Plastronner : définition de plastronner


Plastronner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PLASTRONNER, verbe

I. − Empl. trans.
A. − Plastronner qqn (de qqc.)
Protéger quelqu'un par un plastron (v. ce mot A 1). (Dict. xixeet xxes.).
Empl. pronom. réfl. Avant de s'aller battre en duel, il s'était plastronné (Ac.).
Empl. part. passé et/ou adj. [Napoléon] avait peur, il était toujours plastronné (Sand, Hist. vie, t.2, 1855, p.348).Circulant dans la vie, masqué, ganté, plastronné, du plastron de satin blanc des maîtres d'armes les jours de grand assaut (A. Daudet, Nabab, 1877, p.84).
Au fig., vieilli. Protéger. Cette république est plastronnée d'une royauté qui reçoit les coups et les empêche de porter sur le gouvernement même (Chateaubr., Mém., t.4, 1848, p.51).
B. − Vieilli, ESCR. Plastronner qqn.Toucher au plastron. Henriette (...) aussi satisfaite qu'un maître d'armes qui a plastronné son adversaire (Duranty, Malh. H. Gérard, 1860, p.229).
Au fig, vieilli. Attaquer verbalement, railler. Il le poussait à lire cette philippique, où les deux tiers des convives étaient plastronnés (Bloy, Désesp., 1886, p.286).
II. − Empl. intrans.
A. − ESCR., vieilli. S'exercer à tirer contre le maître d'armes, qui est protégé par un plastron. (Dict. xixeet xxes.).
B. − [Gén. avec une valeur iron. ou dépréc.] Bomber le torse afin de se donner une attitude avantageuse. Synon. se rengorger.Non seulement l'oncle est petit, mais il a l'air embêté de l'être. Il se redresse, il a des talons trop hauts, il plastronne (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p.216).Lui-même, en habit noir, plastronnait, bedonnait, rejetait en arrière sa tête de Christ pour bordels (Gide, Journal, 1930, p.1004).
P. méton., usuel, fam. Prendre une attitude avantageuse, un ton avantageux; affecter le courage, l'autorité. Synon. parader, poser, crâner (fam.).Un jeune coq, encore enroué de mue, plastronne «je suis d'âge à faire des gosses, moi!» (Colette, Jumelle, 1938, p.251).La puberté du paranoïaque est bruyante et rebelle. Il plastronne et provoque avec cynisme, il méprise comme des imbéciles ou des esclaves ceux qui ne partagent pas ses convictions (Mounier, Traité caract., 1946, p.555):
. Darlan, visiblement lassé mais voulant, sans doute, raffermir son entourage, crut devoir plastronner devant mon envoyé. Il déclara qu'il avait les affaires en main, qu'à coup sûr s'imposait la nécessité de faire l'union des Français... De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p.6.
REM. 1.
Plastronnant, -ante, part. prés. en empl. adj.Qui plastronne (supra II B); qui prend ou qui marque une attitude avantageuse, un ton avantageux. Avoir un air plastronnant. Ils s'ornent de moustaches, de poitrines plastronnantes, de pendentifs (Giraudoux, Amphitr. 38, 1929, i, 5, p.52).
2.
Plastronné, -ée, part. passé en empl. adj. a) [En parlant d'une pers.] Qui porte un plastron (v. ce mot B 1). Il y avait un monsieur rigidement plastronné, avec une grosse chose blanche à la boutonnière (Renard, Journal, 1891, p.77).b) [En parlant d'un vêtement] Qui comporte un plastron (v. ce mot B 1). Une redingote à brandebourgs, plastronnée d'un gilet blanc (Goncourt, Journal, 1865, p.177).
Prononc. et Orth.: [plastʀ ɔne], (il) plastronne [plastʀ ɔn]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist.1. 1611 «protéger, couvrir d'un plastron» ici, au part. passé (Cotgr.); 2. escr. a) 1860 trans. (Duranty, loc. cit.); b) 1869 intrans. (Littré); 3. 1897 au fig. «prendre une attitude avantageuse» (Barrès, Cahiers, t.1, p.141). Dér. de plastron*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 28.

Plastronner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PLASTRONNER, verbe

I. − Empl. trans.
A. − Plastronner qqn (de qqc.)
Protéger quelqu'un par un plastron (v. ce mot A 1). (Dict. xixeet xxes.).
Empl. pronom. réfl. Avant de s'aller battre en duel, il s'était plastronné (Ac.).
Empl. part. passé et/ou adj. [Napoléon] avait peur, il était toujours plastronné (Sand, Hist. vie, t.2, 1855, p.348).Circulant dans la vie, masqué, ganté, plastronné, du plastron de satin blanc des maîtres d'armes les jours de grand assaut (A. Daudet, Nabab, 1877, p.84).
Au fig., vieilli. Protéger. Cette république est plastronnée d'une royauté qui reçoit les coups et les empêche de porter sur le gouvernement même (Chateaubr., Mém., t.4, 1848, p.51).
B. − Vieilli, ESCR. Plastronner qqn.Toucher au plastron. Henriette (...) aussi satisfaite qu'un maître d'armes qui a plastronné son adversaire (Duranty, Malh. H. Gérard, 1860, p.229).
Au fig, vieilli. Attaquer verbalement, railler. Il le poussait à lire cette philippique, où les deux tiers des convives étaient plastronnés (Bloy, Désesp., 1886, p.286).
II. − Empl. intrans.
A. − ESCR., vieilli. S'exercer à tirer contre le maître d'armes, qui est protégé par un plastron. (Dict. xixeet xxes.).
B. − [Gén. avec une valeur iron. ou dépréc.] Bomber le torse afin de se donner une attitude avantageuse. Synon. se rengorger.Non seulement l'oncle est petit, mais il a l'air embêté de l'être. Il se redresse, il a des talons trop hauts, il plastronne (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p.216).Lui-même, en habit noir, plastronnait, bedonnait, rejetait en arrière sa tête de Christ pour bordels (Gide, Journal, 1930, p.1004).
P. méton., usuel, fam. Prendre une attitude avantageuse, un ton avantageux; affecter le courage, l'autorité. Synon. parader, poser, crâner (fam.).Un jeune coq, encore enroué de mue, plastronne «je suis d'âge à faire des gosses, moi!» (Colette, Jumelle, 1938, p.251).La puberté du paranoïaque est bruyante et rebelle. Il plastronne et provoque avec cynisme, il méprise comme des imbéciles ou des esclaves ceux qui ne partagent pas ses convictions (Mounier, Traité caract., 1946, p.555):
. Darlan, visiblement lassé mais voulant, sans doute, raffermir son entourage, crut devoir plastronner devant mon envoyé. Il déclara qu'il avait les affaires en main, qu'à coup sûr s'imposait la nécessité de faire l'union des Français... De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p.6.
REM. 1.
Plastronnant, -ante, part. prés. en empl. adj.Qui plastronne (supra II B); qui prend ou qui marque une attitude avantageuse, un ton avantageux. Avoir un air plastronnant. Ils s'ornent de moustaches, de poitrines plastronnantes, de pendentifs (Giraudoux, Amphitr. 38, 1929, i, 5, p.52).
2.
Plastronné, -ée, part. passé en empl. adj. a) [En parlant d'une pers.] Qui porte un plastron (v. ce mot B 1). Il y avait un monsieur rigidement plastronné, avec une grosse chose blanche à la boutonnière (Renard, Journal, 1891, p.77).b) [En parlant d'un vêtement] Qui comporte un plastron (v. ce mot B 1). Une redingote à brandebourgs, plastronnée d'un gilet blanc (Goncourt, Journal, 1865, p.177).
Prononc. et Orth.: [plastʀ ɔne], (il) plastronne [plastʀ ɔn]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist.1. 1611 «protéger, couvrir d'un plastron» ici, au part. passé (Cotgr.); 2. escr. a) 1860 trans. (Duranty, loc. cit.); b) 1869 intrans. (Littré); 3. 1897 au fig. «prendre une attitude avantageuse» (Barrès, Cahiers, t.1, p.141). Dér. de plastron*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 28.

Plastronner : définition du Wiktionnaire

Verbe

plastronner \plas.tʁɔ.ne\ transitif, pronominal ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se plastronner)

  1. (Vieilli) Garnir d’un plastron ou de quelque chose qui en tient lieu.
    • Avant de s’aller battre en duel, il s’était plastronné.
  2. (Figuré) Prendre des poses avantageuses, se rengorger.
    • Je m’inclinai, sans rien dire. Je n’étais pas d’humeur à plastronner devant elle. Je m’assis sur ma couchette et affectai d’ignorer sa présence. — (Maurice Dekobra, La Madone des sleepings, 1925, réédition Le Livre de Poche, page 189)
    • « Vous n’avez là sous les yeux que des gens crasseux et morts de peur qui plastronnent parce que pour eux la révolte est de mauvais goût. » — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 381)
    • Après l’émotion, on plastronne : on les a presque vus ! Si on était allé cent mètres plus loin, on se butait dans eux, cré vains dieux ! — (Henri Vincenot, La Billebaude, 1978, page 180)
    • Peur, curieux comme ce mot revient souvent dans les confidences des hommes quand ils se racontent au lieu de plastronner. — (Christiane Collange, Ça va les hommes ?, 1980)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Plastronner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLASTRONNER. v. tr.
Garnir d'un plastron ou de quelque chose qui en tient lieu. Il s'emploie principalement avec le pronom personnel. Avant de s'aller battre en duel, il s'était plastronné. Il s'emploie aussi intransitivement et signifie Prendre des poses avantageuses.

Plastronner : définition du Littré (1872-1877)

PLASTRONNER (pla-stro-né)
  • 1 V. a. Garnir d'un plastron.
  • 2 V. n. Plastronner, s'exercer à tirer des armes sur le maître qui a un plastron, et qui ne se défend pas, mais indique les coups qu'on doit faire.
  • 3Se plastronner, v. réfl. Se couvrir d'un plastron.

HISTORIQUE

XVIe s. Plastronné, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « plastronner »

Étymologie de plastronner - Wiktionnaire

De plastron, avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de plastronner - Littré

Plastron.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « plastronner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
plastronner plastrɔne play_arrow

Conjugaison du verbe « plastronner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe plastronner

Citations contenant le mot « plastronner »

  • L’Amérique est de nouveau souveraine dans l’espace, devrait pouvoir plastronner Donald Trump. Samedi, après une tentative avortée à cause du mauvais temps jeudi dernier, deux astronautes américains devraient embarquer vers la Station spatiale internationale à bord d’une fusée états-unienne. C’est une première depuis l’abandon, en 2011, des navettes spatiales, très coûteuses. Depuis cette date, les astronautes étaient transportés par les lanceurs russes Soyouz. L'Humanité, Espace. Les États-Unis cherchent à faire prospérer le secteur spatial privé | L'Humanité
  • C’est ainsi qu’est née la GT 40, d’une guerre d’ego, mais si l’on dit que la colère est mauvaise conseillère, celle-là a permis la création d’une des plus belles voitures de tous les temps… Confié au constructeur anglais Lola, le châssis est équipé, tradition US oblige, d’un bon gros V8, qui contraste avec les graciles 12 cylindres italiens… Ce qui permet à Enzo Ferrari de continuer à plastronner, la puissance des Ford (moteurs de 4,7 litres de cylindrée) est insuffisante Les débuts en course, en 1964, sont en effet moyens, et Ferrari triomphe au Mans. Toujours enragé, Henry Ford II confie alors le développement technique à Carroll Shelby. Le sorcier américain équipe alors les GT 40 d’énormes moteurs de 7 litres de cylindrée ! Mais, à court de préparation, les grosses GT 40 cassent les unes après les autres lors de l’édition 1965. nrpyrenees.fr, Née de la colère… - nrpyrenees.fr
  • Elon Musk peut à nouveau plastronner : le SUV Tesla Model X vient de récolter 5 étoiles aux tests de sécurité Euro NCAP, quelques semaines seulement après avoir atteint le high score aux évaluations de la National Highway Traffic Safety Administration. le SUV électrique a récolté d’excellentes notes dans les 4 catégories évaluées, soit la protection des passagers adultes (98%), des passagers mineurs (81%) ou des piétons (72%), ainsi que les assistances de sécurité à la conduite (94%). KultureGeek.fr, Crash-test Euro NCAP : la Tesla Model X récolte la note maximale | KultureGeek
  • C’est ce garçon qui ne sort pas souvent. C’est celui qui n’est pas à l’aise avec l’idée du dehors. Le grand ado un peu gauche, celui qui ne fait pas le malin parce qu’il ne sait pas faire le malin. Il ne voit pas trop comment ni pourquoi plastronner, faire le coq, épater les copains et surtout les copines. On dit que le domaine public appartient à tout le monde, mais lui ne s’est jamais senti faire partie de ce monde. C’est un garçon qui respire mieux sans la pression du social et de ceux qui savent parler et rire trop fort. Le Temps, La revanche des introvertis - Le Temps
  • Peur, curieux comme ce mot revient souvent dans les confidences des hommes quand ils se racontent au lieu de plastronner. De Christiane Collange / Ça va les hommes ?

Traductions du mot « plastronner »

Langue Traduction
Corse plastroni
Basque plastron
Japonais プラストロン
Russe пластрон
Portugais plastron
Arabe حامية
Chinois plast
Allemand plastron
Italien plastron
Espagnol plastrón
Anglais plastron
Source : Google Translate API

Synonymes de « plastronner »

Source : synonymes de plastronner sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires