Morfondre : définition de morfondre


Morfondre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MORFONDRE, verbe

A. − Vieilli. Refroidir, transir. Ce vent vous morfondra (Ac.). Le froid leur cuit [aux chenilles], le froid humide les morfond et paralyse leurs entrailles (Michelet,Insecte,1857, p.58).La pluie fine qui nous morfond (A. France,Dieux ont soif,1912, p.158).
P. métaph. Morfondre de.Le temps était maussade, humide, morfondait de brume et de gelée blanche les petits jardins du quartier où il avait sa villa (Tharaud,Qd Israël est roi,1921, p.85).
En partic., vx. [En parlant d'un cheval] Ne dessellez pas sitôt ce cheval, de peur de le morfondre (Ac.).
B. − Emploi pronom. réfl.
1. Vx. Prendre froid. Ses perruques (...) [de Louis XIV], ne le protègent qu'à demi contre le froid de ses (...) appartements; pour peu qu'il passe dans son cabinet des perruques pour en changer (...) il court le risque, chauve et rasé qu'il est là-dessous, de se morfondre et de s'enrhumer du cerveau (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t.2, 1862, p.374).
2. Attendre longuement dans l'ennui, perdre du temps à faire quelque chose d'inutile, sans succès, et, p. méton., se tourmenter, être insatisfait. Je reste à me morfondre devant mon papier blanc (Flaub.,Corresp.,1863, p.328).J'ai dû m'habiller chez un ami avec qui je dînais, avant d'aller vous attendre à l'hôtel Sinda, où je viens de me morfondre toute la soirée. Par quoi avez-vous été retenue (...)! (Vogüé,Morts,1899, p.334).Il ne se passe rien. Les gars se morfondent dans le maquis, les civils ne fichent rien (Triolet,Prem. accroc,1945, p.386).
3. Région. (Canada). S'épuiser, se ruiner la santé. Tu vas te morfondre, disait souvent Didace à Marie-Amanda. Mais elle n'eut de reste que tout fût à l'ordre et qu'il y eût aux fenêtres (...) des rideaux empesés à point (Guèvremont,Survenant,1945, p.99).
Se morfondre à + inf.,,S'efforcer de faire quelque chose`` (Dionne 1909). Les soirs suivants, elle se morfondit à inventer des raisons à peine plausibles (Guèvremont,op. cit., p.56).
4. BOULANG. [En parlant de la pâte à pain] Fermenter mal, insuffisamment. La pâte se morfond (Ac.).
REM. 1.
Morfondant, -ante, part. prés. et adj.Qui morfond, qui refroidit, qui imprègne de froid, de tristesse ou de malaise. Ces livres-là ne sont précieux que pour les familles qui se perpétuent, et Hyacinthe et Germain mourraient sans postérité dans leur morfondante solitude de célibataires (Theuriet,Mais. deux barbeaux,1879, p.146).Sur le vieux balcon de bois, aux rais de la lune morfondante, elle prit sa résolution sans consulter aucun parent ni aucun prêtre (Pourrat,Gaspard,1925, p.81).
2.
Morfondement, subst. masc.,hapax. Veiller et prier? Je pense que ce morfondement leur a réappris les niaiseries des petits livres! (Claudel,Tête d'Or,1890, 2epart., p.53).
Prononc. et Orth.: [mɔ ʀfɔ ̃:dʀ ̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Fin du xives. intrans. «devenir catarrheux (du cheval)» (Froissart, Chron., III, §153, éd. L. et A. Mirot, t.13, p.209); b) 1407 cheval morfondu (Arch. Nord B 10361, fol. 44 ds IGLF); 2. a) α) 1460-66 «prendre froid» (Martial d'Auvergne, Arrêts d'amour, éd. J. Rychner, III, 52); β) 1524 adj. subst. morfondu «celui qui est transi de froid (G. Briçonnet, Correspondance, 17 mars, éd. Chr.Martineau et M. Veissière, t.2, p.137); b) 1512 [n. st.] pronom. «glacer, geler» (Gringore, Farce ds Œuvres complètes, éd. Ch. d'Héricault et A. de Montaiglon, t.1, p.274: Sont point noz vignes morfondues De ces gellées?); 1573 trans. «id.» (Garnier, Hyppolyte, 328 ds Tragédies, éd. W. Foerster, t.2, p.18); 3. a) 1574 pronom. «rester dans une attente longue et ennuyeuse» (Mellin de Sainct-Gelays, Œuvres poétiques ds Œuvres complètes, t.1, p.272 ds IGLF); b) 1585 intrans. «s'ennuyer» (Noël du Fail, Contes d'Eutrapel, t.1, p.265, ibid.). Empr. à l'a. prov. marfondre, morfondre «devenir catarrheux (du cheval)» (1359-60, Comptes Albi, § 176 ds Levy Prov., v. aussi FEW t.3, p.865a-b et 866b, note 6); comp. de mor, more «museau, groin», particulièrement vivant dans le Midi (v. morailles) et de fondre*. Fréq. abs. littér.: 96. Bbg. Delb. Matér. 1880, p.207 (s.v. morfondement).

Morfondre : définition du Wiktionnaire

Verbe

morfondre \mɔʁ.fɔ̃dʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se morfondre)

  1. Refroidir.
    • L'air glacial de la nuit l'a morfondu.
    1. (Figuré) Refroidir les ardeurs.
      • En tout cas, quelque persuadés qu’ils pussent être d’un pays qui se « déchristianise » est tout près de s’abimer dans la décadence, ils n’auraient pas dû faire l’éloge de ces sombres perspectives devant des jeunes hommes qu’ils morfondaient, dont ils s’exposaient à briser les élans de noblesse, à tarir les enthousiasmes. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
  2. (Pronominal) Se refroidir.
    • J'aime mieux Bergerac et sa burlesque audace,
      Que ces vers où Motin se morfond et nous glace.
      — (Boileau, Art p. IV)
  3. (Pronominal) (Figuré) Perdre du temps à la poursuite d’une affaire, d’une entreprise qui ne réussit pas, dans l’attente d’une personne qui n’arrive pas, d’un succès qu’on n’obtient pas.
    • Les petits enfants soufflaient dans leurs doigts, mais ils ne se morfondirent pas longtemps à attendre. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Après, l’ombre redescendait sur la morne chambre d’hôtel où, du matin au soir, elle se morfondait dans l’attente des catastrophes. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 24)
    • Mais elle préférait encore apercevoir Elhamy, entendre le son de sa voix, que de se morfondre, toute seule. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
  4. (Pronominal) (Boulangerie) Perdre la force de fermentation qu’une pâte doit avoir pour faire du bon pain.
    • À trop attendre, la pâte s’est morfondue.

Verbe

morfondre \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Prendre un coryza nasal en parlant du cheval.
    • S'aucun cheval est morfondu, il le convient tantost faire seigner des jambes devant au plus bas, et au hault du plat des cuisses, et recueillir le sang, et d'icelluy oindre les piés, puis torchier de foing moullié. — (Ménagier, II, 3, XIVe s.)
    • Eux et leurs chevaux, après la grand chaleur du soleil que ils auront eue le jour, morfondront, ne jà ne s'en sauront garder. — (FROISS., II, III, 61, XVe s.)
  2. Refroidir, morfondre.
    • Le chaud du jour les estouffoit, et le froid de la nuit les morfondoit. — (PARÉ, XXIV, 52)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Morfondre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MORFONDRE. v. tr.
Refroidir, causer un froid qui incommode, qui pénètre. Ce vent vous morfondra. Cheval morfondu se dit d'un Cheval qui, saisi par le froid, est devenu catarrheux.

SE MORFONDRE signifie, figurément et familièrement, Perdre du temps à la poursuite d'une affaire, d'une entreprise qui ne réussit pas, dans l'attente d'une personne qui n'arrive pas, d'un succès qu'on n'obtient point. Je me suis morfondu à vous attendre. Vous vous morfondez dans ce jardin. Fig., en termes de Boulangerie, La pâte se morfond, Elle perd la force de fermentation qu'elle doit avoir pour faire de bon pain. Le participe passé

MORFONDU, UE, s'emploie adjectivement et signifie Qui est ennuyé par une longue attente, par une déception. Il resta là tout morfondu.

Morfondre : définition du Littré (1872-1877)

MORFONDRE (mor-fon-dr') v. a.

Se conjugue comme fondre.

  • 1Ancien terme de vétérinaire. Causer un coryza, un catarrhe nasal, chez le cheval.
  • 2Causer un froid qui pénètre. L'air glacial de la nuit l'a morfondu.
  • 3Se morfondre, v. réfl. Prendre froid. Il pleure souvent les victoires de ce prince, et se morfond auprès de leurs feux de joie, Guez de Balzac, Disc. à la régente. Pendant que sa peur le fait fuir jusque dans le jardin de l'hôtellerie, où il hasarde de se morfondre, Scarron, Rom. com. II, 7.

    Fig. J'aime mieux Bergerac et sa burlesque audace, Que ces vers où Motin se morfond et nous glace, Boileau, Art p. IV.

  • 4Perdre du temps à attendre. La vogue [d'une devineresse] était passée Au galetas ; il avait le crédit ; L'autre femme se morfondit, La Fontaine, Fabl. VII, 15. Un amant qui sans lui se serait morfondu, La Fontaine, Coupe. Et, bravant des sergents la timide cohorte, [le noble] Laissa le créancier se morfondre à sa porte, Boileau, Sat. V. On peut vous reprocher de vous être venu morfondre plus d'un an devant une bicoque, J. Bruslé, Lucien en belle humeur, t. I, p. 379, dans POUGENS. J'avais cru qu'il ne s'agissait que de diminuer le ressort du parlement de Paris, et de ne plus obliger les pauvres provinciaux de courir deux cents lieues pour aller se ruiner et se morfondre dans l'antichambre d'un conseiller au parlement, Voltaire, Lett. Mme de St-Jullien, 6 avril 1777. Pendant les cinq ou six mois que les équipages des navires européens se morfondent ou périssent à Hoang-fou, les agents du commerce font leurs ventes et leurs achats à Canton, Raynal, Hist. phil. V, 25.

    Fig. Au lieu de vous morfondre tristement dans cette vue, osez prendre un plus grand essor, Vauvenargues, Conseils, X.

    Avec ellipse du pronom se. Clarice : Je prendrai du plaisir du moins à le confondre. - Isabelle : J'en prendrais davantage à le laisser morfondre, Corneille, le Ment. III, 3.

    En termes de boulangerie, la pâte se morfond, elle perd la force de fermentation.

HISTORIQUE

XIVe s. S'aucun cheval est morfondu, il le convient tantost faire seigner des jambes devant au plus bas, et au hault du plat des cuisses, et recueillir le sang, et d'icelluy oindre les piés, puis torchier de foing moullié…, Ménagier, II, 3.

XVe s. Eux et leurs chevaux, après la grand chaleur du soleil que ils auront eue le jour, morfondront, ne jà ne s'en sauront garder, Froissart, II, III, 61.

XVIe s. S'il temporise, il pourra veoir morfondre son ennemy et se desfaire soy-mesme, Montaigne, I, 356. Le chaud du jour les estouffoit, et le froid de la nuit les morfondoit, Paré, XXIV, 52.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « morfondre »

Étymologie de morfondre - Wiktionnaire

On a dit[1] qu’il est composé de mort et fondre : « fondre jusqu'à la mort ». Mais, comme le mot est originairement de l'art vétérinaire, il faut[1] y voir, avec Ménage un composé, réduit par haplologie, de morve et fondre. Certains[2] en font un composé dont la première partie est *mor (« tête ») qui est dans morail, moraille (« têtière »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de morfondre - Wiktionnaire

De l’ancien français morfondre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de morfondre - Littré

On a dit mort et fondre : fondre jusqu'à la mort. Mais, comme le mot est originairement de l'art vétérinaire, il faut y voir, avec Ménage : morve et fondre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « morfondre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
morfondre mɔrfɔ̃dr play_arrow

Conjugaison du verbe « morfondre »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe morfondre

Citations contenant le mot « morfondre »

  • Vous et votre mari avez laissé les choses se dégrader et c’est à vous deux que revient la tâche de reconstruire votre union, si, bien entendu, vous en avez envie. Au lieu de perdre encore de belles années à vous morfondre dans une union moribonde, pourquoi ne pas faire les efforts nécessaires pour la reconstruire ? Le Journal de Montréal, L’art de renier sa propre responsabilité | JDM
  • Remarque : Évitez les activités déprimantes et rébarbatives comme, par exemple, aller faire les courses le samedi matin. Autant éviter de se morfondre dans la file sans fin et repenser au travail dès le début de vos vacances ! www.references.be, 4 conseils pour décrocher du boulot et profiter de ses "staycation" | www.references.be
  • Justin Mahieu n’est pas de nature à se nourrir de frustrations. A chaque période plus délicate, plutôt que de se morfondre, il s’adapte et bosse comme un malade, pour éclater encore plus les chronos plus tard. DH Les Sports +, Privé de compétitions, Justin Mahieu explose ses chronos à l'entrainement - DH Les Sports+
  • Plutôt que de se morfondre dans son quotidien, Bernard a décidé de le raconter en vidéo sur les réseaux sociaux. Découverte. POSITIVR, VIDÉO. Bernard, 1m30, raconte son quotidien : une très belle leçon de vie
  • Elles auraient pu se morfondre pendant le confinement. Mais ce n'est pas dans le tempérament de Marie et Julie, les deux gérantes de la boutique La Femme à Barbe, installée depuis deux ans, rue Louis Braille à Saint-Etienne. Les deux créatrices de bijoux et vêtements ont débordé d'idées. France Bleu, La relance éco : raz-de-marée créatif des gérantes de la Femme à Barbe à Saint-Étienne pendant le confinement

Traductions du mot « morfondre »

Langue Traduction
Corse mope
Basque mope
Japonais モープ
Russe киснуть
Portugais lamentar
Arabe كآبة
Chinois 忧郁
Allemand trübsal blasen
Italien avvilirsi
Espagnol melancólico
Anglais mope
Source : Google Translate API

Synonymes de « morfondre »

Source : synonymes de morfondre sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires