La langue française

Compromis

Sommaire

  • Définitions du mot compromis
  • Étymologie de « compromis »
  • Phonétique de « compromis »
  • Évolution historique de l’usage du mot « compromis »
  • Citations contenant le mot « compromis »
  • Images d'illustration du mot « compromis »
  • Traductions du mot « compromis »
  • Synonymes de « compromis »
  • Antonymes de « compromis »

Définitions du mot compromis

Trésor de la Langue Française informatisé

COMPROMIS, ISE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de compromettre*.
II.− Adjectif
A.− [En parlant d'un inanimé] Qui a subi une atteinte, un dommage plus ou moins durable. Fortune compromise par de mauvais placements; récoltes compromises par le mauvais temps. La bonne manière du patron rétablit la gaieté, un moment compromise (Zola, L'Assommoir,1877, p. 573):
1. Cara, ma santé compromise par mes derniers travaux, mon procès, mes soucis, m'a jeté en Touraine où l'air natal vient de me remettre. Balzac, Correspondance,1836, p. 108.
2. Si ces 5 500 combattants (...) subissent un sombre revers, notre cause sera bien compromise. Au contraire, si en ce moment, sur ce terrain, ils réussissent quelque éclatant fait d'armes, alors l'avenir est à nous! De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 255.
B.− [En parlant d'une pers., spéc. d'une femme] Dont la réputation, l'honneur ont subi un tort irréparable. Sans se soucier d'être vue, compromise, perdue, elle venait chez lui, chaque soir plus enflammée toujours (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Une Passion, 1882, p. 826).
Rem. On relève cependant compromis, en parlant d'une pers., signifiant « dont la santé est compromise » (cf. G. Sand, Histoire de ma vie, t. 4, 1855, p. 444).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃pʀ ɔmi], fém. [-i:z]. Ds Ac. 1694-1878. Fréq. abs. littér. : 662. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 370, b) 1 762; xxes. : a) 1 590, b) 1 731.

COMPROMIS, subst. masc.

A.− DR. Contrat par lequel deux personnes s'en rapportent au jugement d'un arbitre pour régler leur différend dans une affaire douteuse. Se résigner à un compromis. Dresser, faire, passer, signer un compromis; mettre en compromis (Ac. 1835-1932) :
1. Mes avocats, mes avoués, tout le monde m'a supplié de ne pas laisser huit mois de ma vie au palais, et hier j'ai signé un compromis pour faire juger souverainement par deux arbitres toutes les questions en litige. Balzac, Lettres à l'Étrangère,t. 1, 1850, p. 32.
Rem. Les dict. du xixes. mentionnent l'expr. fig. vieillie mettre en compromis, « compromettre, risquer de faire passer pour douteux ». Mettre la dignité, l'autorité de quelqu'un en compromis (Ac. 1835, 1878).
B.− P. ext.
1. DR., mod. Engagement réciproque. Compromis de vente. ,,Acte sous seings privés par lequel le propriétaire promet de vendre et le tiers promet d'acheter un fonds de commerce ou un immeuble moyennant un certain prix`` (Cida 1973), cet acte précédant généralement l'acte de vente notarié.
2. Usuel. Dans une affaire difficile ou délicate, dans un litige, accord obtenu par les concessions mutuelles des parties en présence. Compromis acceptable, une solution de compromis; chercher un compromis, arriver à un compromis avec qqn, entre les parties. Après beaucoup de discussions, l'affaire a fini par un compromis (Ac.1932) :
2. En effet, les droits des individus (...) ne peuvent être déterminés que grâce à des compromis et à des concessions mutuelles; car tout ce qui est accordé aux uns est nécessairement abandonné par les autres. Durkheim, De la Division du travail soc.,1893, p. 89.
Une paix de compromis (Grousset, L'Épopée des croisades,1939, p. 280)(et cf. R. Abellio, Heureux les pacifiques, 1946, p. 382).
Souvent péj. État, solution intermédiaire, moyen terme entre deux extrêmes (désignés par des inanimés concr. ou abstr.). Un chapeau noir qui était un compromis entre le melon et le haut-de-forme (Aymé, La Jument verte,1933, p. 29).C'est justement ce qui m'exaspère, ces compromis perpétuels, cette moyenne en tout, cette attitude pas dangereuse, partout (Alain-Fournier, Correspondance [avec J. Rivière], 1906, p. 141):
3. Il s'était « mis très-bien » avec son préfet, espérant par lui se pousser au Conseil général, et de là à la Chambre. Il excellait à ces doubles jeux, à ces compromis, à ces arrangements qui le faisaient tenir à tout, sans se brouiller avec rien. E. et J. de Goncourt, Renée Mauperin,1864, p. 91.
Compromis de + inanimé abstr.
Qui est fait de plusieurs choses. Ordinairement, la maternité est un compromis de narcissisme, d'altruisme, de rêve, de sincérité, de mauvaise foi, de dévouement, de cynisme (S. de Beauvoir, Le Deuxième sexe,1949, p. 326).
Qui a lieu aux dépens de quelque chose. Compromis de conscience (cf. biais, ex. 6).Cet homme courageux (...) détestait la perfidie, les compromis de conscience, tous les biais, toutes les lâchetés (P. Bourget, Le Disciple,1889, p. 226).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃pʀ ɔmi]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1243 « appel à la sentence d'un arbitre » (cité ap. Prarond, Hist. d'Abbeville, 116, ds R. Hist. litt. Fr., t. 6, p. 466); [1461 « accord, convention » (Bartzsch, p. 156)]; 2. 1611 « moyen terme, accord par concessions mutuelles des deux parties » (Cotgr.), attest. isolée; à nouv. au xixes. 1863 (Littré). Empr. au lat. jur. (class., médiév.) compromissum « compromis » (part. passé subst. de compromittere, compromettre*). Fréq. abs. littér. : 467.
DÉR.
Compromissoire, adj.,dr. Clause compromissoire. Clause insérée dans un contrat par laquelle les parties décident de se rapporter à des arbitrages en cas de conflit dans l'exécution de ce contrat. La Cour de justice est compétente pour statuer en vertu d'une clause compromissoire contenue dans un contrat de droit public ou de droit privé passé par la communauté ou pour son compte (Traité instituant la Communauté européenne de l'énergie atomique (EURATOM),1957, p. 361).Attesté ds Lar. 19e, Lar. encyclop. Littré, Guérin 1892, Rob., Quillet 1965. [kɔ ̃pʀ ɔmiswa:ʀ]. 1863 (Littré); de compromis « action de s'en remettre à la décision d'un arbitre » sur le modèle de promissoire (Littré), dér. du rad. du lat. promissum « promesse » d'apr. possessoire* (possessorius).

Wiktionnaire

Nom commun

compromis \kɔ̃.pʁɔ.mi\ masculin

  1. (Droit) Acte qui scelle un échange de promesses. C'est le résultat d'une négociation entre les parties en présence où chacune aura fait des concessions pour arriver à une solution commune qu'elles devront conjointement exécuter.
    • Passer un compromis.
    • Dresser, signer un compromis.
    • Mettre en compromis.
    • On ne met en compromis que les affaires douteuses et litigieuses.
    • Ce n’est pas là une chose qu’on doive mettre en compromis.
  2. (Par extension) Transaction où les diverses parties se font des concessions les unes aux autres pour clore un désaccord.
    • Un compromis n'a pu être trouvé à l'issue de négociations qui se sont achevées dans la nuit de mercredi à jeudi. Les deux camps, flamand et francophone, se sont rejetés la responsabilité de l'impasse. — (Le gouvernement belge démissionne, le roi met sa décision « en suspens », dans Libération, 22 avril 2010)
    • Deux heures de débats intenses nous ont permis d'aboutir à un bon compromis.

Adjectif

compromis

  1. Qui a subi une atteinte, un dommage plus ou moins durable.
    • Avec le mauvais temps qu'on a eu, les récoltes de cette année me semblent compromises.
    • La bonne manière du patron rétablit la gaieté, un moment compromise — (Émile Zola, L’Assommoir, 1877)
    • Ma santé compromise par mes derniers travaux, mon procès, mes soucis, m'a jeté en Touraine où l'air natal vient de me remettre. — (Honoré de Balzac, Correspondance, 1836)
    • Si ces 5 500 combattants [...] subissent un sombre revers, notre cause sera bien compromise. Au contraire, si en ce moment, sur ce terrain, ils réussissent quelque éclatant fait d'armes, alors l'avenir est à nous ! — (Charles De Gaulle, Mémoires de guerre, 1954)
  2. Embarrassé dans des démêlés, dans des affaires.
    • La princesse de Rohan est compromise jusqu'au cou, si je puis dire, dans l'affaire du collier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COMPROMETTRE. (Il se conjugue comme METTRE.) v. tr.
Exposer quelqu'un à se trouver dans quelque embarras soit en usant de son nom sans son aveu, soit en l'engageant dans des démêlés, dans des affaires. N'ayez pas peur, je ménagerai si bien les choses, que je ne vous compromettrai pas. Il est gravement compromis. Vous courez risque de vous compromettre en agissant de la sorte. On dit dans le même sens Compromettre sa dignité, son autorité, sa fortune, sa réputation, etc., Exposer sa dignité, son autorité, sa fortune, sa réputation, etc., à recevoir quelque diminution, quelque échec. Il signifie aussi Mettre sa réputation en péril. Cette femme se compromet singulièrement. Compromettre une femme, Donner à penser par ses paroles ou ses actes qu'on a une liaison avec elle. En termes de Jurisprudence, il est intransitif et signifie Consentir réciproquement, par acte écrit, de se rapporter sur les différends, les procès qu'on a ensemble, au jugement d'un ou de plusieurs arbitres. Ils ont compromis de toutes leurs affaires entre les mains d'un tel. Je lui ai offert de compromettre là-dessus, s'il voulait. Ils ont compromis sur tous les chefs du procès.

Littré (1872-1877)

COMPROMIS (kon-pro-mi, mi-z') part. passé de compromettre
  • Exposé a quelque dommage matériel ou moral. Sa place compromise par des démarches inconsidérées. Sa réputation compromise. Cet homme gravement compromis par les indiscrétions d'un ami infidèle. Homme compromis, femme compromise, homme, femme dont la réputation n'est pas intacte.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COMPROMIS, (Jurisprud.) est un écrit signé des parties par lequel elles conviennent d’un ou de plusieurs arbitres, à la décision desquels elles promettent de se tenir, à peine par le contrevenant de payer la somme spécifiée dans le compromis.

On peut par compromis, au lieu d’arbitres, nommer un ou plusieurs arbitrateurs, c’est-à-dire amiables compositeurs. Voyez ci-devant Compositeur.

Pour la validité du compromis il faut,

1°. Que l’on y fixe le tems dans lequel les arbitres doivent juger.

2°. Que l’on y exprime la soûmission des parties au jugement des arbitres.

3°. Que l’on y stipule une peine pécuniaire contre la partie qui refusera d’exécuter le jugement.

Le pouvoir résultant du compromis est borné aux objets qui y sont exprimés, & ne peut être étendu au-delà.

Celui qui n’est pas content de la sentence arbitrale, peut en interjetter appel, quand même les parties y auroient renoncé par le compromis ; mais l’appellant, avant de pouvoir être écouté sur son appel, doit payer la peine portée au compromis ; & elle seroit toûjours dûe, quand même il renonceroit dans la suite à son appel, ou que par l’évenement la sentence seroit infirmée.

Il étoit libre chez les Romains de stipuler par le compromis une peine plus forte que l’objet même du compromis ; mais parmi nous quand la peine paroît excessive, le parlement peut la modérer en jugeant l’appel.

On peut compromettre sur un procès à mouvoir, de même que sur un procès déjà mû, & généralement de toutes choses qui concernent les parties, & dont elles peuvent disposer.

Il y a certaines choses dont il n’est pas permis de compromettre, telles que les droits spirituels d’une église, les choses qui intéressent le public, ni sur des alimens laissés par testament pour ce qui en doit échoir dans la suite.

On ne peut pas non plus compromettre sur la punition des crimes publics ; mais on peut compromettre sur les intérêts civils & sur les dépens d’un procès criminel, même sur les délits que l’on ne poursuit que civilement.

Ceux qui ne peuvent pas s’engager, ne peuvent pas compromettre, tels qu’une femme en puissance de mari, si ce n’est de son autorité ; un fondé de procuration ne le peut sans un pouvoir spécial ; le prodigue ou furieux ne le peut, sans être assisté de son curateur.

Le mineur ne peut pareillement compromettre ; & s’il l’a fait, il est aisément relevé de la peine portée au compromis ; mais un bénéficier mineur n’en seroit pas relevé, étant réputé majeur pour les droits de son bénéfice.

Les communautés, soit laïques ou ecclésiastiques, ne sont pas non plus relevées de la peine portée au compromis, quoiqu’elles joüissent ordinairement des mêmes priviléges que les mineurs.

Le compromis subsistant & suivi de poursuites devant les arbitres à l’effet d’empêcher la péremption & la prescription, le pouvoir donné aux arbitres ou arbitrateurs par le compromis, est résolu.

1°. Par la mort d’un des arbitres ou arbitrateurs, ou par celle d’une des parties.

2°. Par l’expiration du tems porté par le compromis, à moins qu’il ne soit prorogé.

3°. Lorsque les parties transigent sur le procès qui faisoit l’objet du compromis.

Anciennement, lorsque les évêques connoissoient de différentes matieres appartenantes à la justice séculiere, c’étoit seulement par voie de compromis, comme on voit par des lettres de Philippe-le-Bel du 15 Juin 1303.

Voyez au digest. l. IV. tit. viij. & au cod. 2. tit. lvj. Les lois civiles, liv. I. tit. xjv. sect. 1. Brodeau sur Louet, lett. c. somm. 4. Chassanée sur la coûtume de Bourg. tit. des droits des gens mariés, §. verbo en puissance, n. 19. Bardet, tome II. liv. V. ch. ij. Hevin sur Frain, p. 31 de ses additions aux notes. Papon, liv. VI. tit. iij. La Peyrere, au mot arbitre, & ci-devant Arbitre, & Sentence arbitrale. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « compromis »

Ce mot est composé des préfixe con- (« ensemble ») et pro- (« pour ») et de mettre. Il est,
  • pour le mot, dérivé du latin compromissum (sens identique), dérivé du verbe compromittere (« promettre en même temps »).
  • pour l'adjectif, le participe passé du verbe compromettre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « compromis »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
compromis kɔ̃prɔmi

Évolution historique de l’usage du mot « compromis »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « compromis »

  • « Je pense donc que nous avons trouvé un bon compromis et qu’ils devraient pouvoir modifier leur groupe motopropulseur, sans compromettre l’aménagement de la voiture. Ils sont toujours libres de modifier tous les aspects aérodynamiques de la voiture. C’est juste l’architecture sous-jacente que nous essayons de figer. » Nextgen-Auto.com, Formule 1 | Les jetons, un bon compromis pour la F1 et la situation de McLaren selon Green
  • Le soc de la charrue n'est pas fait pour le compromis. Henri Michaux, Poteaux d'angle, L'Herne
  • Les compromis sont provisoires. De Jérôme Garcin / Lettres de rupture
  • Toutes les vies sont des compromis. De Jacqueline Rémy / Je meurs d'envie
  • C’est peut-être ça la politique, le compromis perpétuel : entre compromis et compromission. De Cabu / ITV - 2001
  • Un compromis fait un bon parapluie, mais un mauvais toit. De Robert Lowell / Démocratie
  • La politique, c'est la pratique du compromis. De Francine Noël / Myriam première
  • Les compromis, c’est la promesse de devenir con. De Patrick Alessandrin / 15 Août
  • Un bon compromis laisse toujours tout le monde en colère. De Bill Watterson / Calvin et Hobbes - Que de misère humaine !
  • N'acceptez aucun compromis. Vous êtes tout ce que vous avez. De Janis Joplin
  • Le livre d'un grand homme est un compromis entre le lecteur et lui. De Eugène Delacroix / Lettre à Balzac
  • Mon exigence pour la vérité m'a elle-même enseigné la beauté du compromis. De Gandhi / Autobiographie ou Mes expériences de vérité
  • Le souvenir est un compromis : les hommes en usent pour se défendre... De Tommaso Landolfi / La Piccola apocalisse
  • Cannes: un échec constant dominé par les compromis, les combines et les faux pas… De François Truffaut
  • La France n’a guère la culture du compromis. De Edouard Balladur / Le Figaro, 9 février 2015
  • L'intelligence dans la vie consiste à savoir parfois céder, faire des compromis. De Alexander La Haye et Hélène Trudeau / Opération Bernhard II
  • La vie quotidienne aliène et voile la vraie vie, la vie quotidienne permet trop de compromis. De Hélène Rioux / Un sens à ma vie
  • Un compromis de vente est un acte qui constate l’accord des parties tant sur la chose vendue, que sur son prix. Ainsi, on considère le compromis de vente vaut vente. Même si la signature de l’acte authentique devant notaire entérine définitivement la vente, son principe est acquis depuis la signature du compromis. C’est la raison pour laquelle il est difficile de revenir sur un tel engagement. Capital.fr, Annulation d'un compromis de vente - Capital.fr
  • C’est en principe le 1er juillet que doit entrer en vigueur l’éco, la nouvelle monnaie commune des huit pays de la Cédéao. Mais sa mise en oeuvre est compromise. DW.COM, Lancement compromis de l′éco en Afrique de l′ouest | Afrique | DW | 30.06.2020
  • C'est l'art du compromis, trop souvent pris pour de la faiblesse. Comme s'il fallait forcément un « perdant terrassé » et un « gagnant triomphant ». Dans cet exemple, le seul gagnant visible est le monde agricole, même si ce texte est loin d'en régler les insatisfactions.   France Culture, Le "compromis" est-il un gros mot en politique ?
  • La justice avait elle-même appelé les différentes parties à s'asseoir autour d'une table pour trouver un compromis, qui, selon nos informations, devait être effectif cette année. Il faut dire que chacun à intérêt à se montrer compréhensif : le fisc attend toujours en embuscade avec une ardoise évaluée à 11 millions d'euros – 30 millions selon BFM –, une somme qui court toujours, avec pénalités et intérêts, et que devront honorer les cinq héritiers. On peut dire que Johnny leur a laissé un sacré sac de nœuds à démêler… Le Point, Héritage Hallyday : les clans au bord d'un compromis ? - Le Point
  • Malgré près de dix mois de travail, les eurodéputés des commissions Agriculture et Environnement du Parlement n’ont réussi à trouver que peu de terrains d’entente. Contexte a pu consulter les versions stabilisées des compromis et fait le point sur ce qui était sur la table… avant la rupture du 10 juin. , Plans stratégiques nationaux : des compromis sur neuf points seulement - Contexte

Images d'illustration du mot « compromis »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « compromis »

Langue Traduction
Anglais compromise
Espagnol compromiso
Italien compromesso
Allemand kompromiss
Chinois 妥协
Arabe مرونة
Portugais compromisso
Russe компромисс
Japonais 妥協
Basque konpromiso
Corse cumprumissu
Source : Google Translate API

Synonymes de « compromis »

Source : synonymes de compromis sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « compromis »

Partager