La langue française

Envoûtant

Définitions du mot « envoûtant »

Trésor de la Langue Française informatisé

ENVOÛTER, verbe trans.

A.− OCCULT. Exercer à distance une influence maléfique sur une personne par l'intermédiaire le plus souvent d'une figurine à son effigie ou d'une autre représentation symbolique. (Quasi-)synon. charmer, enchanter, ensorceler, jeter un sort à :
Il se plaint de coups d'aiguilles du côté du cœur. (...) c'est un état de dépérissement inexplicable pour un homme qui n'est ni cancéreux ni diabétique. − Ah çà, je suppose, dit Carhaix, qu'on n'envoûte plus les personnes avec des images de cire et des épingles, avec la « Manie » ou la « Dagyde », comme cela s'appelait, au bon vieux temps? Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 68.
Emploi abs. Il y avait une heure que Mérodack envoûtait; un tremblement l'agitait de la nuque au talon, il pesa sur la tête, l'aplatissant (Péladan, Vice supr.,1884, p. 280).Je livre la clef des kabbales, J'ai des philtres qui font mourir. Pour forcer à l'amour, j'envoûte (Apoll., Casanova,1918, II, p. 991).Les poses d'une femme qui envoûte, qui enfonce une épingle dans une figurine de cire (Cocteau, Enf. terr.,1929, p. 172).
B.− Au fig. [Le suj. désigne une pers. ou un inanimé abstr.] Exercer un ascendant proche de la fascination sur la volonté, l'esprit, les sentiments. (Quasi-)synon. captiver, ensorceler, fasciner.Au cours d'un séjour à Paris, il lui arriva d'envoûter, par ce don de parole et son idéalisme, une vieille fille de bonne bourgeoisie (Tharaud, Cruelle Esp.,1937, p. 60).
Emploi abs. L'espace est franchi qui sépare la fantaisie à laquelle on ne croit pas de la poésie qui envoûte (Brasillach, Corneille,1938, p. 258).L'acte d'écrire se trouve donc lié à plusieurs contraintes : intriguer, exprimer, envoûter. Envoûtement que nul ne nous enseigne (Cocteau, Diff. d'être,1947, p. 181).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Le part. prés. envoûtant, ante, en emploi adj. [Correspond à envoûter B] Qui exerce un ascendant. Ce sont, malgré tout, d'envoûtantes satisfactions esthétiques (Gds cour. pensée math., 1948, p. 437). b) Le part. passé envoûté, ée, en emploi subst. Celui, celle qui est sous l'effet d'un envoûtement. Et qu'est-ce qu'il raconte ce manuel à l'usage des possédés? Tiens, il renferme des adjurations bizarres. En voici pour les énergumènes et les envoûtés (Huysmans, Là-bas, t. 1, 1891, p. 156).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃vute], (j')envoûte [ɑ ̃vut]. Ds Ac. 1798-1932. Étymol. et Hist. Ca 1200 (G. de Douai, Jérusalem, 5527 ds T.-L.). Dér. de l'a. fr. volt, vout « visages, traits » (cf. xiies. ds Gdf.), du lat. class. vultus « visage, physionomie »; préf. en-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 64. Bbg. Pauli 1921, pp. 96-97.

Wiktionnaire

Forme de verbe

envoûtant \ɑ̃.vu.tɑ̃\

  1. Participe présent du verbe envoûter.

Adjectif

envoûtant \ɑ̃.vu.tɑ̃\

  1. Qui envoûte.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENVOÛTER. v. tr.
Piquer, déchirer, brûler en effigie une personne en prononçant certaines paroles ou en faisant certaines cérémonies, dans la persuasion qu'elle souffrira les mêmes maux. Au sens figuré,

ENVOÛTÉ signifie Entièrement possédé, dominé, subjugué par une personne que l'on aime.

Phonétique du mot « envoûtant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
envoûtant ɑ̃vutɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « envoûtant »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « envoûtant »

  • Voler est envoûtant et tous les pilotes sont des victimes consentantes. De Anonyme
  • La douleur distille des vers envoûtants et des sentences d'outre-tombe. De Marc Gendron / Titre à suivre
  • En toute hypothèse - qu'elle soit ou non manipulatrice ici ou là - nul ne niera le pouvoir envoûtant de l'image qui nous envahit. De François Dagonnet / Les dossiers de l’Audiovisuel
  • La magie des livres est une drogue, un sortilège, une échappatoire, aussi puissante, aussi envoûtante que le Pays imaginaire de Peter Pan. De Tatiana de Rosnay / Manderley for ever
  • La musique est infiniment plus grande et plus riche que ce que notre société veut qu’elle soit : elle n’est pas seulement belle, émouvante, envoûtante, réconfortante ou passionnée, même si, à l’occasion, elle peut être tout cela. La musique est une partie essentielle de la dimension physique de l’esprit humain. De Daniel Barenboïm / La musique est un tout, 2014
  • Pour inaugurer la nouvelle maquette de leur collection de poche, « Titres », les éditions Christian Bourgois publient trois livres, les Saisons, de Maurice Pons (nous y reviendrons), l’envoûtant l’Un l’autre, de Peter Stamm, et Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, de Georges Perec. Paru en 1975 dans la revue Cause commune, dont Perec était l’un des animateurs, ce texte vise à décrire « ce qui se passe quand il ne se passe rien, sinon du temps, des gens, des voitures et des nuages ». Entre le 18 et le 20 octobre 1974, l’auteur des Choses et de la Disparition s’est installé dans les trois cafés de la place Saint-Sulpice, à Paris (il n’en reste qu’un). Déjà membre de l’Oulipo, il écrit, avec la contrainte, les listes, les nombres (les numéros des bus). Notant scrupuleusement le jour, l’heure, le lieu et le temps qu’il fait, il observe le ballet des corps, le mouvement perpétuel des voitures, le flux des poussettes et des cabas à roulettes. Plus de quarante ans après sa parution, le texte fonctionne comme un Je me souviens : l’ovale vert du roquefort Société, les contractuelles appelées aubergines, la peinture Ripolin… Essentiel. S. J. L'Humanité, Réédition/Perec, inventaire | L'Humanité
  • Lilou est une jeune fille de 16 ans. Depuis toute petite, elle idolâtre son père et le porte en héros dans toutes les situations. Un jour, sa mère est hospitalisée à cause d’un cancer. Et petit à petit, son père commence à la restreindre dans ses libertés en commençant par lui interdire toute visite au chevet de sa maman. « Elle est trop fragile » lui dit-il. Au fur et à mesure, Lilou va comprendre qui est réellement ce père envoûtant mais sans empathie, égocentrique et manipulateur. Le Telegramme, Sous l’emprise d’un père manipulateur - A lire - Le Télégramme

Traductions du mot « envoûtant »

Langue Traduction
Anglais bewitching
Espagnol fascinante
Italien affascinante
Allemand bezaubernd
Chinois 迷人
Arabe خلاب
Portugais encantador
Russe чарующий
Japonais 妖艶
Basque bewitching
Corse abbattimentu
Source : Google Translate API

Synonymes de « envoûtant »

Source : synonymes de envoûtant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « envoûtant »

Envoûtant

Retour au sommaire ➦

Partager