La langue française

Jésuitisme

Sommaire

  • Définitions du mot jésuitisme
  • Étymologie de « jésuitisme »
  • Phonétique de « jésuitisme »
  • Citations contenant le mot « jésuitisme »
  • Traductions du mot « jésuitisme »
  • Synonymes de « jésuitisme »

Définitions du mot jésuitisme

Trésor de la Langue Française informatisé

JÉSUITISME, subst. masc.

A. − Souvent péj. Doctrine religieuse et morale des jésuites. Tout devint un pur duel à mort entre Pascal et la Société [de Jésus], ou, pour parler plus justement, entre le jansénisme d'une part et le jésuitisme de l'autre (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 44).Il [le protestantisme] établit, en Angleterre, un système universel d'hypocrisie, plus habile et plus nuisible que celui qu'il reprochait au jésuitisme, dernier mode du catholicisme expirant (Comte, Catéch. posit.,1852, p. 375).V. abstention ex. 5.
B. − Péj. Caractère dissimulé, hypocrite, voire retors. Maisonnette n'avait pas la coquinerie lâche et profonde, le parfait jésuitisme des rédacteurs du Journal des Débats (Stendhal, Souv. égotisme,1832, p. 105).Le côté sournois, astucieusement méchant, le jésuitisme des physionomies (Goncourt, Journal,1892, p. 282):
C'est la foi, c'est vraiment la foi, avec son aveuglement parfois simulé, avec le jésuitisme de ses renoncements, son entêtement à espérer, dans l'heure même où l'on crie : « Tout m'abandonne!... » Colette, Vagab.,1910, p. 7.
Prononc. et Orth. : [ʒezɥitism]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. 1622 « système moral et religieux des Jésuites » (Garasse, Rech. des recherches, 973 ds Delb. Notes mss); 2. 1753 « manière de penser et d'agir à la jésuite » (Argenson, Journ., VIII, p. 157 ds Brunot t. 6, p. 18 et note 3); 3. 1832 « hypocrisie » (Stendhal, loc. cit.). Dér. de jésuite*; suff. -isme*; on rencontre chez Pasquier la var. jésuisme, début xviies. (Lettres familières, éd. D. Thickett, xxi, 2, p. 367). Fréq. abs. littér. : 45. Bbg. Darm. 1877, p. 212. - Gohin 1903, p. 268.

Wiktionnaire

Nom commun

jésuitisme \ʒe.zɥi.tism\ masculin

  1. Doctrine, système de religion et de conduite attribués aux jésuites.
  2. (Péjoratif) Escobarderie, acte qui semble manquer de franchise et de sincérité.
    • Faites attention : ici il faudra choisir votre camp, il n'ya pas de place pour le double jeu. Ce qu'il me reprochait, en somme, c’était du jésuitisme. — (Jean de La Guérivière, Les bons pères, 2008)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JÉSUITISME. n. m.
Doctrine, système de religion et de conduite faussement attribués aux jésuites. Fig. et dans un sens plus général, C'est du jésuitisme, se dit de Tout acte qui semble manquer de franchise et de sincérité.

Littré (1872-1877)

JÉSUITISME (jé-zui-ti-sm') s. m.
  • 1Système de conduite des jésuites ou de leurs adhérents ; mais en mauvaise part et considéré par rapport à la morale relâchée et aux restrictions mentales qu'on leur attribue.
  • 2Conduite jésuitique. C'est du jésuitisme tout pur.

HISTORIQUE

XVIe s. Pour avoir escrit contre leur jesuisme, Pasquier, Lett. t. II, p. 688.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « jésuitisme »

(Siècle à préciser) Dérivé de jésuite avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « jésuitisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jésuitisme ʒesµitism

Citations contenant le mot « jésuitisme »

  • Au 16e siècle, le mythe jésuite était une querelle réservée aux élites. Au sein d'une population encore largement illettrée, les textes anti-jésuites rencontraient peu d'échos. Mais les accusations colportées dans les Monita Secreta continuent à circuler dans toute l’Europe et, au 19e siècle, des formats plus accessibles prennent le relais pour diffuser le mythe jésuite : chansons populaires, caricatures, romans-feuilletons et presse quotidienne s’inspirent des vieux pamphlets pour colporter les pires accusations et leur donner un nouvel écho. Porté par ces nouveaux moyens de diffusion, l’anti-jésuitisme devient un phénomène de masse. Désormais durablement inscrit dans la culture populaire et la psyché collective, il survit à l’avènement de la modernité. Après les rois catholiques et les princes protestants, les républicains laïcs, les doctrinaires soviétiques et les propagandistes nazis vont à leur tour s’emparer des accusations multiséculaires contre les jésuites pour faire avancer leurs intérêts politiques. Après 1945, l’opinion publique change d’avis sur les jésuites, désormais largement assimilés à un mouvement progressiste qui s’est illustré dans la résistance au nazisme et travaille auprès des plus défavorisés. Mais la légende est tenace. Dans certains recoins d’internet, les anti-jésuites ont trouvé refuge. Premier Saint-Père jésuite de l’Histoire, le Pape François suscite chez ces derniers un nouveau vent de panique. De vidéos confidentielles en conférences publiques, ils tentent de maintenir en vie un mythe qui ne semble jamais devoir mourir.  France Culture, A découvrir sur France Culture: Mécaniques du complotisme (Saison 2), le faux complot des jésuites
  • Bel exemple de jésuitisme. Le pape François a accepté la démission de l’ambassadeur du Vatican en France, l’Italien Mgr Luigi Ventura, a indiqué mardi la nonciature parisienne. Non pas parce que le nonce apostolique est visé par quatre plaintes en France, dont trois pour «agression sexuelle». Mais «pour limite d’âge» : Luigi Ventura a attendu d’avoir 75 ans, l’âge de la retraite canonique, pour présenter sa démission le 9 décembre. Il n’aura fallu qu’une semaine au Saint-Père pour le démettre de ses fonctions. Cette décision était attendue depuis que le nonce avait été relevé de ses fonctions à Paris et regagné Rome à la mi-septembre. Libération.fr, Le nonce Ventura démisionne… «pour limite d’âge» - Libération
  • La mission des journalistes consiste à catéchiser le grand public avec un jésuitisme parfaitement assumé. Contrepoints, Couleurs et bruits de la politique-spectacle | Contrepoints
  • J’ai quand même vu au passage que l’on pouvait être sponsor d’un team ou d’un pilote, mais aussi de la DORNA avec un argument d’un jésuitisme absolu (j’ai étudié trois mois chez eux, dans l’argumentation ils sont encore plus pervers/retors/habiles que les avocats, mais ça m’a servi tout ma vie quand j’ai du faire face à des gens dont l’éducation est à revoir…) , MotoGP: Les chiffres et les retombées du sponsoring : quand la com donne des infos…
  • Prend-t-il des risques pour lui-même en cette période, alors que la pandémie est manifestement en reflux ? Peut-être. Mais il les accepte consciemment, en se disant que le principe de liberté prévaut sur le jésuitisme morbido-moraliste.   L'Alterpresse68, Déconfinement à Mulhouse et Paris : nos libertés de déplacement sous acharnement anesthésique - L'Alterpresse68

Traductions du mot « jésuitisme »

Langue Traduction
Anglais jesuitism
Espagnol jesuitismo
Italien gesuitismo
Allemand jesuitismus
Chinois 耶稣会
Arabe اليسوعية
Portugais jesuitismo
Russe казуистика
Japonais イエズス会
Basque jesuitism
Corse ghjesuitismu
Source : Google Translate API

Synonymes de « jésuitisme »

Source : synonymes de jésuitisme sur lebonsynonyme.fr
Partager