Nourri : définition de nourri


Nourri : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

NOURRI, -IE, part. passé et adj.

I. − Part. passé de nourrir*.
II. − Emploi adj.
A. − Vx. [En parlant d'une pers.; correspond à nourrir A 2] Qui est replet, qui a de l'embonpoint. J'aime les femmes nourries. Plus elles sont en chair, plus je les préfère (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Nuit de Noël, 1882, p.863).
B. − [En parlant d'une chose; correspond à nourrir B 1] Qui a poussé sur une bonne terre. Un grain nourri; grain bien plein et bien nourri. Ce blé, ce grain est bien nourri (Ac.1935).
Région. (Ouest), emploi subst. masc. ,,Prairies et (...) terres labourables où les graminées, les plantes fourragères, les prairies artificielles viennent vite et ont un grand pouvoir d'engraissement`` (Littré Suppl. 1877). Une belle et bonne ferme (...) avec un excellent nourri (Avranchin,16 janv. 1876,Littré Suppl. 1877).
Spécialement
BEAUX-ARTS Trait nourri. Trait qui est large et qui n'est pas trop fin. (Dict. xixeet xxes.).
Couleur nourrie. Couleur dont les teintes sont fortement marquées (Dict. xixeet xxes.).
Tableau, peinture nourri(e). Tableau, peinture dont la pâte est pleine et abondante (Dict. xixeet xxes.)
DÉFENSE, ARTILL. Feu, tir nourri. Fusillade dense et violente. De ces fenêtres grillées partirait un feu bien nourri dès que l'alarme serait donnée (Stendhal,Abbesse Castro, 1839, p.197).Une salve nourrie ébranle l'air. Sous bois, le silence s'est fait (Martin du G.,Thib., Été 14, 1936, p.755).
HÉRALD. Au pied nourri. ,,Fleur de lis dont la partie inférieure a été sectionnée horizontalement`` (Past. Hérald. 1979).
MAR. Temps nourri. ,,Le temps est nourri (...) lorsque le ciel et l'horizon sont garnis de nuages`` (Bonn.-Paris 1859).
STYL. Style nourri. Style qui a de la force et de la vigueur. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc.: [nuʀi]. Étymol. et Hist. A. Subst. 1155 «commensal» (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 9827). B. Adj. 1. début xves. «qui a de l'embonpoint» (Alain Chartier, Le Débat des Deux Fortunés d'Amours, 738, éd. J. C. Laidlaw); 1575 en parlant d'une plante (A. Paré, Des Médicamens, XXV, 21, éd. J. F. Malgaigne, III, p.551); 2.1688 peint. (Rich. t.2); 3. 1694 en parlant de style (Ac.); 4. 1771 en parlant du feu de l'artillerie (Bougainville, Voyage, t.II, p.141); 5.1773 temps nourri (J. Boudé de La Villehuet, Manuel des marins d'apr. FEW t.7, p.250a). Part. passé subst. et adjectivé de nourrir*. Fréq abs. littér.: 1793. Fréq. rel. littér.: xixes.: a)2621, b) 2198; xxes.: a) 2643, b) 2620.

Nourri : définition du Wiktionnaire

Adjectif

nourri \nu.ʁi\

  1. Qui reçoit, qui a reçu de la nourriture.
  2. (Figuré) (Agriculture) Qualifie un grain qui est bien plein, bien rempli.
    • Ce blé, ce grain est bien nourri.
  3. (Figuré) Qualifie un style riche, plein, abondant.
  4. Où abondent.
    • Un ouvrage nourri de pensées, de réflexions. - Un écrivain nourri des bons auteurs.
  5. (Peinture) Qualifie une couleur bien empâtée, un trait qui n’est pas trop fin.
  6. (Calligraphie) Qualifie une lettre dont les traits qui la forment ont beaucoup de corps.
  7. (Militaire) Qualifie une fusillade, une canonnade violente.
    • Être pris sous le feu nourri des canons ennemis.
  8. (Héraldique) Se dit d’une plante sans pied. Voir au pied nourri.

Forme de verbe

nourri \nu.ʁi\

  1. Participe passé masculin singulier de nourrir.
    • À travers son heureux chevauchement multidisciplinaire, nourri par des sources riches, crédibles et diversifiées, ce magnifique travail de Manda Tchebwa s’inscrit à coup sûr dans la philosophie même de la Chaire UNESCO de l’Université Kinshasa — dont il a le mérite d’être sorti le tout premier Docteur en Droits de l’Homme (option « Education et culture de la paix ») —, à savoir : « "totaliser", "pluridisciplinaires" ou "transdisciplinariser" les droits humains qui, par essence, sont une réalité totalisante, pluridisciplinaire et multisectorielle. » — (Antoine Manda Tchebwa, Musiques et danses de Cuba, 2012, page 20)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Nourri : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NOURRIR. v. tr.
Sustenter, servir d'aliment. Les aliments propres à nourrir l'homme. Cette fertile région produit tout ce qui est nécessaire pour nourrir hommes et animaux. Absolument, Le pain nourrit beaucoup. Certaines viandes nourrissent trop. Cet enfant, cet animal se nourrit bien, se nourrit mal, Les aliments lui profitent bien, ne lui profitent pas. Par analogie, Cet arbre n'a pas de quoi se nourrir, Il est planté dans une mauvaise terre où il ne trouve pas un suc convenable et suffisant. Fig., Ce blé, ce grain est bien nourri, Il est bien plein, bien rempli. Fig., Un style nourri, Un style riche, plein, abondant. Un ouvrage nourri de pensées, de réflexions, Un ouvrage où les pensées justes, les réflexions judicieuses abondent. On dit aussi Un écrivain nourri des bons auteurs, Un écrivain qui fait preuve d'une grande connaissance des bons auteurs. En termes de Peinture, Une couleur nourrie, Une couleur bien empâtée. Un trait nourri, Un trait qui n'est pas trop fin. En termes de Calligraphie, Cette lettre est bien nourrie, Les traits qui la forment ont beaucoup de corps. Elle n'est pas bien nourrie, Elle est plus déliée qu'il ne faut. En termes de Musique, Nourrir les sons, Faire qu'ils soient pleins et les soutenir pendant leur durée. En langage militaire, Feu nourri, fusillade nourrie, Fusillade violente.

NOURRIR signifie aussi Élever un nouveau-né on l'allaitant. Elle a nourri ses trois enfants. Absolument, Cette femme nourrit. Il signifie encore Entretenir d'aliments. Je l'ai vêtu et nourri pendant dix ans. Les enfants sont obligés de nourrir leur père et leur mère dans le besoin. Je lui donne tant par an pour me loger et pour me nourrir. On est bien nourri, on est mal nourri dans cette pension, dans cet hôtel. Être logé et nourri. Les oiseaux de proie se nourrissent de chair. L'homme se nourrit de pain, de viande, de légumes, etc. Cet anachorète ne se nourrit que de racines sauvages. Fig., N'être pas nourri, N'être pas suffisamment nourri, être mal nourri. Les enfants ne sont pas nourris dans cette pension, dans ce collège. Les domestiques ne sont pas nourris dans cette maison. Par plaisanterie, Cet homme est bien nourri, Il a beaucoup d'embonpoint.

NOURRIR signifie au figuré Instruire, élever. Ce jeune homme a été nourri dans l'amour de la vertu, dans la haine du vice. Il a été nourri aux lettres latines. Fig., Il nourrit un serpent dans son sein, Il élève, il protège, il assiste un ingrat, un méchant qui le perdra, qui le ruinera quelque jour.

NOURRIR se dit aussi d'un Pays qui ordinairement en fournit un autre de vivres, d'une terre, d'un domaine qui donne au propriétaire de quoi le faire subsister, d'une profession qui procure de quoi vivre à celui qui l'exerce. La Sicile nourrissait Rome. Cette terre le nourrit, lui et toute sa famille. Ce métier ne nourrit pas son homme. Il signifie quelquefois Produire, porter, renfermer. L'Afrique nourrit beaucoup d'animaux féroces. Cette terre nourrit une race d'hommes forts et courageux. Cette mer nourrit des poissons voraces et destructeurs. En ce sens, il vieillit.

NOURRIR signifie, au figuré, Donner un aliment. Nourrir son imagination de chimères. Se nourrir de la parole de Dieu. Il se nourrit d'idées tristes. Il signifie aussi, figurément, Entretenir, faire subsister, faire durer. Nourrir l'espoir, le mécontentement, l'orgueil de quelqu'un. Nourrir dans son âme une passion malheureuse, un amour sans espérance, des souvenirs pleins de charmes. Nourrir en soi une illusion. Nourrir un numéro à la loterie, Mettre sur le même numéro à chaque tirage, en augmentant toujours la mise.

NOURRIR se dit également de Certaines choses qui en entretiennent d'autres, qui les font profiter. La bonne terre nourrit les plantes, les arbres. Mettre du fumier au pied d'un arbre pour le nourrir. Le bois nourrit le feu. Fig., Nourrir un dossier. Les services mutuels nourrissent l'amitié. L'étude, la lecture, la conversation des hommes éclairés nourrit l'esprit.

Nourri : définition du Littré (1872-1877)

NOURRI (nouri, rie) part. passé de nourrir
  • 1Allaité. Un enfant nourri par sa mère.
  • 2Alimenté. Un homme nourri de viande. Qu'est devenu ce teint dont la couleur fleurie Semblait d'ortolans seuls et de bisques nourrie ? Boileau, Sat. III.

    Bien nourri, qui a les chairs bien développées. Qu'il paraît bien nourri ! quel vermillon ! quel teint ! Le printemps dans sa fleur sur son visage est peint, Boileau, Sat. X. Ses bras étaient nerveux et bien nourris, Fénelon, Tél.V.

    Par plaisanterie, cet homme est bien nourri, il a beaucoup d'embonpoint.

    Ce grain, ce blé est bien nourri, il est bien plein, bien rempli.

    Terme de peinture. On dit des membres qu'ils sont nourris et mâles, c'est-à-dire plutôt gros que petits, et plutôt gras que maigres.

  • 3Qu'on entretient d'aliments. Un vieillard nourri par charité.

    Fig. Il se dit de l'esprit qui reçoit des aliments intellectuels. Un esprit nourri de la méditation de la loi de Dieu, Massillon, Carême, Tiéd. 2. Quoi ! cet esprit nourri de la sagesse antique…, Destouches, Phil. marié, V, 1. Malherbe nourri de la lecture des excellents poëtes de l'antiquité, et prenant comme eux la nature pour modèle, D'Alembert, Disc. prélim. Encycl. Œuv. t. I, p. 256, dans POUGENS.

    Un ouvrage nourri de pensées, de réflexions, un ouvrage où les pensées justes, où les réflexions judicieuses abondent.

  • 4Élevé, mené au terme de la croissance. Un enfant nourri dans la maison paternelle. Vincent Voiture, né à Amiens, mais nourri à Paris et à la cour, Pellisson, Hist. Acad. IV, Voiture. Ma jeunesse nourrie à la cour de Néron, Racine, Bérén. II, 2. Nourri dans la Scythie, aux plaines d'Arbazan, Voltaire, Sémir. I, 4.

    Formé, habitué. Commandez que son bras nourri dans les alarmes Répare cette injure à la pointe des armes, Corneille, Cid, II, 7. Nourri dans les compagnies, il connaissait les ordres du royaume, Bossuet, le Tellier. Ces hommes nourris aux alarmes, Bossuet, 2e serm. Pentec. 2. Parmi de si bonnes lois, ce qu'il y avait de meilleur [chez les Egyptiens], c'est que tout le monde était nourri dans l'esprit de les observer, Bossuet, Hist. III, 3. Ce guerrier dans l'Église aux querelles nourri, Boileau, Lutr. V. Son cœur toujours nourri dans la dévotion, Boileau, Sat. X. Vous, nourri dans la fourbe et dans la trahison, Racine, Athal. III, 4. Moi, nourri dans la guerre aux horreurs du carnage, Racine, ib. II, 5. Des hommes nourris dans la lumière du plus grand monde, Fleury, Mœurs des Israél. tit. XXII, 2e part. p. 287, dans POUGENS. Une populace élevée et nourrie dans l'obscurité, Vertot, Rév. rom. II, p. 186.

  • 5Entretenu, en parlant de choses qui se consument. L'incendie nourri par des matières inflammables. La chaleur la plus violente, dès qu'elle n'est pas nourrie, produit moins d'effet que la plus petite chaleur qui trouve de l'aliment, Buffon, Hist. min. Introd. Œuv. t. VII, p. 120.

    Fig. Il se dit des personnes chez qui certains sentiments sont entretenus. Un cœur toujours nourri d'amertume et de pleurs, Racine, Phèdre, Il, 1. Crains des cœurs ulcérés, nourris de désespoir, Voltaire, M. de César, I, 4.

    Il se dit aussi des sentiments qu'on entretient. Des haines longtemps nourries.

  • 6 En termes de guerre, il se dit du feu de l'artillerie, de la mousqueterie qui se suit sans interruption. Une décharge mieux nourrie ralentit aussitôt leur attaque, Bougainville, Voyage, t. II, p. 141, dans POUGENS.
  • 7Dont la teinte est fortement marquée, en parlant de couleurs. Je n'ai jamais obtenu qu'un vert sale, terreux, très nuancé et mal nourri, Chaptal, Instit. Mém. scienc. t. III, p. 101.

    En peinture, une couleur nourrie, une couleur bien empâtée.

    Un trait nourri, un trait qui n'est pas trop fin.

    En calligraphie, cette lettre est bien nourrie, elle a beaucoup de corps ; elle n'est pas bien nourrie, elle est plus déliée qu'il ne faut.

  • 8Un style nourri, un style riche, plein, abondant.
  • 9 Terme de cuisine. Assaisonné. Ragoût nourri de bon jus. Pâté bien nourri.
  • 10 Terme de marine. Le temps est nourri, lorsque le ciel et l'horizon sont garnis de nuages détachés qui s'élèvent et passent sans opposition.
  • 11 Terme de blason. Se dit des arbres et des plantes dont on ne voit pas les racines.

    Fleur de lis au pied nourri, lis dont la partie inférieure se termine carrément.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

NOURRI. Ajoutez :
12 S. m. En termes d'art, qualité de ce qui est plein, abondant. Ces instruments… devenus à la fois plus sonores et plus pleins, ont donné à la musique un liant, un nourri, que ne connaissaient pas nos pères, E. Gautier, Journ. offic. 7 sept. 1875, p. 7642, 1re col.
13Se dit, dans le département de la Manche, des prairies et des terres labourables où les graminées, les plantes fourragères, les prairies artificielles viennent vite et ont un grand pouvoir d'engraissement. Une belle et bonne ferme, sise en la commune de Plomb, d'une contenance d'environ 15 hectares, ayant des bâtiments, se fournissant de tout, avec un excellent nourri, Avranchin, 16 janv. 1876.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Nourri : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

NOURRI, participe du verbe nourrir. Voyez Nourrir, Nourrice, Nourriture, Nutrition.

Nourri, se dit en peinture d’un tableau bien empâté, c’est à-dire, lorsqu’il y a beaucoup de couleurs. Voyez Empasté. Les tableaux bien nourris de couleurs changent moins promptement que les autres.

Nourri, en termes de Blason, se dit non-seulement des fleurs de lis dont la pointe d’en-bas ne paroît point, comme aux armories de Vignacourt ; mais encore du pié des plantes qui ne montrent point de racine. Vignancourt en Picardie, d’argent à trois fleurs de lis au pié nourri de gueules.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « nourri »

Étymologie de nourri - Wiktionnaire

→ voir nourrir
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nourri »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nourri nuri play_arrow

Citations contenant le mot « nourri »

  • Écrivains, chanteurs, peintres… Dans cette nouvelle saison, Patrick Poivre d’Arvor revisite la vie et le parcours de quelques grands noms du monde des arts et de la culture, en dévoilant les maisons qui ont marqué leur existence et nourri leur imaginaire. Ce dimanche 26 juillet, Patrick Poivre d’Arvor vous propose de découvrir la demeure de l'écrivain Emile Zola à Médan dans les Yvelines. Les coulisses de la Télévision, “Une maison, un artiste” : Emile Zola, le maître de Médan, à voir sur France 5 ce 26 juillet
  • Pour leur second long métrage, le duo de réalisateurs évoquent les colonies de vacances, une comédie nourrie de leurs souvenirs personnels. Il a été tourné sur les lieux mêmes où il furent moniteurs dans leur jeunesse. Leur film est nourri d'anecdotes, "peuplé d'une mosaïque de personnages drôles et attachants et une kyrielle d'enfants tous plus vrais que nature. C'est en colonie de vacances que naît toute éducation sentimentale inoubliable..." précise le commentaire. Ina.fr, 2006, sortie du film "Nos jours heureux" - Archives vidéo et radio Ina.fr
  • Au delà de Bill Gates, la pandémie a nourri les thèses complotistes mais aussi les rumeurs et "fake news", notamment en Amérique latine. Journal L'Union, Bill Gates balaie les théories du complot l'accusant de la pandémie
  • Le jambon Ibaïama, c'est du cochon né et élevé en liberté ; nourri aux céréales, salé à la main au sel de Salies-de-Béarn.  Franceinfo, Au marché. Dégustations à Saint-Jean-de-Luz
  • Un père peut nourrir cent enfants mais cent enfants ne nourrissent pas un père. De Proverbe français
  • Mieux vaut nourrir son chat que de nourrir le rat. De Proverbe français
  • Quiconque tranche avec un couteau la gorge d'un boeuf et reste sourd aux meuglements d'effroi, quiconque est capable d'abattre de sang-froid le chevreau hurlant et mange l'oiseau qu'il a lui-même nourri, est-il encore très éloigné du crime ? De Pythagore
  • La banlieue est un paysage qui a de la gueule, il y a des perspectives, des lignes de fuite. L’œil a de quoi être nourri. De Pierre Jolivet / Figaro, 8 avril 2015
  • C'est du rêve enfanté par un désir nourri d'espoir que le génie tire ses accents les plus émouvants. De Jean-Charles Harvey / L'homme qui va
  • N'oublie pas la main qui t'a nourri, mais celle qui t'a béni n'hésite pas à la jeter au feu. De Marie-Claire Blais / Un Joualonais, sa joualonie
  • Oedipeux : individu nourri au sein maternel jusqu'à l'âge de sa majorité, et qui garde de ce régime une saine corpulence et un visage joufflu. De Alain Finkielkraut / Petit Fictionnaire illustré
  • Jamais on n'aimera celui qu'on a mis en nourrice comme celui qu'on a nourri sous ses yeux. De Jean-Jacques Rousseau / Les confessions
  • Le coeur d'un libertin est fait comme une auberge, on y trouve à toute heure un grand feu bien nourri. De Alfred de Musset
  • J’ai fait un régime. J’ai dû en suivre deux à la fois, parce qu’un seul ne m’aurait pas assez nourri. De Barry Marter
  • L’homme brave va là où il est né ; le chien va là où il a été nourri. De Proverbe kirghiz
  • Combien la Bible peut-elle avoir nourri de gens, commentateurs, imprimeurs et relieurs ? De Georg Christoph Lichtenberg / Aphorismes
  • Plus il est nourri de joies, plus le coeur est insatiable. De Gabrielle Roy / La Petite Poule d'eau
  • C'est plus facile d'avoir des principes quand on est bien nourri. De Mark Twain
  • La sottise nourri le scepticisme. De André Le Gall

Images d'illustration du mot « nourri »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « nourri »

Langue Traduction
Corse alimentatu
Basque elikatutako
Japonais 供給
Russe кормили
Portugais alimentado
Arabe تغذيها
Chinois
Allemand gefüttert
Italien alimentato
Espagnol alimentado
Anglais fed
Source : Google Translate API

Synonymes de « nourri »

Source : synonymes de nourri sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « nourri »


Mots similaires