La langue française

Hure

Sommaire

  • Définitions du mot hure
  • Étymologie de « hure »
  • Phonétique de « hure »
  • Traductions du mot « hure »
  • Synonymes de « hure »

Définitions du mot hure

Trésor de la Langue Française informatisé

HURE, subst. fém.

Tête du sanglier, du porc, p. ext. de certaines bêtes fauves et de poissons à tête allongée. La hure d'un lion, d'un loup; la hure d'un brochet, d'un esturgeon, d'un saumon. Une hure de sanglier en faïence couronnait un dressoir (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 277).Il se prit à contempler un grand vieux sanglier, de hure énorme, qui, debout sur ses pattes minces, tendait son mufle, mobile et avide, entre ses défenses (Bourget, Disciple,1889, p. 51) :
... la pièce, aux parois de laquelle étaient accrochés comme il se doit dans tout pavillon de chasse des trophées, dix cors, hure de sanglier, pattes de chevreuil, un aigle de mer empaillé, [était] éclairée à giorno par des globes au butagaz... Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 395.
HÉRALD. Tête de sanglier ou de dauphin présentée de profil. V. L'Hist. et ses méth., 1961, p. 757.
P. méton., CHARCUT. Préparation à base de morceaux de tête (de sanglier, porc), de langue, de jambonneau liés par de la gelée. Il y avait encore des plats ronds et ovales, les plats de la langue fourrée, de la galantine truffée, de la hure aux pistaches (Zola, Ventre Paris,1873, p. 666).
Fam. [Pour qualifier de façon dépréc. la tête d'une pers.] Tête, visage hirsute, aux traits grossiers. Synon. gueule.C'est un robuste gaillard, une brute noire comme charbon, à la hure hirsute, dont les yeux s'écartent comme ceux d'une bête, dont le nez aplati, avec des narines retroussées jusqu'aux oreilles, tombe sur une épaisse lippe rouge (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 120).Mais entre hommes, on continue à se marteler la hure et à se piétiner les parties (Queneau, Pierrot,1942, p. 115).
Prononc. et Orth. : [y:ʀ] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1174-76 « bonnet de fourrure » (Guernes de Pont Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 5587), sens isolé; 2. ca 1200 « tête hirsute d'une bête féroce » ici, d'un sanglier (Garin le lorr., II, 229 ds T.-L.); 1remoitié xiiies. « tête ébouriffée d'un homme » (Aucassin et Nicolette, éd. M. Roques, XXIV, 14). Orig. inc., prob. germ. en raison du h initial et de la répartition géogr. des formes dial. (v. FEW t. 4, pp. 515b-517; EWFS2). Fréq. abs. littér. : 52. Bbg. Bugge (S.). Étymol. rom. Romania. 1875, t. 4, pp. 361-362. - Lenoble-Pinson (M.). Le Lang. de la chasse. Bruxelles, 1977, p.172, 334.

Wiktionnaire

Nom commun

hure (h aspiré)\yʁ\ féminin

  1. Tête de sanglier.
    • On trouvera [dans La Nouvelle Librairie] toutes les publications de la Nouvelle Droite [...]. Les livres d'Alain de Benoist à eux seuls occuperont plusieurs rayons. Ils côtoieront les auteurs du renouveau intellectuel actuel et les classiques du combat des idées. [...] Le tout sous les auspices d'une magnifique hure de sanglier, l'animal totémique des Gaulois. — (« Éléments parraine une Nouvelle Librairie dans le Quartier latin ! », Blog Éléments, 17 juillet 2018.)
  2. (Par extension) Tête d'animal à l'allure ou à la réputation féroce.
    • Hure « d'un sanglier, d'un ours, d'un loup, et autres bestes mordantes » — (Antoine Furetière, Dictionnaire universel, 1690.)
    • Anaxandrides, cité par Athénée, déclare que Nérée seul a pu le premier imaginer de manger la hure de cet excellent poisson. — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, 1811)
    • [...] Ayant courage, intelligence,
      Et belle hure outre cela.
      Voici comment il en alla.
      Un lion de haut parentage
      En passant par un certain pré,
      Rencontra bergère à son gré :
      Il la demande en mariage. [...]
      — (Jean de La Fontaine, Le Lion amoureux, 1668.)
  3. (Figuré) (Vieilli) Tête hérissée et en désordre, mal peignée.
    • Avoir une vilaine hure, avoir une physionomie déplaisante et un air négligé.
  4. (Charcuterie) Préparation faite de la chair d’une hure de sanglier, de cochon.
    • Mangez donc, lui dit la jeune fille en lui servant un morceau de la hure d’un sanglier. (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Et il y avait encore des plats ronds et ovales, les plats de la langue fourrée, de la galantine truffée, de la hure aux pistaches. — (Émile Zola, Le Ventre de Paris, Georges Charpentier, Paris, 1873)
  5. Espèce de brosse garnie de tous les côtés et adaptée à un manche, nommé aussi tête de loup.
  6. Genre d'euphorbiaceae nommé aussi noyer de la Jamaïque. Hura crepitans.
  7. (Héraldique) Meuble représentant une tête de sanglier dans les armoiries. Elle est représentée de profil et tournée à dextre. À rapprocher de caboché, massacre, massacre crucifère, rencontre et tête.
    • D’argent à une hure de sanglier de sable, allumée et défendue du champ, accompagnée de trois croissants de gueules, qui est de Argœuves de la Somme → voir illustration « armoiries avec une hure »

Nom commun

hure \Prononciation ?\ féminin

  1. Défense ou tête de sanglier.
    • Ce Chasseur a fait present à son Advocat d'une hure de sanglier. Ce nom se disoit originairement de la seule dent ou deffense d'un sanglier ; & depuis on l'a transporté à toute la teste. — (Antoine Furetière, Dictionnaire universel, 1690.)
  2. Poil qui couvre la tête de l’homme ou des animaux.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. Tête, mine, face.
    • faire une hure, faire un tête, faire des mines
    • hure a hure, tête à tête, face à face.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HURE. (H est aspirée.) n. f.
Tête hérissée et en désordre. Il a une vilaine hure. Fig., Avoir une vilaine hure, Avoir une physionomie déplaisante et un air négligé. Par analogie,

HURE se dit de la Tête de certains animaux. Hure de sanglier, de cochon, de saumon, de brochet. Il se dit spécialement, en termes de Charcuterie, d'une Préparation faite de la chair d'une hure de sanglier, de cochon. Pâté de hure. Galantine de hure.

Littré (1872-1877)

HURE (hu-r') s. f.
  • 1Tête hérissée et en désordre.

    Il a une vilaine hure, se dit d'un homme qui a les cheveux mal peignés et hérissés.

  • 2Tête de quelques animaux. Une hure de saumon, de brochet. [Le lion] Ayant courage, intelligence Et belle hure outre cela, La Fontaine, Fabl. IV, 1. Le sanglier, dont la hure est plus longue et plus forte que celle du cochon, fouille plus profondément ; il fouille aussi presque toujours en ligne droite dans le même sillon, Buffon, Quadrup. t. I, p. 299.

    Particulièrement. La tête lorsqu'elle est coupée. Anaxandride, cité par Athénée, déclare que Nérée seul a pu le premier imaginer de manger la hure de cet excellent poisson [le glaucus], Chateaubriand, Itinér. 1re part.

    La hure, en charcuterie, préparation faite principalement avec la chair de la hure Des saucisses, de la galantine, de la hure fraîche.

  • 3Espèce de brosse garnie de tous les côtés et adaptée à un manche.
  • 4Hure de loup, nom, dans les environs de Coutances, de la carotte sauvage.

HISTORIQUE

XIIe s. Enz el chief de l'espée grant colp li [à Thomas] vait duner, Si que de la curune le cupel enporta, E la hure abati e granment entama, Th. le mart. 150.

XIIIe s. Il s'eslaisse, prent le maufé [le diable], Parmi la hure amont l'a pris, Partonop. ms. f° 166, dans LACURNE. Et li vilains crole la hure, Et se forcene, et sor sains jure Qu'il l'occira sans nul respit, la Rose, 15587. Mes moult i brait et se demente Li chahuan o sa grant hure, ib. 5999.

XVe s. Groin et cheveux com hure de sanglier, Deschamps, Poésies mss. f° 220. Lequel Bernart faisoit la hure [signe de moquerie] au dit Panquaut par maniere de derision, Du Cange, hura. La hure de sanglier notable Sera au milieu de la table, Rec. de farces, etc. p. 331. Au cappitaine Jehan Riou, Je donne six hures de lou, Villon, Gd test.

XVIe s. …C'est que tu te gardes de rymer les mots manifestement longs avec les brefs aussi manifestement brefs, comme un passe et trace, un maistre et mettre, une chevelure et hure, un bast et bat, et ainsi des autres, Du Bellay, J. I, 30, recto. Tout renversé dans la caverne obscure, Auquel [Cerbère] voyant jà herisser la hure De gros serpens…, Du Bellay, J. IV, 51, verso. En la mesme feuille ont mis aussi la figure de la divine infante, couronnée en royne de France, comme vous, vous regardant huze à huze l'un l'autre, Sat. Mén. p. 104, éd. CHARP. (les Parisiens dans le XVIe siècle prononçaient des z pour des r ; huze pour hure) Heure [hure], Palsgrave, p. 46, qui le prononce comme heure, hora, sauf l'aspiration de l'h.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

HURE. - ÉTYM. Ajoutez : M. Bugge (Romania, juillet-octobre 1875, p. 361) commence par démontrer que hure a eu le sens de pileus, bonnet : « La Vie de saint Thomas nous donne de hure un des plus anciens exemples connus : la hure abati, où il signifie selon Diez et Littré la partie chevelue de la tête. Mais un sens différent est démontré, comme le dit M. Mätzner, Altengl. Sprachproben, p. 185, par un passage correspondant d'une vie latine de saint Thomas : pileum dejecit. Un manuscrit (XIIIe siècle) du traité lexicographique de Jean de Garlande glose pillea par hures, pilleola par hurez (Jahrb. f. rom. Lit. VI, 294). Dans l'ancien anglais hure signifie également chapeau, bonnet : Galerus (episcopi) qui hura dicitur, Vitae abbatum S. Albani, dans DU CANGE ; Pileus est ornamentum capitis sacerdotis vel graduati, anglice a hure or a pyllyon. » Cela établi (et la démonstration est complète), M. Bugge identifie hure avec le norois húfa, bonnet ou casquette, mot employé surtout en parlant d'un bonnet de poil ou de peau. Húfa est aussi indiqué comme coiffure des prêtres ; l'allem. Haube, qui correspond à húfa, se dit également du bonnet de l'évêque, du prêtre. L'f du norois húfa est syncopée dans le danois hue, island. mod. húa. En français aussi, l'f s'est syncopée, d'où hue et, par l'intercalation d'une r, hure. M. Bugge, pour appuyer cette intercalation, cite mire, de mie, médecin, remire, de remedium, navire, de navie. Ces exemples d'intercalation d'une r ne paraissent pas tout à fait assurés, et par conséquent du doute reste sur hure pour hue. Mais la conjecture de M. Bugge demeure très plausible. Le vieux franç. avait huvet, huvette, bonnet, chapeau ; celui-là vient certainement de húfa ; la présence de ce mot avec le v aide-t-elle l'opinion de M. Bugge en montrant que húfa a bien réellement pénétré dans le domaine français, ou la combat-elle en y faisant voir la conservation de l'f sous la forme de v ? M. Bugge remarque que hure signifie souvent chevelure, surtout chevelure hérissée. Le mot scandinave présente le même changement de sens : dans un dialecte norvégien, hårhuva, littéralement bonnet de poil, signifie chevelure, surtout chevelure épaisse, hérissée. En français, la notion : tête hérissée (tête du sanglier, du loup) s'est développée de la notion : chevelure hérissée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HURE, s. f. (Vénerie.) on dit hure de sanglier, en parlant de sa tête.

Hure, en terme de Vergettier, est une brosse garnie de tous côtés, percée dans son centre pour mettre un manche de la hauteur qu’on le juge à propos.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « hure »

Origine incertaine, peut-être germanique → voir hair en anglais, Haar en allemand. Ou même arabe de "haïr" étonner, troubler, hébéter etc.. (information à préciser ou à vérifier)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Origine inconnue. Ce mot a signifié le poil qui couvre la tête, comme on le voit par l'exemple de Thomas martyr, et aussi tête d'homme ou tête de bête. Diez essaye quelques conjectures, mais elles sont si peu appuyées, qu'il est inutile de les rapporter ici. Il y avait l'ancien adjectif huré, qui signifiait hérissé : Hurées ont les testes et barbes et grenons, li Romans d'Alixandre, p. 337, v. 21. Ce mot de huré était encore usité dans le XVIIe siècle : Estant proche de la porte D'un vieux huré paysant, Je luy ay dit de la sorte : Fait on vendange céans ? l'Eslite des chansons les plus belles, dans FR. MICHEL, Argot.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hure yr

Traductions du mot « hure »

Langue Traduction
Anglais hure
Espagnol hure
Italien hure
Allemand hure
Chinois ure
Arabe حور
Portugais curar
Russe hure
Japonais フレ
Basque hure
Corse hure
Source : Google Translate API

Synonymes de « hure »

Source : synonymes de hure sur lebonsynonyme.fr
Partager