La langue française

Charnier

Définitions du mot « charnier »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHARNIER1, subst. masc.

I.− [Concerne la chair animale − sans idée de décomposition] Vx. Local ou récipient servant à conserver de la viande. Des viandes à des crocs comme dans un charnier (Hugo, La Légende des siècles,Le Castillo, t. 4, 1877, p. 661).Voir si (...) au charnier le lard ne rancissait pas (Pourrat, Gaspard des Montagnes,Le Château des sept portes, 1922, p. 123):
P. anal. :
1. Oubliés comme moi dans cet affreux repaire, Mille autres moutons, comme moi, Pendus aux crocs sanglants du charnier populaire, Seront servis au peuple roi. Chénier, Iambes,Hymne, 1794, p. 273.
P. méton., MAR. Barrique contenant une réserve d'eau douce. Au pied du « charnier », récipient tronconique en bois, contenant une cinquantaine de litres d'eau potable, (...) peinturluré de jaune et de vert et cerclé de rouge (...) tonne d'eau douce (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 176, 222).
Rem. ,,Jadis, le Charnier, comme le dit son nom, était une sorte de garde-manger où les matelots serraient ce que, de leurs rations de viande, ils gardaient d'un repas pour l'autre. Une fontaine se combinait avec ce garde-manger. Le Charnier véritable a disparu; la fontaine est restée, gardant un nom qui semble lui être tout à fait étranger`` (Jal1).
II.− [Concerne la chair humaine surtout − avec une idée de décomposition] Endroit où se trouvent de nombreux cadavres.
A.− Vx. Endroit où ont été inhumés des cadavres humains. (Quasi-)synon. cimetière.Devant le tombeau (...) ce sombre charnier où son frère dormirait son éternel sommeil (Bourges, Le Crépuscule des dieux,1884, p. 287).
P. ext.
1. Galerie couverte entourant certains cimetières et servant autrefois d'ossuaire. La grand' danse macabre (...) fréquemment peinte (...) aux murs des charniers (A. France, Poésies,Idylles et légendes, 1896, p. 108):
2. ... il est désert désormais, cet aître Saint-Maclou, ce champ des morts si paisible et si nu, (...), on découvre toujours notre campo santo normand, les fenêtres de verre verdâtre entre les croisillons bruns, les longues galeries, l'escalier de bois, et, tout au long des murs du charnier, les têtes de morts et les os croisés, on y respire le même calme surnaturel. Brasillach, Pierre Corneille,1938, p. 16.
Spéc. Les charniers des (Saints) Innocents. (Charniers à arcades gothiques qui entouraient le) cimetière des Saints Innocents à Paris. Le dernier fossoyeur du cimetière dit charnier des innocents en 1785, époque où ce cimetière mourut (Hugo, Les Misérables,t. 2, 1862, p. 551).Étudi[er] les hiéroglyphes du charnier des Innocents (Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 127).
Rem. 1. ,,Sous ces greniers était une longue voûte où se tenaient, dans les embrasures des fenêtres, de malheureux écrivains publics. De là l'usage, si fréquent aux écrivains des deux derniers siècles, d'appeler les mauvais auteurs Écrivains des charniers`` (Besch. 1845; cf. aussi Ac. 1835-78). 2. Cet usage apparaît encore dans la litt. de la 1remoitié du xixes. : Appart[enir] à l'école des charniers (Musset, Revue des deux Mondes, 1833, p. 208); écrivain des charniers (...) législateur de l'opinion (...) Mentor du peuple français (C. Desmoulins, Le Vieux Cordelier, 1793-94, p. 160); dormir sous les charniers (Nerval, Nouvelles et fantaisies, 1855, p. 210).
2. Galerie couverte entourant certaines églises et servant autrefois à déposer des ossements, puis à distribuer la communion aux grandes fêtes. S'offusqu[er] (...) d'un cabaret qui s'était établi dans les charniers de l'église et où les chantres buvaient (Renan, Souvenirs d'enfance et de jeunesse,1883, p. 208).
B.− Endroit où sont enterrés ou simplement entassés à découvert, pêle-mêle, sans sépulture, de nombreux cadavres humains, parfois animaux :
3. Cette plaine, qui m'avait alors donné l'impression d'être toute de niveau et qui, en réalité, se penche, est un extraordinaire charnier. Les cadavres y foisonnent. C'est comme un cimetière dont on aurait enlevé le dessus. Des bandes le parcourent, identifiant les morts de la veille et de la nuit, retournant les restes, les reconnaissant à quelque détail, malgré leurs figures. Barbusse, Le Feu,1916, p. 289.
4. Les premiers morts avaient bénéficié de la même pompe que leurs camarades des autres pays, mais au quinzième les autorités du camp jugèrent prudent d'arrêter les frais. Les trente ou quarante qui suivirent n'eurent plus droit au cercueil, mais à une simple enveloppe de paillasse en papier; et quand le chiffre des décès dépassa la cinquantaine, le colonel conclut définitivement que les Russes ne méritaient pas tant d'égards, et les fit jeter dans les fosses nus comme des chiens. Est-il même expédient de parler de fosses? Le mot de charnier serait plus exact. Empilés sur trois épaisseurs dans des trous larges de deux mètres et longs de quinze, à la profondeur dérisoire d'un mètre cinquante, les Russes étaient bien enterrés avec une plaque d'identité au cou, comme le règlement l'exige, mais cette plaque était en carton, ... Ambrière, Les Grandes vacances,1946, p. 175.
P. métaph. Foyer de corruption morale. Idées révolutionnaires (...) qui redeviennent à la mode et (...) qui nous feraient rétrograder jusqu'au charnier fangeux des Hébert, des Chaumette, des Marat, et que tout homme de cœur et d'intelligence doit combattre (Balzac, Correspondance,1831, p. 518).
P. ext., péj.
1. Toute l'étendue terrestre où s'accumulent les morts des générations successives. Cette nécessité de la mort engraissant le monde, cette lutte pour la vie qui faisait pousser les êtres sur le charnier de l'éternelle destruction (Zola, Au Bonheur des dames,1883, p. 747).Fai[re] retour au charnier commun où les vies confuses s'élaborent (É. Faure, Hist. de l'art,1912, p. 249).
P. anal. Endroit où s'entassent de nombreuses personnes plus ou moins assimilées à des moribonds :
5. Beaucoup n'avaient pas de porte, laissaient entrevoir des trous noirs de cave, d'où sortait une haleine nauséabonde de misère. Des familles de huit à dix personnes s'entassaient dans ces charniers, sans même avoir un lit souvent, les hommes, les femmes, les enfants en tas, se pourrissant les uns les autres, ... Zola, L'Argent,1891, p. 159.
P. méton., rare. Corps étalé en état de décomposition. La morte (...) un charnier, un tas d'humeur et de sang, une pelletée de chair corrompue, jetée là, sur un coussin (Zola, Nana,1880, p. 1485).L'âme (...) hors du monde, loin de son charnier, loin de son corps (Huysmans, En route,t. 2, 1895, p. 54).
2. P. anal. Lieu où s'amoncellent de nombreuses choses en voie de dégradation.
[En parlant de choses concr.] Un charnier de céréales, l'endroit où la chair du grain a subi les préparations humaines qui transportent ses fins vers la reproduction de l'homme (Giono, L'Eau vive,1943, p. 140).
[En parlant de choses abstr.] Mémoires, correspondances, autobiographies, tous documents d'humanité, − le charnier de la vérité (E. et J. de Goncourt, Journal,1867, p. 322).L'Asie, immense charnier de gloires, de religions et de méthodes, une poussière d'os pilés (Morand, La Route des Indes,1936, p. 133).
Prononc. et Orth. : [ʃaʀnje]. Ds Ac. 1694-1932. Nouv. Lar. ill. et Quillet 1965 soulignent pour le terme de chasse : ,,On dit plus ordinairement carnier.`` Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1100 « endroit où l'on met les morts, ossuaire » (Roland, éd. Bédier, 2954); b) av. 1848 « endroit où il y a de nombreux cadavres » (Chateaubriand ds Lar. 19e); 2. 1174-91 « endroit ou récipient où l'on conserve la viande » (Proverbe au vilain, 235 ds T.-L.). Du lat. carnarium « endroit ou récipient où l'on conserve la viande » attesté en lat. médiév. au sens 1 a (dep. le viiies. selon FEW t. 2, p. 383a, cf. aussi xies., Raoul de Glabre ds Mittellat. W. s.v.).

CHARNIER2, subst. masc.

Région. (Quasi-)synon. échalas; p. ext., pieu.Pour toute clôture (...) un palis dont les charniers ne se voient plus sous une haie luxuriante (Balzac, Modeste Mignon,1844, p. 10).
Rem. Attesté ds Ac Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e, Lar. Lang. fr., Littré, DG, Guérin 1892.
Prononc. : [ʃaʀnje]. Étymol. et Hist. Ca 1260 chernier « échalas » (Livre de jostice et de plet, p. 141, Rapetti ds Gdf.); 1390 charnier (Bail, MM 31, fo121 vo, ibid.). Terme du centre de la France prob. dér. de charne forme de charme, nom d'arbre (lat. carpinus), attestée en a. fr. (Comptes de Nevers, 1289-91, CC 1, fo5 vods Gdf. Compl.) et dans les dial. du Centre (Jaub.); on suppose que les troncs de jeunes charmes étaient utilisés pour faire des échalas (FEW t. 2, p. 407b; Spitzer ds Z. rom. Philol., t. 48, 1928, pp. 90-91); suff. -ier*. L'hyp. d'un étymon *cardinarium, dér. de cardo « gond » (DG; J. Soyer ds Fr. mod., t. 12, 1944, p. 182) fait difficulté du point de vue sémantique.
STAT. − Charnier1 et 2. Fréq. abs. littér. : 161.
BBG. − Soyer (J.). Qq. mots du fr. mod. rares ou inéd. trouvés ds les doc. orléanais. Fr. mod. 1944, t. 12, p. 182.

Wiktionnaire

Nom commun 1

charnier \ʃaʁ.nje\ masculin

  1. Cimetière, lieu où l’on déposait les ossements des morts, fosse commune, ossuaire.
    • Au lieu d'être jeté, comme les autres, au charnier royal, il y fut descendu, déposé doucement et couché avec soin à l’un des angles. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • À partir du IXe siècle et jusqu’à la révolution, on enterrait dans les églises ou autour de ces monuments. Les cimetières étaient ainsi placés au centre des villes et on y élevait ordinairement des ossuaires qu’on appelait charniers. Un des plus célèbres était le charnier des Innocents à Paris. — (Pierre Adolphe Chéruel; Dictionnaire historique des institutions, mœurs et coutumes de la France, 1855)
  2. (Par analogie) Endroit où gisent de nombreux cadavres.
    • Un véritable charnier ensanglante au sud la route de Dixmude. Devant Ramscapelleleed des tirailleurs gisent en de sombres mamelons. — (Marguerite Baulu, La Bataille de l'Yser, Paris, Perrin & Cie, 1918, p.355)
    • Réalisant la prophétie de Kant, la plus sauvage guerre d’extermination que l’on eût encore vue avait entassé ses charniers au grand cimetière de la race humaine. — (Victor Margueritte; Avortement de la S.D.N. , 1936)
    • Les journalistes policiers
      Marchands de calomnies
      Ont répandu sur nos charniers
      Leurs flots d’ignominie.
      — (Eugène Pottier, Elle n’est pas morte !)
  3. (Vieilli) (Désuet) Garde-manger pour les viandes salées.
    • Cependant dans la grange, car ils n’avaient pas de charnier où entreposer la viande, tombait depuis le toit une longue et vieille corde tout effilochée au bout de laquelle une pièce de lard rance pendait. — (Henri-Antoine Verdier; Les Lentilles vertes , 2006)
  4. (Vieilli) (Désuet) Galerie autour d’une église.
    • Cet habile verrier exécuta en 1527 et 1530 les vitraux de l’église de Saint-Hilaire de Chartres, dont une partie fut copiée pour le charnier de l’église Saint-Étienne-du-Mont de Paris. — (Achille François É Jouffroy; Dictionnaire des inventions et découvertes anciennes et modernes , 1860)
    • Néanmoins, par analogie, on appelle du nom de charnier, une salle de catéchisme ou de confrérie ménagée auprès d’une église moderne. — (Jean-Baptiste-Etienne Pascal; Origines et raison de la liturgie catholique en forme de dictionnaire, 1863)
  5. (Marine) Barrique sur le gaillard, contenant l’eau que l’on distribuait journellement à l’équipage.
    • Le charnier bien nettoyé est rempli d’eau tous les matins ; les caliers et quelques hommes de corvée, échelonnés depuis la cale jusqu’à lui, se passent les barils-de-galères, qui viennent se vider dans sa vaste capacité jusqu’à plénitude. — (Amédée Gréhan; La France maritime , 1837)
    • Cependant, il y avait bien là, en effet, les pompes d’aération et aussi le réservoir à air qui servait alors de charnier pour l’eau potable ! — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)

Nom commun 2

charnier \ʃaʁ.nje\ masculin

  1. (Désuet) Échalas.
    • Aubour, le plus mauvais charnier ou échalas est celui qui a le plus d’aubour, ce qui signifie aubier. — (Le gentilhomme cultivateur, ou corps complet d’agriculture, 1763)
    • Elles sont échalassées si on se sert d’échalas carrés en chêne, nommés charniers, de 1,40 mètres de longueur ; elles sont pesselées si on emploie du pesseau rond de bois blanc de 2 mètres de long. Le prix du pesseau n’est que le tiers de celui du charnier. — (Rapport fait au comice agricole de Saumur par la commission d’œnologie nommée dans la séance du 18 février dernier, dans le Bulletin de la Société industrielle et agricole d’Angers et du département de Maine-et-Loire, vol.9, Angers, Ernest Lesourd, 1837, page 275)
    • Ce Chalet, sans vaches ni laiterie, a pour toute clôture sur le chemin un palis dont les charniers ne se voient plus sous une haie luxuriante. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHARNIER. n. m.
Cimetière ou aussi Lieu couvert où l'on déposait les ossements des morts. Le charnier des Innocents. Il signifie par analogie Endroit où gisent de nombreux cadavres. Le champ de bataille était un vrai charnier.

Littré (1872-1877)

CHARNIER (char-nié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel l's se lie : les charnié-z et les jambons) s. m.
  • 1Endroit où l'on garde les viandes salées et, en général, toute espèce de viandes. Mille autres moutons comme moi, Pendus aux crocs sanglants du charnier populaire, Seront servis au peuple-roi, Chénier, 268.
  • 2Dans le langage des chasseurs, gibecière. On dit beaucoup plus souvent carnier.
  • 3Cimetière, lieu où les corps morts sont déposés : sens aujourd'hui tombé en désuétude. On me jettera dans les charniers Saint-Innocent et on ne mettra sur ma fosse qu'une croix de bois, Voltaire, Préf. de Cath. Vadé.

    Galerie autour des églises à Paris, où l'on donnait la communion aux grandes fêtes.

  • 4Dépôt des os exhumés des charniers ou cimetières.

    La pile même des ossements.

HISTORIQUE

XIe s. En un carnel comandez qu'on les port [porte], Ch. de Rol. CCVIII. Ad un carner sempres [ils] les ont portet, ib. CCIX.

XIIe s. À pieux agus [ils] font les charners [fosse mortuaire] ouvrir, Ronc. p. 156.

XIIIe s. Et no franc crestien (que Jhesus puist sauver) Ont fait tous Antioche des mors Turs delivrer ; Ens es carniers defors les alerent jeter, Ch. d'Ant. VI, 1085. Bacons [jambon] mal salés En charnier empire, A dist li vilains, Proverbes du vilain, ms. dans LACURNE.

XIVe s. Le charnier des esperviers est fait sur un arbre qui a regart à leur aire, et est aussi comme au trait d'un arc de leur dit aire, Ménagier, III, 2.

XVe s. Loys de Luxembourg fist faire en la place où la bataille avoit esté, pluseurs carniers, et puis fist assembler tous les mors, Fenin, 1415. Quand je considere ces testes Entassées en ces charniers, Tous furent maistres des requestes, Au moins de la chambre aux deniers, Villon, G. Test. Après que les tuez eurent esté mis en terre en de grands charniers, Mathieu de Coucy, Hist. de Charles VII, p. 600, dans LACURNE.

XVIe s. Et non gueres loing de là est le charnier, auquel furent enterrez les corps des Macedoniens qui moururent en la bataille, Amyot, Alex. 13. Deux charniers [caisses de chair], l'un plein de venaison de cerf, l'aultre de sanglier, Carloix, IV, 24. Cuisine accompagnée de tous ses offices ; assavoir, charnier, boulengerie, fournil, serre-pain…, De Serres, 20. Plus rare est le rencontre du bon charnier, que du bon grenier et de la bonne cave, s'en treuvant peu où les chairs de pourceau, mesme les lards, ne s'enrancissent, De Serres, 836.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHARNIER, s. m. terme d’Architecture, du Latin carnarium. On entend sous ce nom des portiques couverts & percés à jour, qui entourent une grande place destinée à la sépulture des habitans, tel que le cimetiere des saints Innocens à Paris ; on donne aussi ce nom à une galerie fermée de croisées, & située au rez-de-chaussée d’une église paroissiale, où l’on enterre les morts, & où dans les jours solennels on donne la communion, tels qu’aux paroisses saint Eustache, saint Paul, &c. (P)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « charnier »

Bourguig. chanier ; provenç. carnier ; espagn. carnero ; portug. carneiro ; ital. carnajo ; de carnarium, du latin caro, carnis, chair (voy. CHAIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom 1) Du latin carnarium.
(Nom 2) Plutôt qu'apparenté à charnière, dérivé de charnie (« échalas ») avec le suffixe -er ; on suppose que les troncs de jeunes charmes étaient utilisés pour faire des échalas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « charnier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
charnier ʃarnje

Évolution historique de l’usage du mot « charnier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « charnier »

  • Nouvelle découverte macabre à Tarhouna. Au moins neuf corps ont été découverts dans un nouveau charnier dans cette ville libyenne située dans l'ouest du pays, ont annoncé lundi les forces du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU.  LExpress.fr, Libye : au moins 9 corps découverts dans un nouveau charnier à Tarhouna - L'Express
  • Samedi 13 juin, le ministère a publié une synthèse de huit pages du rapport des inspecteurs, chargés de faire la lumière sur la chaîne des responsabilités dans l’affaire du « charnier » du CDC. En novembre, L’Express avait révélé les dérives liées à la conservation et à l’usage des dépouilles au sein du plus grand centre anatomique de France, créé en 1953 et rattaché à l’université Paris-Descartes (devenu en janvier l’université de Paris, après la fusion avec sa consœur Paris-Diderot). Le Monde.fr, Affaire du « charnier » de Paris-Descartes : les familles demandent l’accès au rapport de l’IGAS
  • Sept mois après les révélations de L'Express sur le Centre du don des corps (CDC) de l'université Paris-Descartes, "le charnier de Paris-Descartes", une enquête de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a été publiée mi-juin. Elle reconnaît que de "graves manquements éthiques ont perduré pendant plusieurs années" dans cet établissement de renom. Depuis novembre 2019, les familles de donneurs se battent pour que les responsables soient jugés. France 24, Scandale du "charnier" de Paris-Descartes : le combat des familles continue
  • Plus soudés, plus incisifs et plus officiels pour frapper fort. « Nous voulons lutter contre le silence assourdissant d'une affaire monstrueuse et moralement hors norme » qui met en cause « des gens haut placés et peut-être protégés ». Laurence Dezélée, le porte-parole des victimes du charnier de l'université de Descartes, rue de l'Ecole-de-Médecine (VIe), ne mâche pas ses mots. Le collectif vient de passer à la vitesse supérieure en se transformant en association Charnier Descartes Justice et dignité. Les statuts ont été déposés en début de semaine. leparisien.fr, «Charnier» de la fac Paris-Descartes : les proches de victimes ne veulent pas que «l’affaire soit étouffée» - Le Parisien
  • Un journaliste de l’Agence France-Presse (AFP) a eu accès au site présumé d’un charnier à Tarhouna où plusieurs dépouilles ont été découvertes la veille et retirées par le Croissant-Rouge libyen pour procéder aux identifications. Des lambeaux de vêtements étaient encore éparpillés sur le site, près de fosses recouvertes de terre fraîche. Le Monde.fr, L’ONU « horrifiée » par la découverte de charniers dans l’ouest de la Libye
  • La commission chargée d'enquêter sur les meurtres commis dans le camp militaire d'Ailefoun, au sud-est de Khartoum, "a découvert le charnier au cours des quatre derniers jours, après avoir entendu des témoins", a déclaré le procureur Tagelsirr al-Hebr, lors d'une conférence de presse dans la capitale soudanaise. Le Point, Soudan: un charnier de soldats tués sous Béchir découvert à Khartoum - Le Point
  • La Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) a dit jeudi être horrifiée par des informations sur la découverte d'au moins huit charniers dans l'ouest libyen, selon un communiqué. Le Figaro.fr, Libye: l'ONU «horrifiée» par des informations sur la découverte de charniers
  • Je suis profondément préoccupée par la récente découverte de plusieurs charniers dans la ville de Tarhouna et alentour, en Libye. Mon Bureau été informé de source sûre de l’existence de onze charniers présumés de cadavres d’hommes, de femmes et d’enfants. Il pourrait s’agir de preuves de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Afrik.com, Découverte de charnier en Libye : la CPI prête à élargir son enquête
  • Le gouvernement libyen appelle à ce que les charniers découverts à Tarhouna, région utilisée par les milices illégales d’Haftar comme centre d’opérations et d’approvisionnement, soient traités auprès de la Cour pénale internationale (CPI). , Libye: charniers découverts à Tarhouna, le gouvernement veut porter l’affaire à la CPI | TRT Français
  • Au total, cinq personnes ont déjà été inculpées dans l'enquête britannique cette affaire dite du camion charnier. Le chauffeur du véhicule, Maurice Robinson, 25 ans, a plaidé début avril coupable d'homicides involontaires devant un tribunal londonien. Treize suspects ont été mis en examen (inculpés) en France, 13 autres en Belgique. Le Figaro.fr, Camion charnier en Angleterre: l'Irlande approuve l'extradition de l'organisateur présumé

Traductions du mot « charnier »

Langue Traduction
Anglais mass grave
Espagnol fosa común
Italien fossa comune
Allemand massengrab
Portugais vala comum
Source : Google Translate API

Synonymes de « charnier »

Source : synonymes de charnier sur lebonsynonyme.fr

Charnier

Retour au sommaire ➦

Partager