La langue française

Échiner, échigner

Sommaire

  • Définitions du mot échiner, échigner
  • Étymologie de « échiner »
  • Phonétique de « échiner »
  • Évolution historique de l’usage du mot « échiner »
  • Citations contenant le mot « échiner »
  • Vidéos relatives au mot « échiner »
  • Traductions du mot « échiner »
  • Synonymes de « échiner »

Définitions du mot échiner, échigner

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCHINER, ÉCHIGNER, verbe trans.

[Le compl. d'obj. désigne une pers. ou un animal]
A.− Vx. Rompre l'échine de. Il lui a donné sur les reins un coup de bâton qui l'a échiné (Ac.1932).
B.− P. ext., usuel
1. Frapper jusqu'à ce que mort s'en suive, rosser. Je tombe dans une patrouille... on m'a pas mal échigné pour commencer... (...) on me mène au poste à coups de crosse (Goncourt, R. Mauperin,1864, p. 128).
Emploi abs. Ces gens qui sont tous coups d'épée, qui ne parlent que d'échiner, et ne font pas plus de conscience de tuer un homme que d'avaler un verre de vin (Claudel, Raviss. Scapin,1952, p. 1329).
Emploi pronom. réciproque. Se battre violemment. Ils se sont échignés en conscience. Quand on montait l'escalier, on les entendait se bûcher (Zola, Assommoir,1877, p. 549).
2. P. hyberb. Fatiguer à l'excès. (Quasi-)synon. esquinter, éreinter, harasser.Moi qui ai échigné mon cheval pour arriver avant 4 heures et qui n'en ai pas dormi de la nuit (Flaub., Corresp.,1850, p. 107).Malheureux orphelins, que les autres échinent et ne nourrissent pas, en abusant comme de meurt-de-faim (Goncourt, Journal,1859, p. 639).
a) [Le compl. d'obj. désigne l'attribut d'une pers.] Amuse-toi bien, mais pas trop et n'échine ni ta santé ni ton travail (Sand, Corresp.,t. 3, 1812-76, p. 366).
b) Emploi pronom. réfl. Se fatiguer à l'excès, se donner beaucoup de peine. (Quasi-)synon. s'esquinter, se crever (fam.).Tout le monde doit s'échiner pour lui, (...) il n'en a jamais assez (Erckm.-Chatr., Ami Fritz,1864, p. 102).Pendant vingt ans, on s'échine autour de ces demoiselles, on se met sur la paille pour en faire des femmes distinguées, et elles ne vous donnent seulement pas la satisfaction de les marier à votre goût (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 34):
1. Pendant que je tourne, que je m'échigne là-bas toute seule! que je me tue pour l'entretenir! pour faire face aux échéances... épargner sur toutes les bougies... Monsieur, lui, disperse! Il sème! Il arrose n'importe quelle pelouse! ... Céline, Mort à crédit,1936, p. 489.
Emploi pronom. réfl. indir. [Avec un compl. d'obj. désignant une partie ou un aspect du corps] S'échiner, s'échigner les yeux. À quoi bon (...) nous échigner le tempérament (Flaub., Corresp.,1853, p. 117).
[Avec un compl. prép. à l'inf. introduit par à] [Le] maître des finances (...) s'est évertué, échiné et égosillé à débiter des patenôtres pour votre salut (Jarry, Ubu,1895, IV, 6, p. 78).Toute l'année il s'était échiné à défendre l'espoir contre les pressions gaullistes (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 461).
Rem. On rencontre ds la docum. qq. attest. de échiner construit avec un compl. désignant une chose. Merci de vos Stanhope (...) qui vous échinent la lettre par leur défaut d'élasticité (Balzac, Illus. perdues, 1843, p. 14).
3. Au fig., vieilli. [Le compl. désigne une pers. ou une œuvre] Critiquer violemment. (Quasi-)synon. Éreinter, esquinter, maltraiter.Son livre devait être échiné, selon le mot classique (Balzac, Illus. perdues,1843,p. 510).Ne faut-il pas faire mousser les uns, échigner les autres? (Flaub., Corresp.,1853, p. 146):
2. Elle [Manette] est d'une jalousie (...) et éreinteuse! Je t'assure que c'est amusant de l'entendre abîmer ses petites camarades (...). Jusqu'à des noms de muscles qu'elle a retenus pour les échigner! ... Goncourt, Manette Salomon,1867, p. 187.
Rem. 1. La forme échigner qui ne figure pas ds l'Ac., est considérée par les dict. gén. comme pop. 2. La docum. atteste : a) Des emplois adj. du part. prés. échinant, échignant. α) Qui fatigue excessivement. Il subit, énervé jusqu'à crier, le laborieux supplice des échinantes dragues (Huysmans, Là-bas, t. 1, 1891, p. 151). β) Qui critique violemment. Loue tout mon œuvre... avec des phrases échignantes comme celles que je viens de citer (Goncourt, Journal, 1889, p. 975). b) Le subst. masc. échignement. α) Action de fatiguer, de se fatiguer excessivement. Que de mal j'aurai eu, mon Dieu! que de mal! que d'échignement et de découragement! (Flaub., Corresp., 1854, p. 52). β) Action de critiquer violemment, critique violente. Un découragement produit par cette hostilité sans trêve et sans merci de la critique et ses forcenés échignements de tout ce que je fais (Goncourt, Journal, 1890, p. 1137).
Prononc. et Orth. : [eʃine], (j')échine [eʃin]. Ds Ac. 1694 et 1718, s.v. eschiner ou eschigner; ds Ac. 1740, s.v. échiner ou échigner; ds Ac. 1762-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1225 eschiner « mettre à mal, éreinter » (Hist. G. le Maréchal, éd. P. Meyer, 8074), très rare av. le xvies. [cf. lat. médiév. eschinare (1364 ds Du Cange)]; 2. 1775 « critiquer vivement (un auteur, etc.) » (Beaumarchais, Le Barbier de Séville, Préf. ds Œuvres complètes, [éd. 1809], t. 1, p. 367); 3. 1785 s'échiner « se fatiguer, se donner de la peine » (Id., Le Mariage de Figaro, I, 2). B. 1. 1660 eschigner « briser l'échine (à quelqu'un); mettre à mal » (Oudin Esp.-Fr., s.v. descaderar), qualifié de pop. dep. 1771 (Trév.); 2. 1852 trans. « critiquer » (Flaub., Corresp., p. 61); 3. 1853 s'échigner « se donner de la peine » (Id., ibid., p. 173). A dér. de échine1*; dés. -er. B var. de échiner, créée peut-être sous l'infl. d'eschigner, rechigner* (EWFS2). Fréq. abs. littér. Échigner : 49. Échiner : 24.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCHINER, ÉCHIGNER, verbe trans.

[Le compl. d'obj. désigne une pers. ou un animal]
A.− Vx. Rompre l'échine de. Il lui a donné sur les reins un coup de bâton qui l'a échiné (Ac.1932).
B.− P. ext., usuel
1. Frapper jusqu'à ce que mort s'en suive, rosser. Je tombe dans une patrouille... on m'a pas mal échigné pour commencer... (...) on me mène au poste à coups de crosse (Goncourt, R. Mauperin,1864, p. 128).
Emploi abs. Ces gens qui sont tous coups d'épée, qui ne parlent que d'échiner, et ne font pas plus de conscience de tuer un homme que d'avaler un verre de vin (Claudel, Raviss. Scapin,1952, p. 1329).
Emploi pronom. réciproque. Se battre violemment. Ils se sont échignés en conscience. Quand on montait l'escalier, on les entendait se bûcher (Zola, Assommoir,1877, p. 549).
2. P. hyberb. Fatiguer à l'excès. (Quasi-)synon. esquinter, éreinter, harasser.Moi qui ai échigné mon cheval pour arriver avant 4 heures et qui n'en ai pas dormi de la nuit (Flaub., Corresp.,1850, p. 107).Malheureux orphelins, que les autres échinent et ne nourrissent pas, en abusant comme de meurt-de-faim (Goncourt, Journal,1859, p. 639).
a) [Le compl. d'obj. désigne l'attribut d'une pers.] Amuse-toi bien, mais pas trop et n'échine ni ta santé ni ton travail (Sand, Corresp.,t. 3, 1812-76, p. 366).
b) Emploi pronom. réfl. Se fatiguer à l'excès, se donner beaucoup de peine. (Quasi-)synon. s'esquinter, se crever (fam.).Tout le monde doit s'échiner pour lui, (...) il n'en a jamais assez (Erckm.-Chatr., Ami Fritz,1864, p. 102).Pendant vingt ans, on s'échine autour de ces demoiselles, on se met sur la paille pour en faire des femmes distinguées, et elles ne vous donnent seulement pas la satisfaction de les marier à votre goût (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 34):
1. Pendant que je tourne, que je m'échigne là-bas toute seule! que je me tue pour l'entretenir! pour faire face aux échéances... épargner sur toutes les bougies... Monsieur, lui, disperse! Il sème! Il arrose n'importe quelle pelouse! ... Céline, Mort à crédit,1936, p. 489.
Emploi pronom. réfl. indir. [Avec un compl. d'obj. désignant une partie ou un aspect du corps] S'échiner, s'échigner les yeux. À quoi bon (...) nous échigner le tempérament (Flaub., Corresp.,1853, p. 117).
[Avec un compl. prép. à l'inf. introduit par à] [Le] maître des finances (...) s'est évertué, échiné et égosillé à débiter des patenôtres pour votre salut (Jarry, Ubu,1895, IV, 6, p. 78).Toute l'année il s'était échiné à défendre l'espoir contre les pressions gaullistes (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 461).
Rem. On rencontre ds la docum. qq. attest. de échiner construit avec un compl. désignant une chose. Merci de vos Stanhope (...) qui vous échinent la lettre par leur défaut d'élasticité (Balzac, Illus. perdues, 1843, p. 14).
3. Au fig., vieilli. [Le compl. désigne une pers. ou une œuvre] Critiquer violemment. (Quasi-)synon. Éreinter, esquinter, maltraiter.Son livre devait être échiné, selon le mot classique (Balzac, Illus. perdues,1843,p. 510).Ne faut-il pas faire mousser les uns, échigner les autres? (Flaub., Corresp.,1853, p. 146):
2. Elle [Manette] est d'une jalousie (...) et éreinteuse! Je t'assure que c'est amusant de l'entendre abîmer ses petites camarades (...). Jusqu'à des noms de muscles qu'elle a retenus pour les échigner! ... Goncourt, Manette Salomon,1867, p. 187.
Rem. 1. La forme échigner qui ne figure pas ds l'Ac., est considérée par les dict. gén. comme pop. 2. La docum. atteste : a) Des emplois adj. du part. prés. échinant, échignant. α) Qui fatigue excessivement. Il subit, énervé jusqu'à crier, le laborieux supplice des échinantes dragues (Huysmans, Là-bas, t. 1, 1891, p. 151). β) Qui critique violemment. Loue tout mon œuvre... avec des phrases échignantes comme celles que je viens de citer (Goncourt, Journal, 1889, p. 975). b) Le subst. masc. échignement. α) Action de fatiguer, de se fatiguer excessivement. Que de mal j'aurai eu, mon Dieu! que de mal! que d'échignement et de découragement! (Flaub., Corresp., 1854, p. 52). β) Action de critiquer violemment, critique violente. Un découragement produit par cette hostilité sans trêve et sans merci de la critique et ses forcenés échignements de tout ce que je fais (Goncourt, Journal, 1890, p. 1137).
Prononc. et Orth. : [eʃine], (j')échine [eʃin]. Ds Ac. 1694 et 1718, s.v. eschiner ou eschigner; ds Ac. 1740, s.v. échiner ou échigner; ds Ac. 1762-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1225 eschiner « mettre à mal, éreinter » (Hist. G. le Maréchal, éd. P. Meyer, 8074), très rare av. le xvies. [cf. lat. médiév. eschinare (1364 ds Du Cange)]; 2. 1775 « critiquer vivement (un auteur, etc.) » (Beaumarchais, Le Barbier de Séville, Préf. ds Œuvres complètes, [éd. 1809], t. 1, p. 367); 3. 1785 s'échiner « se fatiguer, se donner de la peine » (Id., Le Mariage de Figaro, I, 2). B. 1. 1660 eschigner « briser l'échine (à quelqu'un); mettre à mal » (Oudin Esp.-Fr., s.v. descaderar), qualifié de pop. dep. 1771 (Trév.); 2. 1852 trans. « critiquer » (Flaub., Corresp., p. 61); 3. 1853 s'échigner « se donner de la peine » (Id., ibid., p. 173). A dér. de échine1*; dés. -er. B var. de échiner, créée peut-être sous l'infl. d'eschigner, rechigner* (EWFS2). Fréq. abs. littér. Échigner : 49. Échiner : 24.

Wiktionnaire

Verbe

échiner \e.ʃi.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Familier) Endommager, blesser, meurtrir dans la partie de l’échine.
    • Il lui a donné sur les reins un coup de bâton qui l’a échiné.
    • Cet homme s’est échiné pour avoir voulu porter un fardeau trop pesant.
  2. (Familier) (Figuré) Assommer, tuer dans une mêlée, dans une déroute.
    • Échiner de coups.
  3. (Familier) (Figuré) Maltraiter quelqu’un par des propos ou des écrits.

s’échiner pronominal

  1. (Familier) (Figuré) S’excéder de fatigue, se donner beaucoup de peine.
    • Il n’y a rien que je déteste comme les gens qui ne font rien, qui vous laissent vous échiner sans seulement vous offrir le bout du doigt pour vous aider. — (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange-Gardien, 1888)
    • – Et il faut que je m’échine à aller pomper de l’eau. J’en ai pour un bonne heure. — (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville, 1910, réédition Plein Chant, page 53)
    • Je lui ai d'abord demandé s'il n'était pas un peu taré de sortir seul alors que tout un régiment de policiers s'échinait à le protéger. — (Frédéric Guidez, L'Héritage de Mathilde Wesendonck, LC éditions, 2013)

Verbe

échigner \e.ʃi.ɲe\ pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’échigner)

  1. (Canada) S’échiner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCHINER. v. tr.
Endommager, blesser, meurtrir dans la partie de l'échine. Il lui a donné sur les reins un coup de bâton qui l'a échiné. Cet homme s'est échiné pour avoir voulu porter un fardeau trop pesant. Il signifie au figuré Assommer, tuer dans une mêlée, dans une déroute. Échiner de coups. Il signifie également au figuré Maltraiter quelqu'un par des propos ou des écrits.

S'ÉCHINER signifie figurément S'excéder de fatigue, se donner beaucoup de peine. Ces gens-là sont bien fous de s'échiner pour si peu de chose. Le verbe est familier dans toutes ses acceptions.

Littré (1872-1877)

ÉCHINER (é-chi-né) v. a.
  • 1Rompre l'échine.
  • 2Tuer dans une mêlée, dans une déroute. Les paysans échinèrent tous les fuyards.

    Familièrement. Se faire échiner, se dit d'une troupe de guerre qui, dans un combat, essuie de grandes pertes. Ce régiment s'est fait échiner à l'attaque de la redoute.

  • 3Échiner de coups, assommer quelqu'un. On vous happe notre homme, On vous l'échine, on vous l'assomme, La Fontaine, Fabl. XII, 22.

    Absolument. De ces gens qui ne parlent que d'échiner, Molière, Scapin, II, 8.

  • 4S'échiner, v. réfl. Se rompre l'échine.

    Fig. S'excéder de fatigue, se donner beaucoup de peine. Qu'il a de mal ! ah ! sans doute il s'échine ; Il est souvent debout toute la nuit ; Comme il conduit, disons-nous, sa machine [sa place, sa fonction] ! - C'est sa machine, amis, qui le conduit, Pons, (de Verdun), Contes et poésies diverses, p. 76.

REMARQUE

Le peuple prononce volontiers échigner. Mes enfants, on ne vous défend pas de poursuivre les ennemis quand ils s'enfuiront, mais je ne veux pas que vous alliez vous faire échigner mal à propos sur la contrescarpe de leurs autres ouvrages [paroles de Vauban], Racine, Lett. à Boileau, 15 juin 1692.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « échiner »

Verbe dérivé de échine avec le suffixe -er, peut-être sous l’influence de eschigner, rechigner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « échiner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
échiner eʃɛ̃e

Évolution historique de l’usage du mot « échiner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « échiner »

  • La crise sanitaire a parfois du bon. À force de s’échiner à remettre en place le rendez-vous hebdomadaire favori des Muretains le samedi en centre-ville, en plus du "petit" marché du mardi à Maïmat, André Mandement, maire de la ville, avait, durant la crise du coronavirus, obtenu de la préfecture la reprise progressive de deux marchés, l’un à Maïmat le mardi, l’autre sur les allés Niel le jeudi, moyennant bien sûr respect des règles sanitaires. Les deux rendez-vous donnant pleinement satisfaction, le "grand" marché du samedi a pu lui aussi reprendre ses droits, place de la Paix, son lieu habituel, mais aussi en débordant sur les allées Niel où les commerçants disent "se sentir bien". Du coup, le conseil municipal, jeudi soir, a voté en toute fin de séance le maintien du nouveau marché du jeudi sur les allées Niel, portant désormais à 3 le nombre de marchés dans la ville. ladepeche.fr, Un 3e marché à Muret ! - ladepeche.fr
  • Dans le viseur, donc, les lignes entre Bordeaux, Lyon ou Nantes d’un côté et Orly de l’autre. Cela représente environ un million de passagers par an, selon l’Union des aéroports de France (UAF). En revanche, ne sont pas concernées les liaisons qui permettent de prendre une correspondance, principalement à Roissy. La décision gouvernementale va entraîner un manque à gagner important pour les gestionnaires d’aéroports. Ces derniers vont devoir s’échiner à trouver Le Figaro.fr, La limitation des vols domestiques, un casse-tête pas forcément insurmontable
  • Pourquoi, dès lors, s'échiner à faire un vin de soif au royaume des vins de garde ? Si les vignobles Despagne (Tour de Mirambeau) ont, dans l'Entre-deux-Mers, bâti une partie de leur réputation sur les vins blancs, ils disposaient aussi de toutes les unités techniques pour faire un rosé hautement qualitatif, aussi vif et féminin que sa robe est pâle. « La création du Mythe d'Amphorie s'est inscrite dans le développement d'une nouvelle gamme baptisée Esprit Libre, raconte Basaline Granger-Despagne, à la tête de l'entreprise familiale. Dès 2015, cet éventail nous a permis de nous échapper des codes de la région, quitte à sortir délibérément de l'appellation, et de se lâcher. » Sur l'étiquette, en effet, l'égérie de Bacchus ne dévoile sa poitrine que si le consommateur la gratte du bout de l'ongle ; sur la bouteille, une collerette milite gaiement pour l'association Keep a Breast, qui sensibilise au dépistage du cancer du sein. Une autre façon d'exprimer sa philosophie - celle de l'audace et du dépassement de soi - et de voir dans le rosé « l'opportunité de se vendre différemment », y compris en mini-bouteilles assorties d'une paille… pour plaire aux filles. Les Echos, Quand Bordeaux voit la vie en rosé | Les Echos
  • On peut toujours s’échiner à le déplorer cela ne changera rien à la réalité. Socialnetlink, le lien vers l'actu IT africaine et des startups, L’Afrique dans un monde post Covid – Socialnetlink, le lien vers l'actu IT africaine et des startups
  • Des plateaux, des dés colorés, des cartes chance, des joueurs qui rient et s’invectivent joyeusement. Comme si la solitude numérique avait fini par peser sur les jeunes générations trop souvent plongées dans les espaces insondables du virtuel. Marre de s’échiner sur les consoles… Et si on retrouvait le chemin d’une table de bistrot, un verre à la main, avec des copains? Rien de tel que la chaleur d’un troquet et la convivialité provoquée par une bonne partie de Dixit, de Catan ou de Jungle Speed. Le Figaro.fr, Les jeux de société à Paris: à Paname, jeu est un autre…
  • Venise, ce «rêve de pierre», est la véritable oasis européenne de ce «voyageur égoïste», même s'il semble nostalgique de la civilta puttanesca, celle qui avait troublé Jean­Jacques Rousseau et d'autres encore. Jean Clair n'avait-il pas fugué, à l'âge de quatorze ans, parcourant 300 kilomètres depuis le lac de Garde pour rejoindre la Cité des doges? Un demi-siècle plus tard, la ville est livrée aux hordes de touristes, de pèlerins muséaux. Ce qui lui donne l'occasion d'échigner la massification de la culture, consommée par les «automates ambulatoires, à l'heure du marchandisage des musées et de la défection de l'État». Internet en prend aussi pour son grade; il y voit le «summa summarum des temps modernes», lui dont le credo est inspiré des Tusculanes de Cicéron (la fameuse cultura animi). Or, cette culture-là n'est plus au monde, de ce monde. Tout y est devenu culturel. Est-ce pour cela qu'il a accepté d'être intronisé sous la Coupole par Marc Fumaroli, en 2009, alors que «le français ne chante plus guère», constate ce pourfendeur de la «novlangue» médiatique et administrative, d'inspiration énarquiste? Et d'ajouter: «Aujourd'hui, visages et guichets ont disparu. Le face-à-face n'existe plus. Nous sommes traqués, enregistrés, dénudés par les machines, les écrans, perdus dans un monde déresponsabilisé, inquisitorial.» Certains l'ont taxé de poujadisme. «Faux, rétorque-t-il, je suis simplement réactionnaire, profondément réactionnaire. Il y a de quoi, non?» Son prochain opus aura pour thème le portrait et l'anatomie en peinture. Une nouvelle dissection à venir? Le Figaro.fr, Jean Clair : «Profondément réactionnaire»

Vidéos relatives au mot « échiner »

Traductions du mot « échiner »

Langue Traduction
Anglais chine
Espagnol sierra
Italien chine
Allemand chine
Chinois ne
Arabe عمود فقري
Portugais chine
Russe филей
Japonais チャイン
Basque chine
Corse chine
Source : Google Translate API

Synonymes de « échiner »

Source : synonymes de échiner sur lebonsynonyme.fr
Partager