La langue française

Fugue

Définitions du mot « fugue »

Trésor de la Langue Française informatisé

FUGUE, subst. fém.

I.− MUS. Forme de composition contrapuntique fondée sur l'entrée et le développement successifs de voix selon un principe strict d'imitation qui donne à l'auditeur l'impression que chaque voix fuit ou en poursuit une autre. Art de la fugue et du contrepoint; fugue par augmentation; fugue à miroirs; sujet, contre-sujet, exposition, développement, strette, conclusion d'une fugue. Une fugue (...) claire, pure, mais insipide aussi et froide comme de l'eau de puits (Berlioz, À travers chants,1862, p. 200):
1. Bach possédait des dons d'improvisation prodigieux. Il réalisait aux claviers, avec une aisance incroyable, des fugues doubles et triples, à 5 et 6 voix, et des canons en augmentation d'une longueur surprenante. Dupré, Improvis. orgue,1925, introd.
II.− Action de fuir, de s'enfuir.
A.− Fuite, action de quitter pour un temps plus ou moins long l'endroit que l'on occupe habituellement. La fugue de la famille royale (Marat, Pamphlets,Affreux Réveil, 1790, p. 239):
2. célimare. − (...) ce voyage dont je vous parlais tout à l'heure (...) c'est une fuite (...) une fugue!... tous. − Comment? célimare. − Je suis ruiné, poursuivi, traqué! la Bourse... Labiche, Célimare,1863, III, 11, p. 129.
B.− PSYCHOPATHOL. Impulsion morbide qui pousse un individu (généralement un enfant ou un adolescent) à quitter son milieu social, familial, et à partir souvent sans but et à l'aventure. La fugue est toujours un signe morbide sérieux (Mounier, Traité caract.,1946, p. 481).
REM. 1.
Fugato, subst. masc.,mus. Passage en style fugué qui n'est pas développé. Les fugato (...) relèvent (...) de la plus ennuyeuse des scholastiques (La Laurencie, Éc. fr. violon,1922, p. 97).On peut noter l'emploi du plur. rég. ital. fugati chez Koechlin. Tendance à borner une fugue à son exposition ou à quelques entrées affirmée par le Roi David de Mr A. Honegger et par les fugati de Mr Milhaud (Écrit. fugue,1933, p. 268).
2.
Fuguer, verbe intrans.Construire, développer une fugue. L'objet sonore initial, auquel on propose de fuguer avec lui-même, est bien ou mal choisi (Schaeffer, Rech. mus. concr.,1952, p. 153).
3.
Fuguette, subst. fém.Petite fugue. La première des fuguettes de Haendel, exigeant la liaison parfaite de chaque note à la suivante (Gide, Journal,1914, p. 496).
Prononc. et Orth. : [fyg]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. [Fin xiiies. fugue « fuite » (Chron. de Robert Guiscart, I, 18, Champollion ds Gdf.), attest. isolée tirée d'une trad. fr. d'un texte lat. écrit par un italien] 1. 1598 fugue musicalle (Ph. de Marnix, Differ. de la Relig., I, V, 2 ds Hug.); 2. 1728 « fuite momentanée » (Marivaux, Triomphe de Plutus, III, 165 ds IGLF : Oh! que voilà qui est chromatique! Faisons une petite fugue ma reine; allons-nous en). Empr. à l'ital. fuga, attesté comme terme de mus. dep. le xvies. (V. Galilei ds Batt.), d'abord « fuite » et « départ subit » (dep. xives. Simintendi et Dante ds Batt.), empr. au lat. class. fŭga « fuite » (cf. fougue1); 2 est soit réempr. à l'ital. dans son sens d'orig. (Bl.-W.5), soit issu de 1 (FEW t. 3, p. 836b; à l'appui de cette hyp. v. le texte cité supra 1728). Fréq. abs. littér. : 304. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 44, b) 103; xxes. : a) 954, b) 625.
DÉR.
Fugueur, euse, adj. et subst.(Celui, celle) qui fait des fugues. Lulu avait été un fugueur et un paresseux qui se faisait mettre à la porte de tous les établissements (Druon, Gdes fam.,t. 2, 1948, p. 196).Des « aliénés difficiles », violents ou fugueurs (H. Bazin, Fin asiles,1959, p. 143). [fygœ:ʀ], fém. [-ø:z]. 1reattest. 1930 (Lar. 20e); de fugue, suff. -eur2*.
BBG. − Hope 1971, p. 198. − Quem. DDL t. 8.

Wiktionnaire

Nom commun

fugue \fyɡ\ féminin

  1. Fuite.
    • Vous dites que vous méditez une fugue dans mes déserts, et vous me proposez de quitter mes déserts pour le fracas de Paris ! — (Voltaire, Lett. Chabanon, 3 août 1775.)
    • On avait beau le corriger quand les voisins le ramenait en carriole, l'habitude de ces fugues était prise. […]. Si une semaine s'écoulait sans escapade, on le voyait s'ennuyer, dépérir et fureter dans le logis pour trouver une issue. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  2. (Musique) Morceau de musique, ou passage d’un morceau de musique, dans lequel différentes parties se suivent, se succèdent et semblent fuir et se poursuivre tour à tour, en répétant le même sujet d’après des règles établies. On parle de sujet, contre-sujet, réponse, exposition, épisodes, reprises modulées, stretto et pédales.
    • Lully fut le premier en France qui fit des basses, des milieux et des fugues. — (Voltaire, Louis XIV, 13.)
    • La fugue est l’ingrat chef-d'œuvre d’un bon harmoniste. — (Jean-Jacques Rousseau, Dict. de musique, Fugue.)
    • La fugue est la pierre de touche du savoir des musiciens. — (D'Ortigue, Dict. de Plain-chant, Fugue.)

Forme de verbe

fugue \fyɡ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de fuguer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de fuguer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de fuguer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de fuguer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de fuguer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FUGUE. n. f.
Morceau de musique, ou passage d'un morceau de musique, dans lequel différentes parties se suivent, se succèdent et semblent fuir et se poursuivre tour à tour, en répétant le même sujet d'après des règles établies. Professeur, classe de fugue. Une fugue de Sébastien Bach. Il se dit figurément d'une Disparition momentanée, d'une escapade amoureuse. Faire une fugue.

Littré (1872-1877)

FUGUE (fu-gh') s. f.
  • 1Fugue, au sens propre, fuite ; il n'est usité que dans le langage familier. Faire une fugue, s'enfuir. Vous dites que vous méditez une fugue dans mes déserts, et vous me proposez de quitter mes déserts pour le fracas de Paris ! Voltaire, Lett. Chabanon, 3 août 1775.
  • 2 Terme de musique. Sorte de composition où l'on a réuni toutes les difficultés possibles sous les noms de sujet, contre-sujet, réponse, exposition, épisodes, reprises modulées, stretto et pédales, ces diverses parties se répondant toujours de sorte que l'oreille les reconnaisse sur quelque degré que ce soit, que le mouvement soit semblable ou contraire. Lully fut le premier en France qui fit des basses, des milieux et des fugues, Voltaire, Louis XIV, 13. La fugue est l'ingrat chef-d'œuvre d'un bon harmoniste, Rousseau, Dict. de musique, Fugue. La fugue est la pierre de touche du savoir des musiciens, D'Ortigue, Dict. de Plain-chant, Fugue.

    Fugue libre, fugue dans laquelle on ne traite pas le sujet seul, et où l'on passe de temps en temps à une autre idée, ou fugue dans laquelle on ne s'astreint pas rigoureusement aux règles.

  • 3Fugue pris par abus à la fois dans le sens propre et dans le sens musical. Une musique et prompte et vive et tendre Qui m'enlève ; entends-tu ? - Crispin : Je commence à comprendre ; C'est comme qui dirait une fugue. - Agathe : D'accord. - Crispin : Une fugue, en musique, est un morceau bien fort Et qui coûte beaucoup, Regnard, Fol. amour. II, 7.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FUGUE. - ÉTYM. Ajoutez : Les Allemands n'admettent pas l'étymologie italienne de fugue, terme de musique. Suivant eux, fugue, en allemand Fuge, vient du verbe fügen, ajuster, adapter ; et en effet la fugue est une adaptation de parties selon le contre-point le plus compliqué. Cependant il faut dire en faveur de l'origine italienne que les imitations dont la fugue se compose ont l'air de se poursuivre et de se fuir entre elles.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FUGUE, s. f. en Musique, est un chant répété successivement & alternativement par deux ou plusieurs parties, selon certaines regles particulieres qui distinguent la fugue de l’imitation, & dont voici les principales.

I. La fugue procede de la dominante à la tonique, ou de la tonique à la dominante, en montant ou en descendant.

II. Toute fugue a sa réponse dans la partie qui la suit immédiatement, & qui doit en rendre le chant à la quinte ou à la quarte, & par mouvement semblable, le plus exactement qu’il est possible ; procédant de la dominante à la tonique, quand le premier chant a procédé de la tonique à la dominante, ou vice versà. Une partie peut aussi reprendre ce même chant après l’autre, à l’octave ou à l’unisson : mais alors c’est plûtôt répétition qu’une véritable réponse.

III. Comme l’octave se divise en deux parties inégales, dont l’une comprend quatre degrés en montant de la tonique à la dominante, & l’autre seulement trois, en continuant de monter de la dominante à la tonique ; cela oblige d’avoir égard à cette différence, & de faire quelque changement dans la réponse, pour ne pas quitter les cordes essentielles du mode : c’est autre chose, quand on se propose de changer de ton.

IV. Il faut que la fugue soit dessinée de telle sorte, que la réponse puisse entrer avant la fin du premier chant. C’est se mocquer, que de donner pour fugue un chant qu’on ne fait que promener d’une partie à l’autre, sans autre gêne que de l’accompagner ensuite à sa volonté : cela mérite tout-au-plus le nom d’imitation. Voyez Imitation.

Outre ces regles d’harmonie, qui sont fondamentales, pour réussir dans ce genre de composition, il y en a d’autres qui pour n’être que de goût, n’en sont pas moins essentielles. Les fugues en général servent plus à faire du bruit qu’à produire de beaux chants : c’est pourquoi elles conviennent mieux dans les chœurs que par-tout ailleurs. Or comme leur principal mérite est de fixer toûjours l’auditeur sur le chant principal, qu’on fait passer pour cela incessamment de partie en partie & de modulation en modulation ; le compositeur doit mettre tous ses soins à rendre toujours ce chant bien distinct, & à empêcher qu’il ne soit étouffé ou confondu parmi les autres parties : il y a pour cela deux moyens ; l’un est dans le mouvement qu’il faut sans cesse contraster ; de sorte que si la marche de la fugue est précipitée, les autres parties procedent posément par des notes longues ; & au contraire, si la fugue marche gravement, que les accompagnemens travaillent davantage. Le second moyen est d’écarter l’harmonie, de peur que les autres parties s’approchant trop de celle qui chante la fugue, ne se confondent avec elle, & ne l’empêchent de se faire entendre assez nettement ; ensorte que ce qui seroit un vice par-tout ailleurs, devient ici une beauté. Les habiles maîtres ont encore soin, pour la même raison, de mettre en jeu des instrumens ou des voix d’especes différentes, afin que chaque partie se distingue mieux. En un mot, dans toute fugue, la confusion est en même tems ce qu’il y a de plus à craindre & de plus difficile à éviter ; & l’on peut dire qu’une belle fugue bien traitée est le chef-d’œuvre du meilleur harmoniste.

Il y a encore plusieurs autres manieres de fugues, comme les fugues perpétuelles, qu’on appelle canons, les doubles-fugues, les contre-fugues, ou fugues renversées, qu’on peut voir à leurs mots, & qui servent plus à étaler la science du musicien qu’à flatter l’oreille de ceux qui les écoutent.

Fugue vient du latin fuga, fuite, parce que les parties partant ainsi successivement, semblent se fuir & se poursuivre l’une l’autre. (S)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fugue »

Ital. fuga, fugue, proprement fuite, puis composition de musique, ainsi dite parce que des phrases semblables, se présentant successivement dans toutes les parties, semblent se fuir et se poursuivre tour à tour.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle) Du latin fuga (« fuite »).
(XVIe siècle) Le sens musical est emprunté :
  1. tout comme fugato, à l’italien fuga (« fuite »)[1] dont la variante foga nous donne aussi fougue.
  2. Pour les Allemands, l’italien est emprunté à l’allemand Fuge (« joint, ajustement »)[2], de fügen (« ajuster, adapter ») ; en effet la fugue est une adaptation, une composition de parties selon un contre-point. Voir l’étymologie de ars. Cependant il faut dire en faveur de l'origine italienne que les parties dont la fugue se compose ont l'air de se poursuivre et de se fuir entre elles.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fugue »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fugue fyg

Évolution historique de l’usage du mot « fugue »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fugue »

  • Fugue, c’est précisément pour les artistes ce moment d’ouverture. La dimension insaisissable de la fugue se retrouve dans les dessins de la série Fictions où le temps est suspendu et les lieux habités par l’absence. Pour l’occasion, le potentiel fictionnel des images est décuplé par le texte grâce à une collaboration libre avec la critique d’art Virginie Huet. Torréfacteur, Fugue, l'expo qui magnifie à la mine graphite les détails du quotidien
  • Chaque fois que votre femme fait une fugue, vous en écrivez une. De Raymond Devos / Fugue et variations
  • Inspiré par l'exemple de Bach et de Haendel, Beethoven montre aussi ses capacités à écrire des fugues de très haut niveau. France Musique, L’art de la fugue selon Beethoven
  • Un mineur en fugue était activement recherché depuis ce lundi matin. Il n'avait plus donné de nouvelles, après avoir quitté son domicile de Sepmes vers 8h. Il a finalement été retrouvé sain et sauf. France Bleu, Indre-et-Loire : le mineur en fugue a été retrouvé sain et sauf
  • Depuis une quinzaine de jours, les policiers du commissariat d’Orange étaient alertés de la fugue d’une jeune fille de 15 ans originaire des Pays-Bas. , Faits-divers - Justice | Orange : une jeune fille en fugue dit avoir été frappée et violée
  • Il y a des fugues et il y a des disparitions inquiétantes. Aujourd'hui, l’absence depuis 8 jours d’Illyria, 13 ans et de Nadji, 14 ans, passe dans la catégorie des disparitions inquiétantes.   France 3 Centre-Val de Loire, Disparition inquiétante: deux adolescents de Châteauroux ne sont pas rentrés chez eux depuis une semaine

Traductions du mot « fugue »

Langue Traduction
Anglais fugue
Espagnol fuga
Italien fuga
Allemand fuge
Chinois 赋格曲
Arabe شرود
Portugais fuga
Russe фуга
Japonais フーガ
Basque fuga
Corse fuga
Source : Google Translate API

Synonymes de « fugue »

Source : synonymes de fugue sur lebonsynonyme.fr

Fugue

Retour au sommaire ➦

Partager