les met alors sur le tour, & on les rabote afin qu’ils puissent servir une seconde fois.

Des peintres sur la porcelaine. Il est tems d’ennoblir la porcelaine en la faisant passer entre les mains des peintres. Ces hoa pei ou peintres de porcelaine, ne sont guere moins gueux que les autres ouvriers : il n’y a pas de quoi s’en étonner, puisqu’à la réserve de quelques-uns d’eux, ils ne pourroient passer en Europe que pour des apprentifs de quelques mois. Toute la science de ces peintres chinois n’est fondée sur aucun principe, & ne consiste que dans une certaine routine, aidée d’un tour d’imagination assez bornée. Ils ignorent toutes les belles regles de cet art. Il faut pourtant avouer qu’ils ont le talent de peindre sur la porcelaine, aussi bien que sur les éventails & sur les lanternes d’une gaze très-fine, des fleurs, des animaux & des paysages qui font plaisir.

Le travail de la peinture est partagé dans un même laboratoire, entre un grand nombre d’ouvriers. L’un a soin uniquement de former le premier cercle coloré, qu’on voit près des bords de la porcelaine : l’autre trace des fleurs que peint un troisieme : celui-ci est pour les eaux & pour les montagnes : celui-là pour les oiseaux & pour les autres animaux. Les figures humaines sont d’ordinaire les plus maltraitées : certains paysages & certains plans de ville enluminés, qu’on apporte d’Europe à la Chine, ne nous permettent pas de railler les Chinois sur la maniere dont ils se représentent dans leurs peintures.

Des différentes couleurs de la porcelaine. Pour ce qui est des couleurs de la porcelaine, il y en a de toutes les sortes. On n’en voit guere en Europe que de celle qui est d’un bleu vif, sur un fond blanc. Il s’en trouve dont le fond est semblable à celui de nos miroirs ardens : il y en a d’entierement rouges ; & parmi celles-là, les unes sont d’un rouge à l’huile, les autres sont d’un rouge soufflé, & sont semés de petits points à-peu-près comme nos miniatures. Quand ces deux sortes d’ouvrages réussissent dans leur perfection, ce qui est assez difficile, ils sont extrémement chers.

Enfin il y a des porcelaines où les paysages qui y sont peints, se forment du mélange de presque toutes les couleurs relevées par l’éclat de la dorure. Elles sont fort belles si l’on y fait de la dépense ; mais autrement la porcelaine ordinaire de cette espece, n’est pas comparable à celle qui est peinte avec le seul azur. Les annales de King te tching disent qu’anciennement le peuple ne se servoit que de porcelaine blanche : c’est apparemment parce qu’on n’avoit pas trouvé aux environs de Jao tcheou un azur moins précieux que celui qu’on emploie pour la belle porcelaine, lequel vient de loin & se vend assez cher.

On raconte qu’un marchand de porcelaine ayant fait naufrage sur une côte déserte, y trouva beaucoup plus de richesses qu’il n’en avoit perdu. Comme il erroit sur la côte tandis que l’équipage se faisoit un petit bâtiment du débris du vaisseau, il apperçut que les pierres propres à faire le plus bel azur y étoient très-communes : il en apporta avec lui une grosse charge ; & jamais, dit-on, on ne vit à King te tching de si bel azur. Ce fut vainement que le marchand chinois s’efforça dans la suite de retrouver cette côte où le hasard l’avoit conduit.

Telle est la maniere dont l’azur se prépare : on l’ensevelit dans le gravier qui est de la hauteur d’un demi-pié dans le fourneau : il s’y rôtit pendant 24 heures, ensuite on le réduit en une poudre impalpable, ainsi que les autres couleurs, non sur le marbre, mais dans de grands mortiers de porcelaine, dont le fond est sans vernis, de même que la tête du pilon qui sert à broyer.

Il y a là-dessus quelques observations à faire : 1°. Avant que de l’ensevelir dans le gravier du fourneau où il doit être rôti, il faut le bien laver afin d’en retirer la terre qui y est attachée : 2°. il faut l’enfermer dans une caisse à porcelaine bien luttée : 3°. lorsqu’il est rôti on le brise, on le passe par le tamis, on le met dans un vase vernissé, on y répand de l’eau bouillante après l’avoir un peu agité, on en ôte l’écume qui surnage ; ensuite on verse l’eau par inclination. Cette préparation de l’azur avec de l’eau bouillante, doit se renouveller deux fois, après quoi on prend l’azur ainsi humide, & réduit en une espece de pâte fort deliée pour le jetter dans un mortier, où on le broye pendant un tems considérable.

On dit que l’azur se trouve dans les minieres de charbon de pierre, ou dans des terres rouges voisines de ces minieres. Il en paroît sur la superficie de la terre ; & c’est un indice assez certain qu’en creusant un peu avant dans un même lieu, on en trouvera infailliblement. Il se présente dans la mine par petites pieces, grosses à-peu-près comme le pouce, mais plates & non pas rondes. L’azur grossier est assez commun ; mais le fin est très-rare, & il n’est pas aisé de le discerner à l’œil : il faut en faire l’épreuve si l’on ne veut pas y être trompé.

Cette épreuve consiste à peindre une porcelaine & à la cuire. Si l’Europe fournissoit du beau lear ou de l’azur, & du beau tsiu, qui est une espece de violet, ce seroit pour King-te-tching une marchandise de prix, & d’un petit volume pour le transport ; & on rapporteroit en échange la plus belle porcelaine. On a dejà dit que le tsiu se vendoit un taël huit mas la livre, c’est-à-dire neuf livres : on vend deux taëls la boëte du beau lear, qui n’est que de dix onces, c’est-à-dire 20 sols l’once.

On a essayé de peindre en noir quelques vases de porcelaine, avec l’encre la plus fine de la Chine ; mais cette tentative n’a eu aucun succès. Quand la porcelaine a été cuite, elle s’est trouvée très-blanche. Comme les parties de ce noir n’ont pas assez de corps, elles s’étoient dissipées par l’action du feu ; ou plutôt elles n’avoient pas eu la force de pénétrer la couche de vernis, ni de produire une couleur différente du simple vernis.

Le rouge se fait avec de la couperose : peut-être les Chinois ont-ils en cela quelque chose de particulier, c’est pourquoi je vais rapporter leur méthode. On met une livre de couperose dans un creuset, qu’on lutte bien avec un second creuset ; au-dessus de celui-ci est une petite ouverture, qui se couvre de telle sorte qu’on puisse aisément la découvrir s’il en est besoin. On environne le tout de charbon à grand feu ; & pour avoir un plus fort reverbere, on fait un circuit de briques. Tandis que la fumée s’éleve fort noire, la matiere n’est pas encore en état ; mais elle l’est aussitôt qu’il sort une espece de petit nuage fin & delié. Alors on prend un peu de cette matiere, on la délaye avec de l’eau, & on en fait l’épreuve sur du sapin. S’il en sort un beau rouge, on retire le brasier qui environne & couvre en partie le creuset. Quand tout est refroidi, on trouve un petit pain de ce rouge qui s’est formé au bas du creuset. Le rouge le plus fin est attaché au creuset d’en-haut. Une livre de couperose donne quatre onces de rouge dont on peint la porcelaine.

Bien que la porcelaine soit blanche de sa nature, & que l’huile qu’on lui donne serve à augmenter sa blancheur, cependant il y a de certaines figures en faveur desquelles on applique un blanc particulier sur la porcelaine qui est peinte de différentes couleurs. Ce banc se fait d’une poudre de caillou transparent, qui se calcine au fourneau de même que l’azur. Sur demi-once de cette poudre on met une once de céruse pulvérisée : c’est aussi ce qui entre dans le mélange des couleurs. Par exemple, pour faire le verd, à une once de céruse & à une demi-once de poudre de caillou, on ajoute trois onces de ce qu’on appelle toug-hoa-pien. On croiroit sur les indices qu’on en a, que ce sont les scories les plus pures du cuivre qu’on a battu.

Le verd préparé devient la matrice du violet, qui se fait en y ajoutant une dose de blanc : on met plus de verd préparé, à-proportion qu’on veut le violet plus foncé. Le jaune se fait en prenant sept dragmes de blanc préparé, comme on l’a dit, auxquelles on ajoute trois dragmes de rouge couperosé.

Toutes ces couleurs appliquées sur la porcelaine déjà cuite après avoir été huilée, ne paroissent vertes, violetes, jaunes ou rouges, qu’après la seconde cuisson qu’on leur donne. Ces diverses couleurs s’appliquent avec la céruse, le salpêtre & la couperose.

Le rouge à l’huile se fait de la grenaille de cuivre rouge, & de la poudre d’une certaine pierre ou caillou qui tire un peu sur le rouge. Un médecin chrétien a dit que cette pierre étoit une espece d’alun qu’on employe dans la médecine. On broye le tout dans un mortier, en y mêlant de l’urine d’un jeune homme & de l’huile ; mais on n’a pu découvrir la quantité de ces ingrédiens, ceux qui ont le secret sont attentifs à ne le pas divulguer.

On applique cette mixtion sur la porcelaine lorsqu’elle n’est pas encore cuite, & on ne lui donne point d’autre vernis. Il faut seulement prendre garde que durant la cuite, la couleur rouge ne coule point au bas du vase. On assure que quand on veut donner ce rouge à la porcelaine, on ne se sert point de petun-tse pour la former, mais qu’en sa place on employe avec le kaolin de la terre jaune, préparée de la même maniere que le petun-tse. Il est vraissemblable qu’une pareille terre est plus propre à recevoir cette sorte de couleur.

Peut-être sera-t-on bien aise d’apprendre comment cette grenaille de cuivre se prépare. On sait qu’à la Chine il n’y a point d’argent monnoyé : on se sert d’argent en masse dans le commerce, & il s’y trouve beaucoup de pieces de bas-aloi. Il y a cependant des occasions où il faut les réduire en argent fin ; comme par exemple, quand il s’agit de payer la taille, ou de semblables contributions. Alors on a recours à des ouvriers dont l’unique métier est d’affiner l’argent dans des fourneaux faits à ce dessein, & d’en séparer le cuivre & le plomb. Ils forment la grenaille de ce cuivre, qui vraissemblablement conserve quelques parcelles imperceptibles d’argent ou de plomb.

Avant que le cuivre liquefié se congele, on prend un petit balai qu’on trempe légérement dans l’eau, puis en frapant sur le manche du balai, on asperge d’eau le cuivre fondu ; une pellicule se forme sur la superficie, qu’on leve avec de petites pincettes de fer, & on la plonge dans l’eau froide, où se forme la grenaille qui se multiplie autant qu’on réitere l’opération. Si l’on employoit de l’eau-forte pour dissoudre le cuivre, cette poudre de cuivre en seroit plus propre pour faire le rouge dont on parle ; mais les Chinois n’ont point le secret des eaux-fortes & régales : leurs inventions sont toutes d’une extrème simplicité.

L’autre espece de rouge soufflé se fait de la maniere suivante. On a du rouge tout préparé ; on prend un tuyau, dont une des ouvertures est couverte d’une gaze fort serrée : on applique doucement le bas du tuyau sur la couleur dont la gaze se charge ; après quoi on souffle dans le tuyau contre la porcelaine, qui se trouve ensuite toute semée de petits points rouges. Cette sorte de porcelaine est encore plus chere & plus rare que la précédente, parce que l’exécution en est plus difficile si l’on veut garder toutes les proportions réquises.

On souffle le bleu de même que le rouge contre la porcelaine, & il est beaucoup plus aisé d’y réussir. Les ouvriers conviennent que si l’on ne plaignoit pas la dépense, on pourroit de même souffler de l’or & de l’argent sur de la porcelaine dont le fond seroit noir ou bleu, c’est-à-dire y répandre par-tout également une espece de pluie d’or ou d’argent. Cette sorte de porcelaine, qui seroit d’un goût nouveau, ne laisseroit pas de plaire. On souffle aussi quelquefois les vernis : on a fait pour l’empereur des ouvrages si fins & si déliés, qu’on les mettoit sur du coton, parce qu’on ne pouvoit manier des pieces si délicates, sans s’exposer à les rompre ; & comme il n’étoit pas possible de les plonger dans les vernis, parce qu’il eût fallu les toucher de la main, on souffloit le vernis, & on couvroit entierement la porcelaine.

On a remarqué qu’en soufflant le bleu, les ouvriers prennent une précaution pour conserver la couleur qui tombe sur la porcelaine, & n’en perdre que le moins qu’il est possible. Cette précaution est de placer le vase sur un piédestal, d’étendre sous le piédestal une grande feuille de papier, qui sert durant quelque tems. Quand l’asur est sec, ils le retirent, en frottant le papier avec une petite brosse.

De la composition des différentes couleurs. Mais pour mieux entrer dans le détail de la maniere dont les peintres chinois mélangent leurs couleurs, & en forment de nouvelles, il est bon d’expliquer quelle est la proportion & la mesure des poids de la Chine.

Le kin, ou la livre chinoise, est de seize onces, qui s’appellent léangs, ou taëls.

Le leang ou taël, est une once chinoise.

Le tsien, ou le mas, est la dixieme partie du léang ou taël.

Le fuen est la dixieme partie du tsien ou du mas.

Le ly est la dixieme partie du fuen.

Le har est la dixieme partie du ly.

Cela supposé, voici comment se compose le rouge qui se fait avec de la couperose, qui s’emploie sur les porcelaines recuites : sur un taël ou léang de céruse, on met deux mas de ce rouge ; on passe la céruse & le rouge par un tamis, & on les mêle ensemble à sec ; ensuite on les lie l’un avec l’autre avec de l’eau empreinte d’un peu de colle de vache, qui se vend réduite à la consistence de la colle de poisson. Cette colle fait qu’en peignant la porcelaine, le rouge s’y attache & ne coule pas. Comme les couleurs, si on les appliquoit trop épaisses, ne manqueroient pas de produire des inégalités sur la porcelaine, on a soin de tems-en-tems de tremper d’une main légere le pinceau dans l’eau, & ensuite dans la couleur dont on veut peindre.

Pour faire de la couleur blanche, sur un léang de céruse, on met trois mas & trois fuens de poudre de cailloux des plus transparens, qu’on a calcinés, après les avoir luttés dans une caisse de porcelaine enfouie dans le gravier du fourneau, avant que de le chauffer. Cette poudre doit être impalpable. On se sert d’eau simple, sans y mêler de la colle, pour l’incorporer avec la céruse.

On fait le verd foncé, en mettant sur un taël de céruse, trois mas & trois fuens de poudre de caillou, avec huit fuens ou près d’un amas de toughou-pieu, qui n’est autre chose que la crasse qui sort du cuivre lorsqu’on le fond. On vient d’apprendre qu’en employant du toug-hoa-pien pour le verd, il faut le laver, & en séparer avec soin la grenaille de cuivre qui s’y trouveroit mêlée, & qui n’est pas propre pour le verd. Il ne faut y employer que les écailles, c’est-à-dire les parties de ce métal qui se séparent lorsqu’on les met en œuvre.

Pour ce qui est de la couleur jaune, on la fait en mettant sur un taël de céruse, trois mas & trois fuens de poudre de caillou, & un fuen huit lys de rouge pur, qui n’ait point été mêlé avec la céruse.

Un taël de céruse, trois mas & trois fuens de poudre de caillou, & deux lys d’azur, forment un bleu foncé, qui tire sur le violet.

Le mélange de verd & de blanc, par exemple, d’une part de verd sur deux parts de blanc, fait le verd d’eau, qui est très-clair.

Le mélange du verd & du jaune, par exemple, de deux tasses de verd foncé sur une tasse de jaune, fait le verd coulon, qui ressemble à une feuille un peu fanée.

Pour faire le noir, on délaye l’asur dans de l’eau ; il faut qu’il soit tant-soit-peu épais : on y mêle un peu de colle de vache macérée dans la chaux, & cuite jusqu’à là consistence de colle de poisson. Quand on a peint de ce noir la porcelaine qu’on veut recuire, on couvre de blanc les endroits noirs. Durant la cuite, ce blanc s’incorpore dans le noir, de même que le vernis ordinaire s’incorpore dans le bleu de la porcelaine commune.

De la couleur appellée tsiu. Il y a une autre couleur appellée tsiu : ce tsiu est une pierre ou minéral, qui ressemble assez au vitriol romain, & qui vraissemblablement se tire de quelque mine de plomb, & portant avec lui des parcelles imperceptibles de plomb ; il s’insinue de lui-même dans la porcelaine, sans le secours de la céruse, qui est le véhicule des autres couleurs qu’on donne à la porcelaine recuite.

C’est de ce tsiu qu’on fait le violet foncé. On en trouve à Canton, & il en vient de Peking ; mais ce dernier est bien meilleur. Aussi se vend-il un taël huit mas la livre, c’est-à-dire 9 liv.

Le tsiu se fond, & quand il est fondu ou ramolli, les orfevres l’appliquent en forme d’émail, sur des ouvrages d’argent. Ils mettront par exemple, un petit cercle de tsiu dans le tour d’une bague, ou bien ils en rempliront le haut d’une aiguille de tête, & l’y enchâssent en forme de pierrerie. Cette espece d’émail se détache à la longue ; mais on tâche d’obvier à cet inconvénient en le mettant sur une legere couche de colle de poisson ou de vache.

Le tsiu, de même que les autres couleurs dont on vient de parler, ne s’emploie que sur la porcelaine qu’on recuit. Telle est la préparation du tsiu : on ne le rôtit point comme l’asur ; mais on le brise & on le réduit en une poudre très fine ; on le jette dans un vase plein d’eau, on l’y agite un peu, ensuite on jette cette eau où il se trouve quelque saleté, & l’on garde le crystal qui est tombé au fond du vase. Cette masse ainsi délayée, perd sa belle couleur, & paroît en-dehors un peu cendrée. Mais le tsiu recouvre sa couleur violette dès que la porcelaine est cuite. On conserve le tsiu aussi long-tems qu’on le souhaite. Quand on veut peindre en cette couleur quelques vases de porcelaine, il suffit de la délayer avec de l’eau, en y mêlant si l’on veut, un peu de colle de vache ; ce que quelques-uns ne jugent pas nécessaire. C’est de quoi l’on peut s’instruire par l’essai.

Pour dorer ou argenter la porcelaine, on met deux fuens de céruse sur deux mas de feuilles d’or ou d’argent, qu’on a eu soin de dissoudre. L’argent sur le vernis tsikin a beaucoup d’éclat. Si l’on peint les unes en or & les autres on argent, les pieces argentées ne doivent pas demeurer dans le petit fourneau autant de tems que les pieces dorées ; autrement l’argent disparoîtroit avant que l’or eût pû atteindre le degré de cuite qui lui donne son éclat.

De la porcelaine colorée & de sa fabrique. Il y a une espece de porcelaine colorée qui se vend à meilleur compte que celle qui est peinte avec les couleurs dont on vient de parler. Pour faire ces sortes d’ouvrages, il n’est pas nécessaire que la matiere qui doit y être employée, soit si fine : on prend des tasses qui ont déja été cuites dans le grand fourneau, sans qu’elles y aient été vernissées, & par conséquent qui sont toutes blanches, & qui n’ont aucun lustre : on les colore en les plongeant dans le vase où est la couleur préparée, quand on veut qu’elles soient d’une même couleur ; mais si on les souhaite de différentes couleurs, tels que sont les ouvrages qui sont partagés en espece de panneaux, dont l’un est verd & l’autre jaune, &c. on applique ces couleurs avec un gros pinceau. C’est toute la façon qu’on donne à cette porcelaine, si ce n’est qu’après la cuite, on met en certains endroits un peu de vermillon, comme, par exemple, sur le bec de certains animaux ; mais cette couleur ne se cuit pas, parce qu’elle disparoîtroit au feu ; aussi est-elle de peu de durée.

Quand on applique les autres couleurs, on recuit la porcelaine dans le grand fourneau avec d’autres porcelaines qui n’ont pas encore été cuites : il faut avoir soin de la placer au fond du fourneau & au-dessous du soupirail, où le feu a moins d’activité, par conséquent grand feu anéantiroit les couleurs.

Des couleurs de la porcelaine colorée. Les couleurs propres de cette sorte de porcelaine se préparent de la sorte : pour faire la couleur verte on prend du salpêtre & de la poudre de caillou ; on n’a pas pû savoir la quantité de chacun de ces ingrédiens : quand on les a réduits séparément en poudre impalpable, on les délaye, & on les unit ensemble avec de l’eau.

L’asur le plus commun avec le salpêtre & la poudre de caillou, forme le violet.

Le jaune se fait en mettant, par exemple, trois mas de rouge de couperose sur trois onces de poudre de caillou, & sur trois onces de céruse.

Pour faire le blanc, on met sur quatre mas de poudre de cailloux, un taël de céruse. Tous ces ingrédiens se délayent avec de l’eau.

De la porcelaine noire. La porcelaine noire a aussi son prix & sa beauté : ce noir est plombé, & semblable à celui de nos miroirs ardens ; l’or qu’on y met lui procure un nouvel agrément. On donne la couleur noire à la porcelaine lorsqu’elle est seche, & pour cela on mêle trois onces d’asur avec sept onces d’huile ordinaire de pierre. Les épreuves apprennent au juste quel doit être ce mêlange, selon la couleur plus ou moins foncée qu’on veut lui donner. Lorsque cette couleur est seche, on cuit la porcelaine ; après quoi on y applique l’or, & on la recuit de nouveau dans un fourneau particulier.

Le noir éclatant ou le noir de miroir, se donne à la porcelaine, en la plongeant dans une mixtion liquide composée d’asur préparé. Il n’est pas nécessaire d’y employer le bel asur ; mais il faut qu’il soit un peu épais, & mêlé avec du vernis peyeou & du tsikin, en y ajoutant un peu d’huile de chaux, & de cendres de fougere ; par exemple sur dix onces d’asur pile dans le mortier, on mélera une tasse de tsikin, sept tasses de peyeou, & deux tasses d’huile de cendres de fougere brûlée avec la chaux. Cette mixtion porte son vernis avec elle, & il n’est pas nécessaire d’en donner de nouveau. Quand on cuit cette sorte de porcelaine noire, on doit la placer vers le milieu du fourneau, & non pas près de la voûte, où le feu a plus d’activité.

De la porcelaine en découpure. Il se fait à la Chine une autre espece de porcelaine toute percée à jour en forme de découpure : au milieu est une coupe propre à contenir la liqueur ; la coupe ne fait qu’un corps avec la découpure. On a vû d’autres porcelaines où des dames chinoises & tartares étoient peintes au naturel ; la draperie, le teint & les traits du visage, tout y étoit recherché : de loin on eût pris ces ouvrages pour de l’émail.

Il est à remarquer que quand on ne donne point d’autre huile à la porcelaine que celle qui se fait de cailloux blancs, cette porcelaine devient d’une espece particuliere, toute marbrée & coupée en tous les sens d’une infinité de veines : de loin on la prendroit pour de la porcelaine brisée dont toutes leurs pieces demeurent en leur place ; c’est comme un ouvrage à la mosaïque. La couleur que donne cette huile est d’un blanc un peu cendré. Si la porcelaine est toute asurée, & qu’on lui donne cette huile, elle paroîtra également coupée & marbrée, lorsque la couleur sera seche.

De la porcelaine olive. La porcelaine dont la couleur tire sur l’olive, est aussi fort recherchée. On donne cette couleur à la porcelaine en mêlant sept tasses de vernis tsikin avec quatre tasses de peyeou, deux tasses ou environ d’huile de chaux & de cendres de fougere, & une tasse d’huile faite de cailloux. Cette huile fait appercevoir quantité de petites veines sur la porcelaine : quand on l’applique toute seule, la porcelaine est fragile, & n’a point de son lorsqu’on la frappe : mais quand on la mêle avec les autres vernis, elle est coupée de veines, elle résonne, & n’est pas plus fragile que la porcelaine ordinaire.

De la porcelaine par transmutation. La porcelaine par transmutation se fait dans le fourneau, & est causée ou par le défaut ou par l’excès de chaleur, ou bien par d’autres causes qu’il n’est pas facile d’assigner. Une piece qui n’a pas réussi selon l’idée de l’ouvrier, & qui est l’effet du pur hasard, n’en est pas moins belle ni moins estimée. L’ouvrier avoit dessein par exemple, de faire des vases de rouge soufflé ; cent pieces furent entierement perdues ; une par hasard sortit du fourneau semblable à une espece d’agate. Si l’on vouloit courir les risques & les frais de différentes épreuves, on découvriroit à la fin de faire ce que le hasard produit une fois. C’est ainsi qu’on s’est avisé de faire de la porcelaine d’un noir éclatant. Le caprice du fourneau a déterminé à cette recherche, & on y a réussi.

De l’or de la porcelaine. Quand on veut appliquer l’or, on le broie & on le dissout au fond d’une porcelaine, jusqu’à ce qu’on voie au-dessous de l’eau un petit ciel d’or. On le laisse sécher, & lorsqu’on doit l’employer, on le dissout par parties dans une quantité suffisante d’eau gommée. Avec trente parties d’or, on incorpore trois parties de céruse, & on l’applique sur la porcelaine de même que les couleurs.

Comme l’or appliqué sur la porcelaine s’efface à la longue & perd beaucoup de son éclat, on lui rend son lustre en mouillant d’abord la porcelaine avec de l’eau nette, & en frottant ensuite la dorure avec une pierre d’agate. Mais on doit avoir soin de frotter le vase dans un même sens, par exemple, de droit à gauche.

Des gerçures de la porcelaine. Ce sont principalement les bords de la porcelaine qui sont sujets à s’écailler : pour obvier à cet inconvénient, on les fortifie avec une certaine quantité de charbon de bambou pilé, qu’on mêle avec le vernis qui se donne à la porcelaine, & qui rend le vernis d’une couleur de gris cendré : ensuite avec le pinceau, on fait de cette mixtion une bordure à la porcelaine deja seche, en la mettant sur la roue ou sur le tour. Quand il est tems, on applique le vernis à la bordure comme au reste de la porcelaine ; & lorsqu’elle est cuite, ses bords n’en sont pas moins d’une extrème blancheur. Comme il n’y a point de bambou en Europe, on y pourroit suppléer par le charbon de saule, ou encore mieux par celui de sureau, qui a quelque chose d’approchant du bambou.

Il est à observer 1°. qu’avant que de réduire le bambou, il faut en détacher la peau verte, parce qu’on assure que la cendre de cette peau fait éclater la porcelaine dans le fourneau. 2°. Que l’ouvrier doit prendre garde de toucher la porcelaine avec les mains tachées de graisse ou d’huile : l’endroit touché éclateroit infailliblement durant la cuite.

Opération pour le vernis de la porcelaine. Avant que de donner le vernis à la porcelaine, on acheve de la polir, & on en retranche les plus petites inégalités ; ce qui s’exécute par le moyen d’un pinceau fait de petites plumes fort fines. On humecte ce pinceau simplement avec de l’eau, & on le passe par-tout d’une main légere ; mais c’est principalement pour la porcelaine fine qu’on prend ce soin.

Quand on veut donner un vernis qui rende la porcelaine extremement blanche, on met sur treize tasses de peyeou, une tasse de cendres de fougere aussi liquides que le peyeou ; ce vernis est fort, & ne doit point se donner à la porcelaine qu’on veut peindre en bleu, parce qu’après la cuite, la couleur ne paroîtroit pas à-travers le vernis. La porcelaine à laquelle on a donné le fort vernis peut être exposée sans crainte au grand feu du fourneau. On la cuit ainsi toute blanche, ou pour la conserver dans cette couleur, ou bien pour la dorer & la peindre de différentes couleurs, & ensuite la recuire. Mais quand on veut peindre la porcelaine en bleu, & que la couleur paroisse après la cuite, il ne faut méler que sept tasses de peyeou avec une tasse de vernis, ou de la mixtion de chaux & de cendres de fougere.

Il est bon d’observer encore en général, que la porcelaine dont le vernis porte beaucoup de cendres de fougere, doit être cuite à l’endroit tempéré du fourneau, c’est-à-dire ou après trois premiers rangs, ou dans le bas à la hauteur d’un pié ou d’un pié & demi. Si elle étoit cuite au haut du fourneau, la cendre se fondroit avec précipitation, & couleroit au bas de la porcelaine.

Quand on veut que le bleu couvre entierement le vase, on se sert d’asur préparé & délayé dans de l’eau à une juste consistence, & on y plonge le vase. Pour ce qui est du bleu soufflé, on y emploie le plus bel asur préparé de la maniere qu’on l’a expliqué ; on le souffle sur le vase, & quand il est sec, on donne le vernis ordinaire.

Il y a des ouvriers, lesquels sur cet asur, soit qu’il soit soufflé ou non, tracent des figures avec la pointe d’une longue aiguille : l’aiguille leve autant de petits points de l’asur sec qu’il est nécessaire pour représenter la figure, puis ils donnent le vernis : quand la porcelaine est cuite, les figures paroissent peintes en miniature.

Il n’y a point tant de travail qu’on pourroit se l’imaginer, aux porcelaines sur lesquelles on voit en bosses des fleurs, des dragons, & de semblables figures ; on les trace d’abord avec le burin sur le corps du vase, ensuite on fait aux environs de légeres entaillures qui leur donnent du relief, après quoi on donne le vernis.

Porcelaine particuliere. Il y a une espece de porcelaine qui se fait de la maniere suivante : on lui donne le vernis ordinaire ; on la fait cuire, ensuite on la peint de diverses couleurs, & on la cuit de nouveau. C’est quelquefois à dessein qu’on réserve la peinture après la premiere cuisson ; quelquefois aussi on n’a recours à cette seconde cuisson, que pour cacher les défauts de la porcelaine, en appliquant des couleurs dans les endroits défectueux. Cette porcelaine, qui est chargée des couleurs, ne laisse pas d’être au goût de bien des gens.

Il arrive d’ordinaire qu’on sent des inégalités sur ces sortes de porcelaine, soit que cela vienne du peu d’habileté de l’ouvrier, soit que cela ait été nécessaire pour suppléer aux ombres de la peinture, ou bien qu’on ait voulu couvrir les défauts du corps de la porcelaine. Quand la peinture est seche aussi-bien que la dorure, s’il y en a, on fait des piles de ces porcelaines, & mettant les petites dans les grandes, on les range dans le fourneau.

Des fourneaux pour cuire la porcelaine. Ces sortes de fourneaux peuvent être de fer, quand ils sont petits : mais d’ordinaire ils sont de terre, quelquefois de quatre à cinq piés de haut, & presque aussi larges que nos tonneaux de vin. Ils sont faits de plusieurs pieces de la matiere même des caisses de porcelaine : ce sont de grands quartiers épais d’un travers de doigt, hauts d’un pié, & longs d’un pié & demi. Avant que de les cuire, on leur donne une figure propre à s’arrondir : on les place bien cimentés les uns sur les autres ; le fond du fourneau est élevé de terre d’un demi-pié, & placé sur deux ou trois rangs de briques ; au tour du fourneau est une enceinte de briques bien maçonnées, laquelle a en bas trois ou quatre soupiraux, qui sont comme les soufflets du foyer.

On doit bien prendre garde dans l’arrangement des pieces de porcelaine, qu’elles ne se touchent les unes les autres par les endroits qui sont peints ; car ce seroit autant de pieces perdues. On peut bien appuyer le bas d’une tasse sur le fond d’une autre, quoiqu’il soit peint, parce que les bords du fond de la tasse emboitée n’ont point de peinture ; mais il ne faut pas que le côté d’une tasse touche le côté de l’autre. Ainsi, quand on a des porcelaines qui ne peuvent pas aisément s’emboiter les unes dans les autres, les ouvriers les rangent de la maniere suivante.

Sur un lit de ces porcelaines qui garnit le fond du fourneau, on met une couverture ou des plaques faites de la terre dont on construit les fourneaux, ou même des pieces de caisses de porcelaines ; car à la Chine tout se met à profit. Sur cette couverture on dispose un lit de ces porcelaines, & on continue de les placer de la sorte jusqu’au haut du fourneau.

Quand tout cela est fait, on couvre le haut du fourneau des pieces de poterie semblables à celles du côté du fourneau ; ces pieces qui enjambent les unes dans les autres, s’unissent étroitement avec du mortier ou de la terre détrempée. On laisse seulement au milieu une ouverture pour observer quand la porcelaine est cuite. On allume ensuite quantité de charbon sous le fourneau, & on en allume pareillement sur la couverture, d’où l’on en jette des monceaux dans l’espace qui est entre l’enceinte de brique & le fourneau ; l’ouverture qui est au-dessus du fourneau se couvre d’une piece de pot cassé. Quand le feu est ardent, on regarde de tems en tems par cette ouverture ; & lorsque la porcelaine paroît éclatante & peinte de couleurs vives & animées, on retire le brasier, & ensuite la porcelaine.

Application de l’huile sur la porcelaine. Au reste, il y a beaucoup d’art dans la maniere dont l’huile se donne à la porcelaine, soit pour n’en pas mettre plus qu’il ne faut, soit pour la répandre également de tous côtés. A la porcelaine qui est fort mince & fort déliée, on donne à deux fois deux couches légeres d’huile ; si ces couches étoient trop épaisses, les foibles parois de la tasse ne pourroient les porter, & ils plieroient sur le champ. Ces deux couches valent autant qu’une couche ordinaire d’huile, telle qu’on la donne à la porcelaine fine qui est plus robuste. Elles se mettent, l’une par aspersion, & l’autre par immersion. D’abord on prend d’une main la tasse par le dehors, & la tenant de biais sur l’urne où est le vernis, de l’autre main on jette dedans autant qu’il faut de vernis pour l’arroser par-tout ; cela se fait de suite à un grand nombre de tasses. Les premieres se trouvant seches en-de dans, on leur donne l’huile dehors de la maniere suivante ; on tient une main dans la tasse, & la soutenant avec un petit bâton sous le milieu de son pié, on la plonge dans le vase plein de vernis, d’où on la retire aussi-tôt.

J’ai dit que le pié de la porcelaine demeuroit massif ; en effet, ce n’est qu’après qu’elle a reçu l’huile, & qu’elle est seche, qu’on la met sur le tour pour creuser le pié, après quoi on y peint un petit cercle, & souvent une lettre chinoise. Quand cette peinture est seche, on vernit le creux qu’on vient de faire sous la tasse, & c’est la derniere main qu’on lui donne ; car aussi-tôt après, elle se porte du laboratoire au fourneau pour y être cuite.

Préparatif pour la cuisson. L’endroit où sont les fourneaux présente une autre scene ; dans une espece de vestibule qui précéde le fourneau, on voit des tas de caisses & d’étuis faits de terre, & destinés à renfermer la porcelaine. Chaque piece de porcelaine pour peu qu’elle soit considérable, a son étui, les porcelaines qui ont des couvercles, comme celles qui n’en ont pas. Ces couvercles qui ne s’attachent que foiblement à la partie d’en bas durant la cuisson, s’en détachent aisément par un petit coup qu’on leur donne. Pour ce qui est des petites porcelaines, comme sont les tasses à prendre du thé ou du chocolat, elles ont une caisse commune à plusieurs. L’ouvrier imite ici la nature, qui pour cuire les fruits, & les conduire à une parfaite maturité, les renferme sous une enveloppe, afin que la chaleur du soleil ne les pénétre que peu-à-peu, & que son action au-dedans ne soit pas trop interrompue par l’air qui vient de dehors, durant les fraîcheurs de la nuit.

Ces étuis ont au-de dans une espece de petit duvet de sable ; on le couvre de poussiere de kaolin, afin que le sable ne s’attache pas trop au pié de la coupe qui se place sur ce lit de sable, après l’avoir pressé, en lui donnant la figure du fond de la porcelaine, laquelle ne touche point aux parois de son étui. Le haut de cet étui n’a point de couvercle ; un second étui de la figure du premier, garni pareillement de sa porcelaine, s’enchâsse dedans, de telle sorte qu’il le couvre tout-à-fait, sans toucher à la porcelaine d’en bas ; & c’est ainsi qu’on remplit le fourneau de grandes piles de caisses de terre toutes garnies de porcelaine. A la faveur de ces voiles épais, la beauté, & si on peut s’exprimer ainsi, le teint de la porcelaine n’est point hâlé par l’ardeur du feu.

A l’égard des petites pieces de porcelaine qui sont renfermées dans de grandes caisses rondes, chacune est posée sur une soucoupe de terre de l’épaisseur de deux écus, & de la largeur de son pié ; ces bases sont aussi semées de poussiere de kaolin. Quand ces caisses sont un peu larges, on ne met point de porcelaine au milieu, parce qu’elle y seroit trop éloignée des côtés, que par-là elle pourroit manquer de force, s’ouvrir & s’enfoncer, ce qui feroit du ravage dans toute la colonne. Il est bon de savoir que ces caisses ont le tiers d’un pié en hauteur, & qu’en partie elles ne sont pas cuites, non plus que la porcelaine ; néanmoins on remplit entierement celles qui ont déja été cuites, & qui peuvent encore servir.

Maniere dont la porcelaine se met dans les fourneaux. Il ne faut pas oublier la maniere dont la porcelaine se met dans ces caisses ; l’ouvrier ne la touche pas immédiatement de la main ; il pourroit ou la casser, car rien n’est plus fragile, ou la faner, ou lui faire des inégalités. C’est par le moyen d’un petit cordon qu’il la tire de dessus la planche ; ce cordon tient d’un côté à deux branches un peu courbées d’une fourchette de bois qu’il prend d’une main, tandis que de l’autre il tient les deux bouts du cordon croisés & ouverts, selon la largeur de la porcelaine ; c’est ainsi qu’il l’environne, qu’il l’éleve doucement, & qu’il la pose dans la caisse sur la petite soucoupe ; tout cela se fait avec une vîtesse incroyable.

J’ai dit que le bas du fourneau a un demi-pié de gros gravier ; ce gravier sert à asseoir plus surement les colonnes de porcelaine, dont les rangs qui sont au milieu du fourneau, ont au moins 7 piés de hauteur. Les deux caisses qui sont au bas de chaque colonne sont vuides, parce que le feu n’agit pas assez en bas, & que le gravier les couvre en partie ; c’est par la même raison que la caisse qui est placée au haut de la pile demeure vuide ; on remplit ainsi tout le fourneau, ne laissant de vuide qu’à l’endroit qui est immédiatement sous le soupirail.

On a soin de placer au milieu du fourneau les piles de la plus fine porcelaine ; dans les fonds, celles qui le sont moins ; & à l’entrée, on met celles qui sont un peu fortes en couleur, qui sont composées d’une matiere où il entre autant de petun-tse que de kaolin, & auxquelles on a donné une huile faite de la pierre qui a des taches un peu noires ou rousses, parce que cette huile a plus de corps que l’autre. Toutes ces piles sont placées fort près les unes des autres, & liées en haut, en bas, & au milieu avec quelques morceaux de terre qu’on leur applique, de telle sorte pourtant que la flamme ait un passage libre pour s’insinuer de tous côtés ; & peut-être est-ce là à quoi l’œil & l’habileté de l’ouvrier servent le plus pour réussir dans son entreprise.

Des terres propres à construire les caisses. Toute terre n’est pas propre à construire les caisses qui renferment la porcelaine ; il y en a de trois sortes qu’on met en usage, l’une qui est jaune & assez commune ; elle domine par la quantité, & fait la base ; l’autre est une terre forte, & la troisieme une terre huileuse. Ces deux dernieres terres se tirent en hiver de certaines mines fort profondes, où il n’est pas possible de travailler pendant l’été. Si on les mêloit parties égales, ce qui couteroit un peu plus, les caisses dureroient long-tems. On les apporte toutes préparées d’un gros village qui est au bas de la riviere, à une lieue de King-te tching.

Avant qu’elles soient cuites, elles sont jaunâtres ; quand elles sont cuites, elles sont d’un rouge fort obscur. Comme on va à l’épargne, la terre jaune y domine, & c’est ce qui fait que les caisses ne durent guere que deux ou trois fournées, après quoi elles éclatent tout-à-fait. Si elles ne sont que légerement fêlées ou fendues, on les entoure d’un cercle d’ozier ; le cercle se brûle, & la caisse sert encore cette fois-là sans que la porcelaine en souffre.

Il faut prendre garde de ne pas remplir une fournée de caisses neuves, lesquelles n’ayent pas encore servi ; il y en faut mettre la moitié qui ayent déja été cuites. Celles-ci se placent en-haut & en-bas, au milieu des piles se mettent celles qui sont nouvellement faites. Autrefois, toutes les caisses se cuiroient à part dans un fourneau, avant qu’on s’en servît pour y faire cuire la porcelaine ; sans doute, parce qu’alors on avoit moins d’égard à la dépense, qu’à la perfection de l’ouvrage. Il n’en est pas de même à présent, & cela vient apparemment de ce que le nombre des ouvriers en porcelaine s’est multiplié à l’infini.

De la construction des fourneaux & de leur échauffement. Venons maintenant aux fourneaux ; on les place au fond d’un assez long vestibule, qui sert comme de soufflet, & qui en est la décharge. Il a le même usage que l’arche des verreries. Les fourneaux sont présentement plus grands qu’ils n’étoient autrefois ; alors, ils n’avoient que 6 piés de hauteur & de largeur ; maintenant ils sont hauts de deux brasses, & ont près de quatre brasses de profondeur. La voûte aussi bien que le corps du fourneau est assez épaisse pour pouvoir marcher dessus, sans être incommodé du feu ; cette voûte n’est en dedans, ni plate, ni formée en pointe ; elle va en s’alongeant, & se retrécit à mesure qu’elle approche du grand soupirail qui est à l’extrémité, & par où sortent les tourbillons de flamme & de fumée.

Outre cette gorge, le fourneau a sur sa tête cinq petites ouvertures, qui en sont comme les yeux, & on les couvre de quelques pots cassés, de telle sorte pourtant qu’ils soulagent l’air & le feu du fourneau ; c’est par ces yeux qu’on juge si la porcelaine est cuite ; on découvre l’œil qui est un peu devant le grand soupirail, & avec une pincette de fer l’on ouvre une des caisses.

Quand la porcelaine est en état, on discontinue le feu, & l’on acheve de murer pour quelque tems la porte du fourneau. Ce fourneau a dans toute sa largeur un foyer profond & large d’un ou de 2 piés ; on le passe sur une planche pour entrer dans la capacité du fourneau, & y ranger la porcelaine. Quand on a allumé le feu du foyer, on mure aussi-tôt la porte, n’y laissant que l’ouverture nécessaire pour y jetter des quartiers de gros bois longs d’un pié, mais assez étroits. On chauffe d’abord le fourneau, pendant un jour & une nuit, ensuite deux hommes qui se relevent ne cessent d’y jetter du bois ; on en brûle communément pour une fournée jusqu’à cent quatre-vingt charges.

On juge que la porcelaine qu’on a fait cuire dans un petit fourneau est en état d’être retirée, lorsque regardant par l’ouverture d’en-haut on voit jusqu’au fond toutes les porcelaines rouges par le feu qui les embrase ; qu’on distingue les unes des autres les porcelaines placées en pile ; que la porcelaine peinte n’a plus les inégalités que formoient les couleurs, & que ces couleurs se sont incorporées dans le corps de la porcelaine, de même que le vernis donné sur le bel azur, s’y incorpore par la chaleur des grands fourneaux.

Pour ce qui est de la porcelaine qu’on recuit dans de grands fourneaux, on juge que la cuite est parfaite, 1°. lorsque la flamme qui sort n’est plus si rouge, mais qu’elle est un peu blanchâtre ; 2°. lorsque regardant par une des ouvertures on apperçoit que les caisses sont toutes rouges ; 3°. lorsqu’après avoir ouvert une caisse d’en-haut & en avoir tiré une porcelaine, on voit quand elle est refroidie que le vernis & les couleurs sont dans l’état où on les souhaite ; 4°. enfin lorsque regardant par le haut du fourneau, on voit que le gravier du fond est luisant. C’est par tous ces indices qu’un ouvrier juge que la porcelaine est arrivée à la perfection de la cuite.

Après ce que je viens de rapporter, on ne doit point être surpris que la porcelaine soit chere en Europe : on le sera encore moins quand on saura qu’outre le gros gain des marchands européens & celui que font sur eux leurs commissionnaires chinois, il est rare qu’une fournée réussisse entierement : il arrive souvent qu’elle est toute perdue, & qu’en ouvrant le fourneau on trouve les porcelaines & les caisses réduites à une masse dure comme un rocher. Un trop grand feu, ou des caisses mal conditionnées peuvent tout ruiner : il n’est pas aisé de régler le feu qu’on leur doit donner : la nature du tems change en un instant l’action du feu, la qualité du sujet sur lequel il agit, & celle du bois qui l’entretient. Ainsi, pour un ouvrier qui s’enrichit, il y en a cent autres qui se ruinent, & qui ne laissent pas de tenter fortune, dans l’espérance dont ils se flattent, de pouvoir amasser dequoi lever une boutique de marchand.

D’ailleurs la porcelaine qu’on transporte en Europe se fait presque toujours sur des modeles nouveaux, souvent bisarres, & où il est difficile de réussir ; pour peu qu’elle ait de défaut, elle est rebutée des Européens, & elle demeure entre les mains des ouvriers, qui ne peuvent la vendre aux Chinois, parce qu’elle n’est pas de leur goût. Il faut par conséquent que les pieces qu’on prend portent les frais de celles qu’on rebute.

Selon l’histoire de King te tching, le gain qu’on faisoit autrefois étoit beaucoup plus considérable que celui qui se fait maintenant : c’est ce qu’on a de la peine à croire, car il s’en faut bien qu’il se fît alors un si grand débit de porcelaine en Europe. Mais peut-être cela vient de ce que les vivres sont maintenant bien plus chers ; de ce que le bois ne se tirant plus des montagnes voisines qu’on a épuisées, on est obligé de le faire venir de fort loin & à grands frais ; de ce que le gain est partagé entre trop de personnes ; & qu’enfin les ouvriers sont moins habiles qu’ils ne l’étoient dans ces tems reculés, & que par-là ils sont moins surs de réussir. Cela peut venir encore de l’avarice des mandarins, qui occupant beaucoup d’ouvriers à ces sortes d’ouvrages, dont ils font des présens à leurs protecteurs de la cour, payent mal les ouvriers, ce qui cause le renchérissement des marchandises, & la pauvreté des marchands.

J’ai dit que la difficulté qu’il y a d’exécuter certains modeles venus d’Europe, est une des choses qui augmente le prix de la porcelaine ; car il ne faut pas croire que les ouvriers puissent travailler sur tous les modeles qui leur viennent des pays étrangers ; il y en a d’impraticables à la Chine, de même qu’il s’y fait des ouvrages qui surprennent les étrangers, & qu’ils ne croient pas possibles : telles sont de grosses lanternes, des flûtes composées de plaques concaves qui rendent chacune un son particulier ; des urnes de plusieurs pieces rapportées, & ne formant ensemble qu’un seul corps, &c.

D’une espece de porcelaine rare. Il y a une autre espece de porcelaine dont l’exécution est très-difficile, & qui par-là devient fort rare. Le corps de cette porcelaine est extrèmement délié, & la surface en est très-unie au-dedans & au-dehors ; cependant on y voit des moulures gravées, un tour de fleurs, par exemple, & d’autres ornemens semblables. Voici de quelle maniere on la travaille : au sortir de dessus la roue on l’applique sur un moule où sont des gravures qui s’y impriment en dedans ; en dehors on la rend la plus fine & la plus déliée qu’il est possible, en la travaillant au tour avec le cizeau, après quoi on lui donne l’huile, & on la cuit dans le fourneau ordinaire.

Les marchands européens demandent quelquefois aux ouvriers chinois des plaques de porcelaine dont une piece fasse le dessus d’une table & d’une chaise, ou des quadres de tableaux : ces ouvrages sont impossibles ; les plaques les plus larges & les plus longues sont d’un pié ou environ ; si on va au-delà, quelqu’épaisseur qu’on leur donne, elles se déjettent, l’épaisseur même ne rendroit pas plus facile l’exécution de ces sortes d’ouvrages ; & c’est pourquoi au lieu de rendre ces plaques épaisses, on les fait de deux superficies qu’on unit, en laissant le dedans vuide : on y met seulement une traverse, & l’on fait aux deux côtés deux ouvertures pour les enchâsser dans des ouvrages de menuiserie, ou dans le dossier d’une chaise, ce qui a son agrément.

De la porcelaine ancienne & de la moderne. La porcelaine étant dans une grande estime depuis tant de siecles, peut-être souhaiteroit-on savoir en quoi celle des premiers tems differe de celle de nos jours, & quel est le jugement qu’en portent les Chinois. Il ne faut pas douter que la Chine n’ait ses antiquaires, qui se préviennent en faveur des anciens ouvrages. Le chinois même est naturellement porté à respecter l’antiquité : on trouve pourtant des défenseurs du travail moderne ; mais il n’en est pas de la porcelaine comme des médailles antiques, qui donnent la science des tems reculés. La vieille porcelaine peut être ornée de quelques caracteres chinois, mais qui ne marquent aucun point d’histoire. Ainsi les curieux n’y peuvent trouver qu’un goût & des couleurs qui la leur font préférer à celle de nos jours.

C’est une erreur de croire que la porcelaine, pour avoir sa perfection, doit avoir été long-tems ensevelie en terre ; il est seulement vrai qu’en creusant dans les ruines des vieux bâtimens, & sur-tout en nettoyant de vieux puits abandonnés, on y trouve quelquefois de belles pieces de porcelaine qui ont été cachées dans des tems de révolution. Cette porcelaine est belle, parce qu’alors on ne s’avisoit guere d’enfouir que celle qui étoit précieuse, afin de la retrouver après la fin des troubles. Si elle est estimée, ce n’est pas parce qu’elle a acquis dans le sein de la terre de nouveaux degrés de beauté, mais c’est parce que son ancienne beauté s’est conservée ; & cela seul a son prix à la Chine, où l’on donne de grosses sommes pour les moindres ustensiles de simple poterie dont se servoient les empereurs Yao & Chun, qui ont régné plusieurs siecles avant la dynastie des Tang, auquel tems la porcelaine commença d’être à l’usage des empereurs.

Tout ce que la porcelaine acquiert en vieillissant dans la terre, c’est quelque changement qui se fait dans son coloris, ou, si l’on veut, dans son teint, qui montre qu’elle est vieille. La même chose arrive au marbre & à l’ivoire, mais plus promptement, parce que le vernis empêche l’humidité de s’insinuer aisément dans la porcelaine.

Il n’y a rien de particulier dans le travail de ceux qui tâchent d’imiter les anciennes porcelaines, sinon qu’on leur met pour vernis une huile faite de pierre jaune qu’on mêle avec de l’huile ordinaire, ensorte que cette derniere domine : ce mélange donne à la porcelaine la couleur d’un verd de mer. Quand elle a été cuite, on la jette dans un bouillon très-gras fait de chapon & d’autres viandes ; elle s’y cuit une seconde fois, après quoi on la met dans un égoût le plus bourbeux qui se puisse trouver, où on la laisse un mois & davantage. Au sortir de cet égoût, elle passe pour être de trois ou quatre cens ans, ou du moins de la dynastie précédente de Ming, sous laquelle les porcelaines de cette couleur & de cette épaisseur étoient estimées à la cour. Ces fausses antiques sont encore semblables aux véritables, en ce que lorsqu’on les frappe elles ne résonnent point, & que si on les applique auprès de l’oreille, il ne s’y fait aucun bourdonnement.

Parallele de la porcelaine avec le verre. On est presqu’aussi curieux à la Chine des verres & des crystaux qui viennent d’Europe, qu’on l’est en Europe des porcelaines de la Chine ; cependant quelqu’estime qu’en fassent les Chinois, ils n’en sont pas venus encore jusqu’à traverser les mers pour chercher du verre en Europe ; ils trouvent que leur porcelaine est plus d’usage : elle souffre les liqueurs chaudes ; on peut même sans anse tenir une tasse de thé bouillant sans se brûler, si on la sait prendre à la chinoise, ce qu’on ne peut pas faire même avec une tasse d’argent de la même épaisseur & de la même figure. La porcelaine a son éclat ainsi que le verre ; & si elle est moins transparente, elle est aussi moins fragile. Ce qui arrive au verre qui est fait tout récemment, arrive pareillement à la porcelaine ; rien ne marque mieux une constitution de parties à-peu-près semblables : la bonne porcelaine a son clair comme le verre ; si le verre se taille avec le diamant, on se sert aussi du diamant pour réunir ensemble & coudre en quelque sorte des pieces de porcelaine cassée ; c’est même un métier à la Chine : on y voit des ouvriers uniquement occupés à remettre dans leur place des pieces brisées ; ils se servent du diamant comme d’une aiguille, pour faire de petits trous au corps de la porcelaine, où ils entrelacent un fil de laiton très-délié, & par-là ils mettent la porcelaine en état de servir, sans qu’on s’apperçoive presque de l’endroit où elle a été cassée.

Usage des débris de la porcelaine. On a dit dans ce mémoire qu’il peut y avoir trois mille fourneaux à King te tching ; que ces fourneaux se remplissent de caisses & de porcelaine ; que ces caisses ne peuvent servir au plus que trois ou quatre fournées, & que souvent toute une fournée est perdue. Il est naturel qu’on demande ce que deviennent depuis treize cens ans tous ces débris de porcelaines & de fourneaux ; ils servent d’un côté aux murailles des édifices de King te tching, & les morceaux inutiles se jettent sur le bord de la riviere qui passe au bas de King te tching. Il arrive par-là qu’à la longue on gagne du terrein sur la riviere ; ces décombres humectés par la pluie, & battus par les passans, deviennent d’abord des places propres à tenir le marché, ensuite on en fait des rues. Ainsi la porcelaine brisée sert à agrandir Kingte-tching, qui ne subsiste que par la fabrique de cette poterie ; & tout concourt à lui maintenir ce commerce. (Le Chevalier de Jaucourt.)

Observations sur l’article précédent. Quoique le nombre des manufactures de porcelaine se soit actuellement fort multiplié, & que chacune de ces manufactures employe des matieres différentes dont elle fait mystere, & qu’elle regarde comme un secret qui lui est particulier, on peut cependant réduire la porcelaine en général à deux especes ; savoir la porcelaine des Indes, & sous ce nom ou comprend celle qui se fait à la Chine & au Japon ; la seconde espece peut être appellée porcelaine d’Europe, & sous ce nom on comprend toutes les différentes manufactures qui s’en sont établies en Europe, quoique ces deux especes de porcelaine paroissent se ressembler au premier coup-d’œil, & être toutes d’une espece de demi-vitrification, on fera voir qu’elles different beaucoup quant aux matieres dont elles sont composées, & quant aux qualités qu’elles renferment.

La porcelaine des Indes & la porcelaine d’Europe peuvent être regardées toutes deux comme une espece de demi-vitrification ; mais avec la différence que la demi-vitrification de la porcelaine d’Europe peut être rendue complette, c’est-à-dire qu’elle peut devenir totalement verre si on lui donne un feu plus violent, ou qui soit continué plus long-tems ; au lieu que la porcelaine des Indes une fois portée à son degré de cuisson, ne peut plus par la durée du même feu, & même d’un plus violent, être poussée à un plus grand degré de vitrification. L’usage que l’on en a fait en l’employant pour servir de support aux matieres que l’on a exposées au feu des miroirs ardens les plus forts, est une preuve qui paroît ne rien laisser à desirer là-dessus.

Nous n’entrerons point ici dans le détail des différentes matieres dont on se sert pour faire la porcelaine en Europe : chaque manufacture a la sienne, & en fait un grand secret ; tout ce que l’on sait en général, c’est que la base ordinaire des porcelaines d’Europe est une fritte (Voyez Fritte & Verre). Cette fritte est une composition pareille a celle dont on se sert pour faire le verre & le crystal : c’est un mélange d’alkali fixe (on emploie ordinairement la potasse), & de pierres vitrifiables calcinées, comme pierres à fusil, sable blanc, &c. On expose ce mélange sous le four qui sert à cuire la porcelaine, afin que les matieres grasses qu’il peut contenir se brûlent, ce qui le purifie, & qu’il y prenne un commencement de vitrification. Comme cette manipulation est la même que l’on observe pour faire le verre & le crystal, il n’est pas douteux que cette matiere n’en produisît de fort beau & de fort transparent, si l’on venoit à la pousser davantage au feu ; mais comme il ne faut qu’une demi-vitrification pour faire la porcelaine, & que cette composition qui est friable ne pourroit ni se mouler ni se travailler au tour, on la mêle après l’avoir pulvérisée, avec une terre gluante qui retarde le vitrification, & la rend en même tems susceptible de pouvoir être travaillée. C’est dans le choix de cette terre que consiste la grande difficulté de la manipulation des porcelaines d’Europe ; c’est aussi dans le choix de cette terre que consiste le secret des différentes manufactures. Il faut que cette terre soit gluante pour qu’on la puisse travailler ; il faut aussi qu’elle soit blanche après avoir passé par le feu, sans quoi la porcelaine qui en seroit faite ne seroit pas blanche, qualité essentielle sur-tout à ceux qui mettent dessus une couverte ou vernis transparent. Si on mêle cette terre avec la fritte en trop petite dose, la fritte étant une poudre de verre, diminue l’aggrégation de la terre, & produit une pâte courte qui n’a point assez de liaison pour pouvoir être travaillée. Si au contraire on emploie la terre en trop grande dose, la pâte à la vérité se travaille bien ; mais n’y ayant point assez de frite pour lier ensemble dans la fonte toutes les parties de la terre grasse, les ouvrages après la cuisson se mettent en pieces & cassent aussi-tôt qu’on y touche.

On peut conclure de que l’on vient de voir, que la meilleure terre pour les porcelaines d’Europe, que l’on nommera porcelaine à fritte, est celle qui en admettant la plus grande quantité de fritte en se fondant avec au feu, fait une pâte qui peut être travaillée plus facilement. Il y a même des manufactures où l’on est obligé de rendre gommeuse ou visqueuse l’eau avec laquelle on forme la pâte. Cette terre, dans la plus grande partie des manufactures, est calcaire ; ce n’est pas que l’argille n’y fût aussi propre, & peut-être meilleure, mais on trouve difficilement de l’argille blanche & qui reste telle au feu. D’ailleurs il y a des terres calcaires colorées naturellement, qui blanchissent au feu, au lieu que dans les argilles la moindre couleur au lieu d’être emportée par le feu, ne fait qu’y devenir plus foncée. Ce qui doit faire conjecturer que les métaux attachés à une terre calcaire sont plus aisément emportés par le feu que ceux qui se trouvent dans l’argille, parce que l’argille seule entre en fusion, ce que ne fait pas la terre calcaire seule.

On juge aisément par tout ce que l’on vient de dire touchant la nature des matieres qui composent la porcelaine d’Europe, de tous les inconvéniens auxquels elle doit être sujette. La fritte, qui est la matiere même avec laquelle on fait le verre, entrant dans la composition communément pour les , pour peu que le feu soit trop violent ou continue trop long-tems, sa vitrification s’acheve. Il faut donc saisir le moment où la vitrification est à moitié faite, pour cesser le feu. Comment peut-on espérer que ce degré de feu se sera distribué également dans toute la capacité du fourneau ; que les pieces qui auront le plus d’épaisseur auront été assez échauffées, & que les plus minces ne l’auront pas été trop ? Il arrive très-souvent que le feu agit avec plus de force dans certaines parties du fourneau que dans les autres ; la fusion de la porcelaine ou plutôt d’un vase, est par-là plus accélérée dans une de ses parties que dans les autres, & le vase se trouve nécessairement déformé. Cet accident est si ordinaire, que l’on ne manque jamais d’ajuster aux gobelets, avant de les exposer au four, un couvercle qui embrassant extérieurement le cercle du gobelet, le contient dans sa rondeur. Comme ce couvercle doit être de la même pâte que le gobelet, & qu’il ne sert qu’une fois, cela fait une partie de la matiere en pure perte. On est obligé de mettre des supports aux pieces où il se trouve des parties détachées qui avancent, pour les ôter après la cuisson. Il ne doit donc pas paroître étonnant que l’on trouve dans cette porcelaine un aussi grand nombre de pieces défectueuses & déformées, & qu’il se trouve beaucoup de morceaux qu’il ne soit pas possible d’exécuter. On voit par la cassure de cette porcelaine, qui est lisse comme celle du verre, & point grainée, que ce n’est à-proprement parler qu’un verre rendu opaque par une terre grasse.

La porcelaine de Saxe mérite cependant une exception parmi les porcelaines d’Europe. On soupçonne qu’elle est composée d’une terre grasse, mêlée avec du spath fusible calciné. On peut voir dans la Lithogéognosie de M. Poth, avec quelle facilité le spath fusible vitrifie toutes les terres avec lesquelles on le mêle ; il n’a donc plus été question dans la porcelaine de Saxe que de chercher la dose de spath fusible propre à ne produire que la demi-vitrification qui constitue la porcelaine, & cette dose s’étant trouvée beaucoup plus petite que celle de la fritte qu’on est obligé d’employer vis-à-vis de la terre grasse dans les autres porcelaines d’Europe dont on vient de parler, & d’ailleurs plus facile à se lier ; il en est résulté une pâte plus facile à travailler, & sujette à moins d’accidens. En un mot, dans les porcelaines à fritte, la terre grasse mêlée avec la fritte fait une porcelaine, quand on saisit la matiere à moitié vitrifiée ; & dans la porcelaine de Saxe, le spath met en fusion, vitrifie la terre grasse, & fait une porcelaine, lorsqu’on n’a mis que la quantité nécessaire de spath pour vitrifier la terre grasse à moitié.

Il faut convenir que la porcelaine de Saxe est fort au-dessus de toutes les autres porcelaines d’Europe, dont la fritte fait la plus grande partie de la composition ; elle se vitrifie beaucoup plus difficilement, puisque l’on peut faire fondre un gobelet de porcelaine à fritte dans un gobelet de porcelaine de Saxe, sans que ce dernier en soit endommagé. Comme il n’entre point de sels dans sa composition comme dans celle de la fritte, le passage à l’entiere vitrification est beaucoup plus difficile & plus long que dans la porcelaine à fritte, dont la facilité des sels à se mettre en fusion fait un passage plus prompt de la demi-vitrification à la vitrification entiere.

Par conséquent les pieces qui auront plus d’épaisseur se trouveront suffisamment cuites, sans que les pieces plus minces ayent passé à la vitrification ; & les ouvrages dans lesquels il se trouve des endroits minces & d’autres plus épais, ne seront point déformés ; ce qui rend cette porcelaine moins sujette à produire des pieces de rebut, & plus propre à exécuter des ouvrages délicats que la porcelaine à fritte.

On a exposé de la porcelaine de Saxe à côté de la porcelaine de la Chine au feu le plus violent pendant deux fois vingt-quatre heures, les deux terres ont également résisté à la fusion, & leurs cassures n’en ont paru que plus blanches & plus belles ; mais la couverte de la porcelaine de la Chine a coulé en une espece de verre verd, tandis que celle de la porcelaine de Saxe est seulement devenue plus aride, & n’en est pas restée moins blanche. Dans l’une & dans l’autre porcelaine, les couleurs qui étoient sur la couverte ont été détruites, & celles qui étoient dessous ont été fort endommagées.

La porcelaine des Indes n’est par sa nature sujette à aucun des inconvéniens de la porcelaine d’Europe, on a vû que dans cette derniere son principal défaut se trouvoit plus grand à proportion qu’elle avoit plus de facilité à être poussée à l’entiere vitrification. Celle des Indes ne peut pas, pour ainsi dire, être poussée jusqu’à ce point, puisqu’on l’a employée à servir de support aux matieres les plus difficiles à fondre que l’on a exposées aux miroirs ardens les plus forts. Il n’entre que deux, ou tout-au-plus trois matieres différentes dans la composition, dans laquelle les verres & par conséquent les sels ne sont pour rien ; chacune des manufactures d’Europe fait un grand secret des matieres qu’elle emploie pour la porcelaine ; il n’y a que celle des Indes qui n’en soit point un. Le P. d’Entrecolles, jésuite, a donné une description très-ample des matieres qui la composent & de leurs manipulations, dans le recueil des lettres édifiantes ; cette description a depuis été copiée dans l’histoire de la Chine du P. du Halde, dans le dictionnaire du commerce, dans l’histoire des voyages, & dans le recueil d’observations curieuses ; il est donc inutile de répéter ici une chose qui a été dite tant de fois ; on fera seulement quelques observations sur la nature des matieres, & sur quelques points de manipulation que le P. d’Entrecolles peut n’avoir pas bien vus. En attendant on commence par assûrer que quelque différence que l’on imagine entre le terroir des Indes & celui de l’Europe, on peut cependant trouver en ce pays-ci & dans beaucoup d’autres de cette partie du monde des matieres qui, si elles ne sont pas absolument semblables à celles dont on fait la porcelaine dans les Indes, leur sont assez analogues pour qu’on soit certain d’en faire une qui aura les mêmes qualités, & sera pour le moins aussi belle.

Le petuntse & le kaolin sont les deux matieres dont on se sert pour faire la porcelaine des Indes. Le petuntse est une pierre qui paroît d’abord avoir beaucoup de ressemblance avec plusieurs des pierres à qui nous donnons le nom de grès dans ce pays-ci, mais qui, quand on vient à examiner sa nature de près, se trouve fort différente. Le grès frappé avec l’acier donne beaucoup d’étincelles, celle-ci n’en donne presque point, & avec beaucoup de peine : deux morceaux de grès frottés l’un contre l’autre ne laissent point de traces de lumiere : deux morceaux de petuntse frottés pendant quelque tems l’un contre l’autre dans l’obscurité, laissent une trace de lumiere phosphorique, à-peu-près comme deux morceaux de spath fusible frottés de la même maniere. Le grès mis en poudre assemblé dans un petit tas humecté & mis sous le four d’une fayancerie ne fait point corps, & reste friable ; le petuntse traité de la même maniere se lie & prend un commencement de fusion. Le grain de petuntse paroît plus fin & plus lié que celui du grès, de façon qu’il représente une espece d’argille spathique pétrifiée. Si nous joignons à ces qualités celle de n’être dissoluble dans aucun acide, pas même après avoir passé au feu, vous serez assûré d’avoir un véritable petuntse.

Le kaolin est une terre blanche remplie de morceaux plus ou moins gros d’un sable vitrifiable & parsemé d’une grande quantité de paillettes brillantes qui sont un véritable talc ; elle paroît être un detritus d’un de ces granits talqueux & brillans, dans lequel la terre blanche qui lie les grains de sable gris auroit abondé en très-grande quantité. Comme, suivant la manipulation des Chinois, on jette le kaolin tel qu’il est dans des cuves pleines d’eau, & qu’après l’avoir un peu laissé reposer, on ne prend que l’eau qui surnage ; on voit aisément que le sable vitrifiable reste au fond, & que par conséquent il n’entre point dans le kaolin préparé qui ne reste composé que de la terre blanche & du talc ; l’un & l’autre paroît indissoluble dans les acides. Il est difficile de croire, comme quelqu’un l’a avancé, que la terre blanche ne soit que le talc plus affiné ; quelque soin que l’on prenne à broyer le talc avec de l’eau, il ne produira jamais une matiere gluante comme la terre blanche ; il faut donc regarder cette terre blanche comme une véritable argille dont le gluten est nécessaire pour lier le petuntse qui n’en a point, & rendre la pâte susceptible d’être travaillée. Il est vrai que dans le kaolin en pain & tout préparé pour le mêler avec le petuntse tel que les Chinois le travaillent, on voit encore beaucoup de paillettes talqueuses, mais on doit se souvenir que dans les expériences de la Lithogéognosie de M. Poth, le mélange du talc avec l’argille & la pierre vitrifiable en accélere la fusion.

Lorsque les Chinois veulent faire une porcelaine plus blanche & plus précieuse, ils substituent à la place du kaolin une terre blanche qu’ils nomment hoa-ché ; elle s’appelle hoa, parce qu’elle est glutineuse, & qu’elle approche en quelque sorte du savon. Par la description qu’en donne le P. d’Entrecolles, & par celle qu’on trouve dans le manuscrit d’un médecin chinois, qui est entre les mains de M. de Jussieu, on ne peut pas douter que le hoa-ché des Chinois ne soit la même terre décrite dans l’histoire naturelle de Pline, dans le traité des pierres de Théophraste, dans Mathiole sur Dioscoride, & dans le metallotheca de Mercati, sous le nom de terre cimolée, ainsi appellée, parce que les anciens qui la tiroient de l’île de Cimole dans l’Archipel d’où ils la faisoient venir principalement pour dégraisser leurs étoffes, ne connoissoient point encore l’usage du savon. Cette graisse, qui n’est attaquable par aucun acide, est une argille très-blanche & très-pure ; exposée seule sous le four d’une fayancerie, elle commence à prendre une fusion au point qu’on pourroit en faire des vases ; il faut la séparer d’une terre rouge de la même espece, que Pline appelle cimolia purpurascens, qui se trouve toujours dans son voisinage, & de quelques parties jaunâtres qui se trouvent mêlées avec elle : plus elle est seche, plus elle devient blanche ; elle contient très-peu de sable ; & lorsqu’elle est bien seche & qu’on la met dans de l’eau, elle y fait un petit sifflement approchant de celui de la chaux. Lorsqu’elle est seche, elle s’attache très-fortement à la langue, & elle emporte parfaitement les taches sur les étoffes ; lorsqu’après l’avoir délayée dans de l’eau & appliquée dessus, on vient à frotter l’étoffe lorsqu’elle est seche. Voilà tous les caracteres auxquels on peut la reconnoître ; on peut ajouter qu’il s’en trouve en France en plus d’un endroit.

On emploie cette terre à la place du kaolin en la joignant avec le petuntse ; sa préparation est bien décrite dans la relation du P. d’Entrecolles ; il ne prescrit pas exactement les doses, parce que cette terre étant très-gluante, on est le maître d’en mettre moins, & la pâte se travaille toujours très-aisément ; on croit cependant que la dose de parties égales est celle qui réussit le mieux.

Pour ce qui regarde les manipulations que les Chinois emploient pour former une pâte, soit du petuntse & du kaolin, soit du petuntse & du hoa-ché, ou terre cimolée, toutes celles qui sont décrites dans les lettres du P. d’Entrecolles sont très-vraies & fort exactes ; si l’on en excepte ce que le P. d’Entrecolles dit de la crême qu’il prétend se former sur la surface de l’eau, dans laquelle on a délayé les matieres : il est certain qu’il ne se forme point de crême sur la surface de cette eau qui ait une épaisseur très-apparente. Le P. d’Entrecolles voyant que les ouvriers ne prenoient que la surface de cette eau, a conjecturé l’existence de la crême sans l’avoir bien examinée. Cette opération ne se fait que pour avoir les parties les plus subtiles de chaque matiere qui n’ayant pas encore eu le tems, à cause de leur extrème finesse, de se précipiter au fond, se trouvent enlevées avec l’eau qui est à leur surface. Ce que dit ensuite le P. d’Entrecolles, confirme cette opinion. Il assûre que les ouvriers, après avoir enlevé la premiere surface de l’eau, agitent la matiere avec une pelle de fer, pour reprendre un moment après la surface de l’eau, comme ils avoient fait la premiere fois. Comment pourroit-on imaginer qu’une matiere de cette espece qui n’est point dissoluble dans l’eau pût reproduire la seconde fois une crême à sa surface ?

Il faut même avoir attention, après avoir agité la matiere & l’eau, de ne pas attendre trop long-tems à prendre la surface de l’eau, sans quoi on n’auroit rien ou presque rien.

Pour ce qui est de ce qu’il dit de conserver les pains que l’on fait avec le mélange des matieres longtems humides avant d’en former des vases, cela paroît de la plus grande utilité ; l’eau dont cette pâte est abreuvée se putréfie avec le tems, & contribue par-là à affiner & à mieux disposer les matieres à se joindre.

C’est par cette raison que l’on recommande de conserver les pains formés avec la pâte dans des caves humides, & même de les couvrir de linges, sur lesquels on jette un peu d’eau de tems en tems ; au bout de quelques semaines, la putréfaction s’y apperçoit au point de rendre la pâte d’un verd bleuâtre.

Ce qui paroît de plus embarrassant, c’est que le P. d’Entrecolles fait entendre dans ses lettres que la porcelaine des Chinois ne va au four qu’une seule fois, & que l’on met l’émail, autrement dit la couverte, sur les vases à cru, & avant qu’ils ayent eu la moindre cuisson, rien ne paroît si extraordinaire que cette manœuvre ; comment peut-on imaginer que des pieces aussi grandes que celles que l’on fait à la Chine puissent être trempées toutes entieres dans une composition qui doit avoir la consistence d’une purée ? Car il ne faut pas s’y tromper ; pour que la couverte soit bien unie, il faut absolument que la piece soit trempée dans la composition qui doit former la couverte, ou que cette composition soit versée sur la piece. Lorsque l’on a voulu se servir du pinceau pour mettre la couverte, comme cela est arrivé sur des magots de la Chine, dont on vouloit laisser plusieurs parties sans couverte, il est très-facile d’y distinguer les traits du pinceau, & la couverte n’y paroît jamais bien unie.

La méchanique de ce que dit le P. d’Entrecolles du pié des tasses que l’on laisse massif, & qu’on ne met sur le tour pour le creuser qu’après avoir donné le vernis ou la couverte en-dedans & en-dehors, & l’avoir laissée sécher paroît assez difficile à expliquer. On sent bien que les Chinois, en laissant le pié des tasses massifs, se servent de ce pié pour coller avec de la pâte les tasses sur le tour toutes les fois qu’elles changent de main ; mais comment une tasse lorsqu’elle est vernie & seche peut-elle être assez assujettie sur le tour pour que l’on puisse en creuser le pié avec un outil, sans que les points de contact qui assujettissent la tasse en dérangent le vernis ?

Il paroît cependant constant dans plusieurs autres endroits de la relation du P. d’Entrecolles, que le vernis est mis sur la porcelaine avant la cuisson ; puisqu’il y est dit qu’on a fait pour l’empereur des ouvrages si fins & si délicats, qu’on étoit obligé de souffler le vernis dessus, parce qu’il n’avoit pas été possible de les plonger dedans sans s’exposer à les rompre, & qu’on les mettoit sur du coton. Il est certain que quelque minces que fussent ces ouvrages, on n’auroit pas été exposé à cette crainte, s’ils avoient eu une premiere cuisson.

Le même auteur, parlant d’une espece de porcelaine colorée qui se vend à meilleur compte, dit qu’on fait cuire celles-là sans qu’elles ayent été vernissées, par conséquent toutes blanches & n’ayant aucun lustre. Il ajoute qu’on les colore après la cuisson en les plongeant dans un vase où la couleur est préparée, & qu’on les remet de nouveau au fourneau, mais dans un endroit où le feu a moins d’activité, parce qu’un grand feu anéantiroit les couleurs.

Puisque le P. d’Entrecolles fait une distinction de cette espece de porcelaine avec l’autre, il en faut conclure qu’il a bien vû que les Chinois mettoient leur vernis sur la porcelaine avant qu’elle eût été cuite, & que tout se trouvoit achevé au fourneau par une seule & même cuisson ; si la porcelaine ordinaire des Chinois avoit eu besoin d’aller deux fois au feu, il n’auroit pas manqué de le dire, comme il l’a fait au sujet de cette derniere-ci.

Quant à la difficulté de donner le vernis aux grandes pieces, on voit que les Chinois ont donné plus d’épaisseur à proportion de la grandeur à leurs vases ; & que lorsqu’ils ont voulu donner le vernis à des vases qu’ils avoient tenu très-minces, ils ont, suivant le P. d’Entrecolles, eu la précaution de donner deux couches en attendant pour donner la seconde que la premiere fût seche, le besoin des deux couches suppose que dans ce cas le vernis étoit trop liquide pour qu’une seule pût être suffisante ; ce qui prouve que le vernis trop épais expose les pieces minces à se casser quand on le leur donne, & que par conséquent ces pieces n’avoient point été cuites.

Pour ce qui est de l’inconvénient de toucher aux pieces déja vernies, il paroît que l’on peut moins gâter le vernis lorsqu’il a été donné à une piece qui n’a point été cuite, que lorsqu’il a été appliqué sur une piece qui a eu sa cuisson ; dans le premier cas le vernis pénetre un peu dans la surface de la piece, & dans l’autre il n’y pénetre point du tout ; ce qui le rend plus facile à être enlevé. Il paroît donc constant que les Chinois donnent le vernis à leur porcelaine avant qu’elle ait passé au feu des fourneaux ; ce qui la rend à meilleur marché, puisqu’il en coûte de moins le bois qu’on emploiroit à la cuisson de la couverte. Mais comment cette porcelaine peut-elle souffrir d’être plongée dans le vernis sans se rompre ? Il faut se souvenir que le pere d’Entrecolles dit que le premier ouvrier forme la tasse sur la roue en élevant le morceau de pâte destiné à la faire, comme nous le pratiquons ; que cette tasse passe à un second ouvrier qui l’assied sur sa base, c’est-à-dire, qui forme son pié de la grosseur qu’il doit avoir, sans cependant la creuser, afin que ce pié massif serve à attacher sur le tour la tasse avec de la pâte, lorsque la tasse passe aux autres ouvriers ; le troisieme ouvrier reçoit alors la tasse, & la met sur son moule qui est une espece de tour ; il la presse sur ce moule également de tous les côtés : il faut que ce soit le moule & la pression que l’on fait de la pâte par son moyen, qui contribue à rendre les parois de la tasse assez forts pour, lorsqu’elle est seche, résister à l’impression qu’y cause le vernis : d’ailleurs on commence à donner le vernis dans le dedans de la tasse, & on le laisse secher avant que de le donner en-dehors ; la couche de vernis du dedans étant seche, fait une épaisseur de plus qui donne de la force à la tasse pour supporter la couche du dehors.

La méchanique du creusement du pié, après que la tasse a eu entierement son vernis, paroît assez difficile à imaginer ; cela ne peut pas s’exécuter en renversant la tasse sur le tour : comment y assujettir la tasse sans gâter le vernis, & comment préserver le vernis de la poussiere que le travail de l’outil y répandroit ? Il est plus vraissemblable d’imaginer que le pié se creuse en tenant la tasse dans sa situation naturelle, collée sur le tour par un morceau de pâte qui éleve le pié, & donne moyen de le creuser en-dessous avec un outil crochu.

Puisqu’on connoît en Europe des matieres de la même qualité que celles dont les Chinois font leur porcelaine, on connoîtra aussi celles qui sont décrites par le pere d’Entrecolles, pour en faire le vernis. Il n’y a qu’une matiere que les Chinois nomment du ché kao, qui pourroit embarrasser ; mais on trouve ce minéral que les uns ont cru mal-à-propos être du borax, & les autres de l’alun, très-bien décrit dans le manuscrit du médecin chinois, que M. de Jussieu a entre les mains, & qu’on a déja cité. Le médecin chinois dit que le ché kao est blanc & brillant, qu’il est friable ; & que quand on le fait passer par le feu, il se réduit aisément en un sel blanc, fin & brillant, mais qui tient un peu du verre, & où on remarque de petites lignes longues & fines comme des filets de soie : il ajoute qu’il se trouve en morceaux avec des raies droites, & des especes de côtes blanches & dures comme des dents de cheval ; quand on le frappe, il se rompt aisément en diverses pieces, mais en-travers ; il a différentes lames qui se séparent facilement & qui sont brillantes, mais ce brillant se perd à la calcination.

Il y en a de parfaitement semblable aux environs de Toulouse ; & comme on a vu que ce n’est qu’un beau gyps, il y a lieu de croire que l’on pourroit employer pour le même effet avec succès tous les gyps transparens.

Ce minéral calciné sert à rendre le vernis des Chinois plus épais ; & conjointement avec la chaux, il sert aussi à le rendre un peu opaque, & blanc lorsque le feu l’a mis en fusion. Car en regardant le pié de toutes les porcelaines de la Chine, dont on a ôté le vernis pour qu’elles ne s’attachassent point par-là dans la cuisson, il n’y a personne qui ne voie clairement que la couverte de la porcelaine de la Chine doit être un peu opaque & blanche, pour cacher entierement à la vue la terre qui n’est pas de la premiere blancheur. On a cependant grand soin, lorsque les ouvrages ont été peints sur le crud, comme les bleus, de ne point rendre la couverte assez opaque pour qu’on ne puisse pas voir les couleurs au-travers.

Il ne faut point que l’on fasse cuire la porcelaine tout-à-fait avant que de la mettre en couverte, il seroit même beaucoup mieux de lui donner la couverte à crud ; mais comme les pieces qui n’ont pas beaucoup d’épaisseur sont sujettes à casser lorsqu’on les plonge dans la couverte, on peut faire passer ces pieces au four, & les en retirer aussi-tôt qu’elles ont été simplement rougies ; on donne ensuite deux fois vingt-quatre heures de cuisson pour la pâte & la couverte.

Cette couverte des Chinois est analogue à leur pâte, puisque le petuntse qui en est une des principales matieres, y entre pour beaucoup ; il n’y a, pour ainsi dire, de différence que dans la vitrification, qui au moyen du sel de la fougere, se fait dans la couverte, & n’est point dans le corps de la porcelaine : comme elle est appliquée avant que la porcelaine soit cuite, elle en pénetre un peu la surface, & la cuisson étant la même, elle s’y trouve jointe plus parfaitement que si elle avoit été mise après une premiere cuisson de la porcelaine : la différence est aisée à appercevoir lorsqu’on examine avec une loupe la cassure des porcelaines de la Chine, & celle des porcelaines d’Europe. Il faut sur-tout se bien garder de chercher à employer une couverte qui ait déja été vitrifiée. Il faut regarder comme un principe que la vitrification de la couverte doit se faire sur la piece même ; il est aisé de faire une composition de verre opaque & très-blanc : mais quelque soin que l’on se donne pour broyer ce verre, il ne s’étendra jamais aussi bien & ne se joindra point aussi intimement à la porcelaine, qu’une composition qui formera la vitrification opaque & blanche sur la porcelaine même.

On n’emploie ordinairement sur les porcelaines à fritte que l’on fait en Europe, que des couvertes faites avec une composition qui a déja été vitrifiée ; il n’est pas étonnant qu’elles y réussissent ; la pâte dont elles sont composées contenant les de fritte, qui est la matiere du verre, se trouve tout-à-fait analogue avec ces couvertes, & s’y joint très-bien ; au-lieu que la pâte de la porcelaine de la Chine est trop éloignée de la vitrification pour se joindre à une matiere qui n’est purement qu’un verre. L’expérience s’est trouvée conforme à ce raisonnement toutes les fois qu’on a voulu tenter de mettre les couvertes d’Europe sur la porcelaine faite à la maniere des Chinois.

On a vu que les degrés de bonté de la pâte d’une porcelaine devoient se mesurer à la difficulté que l’on rencontroit à la faire passer à l’entiere vitrification ; on en doit conclure que celle que l’on fait aux Indes doit l’emporter sur toutes celles d’Europe, puisque l’on peut faire fondre un gobelet de porcelaine à fritte dans un gobelet de Saxe, & dans un gobelet de porcelaine des Indes. Il est vrai que la porcelaine des Indes demande un beaucoup plus grand degré de feu pour être portée à son entiere cuisson, que les autres porcelaines ; mais comme on n’est obligé de l’y mettre qu’une seule fois, il n’en coûte pas plus de bois pour la cuire, que pour la porcelaine d’Europe, que l’on met deux fois au feu.

Au reste, si l’on veut se donner la peine d’étudier & de suivre les manipulations décrites par le pere d’Entrecolles, on est assuré de faire de la porcelaine qui aura les mêmes qualités que celle que l’on fait dans les Indes, & se pourra donner à meilleur compte que toutes celles que l’on fait en Europe : on croit cependant qu’il ne sera pas inutile de faire attention à l’eau que l’on emploie dans les manipulations. Le P. d’Entrecolles dit que les mêmes ouvriers qui la font à King-te-tching, n’en ont pas pu faire de pareille à Peking ; il attribue ce manque de succès à la différence des eaux, & il pourroit bien avoir raison. On a vu qu’il falloit garder la pâte liquide pendant un certain tems après l’avoir faite, & qu’il s’y passoit une fermentation : tout le monde sait que la différence des eaux produit des effets singuliers lorsqu’il s’agit de fermentation, comme il est aisé de le voir dans la bierre, les teintures, &c.

Pour ce qui est des peintures que l’on applique sur la porcelaine après qu’elle est faite, je crois que l’on peut se passer de prendre les Chinois pour modeles ; leurs couleurs sont assez médiocres & en très-petit nombre ; la céruse, ou quelque autre préparation de plomb leur sert toujours de fondant. Le plomb se revivifie, c’est-à-dire, reprend sa forme métallique fort aisément, alors il noircit & gâte les couleurs ; ces couleurs s’étendent, & font des traits qui ne sont ni déliés, ni bien terminés. On voit bien que je ne parle ici que des couleurs qui se mettent sur la porcelaine après qu’elle a reçu son vernis & sa cuisson entiere ; car pour celles que les Chinois mettent sur le crud, en mettant le vernis par-dessus, il est impossible d’en former des desseins tant-soit-peu corrects.

On croit donc qu’il vaut mieux abandonner tout-à-fait les couleurs dont se servent les Chinois, pour y substituer celles que l’on emploie pour peindre sur l’émail. Comme ces couleurs sont exposées à supporter un feu très-fort, on ne peut y employer que les matieres dont la couleur ne peut être enlevée par la force du feu ; il faut donc renoncer à toutes les couleurs tirées des végétaux & des animaux, pour s’en tenir uniquement à celles que peuvent fournir les terres & les pierres, qui conservent leur couleur après la calcination ; mais comme celles-ci ne sont colorées que par le moyen des métaux, la chaux des métaux, ou ce qui est la même chose, les métaux privés de leur phlogistique pour la calcination, fournissent la seule matiere que l’on puisse employer avec succès ; d’autant plus que les terres & les pierres donnent toujours des couleurs plus ternes & plus sales, à cause de la grande quantité de terre qu’ils contiennent.

On trouvera ces manipulations décrites fort au long dans mon traité de la Peinture en émail. On peut être assuré que toutes les couleurs qui réussissent dans cette peinture, réussiront également bien dans celle sur la porcelaine ; on y verra que l’on emploie pour principes de ne point se servir de couleurs déja vitrifiées, comme les verres colorés, les pains d’émaux, &c. & que l’on exclut pareillement toutes les compositions où il entre du plomb : les raisons que l’on y rapporte pour bannir ces couleurs de la peinture en émail, subsistent également pour les exclure de la peinture sur la porcelaine ; on y verra que l’étain donne les blancs pour éclaircir & rehausser toutes les autres couleurs ; que l’or donne les pourpres, les gris-de-lin, les violets & les bruns ; que l’on tire du fer les vermillons, les marrons, les olives & les bruns ; que le cobolt fournit les bleus & les gris ; que le jaune de Naples donne le jaune ; que le mélange du blanc & du rouge fait les couleurs de rose ; que le mélange du bleu & du jaune fait tous les verds ; & enfin que le mélange du bleu, du rouge & du jaune fait toutes les trois couleurs. On voit par-là que l’on est en état de peindre sur la porcelaine avec une palette garnie d’un aussi grand nombre de couleurs que celle d’un peintre à l’huile.

Il y a cependant une remarque essentielle à faire qui apporte une espece de différence entre la peinture sur la porcelaine & la peinture en émail. Pour transporter la couleur des métaux, ou plutôt celle de leurs chaux, sur l’émail, on est obligé de joindre à la chaux de ces métaux un verre, qu’on appelle fondant, qui par sa fusion vitrifie les couleurs, & les fait pénétrer dans l’émail. Pour que les couleurs puissent pénétrer dans l’émail sur lequel on peint, on sent qu’il est nécessaire que l’émail commence à entrer en fusion lorsque les couleurs y sont déja, parce que les couleurs resteroient de relief sur l’émail, s’il n’entroit point en fonte ; il faut donc qu’il se trouve une proportion dans la facilité à fondre entre l’émail sur lequel on peint, & le fondant que l’on mêle avec les couleurs.

On voit aisément que la même proportion dans la facilité à fondre doit se trouver entre la couverte de la porcelaine sur laquelle on peint, & le fondant qu’on aura mêlé avec les couleurs ; & la couverte de la porcelaine étant beaucoup plus difficile à mettre en fusion que l’émail, on doit employer dans les couleurs à peindre sur la porcelaine un fondant beaucoup moins facile à mettre en fusion, que dans celles à peindre en émail ; ce qui dépend d’employer moins de salpêtre & de borax dans la composition du fondant. Comme on ne doit point employer de plomb dans la composition du fondant, il est plus facile d’en faire un qui soit dur à fondre, que de faire celui qui est propre à la peinture en émail, à cause de la quantité des sels qu’on est obligé de mettre dans ce dernier qui, à moins que ce verre ne soit bien fait, s’y font sentir, & gâtent les couleurs.

La principale qualité du verre qui servira de fondant, est d’être blanc, & qu’il ne soit point entré de préparation de plomb dans sa composition, comme la céruse, le minium, la litharge, &c. Pour ce qui est du plus ou moins de facilité qu’il doit avoir à entrer en fusion, il faut qu’elle soit proportionnée à celle de la couverte de la porcelaine, c’est-à-dire, que la couverte ne soit pas assez dure à fondre, pour que la fusion du verre qui sert de fondant n’entraîne pas la sienne dans les endroits où les couleurs sont appliquées. On peut donc essayer de se servir de verres blancs de différens degrés de fusibilité, pour s’arrêter à celui qui se trouvera convenir au degré de fusibilité de la couverte. Le verre dont on fait les tuyaux des barometres est le plus facile à mettre en fusion ; celui des glaces vient après, & ensuite celui des crystaux de Bohème, &c.

On ne doit point craindre que la force du feu nécessaire pour mettre ces verres en fonte emporte les couleurs ; celles dont on vient de parler sont toutes fixes, & y résisteront : il n’y a que les couleurs tirées du fer dont jusqu’à présent l’usage a été très-difficile, à cause de leur volatilité au feu ; mais il sera aisé de voir dans le traité de la Peinture en émail, qu’en tenant les safrans de Mars exposés au grand feu pendant deux heures, avec le double de leur poids de sel marin, & les édulcorant ensuite, on les rend tout aussi fixes que toutes les autres couleurs.

La proportion du fondant à mettre avec les chaux des métaux est la même que celle de la peinture en émail, c’est-à-dire, presque toujours en poids trois parties de fondant sur une partie de couleur : si l’on s’appercevoit que quelqu’une de ces couleurs ne prît pas dans la fonte le luisant qu’elle doit avoir, on en seroit quitte pour ajouter quelques parties de fondant de plus ; par exemple, les couleurs tirées de l’or exigent jusqu’à six parties de fondant.

Ces couleurs s’emploient facilement au pinceau avec la gomme ou l’huile essentielle de lavande, avec la précaution, si l’on s’est servi d’huile essentielle de lavande, d’exposer les pieces peintes à un très-petit feu jusqu’à ce que l’huile soit totalement évaporée, avant de les enfourner.

On ne parlera point des couleurs qui se mettent sous la couverte ; il faut les placer sur le crud, dans lequel venant à s’emboire, on ne peut former avec elles aucun dessein correct. Elles ne seroient donc propres qu’à employer à faire des fonds d’une seule couleur, & en ce cas il vaut mieux mêler la chaux des métaux avec la matiere de la couverte, & tremper les vases dedans.

Il résulte de tout ce que l’on vient de dire, que les porcelaines dans lesquelles on emploie de la fritte, sont les plus mauvaises de toutes, & qu’on ne doit jamais chercher à en faire sur ce principe ; par conséquent qu’il ne faut employer aucuns sels pour mettre en fusion les matieres qui doivent composer la porcelaine.

Que le spath fusible est le principal agent pour la liaison des terres que l’on doit employer dans la porcelaine, puisque le pe-tun-tse est une pierre composée de spath, d’argille & de sable, qui jointe à une terre onctueuse, fait la porcelaine de la Chine ; & que celle de Saxe est composée sur les mêmes principes, avec cette différence seulement que le pe-tun-tse est déja composé d’une partie de ces matieres par la nature, & que dans la porcelaine de Saxe on est obligé de la faire des mêmes différentes matieres séparées que l’on rassemble ; ce qui fait voir que les combinaisons faites par la nature-même, sont supérieures à celles faites par la main des hommes.

Quant à ce que l’on appelle l’émail ou la couverte, il ne falloit jamais chercher à la faire avec une vitrification toute faite ; mais qu’il falloit que la vitrification ne se fît que sur la porcelaine même ; que l’on n’employât jamais des métaux, comme des préparations de plomb ou d’étain dans la couverte ; qu’il entroit du spath dans celle de la Chine, puisqu’il y entroit du pe-tun-tse, qui est une pierre spatique ; qu’il y avoit toute apparence que le spath entroit aussi pour beaucoup dans la couverte de la porcelaine de Saxe, & même pour davantage que dans la porcelaine de la Chine, puisque la force du feu ne la faisoit pas couler comme celle de la Chine.

Pour ce qui regarde les couleurs, il ne falloit jamais employer des verres colorés tous faits, & surtout ceux dans lesquels le plomb étoit entré, comme les pains d’émaux, &c. mais que la vitrification des couleurs se fît sur la couverte, & en la pénétrant. Observ. de M. de Montami.

Porcelaine fossile, (Hist. nat.) nom donné par quelques auteurs à une pierre argilleuse fort tendre, & qui prend au tour toutes les formes qu’on veut lui donner. Elle se durcit dans le feu, & l’on peut en faire des vases de toute espece ; il s’en trouve une grande quantité en Allemagne, entre Gopfersgrun & Thiersheim, dans les terres du marggrave de Bareuth. Cette pierre est si tendre, qu’on peut la tailler avec un couteau ; mais le feu la durcit au point de donner des étincelles lorsqu’on la frappe avec de l’acier ; c’est une vraie pierre ollaire. Voyez Ollaire.

Porcelaine tour de, (Invent. chinois.) cette fameuse tour de porcelaine est dans une plaine près de Nanking, capitale de ce royaume. C’est une tour octogone à neuf étages voutés, de 90 coudées de hauteur, revêtue de porcelaine par dehors, & incrustée de marbre par dedans. A chaque étage est une galerie ou cloison de barreaux ; & aux côtés des fenêtres sont de petits trous quarrés & treillissés de fer blanc.

Toutes les galeries sont couvertes de toîts verds qui poussent en dehors des soliveaux dorés ; ces soliveaux soutiennent de petites cloches de cuivre, qui étant agitées par le vent, rendent un son fort agréable. La pointe de cette tour, qu’on ne sauroit toucher qu’en dehors, est couronnée d’une pomme de pin qu’on dit être d’or massif ; & tout cela est travaillé avec tant d’art, qu’on ne peut distinguer ni les soudures, ni les liaisons des pieces de porcelaines, & que l’émail & le plomb dont elle est couverte à différens endroits, glacés de verd, de rouge, & de jaune, la fait paroître toute couverte d’or, d’émeraudes, & de rubis.

Fischer a représenté cette tour dans son essai d’architecture historique.

Les Tartares forcerent les Chinois de la bâtir il y a près de 700 ans, pour servir de trophée à la conquête qu’ils firent de ce royaume, & qu’ils ont reconquis au commencement du siecle dernier. Daviler. (D. J.)

Porcelaine, (Maréchal.) poil de cheval dont le fond est blanc, mêlé de taches irrégulieres & jaspé, pour ainsi dire, principalement d’un noir malteint, qui a un œil bleu ardoisé.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « porcelaine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
porcelaine pɔrsœlɛn

Citations contenant le mot « porcelaine »

  • Les femmes de porcelaine nous donnent l’impression d’être un éléphant dans un magasin de Limoges. De Frédéric Beigbeder / Au secours pardon
  • Peu m’importe qu’il y ait du sucre aux Indes, de la porcelaine à la Chine, du café en Arabie ; il faut qu’on me l’apporte. De Condorcet / Commentaire sur "L'esprit des lois"
  • Quelques milliers d'euros de porcelaine justifient-ils le limogeage du ministre des Transports, voire celui du PDG d'une compagnie ? Un conflit d'intérêts est évoqué sachant que Lazhar Hani et sa famille sont actifs dans le domaine du transport maritime, actionnaire dans la filiale algérienne de la logistique espagnole Romeu Algérie, et celle de Green Algérie du taïwanais Evergreen Marine Corp. Le Point, Air Algérie : son PDG limogé pour de la porcelaine - Le Point
  • L’usine de porcelaine Pillivuyt, installée à Mehun-sur-Yèvre a en partie compensé auprès des particuliers, la baisse des commandes liée à la fermeture des bars, hôtels et restaurants. De gros investissements sont prévus cette année avec l’appui de la Région et de l’État. France Bleu, La Nouvelle Éco : à Mehun-sur-Yèvre, la manufacture de porcelaine Pillivuyt est parvenue à limiter la casse
  • Mathilde Titoni est douée de ses mains. Elle pétrit et façonne avec agilité la porcelaine, une céramique blanche, vitrifiée et translucide, douce et délicate. midilibre.fr, Mathilde Titoni dévoile la délicatesse de la porcelaine dans ses créations - midilibre.fr
  • C'est peu fréquent dans le bâtiment. L'utilisation de carreaux de porcelaine de Limoges pour recouvrir les soubassements d'un immeuble. Celle de la "résidence Porcelaine" inaugurée ce jeudi à l'entrée du quartier de la Bastide, boulevard Robert Schuman à Limoges. France Bleu, Limoges - Inauguration de "la résidence Porcelaine" et ses soubassements en céramique
  • Créée en 2008, l'entreprise spécialisée dans la porcelaine "Non sans raison" était jusque là installée au niveau de la zone industrielle de Limoges. Martial Dumas a fait le choix il y a quelques jours d'installer sa boutique en plein cœur de la ville porcelainière. Avant cette entreprise travaillait avec des industriels, architectes, et quelques entreprises. Aujourd'hui, l'objectif est d'être aussi au contact des particuliers limougeauds. "Cette boutique va devenir notre laboratoire, explique Martial Dumas, C'est un très bon moyen de tester nos produits et de connaître l'avis final du client. Ici on va avoir l'avis des spécialistes de la porcelaine si l'on peut dire." France Bleu, Nouvelle éco : "On voulait connaître l'avis des spécialistes", une boutique de porcelaine ouvre à Limoges
  • Elle achète des articles en porcelaine blanche (assiettes, plats, tasses, mugs etc.) puis selon les demandes, les décore soit avec des motifs demandés, soit issus de son imagination. Ces objets sont ensuite cuits à 800/850 ºC, dans un four... La Voix du Nord, À Bachy, la Fabrik Porcelaine propose ses créations
  • Pour la porcelaine, dont l’histoire est plus récente, Alix pense chaque objet en fonction de son utilité et de sa durabilité. « Je n’aime pas ce qui est jetable et inutile. Je pense beaucoup à la transmission et j’essaie de faire des choses intemporelles ». Sa collection art de la table a ainsi un esprit vintage tout en étant dans « l’air du temps ». , Pour Noël, offrez de la porcelaine et des bijoux de la boutique Alix D. Reynis, à Lille | Lille Actu
  • Installés à Saint-Nazaire depuis plus de 30 ans, et présents l'hiver sur le célèbre "Christkindelsmärik" (marché de Noël strasbourgeois); l'été au Village Artisanal d'Argelès-Plage, François et Sabine Dulin forment un couple d'artistes peintres et dessinateurs talentueux, spécialisés dans la fabrication et la décoration, à la main, de boules de Noël en porcelaine. Cette année, annulation du marché alsacien oblige, ils se sont recentrés sur leur atelier qui produit un millier d'unités par an. Portaits. lindependant.fr, Pyrénées-Orientales : depuis 30 ans les boules en porcelaine des Dulin ornent les sapins de Noël du monde entier - lindependant.fr
  • Le jour où nous rencontrons Daniel Betoule, il découvre le dossier envoyé au ministère de l’Économie, constitué de lettres d’intention écrites par des proches, des figures locales et des personnages importants du milieu de l’artisanat. C’est sa femme, Véronique, qui les a compilées, dans le secret. Tous honorent un être humaniste, gardien d’une maison vieille de près de deux siècles, et promoteur de l’esprit de la filière porcelaine. Les émotions se bousculent à l’intérieur de ce personnage entier, qui n’est pas du genre à cacher ce qu’il ressent. www.lepopulaire.fr, Décoré de la Légion d'honneur, Daniel Betoule raconte son rôle d'intégrateur social aux Porcelaines de La Fabrique à Saint-Brice-sur-Vienne - Saint-Brice-sur-Vienne (87200)
  • Ce Picard, ouvrier dans la faïencerie à Longwy, ouvre un commerce de vaisselles, de faïences et de cadeaux sur la grande pace de Lens. Comme il vend principalement de la porcelaine de Limoges, le nom de son établissement est tout trouvé : « À la ville de Limoges ». www.lepopulaire.fr, La ville de Limoges a pignon sur rue à Lens - Limoges (87000)

Traductions du mot « porcelaine »

Langue Traduction
Anglais porcelain
Espagnol porcelana
Italien porcellana
Allemand porzellan
Chinois
Arabe الخزف
Portugais porcelana
Russe фарфор
Japonais 磁器
Basque portzelana
Corse porcellana
Source : Google Translate API

Synonymes de « porcelaine »

Source : synonymes de porcelaine sur lebonsynonyme.fr

Porcelaine

Retour au sommaire ➦

Partager