La langue française

Glotte

Sommaire

  • Définitions du mot glotte
  • Étymologie de « glotte »
  • Phonétique de « glotte »
  • Évolution historique de l’usage du mot « glotte »
  • Citations contenant le mot « glotte »
  • Traductions du mot « glotte »
  • Synonymes de « glotte »

Définitions du mot glotte

Trésor de la Langue Française informatisé

GLOTTE, subst. fém.

A. − ANAT. ,,Partie de l'étage moyen du larynx comprise entre les bords libres des cordes vocales inférieures en avant, et entre les apophyses vocales des cartilages aryténoïdes en arrière (...)`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Synon. glotte vraie, (...) fente glottique (Méd. Biol. t. 2 1971).La glotte se resserre pendant qu'on avale; elle est défendue par l'épiglotte, qui la recouvre (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 189) :
Les organes de la voix ne présentent que deux différences qui puissent être regardées comme générales, elles dépendent de la position de la glotte [it. ds le texte] où se forme le son. Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 42.
B. − PHONÉT. et PHONOL. Articulation à glotte fermée, ouverte; relâchement de la glotte. Coup de glotte. Son produit par l'occlusion brutale du larynx et propre à certaines langues telles que l'arabe, le danois. L'homme (...) fit entendre un bruit étrange qui était, chez lui, la manifestation unique de l'hilarité : trois coups de glotte rapprochés, jamais un de plus. Cela se passait dans le haut du registre − hé-hé-hé! (Duhamel, Passion J. Pasquier,1945, p. 47).
Prononc. et Orth. : [glɔt]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1618 (d'apr. Bl.-W.3-5); cf. 1654 (Th. Gelée, L'Anat. fr. en forme d'abrégé ds Fr. mod. t. 14, p. 286). Empr. aux gr. γ λ ω τ τ ι ́ ς, forme attique de γ λ ω σ σ ι ́ ς, qui a chez Galien le sens de « glotte » ou de « luette » précisément sous cette forme attique. Fréq. abs. littér. : 133.
DÉR.
Glottique, adj.Qui se rapporte à la glotte, qui lui appartient. Il avait celui [le défaut] d'être sensible aux appétences glottiques (Barrès, Cahiers, t. 2, 1899, p. 119).Les rubans glottiques se contractent (Arts et litt.,1935, p. 36-8).[glɔtik]. Avec [tt] ds Littré et Barbeau-Rodhe 1930. 1resattest. a) anat. [1856 d'apr. Pt Rob.] cf. 1866 (Littré), b) av. 1877 ling. (Hovelacque, Revue d'anthrop., t. II, p. 499 ds Littré Suppl.); du rad. de glotte, suff. -ique*.

Wiktionnaire

Nom commun

glotte \ɡlɔt\ féminin

  1. (Anatomie) Orifice du larynx qui sert à l’émission de la voix.
    • D’abord, tandis que le crapaud guette sa proie, il contracte les muscles rétracteurs de son système hyoglosse, en sorte qu’il ramène vers la glotte l’extrémité libre de la langue. — (Jean Rostand, La Vie des crapauds, 1933)
    • « Avalez tous ces menus plaisirs de la renommée ! Mettez-vous en jusque-là ! Et venez les vomir sur mon tapis, lorsque vous en aurez par-dessus la glotte ! » — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 80)
    • Il noua avec application un bandana noir à pois blancs autour de sa glotte, inclina son décalitre, descendit avec précaution, sur la pointe de ses bottes, l'escalier pentu de la résidence d'anciens. — (Patrice Delbourg, Le cow-boy du Bazar de l'Hôtel de Ville, Le Cherche Midi, 2014)
  2. (Par extension) Voix.
    • Ceci coupa la glotte à de La Hourmerie, qui, s’étant attendu à tout excepté à ce qui arrivait, ne trouva qu’un amer sourire et qu’un lent élevé de ses cils vers le ciel. — (Georges Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, 1893)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GLOTTE. n. f.
T. d'Anatomie. Orifice du larynx qui sert à l'émission de la voix. L'occlusion de la glotte. La dilatation de la glotte. Glotte supérieure, Orifice supérieur du larynx au fond de la gorge.

Littré (1872-1877)

GLOTTE (glo-t') s. f.
  • Terme d'anatomie. Ouverture du larynx qui sert à l'émission de la voix. Glotte supérieure ou orifice supérieur du larynx, fente oblongue d'avant en arrière, longue de 23 à 25 millimètres chez l'adulte, et large de 5 à 7 millimètres. Glotte inférieure ou glotte proprement dite, fente placée à 8 ou 10 millimètres au-dessous de la précédente.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GLOTTE, s. f. en Anatomie, se dit d’une petite fente qui est dans le larynx, & qui sert à former la voix. Voyez Larynx.

La glotte a la forme d’une languette, ce qui fait que les Grecs l’ont appellée glotta, & les Latins lingula, c’est-à-dire petite langue.

C’est par cette fente que l’air descend & remonte, quand on respire, chante, parle, &c. elle est garnie de plusieurs muscles, au moyen desquels nous pouvons l’étrécir & l’élargir à volonté ; de sorte que les différentes ouvertures de la glotte forment toutes les variétés des tons de la voix humaine Voyez Voix.

La glotte est couverte & défendue par un cartilage doux & mince, appellé l’épiglotte. Voyez Épiglotte. Chambers. (L)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « glotte »

Du grec ancien γλῶττίς, γλῶσσίς, glottis (« languette ») de γλῶττα, γλῶσσα, glotta / glossa (« langue »). On rapprochera ce mot du latin gula (« gosier ») qui a donné gueule, de glousser, engloutir, déglutir, glou, glouglou, etc., tous liés à la gorge.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Γλῶττα ou γλῶσσα, langue.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « glotte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
glotte glɔt

Évolution historique de l’usage du mot « glotte »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « glotte »

  • Sans vouloir trahir ne serait-ce qu'un instant le secret professionnel, quelque chose me dit que ce soir, tout le monde saura que je m'appelle Dupond et pas Dupont. Mon petit doigt me dit aussi, que quand mon nom sera lu par le secrétaire général de l'Élysée, devant les caméras des chaînes d'infos où j'ai l'habitude de venir me chauffer la glotte avant mes plaidoiries, ça fera son petit effet. En attendant l'annonce du nouveau gouvernement dont je vais garder les sceaux, je passe un coup de peigne anti-bouloches sur ma robe d'avocat et la remet sur cintre. Pas certain qu'elle me resserve de sitôt. C'est dommage, je suis sûr que j'aurais briller dans ma spécialité: la défense des indéfendables. Comme par exemple ces jeunes gens que le moindre fragment d'humanité n'approche visiblement pas à moins de 2 mètres et qui ont mis à mort un conducteur de bus, leur demandant de porter un masque à bord de son véhicule. Des brutes, des truands et des bons clients. Ça me donne envie de sortir mon harmonica tout ça. Slate.fr, La semaine imaginaire d'Éric Dupond-Moretti | Slate.fr
  • À peine la porte franchie, le confrère que je relève, Nicolas K., dont je devine tout juste la barbe derrière son masque FFP2, me lance d’un ton calme : « Est-ce que tu veux l’intuber ? Je viens d’en enchaîner trois, comme ça, je pourrai peut-être aller manger. » Je réponds : « OK, j’y vais. » Ma collègue Leslie D., avec qui je discute souvent après nos gardes, car nous partageons le même bureau, m’interroge : « T’as déjà intubé ce type de patient ? » Non, c’est une première. C’est une technique que je maîtrise, mais je ne l’ai encore jamais pratiquée sur un patient Covid en syndrome de détresse respiratoire aigu. « Attention », me prévient-elle, « ce type de malade désature anormalement vite. » Une fois le patient endormi avec des hypnotiques et curares, il faut, avant de l’intuber, cesser la ventilation dont il bénéficie pour ouvrir sa bouche et visualiser sa glotte à l’aide d’un laryngoscope, qui dégage la langue, afin d’insérer la sonde d’intubation, laquelle sera reliée au respirateur. La manipulation, qui se fait généralement en binôme médecin/ infirmier, est risquée pour la personne soignée. Pendant ces quelques secondes sans ventilation, son taux d’oxygène dans le sang tombe en flèche et passe très vite de 80 % à 40 %, voire 20 %. Après l’intubation, il remonte lentement. Une fois qu’on l’a fait, on le sait, mais sur le coup, ça surprend. La chute est bien plus brutale que lors des intubations habituelles. Il faut agir vite, très vite. Les réglages du respirateur sont également différents, il faut insuffler de plus petits volumes. Au final, ça se passe très bien. Mais heureusement que Leslie m’a avertie.  Atlantico.fr, Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection | Atlantico.fr
  • Mr Balbir à l'époque de la 2 et sans aucun sens du second degré avait fait condamner à des dommages et intérêts un pauvre mensuel humoristique tirant à 3000 ex qui l'avait traité de grand singe hurleur et un hypertrophié de la glotte ce qui avait conduit à la disparition dudit magazine.Comme quoi on paye toujours son manque de recul par rapport à soi-même et ce n'est que justice; , Le Groupe M6 décide d'écarter Denis Balbir, commentateur des Bleus depuis 2012 et animateur d'On refait le match sur RTL (L'Equipe)
  • Pour faire simple, la charge virale correspond à la quantité d’un virus présent dans un échantillon prélevé sur un patient (sang, salive ou autres sécrétions). Pour le Covid-19, les tests sont réalisés sur des prélèvements de sécrétions dans le rhino-pharynx, la zone qui se trouve derrière le nez, au-dessus du fond du palais, ou sur des prélèvements trachéo-bronchiques, en dessous de la glotte. Ce sont les copies de génome du virus qui sont recherchées dans ces prélèvements. «C’est une technique semi-quantitative qui nous donne un bon reflet de la charge virale sans pour autant nous donner exactement le nombre de copie du virus», précise le Pr Nicolas Lévêque, chef du service de biologie à l’hôpital de Poitiers. Une chose est certaine: plus la charge virale est élevée, plus le patient Le Figaro.fr, Coronavirus: des malades très contagieux dans les premiers jours de l’infection
  • Donc l’amour c’est d’la glotte ? Le Monde diplomatique, « Phantom Thread », l'infini dans un coup de glotte, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 25 février 2018)
  • Contrairement à la toux grasse qui s’accompagne de crachats visqueux, la toux sèche n’est pas une pathologie. C’est juste une réponse spontanée du corps face à un intrus qui filtre les voies respiratoires. Dans ce contexte, le cerveau tente de bloquer la glotte ainsi que les flux d’air pour provoquer une pression brusque au niveau du thorax. De cette manière, le corps indésirable sera expulsé par voies aériennes. La toux sèche peut survenir à tout moment, tant qu’on s’expose à des éléments excitants et qui poussent ce trouble à sortir de sa cachette. Ainsi, ce petit mal n’a pas besoin d’une prolifération de bactéries pour apparaitre. En l’absence de traitement, cette toux sèche peut s’aggraver et devenir une toux grasse. , Tout ce qu'il y a à savoir sur la toux sèche
  • Castex la sangsue est sorti de la culotte a Macron, il a de son ADN collé après la glotte et certainement ailleurs .... AgoraVox, Le valet du roi élu - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « glotte »

Langue Traduction
Anglais glottis
Espagnol glotis
Italien glottide
Allemand glottis
Chinois 声门
Arabe لسان المزمار
Portugais glote
Russe голосовая щель
Japonais 声門
Basque glottis
Corse glottis
Source : Google Translate API

Synonymes de « glotte »

Source : synonymes de glotte sur lebonsynonyme.fr
Partager