La langue française

Guise

Sommaire

  • Définitions du mot guise
  • Étymologie de « guise »
  • Phonétique de « guise »
  • Citations contenant le mot « guise »
  • Traductions du mot « guise »
  • Synonymes de « guise »

Définitions du mot guise

Trésor de la Langue Française informatisé

GUISE, subst. fém.

Vx ou littér. Manière, façon. Chaque pays a sa guise (Ac. 1835, 1878). Des partis monarchiques, à l'ancienne guise, parurent (Chateaubr., Congrès Vérone, t. 1, 1838, p. 56).Sautillant dans le cuvier d'où ruisselait le moût vermeil, le vieillard composait des poèmes dorés à la guise de Pythagore (Maurras, Chemin Paradis,1894, p. 49) :
1. Brotteaux s'en allait porter douze douzaine de pantins de sa façon chez le marchand de jouets (...). Et il s'était résolu, pour les porter plus aisément, à les attacher au bout d'une perche, selon les guises des vendeurs ambulants. A. France, Dieux ont soif,1912, p. 141.
Loc., mod.
À ma, ta, ... guise. Comme il me, te, ... plaît. Son mari vivait à sa guise, rentrant quand il voulait, parfois au jour levant, prétextant des affaires, ne se gênant point (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Pardon, 1882, p. 657).Dans le sommeil, notre cerveau travaille à sa guise, libre de toute idée préconçue, capable de n'importe quelle audace (Bernanos, Crime,1935, p. 833) :
2. ... ce qui de moi a le plus vieilli, c'est ma voix; cette voix que j'avais (...) forte, souple, diverse, c'est-à-dire capable de passer du grave à l'aigu à ma guise; une voix dont j'étais parfaitement maître et dont je pouvais jouer comme un acteur... Gide, Journal,1942, p. 127.
En guise de. Pour tenir lieu de, à la place de. Se servir d'un bâton en guise de canne. On lui a donné ce petit emploi en guise de consolation (Ac. 1932). − « Alors, c'est... fini? » fit-elle timidement. Il inclina la tête en guise de réponse (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p. 1303).D'étranges lampes, des boîtes de conserves vides, où plonge, en guise de mèche, une bande de pansement bien roulée (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 22) :
3. Il fabriqua de la bière avec des feuilles de petit-chêne et la donna aux moissonneurs en guise de cidre. Des maux d'entrailles se déclarèrent. Flaub., Bouvard, t. 1, 1880, p. 35.
Prononc. et Orth. : [gi:z]. Att. ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Fin xes. vise « manière, façon » (Passion, éd. D'Arco S. Avalle, 213); 2. ca 1050 en guise de « en manière de, comme » (Alexis, éd. Chr. Storey, 149); 3. 1188 a sa guisse « selon son goût, sa volonté » (Aimon de Varennes, Florimont, 1354 ds T.-L.). Du germ. *wisa « manière, façon »; cf. l'a. h. all. wisa, de même sens; m. h. all. wise; all. Weise « id. ». Fréq. abs. littér. : 741. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 722, b) 1 317; xxes. : a) 1 236, b) 1 084.

Wiktionnaire

Nom commun 1

guise \ɡiz\ féminin

  1. Manière, façon, goût, fantaisie.
    • Ceints de soleil, d’air vif, on tâche à sa guise, à son allure, sans surveillants. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Le lion dans sa tête avait une entreprise : il tint conseil de guerre, envoya ses prévôts ; Fit avertir les animaux : Tous furent du dessein, chacun selon sa guise. — (Jean de la Fontaine, Fabl. v, 19)
    • Le sage l’aura fait [un éléphant de pierre] par tel art et de guise Qu’on le pourra porter peut-être quatre pas. — (Jean de la Fontaine, Fabl. X, 14)
    • Faisant gagner marchands de toutes guises. — (Jean de la Fontaine, Faucon)
    • Le lendemain notre amant se déguise, Et s’enfarine en vrai garçon meunier, Un faux menton, barbe d’étrange guise, Mieux ne pouvait se métamorphoser. — (Jean de la Fontaine, Mandrag.)
    • Simple, jeunette et d’assez bonne guise. — (Jean de la Fontaine, Fais.)
    • Les poëtes font à leur guise. — (Molière, Amphitryon, Prologue)

Nom commun 2

guise \ɡiz\ féminin

  1. Cuve destinée au moulage de la fonte pour la fabrication de l’acier.

Nom commun 1

guise \Prononciation ?\ féminin

  1. Guise, manière, façon.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GUISE. n. f.
Manière, façon. Chacun vit, se gouverne à sa guise. Il a voulu faire la chose à sa guise.

EN GUISE DE, loc. prép., À la façon, à la place de, en manière de. Se servir d'un bâton en guise de canne. On lui a donné ce petit emploi en guise de consolation.

Littré (1872-1877)

GUISE (ghi-z') s. f.
  • Manière, façon, goût, fantaisie. Il forme une vertu comme il plaît à sa guise, Régnier, Sat. v. Le lion dans sa tête avait une entreprise : il tint conseil de guerre, envoya ses prévôts ; Fit avertir les animaux : Tous furent du dessein, chacun selon sa guise, La Fontaine, Fabl. v, 19. Le sage l'aura fait [un éléphant de pierre] par tel art et de guise Qu'on le pourra porter peut-être quatre pas, La Fontaine, Fabl. X, 14. Faisant gagner marchands de toutes guises, La Fontaine, Faucon. Le lendemain notre amant se déguise, Et s'enfarine en vrai garçon meunier, Un faux menton, barbe d'étrange guise, Mieux ne pouvait se métamorphoser, La Fontaine, Mandrag. Simple, jeunette et d'assez bonne guise, La Fontaine, Fais. Les poëtes font à leur guise, Molière, Amph. Prol.

    En guise de, loc. adv. À la façon de, en manière de, à la place de. Son prisonnier à son côté en guise de limier, Scarron, Rom. com. I, 13. Ce serait même une fête à donner à la cour, en guise de feu d'artifice, Voltaire, Lett. d'Argental, 1er janvier 1771.

    À guise de, à la manière de. Il passe le tronçon de la sienne [épée] en la main gauche, à guise d'un poignard, Corneille, Clit. argum.

HISTORIQUE

XIe s. [Il] Vait le ferir en guise de baron, Ch. de Rol. XCII. Par nule guise ne m'aviez desfié, ib. CXLVII.

XIIe s. Quant il ont en bataille fiché leur estendart, Ne se maintiennent mie à guise de couart, Sax. XI. [Soyez] Apresté d'ostoyer [aller en guerre] chascuns selon sa guise, ib. XXIII.

XIIIe s. Là me souvint des gens de male guise Qui m'ont mis sus mensonge à escient, Quesnes, Romanc. p. 89. Et il fu voir que Assur, fil Sem le fil Noé, avoit comencié en celui païs une cité, mais li rois Ninus l'acompli, et estora de grant guise, et en fist le chief de son regne, et por le non de lui est appelée Ninive, Latini, Trés. p. 32. À guise de cheval que on a enfrené, Berte, X. Si avint qu'il vit, outre un grant fossé, un fouc [foule] de paysans armés à la guise du pays, Chr. de Rains, 219. Car la vertu n'est mie mendre [moindre] De bien garder et de deffendre Les choses, quant el sunt acquises, Que del aquerre en quelques guises, la Rose, 8304. Cil bien sunt tien à droite guise, ib. 5352.

XIVe s. Touz biens ne sont pas d'une meisme espece ne d'une guise, Oresme, Eth. VI.

XVe s. Et fit son departement en guise de moine, et ainsi habillé s'en alla, Monstrelet, II, 155. Et fit parler aux Venitiens de les mettre à rançon aux guises de France ; mais ils dirent que ce n'estoit pas leur usance, Bouciq. II, 29.

XVIe s. Tant de villes, tant de guises, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GUISE, (Géog.) petite ville de France en Picardie dans la Thiérache, avec un fort château & titre de duché pairie. Elle est sur l’Oise, à 6 lieues N. O. de Saint-Quentin, 10 S. E. de Cambrai, 38 N. E. de Paris. Long. 21. 17. 22. lat. 49. 53. 47.

Billi, (Jacques de) un des savans françois du xvj. siecle, traduisit de grec en latin les ouvrages de S. Grégoire de Nazianze, de S. Isidore de Peluse, de S. Jean Damascene, &c. Il mourut en 1581, âgé de 47 ans. On ne doit pas le confondre avec Jacques de Billi jésuite, né dans le xvij. siecle. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « guise »

Provenç. guisa, guia ; espagn. portug. et ital. guisa ; de l'anc. h. allem. wîsa, manière, guise ; allem. mod. Weise.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom commun 1) (c. 1050) Réfection du proto-germanique *wisa, que continuent le néerlandais wijze, l’allemand Weise, le suédois visa, etc. (c. 980) vise.
(Nom commun 2) Autre forme de geuse (moule en sable pour recevoir une coulée de fonte).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(c. 980) vises (pluriel), puis ca. 1050 guise[1]. Voir ci-dessus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « guise »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
guise giz

Citations contenant le mot « guise »

  • J'ai peine à croire qu'on parvienne un jour à démontrer que nous sommes l'oeuvre d'un être suprême et non pas, comme il semble, celle d'un être fort imparfait qui nous a fabriqués en guise de passe-temps. De Georg Christoph Lichtenberg / Aphorismes
  • Le temps est notre supplice. L'homme ne cherche qu'à y échapper, c'est-à-dire échapper au passé et à l'avenir en s'enfonçant dans le présent, ou se fabriquer un passé ou un avenir à sa guise. De Simone Weil / La Connaissance surnaturelle
  • Le poète jouit de cet incomparable privilège, qu'il peut à sa guise être lui-même et autrui. De Charles Baudelaire / Le Spleen de Paris
  • Le progrès existe, c’est certain. L’américain moyen paie maintenant en impôts deux fois ce qu’il avait avant en guise de salaire. De Henri Louis Mencken
  • Plus grand est l’artiste, plus grand est le doute ; la confiance parfaite n’est accordé qu’aux moins talentueux, en guise de prix de consolation. De Robert Hughes
  • Libre est le romancier, il crée un monde à sa guise, mais il le fait sur le bord du monde qui existe. Sa liberté en est très réduite. De Jacques Laurent / Entretien avec Bernard Pivot - Novembre 1977
  • Et si la vie était une étoile filante traversant une sombre éternité, chacun aurait le loisir de la faire briller à sa guise. De Tonino Benacquista / Quelqu’un d’autre
  • Pour n’être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. De Charles Baudelaire / Le spleen de Paris
  • Suisse : depuis que ses deux produits nationaux, la neige et le chocolat, ont fondu, l’horloge à coucou a été inventée pour que les touristes aient quelque chose de solide en guise de souvenir ! De Alan Coren / The Sanity Inspector
  • Il faut être toujours ivre. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules, il faut s’enivrer sans trêve. De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous ! De Charles Baudelaire / Le Spleen de Paris
  • Pendant l'insomnie, je me dis, en guise de consolation, que ces heures dont je prend conscience, je les arrache au néant, et que si je les dormais, elles ne m'auraient jamais appartenu, elles n'auraient jamais existé. De Emil Michel Cioran
  • La femme seule ne doit qu'à elle-même le compte de ses jours. Elle s'habille pour elle, sort à sa guise, rentre à son gré, dispose comme il lui plaît de son temps, de son coeur et de son téléphone. Elle n'a jamais besoin de mentir, ni d'inventer, et elle De Germaine Beaumont / Si je devais...

Traductions du mot « guise »

Langue Traduction
Anglais way
Espagnol camino
Italien modo
Allemand weg
Chinois 方式
Arabe الطريق
Portugais maneira
Russe путь
Japonais 仕方
Basque modu
Corse modu
Source : Google Translate API

Synonymes de « guise »

Source : synonymes de guise sur lebonsynonyme.fr
Partager