La langue française

Gynécée

Sommaire

  • Définitions du mot gynécée
  • Étymologie de « gynécée »
  • Phonétique de « gynécée »
  • Citations contenant le mot « gynécée »
  • Traductions du mot « gynécée »
  • Synonymes de « gynécée »
  • Antonymes de « gynécée »

Définitions du mot « gynécée »

Trésor de la Langue Française informatisé

GYNÉCÉE, subst. masc.

I.
A. − ANTIQ. Partie de l'habitation réservée aux femmes. Chez les Grecs les femmes et les enfants jusqu'à un certain âge restèrent enfermés dans le gynécée (Michelet, Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 54).
Synon. de harem.Sa mère, la Syrienne Laodice, qui, dans l'ennui du gynécée, avait songé qu'Evergète durait trop, devint sultane par le droit oriental du meurtre (A. France, Vie littér., t. 4, 1892, p. 351) :
1. Vimupht, le serviteur qui veille à ses côtés, Et qui d'avance tient ses ordres apprêtés, Fit un geste; et l'eunuque à la face glacée Frappa trois fois des mains devant le gynécée. Dierx, Poèmes,1864, p. 31.
P. méton. Ensemble de femmes qui vivent dans le gynécée. Tout essaim de beautés, gynécée ou sérail, Madame, admirerait vos lèvres de corail (Hugo, Voix intér.,1837, p. 271).Priam : Hécube! Mes filles! Que signifie cette révolte de gynécée? (Giraudoux, Guerre Troie,1935, I, 6, p. 54).
B. − P. anal. Lieu où vivent des femmes; communauté de femmes. Les jeunes filles sont très longtemps hors de la société, dans la nursery; ce mot désigne le gynécée des jeunes filles (Michelet, Journal,1834, p. 139).La volonté de mon oncle était de me garder à Mâcon, comme une jeune fille dans un gynécée de province (Lamart., Nouv. confid.,1851, p. 65) :
2. Ce béguinage (...) dépérit, au bout de deux siècles, faute de sujettes (...) et depuis, je ne connais qu'un essai qui ait été tenté pour rénover en France ces gynécées abolis... Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 145.
II. − BOT. Synon. de pistil.,,Les pièces fertiles (...) appartiennent à deux types dans les fleurs bisexuées : les unes mâles, ou étamines, forment l'androcée; les autres femelles, ou carpelles, forment le gynécée ou pistil`` (Encyclop. univ. t. 7 1970, p. 37).
Prononc. et Orth. : [ʒinese]. Att. ds Ac. 1762-1932. Étymol et Hist. 1. 1568 Antiq. gynaices (N. de Nicolay, Les Quatre premiers livres des Navigations et Pérégrinations orientales, p. 72 ds Mél. Dauzat (A.), p. 25); 1694 gynaecée (Corneille); 1701 gynecee (Fur.); 1761 plus gén. « appartements réservés aux femmes » (J.-J. Rousseau, Hél. VI, 10 ds Littré); 2. 1845 bot. (Besch). Empr. au lat.gynaecēum au sens 1, du gr. γ υ ν α ι κ ε ι ̃ ο ν neutre subst. de γ υ ν α ι κ ε ι ̃ ο ς « de femme, qui concerne les femmes », dér. de γ υ ν α ι κ ο ́ ς génitif de γ υ ν η ́ « femme ». Fréq. abs. littér. : 72. Bbg. Arveiller (R.). Mots orientaux, notes lexicol. Mél. Dauzat (A.) 1951, pp. 23-32. - Quem. DDL t. 6.

Wiktionnaire

Nom commun

gynécée \ʒi.ne.se\ masculin

  1. (Antiquité) Appartement réservé aux femmes chez les Grecs.
    • […] toujours et partout, la femme, subordonnée à l’homme, avait été enfermée dans la maison, dans le gynécée. — (Paul Lafargue, La Question de la femme, 1904)
    • À cet égard je serais presque tenté de recommander à nouveau les gynécées, si toutefois de son côté cette contrainte n’avait pas d’effet nuisible. — (Søren Kierkegaard, Le Journal du séducteur, Folio, Essais, 1843, traduction de F. et O. Prior et M.H. Guignot, p. 74)
    • (Par extension) Pendant son bref séjour là-bas, il avait appris une dizaine de jurons russes et les éructait au milieu du gynécée où s’affairaient les ouvrières françaises. — (Henri Troyat, Aliocha, Flammarion, 1991, p. 102)
  2. (Botanique) Ensemble des organes femelles de la fleur, pistil.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GYNÉCÉE. n. m.
T. d'Antiquité. Appartement des femmes chez les Grecs.

Littré (1872-1877)

GYNÉCÉE (ji-né-sée) s. m.
  • 1 Terme d'antiquité. Appartement des femmes.
  • 2Se dit parfois, parmi nous, du lieu où travaillent, où se tiennent habituellement plusieurs femmes. Les hommes entrent peu dans ce petit gynécée, Rousseau, Hél. VI, 10.
  • 3Dans le moyen âge, espèce de manufacture où les seigneurs faisaient travailler leurs vassales ou femmes de corps, à des ouvrages de laine et de soie.
  • 4 Terme de botanique. Ensemble des organes femelles d'une fleur.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GYNÉCÉE, (Antiq. rom.) logement destiné à mettre en réserve les habits, hardes, linge, meubles, & autres effets de la garderobe des empereurs, pour qu’ils pussent s’en servir lorsque les affaires les appelloient tantôt dans une province, tantôt dans une autre. Il y avoit de ces sortes de logemens en plusieurs villes des diverses provinces, situées sur de grandes routes.

Quoique le mot gynæceum, emprunté des Grecs par les Latins, signifie proprement un cabinet où les femmes serrent leurs habits précieux, bagues, joyaux, ornemens, &c. néanmoins il s’applique particulierement à tous les endroits où on conservoit les habits & ameublemens impériaux dans les villes principales.

Quantité de personnes, sur-tout des femmes, étoient logées dans ces sortes de bâtimens, pour travailler à l’ameublement de l’empereur, ou à d’autres manufactures.

Les maîtres des garderobes impériales de Province se nommoient procuratores gynæciorum ; parce qu’ils devoient avoir soin que rien ne manquât de ce qui concernoit le linge, vêtement, meubles, & autres commodités nécessaires au service domestique des empereurs en route. Ils devoient aussi tenir toûjours prêts un grand nombre d’habits pour les soldats : enfin ils devoient avoir en magasin des provisions suffisantes de toile à voiles pour les navires & vaisseaux de guerre, dont l’équipement seroit ordonné.

La notice de l’Empire appelle ces sortes d’intendans procuratores gynægiorum, mais c’est par corruption du vrai mot, car dans les lois impériales, gynægium signifie un chenil, & selon Suidas, le lieu où on exposoit aux yeux du peuple les bêtes féroces que les gouverneurs des provinces envoyoient à l’empereur pour les spectacles publics. Il n’y a donc point de doute qu’il ne faille lire procuratores gynæciorum, c’est-à-dire maîtres des garderobes impériales : on comptoit quinze de ces maîtres dans l’empire d’occident, dont il y en avoit six établis dans six villes ou cités des Gaules ; & tous étoient subordonnés à l’intendant général des finances sub dispositione comitis sacrarum larguionum. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gynécée »

Γυναιϰεῖον (de γυνὴ, γυναιϰὸς, femme), sous-entendu οἴϰημα : demeure des femmes (voy. GYN…).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Emprunté au latin gynaeceum (« gynécée »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gynécée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gynécée ʒinese

Citations contenant le mot « gynécée »

  • Il peut arriver à plusieurs femmes d’aimer le même homme, chacune différemment et pour de bonnes -ou de mauvaises- raisons. Le gynécée perdure dans les villes du XXI siècle. C’est  le sujet qu’explore avec une délicieuse cruauté la romancière italienne Caterina Bonvicini  danss « Les femmes de  »(Gallimard) . L’auteure considère avec une égale bienveillance les captives de l’amour et l’objet ( fuyant) de leur attachement : ce mari, ex mari, père, fils, frère et/ou amant « couvert de femmes ». Un roman choral agréablement grinçant. Atlantico.fr, "Les femmes de" par Caterina Bonvicini | Atlantico.fr
  • - « La guerre pour les femmes ». La genèse du jihad est éclairée par l’organisation élémentaire du harem qui, comme le gynécée, n’est pas propre aux arabes et aux turco-ottomans. Toutefois, l’impératif nataliste du clanisme, dominant dans le monde islamique, contribue à faire de la femme un objectif de guerre. Le Coran, qui enferme les femmes entre la faute et la transgression, légitime la recherche de concubines et d’esclaves. Atlantico.fr, "L’Inconscient de l’Islam" de Malek Chebel : un nouvel éclairage aux contradictions de l’Islam aux prises avec le monde contemporain | Atlantico.fr
  • Matéi Visniec se glissait dans ce gynécée avec "Les Mangeuses de mots", un livre virtuose de l'écrivain franco-roumain. , Saint-Agrève : des lectrices servent les mots de femmes - La Commère 43
  • Pourtant, tout semblait idyllique dans cette pension fondée par deux amies de collège, Karen (Audrey Hepburn) et Martha (Shirley MacLane). La première, chic et simple, promène ses yeux de biche sur le petit gynécée propret et accueillant qu’elle a créé ; la seconde semble moins bien dans sa peau, plus à cran. Malgré quelques fêlures ici ou là – le peu d’empressement de Karen à épouser son fiancé, Joe Cardin (James Garner), la déception de Martha quand le mariage est conclu, les chamailleries des enfants –, l’harmonie règne dans la douceur du noir et blanc du chef opérateur Franz Planer. Les fillettes apprennent le piano et le français, de quoi tenir salon dans la bonne société WASP. Le Monde.fr, DVD : « La Rumeur », ou comment un soupçon d’homosexualité ébranle une pension de jeunes filles
  • La sororité n'a jamais été aussi dans l'air du temps depuis l'avènement de l'ère #MeToo. Ici, tout part d'un simple contrôle routier, dans la Drôme. D'une gamine côté passager qui tient des propos incohérents, de la conductrice qui meurt en commettant un délit de fuite. De macchabées aux yeux énucléés et fronts tailladés, de la gamine kidnappée à l'hôpital. Et d'un étrange gynécée, qui fait le titre : Le Prieuré de Crest. Un refuge pour femmes rudoyées par la vie. Avec un je-ne-sais-quoi qui rappelle l'abbaye de Port-Royal-des-Champs. Avec l'immédiate impression que ce qui se passe sous ce toit dépasse la simple vie recluse. Et l'enquête, qui patine bien sûr, du côté du capitaine Marchal et du sous-lieutenant Benoît. Et pour cause, qui soupçonnerait qu'une affaire aussi timbrée puisse arriver dans un paisible village de France  ? Certainement pas nous. Ni Michel Bussi, qui s'est déjà laissé piéger par l'auteure l'an passé, la récompensant du prix VSD-RTL pour Les Jumeaux Piolenc. Le Point, Polar : le gynécée mortel de Sandrine Destombes - Le Point
  • En préambule, je répète que non, je n’oublie pas les raisons qui nous ont conduit-es au confinement. Je n’oublie pas toutes celles et tous ceux qui sont dans de terribles difficultés. Mais je ne veux pas jouer les faux-culs, comme je pense que vous savez-qui l’est. Tout cela pour vous dire que le confinement, ça me va. Qu’il est favorable à de nombreux changements intérieurs. Par changements intérieurs, j’entends à l’intérieur de moi-même, et à l’intérieur de l’appartement/maison qui abrite notre phalanstère/gynécée. Appartement renvoie à du collectif, maison à du plus personnel. Nous vivons cet appartement comme une maison dans laquelle, si nous n’avons pas de jardin, nous avons une fenêtre-restaurant à oiseaux. Figurez-vous que Nina et Anouk ont opéré un grand changement sur cette fenêtre-restaurant. Son rebord extérieur abritait deux jardinières qui ressemblaient à deux friches d’un quartier abandonné. Je dois reconnaitre que non seulement, je ne goûte pas aux joies de la parfaite maîtresse de maison, mais encore je n’ai pas la main verte du tout. Bref ! Nina et Anouk ont décidé de remédier à tout ça. Achat de terreau, achat de plantes à repiquer, une heure passée dans la cour afin de dépoter, rempoter… Résultat, il y a maintenant un mini jardin sur le bord de la fenêtre, mini jardin qui grâce à notre imagination a le charme d’un vrai jardin. Factuel.info, Trois femmes et un confinement/Jour 42 | Factuel.info
  • La famille de ce général se retrouve chez elle, assiégée par le peuple. Un huis clos hanté par la Llorona va alors se dérouler dans ce gynécée, où vivent la femme, la fille et la petite fille du génocidaire, ainsi qu’une gouvernante indienne et une nouvelle bonne. Elle vient du peuple indien (l’image la fait vraiment sortir de la foule) et sa jeunesse et sa beauté en fait une incarnation de cette Llorona qui hante la maison. Magcentre, La Llorona, il est trop tard pour pleurer | Magcentre
  • Dans ce gynécée coupé du monde, siège d’une passion homosexuelle cachée, Céline Sciamma passe au crible les multiples aspects de l’oppression patriarcale : mariage contraint, avortement clandestin, intimité honteuse, accès interdit au grand art, etc. En cela, le prix du scénario cannois était mérité. Pour le souffle et la chair romanesques, il faudra repasser. L'Obs, « Portrait de la jeune fille en feu », le pouvoir, le désir et le regard
  • Puisqu’Anouk vous fait pénétrer intra-muros, je vous fais pénétrer intra-anima de notre phalanstère/gynécée. Mon latin est loin, très loin et j’ai toujours été nulle. Je me souviens d’un – 7, oui, moins 7 ! c’est vous dire, et de nombreux coups de Gaffiot, le dictionnaire, sur la tête. Alors, intra-anima n’est peut-être pas la bonne expression pour vous faire entrer dans l’âme de notre lieu de confinement, dans lequel nous consolidons notre savoir-faire et notre savoir-être. Aucune de nous trois (et nous avons de l’imagination !) n’avait imaginé vivre un jour pareille situation. Notre cohabitation tient bon, grâce à un minimum de discipline, de l’amour et de l’humour. Factuel.info, Trois femmes et un confinement/Jour 30 | Factuel.info

Traductions du mot « gynécée »

Langue Traduction
Anglais gynoecium
Espagnol gineceo
Italien gineceo
Allemand gynäkium
Chinois 妇科
Arabe جينيسيوم
Portugais gineceu
Russe гинекей
Japonais 婦人科
Basque gynoecium
Corse ginepiu
Source : Google Translate API

Synonymes de « gynécée »

Source : synonymes de gynécée sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « gynécée »

Partager