La langue française

Plaider

Sommaire

  • Définitions du mot plaider
  • Étymologie de « plaider »
  • Phonétique de « plaider »
  • Citations contenant le mot « plaider »
  • Images d'illustration du mot « plaider »
  • Traductions du mot « plaider »
  • Synonymes de « plaider »

Définitions du mot plaider

Trésor de la Langue Française informatisé

PLAIDER, verbe

I. − Empl. intrans.
A. − [Le suj. désigne une pers.]
1. Contester quelque chose en justice; porter une contestation devant les tribunaux. Il donne tout au musée de l'État. Or, on ne peut plaider contre l'État!... Le testament est inattaquable (Balzac, Cous. Pons, 1847, p.262).Si vous aviez été là... Vous auriez vu qu'il n'y avait pas moyen de causer affaire avec ces gens-là... Ils vont plaider du reste (Meilhac, Halévy, Boule, 1875, ii, 8, p.62):
1. −Enfin, demanda maman, est-il légalement possible de posséder un terrain et de ne pas pouvoir y entrer? −Non, sans doute. Mais il faudra plaider. Ça coûtera les yeux de la tête: dix fois la valeur du terrain. Et ça durera vingt-cinq ans. Duhamel, Terre promise, 1934, p.141.
2. Soutenir les droits d'une partie devant les juges, développer oralement ou par écrit, les arguments de quelqu'un devant le tribunal. En Autriche et dans le reste de l'Allemagne on plaide toujours par écrit, et jamais à haute voix (Staël, Allemagne, t.1, 1810, p.100):
2. Le premier jour où on lui donna la parole, il l'avait gardée pendant trois heures, ce qui était un signe de force; encore quelques essais, et il aurait pu plaider cinq heures durant, sans faiblir, sans demander grâce. Or, cinq heures consécutives, soutenues d'un seul trait, semblent être la limite de l'art oratoire, les colonnes d'Hercule de la discussion judiciaire. Deux heures d'haleine constituent l'avocat médiocre; cinq heures le parfait avocat. Reybaud, J. Paturot, 1842, p.106.
3. P. anal. Parler en faveur de quelqu'un, de quelque chose; prendre la défense d'une cause, développer des arguments en sa faveur. Un jeune homme, mon cousin, mon aîné d'une douzaine d'années (...) plaida pour que j'obtinsse d'aller à Paris (Barrès, Cahiers, t.14, 1923, p.277).Cette étude sur Rousseau sera donc ingrate (...) Au reste, je plaide, et rien ne vaut un avocat qui apporte des dates et des faits (Cocteau, Poés. crit. I, 1959, p.274):
3. Ivan Karamazov (...) dans son premier mouvement, au moins, loin de plaider pour le mal, (...) plaide pour la justice qu'il met au-dessus de la divinité. Il ne nie donc pas absolument l'existence de Dieu. Il le réfute au nom d'une valeur morale. Camus, Homme rév., 1951, p.76.
B. − [Le suj. ne désigne pas une pers.] Être favorable à quelqu'un, à quelque chose; jouer en faveur de quelqu'un, de quelque chose; démontrer; donner une bonne impression, établir une présomption favorable. [Les arbres] étaient en pleine venue, bons à couper, arrivés à terme, mais, pour tout homme de coeur, leur beauté, leur situation plaidaient (La Varende, Gentilsh., 1948, p.303).Son teint plaidait pour sa pureté (H. Bazin, Lève-toi, 1952, p.81):
4. george: La main de votre fille est tout ce qui m'importe. m. mercier: Ah! voilà les amants! −ardents et généreux! C'est bien! −J'étais ainsi quand j'étais amoureux. Ce trait plaide pour vous d'une façon puissante! Ponsard, Honn. et argent, 1853, V, 2, p.131.
Plaider en faveur de. Démontrer quelque chose; apporter des arguments en faveur de quelque chose. Ces cellules peuvent élaborer une substance fondamentale hyaline et nous verrons (...) qu'un véritable tissu ostéoïde peut se constituer. Ces arguments plaident en faveur de la spécificité des ostéoblastes (J. Verne, Vie cellul., 1937, p.89).
II. − Empl. trans.
A. − [Pour un avocat] Défendre, soutenir une affaire en justice. Plaider un procès. Il me sera impossible de prendre la parole d'aujourd'hui en huit. Je pars lundi pour Carcassonne, où je plaide le procès Baloche (Courteline, Client sér., 1897, 3, p.37).Camille conta qu'il devait repartir pour Paris sur-le-champ, parce qu'un de ses amis lui offrait de plaider une affaire fort importante à la rentrée du Palais: il fallait qu'il la prépare (Drieu La Roch., Rêv. bourg., 1937, p.68).
Empl. pronom. passif. Le 13, le procès se plaida et fut gagné (Duranty, Malh. H. Gérard, 1860, p.312).
Plaider une cause. Exposer les faits à l'audience, invoquer des moyens de défense, développer des arguments devant les juges. Deux messieurs, dont l'un disait à l'autre: «À l'heure actuelle, il n'y a pas au Palais un avocat foutu de plaider une cause comme Antoine a plaidé hier!» (Goncourt, Journal, 1890, p.1286).Avec la fougue têtue qu'on met à plaider les causes indéfendables, elle poursuivit (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p.289).
P. anal. Qui que vous soyez, ne remettez jamais à un autre les intérêts de votre coeur; le coeur seul peut plaider sa cause (Constant, Adolphe, 1816, p.76).Il dicta donc, mot pour mot, le texte d'une interview, plaidant, une fois de plus, sa cause avec chaleur (Duhamel, Combat ombres, 1939, p.226).
B. − Expr. et loc.
1. Vx. Plaider qqn. Lui faire un procès. Il a été obligé de plaider son tuteur pour lui faire rendre compte. Si vous ne me satisfaites pas, je serai contraint de vous plaider (Ac.1798-1878).
2. DROIT
a) Plaider coupable/non coupable. Fonder sa défense, une plaidoirie sur la reconnaissance/non reconnaissance de la culpabilité.
P. métaph. Le contrôleur me secouait. «Votre billet!» Il me fallait reconnaître que je n'en avais pas. Ni d'argent pour acquitter sur place le prix du voyage. Je commençais par plaider coupable (Sartre, Mots, 1964, p.90).
b) Plaider + subst.Fonder la défense sur un fait, un moyen. Plaider les circonstances atténuantes. L'avocat venait de plaider la folie, appuyant les deux délits l'un sur l'autre pour fortifier son argumentation (Maupass., Contes et nouv., t.2, Denis, 1883, p.850).Un avocat, moi j'en ai un sous la main! (...) dit Lucie (...) Nous avons étudié l'affaire ensemble, en long et en large. Il dit que la seule solution, c'est que Mercier plaide l'agent double (Beauvoir, Mandarins, 1954, p.472).
P. anal. Au lieu d'alléguer simplement (...) que Dreyfus n'a pas été jugé suivant les formes légales, ainsi que cela paraît évident, Le Figaro a plaidé l'innocence du condamné (Clemenceau, Iniquité, 1899, p.74).Barois: Et, s'il y avait des erreurs... qui fussent utiles (...) Est-ce que ces erreurs-là (...) ne ressembleraient pas singulièrement à des vérités? (...) Dalier (sourire imperceptible): J'avoue que je suis surpris, monsieur, de vous entendre plaider le droit à l'erreur (Martin du G., J. Barois, 1913, p.502).
c) Plaider au fond. Plaider le fond de l'affaire, du procès (v. fond III C 4). (Ds Lar. Lang. fr.).
3. Proverbe, fam. Plaider le faux pour savoir le vrai. Dire à quelqu'un quelque chose de faux pour l'amener à réagir et à dire la vérité, à dévoiler sa pensée. On ne taquine pas même son meilleur ami à propos d'une femme qui est sa maîtresse... Pas plus qu'on ne s'amuse à inquiéter la femme (...). Dans ces cas-là, plus on en sait, plus on se tait. Ne croyez pas non plus que je sois en train de plaider le faux pour savoir le vrai (Romains, Hommes bonne vol., 1939, p.177).
4. Arg. du Palais. Plaider la ficelle. ,,Avoir recours dans une plaidoirie à une ruse pour détourner l'attention du point principal en abordant un sujet étranger au cas`` (France 1907; ds Delvau Suppl. 1883).
C. − Au fig. Défendre quelqu'un, soutenir une cause, exposer des motifs, des arguments en sa faveur. On n'emploie l'autorité et la voix de la nation que pour plaider les intérêts du clergé et de la noblesse (Delécluze, Journal, 1825, p.81).L'abbé continuait, plaidant les raisons qui devaient la décider au mariage (Zola, Page amour, 1878, p.873).
REM. 1.
Plaidant, -ante, part. prés. adj.,dr. Qui plaide. Avocat plaidant (v. avocat1); avoué* plaidant. Il est une formule de conciliation supérieure aux utopies socialistes et aux théories tronquées de l'économie politique, et qu'il s'agit de découvrir. Que font, dans cette occurrence, les parties plaidantes? (Proudhon, Syst. contrad. écon., t.1, 1846, p.50).
2.
Plaidoyable, adj.,vx, dr. ,,Il se dit des jours d'audience, des jours où l'on peut plaider. Il fut assigné au premier jour plaidoyable`` (Ac. 1835, 1878).
Prononc. et Orth.: [plεde], [ple-], (il) plaide [plεd]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.A. Intrans. 1. ca 1100 plaider «tenir ses assises, faire siéger la cour» (Roland, éd. J. Bédier, 2667); 2. a) ca 1100 «participer à un procès, défendre une partie au tribunal» part. passé plaidet (ibid., 3933); b) ca 1590 en gén. «défendre, parler en faveur de» (Montaigne, Essais, III, XII, éd. P. Villey, p.1044); c) 1751 (le suj. est un inanimé) «témoigner, être un signe en faveur de» (Prevost, Clarisse Harlove, Londres, 1751, t.1, p.187); 3. 1174-76 «intenter un procès» (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 1701 ds T.-L.). B. Trans. 1. ca 1240 «parler au tribunal pour (un cas, une affaire) ici, par image en parlant de la Vierge» (Guillaume de Normandie, Joies N.-D., 868, ibid.); 2. a) 1690 en gén. «défendre, parler en faveur de» (Fur.); b) 1734 (le suj. est un inanimé) «être favorable à, défendre» (Marivaux, Le Paysan parvenu, p.26); 3. 1254 «assigner en justice» (Rutebeuf, Discorde Université et Jacobins, 59 ds OEuvres, éd. E. Faral, et J. Bastin, t.1, p.241); 4. 1789 plaider le faux pour savoir le vrai (Les Poissardes à la Reine, 4 ds Quem. DDL t.19, s.v. argoté); 1835 (Ac.: En termes de Palais, Plaider un fait, un moyen, Avancer, soutenir un fait, employer, faire valoir un moyen en plaidant [...]). C. 1. 1278 subst. plaidant (Ord. de Phil. le Hardi, § 7, ap. Ch.-V. Langlois, Textes relatifs à l'hist. du Parlement, p.96 ds Gdf. Compl.); 2. 1538 adj. advocat plaidant (Est., s.v. oro); 1585 parties plaidantes (Du Fail, Contes et Discours d'Eutrapel, OEuvres facétieuses, éd. J. Assézat, t.2, p.25). Dér. de plaid1*; dés. -er. Cf. le lat. médiév. placitare aux sens de «tenir une assemblée du royaume, tenir un plaid» (viiie-ixes.), «assister à un plaid, comparaître en justice» (xiies.) et «plaider, assurer la défense de (une cause)» (xies.) ds Nierm. Fréq. abs. littér.: 850. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1424, b) 1324; xxes.: a) 973, b) 1100.
DÉR.
Plaiderie, subst. fém.,vx. Action de plaider. Ce bruit ne dit rien et n'est rien. Peut-être noie-t-il ces discours murmurés, cette plaiderie tout bas que chacun fait à soi, ce heurt du oui et du non (Alain, Propos, 1928, p.794). [plεdʀi]. 1reattest.1remoit. xives. (Advocacie Notre-Dame, ms. f. 525 de Dijon, éd. H. Omont, vers 2489 ds Romania t.34, p.370); de plaider, suff. -erie*.
BBG.Quem. DDL t.20. _Verreault (C.). Les Adj. en, -able en franco-québécois. Trav. Ling. québécoise. 1979, no3, p.191 (s.v. plaidoyable).

Wiktionnaire

Verbe

plaider \ple.de\ ou \plɛ.de\ intransitif, transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Droit) Contester en justice.
    • Il y a dix ans qu’ils plaident l’un contre l’autre.
    • Ils plaident pour le partage d’une succession.
    • Il s’est ruiné à plaider.
    • Je ne sais quel biais ils ont imaginé,
      Ni tout ce qu'ils ont fait ; mais on leur a donné
      Un arrêt par lequel, moi vêtue et nourrie,
      On me défend, monsieur, de plaider de ma vie.
      — (Jean Racine, Les Plaideurs, I, sc. 7, 1668)
  2. Défendre ou soutenir de vive voix la cause ou le droit d’une partie devant les juges.
    • Il plaide pour un tel contre un tel.
    • Dans sa carrière, Nasrin Sotoudeh a plaidé pour de nombreuses Iraniennes qui ont enlevé leur voile dans la rue. — (Iran : le barreau de Paris soutient l'avocate Nasrin Sotoudeh et "ne la laissera pas tomber", francetvinfo.fr, 13 mars 2019)
    • (Figuré) Cette action plaide en sa faveur, C’est un argument en sa faveur, c’est une bonne note pour lui.
  3. Défendre ; soutenir.
    • J’étais resté ardemment aziziste, et mes fonctions au « Temps » me donnaient accès, en une certaine mesure, au Quai d'Orsay, j'en profitais pour aller plaider la cause du sultan légitime. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 165)
    • Il plaide fort bien sa cause.
    • Il a bien plaidé une mauvaise cause.
    • J’ai été obligé de plaider moi-même ma cause.
  4. (Droit) Avancer, soutenir un fait, employer, faire valoir un moyen en plaidant.
    • Le fait que cet avocat a plaidé n’est pas exact.
    • On a plaidé que...
    • Plaider innocent, se dire innocent.
    • Plaider coupable, reconnaître la culpabilité en se faisant fort de l’excuser ou de l’atténuer.
    • Plaider le faux pour savoir le vrai, dire à quelqu’un une chose qu’on sait être fausse, pour tirer de lui le secret de la vérité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLAIDER. v. intr.
Contester quelque chose en justice. Il y a dix ans qu'ils plaident l'un contre l'autre. Ils plaident pour le partage d'une succession. C'est un mauvais métier que de plaider. Il s'est ruiné à plaider. Il signifie aussi Défendre, soutenir de vive voix la cause, le droit d'une partie devant les juges. Il plaide pour un tel contre un tel. Votre avocat a fort bien plaidé. Il plaide avec chaleur, avec action, avec véhémence. Fig., Cette action plaide en sa faveur, C'est un argument en sa faveur, c'est une bonne note pour lui.

PLAIDER est aussi transitif et signifie Défendre, soutenir. J'ai été obligé de plaider moi-même ma cause. Plaider une cause se dit, figurément et en général, de Celui qui prend la défense de quelqu'un, ou qui appuie de raisons l'opinion qu'il soutient. Il plaide fort bien sa cause. Il a bien plaidé une mauvaise cause. En termes de Palais, Plaider un fait, un moyen, Avancer, soutenir un fait, employer, faire valoir un moyen en plaidant. Le fait que cet avocat a plaidé n'est pas exact. On a plaidé que, On a avancé en plaidant que. Plaider innocent, Plaider l'innocence. Plaider coupable, Reconnaître la culpabilité en se faisant fort de l'excuser ou de l'atténuer. Fig. et fam., Plaider le faux pour savoir le vrai, Dire à quelqu'un une chose qu'on sait être fausse, pour tirer de lui le secret de la vérité.

Littré (1872-1877)

PLAIDER (plè-dé) v. n.
  • 1Contester quelque chose en justice. Depuis qu'il est des lois, l'homme pour ses péchés Se condamne à plaider la moitié de sa vie, La Fontaine, Fabl. XII, 27. C'est être damné dès ce monde que d'avoir à plaider, Molière, Fourber. II, 8. Mais vivre sans plaider, est-ce contentement ? Racine, Plaid. I, 7. L'on n'entend… que des mots d'exploit, de saisie, d'interrogatoire, de promesse, et de plaider contre sa promesse, La Bruyère, XI. Conseillez-vous au palais, en Sorbonne ; Puis, quand vos cas seront bien décidés, Accordez-vous, si votre affaire est bonne ; Si votre cause est mauvaise, plaidez, Rousseau J.-B. Épigr. II, 17. Je parierais que cet homme-là plaide en séparation, Delavigne, Cons. rapp. I, 1.
  • 2Défendre, soutenir de vive voix la cause d'une partie devant les juges. Vraiment il plaide bien, Racine, Plaid. III, 3. Quand on a ainsi distingué l'éloquence du barreau de la fonction de l'avocat, et l'éloquence de la chaire du ministère du prédicateur, on croit voir qu'il est plus aisé de prêcher que de plaider, et plus difficile de bien prêcher que de bien plaider, La Bruyère, XV.

    Fig. Quand mon esprit, poussé d'un courroux légitime, Vint devant la raison plaider contre la rime, Boileau, Épître X. Une conscience qui plaide au dedans de vous pour la foi, Massillon, Avent, Délai. Je plaide pour le pauvre et contre les tyrans, Chénier M. J. Gracques, II, 3.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

  • 3 V. a. Soutenir, par devant la justice, une affaire, une contestation. Votre avocat ne se trouvera point lorsqu'on plaidera votre cause, Molière, Fourber. II, 8. Orante plaide depuis dix ans entiers en règlement de juges une affaire juste, capitale, et où il y va de toute sa fortune : elle saura peut-être dans cinq années quels seront ses juges, et dans quel tribunal elle doit plaider le reste de sa vie, La Bruyère, XIV.

    Plaider une cause, se dit en parlant de l'avocat qui soutient le droit ou apprécie les intérêts d'une partie. Nous plaidons son affaire demain, et nous sommes descendus chez M. de la Pommeraie, notre juge rapporteur, Delavigne, Cons. rapp. I, 2.

    Plaider un fait, un moyen, le faire valoir. Plaider l'alibi.

    Plaider que, avancer, soutenir en plaidant, que…

    Fig. Plaider la cause, prendre la défense. Je n'ai pas besoin d'un ministre officieux ; toute l'Angleterre plaide notre cause [le culte des saints], puisqu'elle célèbre comme nous le culte des saints, Bossuet, Avert. repr. d'idol. 29. Là de l'humanité je plaiderai la cause, Chénier M. J. Fén. III, 2.

    Fig. Plaider les causes perdues, soutenir une mauvaise cause. On ne plaide guère devant le public que les causes perdues, ou du moins équivoques, et on se met peu en peine d'étayer son droit par de froids préceptes, quand on se sent en état de gagner son procès par des exemples, D'Alembert, Éloges, Lamotte.

    Familièrement et fig. Plaider le faux pour savoir le vrai, dire à quelqu'un une chose fausse pour lui faire avouer la vérité.

  • 4Plaider quelqu'un, lui faire un procès, l'appeler en jugement. Le fils de Mme de Valençai, si malhonnête homme, est mort de maladie, comme il les allait tous plaider, Sévigné, 1er mars 1680. Le moindre d'entre nous, sans argent, sans appui, Eût plaidé le prélat et le chantre avec lui, Boileau, Lutr. III.

    Fig. Plaider quelqu'un, lui chercher querelle. Vous trouverez à dire à tout, et M. de Grignan ne songe, à l'heure qu'il est, qu'à me plaider, Sévigné, 19 janv. 1674.

  • 5Se plaider, v. réfl. Être en procès les uns avec les autres. Leur terre près du Mans pour laquelle ils se plaident, Dufresny, Réconcil. norm. I, 2.
  • 6Être plaidé. Mon affaire se plaide aujourd'hui.

HISTORIQUE

XIe s. …ad Ais où Charles seult plaider [tenir le plaid], Ch. de Rol. CLXXXIX.

XIIe s. Au parlement sur Muese… Où Franc et Saisne furent ajorné por plaidier, Pour la destroite guerre finer et apaier, Sax. IV. Dunc li voleit li reis des clers faire plaidier ; Mais li barun li unt fait tut cel plait laissier, Th. le mart. 39. Ceste grant guerre dont m'oés ci plaidier [dont vous m'entendez ici parler], Raoul de Camb. 146.

XIIIe s. Sire, dist Pierres de Douay, qu'alés vous chi plaidant ? H. de Valenciennes, VII. S'il avient qu'aucuns clers ou aucune religions [couvent] pledent à aucune personne, par devant le [la] justice de sainte Eglise, Beaumanoir, XI, 6.

XIVe s. Le quel varlet commença à rioter et plaidoier [chercher querelle] avec Jehan Guiot, et desmentirent l'un l'autre, Du Cange, placitare. Le suppliant se apoya à l'uis d'un mercier voisin de son pere, à la femme duquel mercier et à son varlet il plaidoit et s'esbatoit, Du Cange, ib. Selon ce qu'ils auront lor raison commencie, Nous leur responderons amour ou felonie ; Car quanque nous disons, c'est plaidié sans partie, Guesclin. 21008. Et cil qui congnoissoient Bertran le bon guerrier Disoient : taisez-vous et n'en veilliez plaidier [mal parler] ; Il n'a en tout le monde nul meilleur chevalier, ib. 13697.

XVe s. Le debat avoit esté plaidoyé devant luy par plusieurs fois, Commines, V, 17.

XVIe s. Disant misere estre compaigne de procez, et gens plaidoyens miserables, Rabelais, Garg. I, 20. Et y a moins de mal souvent à perdre sa vigne, qu'à la plaider, Montaigne, III, 48. L'obeissance n'est jamais pure en celuy qui raisonne et qui plaide, Montaigne, III, 64. Mais quand ce vint à plaider la cause [de Manlius], la veue du Capitole feit grande nuisance aux accusateurs, Amyot, Cam. 62. Plorant à chauldes larmes, pendant que la cause se plaidoit, Amyot, Péric. 60. Trop plaidoyer fait mendier, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 429. Dom Arbre logea son camp à Avignon vis à vis de la Roque, et là demeura trois jours, plaidant s'il me viendroit attaquer ou non ; à la fin il print party de se retirer, Montluc, Mém. t. I, p. 582, dans LACURNE. Jamais ne gaigne qui plaide son seigneur, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PLAIDER, v. act. (Jurisprud.) signifie soutenir une contestation en justice, ce qui s’applique non seulement aux plaidoiries proprement dites ou affaires d’audience, mais aussi aux instances & procès par écrit. Voyez Plaid, Plaidoyable, Plaidoyer. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « plaider »

Wallon, plaitî ; provenç. plaidejar, plaideiar, playejar, plaegar ; catal. pledejar ; espagn. pleitar ; ital. piateggiare, piatire ; du bas-latin, placitare, de placitum, plaid. L'ancienne langue disait aussi plaidier, plaidoier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Dénominal de plaid, apparenté à plaire qui s'utilise encore en terme de procédure : plaise à la cour… ; le latin placitare[1] est le fréquentatif de placere qui nous donne plaire et s'utilise en latin médiéval au sens de « plaider ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « plaider »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
plaider plede

Citations contenant le mot « plaider »

  • Le Coeur seul peut plaider sa cause. De Benjamin Constant / Adolphe
  • A plaider contre un mendiant, on gagne des poux. De James Freeman Clarke / Paroemiologia anglo-latina
  • Surtout ne jamais plaider coupable face à un adversaire, même animé des meilleures intentions. De Gilles Martin-Chauffier / Une vrai Parisienne
  • Avocats : ont le jugement faussé à force de plaider le pour et le contre. De Gustave Flaubert / Dictionnaire des idées reçues
  • C'est la politique de Satan de plaider en faveur d'une tolérance infinie et sans bornes. De Thomas Shepard / Sermon
  • L'échec est le début de la réussite à condition de plaider coupable et de le prendre à son compte. De Claude Lelouch / Itinéraire d'un enfant très gâté
  • L'humour est une manière de parler à côté du sujet, de viser exactement, non la cible, mais sa banlieue, de plaider le faux pour dire le vrai. De Jacques Audiberti
  • Entre l'homme et l'animal, il y a cette différence que le premier, ayant reçu l'usage de la parole, peut plaider en vers et en prose, pour les bas instincts qu'il partage avec le second... De Jean Simard / Félix
  • Simone de Beauvoir me l'a répété cent fois, c'est Sartre qui lui a suggéré d'écrire sur les femmes. Elle-même n'en ressentait pas le besoin, elle n'avait jamais été brimée, au contraire, elle était la mascotte de son petit groupe d'agrégés de philo. C'est en étudiant les mythes qui ont fabriqué les carcans de l'oppression des femmes qu'elle est devenue féministe, moi, c'est à partir de mon malheur absolu d'être une fille. Et puis, autre différence, elle n'avait pas besoin de contact affectif, je crois même que ça la gênait dans son emploi du temps ! Pour ma part, j'ai toujours eu besoin d'un ressenti pour avancer, pour plaider...  La Vie.fr, Gisèle Halimi : “Pour bien plaider, j'ai besoin d'un peu de flamme”
  • Oubliée, la «transformation» de la France: le nouveau gouvernement désigné par Emmanuel Macron et son premier ministre, Jean Castex, est d’abord là pour plaider la cause présidentielle et préparer la campagne de 2022. Mission: restaurer l’autorité de l’Etat grâce à l’énergie de Gérald Darmanin, nommé ministre de l’Intérieur; mettre de l’ordre au sein de l’appareil judiciaire ébranlé par une série d’affaires grâce à la détermination de l’avocat très médiatique Eric Dupond-Moretti, nommé garde des Sceaux; et courtiser les milieux artistiques grâce à l’entregent et à la popularité de la revenante Roselyne Bachelot, nommée ministre de la Culture. Des nominations qui ont un point commun: les liens des trois intéressés avec Nicolas Sarkozy, devenu l’un des mentors du locataire de l’Elysée dans cette phase de reconquête du pouvoir, post-crise sanitaire. Le Temps, Un gouvernement pour plaider la cause Macron - Le Temps
  • « C'était notamment le cas le 3 juin dernier, avance Hervé Lecomte, l'un des porte-parole de RESF 92. Ce jour-là, une juge du tribunal pour enfant de Nanterre a ordonné la remise à la rue d'au moins quatre jeunes qui n'ont jamais pu plaider leur cause pour la simple et bonne raison qu'ils n'ont jamais été informés de la tenue de l'audience. Ou alors seulement après coup. Ils n'étaient ni présents, ni représentés par un avocat. » leparisien.fr, Hauts-de-Seine : des mineurs isolés remis à la rue sans avoir pu plaider leur cause - Le Parisien
  • L’avocat pénaliste Eric Dupond-Moretti ne pourra pas plaider dans la longue affaire d’erreur médicale qui avait conduit à la mort d’une patiente à la clinique d’Orthez en 2014 SudOuest.fr, Orthez : Dupond-Moretti garde des Sceaux mais pas de report pour l’affaire Wauters
  • L'avocate Elise Arfi plaidera mardi, devant le juge des libertés et de la détention, le placement sous contrôle judiciaire du rappeur MHD, incarcéré à la Santé depuis janvier 2019. L'artiste est accusé d'avoir participé à une rixe mortelle.  lejdd.fr, INFO JDD. L'avocate du rappeur MHD va plaider mardi sa remise en liberté
  • En dehors de plaider, les avocats sont de bons conseils RiskAssur-hebdo, En dehors de plaider, les avocats sont de bons conseils (par RiskAssur édité par FRANOL Services)

Images d'illustration du mot « plaider »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « plaider »

Langue Traduction
Anglais plead
Espagnol alegar
Italien supplicare
Allemand flehen
Chinois 恳求
Arabe مناشدة
Portugais pleitear
Russe умолять
Japonais 懇願する
Basque plead
Corse avvucà
Source : Google Translate API

Synonymes de « plaider »

Source : synonymes de plaider sur lebonsynonyme.fr
Partager