La langue française

Éponge

Définitions du mot « éponge »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPONGE1, subst. fém.

A.− Animal.
1. Usuel. Animal marin, primitivement considéré comme zoophyte ou plante, fixé, de forme irrégulière et dont le squelette est léger, poreux et spongieux. Pêcheur d'éponges; les éponges flottent dans la mer; des bancs d'éponges et de corail : culture de l'éponge en parc, synon. spongiculture. Les éponges les plus réputées sont pêchées dans l'archipel grec (Lar. Méd.t. 11971).
2. En partic., zool. Animal de l'embranchement des spongiaires. Éponges calcaires; éponges siliceuses; éponges hexactinelles ou hexactinellides. Études des éponges, des polypes et des holoturies (d'apr. Zool.,t. 1, 1963, p. 441, 463 [Encyclop. de la Pléiade]).
B.− P. méton., usuel
1. Substance légère et poreuse provenant des animaux appartenant à l'ordre des spongiaires (cf. supra A 2) qui est employée pour différents usages à cause de sa capacité d'absorption et de rejet, à la pression, des liquides; objet fait de cette substance. Éponges animales; éponges naturelles; fines éponges; éponges de toilette; mou comme une éponge :
1. À quoi penses-tu? dit la grand-mère en s'asseyant, fatiguée, une éponge à la main. Elle faisait elle-même la toilette du petit garçon... Drieu La Roch., Rêv. bourg.,1939, p. 119.
2. Lartois la força à se lever, la conduisit à la salle de bains et, d'une éponge, il essuya lui-même le sang dont elle était couverte. Druon, Gdes fam.,t. 1, 1948, p. 192.
SYNT. Donner des coups d'éponges, passer une éponge sur le tableau noir pour l'effacer; passer une éponge imbibée d'eau sur une toile cirée, un marbre, pour enlever les taches et salissures; éponge pressée; rafraîchir qqn avec une éponge humidifiée ou à demi-mouillée.
2. [P. anal.]
a) [de forme et de fonction] P. ext., mod. Objet analogue constitué de diverses matières. Éponges végétales, synthétiques, de/en caoutchouc, en mousse de nylon, en papier traité; laver un cheval, la carrosserie d'une voiture avec une éponge. Venaient alors les frissons du matin frais, l'eau, l'éponge et la cuvette (Duhamel, Jard. bêtes sauv.,1934, p. 52).Touchant de la tête les balais ou les éponges qui pendaient du plafond (Simenon, Vac. Maigret,1948, p. 149).
Rem. Les énoncés réduits, ex. et syntagmes de 1 et 2 a sont gén. interchangeables.
Spéc. Éponge métallique. Objet fait de fils métalliques retordus utilisé pour nettoyer par frottement sur une surface (cf. Davau-Cohen, 1972).
b) [P. anal. de forme, et parfois de fonction] Matière spongieuse.
P. appos. Tissu(-)éponge. Tissu de coton dont les fils dressés ont un grand pouvoir absorbant, et utilisé de ce fait pour le linge de toilette, de bain et de plage. Serviette-éponge, peignoir-éponge. Faits dans un tel tissu. Elle me frotte le dos et le ventre avec d'impeccables serviettes éponge épaisses comme des tapis (H. Bazin, Vipère,1948, p. 211).De l'eau chaude, du vrai savon, des peignoirs en tissu éponge (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 86):
3. ... Cocteau avait posé pour lui dans cette série, en peignoir de bain ou en péplum éponge, ce qui est tout comme, ... Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 186.
MÉTALL. Éponge (ou mousse) de platine, de fer. État caverneux, spongieux, de ces métaux réduits mais non fondus. L'éponge de fer sert à l'élaboration d'aciers de qualité (Bader-Th.1962).
CHIR. Éponge de gélatine. Matière hémostatique poreuse obtenue en chauffant une solution de gélatine formolée imbibée de thrombine (d'apr. Méd. Biol. t. 2 1971).
3. Emplois et loc. fig.
a) Loc. usuelles
Boire comme une éponge, avoir une éponge dans le gosier. Boire plus que de raison.
Rem. Attesté ds Hautel t. 1 et 2 1808, Bél. 1957.
Presser l'éponge (fam.). Tirer de quelqu'un tout ce que l'on peut. Ces gens-là ont trop pris, ils sont trop riches, il faut presser l'éponge (Ac.1835, 1878).
Passer l'éponge sur (qqc. de blâmable). Le pardonner, n'en plus parler. Passer l'éponge sur un incident, sur le passé, sur une faute, un défaut... On a décidé de passer l'éponge sur ce qu'ils appellent « mon moment d'égarement » (Céline, Voyage,1932, p. 85).Il voulait bien tolérer certains vices du régime, passer l'éponge sur certains scandales parlementaires (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 296).Il leva la tête d'un geste vif qui « passait l'éponge » balayait tout commentaire sur l'incident (Gracq, Syrtes,1951, p. 127).
b) Arg. et pop.
α) Au sing. ou au plur.
[En parlant d'une femme entretenue] Tiens que je te fasse voir mon éponge (Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 84).
Rem. Attesté ds Macr. 1883, Larch. Suppl. 1880, Delvau 1883, France 1907, La Rue 1954, Esn. 1966.
Éponge d'or. Avoué.
Rem. Attesté ds Michel 1856, Larch. 1880, Delvau 1883, La Rue 1954, Esn. 1966.
β) Au plur. Avoir les éponges mitées (ou bouffées aux mites). Être tuberculeux.
Rem. Attesté ds Esn. 1966, Le Breton 1960, Le Breton Argot 1975, Riv.-Car. 1969, Sandry-Carr. 1963.
c) Dans le domaine de la boxe.Jeter l'éponge. [En parlant du manager d'un boxeur] Jeter dans le ring une serviette éponge de soigneur pour signifier que son boxeur abandonne. P. ext. [En parlant du boxeur] Abandonner. Max Baer jette l'éponge, face à Marciano, à 15 secondes de la fin du dernier round (Paris-Match,13 janv. 1968p. 8, col. 1).
Rem. Attesté ds Esn. 1966, Riv.-Car. 1969.
Prononc. et Orth. : [epɔ ̃:ʒ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1220 agn. espoigne (La Petite Philosophie, éd. W. H. Trethewey ds FEW t. 12, p. 207a); 1249-72 espoinge « substance poreuse provenant d'un zoophyte marin qui absorbe les liquides » ici employé comme « compresse, emplâtre » (Moamin et Ghatrif, II, 34, 4; IV, 26, 2 ds T.-L.); xiiies. [ms.] esponge de mer (Traduction de la Chirurgie de Roger de Parme ds Romania, t.32, p. 81); 2. 1701 bot. (Fur., s.v. bedegar); 3. 1860 éponge de platine (Bernard, Notes, p. 71). Du lat. vulg. *sponga, class. spongia (d'où l'agn. espoigne), gr. σ π ο γ γ ι α ́ lui-même dér. de σ π ο ́ γ γ ο ς « éponge »; *sponga pourrait s'expliquer par un nouveau contact avec le gr. σ π ο ́ γ γ ο ς à la suite du commerce des éponges, venues surtout des Îles grecques, à Marseille (cf. FEW t. 12, 208b-209a). Fréq. abs. littér. : 424. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 303; b) 643; xxes. : a) 932, b) 638. Bbg. Jourjon (A.). Rem. lexicogr. R. de Philol. fr. et de Litt. 1915-1916, t. 29, p. 62. − Quem. DDL t. 1. − Rog. 1965, p. 74.

ÉPONGE2, subst. fém.

A.− TECHNOL. (plomberie). Châssis formant le bord d'une table à couler le plomb.
Rem. Attesté ds Chabat t. 1 1875 et Mots rares 1965.
B.− VÉN., ART VÉTÉR. Rebord de chaque branche libre d'un fer à cheval ou du dessous du pied d'un cerf, d'un chevreuil. Un fer à éponges amincies.
Rem. Attesté ds Nysten 1824, Mots rares 1965 et St-Riquier-Delp. 1975.
P. méton. Tumeur au coude d'un cheval causée par le frottement du fer à cheval lorsque l'animal est couché jambes repliées.
Rem. Attesté ds Privat-Foc. 1870, Littré-Robin 1858, Mots rares 1965 et St-Riquier-Delp. 1975.
Prononc. et Orth. : [epɔ ̃:ʒ]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1. 1528 [éd.] « planche latérale d'un lit » esponge du lict (Perceforest, vol. III, ch. 5 ds Gdf.); 1676 esponges « châssis formant le bord de la table sur laquelle on coule le plomb en nappes » (Félibien Dict., p. 580); 2. 1678 terme de manège éponge du fer du cheval (Guillet, Les Arts de l'homme d'épée, 1repart., p. 104). Altération sous l'infl. de éponge1*, de l'a. fr. esponde « planche qui forme le bord du lit » (xies., Raschi, Gloses, éd. Darmesteter-Blondheim, no421, p. 56; xiies. ds T.-L.), du lat. impérial sponda « bois du lit » (cf. aussi FEW t. 12, 206a).

Wiktionnaire

Nom commun 1

éponge \e.pɔ̃ʒ\ féminin

  1. Groupe d’animaux invertébrés marins dont le corps fournit une substance poreuse qui a la propriété d’absorber les liquides.
    • Ronaldo Francini Filho décrit les éponges, les coraux, les rhodolithes – nodules ou concrétions calcaires issues d’algues calcifiées – qui parsèment le fond. Celui-ci est, la plupart du temps, constitué de petites dunes de sable formées et déformées par les courants, forts et nombreux dans ces eaux agitées par le flux de l’Amazone, un débit de 300 000 m3 par seconde qui entraîne les sédiments du fleuve jusqu’à plusieurs centaines de kilomètres dans la mer.— (Rémi Barroux, Un improbable récif corallien au large de l’Amazone Le Monde du 20 mars 2017)
  2. (Par métonymie)
    1. Objet spongieux destiné au nettoyage, initialement fabriqué à partir de l’animal du même nom, à présent à partir de cellulose ou de matières plastiques.
      • La Malabaraise prit une large éponge à la main, et la passa dans les doux cheveux d’or de Chrysis, tout chargés d’eau et qui ruisselaient en arrière ; elle les sécha, les éparpilla, les agita moelleusement, et plongeant l’éponge dans une jarre d’huile, elle en caressa jusqu’au cou sa maîtresse. — (Pierre Louÿs, Aphrodite, Mercure de France, Paris, 1896)
      • Au loin, il y avait de ces champignons qui érigent un gland glueux de pus verdâtre ou qui s’affaissent, flasques, comme des éponges pourries aux puanteurs de charognes. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    2. (Par extension) Matériau capable d’en absorber un autre.
      • Éponge à proton.
  3. (Figuré) (Par analogie) (Argot) (Populaire) Poumon.
    • S’il me restait un centimètre cube d’air dans les éponges, je sifflerais d’admiration. — (San-Antonio, Bas les pattes!, Éditions Fleuve noir, 1954, chapitre XVI)
    • Puis, calmement, il inspira à s’en faire péter les éponges et expira lentement, comme un Bombard qui se dégonfle. — (Luc Baranger, Maria chape de haine, Baleine, 2010, chapitre I)
  4. (Figuré) (Péjoratif) Personne aux prises avec un problème d’alcool.
    • Ce type, il buvait deux bouteilles de rye par jour et elle s’est dit qu’elle allait lui faire passer ça avant de l’épouser. Elle disait qu’elle voulait pas coucher avec une éponge. — (Peter Cheyney, Les femmes s’en balancent, traduction de Michelle et Boris Vian, Gallimard, 1949, page 124)
  5. (Figuré) (Par analogie) Personne qui absorbe des connaissances, des émotions.
    • Car même si on les protège autant qu’on peut, les enfants sont des éponges émotionnelles. Qui sentent l’inquiétude des parents, l’angoisse de l’incertitude, ne serait-ce que par une expression sur le visage, une attitude différente, des tensions dans la voix. — (Yoanna Sultan-R'bibo, Une cabane dans mon salon ou pourquoi les enfants confinés construisent-ils des cachettes ?, Le Monde. Mis en ligne le 26 mars 2020)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉPONGE. n. f.
Substance légère et élastique, provenant d'un zoophyte marin, qu'on trouve adhérente aux rochers dans la mer et dont la substance, grâce à sa porosité, absorbe les liquides dans lesquels on la plonge. Grosse éponge. Éponge fine. L'humidité a fait gonfler cette éponge. Pêcheurs d'éponges. Par analogie et par apposition, Tissu éponge, Tissu qui absorbe l'eau. Passer l'éponge sur quelque chose de peint ou d'écrit, L'effacer. Fig., Passer l'éponge sur quelque action, sur quelque faute, etc., En effacer le souvenir, l'oublier, n'en plus parler. Fig., Boire comme une éponge. Voyez BOIRE. Fig. et fam., Presser l'éponge, Tirer d'un pays mis à contribution ou d'une personne tout ce qu'il est possible de s'approprier. En termes de Zoologie, il se dit du Zoophyte qui produit l'éponge.

Littré (1872-1877)

ÉPONGE (é-pon-j') s. f.
  • 1Substance provenant d'un zoophyte marin, très légère et poreuse, qui absorbe tous les liquides dans lesquels on la plonge. Pêcheur d'éponges. Nettoyer avec une éponge. Ce drap boit l'eau comme une éponge.

    Familièrement. Boire comme une éponge, boire beaucoup. Ragotin fit tout à fait bien les honneurs de sa maison et but comme une éponge, Scarron, Rom. com. II, 15.

    Avoir une éponge dans le gosier, dans l'estomac, être grand buveur.

    Passer l'éponge, effacer avec l'éponge. Passer l'éponge sur un tableau.

    Fig. Passer l'éponge sur quelque faute, la pardonner, n'en plus parler. Sur les noires couleurs d'un si triste tableau Il faut passer l'éponge ou tirer le rideau, Corneille, Rodog. II, 3. L'oubli, comme une éponge, a passé dessus, Bossuet, Égl. 1. L'éponge était passée [sur la conduite de Vendôme à Audenarde], l'oisiveté réelle de Mons en Puelle, ignorée, Saint-Simon, 209, 67. Ces préceptes n'avaient qu'une bonté relative, ce qui est l'éponge de toutes les difficultés qu'on peut faire sur les lois de Moyse, Montesquieu, Esp. XIX, 21.

    Presser l'éponge, mettre à contribution ; extorquer de quelqu'un tout ce qu'il est possible d'en tirer. Cette veuve, je crois, ne serait point cruelle, Ce serait une éponge à presser au besoin, Regnard, le Joueur, I, 6.

  • 2 Terme de zoologie. Le zoophyte lui-même. Genre d'animaux invertébré des l'embranchement des rayonnés.
  • 3 Terme de chasse. Le talon de la bête.
  • 4 Terme d'hippiatrique. Tumeur molle qui se développe à la pointe du coude, chez les chevaux, et qui est causée par des contusions répétées d'un pied contre l'autre.
  • 5 Terme de botanique. Éponge d'églantier, protubérance des rosiers vulgairement nommée bédégar.
  • 6 Terme de chimie. Éponge ou mousse de platine, platine spongieux, provenant de la décomposition, par le feu, du chlorure de platine ammoniacal, et qui a la propriété d'enflammer un courant d'hydrogène.

HISTORIQUE

XVIe s. Il fera rendre gorge à ces esponges, et larrons des deniers publics, Sat. Mén. p. 177. L'on trempe un esponge femele (car telle est plus lisse et douce pour son egalité que l'esponge masle) en ladite decoction chaude, Paré, XXV, 29. Par eslargir et par presser on voit l'esponge boire et plouvoir, Génin, Récréat. t. II, p. 246.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éponge »

(Nom 1) Du latin spongia via le latin populaire *sponga.
(Nom 2) Altération de l'ancien français esponde, « planche qui forme le bord du lit », dérivé du latin sponda, « bois du lit ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. esponja, esponga ; espagn. esponja ; ital. spugna ; du latin spongia ; gec, σπόγγος.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « éponge »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éponge epɔ̃ʒ

Évolution historique de l’usage du mot « éponge »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éponge »

  • Bon, on est d’accord, on en utilise tous, et on a survécu, mais l’avantage d’une éponge de récup’, c’est qu’on peut la laver en machine. , Quelle alternative à l'éponge synthétique ? | C'est à Cherbourg
  • Notre cerveau est une éponge qui s’imbibe de suggestions. De Francis Picabia / Jésus-Christ rastaquouère
  • Oubli : une éponge qu'on ne trouve jamais quand on en a besoin. De Pierre Véron / Le Carnaval du dictionnaire
  • L'éponge absorbe, mais il faut la presser pour qu'elle s'exprime. De Proverbe allemand
  • Nous, les acteurs, ne sommes que des éponges. De Daniel Auteuil / Le Parisien - Juin 1991
  • L’océan serait-il beaucoup plus profond s’il n’y avait pas les éponges ? De Anonyme / increvables.com
  • Quand on passe l'éponge, on n'éponge pas la mémoire. De Pierre Perret
  • Le théâtre est un grand tableau noir où la craie sert d’éponge et l’éponge de craie. De Olivier Py / Les Mille et une définitions du théâtre
  • Les trésoriers sont les éponges du roi. De Proverbe français
  • Ce ne serait pas si mal la réincarnation si je pouvais revivre comme éponge ! De Woody Allen
  • Les gens sobres sont la réincarnation de chameaux, alors que les alcooliques sont la réincarnation d’éponges de mer. De Professeur Choron / Tout s’éclaire !
  • Je suis une éponge. Si quelque chose me plaît, je me l'approprie. De Ben Harper / L’Express - 27 février 2003
  • Le bonheur, c’est jamais complet, c’est une éponge douce avec toujours un côté qui gratte. De Michèle Bernier / Le Petit Livre de Michèle Bernier
  • Songe à jeter l'éponge, prend ce mouchoir, essuie tes joues, apprécie l'air qui se joue. De Oxmo Puccino
  • - Comment, recevant l’eau d’une quantité énorme de fleuves, la Méditerranée ne déborde pas ? - Le Providence a prévu cette catastrophe et a mis des éponges dans la mer. De Alphonse Allais / A se tordre
  • Depuis la mollesse d'une éponge mouillée jusqu'à la dureté d'une pierre ponce, il y a des nuances infinies. Voilà l'homme. De Honoré de Balzac / La peau de chagrin
  • Marseille : éponge écologique et savon solide pour... LaProvence.com, Économie | Marseille : éponge écologique et savon solide pour Anotherway | La Provence
  • En 2003, alors que le succès d’un lombax mécanicien, d’un raton-laveur cambrioleur ou d’un homme aux longues oreilles n’était plus à prouver, une petite éponge jaune se frayait un chemin dans le genre plate-forme avec des titres jugés pour la plupart très sympathiques, et totalement en phase avec l’époque. Aujourd’hui, c’est Bataille pour Bikini Bottom qui bénéfice d’un petit arrosage pour revenir, dix-sept ans plus tard, sur nos consoles actuelles ; et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette version réhydratée est une sacrée prise ! Jeuxvideo.com, Test de Bob l'Eponge : Bataille pour Bikini Bottom : Réhydraté par jeuxvideo.com
  • De guerre lasse, peut-être, de crainte d’essuyer une douche écossaise, pour éviter l’exacerbation de la crise, ou pour ne pas cautionner une démarche “contraire à ses convictions”, selon ses arguments, Ali Laskri, membre de l’instance présidentielle du FFS, préfère jeter l’éponge en décidant de ne pas participer à ce congrès. http://www.liberte-algerie.com/, Ali Laskri jette l’éponge : Toute l'actualité sur liberte-algerie.com

Traductions du mot « éponge »

Langue Traduction
Anglais sponge
Espagnol esponja
Italien spugna
Allemand schwamm
Chinois 海绵
Arabe الاسفنج
Portugais esponja
Russe губка
Japonais スポンジ
Basque sponge
Corse spugna
Source : Google Translate API

Synonymes de « éponge »

Source : synonymes de éponge sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « éponge »

Éponge

Retour au sommaire ➦

Partager