La langue française

Géhenne

Sommaire

  • Définitions du mot géhenne
  • Étymologie de « géhenne »
  • Phonétique de « géhenne »
  • Évolution historique de l’usage du mot « géhenne »
  • Citations contenant le mot « géhenne »
  • Traductions du mot « géhenne »
  • Synonymes de « géhenne »
  • Antonymes de « géhenne »

Définitions du mot géhenne

Trésor de la Langue Française informatisé

GÉHENNE, subst. fém.

A. − Langue biblique (souvent avec majuscule). Enfer (représenté comme un feu éternel). Géhenne du feu; feu de la géhenne; être jeté, précipité dans la géhenne. Les élus entreront dans un séjour délicieux (...). Les autres iront dans la Géhenne (Renan, Vie Jésus,1863, pp. 285-286).Par la grand'porte ouverte, on croyait assister à quelque scène de géhenne, parmi les ricanements des démons (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 94) :
Au paradis, le serpent a été l'instrument du diable. Le feu éternel n'a pas été fait pour nous, mais pour le diable et ses anges; pour nous, le royaume a été préparé. Mais le diable travaille à nous faire aller avec lui dans la géhenne. Théol. cath.,t. 4, 1, 1920, p. 362.
Au plur., rare, p. méton. Sans attendre les géhennes de l'autre monde, Esterhazy lui fait et lui fera son châtiment ici-bas (Clemenceau, Iniquité,1899, p. 445).
P. métaph. Quatre (...) baies se font face (...) soigneusement closes pour ne pas laisser entrer la géhenne enflammée du dehors (Gide, Retour Tchad,1928, p. 940).
B. − P. ext., vx. Torture, supplice de la question pour arracher des aveux aux criminels. Monseigneur de Beauvais (...) la menaça, si elle ne confessait point toute la vérité, d'être mise à la géhenne. Les instruments étaient préparés (A. France, J. d'Arc, t. 2, 1908, p. 337).
P. méton. Lieu de torture. Ce n'est pas du cachot, du puits, de la géhenne (...). C'est de son propre cœur qu'on est le prisonnier (Hugo, Fin Satan,1885, p. 937).
Au fig., littér. Souffrance physique ou morale atroce, douleur intolérable. Synon. calvaire, martyre, supplice.Être, mettre (qqn) à la géhenne. Ses trois dernières années sont celles d'un infirme, rendues abominables par (...) la géhenne de ses crises rhumatismales, arthritiques (La Varende, Don Bosco,1951, p. 152).
P. méton. Lieu de grande souffrance; situation intenable. L'enseignement supérieur ne doit pas devenir « une géhenne d'où les esprits sortent contrefaits et glacés. » (Barrès, Cahiers, t. 9, 1911, p. 49).
REM.
Géhenner, verbe.a) Emploi trans. Torturer, soumettre à des contraintes pénibles (surtout au fig.). Si l'oligarchie française n'avait pas une vie future, il y aurait je ne sais quelle cruauté triste à la gehenner après son décès (Balzac, Langeais,1834, p. 226).b) Emploi intrans. Endurer une grande peine morale. Il y a peut-être là-haut une récompense pour ceux qui ont tant géhenné à attendre les autres (Morand, Homme pressé,1941, p. 50).
Prononc. et Orth. : [ʒeεn]. DG et Passy 1914 h aspiré (prononc. emphatique). Ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. Ca 1265 « enfer » (Br. Latini, Trésor, II, 129, éd. F.-J. Carmody, p. 311 : feu de gehenne). Du lat. chrét. gehenna, gr. γ ε ́ ε ν ν α « enfer » dans le N.T. (Mat. 5, 22 etc.); lat. chrét. Geennom (A.T. Vulgate Jos. 18, 16) gr. Γ α ι ́ ε ν ν α (Septante, ibid.), hébr. biblique gē-Hinnōm « vallée de Hinnom », vallée au sud de Jérusalem, où des Juifs idolâtres offraient des enfants en sacrifice au dieu Moloch (2 Rois 23, 10; Jér. 7, 31-32), v. Bible Suppl. Cf. gêne. Fréq. abs. littér. : 79.

Wiktionnaire

Nom commun

géhenne \ɡe.ɛn\ ou \ʒe.ɛn\ féminin

  1. (Religion biblique) (Au singulier) L’enfer.
    • Par contre, la Géhenne et ses tourments de feu seront réservés à ceux qui n’ont pas été fidèles aux commandements durant leur vie. — (Thierry Legrand, Le thème du feu dans les traditions targumiques du Pentateuque, dans Les hommes et le feu de l’Antiquité à nos jours : Du feu mythique et bienfaiteur au feu dévastateur, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, page 38)
    • Aucun de nous ne savait ce qu’était la Géhenne, mais j’ai tout de même levé la main et j’ai dit : « Je sais, Rebbe, je sais… La Géhenne, c’est l’endroit où on envoie des casses-pieds comme nous ! Il n’y a ni bonbons, ni bubble-gum ni rien du tout dans la Géhenne, […]. » — (Jérôme Charyn, L’homme qui rajeunissait, éd. Complexe, 1993, page 55)
    • Encore fallait-il savoir quand, où, et comment, nous prenions le risque de contrevenir aux lois de l'Église, notre mère fouettarde. Car en cas de flagrant délit, on nous promettait la géhenne, on imaginait de vertigineuses oubliettes où seraient jetés les coupables. — (Jérome Garçin, « Confesser ses péchés », dans Les huit péchés capitaux, présentation de Jérome Garçin, Editions Complexe, 1991, p. 9)
  2. (Par extension) Endroit où l’on a beaucoup à souffrir.
    • C’est une véritable géhenne.
    • Elle ne s’habitua pas. L’école était une géhenne et le resta. — (Amélie Nothomb, Robert des noms propres, éd. Albin Michel, 2002, page 48)
  3. (Par extension) Torture ; intense souffrance ; douleur intolérable.
    • Je pense qu’il y a plus de barbarie à manger un homme vivant qu’à le manger mort, à déchirer par tourments et par géhennes un corps encore plein de sentiment, le faire rôtir par le menu, le faire mordre et meurtrir aux chiens et aux pourceaux […]. — (Michel de Montaigne, Essais : avec le texte intégral du chapitre I, 31, « Des cannibales », commenté par Marc Foglia, Bréal, 2005, p.37)
  4. (Figuré) Souffrance physique ou morale atroce.
    • Et bien des fois, descendu dans la nuit des géhennes sociales, j’ai porté aux moribonds la résignation, l’espérance aux désespérés ; bien des fois j’ai changé en cris de joie les lamentations farouches de ces damnés. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))

Forme de verbe

géhenne \ʒe.ɛn\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de géhenner.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de géhenner.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de géhenner.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de géhenner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de géhenner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GÉHENNE. n. f.
T. biblique. L'enfer. Par extension, il se dit d'un Endroit où l'on a beaucoup à souffrir. C'est une véritable géhenne.

Littré (1872-1877)

GÉHENNE (jé-è-n') s. f.
  • 1Proprement, vallée près de Jérusalem où les Juifs brûlaient leurs fils et leurs filles en l'honneur des idoles.
  • 2 Fig. L'enfer, en style de l'Écriture. La géhenne du feu. Le feu de la géhenne.

HISTORIQUE

XIIIe s. Li juste une foiz s'exhaucent par esperance de la perpetuel leesce, une autre fois se doutent par la paor dou feu de jehennne, Latini, Trésor, p. 462.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « géhenne »

(Circa 1265) Du latin gehenna, de l’hébreu גֵּיהִנּוֹם, ge’henom (« vallée de Hinnom »), vallée au sud de Jérusalem, où des Ammonites, une ethnie cananéenne, offraient des enfants en sacrifice au dieu Moloch.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Hébreu, gê-hinnom, vallée de Hennom, située auprès de Jérusalem.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « géhenne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
géhenne ʒeɑ̃n

Évolution historique de l’usage du mot « géhenne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « géhenne »

  • "Rien n'est voilé qui ne sera dévoilé. Rien n'est secret qui ne sera connu." Ce n'est pas là une petite formule en passant, un proverbe qui n’engage pas plus que cela…, comme si Jésus disait: "tout finit par se savoir" ! Non, en disant cela, Jésus insiste pour dire que la lumière de ses mots, de ses œuvres, de ses gestes… bref sa présence dans le monde est déjà victorieuse, dévoilant à ce monde ses richesses. Si nous sommes porteurs de ce que Dieu révèle, il n'y a rien à craindre, rien ! La vérité, même lente à se manifester comme le serait une naissance difficile, est promise, est acquise. Rien à craindre les promesses de Dieu seront et sont toutes tenues ! Celui qu'il faut craindre, nous dit Jésus, c'est Celui qui a le pouvoir de vouer à la géhenne, c'est-à-dire Dieu lui-même, lui seul est le maître de l'irréversible, le maître de la mort et de la vie. Mais comprenons-nous bien,  le mot craindre change de sens, quand on passe de la crainte des hommes apparentés à la terreur… à ce que le monde juif appelait "la crainte de Dieu". La crainte de Dieu, au sens biblique, c'est un mélange de respect et d'affection ; c'est, en quelque sorte, la délicatesse de l'homme en réponse à la délicatesse de Dieu. C'est pourquoi, alors que la peur des hommes, de leur jugement détruit notre confiance, la crainte de Dieu, au sens biblique, réveille sans cesse en nous le meilleur de nous-mêmes et ouvre à la tendresse de notre Dieu qui s'occupe si bien des moineaux et compte tous les cheveux de notre tête. , "Ne craignez pas ceux qui tuent le corps" (Mt 10, 26-33)
  • Ce dimanche peut être appelé le « dimanche de la confiance » car les textes sacrés nous encouragent à traverser l’épreuve avec fidélité et intrépidité. En effet, dans l’évangile, Jésus dit: « Ne craignez pas les hommes (…). Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent pas tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. » Ainsi, le martyre tue le corps mais fait entrer l’âme dans la vie, tandis que le péché fait mourir l’âme. La Croix Africa, Homélie du dimanche: « Notre relation personnelle avec Jésus est un trésor précieux à garder jalousement et à défendre avec courage » - La Croix Africa
  • L’entêtement à opposer les moyens de déplacements entre eux, en ignorant les avantages et les inconvénients de chacun, permettra difficilement de déboucher sur des solutions pérennes et socialement acceptables pour tous. Avant de jeter définitivement l’automobile à la géhenne, laissons au moins le véhicule électrique jouer son rôle dans la transition énergétique. , Ecologie et automobile : je t'aime, moi non plus
  • Vos actions auront également un impact direct sur Vestige et ses habitants si vous aidez à reconstruire la ville lors de missions d’histoire et de défis d’équipage. Pendant que vous aidez à rétablir l’ordre dans la géhenne, le narrateur prend la parole et commente vos actions ou donne un aperçu de la vie intérieure de certains personnages. Betanews.fr, Borderlands 3 l'histoire de 'Blood Money' est sorti - Betanews.fr
  • Tout oppose ces personnages et le terroriste qui erre au milieu de cette géhenne. L'esprit torturé, tiraillé entre ses préjugés et ses sentiments envers ses nouveaux compagnons de vie, le prisonnier s’interroge. « En parlant à Dieu, le personnage se parle à lui-même », indique le metteur en scène. « C'est un effet miroir » pour pousser les spectateurs à la réflexion. Le Monde des Religions, Géhenne ou l’âme cassée d’un jeune terroriste - A la Une - Le Monde des Religions

Traductions du mot « géhenne »

Langue Traduction
Anglais gehenna
Espagnol gehena
Italien gehenna
Allemand gehenna
Chinois 根纳
Arabe جهنم
Portugais geena
Russe геенна
Japonais ゲヘナ
Basque gehenna
Corse gehenna
Source : Google Translate API

Synonymes de « géhenne »

Source : synonymes de géhenne sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « géhenne »

Partager