La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « humide »

Humide

Variantes Singulier Pluriel
Masculin et féminin humide humides

Définitions de « humide »

Trésor de la Langue Française informatisé

HUMIDE, adj.

A. − Vx et poét.
1. Qui est de la nature de l'eau. Le nageur succombe Et se sent engloutir dans son humide tombe (Dumas père, Hamlet,1848, I, 5, p. 178).Un faune attentif, sur le prochain rameau, Entrouvre la feuillée épaisse, Et voit, tout enlacé d'une humide caresse, Ce corps souple briller sous l'eau (Leconte de Lisle, Poèmes ant., 1852, p. 208).
En partic. L'élément humide, l'humide élément. L'eau, la mer, l'océan. Ô caps voluptueux qui courez mollement Vous plonger tout du long dans l'humide élément (M. de Guérin, Poésies,1839, p. 109).Au commencement tout était ténèbres et l'élément humide s'étendait sur le néant (Du Camp, Mém. suic., 1853, p. 258) :
1. La lune est dans le ciel, et le ciel est sans voile; (...) À sa clarté tremblotante et tendre, L'œil qu'elle attire aime à descendre Les molles pentes des coteaux, (...) À travers l'ombre opaque et noire Des hauts cyprès du promontoire, Il voit sur l'humide élément Chaque flot où sa lueur nage, Rouler, en mourant sur la plage, Une écume, un gémissement. Lamart., Harm., 1830, p. 324.
Rem. On relève a) Également dans ce sens un certain nombre de périphrases comme les plaines humides, l'humide empire, l'humide séjour, etc. Je disois aux tritons, aux jeunes néréides, De pousser mon vaisseau sur les plaines humides (Delille, Imag., t. 2, 1806, p. 137). b) Un emploi p. iron. Ne sens-tu pas que tout se dissout maintenant par le relâchement, par l'élément humide, par les larmes, par le bavardage, par le laitage. La littérature contemporaine est noyée (Flaub., Corresp., 1857, p. 12).
Emploi subst. masc. à valeur de neutre. Et ma Muse prendrait passage Sur une vague molle et sage, (...) S'enfonçant au loin dans l'humide, Puis revenant raser l'aride (M. de Guérin, Poésies, 1839, p. 123).
En partic. Un des quatre principes actifs d'Aristote (le chaud, le froid, le sec et l'humide). Les harmonies du chaud et du froid, du sec et de l'humide, existent dans chaque partie du globe dans des saisons différentes (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 137).Thalès, le premier physicien et le premier philosophe, disait que tout est né de l'humide (Taine, Philos. art, t. 2, 1865, p. 208).
MÉD. ANC. L'humide radical. Fluide unique supposé être le principe de vie de tous les être organisés. (Dict. xixeet xxes.).
2. Qui a trait à l'eau, qui appartient à l'eau. Synon. aquatique.D'hyménée (...) les humides Tritons Sur leurs conques d'azur répètent les chansons (Chénier, Bucoliques, 1794, p. 50).
B. − Imprégné d'eau, de liquide, de vapeur.
1. [En parlant d'une chose matérielle] Ciel humide. La mélancolie des pâturages humides, à demi voilés de molles et traînantes vapeurs (Michelet, Chemins Europe,1874, p. 443).Le bureau de la rédaction, qu'ils avaient installé dans une petite boutique humide et sombre, avec des lampes électriques toute la journée (Nizan, Conspir., 1938, p. 34).
Rem. Humide dit moins que trempé ou mouillé, il connote souvent l'idée de suintement, de persistance (supra ex 2).
Loc. La paille humide des cachots. La prison. L'ami Hamard a passé vingt-quatre heures en prison (...) il pourrissait sur la paille humide des cachots et étudiait les lois dans ce séjour où l'on met ceux qui y contreviennent (Flaub., Corresp., 1845, p. 143).Je danse sur la paille humide des cachots (Verlaine, Œuvres compl., t. 3, Invect., 1896, p. 358).
[Avec un compl. prép. introd. par de désignant qqc. qui mouille] La terre des champs était molle et froide, encore humide des pluies récentes (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 39).Les trottoirs du Cours de l'Intendance, humides de brouillard, luisaient (Mauriac, Nœud vip., 1932, p. 286).Un soleil doré sur les pavés gras, humides d'une récente averse, l'éclat de la pierre mouillée (Gracq, Beau tén., 1945, p. 94).
SYNT. Argile, bois, sable, terrain humide; cachot, cave, coin, cour, vestibule humide; des murs humides; herbe, mousse, feuille humide; prés, prairies humides; éponge, serviette, vêtements humides; humide de rosée, de brouillard; humide et frais; froid et humide.
2. [En parlant d'une partie du corps] Front humide de sueur; joues, yeux humides de larmes; passer une langue humide sur ses lèvres. Il éprouvait le contact de sa main humide (Châteaubriant, Lourdines,1911, p. 261).Latouche (...) s'arrêtant entre deux phrases pour boire une gorgée de café et passer sa main sur sa grosse moustache humide (Dabit, Hôtel Nord, 1929, p. 127).D'un pouce lent, sensible, humide de salive, ayant pris connaissance du taillant, il continua tranquillement à affûter la faux (Guèvremont, Survenant, 1945, p. 45).
En partic. [Avec un compl. prép. introd. par de; désignant un sentiment, le désir amoureux] Bouche, lèvres humides de désir; œil humide de joie, de reconnaissance. Elle se tourna vers son amie, les yeux humides d'attendrissement (Zola, Joie de vivre, 1884, p. 1024).
[Avec effacement du compl. prép.] Le peintre reçut une secousse dans l'échine et il fixa, à son tour, sa maîtresse, avec des lèvres humides et des yeux goulus (Huysmans, Sœurs Vatard, 1879, p. 319).Il penche une bouche d'amant sur cette bouche humide, entrouverte, qui attend sans savoir quoi (Martin du G., Thib., Sorell., 1928, p. 1186) :
2. Jacques se penchait de tout près sur ce visage, ces dents, ces lèvres humides, image même du désir sans nuances, sauvegardé seulement de la vulgarité par la touche noble de sa matité somptueuse − cette carnation victorieuse qui résistait à la lourde fatigue de quatre heures du matin. Elle riait tout près de ses lèvres, d'un rire provocant, à peine réprimé, à le sentir contre elle trembler de désir. Gracq, Beau tén., 1945, p. 167.
P. méton. [En parlant du regard] Oh! monsieur, dit Victorine en jetant un regard à la fois humide et brûlant à Vautrin, qui ne s'en émut pas (Balzac, Goriot,1835, p. 54).Elle rougit de contentement et l'en remercia, d'un regard humide de reconnaissance (Rolland, J.-Chr., Matin, 1904, p. 195).
Rem. Humide connotant dans ces emplois le désir, la passion amoureuse, on relève le syntagme feu humide. Elle était toujours exquise et belle, il adorait le feu humide de son doux regard (Flaub., 1reÉduc. sent., 1845, p. 121). Pierre rougit, ses yeux brillèrent d'un feu humide (Genevoix, Marcheloup, 1934, p. 175).
3. [En parlant de l'air, du temps, d'une sensation] Le médecin habitait rarement cette pièce, qui exhalait l'odeur humide des salles toujours fermées (Balzac, Méd. camp., 1833, p. 54).La fraîcheur humide de l'air était plus intense, plus pénétrante que du vrai froid (Loti, Pêch. Isl., 1886, p. 11).Par l'ouverture, Laure reçut au visage l'odeur humide de la nuit (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 2).
En partic. [En parlant d'un climat] Qui comporte de nombreuses et abondantes précipitations. Un climat humide et chaud. Un climat humide où l'été même a parfois de longues pluies (Michelet, Insecte, 1857, p. 297).
Emploi subst. Humidité atmosphérique. J'ai dans ma vigne des grappes qui se couvrent de moisissure et qui n'ont échappé au soleil que pour périr à la pluie. − Hélas! (...) l'humide et le sec sont les deux ennemis du vigneron (A. France, Rôtisserie, 1893, p. 341).Les livres ont les mêmes ennemis que l'homme : le feu, l'humide, les bêtes, le temps : et leur propre contenu (Valéry, Tel quel I, 1941, p. 141) :
3. Causerie avec le président du Conseil d'état Camperio qui vante les gloria pour repousser l'effet de la pluie sur la santé. Le double feu de l'alcool et du café combattrait victorieusement l'invasion de l'humide. Amiel, Journal,1866, p. 192.
SYNT. Air, atmosphère humide; froid, chaleur humide; haleine, souffle, vent humide; temps froid et humide.
REM. 1.
Humidement, adv.Dans un lieu humide. Être logé humidement (Ac.).
2.
Humidifuge, adj.Qui absorbe, neutralise l'humidité. Le mâchefer est humidifuge (Rob.).
Prononc. et Orth. : [ymid]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. xives. humiz masc., humide fém., humitez masc. « qui tient de la nature de l'eau » (Moamin et Ghatrif, éd. H. Tjerneld, M. II, 17, 2 etc.; II, 78, 2 etc.; G. 39, 5); 1495 humide (J. de Vignay, Miroir hist. d'apr. Dauzat 1968); 1528 « chargé de vapeurs aqueuses » (Perceforest, vol. 1, fol. 1 vods Gdf. Compl.). Empr. au lat.humidus « humide, mouillé ». Fréq. abs. littér. : 2 755. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 210, b) 4 802; xxes. : a) 4 269, b) 2 982.

Wiktionnaire

Nom commun - français

humide \y.mid\ masculin singulier

  1. (Philosophie) (Désuet) Une des quatre premières qualités, opposée au sec[1].

Adjectif - français

humide (h muet)\y.mid\ masculin et féminin identiques

  1. Qui tient de la nature de l’eau. — Note : Il ne s’emploie guère qu’en poésie.
    • L’humide élément, L’eau.
    • Les humides plaines, l’humide empire, La mer.
  2. (Plus courant) Qui est chargé de quelque substance ou vapeur aqueuse.
    • La nuit n'était pas brouillardeuse, mais terne, humide sans pluie, froide sans frimas, une vraie nuit française de janvier. — (Ivan Tourgueniev, L'Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • La terre, d'après l'estime, ne devait pas être éloignée; elle restait complétement cachée par une brume basse et humide. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Chaque période interglaciaire amène un adoucissement du climat, qui prend le type froid et sec ou bien doux et humide. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.58)
    • Chaque pièce est protégée par un toit plat fait de ce même roseau : le berdi, qui pousse en abondance dans les bas-fonds humides de l'oued. — (René Pottier, Au pays du voile bleu, Nouvelles Éd. Latines, 1945, p.194)
    • La température, le temps est humide.
    • Un air humide.
    • Ce climat, ce pays est froid et humide.
    • L’hiver a été fort humide.
    • Dans les temps humides.
    • Après la saison humide.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HUMIDE. adj. des deux genres
. Qui tient de la nature de l'eau. Il ne s'emploie guère qu'en poésie. L'humide élément, L'eau. Les humides plaines, l'humide empire, La mer. Substantivement, L'humide est opposé au sec. Il signifie plus ordinairement Qui est chargé de quelque substance ou vapeur aqueuse. La terre est encore tout humide. Un linge humide. Un lieu humide. Une chambre humide. Avoir les mains humides. Avoir les yeux humides de larmes. La température, le temps est humide. Un air humide. Ce climat, ce pays est froid et humide. L'hiver a été fort humide. Dans les temps humides. Après la saison humide.

Littré (1872-1877)

HUMIDE (u-mi-d') adj.
  • 1Qui tient de la nature de l'eau (sens auquel il se dit surtout dans le style élevé et poétique). Les humides contrées de l'air, Rotrou, St Genest, III, 2. Mais vous [roseau] naissez le plus souvent Sur les humides bords des royaumes du vent, La Fontaine, Fabl. I, 22. Il [le Rhin] voit fuir à grands pas ses naïades craintives Qui toutes accourant vers leur humide roi, Boileau, Ép. IV. Cependant sur le dos de la plaine liquide S'élève à gros bouillons une montagne humide, Racine, Phèdre, V, 6.

    L'humide élément, l'eau.

    Les humides plaines, l'humide sein de l'onde, l'humide empire, la mer.

  • 2Imprégné de vapeurs aqueuses. Un air humide. Un linge, une chambre humide. Mme de Coulanges me disait l'autre jour : Quittez vos humides Rochers ; je lui répondis : Humide vous-même ; c'est Brévanes qui est humide, Sévigné, 602. Une humide froidure Aigrissait tout à coup les tourments que j'endure, Chénier M. J. Fén. II, 3.

    Yeux humides, yeux mouillés de larmes. Irai-je l'aborder… L'œil humide de pleurs par l'ingrat rebutés ? Racine, Phèdre, III, 3. Quelques pleurs s'échappaient de sa paupière humide, Ducis, Oscar, I, 2. Sur un vaisseau rapide Vers la France entraîné, Il s'assied, l'œil humide Et le front incliné, Béranger, Exilé.

    Un regard humide, se dit du regard d'un œil qui est légèrement mouillé, ce qui lui donne quelque chose de doux et de brillant à la fois.

    Dans le langage vulgaire, cerveau humide, se dit de la membrane qui tapisse les narines quand elle abonde en mucosités.

    Tempérament humide, tempérament qui abonde en pituite.

  • 3 S. m. Terme de physique ancienne. Une des quatre premières qualités, opposée au sec. Le chaud et le froid, le sec et l'humide, sont les quatre principes actifs d'Aristote, ceux qui déterminent ses quatre éléments. Ou que Bernier compose et le sec et l'humide Des corps ronds et crochus errant parmi le vide, Boileau, Ép. V.

    Terme de l'ancienne médecine. L'humide radical, le fluide unique mais imaginaire qu'on supposait le principe de la vie des êtres organisés et le générateur de toute l'économie, ou le liquide qui, se rendant par la circulation aux divers tissus organiques, leur donne la consistance et la flexibilité convenables. L'humide radical dans mon cœur se dissipe, Mon esprit s'en altère, et mon corps s'en constipe, Scarron, D. Japhet, I, 4. Les anciens physiciens auraient dit qu'une chaleur excessive enlevait l'humide radical de la plante ; cette expression a passé de mode chez nos physiciens modernes : on pourrait néanmoins lui donner un sens très raisonnable, Bonnet, Lett. div. Œuv. t. XII, p. 46, dans POUGENS.

    Terme d'alchimie. Humide radical de la nature, le mercure préparé et purifié.

HISTORIQUE

XVIe s. Et sans craindre la froidure, Dessus l'humide verdure Bale au serain de la nuict, Du Bellay, J. III, 80, verso.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « humide »

Provenç. humid, humit ; esp. húmedo ; port. humido ; ital. umido ; du lat. humidus, de humor, humeur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin humidus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « humide »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
humide ymid

Fréquence d'apparition du mot « humide » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « humide »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « humide »

  • C’est la nuit que les elfes sortent, Avec leur robe humide au bord, Et sur les nénuphars emportent Leur valseur de fatigue mort.
    Théophile Gautier
  • Le meilleur moyen d’arrêter de fumer est d’emporter des allumettes humides.
    Anonyme
  • La nuit tombe, vous frôle en passant de son aile noire toute humide.
    Alphonse Daudet — Lettres de mon moulin
  • Il n'y a pas de plus beau fil que celui des fileuses de lune. Au matin le soleil les ramasse sur les prés humides pour tisser sa chevelure.
    Antoine de Marville — Ariane et les autres
  • Qui danse mal accuse le sol d’être humide.
    Proverbe malais
  • D'où, barbe au vent, nous reviens-tu, Septembre, La lèvre humide, amant gourmand, botté, Ceint d'or sur ta jument comme un saint Georges ?
    Jean Grosjean — Neuf poètes
  • Le cerveau russe est humide, il ne flambe pas du feu de l'intelligence, et quand tombe en lui l'étincelle du savoir, il fume et s'éteint.
    Maxime Gorki — Les Ennemis
  • Celui qui urine contre le vent se retrouve toujours avec les pieds humides.
    Philippe Meyer — Les Progrès du progrès
  • Apprends à pleurer joliment ; c'est un de nos précieux secrets, à nous, les femmes. On obtient ce qu'on veut des hommes avec de beaux yeux humides.
    Andrée Maillet — Les Remparts de Québec
  • En octobre 2019, la commission locale de l’eau du Sage (Schéma d’aménagement et de gestion des eaux) Allier aval a débuté un inventaire des zones humides sur son périmètre. L’agglomération du pays d’Issoire est l’une des premières à être expertisée.
    www.lamontagne.fr — Cinq questions sur les zones humides, espaces menacés en cours d'inventaire dans l'agglo d'Issoire - Issoire (63500)
Voir toutes les citations du mot « humide » →

Traductions du mot « humide »

Langue Traduction
Anglais wet
Espagnol húmedo
Italien bagnato
Allemand nass
Chinois 湿
Arabe مبلل
Portugais molhado
Russe влажный
Japonais ぬれた
Basque bustia
Corse umitu
Source : Google Translate API

Synonymes de « humide »

Source : synonymes de humide sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « humide »

Combien de points fait le mot humide au Scrabble ?

Nombre de points du mot humide au scrabble : 12 points

Humide

Retour au sommaire ➦