La langue française

Moisir

Définitions du mot « moisir »

Trésor de la Langue Française informatisé

MOISIR, verbe

A. − Emploi intrans.
1. [Le suj. désigne une substance] S'altérer, se gâter par l'action de l'humidité, en se couvrant d'une végétation cryptogamique semblable à une légère mousse blanchâtre ou verdâtre. Le cuir, les étoffes moisissent. C'est ici que finissent mes domaines, dit le baron, arrivé devant la niche de rocaille où moisissait Pomone (Gautier,Fracasse, 1863, p.43).Au mur, des vitrines, où moisissent de vieux insectes (Fromentin,Voy. Égypte, 1869, p.147).
2. P. méton.
a) [Le suj. désigne une chose] Être inemployé, improductif; rester au même endroit durant un certain temps. Si vous pouviez remettre au porteur les 75 [Fr] restant, je vous promets qu'ils ne moisiront pas dans ma caisse (Balzac,Corresp., 1835, p.626).Sa lance n'aime pas moisir au râtelier (Hugo,Légende, t.1, 1859, p.320):
1. ... et bien que M. de Vindeuil usât jusqu'à la corde ses redingotes noires et laissât moisir à sa boutonnière ses rosettes de la Légion d'honneur, il fallait reconnaître en lui un homme de race, un aristocrate. Coppée,Longues et brèves, 1893, p.222.
b) [Le suj. désigne une pers.] Rester inactif, immobile, à la même place ou dans la même situation, durant un laps de temps qui semble assez long. Viens avec moi, je vais t'introduire chez le patron, sans quoi tu pourrais moisir jusqu'à sept heures du soir (Maupass.,Bel-Ami, 1885, p.53).J'ai pas moisi dans la boutique... Je suis ressorti presque aussitôt (Céline,Mort à crédit, 1936, p.535):
2. M. P.-K. Hartmann croisait dans la rue, sans les reconnaître, ses salariés qui moisissaient depuis vingt ans dans les trous de ses crayères et tiraient la patte par l'ankylose de leurs genoux ou de leurs orteils... Hamp,Champagne, 1909, p. 153.
Pop. et fam. On ne va pas moisir (longtemps) ici: ,,on ne va pas rester`` (Sandry-Carr. 1963).
B. − Emploi trans. Faire que quelque chose se couvre de moisissure, s'altère, se gâte. Synon. chancir.
1. Domaine concr.Il tourna sous les arbres, dont l'humidité perpétuelle moisit les reliques du musée alpin (Peyré,Matterhorn, 1939, p.46).Il s'agissait ce jour-là d'achever un pot de mirabelles, un peu moisies par quatre ans de buffet (H. Bazin,Vipère, 1948, p.10):
3. ... il semblait que le ruissellement des parapluies coulât jusqu'aux comptoirs, que le pavé avec sa boue et ses flaques entrât, achevât de moisir l'antique rez-de-chaussée, blanc de salpêtre. Zola,Bonh. dames, 1883, p.413.
Emploi pronom. La casse s'altère. 1. Par la dessiccation de sa pulpe (...). 2. Par la fermentation acide: dans ce cas, elle offre une odeur et une saveur acides, et se moisit (Kapeler, Caventou,Manuel pharm. et drog., t.1, 1821, p.168).
2. Au fig. Gâter quelque chose, quelqu'un. Le Cardinal, au roi: Surtout, n'allez pas vous laisser ramollir. Les larmes de la femme moisissent le coeur de l'homme (Audiberti,Mal court, 1947, ii, p.156).
Emploi pronom. Elle m'écrit une lettre, un chef d'oeuvre (...). La voici: «Quand je pense que je n'ai eu qu'un fils et qu'il s'est moisi sur une armoire!» (Goncourt,Journal, 1860, p.746).
REM.
Moisissant, -ante, part. prés. en emploi adj.Sortez de ma tête, ô manoirs moisissants, Où devaient se passer d'étranges adultères, Par les temps tristes, en Angleterre (Jammes,De l'angélus, 1898, p.94).V. abyssal ex. 8.Au fig. Ici tu trouves mille remèdes à l'ennui et une infinité de choses dignes d'occuper ton esprit durant l'éternité: l'odeur moisissante des minutes d'avant trois siècles (Milosz,Amour. initiation, 1910, p.208).Beaucoup de ménagères (...) débraillées, en pilou, sans fichu, les mèches moisissantes dans le crachin, la jupe crottée, les bas défaits, trempés (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p.251).
Prononc. et Orth.: [mwazi:ʀ], (il) moisit [mwazi]. Att.ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Part. passé 1176-81 (Chrétien de Troyes, Chevalier au Lion, éd. W. Foerster, 2851: pains moisiz et ses; leçon ms. P [xiiies.]: musy; ms. V [xiiies.]: musiz); 1228 pastez moussiz (Jean Renart, G. de Dole, éd. F. Lecoy, 1047); b) part. passé subst. av. 1465 (Charles d'Orléans, Balade, LXXX, éd. P. Champion, p.131); c) 1690 trans. (Fur.); 2. ca 1200 fig. «(d'une chose) rester improductif» (Poème moral, éd. A. Bayot, 2007: tant lo [l'avoir, l'argent] garde enclos qu'il musist et empire). Du lat. mūcēre «être moisi» (Caton, en parlant du vin; d'où le type a. fr. muisir), devenu *mŭcēre, prob. sous l'infl. du lat. mŭsteus «doux comme le moût, riche en jus» (dér. du lat. mŭstum, v. moût; d'où l'adj. mo(u)isse «moite, humide, moisi» (relevé dans les dial. de Bourgogne, Lorraine, Dauphiné, ainsi qu'en prov., FEW t.6, 3, p.270 a; et le subst. m. fr. moyse «terre humide» 1580, Loiret ds Gdf.) ou de *mŭcidus (moite*), d'où le type moisir. Fréq. abs. littér.: 93.

Wiktionnaire

Verbe

moisir \mwa.ziʁ\ intransitif ou transitif ou pronominal 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se moisir)

  1. Se couvrir de moisissure.
    • On a gardé trop longtemps ce pâté, il a moisi. (Pronominal) il s’est moisi.
  2. (Figuré) Rester longtemps dans la même situation, au même endroit, en parlant d'une personne.
    • Voyez-vous, madame, reprit-il, un peu embarrassé, vous ne pouvez pas éternellement moisir dans cette turne. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 61)
  3. Altérer, dénaturer par la moisissure.
    • L’humidité a moisi ces confitures.
    • Du pain, du fromage, un sirop moisi.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

MOISIR (moi-zir) v. n.
  • 1Se couvrir d'une petite végétation cryptogamique, en parlant de certaines substances ; ce qui indique qu'elles s'altèrent (voy. MOISISSURE, n° 2). Le Moïse [titre d'un poëme] commence à moisir par les bords, Boileau, Sat. IX. Le pain doit être fait au biscuit pour ne pas moisir, Raynal, Hist. phil. X, 4.

    Fig. Rester longtemps. M. Mathieu ne laisse point moisir l'argent entre les mains de ceux qui lui doivent, Regnard, Sérénade, 22.

  • 2 V. a. Rendre moisi. C'est l'humidité qui a moisi ce pâté.
  • 3Se moisir, v. réfl. Devenir moisi. Tout se moisit dans les lieux humides.

SYNONYME

MOISIR, CHANCIR. Étymologiquement, moisir, c'est devenir muqueux ; et chancir, c'est se couvrir de blanc. Aujourd'hui chancir est beaucoup moins usité que moisir, et il indique un degré d'altération moins avancé que moisir.

HISTORIQUE

XIIIe s. Fors que pain noir, dur et haslé, Tout muisi et tout très salé [lisez tresalé, c'est-à-dire passé, qui a perdu ses qualités], Rutebeuf, II, 173.

XIVe s. Mes cil ont leur lances tendues, à pointes luizanz et moisies [rouillées], Guiart, t. II, p. 273, V. 7090 (16070)

XVe s. Adonc seray en l'eaue de liesse Tost refreschi, et au souleil de France Bien nectié de moisy de tristesse, Orléans, Bal. 122. Se on nous bailloit par inventaire Deux mil escuz en une armoire, Ils n'auroient garde de y moisir, Villon, Baillevent et Malepaie. Les miens [écus] ne moisissent guere, Pourvu que je treuve à boire ; Je sai qu'après le trespas Plus ne servent les ducats, Basselin, XXXII.

XVIe s. Ils [les grains] commencent à se moisir et à sentir le rance, Montaigne, II, 186.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MOISIR. Ajoutez :
4 Fig. Se détériorer au moral. Il faut réputer…les plus misérables hommes du monde… ceux qui, n'ayant soin que de leur ventre et de leur paillardise, laissent moisir leurs âmes en l'assoupissement d'une abominable oisiveté, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MOISIR, v. n. (Gram.) Voyez l’article Moisissure.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « moisir »

Du latin mucere (« être moisi »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. mozir ; du lat. mucere, qui vient de mucus (voy. MUCOSITÉ). Moisir vient de mucere ( 1er e long), comme plaisir, de placere (1er e long), taisir, de tacere (1er e long), etc. ; mais ces verbes, à sens inchoatif, prennent dans la conjugaison deux ss, comme s'ils venaient de thèmes en escere : moisissant, moisissais, etc.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « moisir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
moisir mwazir

Citations contenant le mot « moisir »

  • Entre le XIe et le XIIe siècle, la légende raconte qu’une année de vendanges très abondantes, le vin s’était mis à moisir faute de récipients pour le conditionner. Pour sauver la récolte, le consul de l’époque eut une idée lumineuse : annoncer dans la ville et ses environs qu’un bœuf volant (le "volo biòu") s’élancerait depuis une falaise. midilibre.fr, Tournée de l'été : Midi Libre fait étape à Saint-Ambroix ce jeudi 16 juillet - midilibre.fr
  • de vendanges très abondantes, le vin s’était mis à moisir faute de récipients pour le conditionner. Pour sauver la récolte, midilibre.fr, "Une belle endormie" - midilibre.fr
  • Hey! Salut, je suis une star désuet des années 90, je tentais d’imiter Sonic en mode plus Ado vilain grincheux. Je proposais des dizaines d’animations de morts façon cartoon et une difficulté atroce. Oui, vous avez deviné, Bubsy bien sûr. On m’a laissé moisir après le four Bubsy 3D, puis en 2017 on sort un pseudo jeu. Pour que personne ne m’oublie, on en ressort un autre rapidement dont le design a été fait en 10 minutes sur un coin de table. Air-Gaming, ►Test Bubsy : Paws on Fire!, le test sur Switch | Par des amoureux du jeu vidéo
  • Mais elle sait aussi qu’elle dispose de trois ans pour sanctionner, comme le prévoit ce même statut. Elle pourrait laisser le dossier moisir pour le ressortir au moindre écart, en faisant peser sur Anthony une violence psychologique inacceptable et en plaçant chaque collègue dans la crainte de devoir se retrouver dans une situation similaire quand bien même il ou elle ne ferait que son travail d’inspection, ce qui est l’un des objectifs poursuivis, et ce d’une façon particulièrement vicieuse : mettre au pas toute une profession par le contrôle des comportements individuels. La ministre ne donne à vrai dire aucun signe d’ouverture, puisqu’elle ne daigne même pas répondre à la demande de rendez-vous émanant du bureau confédéral de la CGT ! , Mobilisation face à la répression contre l’inspecteur du travail Anthony Smith | NPA
  • Bien sûr, les saints, pour ne pas parler de Jésus lui-même, nous rappellent que les moyens de Dieu ne sont pas ceux du monde, que le bien ne fait pas de bruit, que l’essentiel est invisible pour les yeux, etc. Il n’en reste pas moins que l’intellectuel saint Thomas d’Aquin osait publier ses œuvres, au lieu de les laisser moisir dans le grenier de son couvent ; que saint Jean Bosco obtenait des subsides d’un ministre anticlérical alors tout-puissant ; que la Petite Thérèse a désiré les vocations les plus improbables, et a écrit une œuvre ! Les moyens de Dieu passent par le secret de l’âme, et par le renoncement personnel (et communautaire) aux séductions du monde, mais ils ne dédaignent pas d’agir, à grande échelle et selon les truchements idoines, sur ce même monde. Aleteia, Rechercher le succès à tout prix, est-ce bien chrétien ?

Images d'illustration du mot « moisir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « moisir »

Langue Traduction
Anglais mold
Espagnol molde
Italien muffa
Allemand schimmel
Chinois 模子
Arabe قالب
Portugais mofo
Russe форма
Japonais
Basque moldea
Corse muffa
Source : Google Translate API

Synonymes de « moisir »

Source : synonymes de moisir sur lebonsynonyme.fr

Moisir

Retour au sommaire ➦

Partager