La langue française

Gothique

Sommaire

  • Définitions du mot gothique
  • Étymologie de « gothique »
  • Phonétique de « gothique »
  • Citations contenant le mot « gothique »
  • Images d'illustration du mot « gothique »
  • Traductions du mot « gothique »
  • Synonymes de « gothique »

Définitions du mot gothique

Trésor de la Langue Française informatisé

GOTHIQUE, adj. et subst.

A. − Relatif aux Goths.
1. [En parlant d'une pers.] Qui est membre de la peuplade des Goths, qui en descend. Cette cotte de mailles dorée de ce chevalier gothique [le Cid] à visage de jeune Viking (Brasillach, Corneille,1938, p. 435).
[En parlant d'une collectivité] Enivré de ces succès, Valens s'apprête à triompher des peuples gothiques (Chateaubr., Ét. ou Disc. hist., t. 2, 1831, p. 171).
2. (Ce) qui est propre aux Goths, à leurs descendants. La dernière fois que je le vis [un Danois], il eut le tact gothique d'exhaler un grand dédain pour la France (Bloy, Journal,1900, p. 399).
Spécialement
a) Subst. masc. sing. Langue des Goths. Grammaire comparée des différents dialectes germaniques, comprenant le gothique, l'islandais (J.-J. Ampère, Corresp.,1827, p. 438).Le gotique (...) est antérieur de plusieurs siècles aux autres dialectes germaniques (Saussure, Ling. gén.,1916, p. 297).
b) Relatif à cette langue. Préciser la part de l'influence gothique dans la déformation de la langue latine (Gide, Immor.,1902, p. 407).
Alphabet gothique. Alphabet créé par l'évêque Ulphilas au ivesiècle, à partir des alphabets grec, romain et runique, pour transcrire la langue des Goths (cf. Ac. 1878, 1932).
B. − [P. réf. à cette peuplade, à l'époque ancienne, barbare, confuse où elle vivait]
1. B.-A.
a) Style gothique. Style des derniers siècles du Moyen Âge (xiies.-xvies. environ) en Europe, dont les caractéristiques varièrent selon les périodes et les arts, connu surtout par ses réalisations architecturales élancées, ouvragées et celles qui leur sont annexes (sculptures, vitraux) mais s'illustrant aussi dans certains arts mineurs (enluminure, orfèvrerie, tapisserie, mobilier en particulier) :
1. ... l'an 1000, où la peur de la fin du monde fit jaillir l'architecture religieuse médiévale : style roman, puis styles gothique et flamboyant. Lambertie, Industr. pierre et marbre,1962, p. 62.
Emploi subst. masc. sing. Gothique primitif, tardif; gothique flamboyant, fleuri, rayonnant. En 1536 (...), l'église de Brou, la dernière et la plus mignonne fleur du gothique achevait d'éclore (Taine, Philos. art, t. 2, 1865, p. 17).
Rem. Du xviies. au début du xixes., ce terme s'applique à toute la période artistique allant de l'Antiquité à la Renaissance, avec souvent une nuance de mépris. Le gothique ancien désigne alors l'art roman (cf. A. Rey, v. infra bbg.).
b) Relatif à ce style, réalisé dans ce style. Architecture, art, cathédrale gothique. Les pics de glace brillent comme des rosaces gothiques (Quinet, All. et Ital.,1836, p. 140) :
2. Regardez l'orbite amaigri et profond de la croisée gothique, de cet œil ogival, quand il fait effort pour s'ouvrir, au xiiesiècle. Cet œil de la croisée gothique est le signe par lequel se classe la nouvelle architecture. Michelet, Hist. de France, Paris, Marpon et Flammarion, t. 3, 1879 [1833], p. 216.
SYNT. Chapelle, château, cloître, flèche gothique; maisons, monuments, ornements, salles, statues, tours, voûtes gothiques.
c) [En parlant d'un artiste] Qui réalise des œuvres dans ce style. Le sculpteur gothique renonce aux stylisations radicales de ses prédécesseurs romans (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 135).
Emploi subst. Réalisme (...) qui atteint à la grandeur des gothiques (Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 83).
d) [Avec une valeur caractérisante]
(Ce) qui est réalisé dans un style ressemblant au gothique; qui a certaines caractéristiques (légèreté, caractère ouvragé, élancé...) de ce style. Rodenbach : « (...) Longs doigts gothiques de MlleMoreno. » (Renard, Journal,1894, p. 227).Le château [de Chambord] conserve un caractère bien gothique, qui est d'accumuler toute sa décoration sur ses combles (Hourticq, Hist. art, Fr., 1914, p. 151) :
3. Elle leva les bras au ciel, courut vers la porte, (...) entraîna dans les mailles de son fichu le dossier pointu et gothique d'une chaise second Empire... Colette, Mais. Cl.,1922, p. 42.
Faux gothique. Style cherchant à imiter, au xixesiècle essentiellement, le style gothique du Moyen Âge, certaines de ses caractéristiques :
4. Le bourg me parut riche et laid. Un morceau de route large et droite, bordé de maisons neuves, une école neuve à damiers de briques, une église neuve, en faux gothique grêle et coupant... Vercel, Cap. Conan,1934, p. 249.
Rem. Cette loc. prend parfois un trait d'union (v. faux1ex. 11).
[En parlant d'une pers.] Qui imite le style gothique, qui l'apprécie. L'archiviste est lui-même décorateur gothique (Michelet, Journal,1835, p. 197).
Emploi subst. Et nous sourions de ce gothique fervent [Théophile Gautier] qui n'a même pas pris la peine d'aller à Chartres visiter la cathédrale (Proust, Past. et mél.,1919, p. 264).
e) P. ext. Qui date de l'époque du style gothique et plus largement du Moyen Âge :
5. ... il [le pape] fut dans le monde gothique le défenseur des franchises populaires, comme il devint dans le monde moderne le restituteur des sciences, des lettres et des arts. Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 494.
Emploi subst. Je saisissais un volume sur sa tablette, quelque vénérable gothique ou un noble poète de la Renaissance (A. France, Bonnard,1881, p. 504).
2. Domaines de l'écriture et de l'imprimerie.
a) Écriture gothique. Écriture dont les caractères sont droits, anguleux, ornés de pointes, de crochets, qui apparaît en Europe au xiiesiècle, peut-être influencée par le style artistique de cette époque, et dont la durée d'utilisation varia selon les pays (en particulier jusqu'en 1941, en Allemagne). De vieux parchemins couverts d'une écriture gothique (Ac.1878).
Qui en a certaines caractéristiques. Il [le billet] était écrit d'une écriture franche, nette, mais un peu gothique, et qui rappelait les types allemands (Verne, Vingt mille lieues, t. 1, 1870, p. 148).
Emploi subst. fém. sing. Quantité insensée d'inscriptions et de noms gravés en ronde (...), en bâtarde (...), en gothique, en anglaise (Du Camp, Nil,1854, p. 136).
b) [En parlant d'une lettre] Qui appartient à cette écriture, qui en a certaines caractéristiques. Caractères, lettres gothiques. J'y avais tracé autrefois mon chiffre artistement enlacé dans un L gothique (Janin, Âne mort,1829, p. 94).
c) [En parlant d'un écrit] Pour lequel l'écriture gothique a été utilisée. C'était une grande page de plain-chant, avec un texte gothique sous les portées de quatre lignes (A. France, Orme,1897, p. 39).
3. Avec une nuance péj. Qui est d'un autre âge, désuet, barbare, conservateur. Idées, préjugés gothiques. Débarrassez-vous de ce vilain bonnet fourré, de cette gothique robe-de-chambre (Jouy, Hermite, t. 2, 1812, p. 68).Soit que (...) l'Europe crût que les royalistes de France n'étoient qu'un petit troupeau d'hommes gothiques sans force et sans capacité (Chateaubr., Polém.,1818-27, p. 256) :
6. ... il ne pose pas de question [à sa femme] : la jalousie est gothique, un reste de l'âge des Maures, un sentiment rétrograde qu'il rougirait d'éprouver... Morand, Flagell. Séville,1951, p. 92.
REM. 1.
Gothico-, élém.représentant gothique, formateur de composés adj., avec trait d'union; le second élém. est un adj. ou un subst. fr. indiquant un style artistique ou un ensemble géogr.a) [Le composé exprime des relations entre deux styles dans un cont. gén. défavorable]
Gothico-Renaissance. adj.Qui est relatif à deux styles, gothique et Renaissance; qui mélange ces deux styles. En un style gothico-Renaissance édulcoré à souhait (Grandjean, Orfèvr. xixes., 1962, p. 45).
Gothico-roman. adj.Qui mélange styles roman et gothique. Autel gothico-roman (Verlaine, Œuvres compl., t. 5, Confess., 1895, p. 56).
b) [Le composé exprime des relations entre un lieu et une époque donnés]
Gothico-messin. adj.Propre à la ville de Metz, au Moyen Âge. On trouve à Leipzig (...) un graduel écrit d'après la tradition gothico-messine (Bénédictins, Paléogr. mus., t. 3, 1889, p. 82).
2.
Gothicisme, subst. masc.Tendance politique conservatrice s'opposant au libéralisme. Les feuilles ultra-libérales en France accusent le Conservateur de gothicisme (Chateaubr., Polém.,1818-27, p. 36).
3.
Gothisme, subst. masc.Époque du style gothique; goût parfois excessif pour ce style. (Lar. 19eSuppl. 1878-Lar. 20e, Quillet 1965). Ce mot prend des sens partic. chez certains auteurs. a) Goût pour les mythes populaires et moyenâgeux des Allemands, descendants des Goths. Faux gothisme [dans les œuvres de Wagner] (Rolland, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 392).b) Attrait pour le style gothique et l'esprit de ses artistes qui préféraient l'art pour l'art à la recherche de la faveur du public. Il lui reste [à Lhote], malgré son gothisme, un peu de carriérisme indestructible (Rivière, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1908, p. 33).
Prononc. et Orth. : [gɔtik]. Ds Ac. dep. 1718. Parfois gotique, en parlant du peuple ou de la langue (cf. Saussure, loc. cit.); Étymol. et Hist. 1. 1482 gothicque « relatif aux Goths, au Moyen Âge » (Flameng, Passion de S. Didier, 65, Carnaudet ds Delb. Notes mss); spéc. 2. a) appliqué à la période artistique située entre l'Antiquité et la Renaissance 1615 (Etienne Binet, Essay sur les Merveilles de nature ds Fr. mod. t. 14, 1946, p. 284); 1626 (Martellange ds Hope t. 1, p. 288, note 1); b) 1824 restreint à la période de l'art ogival adj. (De Caumont, Essai sur l'architecture religieuse du moyen âge ds Mémoires de la Société des Antiquaires de la Normandie, Caen, 1repart., p. 540); 3. a) appliqué à la langue 1545 adj. gothique (J. Burchet, Spit. fam. LXV, fo44 ds Delb. Notes mss); 1840 subst. masc. (Ac. Compl. 1842); 1901 gotique (Nouv. Lar. ill.); b) appliqué à l'écriture 1585 (Du Fail, Contes et discours d'Eutrapel, éd. J. Assézat, t. 2, p. 309 : lettres longues et gothiques); 1835 subst. fém. (Ac.). Empr. au b. lat.gothicus « relatif aux Goths » (Forc.) [dér. de Gothus, Goth*], employé au xves. pour désigner l'écriture du Moyen Âge : cf. l'adv. gothice « d'une manière gothique » (1435-1444 Lorenzo valla, Elegantiarum Latinae linguae libri sex ds FEW t. 16, p. 105, note 6); 2 prob. par l'intermédiaire de l'ital. gotico, les artistes de la Renaissance, notamment Raphaël dans une lettre célèbre à Léon X en 1519 (v. Bruno Migliorini, Lingua e cultura ds Nuova Biblioteca Italiana, 32, pp. 264-265), ayant enveloppé de mépris cette période artistique (Hope t. 1, p. 288, note 1). La réaction fr. à cette proscription fut le fait de savants normands, inspirés des auteurs anglais qui avaient réagi contre cette tendance dès le début du xviiies., et de Chateaubriand (FEW t. 16, p. 104b et note 8). Fréq. abs. littér. : 1 002. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 521, b) 1 159; xxes. : a) 1 095, b) 829.
DÉR.
Gothiquement, adv.a) En style gothique, dans un style qui imite le gothique. Il a exposé aussi une statuette en bois gothiquement moderne (Huysmans, Art mod.,1883, p. 265).b) En lettres gothiques. L'écriture gothiquement indéchiffrable [d'illustres paperasses] (Gautier, Fracasse,1863, p. 225).[gɔtikmɑ ̃]. 1resattest. 1534 Gotticquement « en lettres gothiques » (Rabelais, Gargantua, éd. R. Calder, chap. 13, p. 96), à nouveau 1863 gothiquement (Gautier, loc. cit.), 1801 « à la façon gothique » (L.-B. Picard, Théâtre, t. 3, Pte ville, p. 190); de gothique, suff. -ment2*.
BBG. Haslag (J.) Gothic im siebzehnten und achtzehnten Jahrhundert. Köln-Graz, 1963, 203 p. - Holbrook (W.C). The Adjective gothique in the 18th century. Mod. Lang. Notes. 1941, t. 56, pp. 498-503. - Nies (F.). Die Semantische Aufwertung von fr. gothique vor Chateaubriand. Z. Rom. Philol. 1968, t. 84, pp. 67-88. - Quem. DDL t. 6 (s.v. gothicisme); 17. - Rey (A.). Le Lex. : images et modèles. Paris, 1977, p. 238; pp. 246-247. - Voss (J.). Das Mittelalter im historischen Denken Frankreichs. München, 1972, 484 p.

Wiktionnaire

Adjectif

gothique \ɡɔ.tik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est relatif aux Goths et aux peuples qui leur ont succédé.
    • La langue gothique.
  2. (En particulier) Qualifie l’alphabet formé au quatrième siècle par l’évêque Ulphilas et employé par lui à la transcription de la langue gothique.
  3. (Par extension) Qualifie le style des lettres inventées par Ulphilas et qualifie les anciens caractères d’imprimerie qui ont de la ressemblance avec ce genre d’écriture.
    • Elle passa près de l’étudiant pour examiner un petit modèle de tapisserie dans un cadre noir accroché non loin du lit : on voyait un alphabet au-dessous duquel se lisait cette phrase en lettres gothiques : « Le Seigneur bénisse notre foyer ! ». — (Julien Green, Moïra, 1950, réédition Le Livre de Poche, page 210)
    • J’aime avec elle essayer de me rappeler l’allemand que j’ai appris autrefois en bavardant et elle me le fait lire dans l’écriture gothique — (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, page 229)
  4. (Par extension) Qui est relatif au Moyen Âge.
    • Ce n’était pas encore tout à fait l’époque où une sorte d’intérêt préromantique pour le Moyen Âge allait devenir de vogue, et le mot gothique, naguère terme de dédain, commencer à échauffer les imaginations. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 85)
  5. Qualifie l’architecture qui fut en usage du XIIe au XVe siècle.
    • De style ogival flamboyant, à ornementation très fouillée, surtout dans la façade et les tours, ses arcs-boutants, ses clochetons, ses pinacles gothiques sont remarquables. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
    • […], au fond, personne ne connaît au juste l’origine des formes gothiques d’une cathédrale. Les archéologues et les architectes ont vainement épuisé toutes les suppositions, tous les systèmes ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  6. (Figuré) (Familier) (Péjoratif) Ce qui paraît trop ancien, hors de mode, désuet.
    • […] on les trouvera dans ces petits livres gothiques qu’on vendait autrefois un sou, mais qu’on croit aujourd’hui payer bon marché en les couvrant d’or. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  7. Qui est relatif au mouvement culturel (notamment musical et vestimentaire), apparu à la fin du XXe siècle.
    • Le rock gothique est un sous-genre du post punk né en Angleterre à la fin des années 1970 sur les cendres du mouvement punk, avec des groupes précurseurs comme Joy Division, Siouxsie and the Banshees et The Cure. — (Rock gothique, article Wikipédia).
    • Il existe ainsi un code vestimentaire, la mode gothique essentiellement basée sur le noir et les couleurs sombres. — (Mouvement gothique, article Wikipédia).

Nom commun 1

gothique \ɡɔ.tik\ masculin

  1. (Linguistique) (Au singulier) Langue autrefois parlée par les Goths.
    • Les Goths parlaient le gothique ou gotique.
    • Ulphilas traduisit la Bible en gothique.
  2. (Arts) Architecture, peinture, etc. qui fut en usage du XIIe siècle au XVe siècle.
    • J’appelle moyen-âge, dans l’histoire de la littérature française, les XIIe, XIIIe et XIVe siècles. […] Le commencement de cette époque est marqué en Europe par une crise sociale, de laquelle sortent tout à la fois les communes, l’organisation complète de la féodalité et de la papauté, les idiomes modernes de l’Europe, l’architecture appelée gothique. — (Jean-Jacques Ampère, « La Littérature française au moyen-âge », in Revue des deux Mondes, 1839, tome 19)
    • La Bible, le livre inflexible de Jéhovah, le code terrible du Père, n’est-il pas traduit par le Roman dur et contrit et les Évangiles si consolants et si doux, par le Gothique plein d’effusions et de câlineries, plein d’humbles espoirs ? — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • À première vue, on attribuerait au gothique flamboyant cette maîtresse œuvre où l’on découvre bientôt les volutes, les ornements, toutes les riches imaginations de la Renaissance. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  3. Mouvement culturel (en particulier musical et vestimentaire) apparu en Europe au début des années 1980.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GOTHIQUE. adj. des deux genres
. Qui appartient aux Goths. La langue gothique. Alphabet gothique, Alphabet formé au quatrième siècle par l'évêque Ulphilas et employé par lui à la transcription de la langue gothique. On dit aussi Les lettres gothiques. Les lettres inventées par Ulphilas. Substantivement, Ulphilas a traduit la Bible en gothique.

GOTHIQUE signifie, par extension, Qui est relatif au moyen âge. Architecture gothique, Architecture ogivale qui fut en usage au moyen âge. On dit de même Le genre gothique, Le style gothique, ou absolument, comme nom masculin, Le gothique. Le gothique ancien. Le gothique moderne. Le gothique flamboyant. Le gothique fleuri. Écriture gothique, ou absolument, comme nom féminin, La gothique, Sorte d'écriture usitée au XIVe siècle, écriture droite où les caractères sont ornés de pointes et de crochets. Il se dit aussi d'Anciens caractères d'imprimerie qui ont de la ressemblance avec ce genre d'écriture. Il se dit, de plus, du Caractère d'imprimerie que les Allemands emploient encore aujourd'hui. Il se dit figurément et familièrement de Ce qui parait trop ancien, hors de mode, désuet. Raisonnements, manières, idées gothiques.

Littré (1872-1877)

GOTHIQUE (go-ti-k') adj.
  • 1Qui appartient aux Goths. La langue gothique, ou, au masculin, le gothique, langue parlée par les Goths. C'est en gothique que fut traduite la Bible par Ulphilas.

    Alphabet gothique, alphabet qui fut formé au IVe siècle, en grande partie d'après celui des Grecs et celui des Romains, par Ulphilas. Ulphilas leur évêque, premier inventeur des lettres gothiques, et traducteur de l'Écriture sainte en sa langue, Fléchier, Hist. de Théodose, I, 47.

    Terme d'histoire romaine. Vainqueur des Goths. M. Aurélius Claudius le Gothique.

  • 2 Par extension et par abus. Qui appartient au moyen âge. Les siècles gothiques nous ont laissé des monuments où la hardiesse et la majesté respirent à travers les ruines du goût et de l'élégance, Raynal, Hist. phil. XIX, 12. On vous voyait [mes odes]… Demander aux temps gothiques Leurs vieux contes toujours nouveaux, Hugo, Odes, II, 1.
  • 3 Terme de diplomatique. Écriture gothique récente, ou, substantivement et au masculin, le gothique récent, nom donné à l'écriture du XIVe siècle, hérissée d'angles, de pans, de pointes et de crochets.

    Il se dit d'anciens caractères d'imprimerie qui ont de la ressemblance à ce modèle. À ces mots il saisit un vieil infortiat, Inutile ramas de gothique écriture, Boileau, Lutr. V.

    Il se dit aussi du caractère d'imprimerie que les Allemands emploient encore aujourd'hui.

    S. f. La gothique, l'écriture gothique.

  • 4Architecture gothique, architecture dite plus proprement ogivale, qui, malgré son nom, ne provient pas des Goths, et qui, dérivant de l'architecture romane, a été créée dans le XIe et le XIIe siècle par les architectes du nord de la France ; c'est en ce style que sont bâties une foule d'admirables cathédrales. On a entièrement abandonné l'ordre gothique, que la barbarie avait introduit pour les palais et pour les temples, La Bruyère, I. Ma campagne de la Brede, où vous trouverez un château gothique à la vérité, mais orné de dehors charmants dont j'ai pris l'idée en Angleterre, Montesquieu, Correspondance, 9. À la vue de ce palais [le Kremlin], à la fois gothique et moderne, des Romanof et des Rurick, de leur trône encore debout, de cette croix du grand Ywan, et de la plus belle partie de la ville que le Kremlin domine et que les flammes encore renfermées dans le bazar semblent devoir respecter, Ségur, Hist. de Nap. VIII, 6.

    Fronton gothique, dans l'architecture moderne, un pignon à jour, en cercle ou en triangle, avec des roses en trèfle et d'autres sculptures.

    S. m. Le style gothique, en parlant d'architecture et de sculpture. Le gothique domine dans cette architecture.

  • 5 Par extension et par mépris, il se dit de ce qui est trop ancien ou hors de mode. On dirait que Ronsard sur ses pipeaux rustiques Vient encor fredonner ses idylles gothiques, Boileau, Art p. II. Il a rendu ce mot gothique, La Bruyère, XIV. Le génie des Français a été presque toujours rétréci sous un gouvernement gothique, Voltaire, Louis XIV, Introduct. Ces entraves gothiques, ces multitudes de ligatures, Rousseau, Ém. V. Vous traversiez des ruines gothiques ; Nos défenseurs se pressaient sur vos pas, Béranger, Déesse de la liberté. J'aime à fronder les préjugés gothiques, Et les cordons de toutes les couleurs, Béranger, Nouv. Diog.
  • 6Qui dévaste en barbare. L'élève de Barbin Veut en vain s'opposer à leur fureur gothique, Boileau, Lutr. V.
  • 7Locut. adv, à la gothique, d'une façon gothique. Un sermon plein d'antithèses et d'autres semblables ornements est fait comme une église bâtie à la gothique, Fénelon, t. XXI, p. 77.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GOTHIQUE, adj. (Hist. mod.) qui appartient aux Goths. Voyez Goths. Caractere ou écriture gothique, est un écriture ou un caractere qui dans le fond est le même que le romain, mais qui a beaucoup d’angles & de tortuosités, sur-tout au commencement & à la fin des jambages de chaque lettre. Voyez Caractere & Lettre. Les manuscrits en caracteres gothiques ne sont pas anciens.

Ulpilas évêque des Goths, fut le premier inventeur des caracteres gothiques, & le premier qui traduisit la bible en langue gothique.

Les lettres runiques sont souvent appellées caracteres gothiques. Voyez Mabillon, de re dipiom. liv. I. chap. ij. Mais ceux-là se trompent qui croyent que le caractere gothique est le même que le runique ; ils n’ont qu’à consulter Olaüs Vormius, & la préface de Junius sur un livre des évangiles, écrit en lettres gothiques, & l’ouvrage de M. Hicks sur la langue runique. Voyez Runique.

Architecture gothique, est celle qui s’éloigne des proportions & du caractere de l’antique. Voyez Architecture & Ordre.

L’Architecture gothique est souvent très-solide, très-pesante & très-massive ; & quelquefois au contraire extrèmement déliée, délicate & riche. Son principal caractere est d’être chargée d’ornemens qui n’ont ni goût ni justesse.

On distingue deux sortes d’Architecture gothique, l’une ancienne & l’autre moderne. L’ancienne est celle que les Goths ont apportée du nord dans le v. siecle. Les édifices construits suivant cette maniere, sont massifs, pesans & grossiers : ceux de la gothique moderne sont plus délicats, plus déliés, plus legers & surchargés d’ornemens inutiles. Témoin l’abbaye de Westminster, la cathédrale de Litchfreld, &c.

Elle a été long-tems en usage, sur-tout en Italie, savoir depuis le treizieme siecle, jusqu’au rétablissement de l’Architecture antique dans le seizieme. Toutes les anciennes cathédrales sont d’une Architecture gothique. Voyez Architecture.

Les inventeurs de l’Architecture gothique crurent sans doute avoir surpassé les Architectes grecs. Un édifice grec n’a aucun ornement qui ne serve à augmenter la beauté de l’ouvrage. Les pieces nécessaires pour le soûtenir, ou pour le mettre à couvert, comme les colonnes & la corniche, tirent leur beauté de leurs proportions : tout est simple, tout est mesuré, tout est borné à l’usage. On n’y voit ni hardiesse ni caprice qui impose aux yeux. Les proportions sont si justes, que rien ne paroît fort grand, quoique tout le soit. Au contraire l’Architecture gothique éleve sur des piliers très-minces une voûte immense, qui monte jusqu’aux nues. On croit que tout va tomber, mais tout dure pendant bien des siecles. Tout est plein de fenêtres, de roses & de pointes ; la pierre semble découpée comme du carton, tout est à jour, tout est en l’air. Lettre de M. de Fénelon sur l’éloquence.

Colonne gothique est un pilier rond dans un bâtiment gothique, qui est trop court ou trop menu pour sa hauteur. Voyez Colonne & Ordre.

On en trouve qui ont jusqu’à 20 diametres, sans diminution ni renflement.

Médailles gothiques, voyez Médailles. Dictionn. de Trévoux & Chambers. (G)

Gothique, (maniere) en Peint. c’est comme on le dit dans le dictionnaire des beaux arts, une maniere qui ne reconnoît aucune regle, qui n’est dirigée par aucune étude de l’antique, & dans laquelle on n’apperçoit qu’un caprice qui n’a rien de noble ; cette maniere barbare a infecté les beaux Arts, depuis 611 jusqu’en 1450, tems à jamais mémorable, où on commença à rechercher le beau dans la nature & dans les ouvrages des anciens. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gothique »

Lat. gothicus, de gothus, goth.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1440) Du bas latin gothicus (« relatif aux Goths »).
Au sens architectural (5), le terme a été mis en circulation longtemps après l'essor du style en question, par les Italiens de la Renaissance, qui voulaient ainsi dénigrer cet art considéré comme révolu en l'attribuant aux Goths. En fait, le style gothique est né en Île-de-France. Le mot gothique a retrouvé ses lettres de noblesse sous la plume des Romantiques (notamment Victor Hugo) et demeure le terme utilisé dans le grand public pour désigner cette forme d'art que les spécialistes appellent plutôt ogival. On parle aussi parfois de style royal[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gothique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gothique gɔtik

Citations contenant le mot « gothique »

  • Les marbres grecs regardent en dedans, mais les beaux gothiques ont toujours l'air d'aveugles qui cherchent. André Malraux, Les Noyers de l'Altenburg, Gallimard
  • L’automobile est un équivalent assez exact des cathédrales gothiques. De Roland Barthes / Mythologies
  • Les humanistes de la Renaissance attribuent le nom de « gothique » à l’art qui fleurit en Europe depuis le milieu du XIIe siècle. La découverte du raffinement antique les mène à mépriser le Moyen ge, période barbare à leurs yeux. À tort, ils établissent un lien entre l’art médiéval et les Goths. L’art gothique fascine par contre les romantiques du XIXe siècle. Le positiviste Viollet-le-Duc donne une interprétation technique et sociologique de cette forme d’expression dans son Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle sur lequel il travaille de 1854 à 1859. Bien que dépassé, cet ouvrage jette la base des études récentes. , Art gothique - Le temps des cathédrales
  • Chapelle gothique du 15e, possédant des fresques, un retable et des statues classées de grande qualité. En place les statues découvertes à Saint Martin de Laives. Visite libre limitée à 10 personnes à l'intérieur (port du masque obligatoire). La visite est libre avec fiches descriptives ou les bénévoles de l'association. , Ouverture au public de la chapelle gothique : Visite guidee a Laives
  • Le duo puise également son inspiration dans les récits intrigants ou horrifiques : Madame préfère la comédie d’horreur, notamment dans le manga, tandis que Monsieur aime particulièrement les illustrations dérangeantes d’Edward Gorey, qui inspire notamment le réalisateur Tim Burton. Des effluves gothiques et poétiques que l’on retrouve dans leur manga. Le Monde.fr, « Shadows House », un manga gothique mais lumineux
  • Kylie Jenner a encore ébloui ses nombreux followers. La star a pris la pose avec un look gothique qui a fait fureur sur Instagram. MCE TV, Kylie Jenner: cet outfit gothique lui va à merveille !
  • Le chef-d’œuvre gothique d’Amiens a mis ses habits de lumière. Le spectacle polychromique "Chroma" est de retour jusqu’au 30 septembre. Franceinfo, La cathédrale d’Amiens de nouveau illuminée avec le spectacle son et lumière "Chroma"
  • Le joyau gothique situé sur l’île de la Cité a été sélectionné pour représenter l’Île-de-France dans le cadre du Monument Préféré des Français. Les votes ont débuté lundi et dureront jusqu’au 26 juillet.   France 3 Paris Ile-de-France, La Sainte-Chapelle veut être le Monument Préféré des Français
  • Notre-Dame de Tournai est la cathédrale du diocèse de Tournai. Elle est le seul édifice religieux de Belgique qui ait été construit comme cathédrale. Chef d'œuvre de l'art Scaldien, ce monument est, par l'alliance harmonieuse des styles roman et gothique et par sa taille et son architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) caractéristique, un des témoins les plus impressionnants de l'art d'occident (L'Occident, ou monde occidental, est une zone géographique qui désignait initialement l'Europe. L'extension de l'espace considéré a varié au cours de l'Histoire. À une période...). Elle fait partie du patrimoine majeur de Wallonie et est classée depuis l'an 2000 au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Techno-Science.net, 🔎 Cathédrale Notre-Dame de Tournai - Définition et Explications

Images d'illustration du mot « gothique »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gothique »

Langue Traduction
Anglais gothic
Espagnol gótico
Italien gotico
Allemand gotisch
Chinois 哥特
Arabe القوطية
Portugais gótico
Russe готика
Japonais ゴシック
Basque gotikoa
Corse gotico
Source : Google Translate API

Synonymes de « gothique »

Source : synonymes de gothique sur lebonsynonyme.fr
Partager