La langue française

Corniche

Définitions du mot « corniche »

Trésor de la Langue Française informatisé

CORNICHE1, subst. fém.

A.− ARCHIT. Bordure, formée d'une ou plusieurs moulures en saillie, couronnant un mur, un piédestal, qui protège de la pluie les parties sous-jacentes et, le cas échéant, supporte la base du comble :
1. Des hiéroglyphes, des légendes, des cartouches sont entaillés sur toute cette façade que termine une corniche de cynocéphales sculptés en relief. Du Camp, Le Nil,1854, p. 140.
1. Spéc., ARCHIT. ANC. Troisième partie de l'entablement. L'architrave, la frise et la corniche.
2. P. ext. Moulure ceinturant un mur. Synon. cordon.Une grande tour carrée divisée en cinq étages par des corniches (Lenoir, Archit. monastique,t. 1, 1852, p. 165).
SYNT. Corniche(-)architravée, chantournée, cintrée, coupée, rampante; corniche à modillons, à mutules; corniche en archivolte, en chanfrein, en mitre; corniche corinthienne, dorique, ionique, toscane.
B.− [P. anal. de forme]
1. MAÇONN., MENUIS. Bordure en plâtre, stuc ou bois, formée d'une ou plusieurs moulures en saillie, qui orne la partie supérieure d'un mur, d'un meuble, le pourtour d'un plafond. Corniche d'une armoire. La bibliothèque avec les cuirs fauves et les dorures des vieux livres, et, sur la corniche, une armée de statuettes en plâtre (Arène, J. des Figues,1870, p. 42).
Région. (Canada). ,,Tablette de cheminée`` (Bél. 1957).
2. MAR. ,,Pièce de bois sculptée appliquée en dehors de la lisse d'hourdi`` (Bonn.-Paris 1859).
3. GÉOGR. PHYS. Saillie naturelle, généralement constituée de roche dure, courant le long d'une pente à une altitude à peu près constante.
Route de corniche; p. ell. corniche. Route aménagée à flanc de montagne. La descente de Brienz, merveilleuse route en corniche (...) que des boute-roues (...) séparent d'un abîme de plus de mille pieds (A. Daudet, Tartarin Alpes,1885, p. 123).
4. Amas de neige accumulé par le vent le long d'une crête, constituant une sorte de bourrelet, souvent instable, qui surplombe la pente du côté opposé à celui d'où vient le vent dominant :
2. La chute a été si rapide qu'elle [Brigitte] n'a pas eu le temps de crier. (...) Brigitte a brisé une corniche toute fraîche, soufflée par la tourmente et qui n'existait peut-être pas une heure avant. R. Frison-Roche, La Grande Crevasse,Paris-Grenoble, B. Arthaud, 1948, p. 117.
Prononc. et Orth. : [kɔ ʀniʃ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1524 archit. corniche (doc. ds Recueil d'actes notariés, éd. E. Coyecque, t. 1, p. 98 ds IGLF); 2. 1796 géogr. (Dusaulx, Voy. Barège, t. 1, p. 265). Empr. à l'ital. cornice, attesté comme terme d'archit. dep. la 1remoitié du xives. (G. Villani ds Batt.) et au sens d'« étroit gradin horizontal dans une paroi rocheuse » dep. 1315 (Dante, Purg., ibid.), d'orig. discutée : − soit du lat. cornix, -icis « corneille », avec spécialisation métaphorique dans le vocab. de l'archit. (cf. pour une évolution sém. analogue corbeau*; cf. gr. κ ο ρ ω ́ ν η « corneille » et « extrémité recourbée »; Spitzer ds Z. rom. Philol., t. 46, pp. 602-603; DEI; Devoto; EWFS2) − soit du gr. κ ο ρ ω ν ι ́ ς (dér. de κ ο ρ ω ́ ν η), proprement « recourbé à l'extrémité » d'où « signe courbe tracé à la fin d'un écrit », puis (ds Hesychius, Lexique, éd. M. Schmidt, t. II, p. 521, 3741 et 3746) « corniche » (REW3, no2247; Bl.-W.5; FEW t. 2, p. 1211) avec infl. phonét. de l'a. ital. cornice « corneille » (xives. ds DEI), du lat. cornix, -icis. Le m. fr. coronice (xvies., Gdf. Compl., Hug) est directement empr. au gr. κ ο ρ ω ν ι ́ ς. Fréq. abs. littér. : 378. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 632, b) 928; xxes. : a) 240, b) 425. Bbg. Archit. 1972, p. 122. − Hope 1971, p. 183.

CORNICHE2, subst. fém.

Arg. scol. Classe préparatoire au concours d'entrée à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr :
La messe des corniches de Paris sera dite en l'église Saint-Louis des Invalides demain dimanche, à 10 heures, à la mémoire des Saint-Cyriens morts pour la France. Le Figaro,19-20 janv. 1952, p. 2, col. 8.
Prononc. : [kɔ ʀniʃ]. Étymol. et Hist. 1881 (Rigaud, Dict. arg. mod., p. 112). Dér. régressif de cornichon « élève préparant le concours d'entrée à l'École militaire de Saint-Cyr ».

Wiktionnaire

Nom commun 1

corniche \kɔʁ.niʃ\ féminin

  1. (Architecture) Ornement composé de moulures en saillie l’une au-dessus de l’autre.
    • La corniche sert de couronnement à toute sorte d’ouvrages, principalement dans les ordres d’architecture, où elle est placée sur la frise de l’entablement.
    • La façade était peinte en blanc et les arêtes de la corniche se rehaussaient d'un filet rouge qui en accentuait le profil. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Corniche dorique, ionique, corinthienne.
  2. Tout ornement saillant qui règne autour d’un plafond, au-dessus des portes, des armoires, etc.
    • Corniche de plâtre, de marbre, de bois, etc.
  3. (Géographie) Route de montagne qui surplombe un précipice.
    • Quand ces quatre personnages, […], arrivèrent au coude de la route qui tourne sur elle-même comme celles que les Italiens appellent des corniches. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  4. (Alpinisme) (Géographie) Accumulation de neige en surplomb qui se forme sous le vent d’un précipice, d’une arête.

Nom commun 2

corniche \kɔʁ.niʃ\ féminin

  1. (Militaire) Classe préparatoire de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr où les élèves sont nommés cornichons.
    • La messe des corniches de Paris sera dite en l'église Saint-Louis-des-Invalides demain dimanche, à 10 heures, à la mémoire des Saint-Cyriens morts pour la France. — (Le Figaro, 19-20 janv. 1952)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CORNICHE. n. f.
T. d'Architecture. Ornement composé de moulures en saillie l'une au-dessus de l'autre. La corniche sert de couronnement à toute sorte d'ouvrages, principalement dans les ordres d'architecture, où elle est placée sur la frise de l'entablement. Corniche dorique, ionique, corinthienne. La corniche du palais, de la maison. Il se dit aussi de Tout ornement saillant qui règne autour d'un plafond, au-dessus des portes, des armoires, etc. Corniche de plâtre, de marbre, de bois, etc. Par analogie, Route en corniche, ou elliptiquement Corniche, Route de montagne qui surplombe un précipice.

Littré (1872-1877)

CORNICHE (kor-ni-ch') s. f.
  • Terme d'architecture. Proprement, avance qui règne autour d'un bâtiment et en préserve de la pluie le pied.

    Partie composée de moulures en saillie l'une au-dessus de l'autre et qui règne comme couronnement autour de toutes sortes d'ouvrages, principalement dans les ordres d'architecture où elle est placée sur la frise de l'entablement. Corniche dorique, ionienne, corinthienne. La corniche de la maison. La corniche se mesure depuis la frise jusqu'à la cimaise inclusivement. Les piédestaux ont aussi leurs corniches. La corniche est le couronnement de l'ordre entier, Rollin, Histoire anc. t. XI, 1re partie, p. 27, dans POUGENS.

    Nom donné à tout ornement saillant en menuiserie ou en maçonnerie qui règne au-dessus des portes, des armoires, au-dessous d'un plafond. Corniche de plâtre, de marbre, de bois. La corniche d'un buffet, d'une armoire.

    Terme de marine. Pièce de bois sculptée appliquée en dehors de la lisse de hourdi.

HISTORIQUE

XVIe s. Les pigeons se mettent sur le toict es cornices ou ceintures environnans le colombier, De Serres, 383. Moulleures, lozenges, frize et cornise, Bibl. des Chartes, 4e série, t. III, p. 63.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. CORNICHE. Ajoutez :
2En corniche, se dit d'un chemin situé au-dessus d'escarpements. La route exécutée par nos troupes, il y a longues années, est taillée en corniche au-dessus du lit du Roumel, Journ. offic. 9 janv. 1874, p. 247, 2e col.
3La Corniche, nom de la route du littoral de Nice à Gênes.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « corniche »

Wallon, coronise ; espagn. corniza ; ital. cornice, cornicione. La première idée est de rattacher corniche à corne ; mais d'abord les formes ne s'y prêtent pas, ni le wallon coronise, ni l'espagnol corniza, ni même l'italien cornice. Puis le sens ne s'y prête pas non plus, car la corniche n'est pas une corne, c'est-à-dire quelque chose qui s'avance en pointe, mais c'est une saillie qui règne en une certaine étendue. Les étymologistes s'accordent à tirer ce mot du latin coronis, grec ϰορωνὶς, signe recourbé ; mais il est vrai de dire, comme le remarque Diez, qu'au moins l'italien a confondu le mot avec cornix, cornicis, corneille, soit par paronymie (cornice en italien signifiant aussi corneille), soit par l'idée de courbure qui s'est attachée au bec de cet oiseau (ϰορώνη, courbure, couronne, corneille). Quant au français corniche, il vient de l'italien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Au sens architectural) (1524) De l’italien cornice [1], attesté comme terme d'architecture depuis les débuts du quatorzième siècle.
(Au sens scolaire) Dérivé régressif de cornichon (« élève de classe préparatoire à l’école militaire de Saint-Cyr »), peut-être en référence plaisante à la manière de conserver les cornichons, bocal étant le terme familier désignant l'École de Saint-Cyr.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « corniche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
corniche kɔrniʃ

Évolution historique de l’usage du mot « corniche »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « corniche »

  • Lorsque je me trouve seul, alors, en face de mes piliers, mes murs et mes corniches alors je laisse tomber sur ces pierres muettes un regard d'amour. De Eugène Viollet-le-Duc / une lettre à son père du 28 avril 1844
  • La commune de Benmansour (Kénitra) se donne cinq à six ans pour transformer le visage de la rive droite du oued Sebou. Son président, Mohamed Rherras, rêve d’une corniche détente, sport et loisirs moderne, à même de valoriser ce patrimoine naturel d’exception. «Nous n’avons pas l’habitude de voir des projets comme ça en milieu rural, et encore moins portés par des communes», relève Rherras. L'Economiste, Une corniche sport et loisirs pour la rive droite du Sebou | L'Economiste
  • Endommagée par les pluies diluviennes, la corniche de Brazzaville fait l’objet des travaux de réfection qui nécessitent encore quelques mois avant la livraison de l’ouvrage.   , Corniche de Brazzaville : encore des mois pour la réouverture de la voie | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo
  • Marseille : une corniche d'immeuble s'effondre dans le... LaProvence.com, Faits divers - Justice | Marseille : une corniche d'immeuble s'effondre dans le centre-ville | La Provence

Images d'illustration du mot « corniche »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « corniche »

Langue Traduction
Anglais cornice
Espagnol cornisa
Italien cornice
Allemand gesims
Chinois 檐口
Arabe كورنيش
Portugais cornija
Russe карниз
Japonais コーニス
Basque erlaitz
Corse cornisa
Source : Google Translate API

Synonymes de « corniche »

Source : synonymes de corniche sur lebonsynonyme.fr

Corniche

Retour au sommaire ➦

Partager