La langue française

Trépigner

Définitions du mot « trépigner »

Trésor de la Langue Française informatisé

TRÉPIGNER, verbe

A. − Empl. intrans. [Le suj. désigne une pers., un animal] Frapper des pieds sur place à plusieurs reprises, rapidement. Synon. piétiner.Trépigner en chantant, en hurlant; trépigner comme un enfant. Ernst hurlait pour rien; il trépignait, il se roulait de colère: c'était un enfant nerveux, et Louisa avait recommandé à Christophe de ne pas contrarier ses caprices (Rolland, J.-Chr., Aube, 1904, p. 32).
Par pléonasme. Ces heures où jadis elle veillait toute amoureuse, quand trépignant des pieds elle se penchait en dehors pour entendre au bout des rues un galop qui accourait (Flaub., Tentation, 1849, p. 221).
Trépigner de + subst. (exprimant un sentiment).Frapper du pied, s'agiter violemment sous l'effet de (ce sentiment). Trépigner de colère, d'enthousiasme, d'impatience. Les spectateurs noirs, haletant, trépignaient de joie, et resserraient de plus en plus leur cercle autour des deux forcenés (Martin du G., Thib., Belle sais., 1923, p. 999).
P. métaph. Le regard de Renaud dévie sur moi, renseigné et flatteur. Toute mon âme trépigne (Colette, Cl. ménage, 1902, p. 202).Comme tous les matins (...), un accordéon d'aveugle trépigne dans l'aigu (H. Bazin, Mort pt cheval, 1949, p. 130).
En partic. [Le suj. désigne un cheval] Lever et poser rapidement ses sabots sur place, en signe de nervosité. Synon. piaffer.Ses chevaux trépignent et reculent au lieu d'avancer (Chênedollé, Journal, 1833, p. 180).
B. − Empl. trans.
1.
a) Fouler aux pieds, piétiner avec violence. Madame trépigna le tapis et, de plus en plus nerveuse, la bouche pâle, les mains crispées, elle débita très vite:Tu m'agaces... tu m'agaces... tu m'agaces (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p. 351).Les hommes, pour activer le sang, trépignaient le sol dur et se frappaient les mains à travers leurs mitaines de peau de cochon (Guèvremont, Survenant, 1945, p. 111).
P. métaph. Tuez les rois, tuez les nobles (...) abattez, ruinez, massacrez, foulez tout aux pieds, mettez les maximes antiques sous le talon de vos bottes, piétinez le trône, trépignez l'autel, écrasez Dieu (...) Vous êtes des traîtres et des lâches (Hugo, Quatre-vingt-treize, 1874, p. 229).
b) Au fig. Maltraiter en paroles, dire du mal de quelqu'un. Je trouve aussi qu'on me trépigne un peu trop depuis quelque temps; et on est si indulgent pour certains autres! (Flaub., Corresp., 1874, p. 162).
2. Danser en frappant rapidement et sèchement des pieds sur place. Passons sur le lundi (...) pour assister, le mardi, jour de Mars, à une pyrrhique, trépignée avec frénésie par Lifar et deux partenaires (Levinson, Visages danse, 1933, p. 132).
3. Pop., vieilli. Frapper, corriger quelqu'un. Synon. rosser, tabasser, tanner (le cuir).Le vieux Molutor eut beau le calotter [son gamin], le trépigner, le traiter de vaurien (Moreau, Monde prisons, 1887, p. 91).
Empl. pronom. réciproque. Il éventait la bourgeoise, fallait voir! (...) Elle, pas trop bonne non plus, mordait et griffait. Alors, on se trépignait dans la chambre vide, des peignées à se faire passer le goût du pain (Zola, Assommoir, 1877, p. 751).
REM. 1.
Trépignant, -ante, adj.Qui trépigne. Il demeurait ce même petit garçon trépignant qu'elle avait nourri (Mauriac, Genitrix, 1923, p. 353).[P. méton.] Joseph exécuta, sur place, une petite colère trépignante (Duhamel, Combat ombres, 1939, p. 154).
2.
Trépignée, subst. fém.,pop., vieilli. Correction, volée de coups. Synon. dégelée, raclée, tabassée, tannée.On se proposait de se flanquer une trépignée dans la cour du Lion Rouge, une auberge où il y avait un coin dans lequel on pouvait se battre sans être vu (Vallès, J. Vingtras, Enf., 1879, p. 111).
3.
Trépigneuse, subst. fém.,agric. ,,Manège à tablier sans fin, souvent à plan incliné et mû par un cheval ou similaire, pour produire une force motrice`` (St-Riquier-Delp. 1975). Les batteuses avec manège à plan incliné [sont] appelées trépigneuses, tripots ou tripoteuses (Passelègue, Mach. agric., 1930, p. 280).
4.
Trépignis, subst. masc.,hapax. Synon. de trépignement.Raboliot (...) rôdait (...), bien seul maintenant, sans le trépignis tout menu que faisaient près de lui naguère les pattes de la petite noire (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 215).
Prononc. et Orth.: [tʀepiɳe], (il) trépigne [-piɳ]. Ac. 1694, 1718: trepigner; dep. 1740: tré-. Étymol. et Hist. A. Intrans. 1. 1461 « tituber » (Villon, Testament, éd. J. Rychner et A. Henry, 1254); 2. a) 1534 « frapper vivement et nerveusement des pieds contre le sol » (Rabelais, Gargantua, VI, éd. R. Calder et M. A. Screech, p. 55); b) av. 1577 trépigner de « avoir une extrême envie de » (Monluc, Commentaires, II, 94 ds Gdf. Compl.); 3. 1678 d'un cheval (Guillet, 1repart.). B. Trans. 1. 1576 « fouler » (R. Belleau, L'Améthyste ds Œuvres poét., éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 2, p. 170); 2. 1865 « maltraiter en paroles, médire de » (Goncourt, Journal, p. 231); 3. 1867 « accabler de coups » (Delvau). Dér., à l'aide du suff. -igner, var. de -iner*, de l'anc. verbe treper « frapper du pied, sauter » (ca 1160-74, Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 7330), empr. au germ. *trippôn « sauter », cf. le b. all. trippen, trippeln et l'all. trippeln «trottiner», ainsi que le néerl. trippelen « id. ». Fréq. abs. littér.: 196. Bbg. Klein Vie paris. 1976, p. 234.

Wiktionnaire

Verbe

trépigner intransitif ou transitif \tʁe.pi.ɲe\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Intransitif) Frapper des pieds contre terre, d’un mouvement vif et rapide.
    • Les mousses se balancèrent dans les cordages, les matelots jetèrent leurs bonnets en l’air, les canonniers trépignèrent des pieds, chacun s’agita, hurla, siffla, jura. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Un rire immense secoua la classe, et Galliano (rachetant sa faiblesse) en profita pour trépigner rapidement sur la caisse de résonance des gradins de bois, sans le moindre frémissement de son torse (ce qui prouvait un sérieux entraînement), et il obtint un magnifique roulement de tonnerre. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 292)
  2. (Transitif) Piétiner.
    • Une propriété non moins précieuse, c'est la faculté qu'elles ont de se conserver long-temps sans se corrompre, lors même qu'elles sont exposées à toute l'action du soleil dans des mares servant d'abreuvoirs, appelées pouzeraques, où elles sont continuellement trépignées et salies par le bétail. — (M. de Rivière, « Mémoire sur la Camargue », dans les Annales de l'agriculture française, 2e série, tome 34, Paris : chez Madame Huzard, avril 1826, p. 81)
    • Dans ses accès de colère, je l’ai vue rouer sa négresse de coups de cravache, la jeter par terre, la trépigner. — (Alphonse Daudet, Le petit Chose, 1868, réédition Le Livre de Poche, page 216)
    • Là, un champ labouré n’avait pas été ensemencé ; ici, une pièce de blé était trépignée par les bêtes ; […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 418 de l’éd. de 1921)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TRÉPIGNER. v. intr.
Frapper des pieds contre terre, d'un mouvement vif et rapide. Il trépigne de colère, d'impatience. Ce cheval ne fait que trépigner.

Littré (1872-1877)

TRÉPIGNER (tré-pi-gné) v. n.
  • 1Frapper vivement des pieds contre terre. Plusieurs voix confuses d'hommes et de femmes étaient mêlées au bruit sourd de plusieurs pieds nus qui trépignaient dans la chambre, Scarron, Rom. com I, 12. Il trépigne de joie, il pleure de tendresse, Boileau, Art p. I. Lorsqu'on l'approche [le porc-épic de Malaca], il trépigne des pieds, et vient, en s'enflant, présenter ses piquants qu'il hérisse et secoue, Buffon, Quadrup. t. XIII, p. 124. Ils [les chevaux] se cabrent, ils hennissent, ils trépignent, comme s'ils étaient impatients d'une gloire qu'ils vont obtenir à eux seuls, sans que l'homme les dirige, Staël, Corinne, IX, 1.

    Trépigner de, avec un infinitif, avoir une extrême envie de. Toute l'Allemagne trépignait de danser, J. Bruslé, Lucien en belle humeur, t. II, p. 257, dans POUGENS.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

  • 2 V. a. Trépigner les laines, en mêler les couleurs.

    Fouler la terre.

HISTORIQUE

XVe s. Comme homme embu qui chancelle et trepigne, Villon, Grand test. Ball.

XVIe s. Le president les fit mettre en pieces toutes [des femmes] et trepigner les enfans qui sortoient du ventre des enceintes, D'Aubigné, Hist. I, 74. Par tel ordre les canetons eviteront le peril d'estre trepignés par les personnes et bestes, De Serres, 378. J'ay un agir trepignant où la volonté me charrie ; mais cette poincte est ennemye de perseverance, Montaigne, IV, 172.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRÉPIGNER, (Maréchal.) un cheval qui trépigne, est celui qui bat la poudre avec les piés de devant, en maniant sans embrasser la volte, & qui fait ses mouvemens courts, près de terre, sans être assis sur les hanches. Les chevaux qui n’ont pas les épaules souples & libres, & qui avec cela n’ont guere de mouvement, ne font que trépigner : un cheval peut trépigner, même en allant droit.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « trépigner »

Dérivé de l'anc. verbe treper, triper, sauter, danser ; provenç. trepar, qui est commun à plusieurs langues : néerlandais, trippen ; allem. trippeln ; angl. trip ; kimry, tripio ; bas-bret. tripa. Le bourguignon dit trebillai, trepillai, se trémousser.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dérivé avec le suffixe -igner de l’ancien français treper (« frapper du pied, sauter »), emprunté à l’ancien bas vieux-francique *treppan (« sauter ») (Voyez le moyen néerlandais trepelen), apparenté à l’anglais vieilli trape, et par apophonie, au néerlandais trippen, au suédois trappa.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « trépigner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
trépigner trepinje

Citations contenant le mot « trépigner »

  • Une aventure qui la fait trépigner d’impatience puisqu’il s’agira d’une première grande compétition depuis belle lurette.  Le Journal de Montréal, Céleste Dao lorgne le Maryland | Le Journal de Montréal
  • Une parenthèse simplement musicale, sans tournée prévue.. Ce qui n'empêche pas Jeanne Added de trépigner en attendant septembre et la reprise, normalement, de sa tournée intimiste "Both Sides" stoppée par le confinement. Au pire, elle pourra toujours, encore, retourner en studio. Franceinfo, Jeanne Added, une surprise et beaucoup d'air
  • Remonté à bloc, le quadra avoue avoir eu envie de participer à toutes les épreuves et trépigner d’impatience à chaque fois qu’il avait à passer son tour, laissant sa place à ses coéquipiers, à savoir l’ex-miss Camille Cerf, Miss France 2020, Clémence Botino, le chanteur Tom Leeb et l’humoriste Booder. DH Les Sports +, Claude de Koh-Lanta, héros blessé à Fort Boyard ce samedi: "Le médecin a dû intervenir et lui remettre le doigt en place" - DH Les Sports+
  • Ces rentrées en cours de jeu de Hassen sont dans les mémoires de tous les supporteurs clubistes. Le scénario était immuable. Au début de la deuxième mi-temps, le public commençait à trépigner d’impatience en réclamant l’entrée de « Hassouna » sur le terrain. Webdo, Hassen Bayou : Grinta, tirs flottants et buts en or

Images d'illustration du mot « trépigner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « trépigner »

Langue Traduction
Anglais stamp
Espagnol sello
Italien francobollo
Allemand stempel
Chinois 邮票
Arabe ختم
Portugais carimbo
Russe печать
Japonais 切手
Basque zigilua
Corse bolla
Source : Google Translate API

Synonymes de « trépigner »

Source : synonymes de trépigner sur lebonsynonyme.fr

Trépigner

Retour au sommaire ➦

Partager