Glousser : définition de glousser


Glousser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

GLOUSSER, verbe

A. − Emploi intrans.
1. [Le suj. désigne la poule qui appelle ses poussins ou qui s'apprête à couver] Pousser des cris brefs et répétés. Près des machines à blé, des poules qui gloussaient dans des cages plates passaient leurs cous par les barreaux (Flaub., MmeBovary, t. 1, 1857, p. 145).
2. P. anal.
a) [Le suj. désigne d'autres animaux] Les cailles gloussent. Des oiseaux s'éveillaient et gloussaient dans les roseaux (Fromentin, Dominique,1863, p. 266) :
... presque tous les animaux qui vivent de sang, ont un cri particulier, qui ressemble à celui de leurs victimes (...) le loup bêle, mugit ou aboie; le renard glousse ou crie... Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 174.
b) [Le suj. désigne une pers.]
[Avec un compl. introduit par de] Exprimer un affect par des manifestations vocales brèves, généralement répétées, plus ou moins étouffées ou confuses. Glousser d'aise, de satisfaction. En gloussant de joie, il avait démoli les cloisons à la pioche (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 217).Il faut laver son linge sale en famille Et toute la famille glousse d'horreur De honte (Prévert, Paroles,1946, p. 123).
[Sans compl.] Rire en poussant de petits cris. Les filles se mirent à glousser. Lulu Maublanc gloussa. La pitrerie lui était familière (Druon, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 79).
B. − Emploi trans. et intrans. [Correspond à A 2 b supra]
1. Emploi trans. [Le suj. désigne une/des pers.]
a) [Le compl. désigne un comportement accompagné de manifestations vocales] Glousser un baillement, des pleurs. Quand il riait, ce gentilhomme, panaché de deux ou trois siècles, il disait « mes ancêtres Louvois (...) » se redressait de toute sa taille, poussait ou même gloussait un rire artificiel (L. Daudet, Qd vivait mon père,1940, p. 246).
b) [Le compl. désigne une production verbale] Le prêtre, d'une voix empâtée, gloussa quelques mots latins dont on ne distinguait que les terminaisons sonores (Maupass., Une Vie,1883, p. 43).Il se mettait tout à coup à parler à tort et à travers (...) et il ne s'arrêtait qu'épuisé, gloussant encore quelques syllabes (Cendrars, Lotiss. ciel,1949, p. 287).
Au part. passé. Une voix enrouée, extravagante, qui semble du Rabelais gloussé (Goncourt, Journal,1862, p. 1128).Des bégaiements hagards, des onomatopées gloussées (Arnoux, Roy. ombres,1954, p. 200).
[Introduit un discours au style dir.] Prince, pas de politique! ou laissez-moi aller porter ma démission, gloussa Gounsovski... à votre santé, belle Annouchka (G. Leroux, Roul. tsar,1912, p. 93).On peut le dire, gloussait-il, on peut le dire que vous avez du talent (Duhamel, Cécile,1938, p. 119).
2. Emploi intrans. [Le suj. désigne une production verbale] Ta bouche, dans le foin de ta barbe, est un antre Où gloussent les chansons de la bière et du vin (Richepin, Chans. gueux,1876, p. 77).
En partic. Les hommes ont d'abord imité les cris des animaux et les chants des oiseaux qui étaient propres à leur climat : les preuves en sont communes dans les langues des sauvages. Celle des Hottentots glousse comme les autruches (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 337).
REM. 1.
Gloussant, -ante, adj.a) Qui produit des gloussements. Dindon gloussant. α) [En parlant d'une poule] Une grosse poule gloussante promenait un bataillon de poussins, vêtus de duvet jaune, léger comme de la ouate, à travers le petit jardin (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Reine, 1883, p. 831). β) [En parlant d'une pers.] La mer a beau faire le chien couchant : dès qu'elle s'approche, la baigneuse s'enfuit, plaintive et gloussante, vers son rocher (Renard, Écorn.,1892, p. 171).b) Qui prend la forme d'un gloussement, qui se manifeste par des gloussements. Respiration gloussante. Il a soudain ce rire gloussant qui tressaute dans sa gorge lorsque sa joie est à son comble (Genevoix, Nuits de guerre,1917, p. 212).La Rafette nourrit d'accord Un paon et quatre dindes. Et l'on croirait − tous ces échos Gloussants, l'autre qui grince − D'un préfet d'or, dans sa province, Borné de radicaux (Toulet, Contrerimes,1920, p. 23).Sénac eut un rire gloussant, bas, presque sournois (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 37).
2.
Glousseur, -euse, adj. et subst.a) Adj. Qui glousse; qui produit une suite de sons semblables au gloussement. Il bouscule le piano mécanique; et tout aussitôt l'instrument se déchaîne, strident, glousseur, claironnant (Genevoix, Éparges,1923, p. 76).b) Subst. Personne qui glousse. La procession fait des détours, les passants traînaillent... c'est des gonzesses, une vraie bande, des vraies glousseuses (Céline, Mort à crédit,1936, p. 252).
3.
Gloussoter, verbe intrans.Glousser faiblement. Ça s'mettra tout aussi ben en séance autour d'un vieil chapeau ou d'une vieux socque, et j'te glousse, et j'te gloussotte, et j'te cacraquète, coumme si c'était n'un busard qui leur planivolait ed'ssus (Martin du G., Gonfle,1928, I, 1, p. 1173).
Prononc. et Orth. : [gluse], (il) glousse [glus]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1350 clocier (G. Li Muisis, I, 181 ds T.-L.); 1690 d'une pers. (Fur.). Du lat. vulg. clociare (TLL s.v.), issu du lat. glocire « glousser » (d'où l'a. prov. glozir « glousser » xiies. ds FEW t. 4, p. 159a; clocir, glozir xiiies. Uc Faidit ds K. Stichel, Beitr. zur Lexicogr. des Altprov. Verbums, 1890, p. 26), d'orig. onomatopéique. Fréq. abs. littér. : 88.

Glousser : définition du Wiktionnaire

Verbe

glousser \ɡlu.se\ intransitif, parfois transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire son cri de communication avec ses congénères, en parlant de la poule.
    • Les fermes elles-mêmes dorment profondément. Seuls, les chats rôdent et les poules gloussent alentour. — (Octave Mirbeau, Le Tripot aux champs, Le Journal, 27 septembre 1896)
    • Ce second appel n’eut pour résultat que d’effaroucher les poules qui s’égaillèrent en gloussant et en battant de l’aile. — (Octave Mirbeau, Le Père Nicolas, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
  2. (Par analogie) Crier en parlant de la perdrix, de la dinde ou de la gelinotte.
  3. (Figuré) (Péjoratif) Pousser de petits cris à la manière de rires étouffés, en parlant d’humains.
    • L’autre, cette grosse fille qui se tapait sur les cuisses, qui gloussait comme une poule, dégageait autour d’elle une odeur de vie. — (Émile Zola, Nana, 1881)
    • Des dames, dont l’illustre Pulcherie, romancière, qui ne cesse de glousser et de rire sur le mode aigu. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 214)
    • Je gloussais en relisant cette métaphore et courus poster ma lettre dans un état d’exaltation, les pieds touchant à peine le sol. — (Philippe Labro, L’étudiant étranger, Gallimard, 1986, page 174)
    • On a préféré des roucoulades sans queue ni tête, des inepties gloussées par des bellâtres aux yeux de braise. — (Enquête sur un crapaud de lune, 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Glousser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GLOUSSER. v. intr.
Il se dit de la Poule quand elle veut couver ou quand elle appelle ses poussins.

Glousser : définition du Littré (1872-1877)

GLOUSSER (glou-sé) v. n.
  • Faire des gloussements, en parlant du cri des poules qui couvent.

    Par extension. Le loup bêle, mugit ou aboie ; le renard glousse ou crie, Chateaubriand, Génie, I, V, 5.

HISTORIQUE

XVIe s. Ils cloussent comme les poulles, Paré, Animaux, 25. L'on recognoit facilement cela au glousser. - Toutes poules, quoique gloussantes et desireuses de couver, ne sont propres à ce mestier, De Serres, 355.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « glousser »

Étymologie de glousser - Littré

Berry, crousser, glouquer ; génev. clousser ; wall. gloukser ; namur. clouketer ; bourg. claucé ; ital. chiocciare ; lat. glocire, glousser.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de glousser - Wiktionnaire

Du moyen français glousser, de l’ancien français clocier[1] (1350), du latin populaire clociare[1], du latin glocire (« glousser »), d’une onomatopée[1] (→ voir glou et glouglou).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « glousser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
glousser gluse play_arrow

Conjugaison du verbe « glousser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe glousser

Évolution historique de l’usage du mot « glousser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « glousser »

  • Inutile de connaître la version originale de « La Biaiseuse de chez Paquin », interprétée, entre autres, par Annie Cordy, pour glousser devant ces poules qui « biaisent du soir au matin ». Pendant la pause syndicale, elles se rêvent en Marylin - avec plus ou moins de succès, mais toujours beaucoup d'humour. Quand elles s'attaquent au sketch de Jean Yann sur « La médication de Thaïs », Florence Andrieu, Charlotte Baillot et Caroline Montier frôlent la performance d'élocution. Essayez, vous, de prononcer correctement : « du trisilicate anthydrique de magnésium, du quadrisulfogaiacolate de potassium ». leparisien.fr, Spectacle à Paris : on glousse avec les Swinging poules - Le Parisien
  • Très bien, elle va pouvoir aller glousser sur une station plus confidentielle, ce qui nous permettra de moins l'entendre , Sidonie Bonnec, dont l'émission avec Thomas Hugues vient d'être arrêtée sur RTL, va rejoindre France Bleu dès le 31 août
  • Il ne s'agit pas seulement d'être "poo-dee" non plus ; traditionnellement, les filles thaïlandaises, quel que soit leur milieu social ou économique, sont censées se contenter de hocher la tête, de sourire, de glousser et d'accepter tout. , THAÏLANDE - SOCIÉTÉ: Moi, jeune thaïlandaise forcée de rester «soumise»...
  • EN DEUX MOTS Le bonheur que l’on éprouve en lisant Dernier été est ici décuplé par l’art de nous faire passer du sourire à l’inquiétude, du rire à la philosophie. Le parfum de l’âme humaine s’y révèle, laissant Pascal, George Bernard Shaw, Baudelaire, Nietzsche, Giono et consorts glousser de bonheur en réalisant que l’auteur, décidément plus que fréquentable, n’a pas oublié de les citer. Atlantico.fr, "Dernier été" de Franz-Olivier Giesbert : très bon roman où l’on déguste le parfum de l’âme humaine et le retour de l’esprit français... | Atlantico.fr
  • Carotte te partage ses nouvelles trouvailles en termes de vidéos et images d'animaux ! Prépare-toi à glousser et t'attendrir. madmoiZelle.com, Des animaux mignons et drôles pour bien finir ta semaine
  • Au bout de quelques mois, ce poupon joufflu commence à vous sourire pour de vrai, à glousser lorsque vous jouez à coucou-caché, à se retourner lorsque vous l’appelez et à vous regarder les yeux pleins d’étoiles. Votre cœur déborde d’amour devant ce petit être humain en devenir et c’est la sensation la plus étrange et la plus agréable qui soit. Le Huffington Post, Je viens d’avoir une fille mais je ne serai pas le "papa d’une fille" | Le Huffington Post LIFE
  • Les images d’une femme en train de déverser du tabasco dans les yeux d’un petit chien circulent actuellement sur internet. Sur la vidéo, on peut observer l’animal se tordre de douleur et entendre d’autres personnes glousser. sudinfo.be, Les images de la honte: une femme cruelle déverse du tabasco dans les yeux d’un petit chien, les internautes sous le choc, «une bête cruelle» (vidéo)

Images d'illustration du mot « glousser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « glousser »

Langue Traduction
Corse risa
Basque giggle
Japonais 笑い
Russe хихикать
Portugais risadinha
Arabe قهقه
Chinois 傻笑
Allemand kichern
Italien ridacchiare
Espagnol risilla
Anglais giggle
Source : Google Translate API

Synonymes de « glousser »

Source : synonymes de glousser sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires