La langue française

Glouglou

Sommaire

  • Définitions du mot glouglou
  • Étymologie de « glouglou »
  • Phonétique de « glouglou »
  • Évolution historique de l’usage du mot « glouglou »
  • Citations contenant le mot « glouglou »
  • Traductions du mot « glouglou »
  • Synonymes de « glouglou »

Définitions du mot glouglou

Trésor de la Langue Française informatisé

GLOUGLOU, GLOU-GLOU, onomat. et subst. masc.

I. − Onomatopée
A. − [Pour reproduire le bruit d'un liquide qui s'écoule par saccades (dans un conduit ou d'un conduit) du fait de l'obstruction momentanée du conduit par des bulles d'air] Quant aux onomatopées authentiques (celles du type glou-glou, tic-tac, etc.), non seulement elles sont peu nombreuses, mais leur choix est déjà en quelque mesure arbitraire, puisqu'elles ne sont que l'imitation approximative et déjà à demi conventionnelle de certains bruits (Saussure, Ling. gén.,1916, p. 102).C'était une telle bouillie qu'on ne pouvait rien voir de son vagin. Des caillots. Ça faisait « glou-glou » entre ses jambes comme dans le cou coupé du colonel à la guerre (Céline, Voyage,1932, p. 323).
B. − [Pour indiquer que qqc. se vide ou se remplit d'un liquide en faisant « glou-glou »] « Glou glou glou glou glou glou glou! » scandaient à la fin mille poitrines heureuses pour orchestrer le remous, agréable à imaginer, d'une armée teutonne enfoncée sous les flots (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 263) :
Et glou, et glou, et glou et glou Il est des nôtres (bis) Car il a bu son verre comme les autres Assoc. gén. des étudiants de Poitiers,Le Chansonnier de l'étudiant,1958/59, p. 21.
Rem. Le mot est gén. répété plusieurs fois dans cet emploi.
II. − Subst. masc.
A. − Bruit (d'un liquide ou d'un conduit, d'un contenant) qui fait « glouglou ». Le glouglou des flacons, des bouteilles; glouglous malsains, réguliers, intermittents. Le glouglou du narghilé, et sa fumée presque incolore, qui grise un peu, et met aux tempes une petite sueur froide (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 299).Plus un bruit, que le glouglou du vin dans sa gorge sèche (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 129).Le chéneau se dégorge par une gargouille (...), et l'eau choit avec un glou-glou hoquetant, si triste, à la longue (Pourrat, Gaspard,1922, p. 204).
P. anal. Bruit semblable au glouglou d'un liquide. Il [un interprète] devait avoir vécu longtemps chez nous, car il parlait parfaitement l'espagnol et traduisait très vite, du glouglou russe à la stridulation castillane (Morand, Folle amoureuse,1956, p. 47).
Loc. adv.
À glouglous + adj., à + adj. + glouglous.En faisant « glouglou » (de telle ou telle manière). Il dit des mots, ça coule au long de lui à glouglous réguliers comme un chat qui parle aux braises (Giono, Gd troupeau,1931, p. 150).
Fam., rare. Avoir (qqc.) en glouglous.Avoir (un organe) qui fait « glouglou ». Je me sentais même un malaise... quelque chose de bien pernicieux... J'avais les tripes en glouglous, j'étais pas fringant! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 685).
B. − Cri du dindon. J'aime bien mes dindons (...) Quand ils font leurs doux glou-glou-glou (La Mascotte,1880, acte I, duo entre Bettina et Pippo).
Prononc. et Orth. : [gluglu]. Ds Ac. dep. 1694 : glouglou. Au plur. des glouglous. Comme pour d'autres onomat. de ce type (ex. : cuicui) la docum. donne des ex. écrits avec trait d'union (supra); celui-ci, qui est favorisé par la répétition expressive qu'on trouve souvent dans ces onomat. (qui ne sont pas des mots composés), est jugé tout à fait inutile par N. Catach, J. Golfand, R. Denux, Orth. et lexicogr., Paris, Didier, t. 1, 1971, p. 97. Étymol. et Hist. A. 1619 « bruit d'un liquide s'échappant du goulot d'une bouteille; tout bruit analogue » (Claude d'Esternod, L'Espadon Satyrique, Sat. II, édit. Fleuret, p. 25 ds Fr. mod. t. 22, p. 138 : Te chanteront en leurs plans plans Le fri fri de nos lichefrites Et le glou glou des marmites); cf. 1666 (Molière, Médecin malgré lui, I, 5). B. 1721 p. anal. « cri du dindon » faire glouglou (Trév., s.v. glouglotter); 1770 « id. du pigeon » (Buffon, Hist. nat. ois., Le Pigeon, Œuvr. t. V, p. 498 ds Rob.). A onomatopée; cf. le lat. de basse époque glutglut (Burman, Anthol. vet. lat. tom., II, p. 405, epigr. 129, 16 ds TLL s.v. 2112, 53) et v. aussi glousser. B déverbal de glouglouter* étymol. B. Fréq. abs. littér. : 47. Bbg. Hollyman (R.J.). Lexicogr. calédonienne. 1. Te Reo. 1969, p. 78. - Morin (Y.C.). The Phonology of echo-words in Fr. Language. Baltimore. 1972, t. 48, p. 105.

GLOUGLOU, GLOU-GLOU, onomat. et subst. masc.

I. − Onomatopée
A. − [Pour reproduire le bruit d'un liquide qui s'écoule par saccades (dans un conduit ou d'un conduit) du fait de l'obstruction momentanée du conduit par des bulles d'air] Quant aux onomatopées authentiques (celles du type glou-glou, tic-tac, etc.), non seulement elles sont peu nombreuses, mais leur choix est déjà en quelque mesure arbitraire, puisqu'elles ne sont que l'imitation approximative et déjà à demi conventionnelle de certains bruits (Saussure, Ling. gén.,1916, p. 102).C'était une telle bouillie qu'on ne pouvait rien voir de son vagin. Des caillots. Ça faisait « glou-glou » entre ses jambes comme dans le cou coupé du colonel à la guerre (Céline, Voyage,1932, p. 323).
B. − [Pour indiquer que qqc. se vide ou se remplit d'un liquide en faisant « glou-glou »] « Glou glou glou glou glou glou glou! » scandaient à la fin mille poitrines heureuses pour orchestrer le remous, agréable à imaginer, d'une armée teutonne enfoncée sous les flots (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 263) :
Et glou, et glou, et glou et glou Il est des nôtres (bis) Car il a bu son verre comme les autres Assoc. gén. des étudiants de Poitiers,Le Chansonnier de l'étudiant,1958/59, p. 21.
Rem. Le mot est gén. répété plusieurs fois dans cet emploi.
II. − Subst. masc.
A. − Bruit (d'un liquide ou d'un conduit, d'un contenant) qui fait « glouglou ». Le glouglou des flacons, des bouteilles; glouglous malsains, réguliers, intermittents. Le glouglou du narghilé, et sa fumée presque incolore, qui grise un peu, et met aux tempes une petite sueur froide (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 299).Plus un bruit, que le glouglou du vin dans sa gorge sèche (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 129).Le chéneau se dégorge par une gargouille (...), et l'eau choit avec un glou-glou hoquetant, si triste, à la longue (Pourrat, Gaspard,1922, p. 204).
P. anal. Bruit semblable au glouglou d'un liquide. Il [un interprète] devait avoir vécu longtemps chez nous, car il parlait parfaitement l'espagnol et traduisait très vite, du glouglou russe à la stridulation castillane (Morand, Folle amoureuse,1956, p. 47).
Loc. adv.
À glouglous + adj., à + adj. + glouglous.En faisant « glouglou » (de telle ou telle manière). Il dit des mots, ça coule au long de lui à glouglous réguliers comme un chat qui parle aux braises (Giono, Gd troupeau,1931, p. 150).
Fam., rare. Avoir (qqc.) en glouglous.Avoir (un organe) qui fait « glouglou ». Je me sentais même un malaise... quelque chose de bien pernicieux... J'avais les tripes en glouglous, j'étais pas fringant! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 685).
B. − Cri du dindon. J'aime bien mes dindons (...) Quand ils font leurs doux glou-glou-glou (La Mascotte,1880, acte I, duo entre Bettina et Pippo).
Prononc. et Orth. : [gluglu]. Ds Ac. dep. 1694 : glouglou. Au plur. des glouglous. Comme pour d'autres onomat. de ce type (ex. : cuicui) la docum. donne des ex. écrits avec trait d'union (supra); celui-ci, qui est favorisé par la répétition expressive qu'on trouve souvent dans ces onomat. (qui ne sont pas des mots composés), est jugé tout à fait inutile par N. Catach, J. Golfand, R. Denux, Orth. et lexicogr., Paris, Didier, t. 1, 1971, p. 97. Étymol. et Hist. A. 1619 « bruit d'un liquide s'échappant du goulot d'une bouteille; tout bruit analogue » (Claude d'Esternod, L'Espadon Satyrique, Sat. II, édit. Fleuret, p. 25 ds Fr. mod. t. 22, p. 138 : Te chanteront en leurs plans plans Le fri fri de nos lichefrites Et le glou glou des marmites); cf. 1666 (Molière, Médecin malgré lui, I, 5). B. 1721 p. anal. « cri du dindon » faire glouglou (Trév., s.v. glouglotter); 1770 « id. du pigeon » (Buffon, Hist. nat. ois., Le Pigeon, Œuvr. t. V, p. 498 ds Rob.). A onomatopée; cf. le lat. de basse époque glutglut (Burman, Anthol. vet. lat. tom., II, p. 405, epigr. 129, 16 ds TLL s.v. 2112, 53) et v. aussi glousser. B déverbal de glouglouter* étymol. B. Fréq. abs. littér. : 47. Bbg. Hollyman (R.J.). Lexicogr. calédonienne. 1. Te Reo. 1969, p. 78. - Morin (Y.C.). The Phonology of echo-words in Fr. Language. Baltimore. 1972, t. 48, p. 105.

Wiktionnaire

Nom commun

glouglou \ɡlu.ɡlu\ masculin

  1. Bruit que fait un liquide qui se déverse ou qui est en train de bouillir.
    • […] ; ce visiteur était une espèce de prêtre champêtre qui […] préfère le glouglou de la pinte de bière au son de la cloche de son ermitage, […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • C’étaient un cliquetis grandissant de fourchettes, des glouglous de bouteilles qu’on vidait. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
    • Les glouglous de la marmite s’accentuaient. Son couvercle se mit à se soulever, livrant passage à des bouffées d’écume jaune. — (Pierre Benoit, Le lac salé, 1921, rééd. Le Livre de Poche, page 154)
    • […]; par intervalles, un hibou ricanait et, continus, en sourdine, susurraient le glouglou des ruisselets, la chanterelle des pisselottes, le chuchotis des goutelles. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Lili coucha sous l’eau une bouteille vide : le glouglou roucoula comme un pigeon ramier. — (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, collection Le Livre de Poche, page 159)
    • Au cœur de Montpellier, un petit bassin à l’eau cristalline fait entendre un glouglou rafraîchissant.— (Lorène Lavocat, Les piscines naturelles se la coulent douce, Reporterre, 17 juillet 2017)
  2. Cri du dindon.
  3. (Botanique) Autre nom du baguenaudier (Colutea arborescens ssp. gallica) [1].

Nom commun

glouglou \ɡlu.ɡlu\ masculin

  1. Bruit que fait un liquide qui se déverse ou qui est en train de bouillir.
    • […] ; ce visiteur était une espèce de prêtre champêtre qui […] préfère le glouglou de la pinte de bière au son de la cloche de son ermitage, […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • C’étaient un cliquetis grandissant de fourchettes, des glouglous de bouteilles qu’on vidait. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
    • Les glouglous de la marmite s’accentuaient. Son couvercle se mit à se soulever, livrant passage à des bouffées d’écume jaune. — (Pierre Benoit, Le lac salé, 1921, rééd. Le Livre de Poche, page 154)
    • […]; par intervalles, un hibou ricanait et, continus, en sourdine, susurraient le glouglou des ruisselets, la chanterelle des pisselottes, le chuchotis des goutelles. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Lili coucha sous l’eau une bouteille vide : le glouglou roucoula comme un pigeon ramier. — (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, collection Le Livre de Poche, page 159)
    • Au cœur de Montpellier, un petit bassin à l’eau cristalline fait entendre un glouglou rafraîchissant.— (Lorène Lavocat, Les piscines naturelles se la coulent douce, Reporterre, 17 juillet 2017)
  2. Cri du dindon.
  3. (Botanique) Autre nom du baguenaudier (Colutea arborescens ssp. gallica) [1].

Nom commun

glouglou \ɡlu.ɡlu\ masculin

  1. Bruit que fait un liquide qui se déverse ou qui est en train de bouillir.
    • […] ; ce visiteur était une espèce de prêtre champêtre qui […] préfère le glouglou de la pinte de bière au son de la cloche de son ermitage, […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • C’étaient un cliquetis grandissant de fourchettes, des glouglous de bouteilles qu’on vidait. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
    • Les glouglous de la marmite s’accentuaient. Son couvercle se mit à se soulever, livrant passage à des bouffées d’écume jaune. — (Pierre Benoit, Le lac salé, 1921, rééd. Le Livre de Poche, page 154)
    • […]; par intervalles, un hibou ricanait et, continus, en sourdine, susurraient le glouglou des ruisselets, la chanterelle des pisselottes, le chuchotis des goutelles. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Lili coucha sous l’eau une bouteille vide : le glouglou roucoula comme un pigeon ramier. — (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, collection Le Livre de Poche, page 159)
    • Au cœur de Montpellier, un petit bassin à l’eau cristalline fait entendre un glouglou rafraîchissant.— (Lorène Lavocat, Les piscines naturelles se la coulent douce, Reporterre, 17 juillet 2017)
  2. Cri du dindon.
  3. (Botanique) Autre nom du baguenaudier (Colutea arborescens ssp. gallica) [1].

Nom commun

glouglou \ɡlu.ɡlu\ masculin

  1. Bruit que fait un liquide qui se déverse ou qui est en train de bouillir.
    • […] ; ce visiteur était une espèce de prêtre champêtre qui […] préfère le glouglou de la pinte de bière au son de la cloche de son ermitage, […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • C’étaient un cliquetis grandissant de fourchettes, des glouglous de bouteilles qu’on vidait. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
    • Les glouglous de la marmite s’accentuaient. Son couvercle se mit à se soulever, livrant passage à des bouffées d’écume jaune. — (Pierre Benoit, Le lac salé, 1921, rééd. Le Livre de Poche, page 154)
    • […]; par intervalles, un hibou ricanait et, continus, en sourdine, susurraient le glouglou des ruisselets, la chanterelle des pisselottes, le chuchotis des goutelles. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Lili coucha sous l’eau une bouteille vide : le glouglou roucoula comme un pigeon ramier. — (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, collection Le Livre de Poche, page 159)
    • Au cœur de Montpellier, un petit bassin à l’eau cristalline fait entendre un glouglou rafraîchissant.— (Lorène Lavocat, Les piscines naturelles se la coulent douce, Reporterre, 17 juillet 2017)
  2. Cri du dindon.
  3. (Botanique) Autre nom du baguenaudier (Colutea arborescens ssp. gallica) [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GLOUGLOU. n. m.
Onomatopée qui désigne le Bruit que fait le vin ou quelque autre liquide lorsqu'on le verse d'une bouteille. Le glouglou de la bouteille. Il est familier.

Littré (1872-1877)

GLOUGLOU (glou-glou) s. m.
  • 1Bruit que fait le vin qu'on verse d'une bouteille. Qu'ils sont doux, Bouteille jolie, Qu'ils sont doux Vos petits glouglous, Molière, Méd. m. lui, I, 6. C'est un secours contre plus d'un tourment ; Il n'en est point qui ne cède aisément Aux doux glouglous que fait une bouteille, Deshoulières, dans RICHELET.
  • 2Il se dit du cri du dindon. Des dindons on voyait la crête purpurine Au milieu des glouglous se dresser et pâlir, Bachaumont, Mém. secrets, t. XXXV, p. 49.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « glouglou »

Onomatopée → voir glou.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « glouglou »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
glouglou gluglu

Évolution historique de l’usage du mot « glouglou »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « glouglou »

  • Le dolcetto donne des vins souples et fruités qu’on boit en attendant que ceux de barbera et de nebbiolo soient prêts. Ça me fait sourire. Certes, ils sont plus approchables en jeunesse, mais je ne les qualifierai tout de même pas de vins « glouglou ». Comme celui-ci que j’aime beaucoup. Un peu réduit à l’ouverture — passez-le en carafe une heure avant –, il exhibe un joli nez de cerise, de canneberge et de pomme grenade, avec quelques notes florales. La bouche est toute en fraîcheur, avec de la mâche et du tonus, des parfums de cerise et d’herbes, et des tanins granuleux. Savoureux, il est fait pour la table. À déguster avec des pâtes à la saucisse ou aux champignons, un tartare de bœuf ou des aubergines parmigiana. La Presse, Vins de la semaine : le fruit dans tous ses états

Traductions du mot « glouglou »

Langue Traduction
Anglais gurgling
Espagnol gluglú
Italien gorgoglio
Allemand gurgeln
Chinois 淙淙
Arabe الغرغرة
Portugais gorgolejante
Russe бульканье
Japonais うがい
Basque gurgling
Corse gurling
Source : Google Translate API

Synonymes de « glouglou »

Source : synonymes de glouglou sur lebonsynonyme.fr
Partager