La langue française

Mieux

Sommaire

  • Définitions du mot mieux
  • Étymologie de « mieux »
  • Phonétique de « mieux »
  • Citations contenant le mot « mieux »
  • Images d'illustration du mot « mieux »
  • Traductions du mot « mieux »
  • Synonymes de « mieux »
  • Antonymes de « mieux »

Définitions du mot mieux

Trésor de la Langue Française informatisé

MIEUX, adv.

I. − [Compar. de supériorité de bien]
A. − Adv. D'une manière plus satisfaisante, plus conforme à certains critères d'appréciation.
1.
a) Verbe + mieux ou mieux + verbe (+ subst., pron. neutre ou inf.).Nous n'avons fait que creuser plus avant à mesure que nous avons mieux appris l'anatomie (Janin,Âne mort, 1829, p.6).Je décide de regarder mieux. Je fixe mon regard sur elles (Merleau-Ponty,Phénoménol. perception, 1945, p.261).Si l'on veut s'efforcer de mieux pénétrer ce donné et de le comprendre davantage (Lacroix,Marxisme, existent., personn., 1949, p.69).
SYNT. S'accorder, chercher, comprendre, connaître, convenir, dormir, écouter, écrire, entendre, expliquer, exprimer, parler, répondre, respirer, réussir, saisir, savoir, vivre mieux.
Loc. verb.
Aimer mieux. V. aimer ex. 131, 133 à 140.
Aller mieux. [Le suj. désigne une chose] S'améliorer, prospérer. Aller mieux/être mieux/se porter mieux. [Le suj. désigne une pers.] Être en meilleure santé. Vous êtes mieux bien que très souffrant encore. Je veux espérer que cette lettre vous trouvera dans un état de convalescence plus décidé (Gobineau,Corresp.[avec Tocqueville], 1850, p.124).V. aussi aller1ex. 43.Fam., pop., iron. Ça ne va pas mieux. Synon. pop. (non mais) ça va pas (la tête)!«Ça ne va pas mieux», répète le poilu à toute chose, même de mince importance, qui ne va pas selon son souhait; misère infinie, fatalité inexorable (Esn.Poilu1919, p.573).[S'apercevant que je regardais dans mon porte-monnaie, elle] me jeta en manière de nargue: «Ça va pas mieux! t' gaffes en douce si je t'ai pas fauché? (...)» (M. Stéphane,Ceux du trimard, 1928, p.59).
Dire mieux; pour mieux dire. V. dire1II C 5 d.
Être mieux. Être plus à l'aise, en de meilleures conditions. À chaque moment nous croyons être mieux, à chaque moment nous sommes pis. La confiance trop abusée s'éloigne sans retour (Senancour,Rêveries, 1799, p.80).De longues banquettes de velours vert, sur lesquelles il faisait bon s'étendre à plat ventre pour lire. Mais combien on était mieux encore (...) sur les marches mêmes (Gide,Si le grain, 1924, p.360).
Faire mieux; faire mieux de + inf. Avoir intérêt à. V.faire1II B 1.Faire mieux/rendre mieux. Produire meilleur effet. V. faire1ex. 40.
Pouvoir mieux; on ne peut mieux. Cet habit coquet des nonnes lui allait à ravir (...) On ne peut mieux (Musset,Lorenzaccio, 1834, i, 3, p.100).
Valoir mieux. Avoir plus de valeur, d'avantages, de qualités. Neuve elle [la noblesse] se vendait alors; elle valait mieux (Courier,Pamphlets pol., Lettres partic., 2, 1820, p.62).
Ça vaut mieux (pour vous), ça ne vaut pas mieux. − Mais tu ne mourras pas! − Si, si, ça vaut mieux, il le faut! (Zola,Débâcle, 1892, p.629).
Il vaut mieux (+ inf.).Il vaut mieux avoir froid et rester toujours bien éveillé (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan, t.2, 1870, p.80).
Mieux vaut + subst. ou inf. (littér.).Je suis devenue impatiente, irritable... Mieux vaut me laisser seule dans mon coin (Mauriac,Mal Aimés, 1945, iii, 1, p.223).
Proverbe. Reculer* pour mieux sauter.
b) Mieux + part. ou adj. verbal.Mieux portant(e). Le faux témoignage est ce qu'il y a de plus chic, de mieux porté, cette année, dans la haute société (Mirbeau,Journal femme ch., 1900, p.159).Certaines élèves plus charmantes que les autres, plus jolies, mieux douées (Breton,Nadja, 1928, p.39).Me faire (...) une idée de lui plus complète et mieux informée (Billy,Introïbo, 1939, p.88).
SYNT. Mieux accueilli, armé, assorti, composé, disposé, éclairé, inspiré, instruit, qualifié, renseigné, servi, traité.
c) Littér. Mieux + adj.Les noms fameux d'Arles, d'Avignon (...) personnifient à nos yeux les formes composites les plus attrayantes de la beauté. L'antiquité s'y mêle au moyen âge pour nous être mieux accessible (Barrès,Cahiers, t.5, 1907, p.288).Qui donc aurait été mieux capable de te comprendre? Qui t'a plus regardé depuis dix ans et avec de meilleurs yeux? (Claudel,Soulier, 1944, 2epart., 2, p.1047).
2. [En corrélation avec que compar.]
a) Mieux que + subst. ou adj. ou pron. dém., poss., etc.Au fond, pourquoi se lever? On est mieux assis que debout, mieux couché qu'assis (Maran,Batouala, 1921, p.22).Ce n'est pas tant le divorce que je blâme (...), c'est le mariage. Il me semble que tout vaudrait mieux que le mariage (Colette,Naiss. jour, 1928, p.16).V. aussi aimer ex. 132, 146 et bien1ex. 8.
Expr. Mieux que ça (v. ami ex. 67); mieux que jamais; mieux que personne. Il a éprouvé mieux que personne combien nos efforts sont vains (Lemaitre,Contemp., 1885, p.204).
Proverbes
Mieux vaut tard que jamais. (Dict. xixeet xxes.).
Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée. V. ceinture ex. 5.
Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras. Une seule chose acquise vaut mieux que plusieurs possessions hypothétiques. Il [l'homme de catégorie moyenne] prépare obstinément ses fils à l'imiter, en vue de la retraite, aussi certaine que misérable, au moyen de laquelle lui et eux termineront leur carrière. Un bon tiens vaut mieux que deux tu l'auras (Gobineau,Pléiades, 1874, p.88).
b) Mieux que (de) + inf.Le jeune couple a passé ici sa première nuitée (...). Cela ne vaut-il pas mieux que de livrer la mariée aux curiosités de l'auberge (Amiel,Journal, 1866, p.297).L'action prend toute la pensée et la garde, comme une bonne terre boit l'eau. Car saisir vaut mieux qu'admirer; mais faire vaut mieux que saisir (Alain,Beaux-arts, 1920, p.339).V. aussi aimer ex. 145, 147.
Rem. Dans ce tour, l'emploi de la prép. de devant l'inf. est usuel mais facultatif.
c) Mieux que + sub. compar.Les petites Irlandaises qui ramaient si bien, chantaient mieux encore et dansaient mieux qu'elles ne chantaient, et faisaient l'amour mieux encore (J. Bousquet,Trad. du silence, 1936, p.209).V. aussi aimer ex. 141, 142.
Rare. Mieux que si.Et puis ne vaut-il pas mieux tuer le diable que si le diable nous tue? (L'Héritier,Suppl. Mém. Vidocq, t.1, 1830, p.296).
Rem. Dans ce tour, l'emploi de ne devant le verbe de la sub. est usuel (notamment lorsque le verbe de la principale est à l'affirmative).
3. [En corrélation avec plus ou moins] Moins ils comprendront, mieux ils marcheront (Camus,État de siège, 1948, 1repart., p.222).
4. Loc. adv.
a) À qui mieux mieux. À qui fera mieux que l'autre, à l'envi, avec émulation. Ils se mirent à l'aimer à qui mieux mieux, aux enchères pour ainsi dire (Céline,Voyage, 1932, p.100).
b) D'autant mieux. Ce sont de vieux chevaliers, assis en dehors de la barrière, qui jugent d'autant mieux les coups, qu'ils ne sont plus capables d'en porter (Jouy,Hermite, t.4, 1813, p.324).
c) Ni mieux ni pis/ni pis ni mieux/ni mieux ni plus mal. Achetez, donnez Chambord, c'est la cour qui le mangera; le prince n'en sera ni pis ni mieux (Courier,Pamphlets pol., Disc. souscr. acquis. de Chambord, 1821, p.75).
5. Loc. interj. [Pour exprimer la satisfaction, p. oppos. à tant pis; parfois iron.] Tant mieux. Thérèse: (...) Je ne remettrai plus jamais les pieds à la maison. Brotonneau: Eh bien, tant mieux! (Flers, Caillavet,M. Brotonneau, 1923, i, 16, p.10).
Tant mieux pour + subst. ou pron. pers., etc.Tant mieux pour Paul. C'est un gentil garçon, il mérite ça (Zola,Nana, 1880, p.1379).
Tant mieux si + sub.V. démantibuler B, emploi pronom.
En appos. Docteur/médecin tant-mieux ou tant-pis. V. médecin A.
B. − Adj. inv.
1. En épithète, fam. Synon. de meilleur.Je rêve à des vers mieux, Bien mieux que ceux de tout à l'heure (Verlaine,Poèmes divers, Sites urbains, 1896, p.229).
2. En attribut. D'une qualité supérieure, en meilleure santé, etc. Sembler mieux. Ces femmes répétaient que les hommes n'avaient point assez de force pour se venger, et qu'elles se montreraient mieux que les hommes (Le Moniteur, t.2, 1789, p.538).Trouvant sa mère mieux de jour en jour (Balzac,Cous. Bette, 1846, p.391).
En partic. [Avec être]
Être mieux, être mieux à même de. Être plus agréable, plus joli, plus valeureux, plus apte à, etc. Vue claire de la misère (...) en chaque homme; dans les plus éminents (...). Je ne sais pas si les saints étaient mieux que ceux-ci (Dupanloup,Journal, 1852, p.158).Je la comparai à MmeChantal! Certes, MllePerle était mieux, cent fois mieux, plus fine, plus noble, plus fière (Maupass.,Contes et nouv., t.2, MllePerle, 1886, p.631).
C'est mieux (ainsi/comme ça). Il ajouta que c'était mieux ainsi, que cette solution le réjouissait (Proust,Sodome, 1922, p.1072).
C'est mieux que rien (du tout). C'était mieux que rien du tout, une telle satisfaction (Céline,Voyage, 1932, p.169).
Ce n'en est que mieux. Si les moyens aussi sont imposés, ce n'en est que mieux (Alain,Propos, 1921, p.225).
Il est mieux de + inf.Il serait mieux d'être plus humble, plus prosterné, plus chrétien. Malheureusement (...) je n'ai point la perfection évangélique (Chateaubr.,Mém., t.3, 1848, p.303).
Il est mieux que + sub. au subj.Il est mieux qu'il voie sa lettre non ouverte. Mais il serait encore mieux (...) qu'il ne me trouvât pas même chez moi (Stendhal,L. Leuwen, t.3, 1836, p.386).
Qui mieux est ou, p. ell., mieux (que tout cela/que ça) + deux points ou virgule. Ce qui est encore plus appréciable, remarquable; p. iron., ce qui est pire. Quitter Kerloven, n'était-ce pas revenir à la liberté, et, qui mieux est, à la vie élégante (Ponson du Terr.,Rocambole, t.3, 1859, p.555).Adieu, ou mieux, à bientôt (Flaub.,Corresp., 1865, p.35).Il avait trouvé un bon camarade; et mieux: une bonne camarade (Larbaud,F. Marquez, 1911, p.92).
3. De mieux. S'il y avait eu quelque chose de mieux ou de plus cher, tu l'aurais eu (Scribe,Bertrand, 1833, ii, 4, p.155).
Expressions
Ce qu'il y a de mieux; il n'y a rien de mieux. Vous en avez tiré ce qu'il y avait de mieux à en extraire. Ce n'est pas votre faute si la matière première était de médiocre valeur (Tocqueville,Corresp.[avec Gobineau], 1843, p.72).
Ce qu'on fait de mieux; ce qui se fait de mieux (dans le genre); ne rien pouvoir faire de mieux. Il est prouvé maintenant qu'une promenade de plusieurs après-midi sur les boulevards (...) suffit à nous apprendre «tout ce qui se fait de mieux au monde» (Mallarmé,Dern. mode, 1874, p.712).Par le rebondissement, l'esprit, le bonheur, l'aisance, la Veine est, de loin, ce que Capus a fait de mieux (Renard,Journal, 1901, p.651).
Ne rien trouver de mieux (parfois iron.). Ainsi, vous n'avez rien trouvé de mieux, pour légitimer votre existence, que de la consacrer à ce qui n'existe plus (Audiberti,Quoat, 1946, 1ertabl., p.29).
C. − [Avec une valeur nominale neutre sans art.]
1. Quelque chose de plus estimable. Espérer, mériter mieux. Nous avez-vous trouvé la charrette requise et les boeufs demandés? − J'ai trouvé mieux que cela, répondit-il d'un air parfaitement satisfait de lui-même (Dumas père, Monte-Cristo, t.1, 1846, p.484).Si mes deux amis voulaient entrer au conseil comme ministres d'État sans portefeuille, le Roi en serait charmé, promettant mieux pour la suite (Chateaubr.,Mém., t.3, 1848, p.43).Tu ne veux pas payer de ta personne (...) j'attendais mieux de toi (Gobineau,Pléiades, 1874, p.110).
Expressions
Avoir mieux (que cela); avoir mieux à faire que de + inf. (v. faire1II B 1). Il y a mieux. Méditation, dévotion, tout cela leur paraît excellent. Il y a mieux néanmoins, il y a la contemplation, et quand la grâce appelle à ce mieux, a-t-on le droit d'hésiter? (Bremond,Hist. sent. relig., t.4, 1920, p.570).Il n'y a pas mieux. Quand on est gentille, avec ça... quand on est une belle femme, il n'y a pas mieux (Mirbeau,Journal femme ch., 1900, p.182).Fam. Il y a mieux mais c'est plus cher.
Ne pas demander mieux que de + inf. ou que + sub. au subj.V. demander II A 2 b.
Ne pas pouvoir dire mieux; disons mieux. C'est dans les notes relatives à l'enfance que nous trouverons le germe des étranges rêveries de l'homme adulte, et, disons mieux, de son génie (Baudel.,Paradis artif., 1860, p.443).[Pour provoquer à la surenchère] Qui dit mieux? Moi, mes enfants, j'suis d'Clichy-la-Garenne! Qui dit mieux? (Barbusse,Feu, 1916, p.22).
On (ne) fait (pas) mieux. − Elle est mignonne, ta femme? − On ne fait pas mieux (Benjamin,Gaspard, 1915, p.14).
2. [Mieux est précédé d'une prép.]
a) [à] S'attendre à mieux. Allons inviter une quelconque Carline. Je n'ai pas droit à mieux (Farrère, Homme qui assass., 1907, p.340).
b) [de]
Faute de mieux. V. faute I B 2.
Fam. (Numéral +) de mieux.De plus, en supplément. Tu donnes deux cents sacs pour connaître le nom de l'homme qui a buté ton pote?... T'en donnes pas cent de mieux, si je te dis en même temps qui a repassé le petit Ali? (Simonin,Touchez pas au grisbi, 1953, p.216).− Bin, vzêtes pas jeune: trente ans. − Et quinze de mieux (Queneau,Zazie, 1959, p.113).
Rem. On trouve parfois le tour mieux de: Ce dîner (...) coûterait mieux de vingt francs par tête chez le meilleur restaurateur (Stendhal, L.Leuwen, t.3, 1836, p.216).
c) [en] . Une âme changée en mieux (Joubert,Pensées, t.1, 1824, p.179).
De mieux en mieux. De plus en plus, de mieux en mieux, l'homme est appelé à se suffire (Gide,Journal, 1943, p.208).Parfois iron. De mieux en mieux, mon ami! (...) Au moins, pensez-vous qu'elle soit belle, malgré son grand âge? (Nodier,Fée Miettes, 1831, p.66).
De bien en mieux (vx). (Dict. xixes.).
Rem. 1. Mieux A et B (plus rarement C) peut être précédé d'un adv. de quantité encore, guère, infiniment, un peu mieux. C'est dans l'ombre que les coeurs causent, Et l'on voit beaucoup mieux les yeux Quand on voit un peu moins les choses (Géraldy, Toi et Moi, 1913, p.27). Je me suis sentie mieux. Tellement mieux que, à la fin de l'après-midi, j'ai pu me lever (Martin du G., Thib., Épil., 1940, p.856). V. aussi ballon1ex. 17. 2. Si mieux (vx). Synon. tellement mieux. Elle mourut le jour de la Chandeleur, après avoir été si mieux qu'on la croyait guérie (Sand, F. le Champi, 1850, p.46). 3. Pop. Plus mieux. Les colons c'est plus mieux que (...) les soldats, les curés (Musette, [Cagayous phil.], 1906, p.56).
D. − Substantif
1. Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. Changement positif, bien supérieur. C'est un temps spirituel (...). Ses changements sont des améliorations, des développements. Il consume le mal pour le bien, et efface le bien par le mieux (Joubert,Pensées, t.1, 1824, p.330).La mansarde remplacée par le sous-sol, c'est une frappante image du progrès moderne et de son mensonge du mieux (Goncourt,Journal, 1864, p.90).La conception du mieux, le besoin d'art, ne peut élever chacun qu'au rêve de devenir, à son tour, celui qui commande, celui qui exploite (Frapié,Maternelle, 1904, p.215).
Proverbe. Le mieux est l'ennemi du bien (v. ennemi II B 2). Cet adage, que le mieux est l'ennemi du bien, fondé sur un sophisme, qui consiste à appeler mieux en lui-même ce qui paroît mieux à l'homme, et qui souvent est mal (Bonald,Législ. primit., t.1, 1802, p.191).
2. Subst. masc. Amélioration dans l'état d'un malade. Il y eut un grand mieux; il se sentit tout-à-coup plus calme (Krüdener,Valérie, 1803, p.275).L'emplâtre rovoque une légère transsudation: il y a du mieux (Toepffer,Nouv. genev., 1839, p.167).J'espère surtout que votre santé se soutient (...) Je compte que vous allez me dire que le mieux dont vous vous félicitez (...) ne fait que se consolider (Gobineau,Corresp.[avec Tocqueville], 1859, p.304).
II. − [Superl. de bien]
A. − Adv. De la manière la plus satisfaisante, la plus conforme à certains critères d'appréciation.
1. [Mieux est précédé de l'art. déf.]
a) Verbe + le mieux ou le mieux + verbe.Connaître, convenir, pouvoir, réussir, savoir le mieux. L'homme le plus fort et le plus adroit est celui qui développe le mieux les organes qu'il a reçus (Bonald,Législ. primit., t.1, 1802, p.329).M. Sully-Prudhomme est le poète qui a le mieux dit, avec le plus d'émotion et le moins de bravade,sans emphase ni banalité, ce qu'il y avait à dire (Lemaitre,Contemp., 1885, p.59).Le génie ayant la plus grande expérience de l'intelligence, peut le m!eux comprendre les idées qui sont le plus opposées à (...) ses propres oeuvres (Proust,J.filles en fleurs, 1918, p.568).V. aussi aimer ex. 143.
Expressions
Aller le mieux du monde (parfois iron.). Restons comme nous sommes; tout va le mieux du monde; enivrons-nous du mystère des instants! (Milosz,Amour. initiation, 1910, p.96).
Verbe + le mieux que + sub.L'honnête homme joue son rôle le mieux qu'il peut, sans songer à la galerie (Chamfort,Max. et pens., 1794, p.31).
Rem. Dans ce tour, le verbe de la sub. est parfois au subj., mais non obligatoirement.
b) Le/la/les mieux + part. passé/prés. ou adj.Le mieux connu, fait, réussi. La tête la plus parfaite, la taille la mieux prise qui fût dans la capitale (Restif de La Bret.,M.Nicolas, 1796, p.6).Ses verdicts, dans tous les cas, les plus subtils, les plus douteux, les mieux sujets aux ergotages devenaient des vérités massives (Céline,Mort à crédit, 1936, p.400):
. En général, le mâle l'emporte en beauté dans tous les êtres. Il est (...) le plus fort dans les quadrupèdes qui pâturent, le mieux armé dans les animaux qui combattent pour la proie, le plus paré et le mieux chantant dans ceux qui ne semblent vivre que pour aimer et pour plaire. Bern. de St-P.,Harm. nat., 1814, p.328.
Le mieux possible. V. emboutissage b ex. de Rivière (dér. s.v. emboutir).
En mot composé, à valeur de subst. fém. La mieux-aimée. La femme préférée. Le petit hôtel que je louai fut occupé depuis par M. De Lally-Tollendal et MmeDenain, sa mieux aimée, comme on disait du temps de Diane de Poitiers (Chateaubr.,Mém., t.2, 1848, p.183).Quel geste fera-t-elle, la mieux-aimée, en m'apercevant sur le seuil de l'alcôve? (Milosz,Amour. initiation, 1910, p.101).
Rem. 1. Lorsque le mieux précède un part./adj. au fém. ou au plur., l'art. peut rester inv. s'il s'agit d'insister sur un degré d'excellence atteint par rapport à la notion qu'exprime le part. ou l'adj., plutôt que sur les êtres ou les choses comparés entre eux. Les intrigues le mieux concertées, quoique tissues avec tout l'art et l'expérience possible, ont quelquefois, des suites fâcheuses (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p.253). 2. Le tour le mieux + part. ou adj. + que ou qui est gén. suivi d'une sub. au subj. (supra b, ex. de Restif de la Bretonne).
2. Des mieux + part. passé/prés. ou adj.Des mieux choisis, élevés, préparés. Le docteur est des plus intelligents, des mieux cultivés, des plus instruits (Gide, Journal, 1943, p.222).V. aussi famé A 2 ex. de Bernanos.
Rem. ,,Des mieux veut toujours l'accord de l'adjectif avec un nom ou un pronom au pluriel: Des personnages des mieux introduits (...). Si le nom ou le pronom est au singulier, l'adjectif se met au pluriel, selon l'usage et l'Académie: Une tarte des mieux réussies. (...) On rencontre parfois, dans ce sens, l'invariabilité: Voilà un homme des mieux fait. L'invariabilité est de rigueur quand l'adjectif se rapporte à un pronom neutre: Cela n'est pas des mieux réussi`` (Thomas 1956).
B. − Substantif
1. Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre
a) Bien suprême, le plus haut degré d'excellence, le meilleur. Quand il s'agit de savoir ce qui est le bien et le mieux (...), Platon laisse échapper partout de sa main quasi sacerdotale les an-tiques solutions religieuses (P. Leroux,Humanité, 1840, p.57).Quiconque aspire au mieux est poëte, car le mieux ici-bas est l'inconnu, l'idéal comme la poésie (Reybaud,J. Paturot, 1842, p.357).Nous avons tous trop souffert, anges et hommes, De ce conflit entre le Pire et le Mieux (Verlaine, Œuvres poét. compl., Jadis, Paris, Gallimard, 1962 [1884], p.379).
Expressions
Le mieux (qu'on puisse faire, etc.), (c')est de/que. Nous passons nos vies de telle sorte que le mieux qu'il en puisse advenir c'est qu'elles paraissent faites à peu près de la même étoffe que nos songes (Barrès,Cahiers, t.11, 1914, p.77).Le mieux qu'on ait à faire, le plus commode, en calculant bien, est encore de s'abstenir (Aymé,Jument, 1933, p.210).Le mieux qu'on puisse faire, c'est de détourner les yeux et de penser à autre chose (Sartre,Nausée, 1938, p.160).
Le plus tôt sera le mieux. C'est votre avis que je veux entendre, et le plus tôt sera le mieux (Bernanos,Soleil Satan, 1926, p.129).
b) [Le mieux est précédé d'une prép.]
[à]
Au mieux. Au maximum, au plus dans les meilleures conditions ou les circonstances les plus favorables. Ces signes de circonstance réduisent les visages humains au rang des caractères abstraits; ce ne sont, au mieux, que de bons acteurs (Alain,Beaux-arts, 1920, p.253).
(Verbe + )au mieux.De la meilleure façon. Agir, arranger au mieux. V. débit1B 3 ex. de Perroux.
Être au mieux (avec qqn). Avoir les meilleures relations, être du dernier bien. Vous dites donc qu'elle est bien avec l'adjoint? − Oui, oui, au mieux! (Vallès,J. Vingtras, Enf., 1879, p.8).
Tout est/va au mieux. Le temps est ici superbe (...). Je me porte fort bien, et tout va au mieux (Napoléon Ier, Lettres Joséph., 1806, p.110).
En mettant les choses au mieux. Songe qu'en mettant les choses au mieux, tu ne peux être agrégé avant vingt-six ans. Et combien c'est impossible! (Rivière,Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p.211).
FINANCES
(Acheter, vendre) au mieux. (Acheter, vendre) au cours le plus favorable. (Dict. xixeet xxes.).
Ordre au mieux. ,,Ordre (...) obligatoirement exécuté en totalité «au premier cours», et quel que soit ce cours. Le terme «au mieux» est ambigu car (...) cette formule ne signifie en aucun cas «au mieux des intérêts du client», mais «au mieux des possibilités du marché»`` (Gestion fin. 1979). Les ordres au mieux, ceux dont on laissait la libre exécution au flair de l'agent, déterminaient la continuelle oscillation des cotes différentes (Zola,Argent, 1891, p.327).
Au mieux de. De la façon la plus appropriée à. Vacance à l'artiste d'user, au mieux de ses désirs, des moyens techniques ainsi rendus disposibles (Huyghe,Dialog. avec visible, 1955, p.196).
[de] De + adj. poss. + mieux.Avec la meilleure volonté, en déployant toutes ses resources. Aider, consoler, se défendre, expliquer, répondre de son mieux. Je m'efforçai de les réciter de mon mieux, de les parer de tout le prestige du débit (Florian,Fables, 1792, p.6).L'on s'exterminait, ma foi, comme on pouvait. On faisait de son mieux (Hugo,Légende, t.5, 1877, p.983).
[du] Du mieux que l'on peut; tout du mieux que l'on pourra. Je ne hasarde aucun projet et occupe du mieux que je peux des jours effroyablement vides, à l'étude (Gide,Journal, 1944, p.278).
[pour] Verbe + pour le mieux.Au mieux. Faire pour le mieux. Nous répondions pour le mieux, sans bégueulerie et de bonne humeur (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p.200).
Tout est/se passe/va pour le mieux. Tout se passait pour le mieux, À la grande gloire de Dieu (Ponchon,Muse cabaret, 1920, p.12).
Proverbe. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes (v. meilleur II A 1, proverbe).
2. Subst. masc. ou fém. Chose ou personne qui possède le maximum de qualités. I's ont cru prend' le mieux, mais c'est nous qui sommes les mieux, dit Fouillade (Barbusse,Feu, 1916, p.83).Crois-tu qu'il est beau, ce petit? (...) Ce sera le mieux des trois (...) celui-ci a plus de finesse, plus de distinction (Bourdet,Sexe faible, 1931, i, 275).
Vx, fam. Verbe + des mieux.De la meilleure façon, d'une manière propre à ceux qui ont les meilleures qualités. Il parlait toscan, et s'exprimait des mieux dans ce divin langage (Courier,Pamphlets pol., Réponses aux anon., 2, 1822, p.162).De tout temps (...), les gens de lettres n'ont pas été des mieux et n'ont pas fait très-bon ménage avec les hommes politiques (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t.9, 1864, p.176).Le chapelier (...) prit un chapeau dont il coiffa Roté. − Voilà qui va des mieux, dit-il (Courteline,Linottes, Météores, 1897, ii, p.164).
Rare. Subst. + des mieux.Parmi les plus remarquables. Deux femmes des mieux m'ont apparu cette nuit (Verlaine, Œuvres compl., t.2, Parall., 1889, p.165).
Prononc. et Orth.: [mjø]. D'apr. Lerond 1980, hésitation [ø/oe], ou timbre intermédiaire, dans les positions autres que fin de groupe, ex. de mieux en mieux [dəmjø/oezɑ ̃mjø]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Adv., compar. de bien a) ca 881 melz + verbe au cond. + que (Eulalie, 16 ds Henry Chrestomathie, p.3); b) ca 1050 (Alexis, éd. Chr. Storey, 20: des melz gentils de tuta la cuntretha); c) ca 1100 e mielz (après un chiffre) «et plus encore» (Roland, éd. J. Bédier, 539); d) ca 1150 al miels que + verbe pouvoir (Wace, St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 1007); 1216 du mieux que (Guillaume Le Clerc, Fergus, 105, 24 ds T.-L.: Or fai do mius que tu poras!); e) ca 1170 qui mialz mialz (Chrétien de Troyes, Erec, éd. M. Roques, 2683) d'où 1489 a qui mieulx mieulx (A. Chartier, Livre des quatre dames, 18, éd. J.C. Laidlaw, p.198); f) 1174-76 estre mielz de (qqn) (Guernes de Pont Sainte-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 468); 1732 être le mieux du monde (avec qqn) (Marivaux, Serments indiscrets, II, 3 ds Littré); 1828 être au mieux avec qqn (Delécluze, Journal, p.488); g) ca 1221 modifiant un adv. (Jean Renart, Lai Ombre, éd. F. Lecoy, 284: miex plesaumant); h) ca 1260 de mieuz en mieuz (Menestrel de Reims, éd. N.de Wailly, p.9); 2. adj. ca 1100 (Roland, 44: Asez est melz qu'il i perdent lé chefs Que nus perduns l'onur ne la deintet); 3. subst. a) ca 1100 des mielz «des meilleurs, de la meilleure partie de» (ibid., 1822); b) 1176 faire son mialz (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 3911); c) xiiies. le miex... est «l'avantage... est que» (Lancelot, éd. A.Micha, Ia, 12, t.7, p.7); d) 1676 un mieux «une amélioration de l'état de santé» (Mmede Sévigné, Lettres, éd. Monmerqué, t.4, p.511). Du lat. melius, neutre pris substantivement de melior, v. meilleur. Fréq. abs. littér.: 33408. Fréq. rel. littér.: xixes.: a)45009, b) 51187; xxes.: a) 45093, b) 49129.

Wiktionnaire

Adverbe

mieux \mjø\

  1. Comparatif de bien. D’une manière plus accomplie, d’une façon plus avantageuse.
    • Personne n’entend mieux les affaires que lui, n’écrit mieux que lui, ne parle mieux que lui.
    • Il chante mieux, beaucoup mieux, bien mieux qu’il ne faisait.
    • Vous ne sauriez mieux faire.
    • Ses affaires vont mieux que jamais.
    • Il a été mieux reçu qu’il ne le croyait.
    • Vous seriez mieux sur ce fauteuil que sur cette chaise.
  2. Davantage ; plus ; pour indiquer la préférence.
    • Notons qu'il existe, entre les deux races, quelques exemples d'un type mixte : voici un putto couronné de lierre dont la tête fait penser à celle d'un satyreau, ou, mieux encore, un putto sur le point de se métamorphoser en satyreau, […]. — (Roger Stuvéras, Le putto dans l'art romain, éd. Latomus, 1969, p. 17)
    • J’aime mieux cette étoffe que l’autre. — Il vaut mieux, mieux vaut, Il est plus à propos, plus avantageux.
    • Il vaut mieux attendre un peu. — Mieux vaut s’accommoder que de plaider. — Il vaudrait mieux qu’il se tût, plutôt que de parler sur ce ton.
  3. (parler gaga) Plus.
    • C'est mieux cher si tu achètes à l'unité.

Adjectif

mieux \mjø\

  1. Meilleur.
    • Il n’y a rien de mieux, rien n’est mieux que ce que vous dites.
  2. En meilleure santé, en meilleur état.
    • Il est mieux, un peu mieux, beaucoup mieux.
    • Il n’est guère mieux. — Il était mieux hier qu’aujourd’hui.
  3. Qui est d’une figure, d'un aspect, d’un extérieur plus agréable.
    • Cette femme est mieux, est beaucoup mieux que sa sœur.
  4. Qui est d’une meilleure conduite, d’un meilleur caractère.
    • Ce jeune homme s’est beaucoup corrigé : il est certainement mieux qu’il n’était autrefois.
    • Mieux que tout cela, Il y a quelque chose de mieux à dire, à faire que ce qu’on a proposé.
    • On vous conseille de plaider, de vous désister ; mieux que tout cela, offrez à votre partie adverse moitié de ce qu’elle demande.

Nom commun

mieux \mjø\ masculin Note d’usage : S’emploie avec ou sans article.

  1. Ce qui est meilleur.
    • Je m’attendais à mieux que cela.— Il est changé en mieux. — En attendant mieux.
  2. (En particulier) Meilleure santé, meilleur état.
    • Les mêmes médecins qui avaient guéri la fille menèrent la mère à mieux. — (Paul Verlaine, Mes prisons et autres récits autobiographiques, Confessions ; Éditions Messein, Le Livre de Poche, Paris, 1973, page 116)
    • Il y a du mieux dans son état, il y a un mieux sensible, le mieux se maintient.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MIEUX. adv.
Comparatif de Bien. D'une manière plus accomplie, d'une façon plus avantageuse. Personne n'entend mieux les affaires que lui, n'écrit mieux que lui, ne parle mieux que lui. Il chante mieux, beaucoup mieux, bien mieux qu'il ne faisait. Vous ne sauriez mieux faire. Ses affaires vont mieux que jamais. Il a été mieux reçu qu'il ne le croyait. Vous seriez mieux sur ce fauteuil que sur cette chaise. Tant mieux. Voyez TANT. Il s'emploie, dans certains cas, pour indiquer la préférence et signifie alors Davantage, plus. J'aime mieux cette étoffe que l'autre. Il vaut mieux, mieux vaut, Il est plus à propos, plus avantageux. Il vaut mieux attendre un peu. Mieux vaut s'accommoder que de plaider. Il vaudrait mieux qu'il se tût, plutôt que de parler sur ce ton. Adjectivement, Il n'y a rien de mieux, rien n'est mieux que ce que vous dites. Être mieux, Être en meilleure santé, en meilleur état. Il est mieux, un peu mieux, beaucoup mieux. Il n'est guère mieux. Il était mieux hier qu'aujourd'hui. Être mieux signifie aussi Être d'une figure, d'un extérieur plus agréable. Cette femme est mieux, est beaucoup mieux que sa sœur. Être mieux signifie encore Être d'une meilleure conduite, d'un meilleur caractère. Ce jeune homme s'est beaucoup corrigé : il est certainement mieux qu'il n'était autrefois. Mieux que tout cela, Il y a quelque chose de mieux à dire, à faire que ce qu'on a proposé. On vous conseille de plaider, de vous désister; mieux que tout cela, offrez à votre partie adverse moitié de ce qu'elle demande.

MIEUX s'emploie substantivement avec ou sans article. Je m'attendais à mieux que cela. Il est changé en mieux. En attendant mieux. Prov., Le mieux est l'ennemi du bien, On peut gâter une bonne chose en voulant la rendre meilleure. Il y a du mieux dans son état, il y a un mieux sensible, le mieux se maintient, se dit d'un Malade qui commence à se mieux porter. Aller vers le mieux. Faute de mieux, À défaut d'une chose meilleure, plus convenable. Faute de mieux, je m'arrangerai du logement que vous me proposez. Fam., À qui mieux mieux, À l'envi l'un de l'autre. Aller de mieux en mieux, Faire toujours quelque progrès vers le bien, vers un état meilleur. Il faut espérer que cela ira de mieux en mieux. Ses affaires vont de mieux en mieux.

LE MIEUX, adv. Superlatif de Bien. C'est l'homme du monde le mieux fait. Il s'en est tiré le mieux qu'il a pu. De tous nos grands écrivains c'est celui que j'aime le mieux. Il s'emploie aussi substantivement comme superlatif. Le mieux est de n'en point parler. Il a tout arrangé pour le mieux. Il a fait du mieux qu'il a pu. C'est le mieux que vous puissiez faire. On dit aussi Il fera de son mieux. J'ai fait de mon mieux. Le mieux du monde, au mieux, loc. adv. Excellemment. Cela va le mieux du monde. Cela est au mieux. Faire quelque chose au mieux.

Littré (1872-1877)

MIEUX (mieû ; l'x se lie : de mieû-z en mieux) adv.
  • 1Comparatif de l'adv. bien : d'une manière plus accomplie, plus complète. Je te connais, Léonce, et mieux que tu ne crois, Corneille, Héracl. I, 4. Usez-en comme moi ; le ciel sait qui vit mieux, Rotrou, Antig. V, 5. Nous verrons qui tiendra mieux parole des deux, Molière, le Dép. II, 2. On n'en peut pas user mieux que je fais, je pense, Molière, Tart. V, 4. J'ai peu lu ces auteurs [les satiriques] ; mais tout n'irait que mieux, Quand de ces médisants l'engeance tout entière Irait la tête en bas rimer dans la rivière, Boileau, Sat. IX. Pelletier écrit mieux qu'Ablancourt ni Patru, Boileau, ib. IX. Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux, Racine, Andr. II, 2. Vos malheureux enfants seront-ils mieux vengés ? Voltaire, Fanat. I, 1.

    Aller mieux, se rétablir d'une maladie.

    Mieux que tout cela, signifie il y a quelque chose de mieux à dire, à faire, que ce qu'on a proposé. Vous voulez écrire, vous voulez envoyer un messager ; mieux que tout cela, allez-y et expliquez-vous de vive voix.

  • 2Tant mieux, voy. TANT.
  • 3Plus, davantage. J'aime mieux cette étoffe que l'autre. Ne fais point d'autre crime, et j'atteste les dieux Qu'au lieu de t'en haïr, je t'en aimerai mieux, Corneille, Hor. II, 5. Es-tu de mon honneur si mortelle ennemie Que je te plaise mieux couvert d'une infamie ? Corneille, ib. IV, 7. Vous le faire voir conduisant le légat de Sa Sainteté, montrant des vertus de l'ancienne Rome aux prélats de la nouvelle, et faisant admirer à cette nation une judicieuse sincérité qui valait mieux que ses subtilités et ses adresses, Fléchier, Duc de Mont. Ne m'est-il donc rendu que pour mieux m'affliger ? Voltaire, Mérope, III, 4.

    Il vaut mieux, mieux vaut, c'est-à-dire il est plus à propos, plus expédient. Mieux vaut s'accommoder que de plaider.

  • 4Trop mieux s'emploie quelquefois pour mieux. Trop mieux aimant suivre quelque dragon, Dont il savait le bachique jargon, Gresset, Vert-Vert.
  • 5Avec le, il est superlatif. De tous nos grands écrivains, c'est celui que j'aime le mieux. Qu'il soit le mieux renté de tous les beaux esprits, Boileau, Sat. IX. Le vers le mieux rempli, la plus noble pensée…, Boileau, Art p. I.

    Au pluriel, on dira les hommes le mieux doués ou les mieux doués. Ceux qui étaient les mieux versés dans sa sainte loi, Bossuet, Sermons, Ambition, fragment sur le même sujet.

    Pour la distinction entre le et les, voy. l'article LE, n° 14.

    Mieux, pour le mieux. Et je tiendrais des deux celui-là mieux épris, Qui favoriserait ce que je favorise, Et ne mépriserait que ce que je méprise, Corneille, D. Sanche, III, 4. C'est par là que son feu se peut mieux exprimer, Corneille, D. Garc. I, 1. Olivier Patru était l'homme du royaume qui savait mieux notre langue, Perrault, Hommes ill. Patru.

    Des mieux, c'est-à-dire comme qui fait le mieux, comme ce qu'il y a de mieux. Je m'acquitte des mieux de la charge commise, Corneille, la Place roy. I, 2. Je n'entends pas des mieux Comme il faut qu'un hélas s'explique, Corneille, Agés. IV, 5. Il en parle des mieux, c'est un jeu qui lui plaît, Corneille, la Suiv. IV, 8. M. Chapelain dit que danser des mieux, chanter des mieux est une élégance de bas style, Vaugelas, Rem. notes Th. Corn. t. I, p. 197, dans POUGENS. Est-ce bien s'expliquer ? - Des mieux, et nettement, La Fontaine, l'Eunuque, V, 5. Je le relance seul, et tout allait des mieux, Lorsque d'un jeune cerf s'accompagne le nôtre, Molière, Fâch. II, 7. Enfermez-vous des mieux, Molière, Éc. des femmes, V, 5. Toute la troupe était magnifique, M. de la Trousse des mieux, Sévigné, 3 janv. 1689. Il cause des mieux et n'a aucun air qui déplaise, Sévigné, 18 mars 1671. Un grand et beau carrosse de velours noir, étoffé des mieux, Sévigné, 11 mai 1683.

    Cette locution a arrêté les grammairiens, qui ont déclaré ne pouvoir l'expliquer et qui l'ont généralement condamnée. L'historique permet pourtant de s'en rendre compte : être des mieux, a signifié être parmi les meilleurs, les plus habiles, les plus puissants. Il fait cela des mieux, peut donc s'interpréter : il fait cela entre les meilleurs, les plus habiles, comme les meilleurs, les plus habiles.

  • 6Mieux se prend quelquefois adjectivement (d'autant plus facilement, que melius n'est que le neutre de melior), et signifie meilleur, plus convenable, plus propre à la chose dont il s'agit. Il n'y a rien de mieux, rien n'est mieux que ce que vous dites. J'ai le repos, les rois n'ont rien de mieux, Voltaire, Bastille.

    Ne pas aimer, ne pas demander mieux, faire très volontiers. Tertullien parlait à des hommes qui persécutaient Jésus-Christ et qui n'auraient pas mieux aimé que d'attaquer la doctrine, et même la personne de ses défenseurs, Chateaubriand, Génie, I, I, 3.

    Si mieux n'aimez, à moins que vous ne jugiez préférable. Écrivez-moi, si mieux n'aimez venir. Si mieux n'aime la mère en créer une rente, La Fontaine, Fabl. II, 20.

    Pour mieux dire, pour s'exprimer avec plus de justesse. Elle a toujours sacrifié ses ressentiments, et n'a jamais voulu nuire, non pas même à ceux qu'elle pouvait croire ses ennemis ou, pour mieux dire, ses envieux, Fléchier, Mme de Mont.

    Absolument. Être mieux, être en meilleure santé, en meilleur état.

    Être mieux, signifie aussi se rétablir d'une maladie. La fièvre l'a quitté ; il est mieux.

    Être mieux, être d'une figure, d'un extérieur plus agréable. Ce jeune homme est mieux que son frère.

    Être mieux, être, paraître à son avantage. Quand on est bien parée, on en est toujours mieux, Régnier, Sat. XII.

    Être mieux, être d'une meilleure conduite, d'un meilleur caractère. Ce jeune homme s'est amendé ; il est bien mieux qu'il n'était l'année dernière.

  • 7Mieux signifie quelquefois, quelque chose d'autre, quelque chose de supérieur. En attrapant mieux que des puces, On a vu carlins et bassets Caresser Allemands et Russes, Béranger, Requête.

    Vous lui supposez dix mille livres de rente ; il a mieux que cela, il a plus.

    Cette dame se donne trente ans, elle a mieux que cela, elle est plus âgée.

    Cet emploi de mieux pour dire plus riche, plus âgé, ne va guère au delà des deux locutions ci-dessus rapportées ; et dire : il a mieux de dix mille de rentes, il a mieux de quarante ans, est un provincialisme.

  • 8 S. m. Mieux, ce qui est meilleur. Les dieux ne font jamais rien que pour notre mieux, D'Urfé, l'Astrée, II, 10. On pardonne aisément à qui trouve son mieux, Corneille, Mél. II, 6. Croyez que nous tromper ce n'est pas votre mieux, Corneille, Suiv. V, 6. Le moins qu'on peut laisser de prise aux dents d'autrui, C'est le mieux…, La Fontaine, Fabl. X, 9. Dieu fait tout pour le mieux, Sévigné, 589. Tout cela sera replongé, s'il plaît à Dieu, dans le silence ; c'est tout le mieux, Sévigné, 27 déc. 1688. La volonté de Dieu est cause de tout le bien et de tout le mieux qui se trouve dans la créature, Bossuet, Libre arb. 2. Il faut conclure que les chrétiens étaient retenus dans l'obéissance, non par des opinions particulières que l'Église n'approuvait pas, mais par les principes communs du christianisme ; il n'y a donc plus moyen de dire que tout cela n'était qu'un conseil et un mieux, Bossuet, 5e avert. 14.

    PROVERBE

    Le mieux est l'ennemi du bien, c'est-à-dire, on peut gâter une bonne chose en voulant la rendre meilleure.

    Pour le mieux, c'est-à-dire pour obtenir ce qui est le meilleur, préférable. Et j'ai cru pour le mieux Qu'il fallait de son fort l'attirer en ces lieux, Corneille, Nicom, I, 5. On lui dit [à Jupiter] qu'il était père ; Et qu'il laissât, pour le mieux, à quelqu'un des autres dieux, D'autres tonnerres à faire, La Fontaine, Fabl. VIII, 20.

    Faire de son mieux, faire aussi bien que l'on peut. Puisqu'on le veut ainsi, je ferai de mon mieux, La Fontaine, Tabl. Tenez pour sûr qu'il y fit de son mieux, La Fontaine, Fér. M. et Mme de Chaulnes font de leur mieux pour m'y retenir, Sévigné, 76. Je l'ai fait tout de mon mieux, Sévigné, 239. Si j'attends encore… je ferai moins bien ce que je puis faire aujourd'hui de mon mieux possible, Rousseau, 3e promen.

    PROVERBE

    Il fait comme Robin fit à la danse, tout du mieux, se dit pour excuser quelqu'un qui fait tous ses efforts, sans réussir complétement.

    Au mieux, tout au mieux, loc. adv. Très bien. À table trouvant tout au mieux, Je crois qu'un ordre des cieux Tient en haleine la sagesse, Béranger, Deo gratias.

    Le mieux du monde, c'est-à-dire très bien, aussi bien qu'il est possible. Je sais que vous parlez, monsieur, le mieux du monde, Molière, Mis. V, 1.

    Le mieux du monde, dans la plus grande amitié, intimité. Tu me parais être le mieux du monde avec ta maîtresse, Marivaux, Serm. indiscr. II, 3.

    Du mieux que, le mieux que, tout du mieux, tout le mieux que, loc. conjonct. Aussi bien qu'il est possible dans une circonstance, aussi bien qu'il est possible à telle personne. Elle bâtit un nid, pond, couve, et fait éclore à la hâte ; le tout alla du mieux qu'il put, La Fontaine, Fabl. IV, 22. Allez ; si elle meurt, ne manquez pas de la faire enterrer du mieux que vous pourrez, Molière, Méd. m. lui, III, 2. Voilà une personne… qui aura soin pour moi de vous traiter du mieux qu'il lui sera possible, Molière, Pourc. I, 10. Il faudra faire du mieux qu'on pourra, Bossuet, Lett. quiét. 204.

    Tout le mieux qu'on puisse faire, la plus grande concession qu'il soit possible de faire. Tout le mieux qu'on puisse faire pour les animaux, c'est de leur accorder des sensations, Bossuet, Connaiss. V, 5.

  • 9Mieux se dit sans article en ce même sens. Gourville lui dit qu'il lui donnerait une place à l'hôtel de Condé, qui lui vaudrait deux cent cinquante livres de rente, logé, nourri, et tout cela en attendant mieux, Sévigné, 43.

    Faute de mieux, à défaut d'une chose meilleure, plus convenable.

    Familièrement. À qui mieux mieux, à l'envi l'un de l'autre. Nous en aurions ici toute la joie imaginable : on vous y aime à qui mieux mieux, Bussy-Rabutin, Lettres, t. II, p. 305. Les peuples, qui ne craindront plus la surcharge des tailles personnelles, travailleront à qui mieux mieux, Vauban, Dîme, p. 129.

  • 10Amélioration dans la santé d'un malade. Le mieux ne s'est pas soutenu. Hier matin il était sans fièvre… ces sortes de mieux sont quasi toujours traîtres ; et tout d'un coup il est retombé dans l'agonie, Sévigné, 1er juill. 1676. S'il paraît quelque mieux dans l'état du malade, Bossuet, Pensées, 38. Le jeudi 29, le roi ayant paru se ranimer, ce mieux apparent fut si exagéré, que le duc d'Orléans se trouva seul, Duclos, Règne de Louis XIV, Œuvr. t. V, p. 150.

    Aller de mieux en mieux, faire toujours quelque progrès vers le bien, vers un état meilleur.

    De bien en mieux, même sens. La reine se porte tous les jours de bien en mieux, Pellisson, Lett. hist. t. I, p. 395, dans POUGENS.

REMARQUE

1. Mieux se met après le verbe ; mais quand c'est à un temps composé, il se met d'ordinaire avant le participe passé : il chante mieux qu'hier ; il a mieux chanté aujourd'hui qu'hier. Cependant on pourrait dire aussi : Il a chanté mieux aujourd'hui qu'hier.

2. Avec mieux suivi de deux infinitifs séparés par que, on met de avant le second, bien que le premier ne soit pas précédé de cette préposition : Il vaut mieux prévenir le mal que d'être réduit à le punir, Fénelon, Tél. XI. C'est évidemment l'oreille qui a exigé l'interposition de ce de, afin de mieux marquer le commencement du second membre de phrase. Cependant ce ne serait pas une faute de le supprimer : Il vaut mieux prévenir le mal que le punir.

3. La locution à qui mieux mieux mérite quelque explication. La préposition à n'y est pas primitive, et nos anciens disaient : qui mieux mieux ; ils disaient aussi qui plus plus. Dans l'exemple de Joinville : Il se laissèrent cheoir de la nef en la barge, qui plus plus, qui mieux mieux, on interprétera en disant : celui qui se laissa choir plus, mieux, fit plus, mieux ; de là le sens d'émulation a été indiqué abréviativement par qui plus plus, qui mieux mieux. L'addition de la préposition à empêcherait l'explication grammaticale, à laquelle on ne parvient que quand on l'a écartée à l'aide des textes anciens. Mais, la locution une fois reconnue, on voit qu'elle a été traitée avec la préposition à ainsi que plusieurs autres : à qui pis fera, à bouche que veux-tu, etc.

HISTORIQUE

Xe s. Melz [elle] sostendreiet les empedementz Qu'elle perdesse sa virginitet, Eulalie.

XIe s. Eufemien, si out à num li pedre [le père], Cons [comte] fut de Rome, des melz ki dunc i erent [étaient], St Alexis, IV Si il ne pot prover sor saintz que melz ne sot [sut] juger, Lois de Guill. 15. Melz en valt l'orl [le bord] que ne font cinq cens livres, Ch. de Rol. XXXVIII. Meilz [je] voeil morir que guerpir son barnet, ib. XXXIX. Mon escient, deus cens ans [il] a et mielz, ib. X.

XIIe s. Qui valent mex de [que] mil livres d'or mier [pur], Ronc. 30. Au miex qu'il pot, s'est dressé en seant, ib. 124. Car cil qui pert honor vaurroit [voudrait] miex mors que vis [vivant], Sax. XXVI. Assez aim [j'aime] mieuz morir en bon desir, Que vivre iriez et m'amie haïr, Couci, IX. J'aim melz ainsi soufrir et endurer Ces très dous maus…, ib. X. Un petiz biens vaut mieuz, si Diex me voie, Qu'on fait courtoisement, Que cent greignor [plus grands] fait eniousement, ib. XVI. Onques vers li [elle] n'oi [je n'eus] faus cuer ne volage ; Si m'en devroit pour tant mieuz avenir, ib. XI.

XIIIe s. Et s'ausi est que pour lui [elle] mourir [je] doie [doive], Ce est la mort dont miex mourir devroie, Anonyme, dans Couci, p. 126. Et li rois Felippe comencha terre à tenir à toujours de mius en mius, Chr. de Rains, 11. Une grant sueur le prist partout le cors, et il li fu miex, Mir. de St Louis, p. 161. Miex [elle] ressemble [à] Bertain que ne peindroit peigniere [peintre], Berte, XI. C'est le mieux que j'i sache, ainsi le loeroie [je le conseillerais], ib. CXVII. Nus ne doit estre mix crus de son torfet que cil qui le reconnoit en son testament, Beaumanoir, XII, 13. Nos gens se lesserent cheoir de la grant nef en la barge, qui plus plus, qui miex miex, Joinville, 214.

XIVe s. Les choses qui sont selon Dieu et nature viennent au mieux qu'il est possible, Oresme, Eth. 21.

XVe s. Et leur prioit si acertes qu'il pouvoit, que chacun le voulust suivre au mieux monté et appareillé qu'il pourroit, Froissart, I, I, 29. [Ils] ne demandoient mie mieux, Froissart, II, III, 34. Et s'arma chacun qui mieux mieux, et monterent à cheval ceux qui avoient chevaux, Froissart, I, I, 99. Amis, je l'ay fait pour le miex. Myst. Barl. et Jos. dans GUI DE CAMBRAI, p. 377. Et s'il voit son mieux [son avantage], il n'attend mie qu'on le vienne assaillir, ains advise son point de courir, Bouciq. IV, 4. En ces flours a moult de delis [délices], De deduit, de joliveté ; Au mieulx venir n'ont qu'un esté, Deschamps, Poésies mss. f° 531. Mais au fort, ma joye mondaine, J'endureray pour avoir mieulx, Orléans, Chans. 55. Raison, Dieu fait tout pour le mieulx, Orléans, Bal. 102. Par Jesus, le roi des cieux ne sçay si vous en vallez mieux, Monstrelet, I, 274. Qui metteroit ces herbes… deseure l'uys de l'estable où les vaches couchent, en disant : que Dieu les sauve et saincte Bride, elles donneront laict tousjours de bien en mieulx, les Év. des quen. p. 76. Et chascune à son tour, qui mieulz mieulz, ait loy de parler, ib. p. 106. L'en vous fait tout le mieulx que l'en peut… mais qui mieulx vous fait et pis vous a, ib. p. 87. Et si aucun leur en veult faire quelques remonstrances, nul ne le soutiendra, et, au mieulx venir, le tiendront à fol, Commines, V, 18.

XVIe s. Tabours, chalemines, Sonnoient à mieulx mieulx, Marot, J. V, 173. À ma douleur, si vous pry, vueillez faire Quelque bon tour, dont il m'en soit de mieux, Marot, J. V, 244. Si tu la vis, remercie tes yeux, Car œil mortel jamais ne verra mieulx, Saint-Gelais, 196. Il a mieux de quatre vingts mille escus de rente, Carloix, I, 28. Depuis, elle s'est tousjours portée de mieulx en mieulx, Marguerite de Navarre, Lett. 11. Toute ceste compaignie se porte si bien, qu'il est impossible de mieulx, Marguerite de Navarre, ib. [Les ennemis sont nombreux] à tant mieulx ; car nous en desferons tant plus, Amyot, Pélop. 58. Ilz estoient rengez en bataille si bien, qu'il n'estoit pas possible de mieulx, Amyot, Eumènes, 29. Il fut un des plus puissans et mieux estimez personnages de Rome, Amyot, C. d'Utiq. 1. C'est à l'envy, à qui mieulx mieulx, Montaigne, IV, 367. Tant testonné, que trop mieulx ressembloyt quelque petit angelot qu'ung homme, Rabelais, Garg. I, 15. Je le dy pour plus fort te encourager à profficter de bien en mieux, Rabelais, Pant. II, 8. L'amant est bien novice, et son art il apprend, Quand il trouve son mieux, si son mieux il ne prend, Ronsard, 144. Reveille toy, ma fille mieux aimée, Ronsard, 634. Estant le mieux que bien venu, fut par plusieurs jours festoyé avec toutes les allegresses que l'on pourroit souhaitter, Pasquier, Recherches, livre VIII, p. 697, dans LACURNE. Vous nourrissez vos enfants, afin qu'il [le tyran] les mene, pour le mieulx qu'il face, en ses guerres, La Boétie, Serv. volont.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « mieux »

Du latin melius qui donne melz en ancien français ; puis mielz mais aussi miels, mialz ou mieulx. Mieux est attesté dès le début du XIIIe siècle. Cette forme dénote une supplétion car son étymologie est distincte de celle de bien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, mî ; namur. mia ; bourguig. meu ; provenç. mels, meils, mielhs, miels ; anc. catal. mills ; ital. meglio ; du lat. melius (voy. MEILLEUR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mieux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mieux mjø

Citations contenant le mot « mieux »

  • Une mère sait mieux. De Edna Ferber
  • Autrement : pas mieux. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Faire, défaire, pour mieux faire. De Eugène Schueller
  • On ment mieux par écrit. De Henry de Montherlant
  • La France présente un taux de létalité assez élevé en Europe, mais d’autres indicateurs sont nécessaires pour apprécier la sévérité du Covid-19. À l’hôpital, la meilleure connaissance de la maladie permet désormais aux soignants de mieux anticiper d’éventuelles aggravations. La Croix, En France, le coronavirus tue encore mais on le combat mieux
  • Aussitôt, elle profite du premier vote sur le budget de la ville pour faire adopter une baisse de sa propre indemnité d'environ un tiers. « On a souhaité mieux partager le gâteau et on s'était engagé à faire preuve de sobriété », justifie la jeune édile, qui touchera désormais un peu plus de 3000 euros nets par mois. leparisien.fr, «Mieux partager le gâteau» : ces nouvelles maires écologistes qui baissent leur indemnité - Le Parisien
  • https://www.capital.fr/entreprises-marches/pernod-ricard-a-resiste-mieux-que-prevu-1376148 Capital.fr, PERNOD RICARD a résisté mieux que prévu - Capital.fr
  • Rompues à l’exercice de l'accueil de jeunes bacheliers, l’ESSCA et l’IESEG proposent un florilège d’actions pour mieux intégrer leurs étudiants. L’école angevine organise une semaine d’accueil avec des parties imposées – présentation des programmes, etc. – et des parties libres. Pour cette rentrée atypique, la semaine de bienvenue sera raccourcie avec un accueil par "grappe". , Rentrée 2020 : les écoles de commerce renforcent leurs dispositifs pour mieux accueillir les nouveaux bacheliers - L'Etudiant
  • Le mieux pour casser les clichés véhiculés par le golf c'est de tester et voir par vous-même. Le golf des Bords de Loire vous accueille du lundi au samedi de 10 heures à 17 heures avec une fermeture à la mi-journée et le mardi toute la journée.  France Bleu, Pour casser les clichés du golf, il vaut mieux tester par soi-même à Andrézieux-Bouthéon

Images d'illustration du mot « mieux »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mieux »

Langue Traduction
Anglais better
Espagnol mejor
Italien meglio
Allemand besser
Chinois 更好
Arabe أفضل
Portugais melhor
Russe лучше
Japonais より良い
Basque hobeto
Corse megliu
Source : Google Translate API

Synonymes de « mieux »

Source : synonymes de mieux sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mieux »

Partager