La langue française

Moite

Définitions du mot « moite »

Trésor de la Langue Française informatisé

MOITE, adj.

A. − Qui donne une sensation d'humidité. Front moite; mains moites. Une fois de plus, j'ai ressenti ce serrement des entrailles, cette chaleur moite dans tous les membres qui n'est pas un indice de crainte, mais que nulle force humaine ne peut dominer (Bourget, Sens mort, 1915, p.191).Des champignons moites sortaient de terre (Colette, Blé en herbe, 1932, p.59):
1. inès: Le beau couple! si tu voyais sa grosse patte posée à plat sur ton dos, froissant la chair et l'étoffe. Il a les mains moites; il transpire. Il laissera une marque bleue sur ta robe. Sartre, Huis clos, 1944, 5, p.166.
P. anal. Qui donne une impression d'humidité. Son regard était trempé des moites expressions de la langueur (Balzac, Illus. perdues, 1839, p.440).On cherche (...) à rendre les couleurs plus moites par l'adjonction de miel ou de glycérine, même de sucre (Moreau-Vauthier, Peint., 1933, p.116).
B. − Qui contient de l'humidité. Chaleur moite. Mon regard s'engagea involontairement dans cette manche et remonta le long du bras, jusqu'à l'ombre moite et touffue de l'aisselle (Duhamel, Confess. minuit,1920, p.200).Cet air moite, où les cuirs, où les étoffes moisissent (Gracq, Beau tén., 1945, p.68).
Par hypallage. Nous nous sommes enfoncés dans le grand silence moite de la jungle (Beauvoir, Mandarins, 1954, p.428).
Moite de (causal) + subst.Moite de sueur. Derrière le maître-autel,dans l'ombre de la double rangée des piliers, la chapelle de la Vierge est toute moite de silence et d'obscurité (Zola, Ventre Paris, 1873, p.808):
2. Le chant triste des oiseaux des Syrtes montait avec le jour, ouaté et monotone déjà comme chacune de leurs journées, s'égrenait comme du sable sur ces espaces sans bornes; le calme des plaines grises, toujours moites de brume au matin, ressemblait à ces aubes d'été languides qui se traînent comme assommées sous une fin d'orage. Gracq, Syrtes, 1951, p.151.
REM.
Moiteux, -euse, adj.Qui est légèrement moite; qui a une légère moiteur. Peut-être, un dieu sylvain me changera En arbre dru, dont la verdure forte, Belle, t'abritera, Lorsque l'Auster moiteux les grêles nous apporte (Moréas, Pèlerin pass., 1891, p.94).
Prononc. et Orth.: [mwat]. Att.ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin xiies. «humide» (Sermons de St Bernard, 9, 2 ds T.-L.: li burres si est grais et mustes [pingue et humidum]); ca 1213 terre moiste (Fets des Romains, éd. L.-F. Flutre, 429, 8); ca 1265 airs moistes (Brunet Latin, Trésor, éd. J. Carmody, II, 102, p.85); xives. [post 1325] moiste temps (Propriété des choses, I, 32 ds T.-L.); 2. 1690 le moite élément «la mer» (Fur.). Issu du croisement du lat. vulg. *mŭcidus (class. mūcidus «morveux; moisi, gâté») avec les représentants du lat. *mŭstum, v. moût (cf. également moisir*, ainsi que l'a. prov. moste «humide, mouillé» xiiies. Sydrac, ms. Bibl. nat. fr. 1158, fol. 57 b ds Lévy (E.). Prov., issu du dér. *mŭstidus de *mŭstum). De *mŭcidus, l'a. fr. moide «moite» (xiiies. dial. fr.-comtois Ysopet de Lyon, 375 ds T.-L.) et le prov. mouide «jaune, pâle» (Mistral). Fréq. abs. littér.: 327. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 139, b) 341; xxes.: a) 593, b)731. Bbg. Foerster (W.). Romanische Etymologien. Z. rom. Philol. 1879, t.3, pp.260-261.

Wiktionnaire

Adjectif

moite \mwat\ masculin et féminin identiques

  1. Qui a quelque humidité, qui est un peu mouillé. Se dit surtout de la peau rendue humide par la sueur.
    • Avoir les mains moites.
    • Être tout moite de sueur.
    • Ce serait affreux, n'est-ce pas ? si vos mains traversaient soudain une petite vapeur moite, l'âme de votre père ou de votre aïeul ? (Sartre)
    • Mathilde, sœur de lait et femme de chambre de Madame, la suit partout pour prévenir ou réparer ses maladresses.
      Or Mathilde est à l’agonie.
      Madame glisse une de ses mains entre sa bouche et le front moite de la malade, pour paraître l’embrasser.
      MATHILDE. – Madame n’avait pas besoin de tant se baisser pour se baiser la main.
      — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 304)

Forme de verbe

moite \mwat\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de moiter.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de moiter.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de moiter.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de moiter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de moiter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MOITE. adj. des deux genres
. Qui a quelque humidité, qui est un peu mouillé. Il a le front moite. Avoir les mains moites. Être tout moite de sueur. Ces draps ne sont pas bien séchés, ils sont encore moites. Durant le dégel, les murs sont moites.

Littré (1872-1877)

MOITE (moi-t') adj.
  • 1Un peu humide. Ces bergers… Tout moites de leur sang comme moi de mes larmes, Régnier, Dial. La fraîcheur du matin n'avait plus rien de moite ni de piquant, Guez de Balzac, le Prince, avant-propos. On sent une chaleur moite et étouffante, Descartes, Météor. 7.

    Le moite élément, la mer, dans le langage familier. Quelque autre curé plus savant… Bravant les fougues de la bise, Se serait livré sans remise Aux périls du moite élément, Gresset, le Carême.

    Dans le langage de la médecine, peau moite, peau qui a de la moiteur.

  • 2 Fig. Mou, sans énergie. Ce même esprit me paraît lâche, moite, Rousseau, Ém. II.

HISTORIQUE

XIIIe s. Je di que li hom trova pardon [devant Dieu, après le péché], porce que la foibleté de pechier vint en lui de par le cors, qui est de boe et de terre moiste, Latini, Trés. p. 19. Et froit, et chaut, et sec, et moiste, la Rose, 17163.

XIVe s. Chascun, quant il en a besoing et indigence, a concupiscence de nourrissement sec ou moiste, c'est assavoir de mangier ou boire, Oresme, Eth. 95.

XVe s. Anglois sont plus mous et plus moistes que ne sont Portingalois, Froissart, II, III, 83. La dicte année feut fort moiste… et y eut de grans tempestes en divers lieux, J. de Troyes, Chron. 1466. Et jà estoit le lieu moite, pource que l'hiver approchoit, et que c'est pays bas, Commines, VIII, 9.

XVIe s. La nuict avoit esté moitte à l'occasion des vents du midy qui avoient soufflé, Amyot, Flamin. 12. Ne regardez pas à ces yeulx moites et à cette piteuse voix, Montaigne, III, 178.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « moite »

Wallon, mat' ; angl. moist. Le wallon mat' vient probablement du lat. madidus ; mais moiste n'en vient pas ; madidus aurait donné made, comme rapidus a donné rade. Diez indique avec doute le lat. musteus, juteux, de mustum, moût ; la forme convient ; et quant au sens, on passe sans grand'peine de juteux à moite. M. Baudry propose mucidus, moisi, proprement morveux ; la forme convient aussi, mucidus donnant moiste, comme rigidus avait donné roit, bien que l's de moiste fasse quelque difficulté ; si le sens par mustum n'est pas direct, il l'est davantage par morveux, couvert de mucosités.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin mucidus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Déverbal de moittia « réprimander, blâmer, observer (faire une observation) ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « moite »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
moite mwat

Citations contenant le mot « moite »

  • Dans l'univers confus et moite, chaotique et charnel de l'effusion sentimentale, le père introduit de l'ordre, autrement dit le principe de réalité. De Geneviève Bersihand / Les Filles et leurs pères
  • Tous en manque ? Les Français n’ont probablement jamais atteint l’été dans un tel état de frustration sexuelle. La faute au confinement, qui a désespéré les célibataires et, surprise, paralysé de nombreux couples, saturés de devoir se supporter en continu. Selon un sondage Ifop, 15 % des ménages envisagent aujourd’hui de « prendre leurs distances » ou de se séparer définitivement. Un de perdu, dix de retrouvés ? A priori pas évident, tant les gestes barrières peuvent compliquer les rapprochements. Sans même évoquer la fermeture des boîtes de nuit, ces entremetteuses aux pouvoirs parfois magiques. Pourtant, dans la rue, à la terrasse des cafés, dans les bars ou, plus étonnant, dans les rayons des supermarchés, le désir affleure. L’alcool aidant, parfois, les préventions s’estompent et la drague la plus badine reprend ses droits, comme au bon vieux temps d’avant les tests PCR et les masques FFP2. Lesquels donnent déjà des idées luxurieuses à certains audacieux… L’été sera moite. Cette deuxième vague de Covid qui nous menace renforce encore l’excitation des affranchis du confinement, sur l’air du « couchons vite avant qu’ils ne nous renferment ». Comme s’il était minuit moins le quart avant la fin de la libido. Reste ces vieux partenaires en burn-out sentimental, lassés d’avoir trop croisé la même silhouette pendant deux mois. À ceux-là, nous disons : partez quelques jours de votre côté, pardi ! Vous redécouvrirez le charme du célibat, peut-être du marivaudage, ou, qui sait, du manque… de l’autre. Marianne, Avant qu'ils ne nous renferment, déconfinons notre libido !
  • Pour l’occasion, ils ont invité la mascotte de la soirée, Covida, qui avait une étrange ressemblance avec le fameux virus. Ils en ont profité pour se rappeler tout ce qu’on pouvait faire avant la pandémie. «Imagine, il y avait même des gens qui te saluaient avec la main moite, s’est exclamé Dominic Paquet. Pour les plus jeunes, c’est comme une main qui bave, c’est dégueulasse.» Le Journal de Montréal, [PHOTOS] Festival «Ce soir on char»: De l’humour de char | JDM
  • Dans la chaleur moite, ils ont attendu patiemment leur tour, masque sur le visage, formant de longue file sur les trottoirs, défiant en silence la Chine communiste, dans les urnes. Dimanche dernier, plus de 600.000 Hongkongais ont pris de vitesse la deuxième puissance mondiale, en allant voter pour des primaires organisées en toute hâte par l’opposition pan-démocrate, ignorant les mises en garde des autorités et la menace de la nouvelle loi de sécurité nationale (NSL), imposée aux forceps par le pouvoir central depuis le 1er juillet. Le Figaro.fr, À Hongkong, l’opposition cherche la réplique à Pékin

Traductions du mot « moite »

Langue Traduction
Anglais moist
Espagnol húmedo
Italien umido
Allemand feucht
Chinois 湿
Arabe رطب
Portugais úmido
Russe влажный
Japonais しっとり
Basque umel
Corse umida
Source : Google Translate API

Synonymes de « moite »

Source : synonymes de moite sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « moite »

Moite

Retour au sommaire ➦

Partager