La langue française

Pantalonnade

Sommaire

  • Définitions du mot pantalonnade
  • Étymologie de « pantalonnade »
  • Phonétique de « pantalonnade »
  • Citations contenant le mot « pantalonnade »
  • Traductions du mot « pantalonnade »
  • Synonymes de « pantalonnade »

Définitions du mot pantalonnade

Trésor de la Langue Française informatisé

PANTALONNADE, subst. fém.

A. −
1. Farce burlesque, faite de plaisanteries grossières et gauloises d'un goût douteux. La pantalonnade entra au théâtre de l'hôtel de Bourgogne avec Turlupin, Gautier-Garguille, Gros-Guillaume (Lar. 19e).
P. métaph. On n'y prouvait pas la divinité de Jésus-Christ par Mahomet ou par la bataille de Marengo. Ces pantalonnades théologiques, qu'on faisait applaudir à Notre-Dame, à force d'aplomb et d'éloquence, n'avaient aucun succès auprès de ces sérieux chrétiens (Renan,Souv. enf.,1883, p.216).
2. Synon. de boufonnerie, farce (v. ce mot B 1).La Mort est variée à l'infini, mais toujours bouffonne à l'instar de la vie, qui n'est qu'une sérieuse pantalonnade (Chateaubr.,Mém., t.4, 1848, p.109).Tringle qui, manifestement, se croit changé en papillon, s'élance et voltige dans la pièce (...) c'est (...) toute une floraison de pantalonnades, chahuts, gamineries, etc. (Courteline,Conv. Alceste, M. Tringle, 1926, II, p.157).
B. − Attitude, comportement, discours ridicule ou hypocrite destiné à tromper, à égarer et qui ne peut être pris au sérieux. Ses écrits prétendus sérieux me donnent une insurmontable fatigue, car l'espièglerie simulant la profondeur, impatiente comme toutes les prétentions burlesques, sans amuser comme les drôleries pures. Cette sagesse feinte n'est que pantalonnade (Amiel,Journal,1866, p.130).Sans s'arrêter aux pantalonnades des faux patriotes qui prétendent fonder notre puissance militaire sur l'infatuation d'une ignorance galonnée et sur l'universelle domination du mensonge (Clemenceau,Vers réparation,1899, p.56).Le Mort Vivant (...) s'achève en assez médiocre pantalonnade (Gide,Journal,1905, p.173).
Prononc. et Orth.: [pɑ ̃talɔnad]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1613 pantalonade synon. de mascarade* (Fanfares des Roule Bontemps, p.72 ds Hug.); 1631 pantalonnade «sorte de danse bouffonne» (Saint-Amant, Le Melon, 158 ds OEuvres, éd. J. Lagny, t.2, p.22); av. 1679 au fig. «comédie bouffonne» (Cardinal de Retz, Mém., éd. A. Feillet, t.2, p.236). Dér. de pantalon*; suff. -ade*. Fréq. abs. littér.: 21.

pantalonnade, -

Trésor de la Langue Française informatisé

PANTALONNADE, subst. fém.

A. −
1. Farce burlesque, faite de plaisanteries grossières et gauloises d'un goût douteux. La pantalonnade entra au théâtre de l'hôtel de Bourgogne avec Turlupin, Gautier-Garguille, Gros-Guillaume (Lar. 19e).
P. métaph. On n'y prouvait pas la divinité de Jésus-Christ par Mahomet ou par la bataille de Marengo. Ces pantalonnades théologiques, qu'on faisait applaudir à Notre-Dame, à force d'aplomb et d'éloquence, n'avaient aucun succès auprès de ces sérieux chrétiens (Renan,Souv. enf.,1883, p.216).
2. Synon. de boufonnerie, farce (v. ce mot B 1).La Mort est variée à l'infini, mais toujours bouffonne à l'instar de la vie, qui n'est qu'une sérieuse pantalonnade (Chateaubr.,Mém., t.4, 1848, p.109).Tringle qui, manifestement, se croit changé en papillon, s'élance et voltige dans la pièce (...) c'est (...) toute une floraison de pantalonnades, chahuts, gamineries, etc. (Courteline,Conv. Alceste, M. Tringle, 1926, II, p.157).
B. − Attitude, comportement, discours ridicule ou hypocrite destiné à tromper, à égarer et qui ne peut être pris au sérieux. Ses écrits prétendus sérieux me donnent une insurmontable fatigue, car l'espièglerie simulant la profondeur, impatiente comme toutes les prétentions burlesques, sans amuser comme les drôleries pures. Cette sagesse feinte n'est que pantalonnade (Amiel,Journal,1866, p.130).Sans s'arrêter aux pantalonnades des faux patriotes qui prétendent fonder notre puissance militaire sur l'infatuation d'une ignorance galonnée et sur l'universelle domination du mensonge (Clemenceau,Vers réparation,1899, p.56).Le Mort Vivant (...) s'achève en assez médiocre pantalonnade (Gide,Journal,1905, p.173).
Prononc. et Orth.: [pɑ ̃talɔnad]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1613 pantalonade synon. de mascarade* (Fanfares des Roule Bontemps, p.72 ds Hug.); 1631 pantalonnade «sorte de danse bouffonne» (Saint-Amant, Le Melon, 158 ds OEuvres, éd. J. Lagny, t.2, p.22); av. 1679 au fig. «comédie bouffonne» (Cardinal de Retz, Mém., éd. A. Feillet, t.2, p.236). Dér. de pantalon*; suff. -ade*. Fréq. abs. littér.: 21.

pantalonnade, -

Wiktionnaire

Nom commun

pantalonnade \pɑ̃.ta.lɔ.nad\ féminin

  1. Bouffonnerie, postures comiques, semblables à celles d’un pantalon, d’un farceur.
    • Les parades bien plus réjouissantes des courtisans étaient restées sans effet […] sans que tant de merveilleuses pantalonnades pussent seulement éclaircir son beau front. — (Charles Deulin, « Les Trentes-Six Rencontres de Jean du Gogué », in Cambrinus et autres Contes, XIXe siècle)
  2. (Par extension) Subterfuge ridicule pour sortir d’embarras.
    • Il s’en est tiré par une pantalonnade.
  3. Fausse démonstration de joie, de douleur, de bienveillance.
    • Tout plutôt que cette pantalonnade au nom d'un passé légendaire et d'un pays perdu ! — (Henri Troyat, Aliocha, Flammarion, 1991, p. 103)
    • Sa joie, sa douleur, l’intérêt qu’il feint de porter à votre affaire n’est qu’une pantalonnade.
    • Le deuil qu’il affiche est une sinistre pantalonnade.
  4. Fausse démonstration de connaissances.
    • On n’y prouvait pas la divinité de Jésus-Christ par Mahomet ou par la bataille de Marengo. Ces pantalonnades théologiques, qu’on faisait applaudir à Notre-Dame, à force d’aplomb et d’éloquence, n’avaient aucun succès auprès de ces sérieux chrétiens. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 126.)
  5. Réalisation pitoyable.
    • [...], c’était un endroit artificiel, recréé, à l’écart des flux authentiques du commerce mondial, une pure pantalonnade touristique. — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, page 273.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PANTALONNADE. n. f.
Bouffonnerie, postures comiques, semblables à celles d'un pantalon, d'un farceur. Il est venu faire une pantalonnade, une plaisante pantalonnade. Il signifie, par extension, Subterfuge ridicule pour sortir d'embarras. Il s'en est tiré par une pantalonnade. Il signifie aussi Fausse démonstration de joie, de douleur, de bienveillance. Sa joie, sa douleur, l'intérêt qu'il feint de porter à votre affaire n'est qu'une pantalonnade. Le deuil qu'il affiche est une sinistre pantalonnade.

Littré (1872-1877)

PANTALONNADE (pan-ta-lo-na-d') s. f.
  • 1Bouffonnerie et postures comiques semblables à celles d'un Pantalon. Il est venu faire une plaisante pantalonnade. Cela posé, notre ami Benserade N'eût-il pas fait beaucoup plus sagement De s'en tenir à la pantalonnade ? Chaulieu, Rond. sur Benser.
  • 2Subterfuge ridicule. Un honnête homme eût mieux aimé que vous [Mazarin] lui eussiez dit : j'ai eu tort de vous promettre, que d'ajouter au manquement de parole des pantalonnades pour vous jouer des malheureux, Fénelon, Dial. des morts mod. 19.
  • 3Fausse démonstration de joie, de douleur, de morale. Il y a un malheur à ce Mahomet [la tragédie], c'est qu'il finit par une pantalonnade ; mais Lekain dit si bien : Il est donc des remords ! Voltaire, Lett. d'Argental, 28 août, 1751.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pantalonnade »

De Pantalon/pantalon, avec le suffixe -ade.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Pantalon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pantalonnade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pantalonnade pɑ̃talɔnad

Citations contenant le mot « pantalonnade »

  • Il estime que peu de parallèles ont été finalement faits entre l’histoire militaire de la France et la guerre livrée actuellement contre le COVID-19. « Malheureusement, cela se confirme, nos politiques sont très loin de la réalité de terrain. Nous sommes confrontés à une nouvelle forme d’attaque sous forme pandémique face à laquelle il faut revoir nos organisations et en tirer les conséquences. Face à cela, nos politiques font de la communication au lieu de s’attacher à la réalité opérationnelle. La cérémonie du 14-Juillet a été une pantalonnade avec à peine une consonance santé », regrette le représentant Rhodanien des transports sanitaires urgents. Un décalage illustré selon lui par l’annonce du Président, à partir du 1er août seulement, de l’obligation du port du masque dans tous « les lieux publics clos » en vue d’éviter une reprise de l’épidémie. Très déçu, Bruno Basset a assisté comme tous les invités à la cérémonie sans échange possible à la fin avec des représentants du gouvernement. « Rien n'était prévu dans ce sens », précise-t-il alors qu’il avait notamment un message à transmettre vis-à-vis de sa profession qui souffre. , Coronavirus | Bruno Basset : « Cette cérémonie du 14-Juillet a été une pantalonnade »
  • Une pantalonnade soit disant démocratique !!!,seul le peuple est souverain et non un groupe choisie par une caste dit d'élites midilibre.fr, 100 citoyens pour réfléchir au monde de demain : la Région lance une consultation - midilibre.fr
  • Le SM Caen s'est incliné à Rodez deux buts à un dans un match qualifié de "pantalonnade" par Pascal Dupraz. Le coach normand et son président n'ont pas caché leur agacement après la rencontre. France Bleu, Défaite du SM Caen à Rodez (2-1) : "Une pantalonnade"
  • La dernière pantalonnade a consisté à dépêcher le patron de la Sûreté auprès du roitelet du Koweït, pour quêter l’aumône de quelques milliards à déposer en consignation dans les coffres percés de la Mère des banques à Beyrouth. Cette manie d’abord des chefs d’État arabes de toujours envoyer une barbouze du cru pour négocier les coups tordus, en lieu et place de diplomates professionnels ! Comme prévu, notre homme a été envoyé sur les roses, muni du même carton rouge : « Les réformes d’abord, le pognon après ! » L'Orient-Le Jour, Bons baisers du Golfe - L'Orient-Le Jour

Traductions du mot « pantalonnade »

Langue Traduction
Anglais pantalonnade
Espagnol pantalonade
Italien pantalonnade
Allemand pantalonnade
Chinois pantalonnade
Arabe بانتالونيد
Portugais pantalunata
Russe pantalonnade
Japonais パンタローネ
Basque pantalonnade
Corse pantalonnata
Source : Google Translate API

Synonymes de « pantalonnade »

Source : synonymes de pantalonnade sur lebonsynonyme.fr
Partager