La langue française

Louage

Définitions du mot « louage »

Trésor de la Langue Française informatisé

LOUAGE, subst. masc.

[Correspond à louer2A et B]
A. − Action de louer quelque chose ou quelqu'un; action de se louer; résultat de cette action. Il est vrai qu'il me coûte cher, le louage de ton haquet (Verlaine, Œuvres compl., t. 4, Mém. veuf,1886, p. 227):
1. S'il [un valet] s'embauche chez un maître, c'est par un contrat de louage, où sont stipulées les conditions de prix et de durée. Le louage se fait à la semaine, ou au mois, ou à l'année, ou même pour un temps plus long. Faral,Vie temps st Louis, 1942, p. 71.
B. − De louage
1. [En parlant d'un bien] Que l'on donne ou que l'on prend en location.
a) [En parlant d'un bien immobilier] Chambre de louage. Il était presque attaché (...) à cette terrasse en jardin, qui ne faisait même pas partie de son logis de louage (Loti,Matelot, 1893, p. 82).
b) [En parlant d'un bien mobilier] Voiture de louage. Les chaises à porteurs, les unes de maîtres, les autres de louage (Gautier,Fracasse, 1863, p. 294):
2. Nous nous levions avec le jour et nous partions jusqu'à la nuit sur de petits chevaux de louage, tous deux seuls, allant à la découverte dans cette admirable forêt pleine de sites imprévus, de productions variées, de fleurs splendides et de papillons merveilleux... Sand,Hist. vie, t. 4,1855, p. 418.
c) P. anal.:
3. Avant, je n'étais qu'au bord de la vie (...). Mais j'ai fait le plongeon (...). J'ai choisi: je possède des choses vraies. Avant je n'avais que des vérités de louage. Avant j'étais dispersé et sans lien. Maintenant je m'appartiens et je ne suis plus seul. Larbaud,Barnabooth, 1913, p. 360.
2. [En parlant d'une pers.] Que l'on a engagé à son service; qui s'est engagé au service de quelqu'un pour un temps donné, généralement assez court. Domestique de louage. Quelque détachement de bergers de louage (Gracq,Syrtes, 1951, p. 27).
P. anal., péj. Voulant un appartement à double sortie pour les femmes du monde, − et baisant à dix francs dans des coupés des femmes de louage (Goncourt,Journal, 1857, p. 376):
4. Ces hommes qui fréquentent tous les pouvoirs (...), ces admirateurs de louage, lesquels, éperdus, me venaient dire qu'on n'avait jamais vu sous le soleil un Mécène tel que moi, se réservant de me proclamer, à ma chute, le plus pauvre des humains... Chateaubr.,Mém., t. 3,1848, p. 237.
C. − DR. CIVIL. Contrat de louage
1. (Contrat de) louage (de choses). Synon. contrat de bail*, de location.Contrat écrit ou verbal par lequel le bailleur s'oblige à faire jouir le preneur d'une chose mobilière ou immobilière pendant un certain temps et moyennant un prix déterminé que le preneur s'engage à payer. Permettez! l'article 1719 qui régit les contrats de louage oblige le propriétaire à entretenir sa maison en parfait état de service (Courteline,Article 330, 1900, p. 275).
2. Louage d'ouvrage
a) (Contrat de) louage d'ouvrage, d'industrie. Contrat par lequel une personne s'engage à effectuer un ouvrage pour une autre personne moyennant un prix déterminé. Synon. contrat* d'entreprise.Du louage d'ouvrage appliqué à la construction des édifices (Réau-Rond.1951, p. 796, § 12).
b) DR. DU TRAVAIL. (Contrat de) louage de services. Contrat par lequel une personne (un salarié) s'engage à mettre son activité professionnelle à la disposition d'une autre personne (un employeur) et à travailler sous sa direction moyennant une rémunération déterminée ou salaire. Synon. contrat de travail.Le contrat de louage de services occupe dans nos codes une bien petite place (Durkheim,Divis. trav. soc., 1893, p. 359).
REM.
Louageur, subst. masc.,vieilli ou région. (Belgique). Celui qui fait métier de donner à loyer des biens mobiliers, en particulier des voitures, des chevaux. Duboc, louageur, (...) l'aurait voituré de Rouen à Yvetot (Flaub.,Corresp., 1841, p. 82).Zilcken s'est arrangé avec un «louageur» et un magnifique quasi-carrosse nous a ramenés (...) tôt à Hélène-Villa (Verlaine, Œuvres compl., t. 5, Quinze jours en Holl.,1893, p. 228).
Prononc. et Orth.: [lwa:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1253 prendre a loage (Pierre de Fontaines, Conseils, XXIX, II, éd. A. J. Marnier, p. 342); 1262 tenir a liuage (doc. Arch. mun. Douai ds Gdf.); 1283 bailler a louage (Beaumanoir, Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 286); 1552 chambre de louage (Est. s.v. mereo-meritorius). Dér. de louer2*; suff. -age*. Fréq. abs. littér.: 123. Bbg. Piron (M.). Les Belgicismes lexicaux. Mél. Imbs (P.) 1973, p. 301 (s.v. louageur).

Wiktionnaire

Nom commun

louage \lwaʒ\ masculin

  1. Cession de l’usage de quelque chose, faite par le propriétaire pour un certain temps, moyennant un certain prix.
    • Devant une vieille voiture de louage, portant la livrée d’un cocher, Fersen les attendait. — (Évelyne Lever, Marie-Antoinette, Fayard, 1991, chap. 25)
    • On vient en foule me réclamer le prix du louage, mais je n’ai un peu d’argent qu’à Nouakchott. Les propriétaires devront donc attendre. — (Louis Frèrejean, Mauritanie, 1903-1911 : Mémoires de randonnées et de guerre au pays des Beidanes, présenté et annoté par Geneviève Désiré-Vuillemin, Éditions Karthala, 1995, p. 149)
    • D’une façon générale, le législateur a divisé le louage en deux parties : le louage de choses et le louage d’ouvrage. Le premier comprend le louage des biens meubles et celui des immeubles. Le second englobe le louage de services personnels et le contrat d’entreprise. — (Bernard Clermont et Benoît Yaccarini, Initiation au droit des affaires du Québec, Presses Université Laval, 4e éd. : 1986, p. 254)
  2. (Maghreb) Taxi collectif.
    • Rapide, pratique et peu onéreux, le louage est un moyen de transport national en Tunisie. Forme institutionnalisée du covoiturage, ces minibus ou grands taxis collectifs accueillent jusqu’à 8 passagers et filent d’une destination à une autre dès que les places sont prises. — (Petit Futé Tunisie 2015, p. 34)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LOUAGE. n. m.
Cession de l'usage de quelque chose, faite par le propriétaire pour un certain temps, moyennant un certain prix. Donner, prendre, tenir à louage. Le louage d'une maison. Il paie tant pour le louage, tant de louage. Un cheval, une automobile de louage. Contrat de louage.

Littré (1872-1877)

LOUAGE (lou-a-j') s. m.
  • 1Cession de l'usage d'une chose, pour un temps et pour un prix déterminés. Le louage est un contrat par lequel l'une des parties s'engage, moyennant un prix que l'autre partie s'oblige à payer, soit à procurer à celle-ci pendant un certain temps l'usage ou la jouissance d'une chose, soit à faire pour son compte un ouvrage déterminé, Zachariae, Cours de dr. civ. fr. trad. par Aubry et Rau, 1re éd. § 361. L'air que je respire en ma chambre me coûte aussi cher que le louage de mon logis, Guez de Balzac, liv. II, lett. 4.

    Domestique de louage, domestique dont on loue le service pour peu de temps.

    On dit dans le même sens : carrosse de louage, cheval de louage. Ils allèrent prendre un carrosse de louage, Sévigné, 498.

    Fig. Ces grandes âmes… méprisaient la mort, comme si elles eussent eu des corps de louage, Guez de Balzac, Socrate, Disc. 3.

    Terme de peinture. Figures de louage, dans un tableau, certains personnages inutiles et destinés uniquement à faire nombre.

    Terme de jurisprudence. Action de louage, celle par laquelle le bailleur demande au locataire le payement des loyers et la restitution de son bien en bon état, et aussi celle du preneur pour être mis et maintenu en jouissance de la chose louée.

  • 2Prise à bail. C'est se ruiner que de faire tant de dépenses de louage de maison, d'ajustements et de ballots pour trois mois, Sévigné, 8 nov. 1680.

HISTORIQUE

XIIIe s. Tout cil et toutes celes qui tiennent maison par liuage, Tailliar, Recueil, p. 207. Nus homs ne feme qui manans soit dedens le pooir de ceste vile, qui tiengne maison à louage…, Tailliar, ib. p. 244. Cil qui baille aucune coze à louage le [la] pot demander, quant li termes est passés, Beaumanoir, XXXVIII, 1.

XIVe s. Pour louage de linge, Ménagier, II, 4.

XVe s. Et dist à elle qui parle que il lui feist faire une quictance comment elle confessoit avoir receu la moitié du louage de la dicte maison, Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 221. La maison ou louage d'un marchant, Du Cange, locagium.

XVIe s. Mort et mariage rompent tout louage, Loysel, 474. Le locataire peut user de retention de ses louages pour reparations necessaires, Loysel, 480. Comme l'on peust voir en ceux qui mordent à tout, se donnent à louage et s'asservissent à autruy, Charron, Sagesse, II, 2. Achapt passe louage, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LOUAGE, s. m. (Jurisprud.) qu’on appelle aussi location, est un contrat du droit des gens, par lequel deux ou plusieurs personnes conviennent que l’un donne à l’autre une chose mobiliaire ou immobiliaire, pour en jouir pendant un certain tems, moyennant une certaine somme payable dans les termes convenus.

On entend par ce terme de louage l’action de celui qui loue, & celle de celui qui prend à titre de loyer ; dans certaines provinces, on entend aussi par-là l’acte qui contient cette convention.

Le terme de louage est générique, & comprend les baux à ferme aussi-bien que les baux à loyer.

Celui qui donne à louage ou loyer est appellé dans les baux le bailleur ; & celui qui prend à loyer ou ferme, est appellé preneur, c’est-à-dire locataire ou fermier.

Le louage est un contrat obligatoire de produit, & produit une action, tant en faveur du bailleur, qu’en faveur du preneur.

L’action du bailleur a pour objet d’obliger le preneur à payer les loyers ou fermages, & à remplir ses autres engagemens, comme de ne point dégrader la chose qui lui a été louée, d’y faire les réparations locatives, si c’est une maison.

Celui qui loue doit avoir le même soin de la chose louée, que si c’étoit la sienne propre ; il ne doit point s’en servir à d’autres usages que ceux auxquels elle est destinée, & doit se conformer en tout à son bail. Mais on n’exige pas de lui une exactitude aussi scrupuleuse que si la chose lui avoit été prêtée gratuitement, de sorte que quand la chose louée vient à périr, si c’est par un cas fortuit ou par une faute très-légere du preneur, la perte tombe sur le propriétaire ; car, dans ce contrat, le preneur n’est tenu que de ce qu’on appelle en droit lata aut levis culpa.

L’action du preneur contre le bailleur est pour obliger celui-ci à faire jouir le preneur ; le bailleur n’est pas non plus tenu de levissimâ culpâ, mais il est responsable du dommage qui arrive en la chose louée par sa faute, latâ aut levi.

Il y a un vieux axiome qui dit que morts & mariages rompent tous baux & louages, ce qui ne doit pas être pris à la lettre ; car il est certain que la mort ni le mariage, soit du bailleur ou du preneur, ne rompent point les baux, les héritiers des uns & des autres sont obligés de les tenir : mais ce que l’on a voulu dire par cet axiome, est que, comme la mort & le mariage amenent du changement, il arrive ordinairement dans ces cas que le propriétaire demande à occuper sa maison en personne.

En effet, il y a trois cas où le locataire d’une maison peut être évincé avant la fin de son bail ; le premier est lorsque le propriétaire veut occuper en personne ; le second est pour la réparer ; le troisieme, lorsque le locataire dégrade la maison ou en fait un mauvais usage. Voyez la loi Æde au code locato-conducto.

On loue non-seulement des choses inanimées, mais les personnes se louent elles-mêmes pour un certain tems pour faire quelques ouvrages, ou pour servir ceux qui les prennent à ce titre, moyennant le salaire dont on est convenu. Voyez Domestiques & Ouvriers. Voyez au ff. le titre locati, conducti, au code celui de locato conducto, & aux institutes de locatione conduction. Voyez aussi Bail, Congé, Ferme, & ci-après Loyer. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « louage »

Louer 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de louer avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « louage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
louage luaʒ

Citations contenant le mot « louage »

  • Par ailleurs, le gouverneur a appelé l’ensemble des chauffeurs des taxis louages à respecter les mesures préventives et à ne plus transporter les migrants clandestins indépendamment de leurs nationalités. Réalités Online, Kasserine: arrestation d'un louagiste ayant transporté des subsahariens clandestins | Réalités Online
  • Une voiture de louage s’est renversée, ce mardi après midi, sur l’autoroute A1, dans le sens Sousse – Tunis. Tunisie Numerique, Tunisie – Neuf personnes blessées dans le renversement d'une voiture de louage
  • Conformément aux décisions prises par le gouvernement, dans le cadre du confinement ciblé et notamment, en ce qui concerne la reprise des déplacements des personnes entre les différentes régions du pays, les voitures de louage vont pouvoir reprendre du service, avec l’obligation, néanmoins, de respecter certaines mesures dont la désinfection des véhicules après chaque usage, de même que la désinfection des stations de louage. Le port des masques de protection sera obligatoire pour tous les passagers. Le nombre de passagers sera limité à quatre par voyage. Tunisie Numerique, Tunisie – Voitures de louage : Nouveau tarif et nouvelles règles
  • En effet, cette décision fait suite à la réunion du 27 février 2020. Laquelle se consacrait à la situation du secteur et aux problèmes des professionnels. Notons que depuis des années, les propriétaires de louage n’ont pas entamé une grève similaire. L'Economiste Maghrébin, Tunisie : les propriétaires de louage en grève générale le 11 mars
  • Selon les termes du contrat, la redevance peut être proportionnelle au chiffre d’affaire réalisé par l’exploitation de la marque, ou forfaitaire à la manière d’un loyer, ou encore forfaitaire et proportionnelle au chiffre d’affaires. Le contrat s’apparente ainsi à un contrat de bail ou un contrat de louage encadré par la législation relative aux marques et notamment l’article L. 712-1 du Code de la propriété intellectuelle ainsi que les dispositions générales relatives aux ventes des articles 1582 à 1585 du Code civil. AC Franchise, Licence de marque et franchise, quelles différences ?

Images d'illustration du mot « louage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « louage »

Langue Traduction
Anglais hire
Espagnol alquiler
Italien assumere
Allemand mieten
Chinois 聘请
Arabe توظيف
Portugais contratar
Russe прокат
Japonais 雇う
Basque alokairua
Corse affittu
Source : Google Translate API

Synonymes de « louage »

Source : synonymes de louage sur lebonsynonyme.fr

Louage

Retour au sommaire ➦

Partager