Giboulée : définition de giboulée


Giboulée : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

GIBOULÉE, subst. fém.

A. − Averse soudaine et violente, accompagnée de vent, de grêle, parfois même de neige, fréquente au début du printemps, surtout en mars. Giboulée de vent, de neige, de pluie; giboulées de mars; giboulées de mars qui tombent en avril; la saison des giboulées; un temps de giboulées; une giboulée fouette (les vitres), s'abat sur le sol, ruisselle. Des giboulées passaient; puis, le clair soleil renaissait, et les oiseaux chantaient (Rolland, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 583).Poussées par de solides bras de vent, les giboulées giflaient interminablement le Craonnais (H. Bazin, Vipère,1948, p. 73) :
1. madame pasquelin. − « Allons... Approchez-vous... Venez vous chauffer. Il faisait si beau ce matin! » Le ciel s'est subitement assombri : une rafale de grêle tambourine sur les vitres. l'abbé joziers (de la fenêtre). − « C'est une giboulée, ça ne durera pas... » Martin du G., J. Barois,1913, 1repart., p. 277.
P. métaph., littér. [Appliqué à une humeur changeante, capricieuse comme une giboulée suivie d'une éclaircie] Ces âpres et trompeuses giboulées au travers desquelles jamais l'éclaircie, en vain attendue, ne jette la gaieté bleue de son sourire (Arène, Veine argile,1896, p. 117).Que vos filles (...) vos garçons (...) soient élevés dans une maison (...) où l'on puisse se disputer un peu, pas trop, juste assez pour apprécier le soleil après la giboulée (H. Bazin, Fin asiles,1959, p. 185) :
2. madame de céran. − (...) et son caractère, depuis quelque temps? Elle chante, elle boude, elle rougit, elle pâlit, elle rit, elle pleure... la duchesse. _ Giboulées d'avril : c'est la fleur qui vient. Elle s'ennuie, cette enfant. Pailleron, Monde où l'on s'ennuie,1869, I, 7, p. 29.
B. − Au fig., fam. Volée de coups (qui tombent drus comme des grains de giboulée). Une giboulée de coups; recevoir une giboulée. (Dict. xixeet xxes.).
P. ext., littér.
Giboulée de + subst. abstr.Succession de (malheurs qui s'abattent sur quelqu'un). Après les froids ennuis, après les accablantes giboulées de la vie maritale, une embellie semblait prête à luire (Huysmans, En mén.,1881, p. 108).On devinait aisément que toutes les giboulées du malheur s'étaient acharnées sur lui (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 87).
Giboulée de + subst. concr.Grande quantité de, pluie de. Voyez-vous ça! une giboulée de piques, le roi de pique! C'est ce monstre-là qui m'a fait perdre! (Goncourt, Man. Salomon,1867, p. 280).Le piano vibre, cliquette; il grêle et laisse retomber dans un tonnerre d'arpèges, des giboulées de croches, des averses de doubles croches (Morand, Rococo,1933, p. 57).
REM.
Gibouler, verbe impers.,hapax. Il giboule au-dehors, elle me parle dans le vent et la pluie (Goncourt, Journal,1874, p. 1021).
Prononc. et Orth. : [ʒibule]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1548 (Mizaud, Miroir de l'air, p. 74 ds Gdf. Compl.). Étymol. obscure; l'orig. géogr. du mot est difficile à déterminer : en faveur d'une orig. mérid., son implantation ds le domaine d'Oc : giboulado « giboulée » et surtout gibourna « grésiller », gibournado « giboulée » (Mistral). Peut-être à rapprocher de certains verbes exprimant un mouvement, tels que gibler « s'agiter, se battre » (FEW t. 4, p. 131 a; d'orig. inc.), cf. en effet, relevant d'un sémantisme analogue, les termes dial. secouée, crôlée « averse ». V. FEW t. 21, p. 7a. Fréq. abs. littér. : 77. Bbg. Sain. Sources t. 1 1972 [1925], pp. 260-261.

Giboulée : définition du Wiktionnaire

Nom commun

giboulée \ʒi.bu.le\ féminin

  1. (Météorologie) Pluie soudaine, de courte durée, et quelquefois mêlée de grêle ou de neige.
    • [...] les ondées et les giboulées, les premières arrivent pas des vents de l'ouest au nord-ouest et constituent ces pluies abondantes, tombant par intervalles, chassées par des coups de vents très-forts ; les giboulées sont ces mêmes ondées, poussées par un vent qui tient plus du nord que de l'ouest, et accompagnées de grêles ou de gros flocons de neige en partie fondue ; [...] — (Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, Mémoires de l'Académie royale des sciences: des lettres et des beaux-arts de Bruxelles, 1826, page 240)
    • Les plus petites grêles, vulgairement appelées grésil, viennent souvent de nuages assez élevés qui subissent un dégroupement remarquable. Ces nuages donnent lieu à ce qu'on nomme des giboulées, produisent de petites averses rapidement passagères, et des grêles pareillement très-passagères, rondes, petites et fort blanches. — (Collectif ,Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle, Volume 20, 1818, page 427)
  2. (Figuré) Volée de coups.
    • Jean a reçu une giboulée à ce match, il ne reprendra pas ses gants avant quelques mois.
  3. (Par extension) Arrivée soudaine, implacable, de choses en grande quantité : maladies, insultes, objets, etc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Giboulée : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GIBOULÉE. n. f.
Pluie soudaine, de peu de durée, et quelquefois mêlée de grêle. Les giboulées de mars.

Giboulée : définition du Littré (1872-1877)

GIBOULÉE (ji-bou-lée) s. f.
  • Espèce d'orage qui se réduit à des coups de vent passagers, avec de petites averses et de petites grêles, qui est bientôt suivi d'une éclaircie, et qui survient surtout au printemps. Les giboulées de mars.

    Par extension. Des giboulées de neige volent dans les airs comme des plumes d'oiseaux, Bernardin de Saint-Pierre, Harm. liv. II, Hommes et enfants.

    Fig. Les petites véroles, les rougeoles et les éruptions cutanées sont les giboulées de son printemps, Bernardin de Saint-Pierre, ib. VI, Scènes des enfants.

    Populairement. Volée de coups. Il a reçu, il recevra une giboulée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « giboulée »

Étymologie de giboulée - Littré

Berry, gibe, gible. Giboulée paraît fait de gibe et un suffixe oulée ; or il y a dans l'ancien français gibe, qui signifie charge ; dans cette explication, la giboulée serait une charge de mauvais temps. Au XIVe siècle on disait triboulée : Triboulée de mars, GEFFROY DE PARIS, dans Hist. litt. de la Fr. t. XXIV, p. 221. Au XVIe siècle on trouve guebelette : En mon voyage nous n'avons pas seulement veu la neige, mais nous en avons esté couverts trois heures d'aussi espaisse qu'elle est en France en janvier ; et descendans à la vallée, ce n'a été que pluye ; ces messieurs qui ne voient que la guebelette…, Hist. des amours d'Henri IV, p. 114, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de giboulée - Wiktionnaire

(1548). L’étymologie de ce mot est inconnue du fait qu’il est compliqué d’en donner son origine géographique. Il est actuellement positionné dans deux régions très différentes : le Berry, où l’on retient l’origine de la langue d’oïl (berrichon), et l’Occitanie, où on le rapproche de termes occitan :
  • Origine par la langue d’oïl : Le mot pourrait venir de l’ancien français, voire du berrichon, gibler / giber (« agiter, secouer, se battre ») par un rapprochement sémantique avec ces courts bouleversements météorologiques. Les termes secouée et crôlée sont clairement construits sur ce modèle et sont des variantes dialectales désignant ce type de phénomène.
  • Origine par l’occitan : On note l’existence des termes occitan giboulado (« giboulée »), gibourna (« grésiller ») et gibournado (« giboulée »).
Il n’y pas de consensus à l’heure actuelle. (Voyez les références)
 Référence nécessaire
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « giboulée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
giboulée ʒibule play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « giboulée »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « giboulée »

  • Ces brèves averses accompagnées de vent et de grêlons (diamètre supérieur à 5mm), se mêlant à la pluie, sont des giboulées, a expliqué à la MAP l’enseignant-chercheur à l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah (USMBA) de Fès. MAP Express, Giboulée sur Fès : Les explications du climatologue Mohamed Hanchane | MAP Express MAP Express
  • Ces derniers jours, les brusques averses accompagnées de vent, voire de grêle, s’enchaînent. Ponctuées de brèves éclaircies. Ce sont les giboulées. Explications.  SudOuest.fr, Comment se forment les giboulées et pourquoi surviennent-elles en mars ?
  • Mais d’où vient ce mot ? Selon le dictionnaire, une giboulée est une «grosse averse soudaine, généralement courte, souvent accompagnée de grêle». Il peut aussi y avoir des bourrasques de vent, de la neige fondue. Weekly, Giboulées de mars : ça vient d’où ? - Weekly.fr
  • Nous sommes au mois de mars, le printemps va arriver d'ici trois semaines et avec lui les fameuses giboulées. Pourquoi tombent-elles, et où en particulier ? France Bleu, Trois questions sur les giboulées de mars
  • L’incursion d’air froid en altitude rend notre atmosphère instable depuis hier. Fort vent, ressenti désagréable et une baisse de températures à cause des giboulées, voire de la neige… Comment ce type de précipitations participe au rafraîchissement que nous vivons ? La Chaîne Météo, Comment les giboulées influencent les températures ? - Actualités La Chaîne Météo
  • "Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées." Voici un dicton qui rappelle bien que le mois de mars, s'il marque le retour du printemps, reste un mois d'hiver avec un phénomène météorologique bien à lui : les giboulées.  RTL.fr, Météo : pourquoi mars est le mois des giboulées
  • Une giboulée se démarque d’une simple averse par la survenue de plusieurs phénomènes au sein des précipitations : le grésil, la neige fondante/roulée et/ou la neige. , Averses, giboulées de Mars, quelle différence ? - 21-fevrier-2020.html
  • Pluie, averses, giboulées... Autour de l'arrivée du printemps, les phénomènes météorologiques s'enchevêtrent et se succèdent d'une manière que l'on s'explique parfois difficilement. En ce mois de mars, les circonstances sont réunies pour que tombent notamment sur la France averses et giboulées. Mais comment les différencier ? RTL.fr, Météo : quelle différence entre averse et giboulée ?
  • Tout d’abord, les giboulées sont de brèves et soudaines averses qui s'accompagnent de fortes pluies et parfois de grêle, de grésil ou de neige fondue. Elles peuvent aussi prendre un caractère orageux et entraînent généralement une brusque baisse des températures à leur passage. Entre les giboulées, se développent de belles éclaircies avec un temps beaucoup plus agréable et une hausse des températures. La Chaîne Météo, Qu'est-ce qu'une giboulée ? - Actualités La Chaîne Météo

Images d'illustration du mot « giboulée »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « giboulée »

Langue Traduction
Corse sleet
Basque elur bustia
Japonais みぞれ
Russe дождь со снегом
Portugais granizo
Arabe البرد
Chinois
Allemand schneeregen
Italien nevischio
Espagnol aguanieve
Anglais sleet
Source : Google Translate API

Synonymes de « giboulée »

Source : synonymes de giboulée sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires