La langue française

Épousseter

Sommaire

  • Définitions du mot épousseter
  • Étymologie de « épousseter »
  • Phonétique de « épousseter »
  • Évolution historique de l’usage du mot « épousseter »
  • Citations contenant le mot « épousseter »
  • Traductions du mot « épousseter »
  • Synonymes de « épousseter »

Définitions du mot épousseter

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPOUSSETER, verbe trans.

A.− Nettoyer (avec un plumeau, un chiffon, etc.) pour chasser la poussière, la saleté.
1. [L'obj. désigne ce qui est couvert de poussière, de saleté] Il s'habillait, faisait son lit, balayait sa chambre, époussetait son fauteuil et le dessus de sa commode (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Prom., 1884, p. 944).Il flanquait de grands coups de mouchoir pour épousseter ses souliers (Gide, Isabelle,1911, p. 635).
Emploi abs. Gertrude se mettait à la besogne, cirait, frottait, époussetait, préparait l'humble déjeuner de sa chère maîtresse (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 296).Pour recevoir Jean, la jeune fille avait brossé, ciré, épousseté (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 245).
Emploi pronom. réfl. Pauline s'épousseta, arrangea ses genoux sous sa jupe (Pourrat, Gaspard,1931, p. 86).
P. métaph. ou au fig. Faire disparaître en nettoyant, nettoyer. Épousseter ce tas de systèmes moisis Qui tuaient le scrupule (Hugo, Légende,t. 6, 1883, p. 18).Le maître s'installait en lui, époussetait les coins reculés de son âme (Adam, Enfant Aust.,1902, p. 218).Il est vrai que s'il faut de la place, le patron époussète un coin de la salle de ces consommateurs inopérants (T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p. 208).
a) Spécialement
ARM. ,,Dépouiller (la poudre de guerre, de chasse) du poussier qu'elle contient`` (DG).
MAN. Épousseter un cheval. Le nettoyer après l'avoir étrillé. Il se lève, époussette la jument avec une branche (Martin du G., Devenir,1909, p. 178).
b) P. anal. Le vent de nuit époussetait les aires (Giono, Gd troupeau,1931, p. 28).
2. Au fig., fam., vieilli. [L'obj. désigne une pers.] Battre, rosser. Je vais t'épousseter le nez avec des chiquenaudes (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 462).Moi, les miens, je les ai [les enfants] toujours époussetés avec une baguette (...) : ma sœur aussi, les siens aussi ne sont rossés qu'à la baguette (Frapié, Maternelle,1904, p. 260).
B.− [L'obj. désigne la poussière, la saleté] Ôter ce qui salit, ce qui encombre. Des toiles d'araignées noires qu'on aurait oublié d'épousseter (Estaunié, Empreinte,1896, p. 307).Il faut sortir les beaux habits, les déplier, épousseter la naphtaline (Giono, Colline,1929, p. 190).
P. anal. Ils époussetèrent de la main un peu d'eau qui ruisselait encore sur leur poitrine dure (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 142).
Rem. La docum. atteste a) Épousseté, ée, part. passé, en emploi adj. Qui est nettoyé de sa poussière. Durtal feuilleta, au hasard, les volumes époussetés sur la table (Huysmans, Là-bas, t. 1, 1891, p. 206). P. métaph. La langue était en ordre, auguste, époussetée (Hugo, Contempl., t. 1, 1856, p. 58). b) Épousseteur, euse, subst. Personne qui époussette (cf. Lar. Lang. fr.).
Prononc. et Orth. : [epuste], (j')époussette [epusεt], ou dans le lang. ordinaire (j')épouste, (j')épousterai(s) [epust], [epustə ʀe(ε)]. Cette dernière prononc. est signalée ds Barbeau-Rodhe 1930 et ds Littré qui la juge fautive. Mais Mart. Comment prononce 1913, p. 174 donne en sa faveur un argument de bon sens. Dans les mots de ce type fureter, décolleter, épousseter, fileter dans lesquels on rencontre, en finale, deux [ə] muets de suite pour les formes conjug., ce que le fr. n'admet pas, il vaudrait mieux accueillir la prononc. des gens qui utilisent le plus ces mots. « Le mieux serait que l'Académie acceptât [les graphies] épouster, décolter et furter, et aussi filter, car qui peut dire qu'on filète une vis, quand tous les gens du métier disent qu'on la fil'te? ». Cet auteur précise que les futurs et les cond. avec la prononc. ordinaire sont plus facilement admis parce que leurs [ə] muets sont intérieurs et que le second peut se prononcer ce qui n'est pas le cas dans le présent. Le verbe est admis ds Ac. 1694-1932. Jusqu'en 1878 la forme conjug. s'écrit j'époussète. En 1932 elle passe à la graph. j'époussette. Étymol. et Hist. 1480 espouceter « nettoyer en ôtant la poussière à l'aide d'un plumeau, balai, chiffon » (doc. ds Harvard, s.v. époussette). Dér. du rad. de poussière*; préf. é-*; suff. -eter*. Fréq. abs. littér. : 172.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPOUSSETER, verbe trans.

A.− Nettoyer (avec un plumeau, un chiffon, etc.) pour chasser la poussière, la saleté.
1. [L'obj. désigne ce qui est couvert de poussière, de saleté] Il s'habillait, faisait son lit, balayait sa chambre, époussetait son fauteuil et le dessus de sa commode (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Prom., 1884, p. 944).Il flanquait de grands coups de mouchoir pour épousseter ses souliers (Gide, Isabelle,1911, p. 635).
Emploi abs. Gertrude se mettait à la besogne, cirait, frottait, époussetait, préparait l'humble déjeuner de sa chère maîtresse (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 296).Pour recevoir Jean, la jeune fille avait brossé, ciré, épousseté (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 245).
Emploi pronom. réfl. Pauline s'épousseta, arrangea ses genoux sous sa jupe (Pourrat, Gaspard,1931, p. 86).
P. métaph. ou au fig. Faire disparaître en nettoyant, nettoyer. Épousseter ce tas de systèmes moisis Qui tuaient le scrupule (Hugo, Légende,t. 6, 1883, p. 18).Le maître s'installait en lui, époussetait les coins reculés de son âme (Adam, Enfant Aust.,1902, p. 218).Il est vrai que s'il faut de la place, le patron époussète un coin de la salle de ces consommateurs inopérants (T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p. 208).
a) Spécialement
ARM. ,,Dépouiller (la poudre de guerre, de chasse) du poussier qu'elle contient`` (DG).
MAN. Épousseter un cheval. Le nettoyer après l'avoir étrillé. Il se lève, époussette la jument avec une branche (Martin du G., Devenir,1909, p. 178).
b) P. anal. Le vent de nuit époussetait les aires (Giono, Gd troupeau,1931, p. 28).
2. Au fig., fam., vieilli. [L'obj. désigne une pers.] Battre, rosser. Je vais t'épousseter le nez avec des chiquenaudes (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 462).Moi, les miens, je les ai [les enfants] toujours époussetés avec une baguette (...) : ma sœur aussi, les siens aussi ne sont rossés qu'à la baguette (Frapié, Maternelle,1904, p. 260).
B.− [L'obj. désigne la poussière, la saleté] Ôter ce qui salit, ce qui encombre. Des toiles d'araignées noires qu'on aurait oublié d'épousseter (Estaunié, Empreinte,1896, p. 307).Il faut sortir les beaux habits, les déplier, épousseter la naphtaline (Giono, Colline,1929, p. 190).
P. anal. Ils époussetèrent de la main un peu d'eau qui ruisselait encore sur leur poitrine dure (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 142).
Rem. La docum. atteste a) Épousseté, ée, part. passé, en emploi adj. Qui est nettoyé de sa poussière. Durtal feuilleta, au hasard, les volumes époussetés sur la table (Huysmans, Là-bas, t. 1, 1891, p. 206). P. métaph. La langue était en ordre, auguste, époussetée (Hugo, Contempl., t. 1, 1856, p. 58). b) Épousseteur, euse, subst. Personne qui époussette (cf. Lar. Lang. fr.).
Prononc. et Orth. : [epuste], (j')époussette [epusεt], ou dans le lang. ordinaire (j')épouste, (j')épousterai(s) [epust], [epustə ʀe(ε)]. Cette dernière prononc. est signalée ds Barbeau-Rodhe 1930 et ds Littré qui la juge fautive. Mais Mart. Comment prononce 1913, p. 174 donne en sa faveur un argument de bon sens. Dans les mots de ce type fureter, décolleter, épousseter, fileter dans lesquels on rencontre, en finale, deux [ə] muets de suite pour les formes conjug., ce que le fr. n'admet pas, il vaudrait mieux accueillir la prononc. des gens qui utilisent le plus ces mots. « Le mieux serait que l'Académie acceptât [les graphies] épouster, décolter et furter, et aussi filter, car qui peut dire qu'on filète une vis, quand tous les gens du métier disent qu'on la fil'te? ». Cet auteur précise que les futurs et les cond. avec la prononc. ordinaire sont plus facilement admis parce que leurs [ə] muets sont intérieurs et que le second peut se prononcer ce qui n'est pas le cas dans le présent. Le verbe est admis ds Ac. 1694-1932. Jusqu'en 1878 la forme conjug. s'écrit j'époussète. En 1932 elle passe à la graph. j'époussette. Étymol. et Hist. 1480 espouceter « nettoyer en ôtant la poussière à l'aide d'un plumeau, balai, chiffon » (doc. ds Harvard, s.v. époussette). Dér. du rad. de poussière*; préf. é-*; suff. -eter*. Fréq. abs. littér. : 172.

Wiktionnaire

Verbe

épousseter \e.pus.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Nettoyer, retirer la poussière avec un plumeau, des époussettes, une vergette ou une brosse par exemple.
    • Toujours, lorsqu’il voyait Mme Bavoil, elle priait ; devant ses fourneaux, lorsqu’elle ravaudait, lorsqu’elle époussetait le ménage, lorsqu’elle ouvrait la porte, partout, elle égrenait son rosaire, sans trêve. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • C’était un « melon » qui naturellement, subissait toutes les phases du cabossage et de l’aplatissement. Son possesseur avait beau le retaper, l’épousseter, le placer à distance, une fatalité sournoise voulait que, tout à coup, tantôt l’un, tantôt l’autre des acrobates s’élançât à pieds joints sur lui. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Épousseter un cheval : Le nettoyer avec l’époussette, après l’avoir étrillé.
  2. (Figuré) Épousseter quelqu’un : le battre.
  3. Faire l’époussetage de la poudre de guerre ou de chasse.
  4. (Réfléchi) Se brosser.
    • Va t’épousseter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉPOUSSETER. (J'époussette; nous époussetons.) v. tr.
Nettoyer avec un plumeau ou avec des époussettes. Époussetez les objets de cette étagère. Épousseter un cheval, Le nettoyer avec l'époussette, après l'avoir étrillé.

Littré (1872-1877)

ÉPOUSSETER (é-pou-se-té. Régulièrement, la syllabe sset prend deux t quand la syllabe qui suit est muette : j'époussette, j'époussetterai ; cependant l'Académie, qui ne dit rien sur le présent, écrit, au futur, épousseterai, qu'elle laisse prononcer comme on voudra. La prononciation vulgaire et fautive est j'épouste, et j'épousterai ; cela se trouve aussi dans quelques auteurs : Oui-da, très volontiers, je l'épousterai bien, Molière, l'Étour. IV, 7. Il épouste parfois aussi mon justaucorps, Legrand, Famille extravagante, sc. 11. ) v. a.
  • 1Ôter la poussière avec une vergette, une brosse. Épousseter son habit. Tu rencontres un homme qui, pour épousseter ses habits et faire sa chambre le matin, donne six réaux par jour, avec la liberté de te promener et de te divertir comme un écolier dans les vacances, Lesage, Gil Blas, III, 1.

    Absolument. On n'en finit pas de brosser, d'épousseter, de laver, etc.

    Épousseter un cheval, le brosser après l'avoir étrillé.

  • 2 Fig. Épousseter quelqu'un, le battre. Je l'épousseterai comme il faut. Au reste, pour se venger un peu du poëte qui avait médit de lui, il lui fit épousseter le dos à coups de bâton, Francion, VI, p. 231. L'impératrice de Russie époussette le vicaire de Mahomet, Voltaire, Roi de Prusse, 172.

    Critiquer sans ménagement. La première fois, mon ami, nous épousseterons Michel Vanloo, Diderot, Salon de 1767, Œuvres, t. XIV, p. 30, dans POUGENS.

  • 3Faire l'époussetage de la poudre de guerre ou de chasse.
  • 4S'épousseter, v. réfl. Se brosser. Allez vous épousseter.

HISTORIQUE

XVIe s. Le cheval sera estrillé, espousseté, bouchonné, De Serres, 307. Il s'associa avec Louis XII pour faire la guerre aux Venitiens, que nostre roy espoussetta bien à bon escient, Brantôme, Maximilian, 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « épousseter »

Époussete ; wallon, èpoûseler.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Formé du préfixe é- (du latin ex qui indique l’éloignement), du radical de poussière (pous) et du suffixe -eter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « épousseter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
épousseter epusœte

Évolution historique de l’usage du mot « épousseter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « épousseter »

  • **il suffit souvent d’épousseter les fleurs, les laver est donc inutile et surtout cela gâcherait leur beauté. France Bleu, Salade fleurie
  • Non pas que la réalité soit moins sexy ! Attirante, passionnée, envoutante, la « vraie » archéologie peut l’être tout autant. Loin des budgets pharaoniques de chantiers qui ne le sont pas moins, cet album vous fait pénétrer ce fabuleux métier où on découvre le passé et la grande aventure… un pinceau à épousseter à la main. Geek Junior -, La collection BD « Apprendre en s’amusant » s'étoffe avec de nouvelles séries - Geek Junior -
  • @CANDIDE Oui mais c est un expert pour épousseter les pellicules des costards ... lindependant.fr, Jugé inapte à gouverner par Bolton, son ancien conseiller, Donald Trump contre-attaque - lindependant.fr
  • S’il y a bien quelque chose qui se voit de loin, c’est la taille de l’étiquette. « Plus la liste est longue, moins le produit est bon, introduit Florence Foucaut. Cela sous-entend qu’il y a beaucoup d’additifs, d’exhausteurs de goût, de colorants, donc qu’il est très transformé. » Deuxième information importante : la composition est écrite de manière décroissante, souligne le magazine. Un bon réflexe à prendre est donc de « regarder quel est le premier ingrédient de la liste, car c’est celui qui est majoritaire, reprend-elle. Il faut également voir si ça correspond au produit qu’on veut acheter. Si vous prenez un hachis parmentier et que la viande arrive en cinquième position, c’est assez problématique ! » Si vous n’avez que peu de temps, donc, autant épousseter uniquement le début de la liste. , Fausses promesses, proportions… Cinq astuces pour mieux décrypter les étiquettes alimentaires
  • Je dois aussi trouver la facture de mes lunettes de soleil. Si je me souviens bien, les verres abîmés sont garantis. Et quoi encore? Il faudrait bien que j’envoie mon bracelet artisanal reçu en cadeau en réparation plutôt que de le prendre dans mes mains seulement quand vient le temps d’épousseter ma commode. Le Reflet, Ça n'arrête jamais - Le Reflet
  • Si vous avez un plumeau à la main aujourd’hui, profitez-en pour épousseter vos dossiers, dépoussiérer les affaires financières. Les retards s’accumulent, les factures se cumulent, n’est-il pas temps d’éponger les dettes ? Par chance, les planètes vous donnent un coup de pouce en augurant d’une rentrée d’argent imminente. Côté cœur, si la guerre était déclarée, l’armistice a sonné. Vous souhaitez encore plus de prévisions ? L'horoscope de la semaine du Gémeaux vous offre une vision complète de vos énergies. Femme Actuelle, Horoscope du mercredi 24 juin 2020 par Marc Angel : Femme Actuelle Le MAG

Traductions du mot « épousseter »

Langue Traduction
Anglais dust
Espagnol polvo
Italien polvere
Allemand staub
Chinois 灰尘
Arabe غبار
Portugais poeira
Russe пыль
Japonais ほこり
Basque hautsa
Corse polvera
Source : Google Translate API

Synonymes de « épousseter »

Source : synonymes de épousseter sur lebonsynonyme.fr
Partager