La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « planquer »

Planquer

Définitions de « planquer »

Trésor de la Langue Française informatisé

PLANQUER, verbe

I. − Empl. trans., arg. ou pop.
A. − Empl. trans. dir.
1. Planquer qqc.
a) Mettre un bien précieux (ou acquis frauduleusement) en sûreté ou en réserve. Ça vous ennuierait de me garder ce billet de la loterie nationale? Mon père ne veut pas que j'en achète, et je ne sais pas où le planquer (Montherl.,Fils personne, 1943, ii, 1, p.291).Les spéculateurs, qui ne pensent qu'à placer, planquer leur argent et faire une bonne affaire (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p.342).L'argent qu'il ne pouvait verser au défenseur d'office, faute de pouvoir (...) mettre la main sur le magot qu'il avait planqué (Vialar,Débucher, 1953, p.99).
b) Cacher, dissimuler, camoufler. Des murs renforcés de feuillage la planquaient [la villa] aux regards (Le Breton,Razzia, 1954, p.51).Son litron de rouge planqué dans un coin (Queneau,Zazie, 1959, p.97).Les bars clandestins de Soweto sont planqués dans le salon d'un appartement, dans un garage ou dans la cour d'une de ces petites bicoques en briques (L'Echo des Savanes, juin 1984, no20, p.104, col. 4).
c) Empl. abs. [Le suj. désigne une prostituée] Dissimuler une partie des gains journaliers au détriment de son souteneur. Sans bien savoir pourquoi, et pas avec l'intention de mal faire, depuis six mois Nana planquait. Bébert, distrait, se rendait pas compte (Pt Simonin ill., 1957, p.225).
2. Planquer qqn.Cacher dans un endroit sûr une personne qui est recherchée par la police ou par ses ennemis. Elle a dénoncé deux gosses juifs qu'on avait planqués dans une ferme (Beauvoir,Mandarins, 1954, p.199):
. −La souris? Elle va rester là? −Apparemment. −C'est bien ça! Je te planque ici et tu vas te faire piquer à cause d'une garce! Et le plus triste, c'est que nous serons tous en cabane avec toi! R. Fallet,Pigalle, 1981 [1979], p.118.
B. − Empl. pronom.
1. [Corresp. à supra I A 2] Se cacher pour échapper aux recherches de la police ou de ses ennemis. C'était au début novembre. Le petit n'a certainement pas parlé, mais avec cette arrestation, et les Italiens qui ont déferlé sur la côte, les amis étaient devenus nerveux. On exigea de moi (...) que j'aille me planquer (Triolet,Prem. accroc, 1945, p.310).
2. Se cacher, se dissimuler. I' m'mêlerait à la corvée de charbon dans Lens; on irait jusqu'à chez nous. J'pourrais voir, à condition de m'planquer et de n'pas m'faire voir (Barbusse,Feu, 1916, p.172).J'attends (...) la Mireille qu'elle rentre, je me planque dans l'impasse Viviane, elle devait passer là fatalement (Céline,Mort à crédit, 1936, p.34).V. écorner ex. 3.
3. S'abriter, se mettre à couvert pendant le tir de l'ennemi ou, p.ext., pendant une fusillade. Nous nous planquons dans une porte chaque fois que la fusillade recommence (T'Serstevens,Itinér. esp., 1933, p.293).On entendit un ronflement d'avion, une voix lasse murmura: −Planquez-vous, les gars. Ils remettent ça (Sartre,Mort ds âme, 1949, p.87).
P. anal. En temps de guerre s'arranger pour se soustraire aux obligations militaires ou pour trouver une position, un poste où l'on ne participe pas au combat. Les plus ignobles sont ceux de l'active. Voilà des gaillards qui ont choisi librement ce métier-là, dès le temps de paix, et quand vient le moment où les pékins comme nous sont invités à se faire casser la gueule, eux se planquent (Romains,Hommes bonne vol., 1938, p.217).
II. − Empl. intrans., arg. de la police. Surveiller discrètement un objectif déterminé, une personne suspecte; p.ext., surveiller discrètement ce qui se passe dans un lieu déterminé, ou les faits et gestes d'une personne. Les gendarmes de la brigade de recherche qui ont «planqué» pendant des jours devant la maison du médecin sont convaincus qu'il a fait disparaître lui-même l'arme, le lendemain du crime (Le Nouvel Observateur, 26 juill. 1976, p.31, col. 3).Sur la Côte d'Azur, à Saint-Laurent-du-Var, un café sert de quartier général aux gangs d'enfants gitans. Nous [des journalistes] avons planqué devant toute une journée, observant les allées et venues au téléobjectif (Actuel, oct. 1984, p.82, col. 1).
REM.
Planquage, subst. masc.[Corresp. à supra I A 2] Pop. Fait de cacher quelqu'un. Les maquis de planquage de jeunes qui refusaient de partir au service du travail obligatoire en Allemagne (Cacérès,Hist. éduc. pop., 1964, p.130).
Prononc.: [plɑ ̃ke], (il) planque [plɑ ̃:k]. Étymol. et Hist. 1790 «cacher» (Le Rat du Châtelet, pp.16-17); 1821 (Ansiaume, Arg. bagne Brest, fo13 ro, § 350: Planquer/cacher/ [fo13 vo, § 375: se planquer]); 1922 subst. planqué «celui qui est affecté à un poste à l'abri des risques des combats» (Montherl., Songe, p.81). Altération de planter* au sens arg. anc. «mettre, cacher» (1455, Villon, Ballades en jargon, éd. A. Lanly, I, 21, VII, 28; cf. aussi l'angl. to plant «cacher [de la marchandise volée]» dans l'arg. des voleurs [NED] et le m. fr. plant «faux lingot», planteur «celui qui écoule de faux lingots», 1455 Jargon des Coquillars, éd. M. Schwob ds Mém. de la Soc. ling. de Paris, t.7, p.179 et 180), peut-être par un croisement avec plaquer* «appliquer, mettre». Fréq. abs. littér.: 83. Bbg. Chautard Vie étrange Argot 1931, p.240. _ Sain. Argot 1972 [1907], p.111.

Wiktionnaire

Verbe - français

planquer \plɑ̃.ke\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se planquer)

  1. (Argot) Cacher, mettre en lieu sûr.
    • Sous le comptoir, j’ai récupéré mon calibre, là où la mère Bouche me l’avait planqué, puis on a ripé. — (Albert Simonin, Touchez pas au grisbi !, Gallimard, 1953, page 17)
    • Comme ils doivent jouer chero, plutôt qu’d’ouvrir, ils préfèreront planquer leurs dés et s’débiner. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Le fric était planqué au-dessus du bar, je l’ai trouvé tout de suite. — (Lolita Pille, Bubble gum, Bernard Grasset, Paris, 2004, ISBN 2-246-64411-9, chapitre III, page 43)
  2. (Argot) Accumuler, mettre de l’argent de côté.
    • Il a planqué son fric en Suisse.
  3. (Intransitif) (Argot) Faire une planque, surveiller, espionner.
    • Les flics planquent devant chez toi.
  4. (Pronominal) réfléchi (Argot) Se cacher, se mettre en lieu sûr.
    • — Andy, ça n’est pas très cool de se planquer comme ça derrière les gens quand ils sont en train de couler un bronze. — (Stephen King, La Tour Sombre, tome 5 : Les Loups de la Calla, traduit de l’américain par Marie de Prémonville, Paris : le Grand livre du mois, 2005, chapitre 6, § 2)
    • Derrière les accents rugueux il y a de la générosité qui se planque. — (Stéphanie Maurice, La passion du tuning, Seuil, 2015, coll. Raconter la vie, page 44)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « planquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
planquer plɑ̃ke

Fréquence d'apparition du mot « planquer » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « planquer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « planquer »

  • Plus une société devient démente, plus le langage a pour charge de planquer cette démence derrière un lexique fréquentable.
    Daniel Pennac — Lire - Mai 1995
  • ça coûterai moins cher de les renvoyer chez eux,comme dit migrant,y as la guerre dans mon pays,j ai pas le choix,nous ont eu 2 guerres et les français se sont battus pour libérer la France,nos anciens ont pas émigrer en Afrique pour se planquer,ils doivent se retourner dans leurs tombes nos vaillants guerriers mort pour la France
    ladepeche.fr — Seine-Saint-Denis : la police évacue le vaste campement de migrants d'Aubervilliers - ladepeche.fr
  • Et pour faire, ils quittent leurs domiciles respectifs, et vont se planquer dans une auberge bon marché de mbao-campement, leur quartier. Une fois à la réception, ils payent pour une heure, et referment rapidement sur eux, la porte de la chambre qui leur est octroyée.
    Mbao : Une jeune commerçante de 34 ans meurt en couchant avec son amant dans une auberge –
  • Les faits remontent à vendredi après-midi. Des policiers de la Bac surprennent deux consommateurs de cannabis dans le quartier de l’Europe à Saint-Brieuc. De simples consommateurs qui venaient juste d’acheter leurs barrettes de cannabis. Les fonctionnaires décident de ne pas en rester là, et de planquer quelques minutes dans le quartier. Vers 18 h 50, ils aperçoivent un jeune homme de 18 ans qui se rend dans une cave abandonnée. Bingo. C’est là que le dealer planquait la drogue.
    Saint-Brieuc. Le dealer allait se ravitailler sous les yeux des policiers - Saint-Brieuc.maville.com
  • « Ce n’est pas parce que l’on a un statut social que l’on doit se planquer… » Telle serait, en son temps, la phrase lancée par Maurice Ravel. Le compositeur de 40 ans en 1915 se fait alors recommander pour être incorporé afin de participer au conflit de la Première Guerre mondiale, « alors qu’il lui manquait 2 kg et qu’il avait une santé fragile », rappelle Jean-Luc Demandre, président de l’association Connaissance de la Meuse.
    Un été en Lorraine | Savez-vous quel compositeur a joué près du front en 1916 ?
  • Ensuite, principe de suspension immédiate de toutes les tâches ménagères. On demande à ses enfants de planquer le fer à repasser : on sera froissée mais reposée. Idem avec l’aspirateur : on a passé l’année à manifester pour la planète, on ne va pas passer l’été à exterminer des araignées. On a épuisé son quota de rangement pendant le confinement, on se laisse envahir par le désordre : l’essayer, c’est l’adopter.
    L’édito : « On n’est pas obligé de sauter sur ses amis comme un épagneul joyeux de retrouver son maître » - Elle
  • Quand Griffet qui cherchait à se planquer près des lavabos a vu tout ça, il en est devenu dingue : ses « précieux » illustrés volés « à prix d’or » à la librairie du coin. On n’avait pas grand-chose et ce qui était à nous était à nous, merde alors ! Fallait pas pousser mémère dans les orties, comme on disait.
    Alain Sasson — Coups de sang

Traductions du mot « planquer »

Langue Traduction
Anglais hide
Espagnol esconder
Italien nascondere
Allemand ausblenden
Chinois 隐藏
Arabe إخفاء
Portugais ocultar
Russe скрывать
Japonais 隠す
Basque ezkutatu
Corse ammuccià
Source : Google Translate API

Synonymes de « planquer »

Source : synonymes de planquer sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot planquer au Scrabble ?

Nombre de points du mot planquer au scrabble : 19 points

Planquer

Retour au sommaire ➦