La langue française

Fourchette

Sommaire

  • Définitions du mot fourchette
  • Étymologie de « fourchette »
  • Phonétique de « fourchette »
  • Évolution historique de l’usage du mot « fourchette »
  • Citations contenant le mot « fourchette »
  • Images d'illustration du mot « fourchette »
  • Traductions du mot « fourchette »
  • Synonymes de « fourchette »

Définitions du mot fourchette

Trésor de la Langue Française informatisé

FOURCHETTE, subst. fém.

A.−
1. Ustensile de table en forme de petite fourche à deux, trois ou quatre dents, dont on se sert pour piquer les aliments. Fourchettes à découper; fourchette à huîtres, à poisson, à salade, à gâteaux; manger avec une fourchette. L'usage des fourchettes est moderne; on n'en a point trouvé dans les ruines d'Herculanum, où l'on a cependant trouvé beaucoup de cuillers (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 270).
2. Locutions
a) Vieilli. Déjeûner à la fourchette. Prendre de la viande ou des mets solides au petit déjeuner :
1. À dix heures, le café de Chartres commence à se remplir d'employés qui viennent, en déjeûnant à la fourchette, y attendre l'heure du bureau. Jouy, Hermite,t. 1, 1811, p. 296.
b) Familier
Avoir un joli, bon coup de fourchette et, p. méton., être une belle fourchette. Être gros mangeur. L'ange (...) mastiquait placidement, sans discontinuer. − « Quelle fourchette! » répétait l'enfant de chœur ébahi, « quelle fourchette! » (Flaub., Éduc. sent.,t. 1, 1869, p. 158).C'était une rude fourchette que mon oncle, un vrai curé normand capable de manger douze heures de suite (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Dimanches bourg. Paris, 1880, p. 319).
Jouer de la fourchette. Manger avec appétit. Sénac se tient fort bien à table. Il souffre de l'estomac, du moins il le dit, et cela ne l'empêche pas de jouer de la fourchette (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 188).
P. plaisant. La fourchette du Père Adam. Les doigts. Se servir de la fourchette du Père Adam. Se servir de ses doigts pour manger. (Dict. xixeet xxes.).
c) Vx. Au hasard de la fourchette. Enseigne de restaurant où, pour un sou, les clients avaient droit au morceau qu'ils piquaient au hasard dans la marmite (d'apr. Littré) :
2. Savez-vous, me dit-il, comment mange une partie de cette population? − Je connais, répondis-je, le plat de viande à deux sous et de légumes à cinq centimes, et j'ai entendu parler du hasard de la fourchette, et du bouillon à jet continu. A. Privat d'Anglemont, Paris anecdote,Paris, Delahays, 1860 [1854], p. 41.
Au fig., fam. Sans choix ni règle. On pend, on vole, on boit, on s'accouple et on fusille beaucoup, au hasard de la fourchette (Arnoux, Juif Errant,1931, p. 199):
3. ... si je retrouvais quand je prends la plume les choses (...) qui me font dire, à part moi : « je lui écrirai ça », tu aurais vraiment peut-être des lettres amusantes. Mais, va te faire foutre, cela s'en va aussitôt que j'ouvre mon carton. N'importe, au hasard de la fourchette, comme ça viendra. Flaub., Corresp.,1850, p. 250.
B.− [P. anal. de forme] Objet, organe, pièce, dispositif dont la forme évoque une fourchette à deux dents :
4. Au-devant [du chœur] sur quatre rangs de longues fourchettes posées sur un pied de bois, brûlent de petits cierges minces qui, avec la flamme inégale et remuante du suif, font trembler la nuit autour d'eux. Goncourt, Sœur Philom.,1861, p. 55.
1. En partic.
a) ,,Pied fourchu dont les arquebusiers se servaient pour appuyer leur arme en tirant`` (Littré).
b) ,,Bâton fourchu sur lequel on assujettit des cisailles`` (Ac. 1932).
c) Partie du sabot des Équidés située dans l'échancrure de la sole et constituée par une corne élastique. Pourriture de la fourchette (St Riquier-Delp.1975) :
5. ... quand il fut ferré d'aluminium, les talons abattus, les fourchettes et la sole en contact avec la terre, comme une plante d'homme, afin d'empêcher le sabot de former ventouse dans l'action, il entra à l'entraînement... Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 57.
d) Partie du squelette des oiseaux située entre les deux ailes et constituée par la soudure des deux clavicules. L'épaule des oiseaux est composée de trois os, qui sont : la clavicule, la fourchette et l'omoplate (Cuvier, Anat. comp.,t. 1, 1805, p. 248).
2. AUTOMOB. Pièce mécanique à deux dents. Fourchette de boîte de vitesse (Poignon 1967); fourchette d'embrayage (Boissier 1975).
C.− Au fig. Disposition d'une chose qui évoque l'écartement des dents d'une fourchette.
1. Expr. pop.
Coup de (la) fourchette. Coup que l'on porte à un adversaire en enfonçant dans ses yeux l'index et le médius écartés. Lancer le coup de fourchette (Littré).
Vol à la fourchette. Vol à la tire qui consiste à plonger deux doigts dans la poche de la victime pour en retirer quelque chose (d'apr. Esn. 1966).
Marquer à la fourchette (p. réf. aux deux dents de la fourchette). Marquer à son débiteur plus de marchandises qu'il n'en a reçu. [Un sublime réglant avec le marchand de vins :] « Vous êtes un voleur, vous marquez à la fourchette... » (Poulot, Sublime,1872, p. 156).
2. ARTILL. ,,Encadrement de deux coups consécutifs, l'un court et l'autre long, dont la valeur est égale à quatre écarts probables`` (Lar. 20e).
Au fig., STATIST. Écart entre deux valeurs extrêmes dans une évaluation chiffrée (cf. Perroux, Écon. XXes., 1964, p. 545).
P. ext. Écart entre deux grandeurs extrêmes. Pour le lait, la « fourchette » est restée encore très ouverte entre 33 DM et 41,2 DM les 100 kilos (M. 9.1.66 ds Gilb.1971).
3. JEUX [au jeu de bridge]. Groupe de deux cartes que l'on a dans son jeu, dont l'une est immédiatement supérieure, l'autre immédiatement inférieure à celle que joue l'adversaire (par exemple, le roi et le valet, par rapport à la dame). Prendre son adversaire en fourchette. (Dict. xixeet xxes.).
P. anal. Prendre en fourchette. Coincer entre deux choses. ,,Coincer la voiture de quelqu'un entre deux véhicules`` (Dub.). Au fig. Piéger (quelqu'un).
D.− Arg. milit. Baïonnette. C'était l'endroit qu'on avait perdu (...) et que les coloniaux ont r'pris à la fourchette y a dix jours (Barbusse, Feu,1916, p. 216).
REM.
Fourchet(t)ée,(Fourchetée, Fourchettée) subst. fém.,rare. Ce que l'on peut prendre en une fois avec une fourchette. Paul Gaulot, était le plus éloquent de tous, par sa bonne figure ronde, toute en bouche, où disparaissaient d'énormes fourchettées (L. Daudet, Salons et journaux,1917, p. 186).
Prononc. et Orth. : [fuʀ ʃ εt]. Enq. : /fuʀ ʃet/. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1302 fourchete (Abbé Chr. Dehaisnes, Doc. concernant l'histoire de l'art dans les Flandres... av. le XVe, I, 146); 1858 fig. c'est la première fourchette du Morbihan (Labiche, Deux merles bl., I, 3, p. 126). Dér. de fourche*; suff. -ette*. Fréq. abs. littér. : 346. Fréq. rel. littér. : xixes. a) 279, b) 500; xxes. : a) 629, b) 587. Bbg. Giraud (J.), Pamart (P.), Riverain (J.). Mots ds le vent. Vie Lang. 1970, p. 50. − Hasselrot 20es. 1972, p. 10. − Horiot (B.), Vurpas (A.-M.). Rech. sur le fr. région. In : Colloque sur le Fr. parlé ds les Villages de Vignerons. 1976. 18-20 nov. Dijon. Paris, 1977, p. 133. − Schwake (H. P.). Kleine Bemerkungen zur Wortgeschichte. St. neophilol. 1975, t. 47, pp. 265-274.

Wiktionnaire

Nom commun

fourchette \fuʁ.ʃɛt\ féminin

  1. Ustensile de table, en forme de petite fourche qui a deux, trois ou quatre pointes ou dents par le bout, et dont on se sert pour piquer les aliments.
    • Les fourchettes ont la queue renversée en arrière, les pointes plates et taillées en dents de peigne ; les cuillers ont aussi une apparence de spatule que n’a pas notre argenterie. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Cassez l'œuf dans le verre mesureur et fouettez-le rapidement à l'aide d'une fourchette, puis ajoutez de l'eau glacée […]. — (Masterchef Cookbook 2011, Place Des Editeurs, 2011, page 57)
    • Nous avons des textes qui montrent qu’à la cour les gens se moquent de ceux dont l’aliment tombe de la fourchette. Il faut apprendre à l’utiliser. La main, c’est naturel, la fourchette, c’est culturel. — (Patrick Rambourg, William Audureau, « Manger avec la main, c’est naturel, manger avec une fourchette, c’est culturel », Le Monde. Mis en ligne le 25 janvier 2019)
  2. (Par extension) Quantité d'aliment que tient cet ustensile.
    • Il tenait levée une pleine fourchette de haricots qu’il allait engloutir. — (Henry Miller, L’ancien combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
  3. (Figuré) Gamme, variation, plage.
    • Vous recherchez cet appareil dans quelle fourchette de prix ?
  4. (Jeu d’échecs) Menaces simultanées apportées par une même pièce, le plus souvent par le cavalier.
  5. (Sport) Mauvais geste consistant à mettre ses doigts dans les yeux d’un adversaire.
  6. (Par extension) Tout objet qui rappelle la forme de l’ustensile de cuisine.
    1. (En particulier) Bâton en forme d’Y dont se servaient autrefois les soldats pour appuyer leur mousquet en tirant.
    2. (En particulier) Bâton fourchu sur lequel on assujettit des cisailles.
    3. (En particulier) Partie du sabot du cheval située à sa face inférieure et qui fait un relief dans l’échancrure de la sole.
    4. (En particulier) (Populaire) Bréchet d’une volaille, etc.
    5. (En particulier) Élément de parapluie, d’une ombrelle ou d’un parasol reliant une baleine à l’anneau coulissant le long du mât.
  7. (Figuré) (Familier) Bon mangeur.
  8. (Anatomie)
    1. Chez les chevaux, partie de la face inférieure du sabot en forme de V saillant.
    2. Chez les oiseaux, os en forme d’Y constitué par la soudure des deux clavicules.
  9. (Argot militaire) Baïonnette.
    • Mes enfants, allons, courage, et en avant. Montrez que vous savez vous servir de la fourchette ailleurs qu’à table. — (général de Négrier, Mes campagnes au Tong-King, Vitte et Perrussel, Lyon, 1888, page 147)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FOURCHETTE. n. f.
Ustensile de table, en forme de petite fourche qui a deux, trois ou quatre pointes ou dents par le bout, et dont on se sert pour piquer les aliments. Manger avec la fourchette. Se servir de la fourchette. Fourchette de bois, de fer, d'étain, d'argent, d'or. Les dents d'une fourchette. Déjeuner à la fourchette, Déjeuner avec de la viande, des mets solides. Fig. et fam., C'est une belle fourchette, C'est un beau mangeur. Il a de nombreux emplois techniques et désigne Tout objet qui en rappelle la forme; le Bâton en forme d'Y dont se servaient autrefois les soldats pour appuyer leur mousquet en tirant; le Bâton fourchu sur lequel on assujettit des cisailles; la Partie du sabot du cheval située à sa face inférieure et qui fait un relief dans l'échancrure de la sole; le Petit os qui est entre les deux ailes d'une volaille, etc. Pop., La fourchette de l'estomac, Le brechet.

Littré (1872-1877)

FOURCHETTE (four-che-t') s. f.
  • 1Ustensile de table à trois ou quatre dents dont on se sert pour prendre les morceaux dans son assiette, pour découper les pièces, etc. Manger avec une fourchette. Le [faux] marquis fut arrêté à Bayonne chez Dudencourt, qui en prit tout à coup la résolution sur ce qu'il lui vit prendre des olives avec une fourchette, Saint-Simon, 390, 23.

    On appelle souvent grande fourchette la fourchette à découper. Passez-moi la grande fourchette.

    Déjeuner à la fourchette, manger de la viande en déjeunant.

    Fig. et familièrement. C'est une bonne fourchette, c'est un homme qui dîne bien, qui sait bien dîner.

    On dit aussi dans le même sens : Il a un joli coup de fourchette, il donne bien le coup de fourchette.

    Jouer de la fourchette, manger activement.

    La fourchette du père Adam, se dit par plaisanterie quand on prend avec les doigts ce qui se mange ordinairement avec une fourchette, de la viande, des fritures, de la salade.

  • 2Instrument de même forme que la fourchette de table, mais plus long et plus gros, dont on se sert pour prendre les viandes. Tout ce qu'il pouvait enlever avec la fourchette était pour le prêtre, Sacy, Bible, Rois, I, II, 14.

    Au hasard de la fourchette, se disait de ces établissements où l'on plongeait la fourchette dans le pot pour un sou, avec droit de garder ce qu'on amenait ; et fig. dans le langage familier, sans choix, sans discernement.

  • 3Sorte de pieu fourchu dont les arquebusiers se servaient pour appuyer leur arme en tirant.

    Assemblage de deux petits morceaux de fer au milieu desquels était un fil pour guider l'œil de l'arbalétrier.

  • 4Instrument de même forme que la fourche d'arquebusier, qui sert à assujettir les cisailles.
  • 5 Terme d'horticulture. Petit bâton taillé à dents, qu'on enfonce autour des cloches de verre, pour les soulever et donner de l'air aux plantes.

    Terme de chasse. Se dit de petites fourches de bois qui servent à la chasse des alouettes.

    Terme de pêche. Perche terminée par des fourchons, servant de manche au filet appelé truble.

  • 6Long morceau de bois à deux pointes de fer qui est attaché à la flèche d'un carrosse, et que l'on abaisse pour empêcher que le carrosse ne recule quand il est sur une pente.

    Fig. Je dis au régent que, pour éviter d'ôter M. du Maine si à contre-temps, je ne voyais de fourchette à la descente que M. de Charolais [de moyen de s'en préserver que de faire des avantages à M. de Charolais], Saint-Simon, 509, 235.

  • 7Instrument de fer qui sert aux serruriers à tourner à chaud certaines pièces.
  • 8Instrument de chirurgie dont on se sert pour relever et soutenir la langue de l'enfant lorsqu'on veut faire la section du filet.
  • 9Le petit os divisé en deux branches qui est entre les deux ailes d'une volaille.

    Populairement. La fourchette de l'estomac, le bréchet.

  • 10 Terme d'anatomie. Fourchette du sternum, l'échancrure concave transversalement de l'extrémité supérieure ou claviculaire de cet os.

    La commissure postérieure des grandes lèvres de la vulve.

  • 11 Terme de vétérinaire. Partie du sabot du cheval située à sa face inférieure dans l'angle formé par la rentrée de l'extrémité de la paroi, désignée sous le nom de barre ou d'arc-boutant. La fourchette est dite échauffée, quand elle présente un suintement noirâtre et fétide. Elle est dite pourrie, lorsque la corne en devient molle, filandreuse et laisse échapper un produit d'une odeur de pourriture.
  • 12 Terme d'architecture. Endroit où les deux petites noues de la couverture d'une lucarne se joignent à la pente du comble.
  • 13Partie qui garnit l'ouverture de la manche d'une chemise d'homme.
  • 14 Terme de gantiers. Nom de petits morceaux de peau qu'on met entre les doigts des gants.
  • 15 Terme d'horlogerie. Synonyme de pendillon.
  • 16 Terme de musique. Partie du mécanisme de la harpe qui élève les cordes d'un demi-ton.
  • 17 Terme de jeu de cartes. Avoir la fourchette, garder la fourchette, attendre avec la fourchette, se dit quand on a la dame et l'as, par exemple : il est de règle alors de ne pas attaquer, car on se ferait prendre successivement l'as (par le valet) et la dame (par le roi), mais d'attendre, afin de jeter l'as sur le roi et de faire une levée avec la dame. Exemple pris de l'écarté ; il serait autre au piquet.

HISTORIQUE

XIVe s. Trois furchestes d'argent pour mangier poires, De Laborde, Émaux, p. 322.

XVe s. Lesquelles femmes prindrent trois menuz barreaux de fer et une piece nommée forchette ployée en trois ; les quels barreaux et forchettes povoient peser 210 livres de fer, Du Cange, fourchata. Quatre fourchettes d'argent, à manches de cristal, dedans un estui de cuir, De Laborde, Émaux, p. 323.

XVIe s. Fourchette [pièce de fourniment], D'Aubigné, Hist. II, 349. Le cartilage xiphoïde, dit la fourchette, Paré, I, 2. Je disnerois sans nappe… et m'ayde peu de cuillier et de fourchette, Montaigne, IV, 260. Premierement ils ne touchoient jamais la viande avec les mains, mais avec des fourchettes, ils la portoient jusque dans leur bouche, en allongeant le col et le corps sur leur assiette… ils la prenoient [la salade] avec les fourchettes, car il est defendu en ce payslà de toucher la viande avec les mains, quelque difficile à prendre qu'elle soit, et ayment mieux que ce petit instrument fourchu touche à leur bouche que leurs doigts, l'Isle des Hermaphrodites [satire de la cour de Henri III], dans DE LABORDE, Émaux, p. 324.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FOURCHETTE. Ajoutez :
18Pièce de bois fourchue qui, dans les avant-trains de certaines voitures, relie la volée à l'essieu, et reçoit le têtard du timon entre ses deux branches.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FOURCHETTE, subst. f. (Gramm.) petit instrument en forme de fourche.

Fourchette, (Anat.) en latin franum vulvæ ; la partie inférieure de la vulve, & qui en fait la séparation d’avec l’anus.

Parlons-en avec plus d’exactitude. La fourchette est proprement l’union des grandes levres par leur partie inférieure ; l’on y remarque un ligament membraneux, qui se trouve tendu dans les filles, relâché dans celles qui ont souffert l’approche d’un homme, & presque toûjours déchiré dans les femmes qui ont eu des enfans. Ce déchirement de la fourchette (pour me servir du terme des Accoucheurs) est une suite ordinaire de l’excessive dilatation que souffre ce lien membraneux au passage du fœtus.

Il arrive même dans des accouchemens laborieux, que non-seulement la partie inférieure de la vulve se déchire par la sortie de l’enfant, mais encore l’espace qui est entre la partie inférieure de la vulve & l’anus : dans ce triste cas, l’ouverture du vagin & celle du fondement se joignent ensemble à l’extérieur, & ne forment plus qu’un seul conduit.

Si on laissoit cette dilacération sans en procurer la réunion, il est bien vrai que la femme devenant une autre fois grosse, accoucheroit avec plus de facilité, & sans être en danger d’essuyer un nouveau délabrement dans sa couche ; mais ces parties restant dilatées, la vulve est tellement salie par les excrémens, que la femme en devient dégoûtante & à son mari & à elle-même : c’est pour cette raison qu’il vaut beaucoup mieux réunir ce déchirement le plûtôt qu’il est possible, & même en cas de besoin par une forte suture qui engage toute la longueur de la division. (D. J.)

Fourchette, instrument de Chirurgie dont on se servoit pour élever & soûtenir la langue des enfans, quand on leur coupe le filet. Elle est semblable à une fourchette ordinaire à deux fourchons, excepté que ces fourchons sont mousses & courts. Il n’est pas nécessaire d’avoir un instrument particulier pour élever & soûtenir la langue ; l’extrémité qui sert de manche à une sonde cannelée (Voyez la fig. 6. Pl. II.) pouvant servir beaucoup plus utilement à cet usage. Voyez Filet. (Y)

Fourchette, (Maréchallerie.) c’est ainsi que l’on nomme la portion qui plus ou moins élevée sous le pié du cheval & au milieu de la sole, présente la figure d’un cone, dont la pointe seroit tournée en-devant, & dont la base échancrée répondroit aux talons. Voyez Ferrure.

La fourchette doit être proportionnée au pié dont elle est une dépendance. Ceux qui ont prétendu qu’une fourchette petite & desséchée est le partage d’un pié encastelé, parce que le retrécissement du talon la prive de nourriture & l’affame, ont-ils refléchi que l’on peut répondre que le desséchement de cette partie, desséchement qui d’ailleurs annonce l’aridité de l’ongle, contribue au contraire à l’encastelure, & prouve que l’animal y a de la disposition ? Son volume extrème est une imperfection considérable, à laquelle les chevaux dont les talons sont bas, sont fort sujets ; elle est en eux une cause fréquente de claudication. Nous nommons ces sortes de fourchettes, fourchettes grasses ; & les fourchettes trop petites, fourchettes maigres. Toute fourchette de l’une ou de l’autre nature, caractérise ordinairement un mauvais pié ; il est rare en effet que le pié soit bon, & qu’il ne soit pas d’une difformité préjudiciable, lorsque la nourriture ne se distribue pas également dans toutes les parties qui le composent.

Nous disons encore que le cheval fait fourchette neuve, lorsque cette portion du sabot se corrompt, conséquemment à des causes externes ou internes, & que par sa chûte elle fera place à une portion semblable produite au-dessous d’elle & qu’elle nous cache.

Les fourchetes grasses, celles des piés plats & des chevaux épais & chargés d’humeurs, tombent fréquemment en pourriture ; nous y entrevoyons une humidité très-fétide ; & si des causes internes occasionnent cette corruption, selon le degré de l’âcreté de l’humeur qui y afflue, le mal est plus ou moins dangereux. Voyez Fic.

Les fourchettes maigres n’en sont pas exemptes ; il arrive très-souvent qu’elles pourrissent, lorsque nous laissons trop long-tems des chevaux sur leur vieille ferrure, & que nous en parons trop rarement le pié. L’expérience seule suffit pour prouver cette vérité, relativement même à des chevaux d’Espagne & des chevaux barbes.

Quoi qu’il en soit, dans le cas où la chûte de la fourchette provient de la perversion & de l’affluence des humeurs sur cette partie, les médicamens intérieurs, tels que ceux que j’ai prescrits (voy. Eaux), sont absolument indispensables ; on recourra ensuite à des topiques legerement rongeans, tels que l’onguent d’ægyptiac, que l’on assujettira & que l’on fixera sur la partie par le moyen des plumaceaux que l’on en aura chargé, & on peut encore employer l’eau de chaux, l’eau seconde, l’eau infernale faite avec la céruse à la dose double du verd-de gris & de cantharides, infusée dans l’esprit-de-vin pendant quarante-huit heures sur la cendre chaude, ou saupoudrer la fourchette avec l’alun de roche, ou le verd-de-gris, ou de la couperose verte ou blanche, ou de la céruse, ou de la thutie, & recouvrir dès-lors le tout avec l’ægyptiac ; la teinture de myrrhe & d’aloès produit encore d’admirables effets, &c. Les uns & les autres de ces remedes externes seront appropriés à l’état du mal, & seront suffisans pour en opérer la guérison, si néanmoins la source n’en est pas dans l’intérieur. (e)

Fourchette, en Architecture, c’est l’endroit où les deux petites noues de la couverture d’une lucarne se joignent à celle d’un comble. (P)

* Fourchette, chez les Cardeurs, c’est un morceau de bois presque quarré, de la forme d’une chaise avec son dossier. La partie évidée est presque remplie de vieux cuir ; la surface qui a forme de dossier, garnie de deux aiguilles longues d’environ un demi-pouce. Cet outil sert à percer le feuillet. Voyez Feuillet & l’article Cardier.

* Fourchette, terme de Charron, ce sont deux morceaux de bois de charronage qui sont posés & enchâssés dans le train de devant, & qui sortent en-dehors, & forment une fourchette. Voyez dans les Planches du Charron, la figure qui représente un avant-train.

* Fourchette, (entre-deux de fourchettes), terme de Charron, ce sont deux morceaux de bois enchâssés dans les mortaises faites à la face de dessous du lissoir de devant. Ces entre-deux de fourchettes sont faites en gentes, & forment un rond. Voyez les Planches du Charron.

* Fourchette, terme & outil de différens ouvriers ; c’est un morceau de fer fait en Y, qui est planté sur leur établi, qui leur sert à assujettir les cisailles, & à les élever un peu au-dessus de l’établi.

* Fourchette, (Cuisine.) diminutif de fourche ; c’est un petit instrument, ou d’étain, ou d’acier, ou de bois, ou de fer, ou d’argent, dont l’extrémité est divisée en branches ou fourchons pointus ; on enfonce les fourchons dans un mets, & on le porte de cette maniere d’un plat sur son assiette, ou de l’assiette dans la bouche. Il y a des fourchettes de de cuisine de différentes grandeurs.

* Fourchette, (Grosses Forges.) voyez cet article.

* Fourchette, outil commun à plusieurs ouvriers, ce sont deux morceaux de bois de la longueur de 4 piés, serrés à vis par en bas, où leurs surfaces sont en talud ; ce qui les fait écarter par en haut, où ils ne sont point arrêtés : ils sont larges d’environ quatre doigts ; & on les met entre les mâchoires de l’étau, pour empêcher que les dents de l’étau ne marquent sur l’ouvrage, par exemple, sur la lame d’une épée quand le fourbisseur la monte. Voyez les Planc. du Fourbisseur.

Fourchette, signifie en Horlogerie, une piece 444. fig. 2. Pl. I. de l’Horloger, qui recevant la verge du pendule dans une fente située à sa partie inférieure recourbée à angle droit, lui transmet l’action de la roue de rencontre, & la fait mouvoir constamment dans un même plan vertical. Le plan de cette fente est représenté en P F, fig. 17.

La fourchette est enarbrée par sa partie supérieure C sur la tige qui porte les palettes ou l’anchre ; elle n’est d’usage que pour les pendules suspendues par des soies ou par des ressorts. Voyez Coq, Verge, Anchre, Pendule, &c. (T)

Fourchettes, (Jardinage.) sont de petits bâtons de bois taillés à dents, que l’on enfonce autour des cloches de verre placées sur les couches, pour les élever, afin de donner de l’air aux plantes. Il y a plusieurs étages à ces fourchettes, qui peuvent aussi, étant plus fortes, soûtenir des paillassons & brise-vents. (K)

* Fourchette, (Verrerie.) voyez l’article Verrerie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fourchette »

(1302) Dérivé de fourche avec le suffixe diminutif -ette.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Diminutif de fourche ; Berry, forchette. L'ancien français avait, de fourche, un autre diminutif, fourcele, qui se disait surtout du creux de l'estomac.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fourchette »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fourchette furʃɛt

Évolution historique de l’usage du mot « fourchette »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fourchette »

  • - Fadoi Tanane, « À coups de dents et de fourchettes » , Nouvelle Fribourg, n° 5 : "La plume et la fourchette: de la nourriture en littérature"
  • Quand un cannibale mange avec une fourchette et un couteau, est-ce un progrès ? De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Il faut apprendre aux gens à se servir de leur sexe comme de la cuillère et de la fourchette. De Yves de Saint-Agnès / Une révolution sexuelle
  • Il vaut mieux creuser sa tombe avec sa fourchette qu'avec une pelle. C'est plus agréable et c'est plus long. De Philippe Bouvard
  • L'optimiste est un homme qui s'abrite sous une fourchette le jour où il va pleuvoir des petits pois. De Pierre-Henri Cami
  • Quand il pleuvra de la bouillie, les mendiants auront des fourchettes. De Proverbe brésilien
  • La fourchette tue plus de monde que l’épée. De Proverbe québécois
  • Quand il y a une fourchette à un carrefour, prenez-la ! De Yogi Berra
  • Le méchant remue le couteau dans la plaie, la brute y plante en plus la fourchette. De Anonyme
  • A manger avec le diable, la fourchette n’est jamais trop longue. De Proverbe bourbonnais
  • Inventiva annonce le début formel de la procédure de construction du livre d'ordres et le dépôt d'un "amendment" (avenant) au document d'enregistrement (Form F-1) pour y inclure une fourchette de prix indicative dans le cadre de son projet d'offre, sous réserve notamment des conditions de marché, d'un total de 7.478.261 actions ordinaires de la Société. Bourse Direct, Inventiva : fourchette de prix indicative en vue de la cotation sur le Nasdaq

Images d'illustration du mot « fourchette »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fourchette »

Langue Traduction
Anglais fork
Espagnol tenedor
Italien forchetta
Allemand gabel
Chinois 叉子
Arabe فرع
Portugais garfo
Russe вилка
Japonais フォーク
Basque fork
Corse forchetta
Source : Google Translate API

Synonymes de « fourchette »

Source : synonymes de fourchette sur lebonsynonyme.fr
Partager