Entonner : définition de entonner


Entonner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ENTONNER1, verbe trans.

A.− Emploi trans.
1. Verser un liquide dans un tonneau, mettre en tonneau. Entonner de la bière. Un paysan reconnaît un Dieu dans le blé qu'il engerbe dans sa grange, et dans le vin qu'il entonne dans sa cave (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 132).
P. métaph. Cette douce personne en profita pour lui entonner l'huile dans le gosier (H. Bazin, Vipère,1948, p. 53).
2. Vieilli, fam. Boire sans retenue. L'hôte, un ivrogne, entonne son cinquième petit verre (Taine, Notes Paris,1867, p. 237).Des mariniers en caban qui buvaient debout, mangeaient sur le pouce, les joues pleines, s'empiffraient, entonnaient (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 252).
Expr. Entonner à même. Boire au goulot. Entonner comme un chantre. ,,Boire énormément`` (Rigaud, Dict. jargon paris., 1878, p. 134).
B.− Emploi pronom. réfl. à sens passif. S'engouffrer avec impétuosité. Le vent s'entonne dans cette cheminée (Ac.).À quelques toises de la caverne où s'entonne le Rhône (Arnoux, Rhône,1944, p. 68).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Entonnement, subst. masc. ,,Mise en levain`` (Duval 1959). Une température d'entonnement trop élevée (Boullanger, Malt., brass., 1934, p. 507). b) Entonneur, subst. masc., pop. Buveur. Le plus fort entonneur de bière (Delesalle, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., 1896, p. 106).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃tɔne], (j')entonne [ɑ ̃tɔn]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1215 (R. de Houdenc, Eles, 559 ds T.-L.). Dér. de tonne*; préf. en-*; dés. -er. Bbg. Quem. 2es. t. 1 1970.

ENTONNER2, verbe trans.

A.− Commencer à chanter en donnant les premières notes aux autres chanteurs (cf. Rougnon 1935, p. 47).
B.− P. ext. Se mettre à chanter. Entonner une chanson, un refrain; entonner l'antienne*; entonner à tuetête. Le ténor entonne à pleine voix : Victoire! (D'Indy, Compos. mus.,t. 1, 1897-1900, p. 197):
La maîtrise de Saint-Séverin entonnait cette merveille du plain-chant, le Credo. Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 50.
P. anal. [Le suj. désigne un ou plusieurs instruments de musique] Commencer à jouer. Entonner une valse. La musique − quatre cuivres et un tambour − entonne une rumba célèbre (T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p. 206).
C.− Au fig. (cf. chanter II B).Entonner l'éloge, la louange, les louanges de qqn. Le célébrer. Le Grand des grands a fait les grands et les petits, entonnait Bérulle dans sa dédicace à Marie de Médicis... (Bremond, Hist. sent. relig.,t. 3, 1921, p. 538).J'espérais, ce soir, entonner un alleluia, célébrer ma solitude, ma conquête (Duhamel, Journal Salav.,1927, p. 106).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. masc. entonnement avec le sens fig. de « chant ». C'est un entonnement d'hosannas sur son hôtel et toutes les choses de son hôtel (Goncourt, Journal, 1867, p. 348).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃tɔne], (j')entonne [ɑ ̃tɔn]. Enq. : /ãton/ (il) entonne. Ds Ac. 1718-1932. Étymol. et Hist. Ca 1190 (Renart, éd. Martin, XII, 867). Dér. de ton*; préf. en-*; dés. -er.
STAT. − Entonner1 et 2. Fréq. abs. littér. : 396. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 611, b) 482; xxes. : a) 832, b) 399.
BBG. − Bruneau (Ch.). Romania. 1927, t. 53, p. 233.

Entonner : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

entonner transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Mettre un air sur le ton.
    • Entonner les notes.
    • Entonner un air.
    • (Absolument) Bien, mal entonner.
  2. Chanter le commencement, les premières paroles d’une hymne, d’un psaume, d’une antienne, d’un air, etc.
    • En effet, l’anachorète et son commensal entonnaient, en donnant toute l’extension possible à leurs puissants poumons, une vieille chanson bachique. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Heureux comme un prince, il s’engagea dans le bois par le sentier de la Côte se tenant à quatre pour ne pas entonner son refrain favori. — (Louis Pergaud, L’Argument décisif, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les chanteuses, d'une voix chevrotante, entonnent une étrange mélopée: « Nous célébrons une fête pour nos seigneurs les esprits … ». — (Out-el-Kouloub, Nazira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", Édition Corrêa, 1940)
    • Un vieillard aux cheveux gris, le gardien de nuit, entonna une vieille chanson qu'aimaient chanter, avant la révolution, les gars de l'usine française, à Tsaritsyne. — (Vassili Grossman, Vie et destin, traduction de Alexis Berelowitch, L’Âge d'Homme, 1995)
    • À Scionzier, en août 1852, l'altercation se déroule dans l'auberge, […]. Quatre jeunes gens, tous fabricants de pignons de montre, entonnent « La République en Savoie règnera » au nez des carabiniers présents dans la salle. — (Sylvain Milbach, L'éveil politique de la Savoie: Conflits ordinaires et rivalités nouvelles (1848-1853), Presses universitaires de Rennes, 2008)

Verbe 2

entonner transitif

  1. Verser un liquide dans un tonneau.
    • Entonner du vin, du cidre, du vinaigre, etc.
    • Il faut prendre garde que les futailles soient bonnes avant que d’y entonner le vin.
    • — On n’apprend qu’en s’amusant, répondis-je. L’art d’enseigner n’est que l’art d’éveiller la curiosité des jeunes âmes pour la satisfaire ensuite, et la curiosité n’est vive et saine que dans les esprits heureux. Les connaissances qu’on entonne de force dans les intelligences les bouchent et les étouffent. Pour digérer le savoir, il faut l’avoir avalé avec appétit. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 171.)
  2. (Figuré) Pénétrer, s’engouffrer avec impétuosité.
    • Le vent s’entonne dans cette cheminée.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Entonner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENTONNER. v. tr.
Verser un liquide dans un tonneau. Entonner du vin, du cidre, du vinaigre, etc. Il faut prendre garde que les futailles soient bonnes avant que d'y entonner le vin. Fig., Le vent s'entonne dans cette cheminée, Il y pénètre, il s'y engouffre avec impétuosité.

Entonner : définition du Littré (1872-1877)

ENTONNER (an-to-né) v. a.
  • 1Verser une liqueur dans un tonneau.
  • 2 Fig. et absolument. Il entonne bien, il boit bien. La gorge… à force d'entonner se trouve un peu gâtée, Chaulieu, Seconde réponse à M. Genest.
  • 3S'entonner, v. réfl. S'engouffrer avec impétuosité dans un lieu étroit. Le vent s'entonne dans la vallée. S'entonnant dans les tuyaux de cheminée, Descartes, Météor. 7.

HISTORIQUE

XIIIe s. Tant en entonent par la goule, Rutebeuf, 33. Le vent s'entonne en la voile, Joinville, p. 24, dans LACURNE.

XVIe s. Une creuse coquille Retorse par le bout et large que souvent Ainsi qu'un flageolet il entonne de vent : Il n'a si tost dedans entonné son haleine, Que…, Ronsard, 849. Lors le sortant du tout de la cuve pour l'entonner, De Serres, 215.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Entonner : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ENTONNER, v. act. en Musique, c’est former juste avec la voix les sons & les intervalles que l’on s’est proposé. Les consonances simples & les petits intervalles sont faciles à entonner ; mais il y a plus de difficulté à entonner de grands intervalles, sur-tout quand ils sont dissonans, parce qu’alors la glotte se modifie selon des rapports plus grands & plus composés.

Entonner est encore commencer le chant d’une hymne, d’un pseaume, d’une antienne, pour en donner le ton à tout le chœur. (S)

Entonner, terme d’économie rustique, de marchand de vin & de brasseur, c’est remplir les tonneaux de vin ou de bierre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « entonner »

Étymologie de entonner - Littré

En 1, et tonne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de entonner - Wiktionnaire

(Verbe 1) (Siècle à préciser) Dérivé de ton avec le préfixe en- et le suffixe -er → voir détonner et tonner
(Verbe 2) (Siècle à préciser) Dérivé de tonne avec le préfixe en- et le suffixe -er → voir tonneau
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « entonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
entonner ɑ̃tɔne play_arrow

Conjugaison du verbe « entonner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe entonner

Évolution historique de l’usage du mot « entonner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « entonner »

  • Plusieurs conseils de quartiers du secteur du Pin à Agen jusqu'à la route de Toulouse et la Salève se sont réunis lundi soir autour de la statue de la Marseillaise au square Jules-Ferry pour entonner le chant patriotique et redonner courage et espoir dans cette crise sanitaire sans précédent. petitbleu.fr, "Aux armes citoyens !" dans la lutte contre le Covid - petitbleu.fr
  • EN DEUX MOTS  Faut-il tordre le cou à la vérité historique pour entonner un hymne aux droits de l’homme ? Atlantico.fr, "Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent | Atlantico.fr
  • Inauguré en 1966, le stade Vicente Calderón a accueilli son dernier match en 2017. Au cours de ces années, l’Atlético de Madrid aurait pu entonner sans problème la Marseillaise. En effet, de nombreux Français ont porté le maillot rouge et blanc, certains même de père en fils ! Ainsi, et sans les énumérer tous, les supporters des deux côtés des Pyrénées pourraient citer Jean-François Larios, Jean-François Hernández, ainsi que, plus tard ses enfants Lucas et Theo, Peter Luccin, Sinama-Pongolle, Grégory Coupet, Josuha Guilavogui, Antoine Griezmann, Kevin Gameiro ou Thomas Lemar. , Le Stade Vicente Calderon est mort, vive le quartier Mahou-Calderon ! | lepetitjournal.com

Traductions du mot « entonner »

Langue Traduction
Corse cantà
Basque sing
Japonais 歌う
Russe sing
Portugais cantar
Arabe يغني
Chinois
Allemand singen
Italien cantare
Espagnol canta
Anglais sing
Source : Google Translate API

Synonymes de « entonner »

Source : synonymes de entonner sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires