Gésine : définition de gésine


Gésine : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

GÉSINE, subst. fém.

Vieilli
A. − État d'une femme en mal d'enfantement. Synon. accouchement.Être en gésine. La gésine et la nursery ne sont pas l'affaire dominante de l'homme (Amiel, Journal,1866, p. 365).Le docteur se déclarait obligé d'aller « tire-bouchonner la mère Pacaud qui, à quarante-sept ans, se payait le luxe d'une gésine » (H. Bazin, Huile sur feu,1954, p. 143).
En gésine. En couches. Ma femme en ce moment est en gésine, voilà trois fois, qu'à son grand crève-cœur, cette brave mère ne fait que des morts-nés (Borel, Champavert,1833, p. 31).
P. anal. [En parlant de la femelle d'un animal (domestique)] Mes flancs houlent, autant et mieux que ceux de la chatte en gésine (Colette, Dialog. bêtes,1905, p. 66).Car meuglaient les génisses en gésine dans les étables (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 829).
B. − P. métaph. et au fig. Action de créer. La gésine du monde venait de finir et nous allions enfin commencer de respirer (Guéhenno, Journal « Révol. »,1937, p. 95) :
La peinture tragique que nous avons entreprise ne serait pas complète, le lecteur ne verrait pas dans leur relief exact et réel ces grandes minutes de gésine sociale et d'enfantement révolutionnaire où il y a de la convulsion mêlée à l'effort, si nous omettions, dans l'esquisse ébauchée ici, un incident plein d'une horreur épique et farouche qui survint presque aussitôt après le départ de Gavroche. Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 343.
En gésine. La continuelle compagnie d'artistes (...) toujours en gésine de locutions inouïes et non encore essayées (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 169).Avec son visage ouvert d'homme d'action (...) son haut cerveau toujours en gésine, il n'avait jusque-là embrassé que le vide (Zola, Travail, t. 1, 1901, p. 14).
Prononc. et Orth. : [ʒezin]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1160-74 (Wace, Rou, éd. J. Holden, III, 9065). Du lat. vulg. *jacina « couche », dér. de jacere « être couché »; l'ancienneté du dér. lat. est attestée par l'existence des corresp. rom. (a. prov. jazina « litière, couche, gésine »; calabrais jačina « couche misérable »), REW 34565 et FEW t. 5, pp. 5-6. Fréq. abs. littér. : 25. Bbg. Gohin 1903, p. 307.

Gésine : définition du Wiktionnaire

Nom commun

gésine \ʒe.zin\ féminin, généralement indénombrable

  1. (Vieilli) État d’une femme, ou de la femelle d’un mammifère, sur le point d’accoucher. → voir en gésine
    • On me condamna à une amende considérable, aux frais de gésine, et à pourvoir à la subsistance et l’éducation d’un enfant… — (Denis Diderot, Jacques le fataliste et son maître, 1796)
    • Et devenue molle au travail, après tant de gésines et d’allaitements qui l’avaient accoutumée à une vie ruminante et passive, elle traînait par la maison, dure non moins que le père à cette Ursmarine qui leur restait de la couvée petit à petit dispersée en des hymens ou des métiers, au loin. — (Camille Lemonnier, Ceux de la glèbe, Albert Savine, éditeur, 1889, page 248)
    • (Figuré)Rien ne voulait sortir de ses lèvres, toute sa face exprimait un travail de gésine intellectuelle horriblement douloureux : il lui semblait que son cerveau était muré. — (Louis Pergaud, La guerre des boutons, Paris : Mercure de France, 1912, chap. 3)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Gésine : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GÉSINE. n. f.
Couches d'une femme ou le Temps qu'elle est en couches. Être en gésine. Il est vieux.

Gésine : définition du Littré (1872-1877)

GÉSINE (jé-zi-n') s. f.
  • Mot vieilli signifiant les couches d'une femme.

    Terme de palais. Payer les frais de gésine.

    La Fontaine l'a dit des animaux : Où la laie était en gésine, Fabl. III, 6.

    Nom donné dans certains hôpitaux de province aux salles destinées aux femmes en couche.

HISTORIQUE

XIIe s. Veer [voir] ala en sa gesine Li dus Gerberge la reïne [qui venait d'accoucher], Benoit de Sainte-Maure, II, 10763.

XIIIe s. Ne j'osaisse dire en nul sens, Quele seroit la medecine Qui m'osteroit ceste gesine [qui ferait que je ne serais plus alité], Bl. et Jehan, 736.

XIVe s. Pour le sallaire d'avoir amené, en leurs brouettes, de l'ostel Michiel du Sablon en l'ostel du dit argentier, la somme de quatre mille livres tournois pour convertir et emploier au fait de la gesine de la dicte madame la royne, De Laborde, Émaux, p. 328.

XVIe s. Ils jeterent en prison sa sœur et sa femme, qui estoit grosse, et feit la pauvre dame une piteuse gesine, Amyot, Dion, 72.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « gésine »

Étymologie de gésine - Littré

Gésir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de gésine - Wiktionnaire

(c. 1160) Du latin populaire jacina, du latin classique jacere (« gésir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gésine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gésine ʒesin play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « gésine »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gésine »

  • Marie en gésine. De gésir, syn. d'accoucher. Les artistes ont représenté la Vierge Marie pendant la grossesse, mettant Jésus au monde, l'allaitant, etc. Marie en gésine la représente dans les jours qui suivent l'accouchement, la période du retour de couches , désignée par Louis Réau sous le nom de « Vierge en gésine sur son lit d'accouchée » ou Maria in Wochenbett, en allemand, littéralement « lit en couches », représentation appelée « Vierge couchée », en Bretagne. , La Vierge Marie de A à Z
  • _E_n fait, il y a peu de maternités à l'échelle de la France. Il en existe une à Paris, c'est l'Office des accouchés de l'Hôtel-Dieu qui reçoit traditionnellement depuis la fin du Moyen Âge, des femmes en couches. Mais c'est vraiment un cas tout à fait à part à l'échelle nationale. Il y a d'autres espaces qu'on va appeler des gésines qui sont souvent des pièces réservées à l'intérieur des hospices. Je pense en particulier à la gésine de l'Hôtel-Dieu de Rouen. Mais évidemment, ces institutions reçoivent très peu de femmes en couches parce que accoucher hors de chez soi correspond à une marginalité sociale. Quand on accouche hors de chez soi, c'est qu'on ne peut pas accoucher chez soi. C'est soit qu'on est trop pauvre pour pouvoir accoucher dans l'espace où on vit, soit qu'on est dans une situation de marginalité conjugale et que donc on est une fille mère, telle qu'on les appelait à l'époque, qu'il faut finalement aller se réfugier dans cette gésine hospitalière. Nathalie Sage-Pranchère France Culture, Angélique du Coudray, première sage-femme enseignante - Ép. 2/4 - Un destin pour le soin : quatre figures de l’histoire du soin et de la médecine
  • Personne n’en était arrivé à envisager sa dissolution jusqu’à ce que le président nigérian, à la tête du pays qui constitue 60 pour cent du Produit intérieur brut (Pib) régional ne soit venu cette semaine donner un coup de pied à la fourmilière. En le faisant, il a réveillé les vieux démons qui avaient longtemps gravité autour de la Cedeao pendant sa gésine au point de menacer d’un avortement sa venue au monde qui ne fut faite que par césarienne, au forceps. , Mise en place de l'Eco : Alassane Ouattara et Macron accusés de « torpiller » le processus ; des révélations sur la Cedeao, l'Uemoa et la France - Linfodrome

Traductions du mot « gésine »

Langue Traduction
Corse gesina
Basque gesina
Japonais ジェシーナ
Russe gesina
Portugais gesina
Arabe جيسينا
Chinois 格西纳
Allemand gesina
Italien gesina
Espagnol gesina
Anglais gesina
Source : Google Translate API

Synonymes de « gésine »

Source : synonymes de gésine sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires