La langue française

Énervé

Sommaire

  • Définitions du mot énervé
  • Étymologie de « énervé »
  • Phonétique de « énervé »
  • Évolution historique de l’usage du mot « énervé »
  • Citations contenant le mot « énervé »
  • Images d'illustration du mot « énervé »
  • Traductions du mot « énervé »
  • Synonymes de « énervé »
  • Antonymes de « énervé »

Définitions du mot « énervé »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉNERVÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de énerver*.
II.− Adjectif
A.− Qui a subi le supplice de l'énervation.
Emploi subst., HIST. Les énervés de Jumièges :
1. Elle lui avait posé sa main sur les yeux, pour l'empêcher de voir de si près la décadence de son visage. Alors il la prenait, il la caressait, avec des nerfs coupés, eût-on dit, comme ceux des « énervés » de Jumièges. Montherlant, Les Lépreuses,1939, p. 1412.
B.− Au fig.
1. Littér. Sans nerf, privé de force, d'énergie. Un prince énervé, sans force et sans vertu (Constant, Wallstein,1809, IV, 5, p. 116):
2. ... il [Racine] ne s'est jamais assez bien préservé De ce langage fade, écœurant, énervé, Qui forma Campistron, l'autre Quinault mollasse. Pommier, Crâneries et dettes de cœur,1842, p. 69.
2. Usuel. Qui est dans un état de nervosité, d'excitation anormal; qui manifeste cet état. Un rire, un geste énervé. Ces derniers jours sont déplorables. Institutrices, élèves, toutes, atrocement énervées, éclatent à chaque instant (Colette, Cl. école,1900, p. 177).Sa main, sur le drap rouge du bureau Louis XVI, battit un rappel énervé (Bernanos, Imposture,1927, p. 314).
Emploi subst., fam. C'est un énervé. Synon. de nerveux :
3. Je me dis que la vie vraie des hommes vrais est à la fois plus souple, plus forte et plus sage, et j'aspire à la sagesse des hommes ordinaires. Ils ne sont pas comme ces énervés : ils respirent, toujours capables de prendre un souffle profond pour un nouvel effort. Guéhenno, Journal d'une« Révolution », 1938, p. 186.
Fréq. abs. littér. : 422. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 259, b) 468; xxes. : a) 1 222, b) 587.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉNERVÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de énerver*.
II.− Adjectif
A.− Qui a subi le supplice de l'énervation.
Emploi subst., HIST. Les énervés de Jumièges :
1. Elle lui avait posé sa main sur les yeux, pour l'empêcher de voir de si près la décadence de son visage. Alors il la prenait, il la caressait, avec des nerfs coupés, eût-on dit, comme ceux des « énervés » de Jumièges. Montherlant, Les Lépreuses,1939, p. 1412.
B.− Au fig.
1. Littér. Sans nerf, privé de force, d'énergie. Un prince énervé, sans force et sans vertu (Constant, Wallstein,1809, IV, 5, p. 116):
2. ... il [Racine] ne s'est jamais assez bien préservé De ce langage fade, écœurant, énervé, Qui forma Campistron, l'autre Quinault mollasse. Pommier, Crâneries et dettes de cœur,1842, p. 69.
2. Usuel. Qui est dans un état de nervosité, d'excitation anormal; qui manifeste cet état. Un rire, un geste énervé. Ces derniers jours sont déplorables. Institutrices, élèves, toutes, atrocement énervées, éclatent à chaque instant (Colette, Cl. école,1900, p. 177).Sa main, sur le drap rouge du bureau Louis XVI, battit un rappel énervé (Bernanos, Imposture,1927, p. 314).
Emploi subst., fam. C'est un énervé. Synon. de nerveux :
3. Je me dis que la vie vraie des hommes vrais est à la fois plus souple, plus forte et plus sage, et j'aspire à la sagesse des hommes ordinaires. Ils ne sont pas comme ces énervés : ils respirent, toujours capables de prendre un souffle profond pour un nouvel effort. Guéhenno, Journal d'une« Révolution », 1938, p. 186.
Fréq. abs. littér. : 422. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 259, b) 468; xxes. : a) 1 222, b) 587.

Wiktionnaire

Adjectif 1

énervé \e.nɛʁ.ve\

  1. Qui a subi le supplice de l’énervation.
  2. Mou, affaibli, comme privé de ses nerfs.
    • Un bonhomme un peu voûté, coiffé d’un chapeau énervé, vêtu d’un paletot râpé, veillait à tout, époussetait, engrenait, graissait. — (Jules Vallès, Le Cri du Peuple, 30 avril 1884)
    • La main qui aurait pu, comme celle de ton célèbre aïeul, qui le premier reçut le nom que tu portes, briser d’un seul coup le crâne d’un taureau de la montagne, est maintenant, comme la mienne, énervée et impuissante. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • On va me dire que je n'entends rien à l'art vigoureux, énergique du drame moderne, que les passions fortes et puissantes ne sont pas faites pour les esprits délicats, […], pour ces natures énervées par la civilisation qui ne comprennent que les mièvreries et n'applaudissent qu'aux marivaudages. — (Alphonse de Calonne, « Les théâtres et les arts », dans la Revue contemporaine, tome 3, Paris, 1852, p. 163)
    • Mais la prose est souvent énervée, au sens premier : sans nerf. Le lecteur orpailleur s’arme de patience en attendant les pépites. — (Frédéric Pagès, L’héroïne n’est plus ce qu’elle était, Le Canard enchaîné, 31 mai 2017, page 6)
  3. Qui a perdu le contrôle de ses nerfs, et se trouve dans un état de nervosité ou d'agitation.
    • Les enfants sont très énervés ce matin.

Adjectif 2

énervé \e.nɛʁ.ve\

  1. (Argot scolaire) (Néologisme) Cool, vénère.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉNERVER. v. tr.
Affaiblir en endommageant le système nerveux. La chaleur excessive énerve et accable. Il signifie au figuré Amollir, efféminer. Les voluptés énervent; elles énervent l'âme. Un long repos avait énervé son courage. Le courage s'énerve au milieu des voluptés. Énerver le style, énerver le langage, Rendre le style, rendre le langage faible et lâche. Le trop d'ornement énerve le style. Une délicatesse excessive énerverait la langue. Leur langage s'énervait en se polissant. Énerver l'autorité, la religion, les lois, Leur ôter leur force. Il signifiait autrefois Priver de l'usage des nerfs en brûlant ou en coupant les tendons des muscles des jarrets. Les énervés de Jumièges. Dans cette acception, il se dit encore en termes d'Art vétérinaire. Énerver un cheval, Lui enlever les tendons des muscles de la lèvre supérieure.

ÉNERVER signifie aussi Agacer en produisant une irritation nerveuse. Vous m'énervez avec votre phonographe. Ce raisonnement m'énerve. Dans cette acception, S'ÉNERVER signifie Être dans une agitation nerveuse qui va en s'augmentant. Il s'est énervé à ce travail sans résultat. Il ne peut rien faire sans s'énerver.

Littré (1872-1877)

ÉNERVÉ (é-nèr-vé, vée) part. passé.
  • Qui a perdu sa force. Ô Dieu ! rendez la force à mes bras énervés, Voltaire, Mérope, v, 5. L'on distinguera toujours dans les travaux, dans les combats, et surtout dans la discipline, l'homme docile et fort tiré de la charrue, de l'homme énervé, dissolu, qu'on a pris à l'ombre des murs, Marmontel, Œuvres, t. XVII, p. 94, dans POUGENS.

    Par abus. Qui a les nerfs agacés. Ne la tourmentez pas, elle est tout énervée aujourd'hui.

    Terme de marine. Affaibli, avarié. Chanvres, cordages, filins énervés.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉNERVÉ. Ajoutez :

L'histoire a donné le nom d'Énervés de Jumiéges aux deux fils de Clovis II, qui eurent les tendons des bras et des jambes coupés et furent abandonnés dans un bateau sur la Seine. Ils furent recueillis par les moines de Jumiéges.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « énervé »

(adjectif 1) (Date à préciser) Du participe passé énervé du verbe énerver. Au sens premier, cet adjectif signifie à qui l'on a ôté les nerfs et qui donc se retrouve sans réaction. Employé par antiphrase, il a fini par signifier tout le contraire.
(adjectif 2) (Date à préciser) Reverlanisation de vénère.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « énervé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
énervé enɛrve

Évolution historique de l’usage du mot « énervé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « énervé »

  • "Calme-toi" est la pire chose qu'on puisse dire à quelqu'un d'énervé. De Anonyme
  • En prison, il me semble que c'est ceux qui ne savent pas lire qui sont le plus énervés. La lecture c'est le seul moyen légal d'évasion. De Anonyme / Paroles de détenus
  • Au départ, l’ancien numéro 18 lyonnais avait écopé d’un carton jaune pour une première faute sur son adversaire. Frustré, pour ne pas dire plus, l’ancien lyonnais s’est vigoureusement énervé contre l’arbitre. Le Villeurbannais avait feinté de lancer le ballon dans le dos de l'arbitre. Quelques instants plus tard, il a reçu un deuxième carton jaune pour une vilaine faute sur le défenseur adverse, Raul Albiol. Lyonmag.com, L’ancien lyonnais Nabil Fekir s’énerve, les internautes en rigolent
  • Scène très rare aperçue à la mi-temps de Tottenham-Everton. Hugo Lloris, extrêmement énervé, s'en est pris à son coéquipier Heung-min Son. Obligeant Moussa Sissoko et les autres coéquipiers à intervenir. France Football, Angleterre - VIDEO : Quand Hugo Lloris met une (grosse) soufflante à Heung-min Son ! - France Football

Images d'illustration du mot « énervé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « énervé »

Langue Traduction
Anglais pissed off
Espagnol cabreado
Italien incazzato
Allemand angefressen
Chinois 被惹毛了
Arabe منزعج
Portugais irritado
Russe обозленный
Japonais 腹を立てて
Basque nazkatuta
Corse in zerga
Source : Google Translate API

Synonymes de « énervé »

Source : synonymes de énervé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « énervé »

Partager