La langue française

Cimetière

Sommaire

  • Définitions du mot cimetière
  • Étymologie de « cimetière »
  • Phonétique de « cimetière »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cimetière »
  • Citations contenant le mot « cimetière »
  • Images d'illustration du mot « cimetière »
  • Traductions du mot « cimetière »
  • Synonymes de « cimetière »

Définitions du mot cimetière

Trésor de la Langue Française informatisé

CIMETIÈRE, subst. masc.

A.− Terrain généralement bénit, le plus souvent clos de murs, dans lequel on enterre les morts. Porter, accompagner, conduire un corps, un mort au cimetière; un cimetière suburbain, militaire, de campagne, de village; la paix des cimetières. Synon. poét. champ des morts, champ du repos.De magnifiques champs de cyprès, au pied desquels blanchissent les tombes des cimetières turcs (Lamartine, Voyage en Orient,t. 2, 1835, p. 334).Quand on sort des cimetières le jour des morts, on en rapporte une sérénité grave (Ménard, Rêveries d'un païen mystique,1876, p. 224):
1. ... M. de Borose fut enterré avec les cérémonies du rituel le plus complet. Son convoi fut suivi jusqu'au cimetière du Père Lachaise par une foule de gens à pied et en voiture... Brillat-Savarin, Physiol. du goût,1825, p. 302.
2. Les petits ifs du cimetière Frémissent au vent hiémal, Dans la glaciale lumière. Avec des bruits sourds qui font mal, Les croix de bois des tombes neuves Vibrent sur un ton anormal. Verlaine, Poèmes saturniens,Caprices sub urbe, 1866, p. 79.
3. Des chants encore s'élevèrent; une bénédiction descendit sur le cercueil. Le cimetière était plein; il y avait des hommes, des enfants, des femmes entre toutes les tombes et jusque sur le mur d'enceinte. R. Bazin, Le Blé qui lève,1907, p. 356.
4. Mon cimetière à moi est dans la prière du matin et dans celle du soir. C'est cela qui compte. Et puis, il n'y a pas de cimetière parce qu'il n'y a pas de morts. Les absents vivent en Dieu et Dieu a dit qu'il n'était pas le Dieu des morts, mais des vivants. Green, Journal,Le Bel aujourd'hui, 1955-58, p. 137.
Loc. fam. Expédier qqn au cimetière. Le faire mourir (cf. Pourrat, Gaspard des Montagnes, Le Château des sept portes, 1922, p. 15).Aller droit au cimetière. Aller À la mort (cf. Ponson du Terrail, Rocambole, t. 3, Le Club des valets de cœur, 1859, p. 313).Entre le baptistère et le cimetière. De la naissance à la mort (cf. Flaubert, Par les champs et par les grèves, 1848, p. 296).
Loc. proverbiale. Faire les cimetières bossus (cf. bossu C, ex. 8).
Rem. Emploi dans le titre d'une œuvre : Le Cimetière marin, titre d'un poème de Paul Valéry paru ds Charmes en 1920. Mon poème « Le Cimetière marin » a commencé en moi par un certain rythme, qui est celui de vers français de 10 syllabes, coupé en 4 et 6 (Valéry, Variété V, 1944, p. 161). Le Cimetière juif, intitulé d'un tableau de Ruisdaël, célèbre paysagiste du xviies. Il est un tableau dont nous savons avec certitude qu'il ne correspond pas à la réalité, car le site existe toujours. C'est le Cimetière juif, sujet tant aimé de Ruisdaël (Huyghe, Dialogue avec le visible, 1955, p. 260).
P. métaph. Un cimetière de plantes sèches (A. Daudet, Les Rois en exil,1879, p. 309).Ce carnet qui depuis longtemps n'était plus qu'un cimetière d'articles mort-nés (Gide, Journal,1935, p. 1235):
5. La mémoire, quel cimetière! Proches ou lointaines les tombes se multiplient et dans une époque comme la nôtre, les morts jouent à saute-mouton et reviennent, fonçant des cieux! Cendrars, La Main coupée,1946, p. 48.
6. ... la mélancolie fait d'une certaine société une assemblée de morts-vivants, un cimetière de surface, si on peut dire; elle enlève l'appétit, le goût, noue les aiguillettes, éteint les lampes et même le soleil... Giono, Le Hussard sur le toit,1951, p. 370.
Au fig. Lieu où la mort sévit. L'Irlande dont on fait un cimetière, l'Italie dont on fait un bagne (Hugo, Les Feuilles d'automne,1831, p. 711).Cimetière ardent des batailles (Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 63).Il ne faut pas écouter ceux qui veulent faire du Matterhorn un cimetière (Peyré, Matterhorn,1939, p. 127).
SYNT. Aller, se rendre, monter, s'agenouiller, prier, porter des chrysanthèmes au cimetière; être enseveli, inhumé, déposé, couché au cimetière; gagner, longer, traverser, visiter le cimetière; revenir, faire le tour du cimetière; s'acheminer vers le cimetière; acheter une concession temporelle, perpétuelle au cimetière; le trajet, le voyage, le cortège, le convoi de l'église au cimetière; une promenade, une visite au cimetière; le retour du cimetière; concierge, gardien, fossoyeur du cimetière; animaux de cimetière; le gazon, les verdures d'un cimetière; clôture, croix, tombes, rites, feux-follets, revenants d'un cimetière; arbres, terre, coin de cimetière; un cimetière abandonné, désaffecté, entretenu, fleuri, hanté, ombragé, paisible, silencieux.
B.− P. ext.
1. Un cimetière d'animaux :
7. ... la grille du cimetière des chiens, à travers laquelle on voit de vieilles dames à fourrure en poil végétal (...) sarcler des tombes effroyablement inégales, perroquets, éléphants et levrettes y alternant... Giraudoux, Suzanne et le Pacifique,1921, p. 30.
2. Terrain où l'on entasse des engins hors d'usage. Un cimetière de voitures. Le cimetière des bateaux. Quand ils étaient par trop délabrés, on les mettait là au rancart : ils pourrissaient (Moselly, Terres lorraines,1907, p. 50).
P. métaph. Les envoyer [les lettres] à la corbeille, cimetière des vieux papiers (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Une Lettre, 1885, p. 579).
Cimetière radioactif. ,,Emplacement aménagé pour recevoir des objets radioactifs indésirables`` (Nucl. 1964).
Rem. On rencontre ds la docum. l'adj. cimetiéreux, euse. L'aspect cimetiéreux des campagnes (E. et J. de Goncourt, Journal, 1875, p. 1072). Ils [les deux frères] avaient introduit dans leurs exercices un certain fantastique, qui n'avait rien de cimetiéreux, de triste, de sombre (E. de Goncourt, Les Frères Zemganno, 1879, p. 126).
Prononc. et Orth. : [simtjε:ʀ]. Fér. 1768 note : ,,Les Angevins et les Manceaux disent cemetière; d'autres disent cimitière.`` Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1155 cimetire (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 7994); xiiies. cimetiere (Ménestrel Reims, 213 ds T.-L.); subst. masc. et fém. jusqu'au xvies. (Sceve ds Gdf. Compl.); 1513 fig. « lieu où meurent beaucoup de personnes » (La Deploracion des trois Estatz de France ds Anc. poésies fr., t. 3, p. 257). Cimetire est issu du lat. chrét. cimiterium (Cyprien, Ep., 80, 1 ds Blaise) pour coemeterium (Tertullien, ibid.), lui-même empr. au gr. κ ο ι μ η τ η ́ ρ ι ο ν « lieu où l'on dort » et « lieu où reposent les morts », le -i- étant peut-être dû à la prononc. pop. du gr., conservée dans le gr. mod. (DG, § 504 et Bl.-W5.); pour la forme cimetiere v. Thomas (A.) Nouv. Essais, p. 140 et Fouché t. 2, p. 418. Fréq. abs. littér. : 2 528. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 004, b) 4 167; xxes. : a) 5 124, b) 2 871. Bbg. Goug. Lang. pop. 1929, p. 10.

Wiktionnaire

Nom commun

cimetière \sim.tjɛʁ\ masculin

  1. Lieu où l’on enterre les morts.
    • Si l'un des pèlerins venait à mourir sur le bateau, le capitaine devrait ne point pratiquer aussitôt l’immersion, mais bien atterrir quelque part et faire ensevelir le défunt dans un cimetière . — (« Pèlerinage en Terre Sainte au temps jadis », dans Jérusalem, tome 4, 1911, p. 368)
    • Rétoil, qui est marbrier au cimetière de Volvic et nous a promis à chacun sa meilleure inscription, grave en attendant dans le marbre de la cheminée. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Un ravissant cimetière, tout gai, tout ensoleillé, tout fleuri de clématites et de roses entoure l’église. — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
    • La route passe devant le cimetière où se trouvent toutes les tombes des premiers travailleurs français du canal victimes de la terrible fièvre jaune. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • On avait cueilli autour de l’église et dans le cimetière. Maigrement fruités les arbres donnèrent moins d’une demi-hottée chacun ; mais quelle graine ! Nourrie du suc des Trépassés, ronde comme une prunelle. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Thôphi, c'est-y au Crozant (pour à Crozant) ou au Sagnat (pour à Sagnat) que tu veux que je t’enterre ? Dis-le-moi, te gêne pas. Au Crozant, le cimetière est plus respirable et bien sec, dans le roc ; au Sagnat il est plus rencoin, plus chez soi, bien douillet. » Parot geint. « Oh ! mon Thôphi. Eh bien ! t'en fais une bouillotte : quelle jolie grimace tu vas nous laisser en souvenir ? — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 365)
  2. (Figuré) (Par extension) Lieu servant de dépôt d’objets usagés encombrants.
    • L’Arc-en-Ciel a quatre ou cinq cents heures de vol ; […]. Or, au début de 1936, il était démonté, prêt à entrer au cimetière des vieux zincs. — (Jean Mermoz, Mes Vols, p.108, Flammarion, 1937)
    • Un cimetière de voitures.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CIMETIÈRE. n. m.
Lieu dans lequel on enterre les morts. Porter un corps au cimetière, l'enterrer dans le cimetière. Un cimetière de village.

Littré (1872-1877)

CIMETIÈRE (si-me-tiê-r') s. m.
  • 1Le lieu où l'on enterre les morts. Les cimetières ne sont plus permis dans le sein des villes. Il approuve avec douleur l'enseigne d'un marchand hollandais qui, ayant mis pour titre à la paix perpétuelle, avait fait peindre dans le tableau un cimetière, Fontenelle, Leibnitz. Les tombeaux d'Ossian contrastent avec nos cimetières de campagne, Chateaubriand, Génie, I, 1. Nous admettons les comédiens à nos tables, et nous leur fermons nos cimetières, Voltaire, Lett. Damilaville, 18 juillet 1762.

    Fig. Du corps de ce mutin gisant sur la poussière Le ventre des corbeaux sera le cimetière, Rotrou, Antig. IV, 1.

  • 2Le lieu où la mort frappe et sévit. La ville était devenue un vaste cimetière. L'Italie a passé longtemps pour le cimetière des Français. Toute la question n'est que d'un cimetière [Ostende assiégée] ; Prononcez librement qui le doit posséder, Malherbe, IV, 7.
  • 3Cimetière de Blangy, nom d'une variété de pommes du pays d'Auge.

PROVERBES

Les jeunes médecins font les cimetières bossus, se dit pour signifier que les jeunes médecins, avant d'avoir acquis de l'expérience, sont la cause de la mort de beaucoup de personnes.

Il a de l'esprit, il a couché au cimetière, se dit par ironie de quelqu'un qui manque d'esprit, et par un jeu de mots sur les esprits ou revenants qu'une croyance superstitieuse place dans les cimetières.

REMARQUE

En 1668, Marg. Buffet, Observ. p. 49, recommande de ne dire ni ceumetiere ni cemetiere.

HISTORIQUE

XIIe s. Li dux Miles se tint devers un cismetire, Sax. X. Se nuls fust el forfait le rei Henri chaüz, Ne fust en cimetere sis aveirs retenuz, N'en mustier, Th. le mart. 62.

XIIIe s. Et fu li cors embausemés de bausme et aportés à Saint Denis, où il fu enfouis en cimetiere comune, Chr. de Rains, 178. Ou se il font aucun pecié en liu saint, si comme en cimentiere ou en moustier, Beaumanoir, 41. Chimentiere, Beaumanoir, XLIII, 42. Or facent large cimetiere Cil d'Acre, qu'il lor est mestiers, Rutebeuf, 103. L'en doit amer les liex de sa nativité, Et les sainz cimetieres de grant antiquité, Où la char et les os de ceuls furent gité, Dont li vif sunt ou monde richemen herité, J. de Meung, Test. 922.

XVe s. Quand toutes gens issent du moustier, il [Jean Balle] s'en venoit au cloistre ou cimetiere et là preschoit, Froissart, II, II, 106. Messire Pierre de Craon avoit en la ville de Paris, en la cimetiere que on dit Sainct Jean, un très bel hostel, Froissart, III, IV, 28.

XVIe s. Ores tu marches solitere, Parmy l'horreur d'un cimetere, Du Bellay, J. VII, 49, verso. Le mot de dormir ne se peut approprier qu'aux corps, dont est venu le mot de cimetiere, qui vaut autant comme dormitoire, Calvin, Instit. 803. Es escorcheries, cemetieres, hospitaux, Paré, XXIV, 3. Hostesse des lieux solitaires Et par l'horreur des cimetaires, Ronsard, 413. Il falloit laisser cela pour ceux qui avoient couché aux cimetieres, Des Accords, Escraignes dijonn. p. 4, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « cimetière »

Berry, cemetière, cemintire, cimentire, semetière, cimentière ; bourguig. cemeteyre ; wallon, simitiér ; provenç. cementeri ; espagn. et portug. cimenterio ; ital. cimeterio ; de cœmeterium, de ϰοιμητήριον, cimetière, lieu de repos, lieu où l'on dort, de ϰοιμάω, dormir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin coemeterium, devenu cimiterium (Bas-Empire), issu du grec ancien κοιμητήριον, koimêtêrion (« lieu pour dormir, dortoir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cimetière »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cimetière sɛ̃œtjɛr

Évolution historique de l’usage du mot « cimetière »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cimetière »

  • La certitude de n'être pas seul qui console même dans un cimetière. De Jules Renard
  • Un cimetière un jour de Toussaint ressemble à une exposition un jour de vernissage. De Tristan Maya
  • Si l'ennui était mortel, l'école serait un cimetière. De Anonyme
  • Une voiture a été détruite par le feu, ce lundi matin, à proximité du cimetière de Monchecourt. La Voix du Nord, Monchecourt : une voiture incendiée derrière le cimetière
  • Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables, qui ont tous été remplacés. De Georges Clemenceau
  • Ce qu'il y a de plus beau dans les cimetières, ce sont les mauvaises herbes. De Francis Picabia
  • Je suis las des musées, cimetières des arts. Alphonse de Prât de Lamartine, Voyage en Orient
  • Mes chers amis, quand je mourrai Plantez un saule au cimetière ; J'aime son feuillage éploré, La pâleur m'en est douce et chère, Et son ombre sera légère À la terre où je dormirai. Alfred de Musset, Poésies, Lucie
  • Un livre est un grand cimetière où sur la plupart des tombes on ne peut plus lire les noms effacés. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, le Temps retrouvé , Gallimard
  • Les cimetières sont remplis de gens irremplaçables. De Alphonse Allais
  • Les cimetières sont remplis de gens qui se croyaient indispensables. De Proverbe arabe
  • Au cimetière de la gloire, il n'y a pas de concession à perpétuité. De Eugène Labiche
  • Les cannibales n'ont pas de cimetière. De Marcel Mariën
  • Les cimetières sont pleins de gens arrivés. De Henri Jeanson / Paname
  • Les cimetières sont des alignements de fétiches. De Malcolm de Chazal / Ma révolution
  • Les cimetières sont les boîtes de nuit du néant. De Yann Moix
  • Les cimetières sont des champs de fleurs. De Yann Moix
  • Avec ses 54 hectares, le cimetière Nord est le plus grand de la capitale des Philippines. Il est devenu une ville au milieu des morts. Dix mille personnes vivent dans cet endroit, où se déroulent chaque week-end une centaine d'enterrements. Et la moitié de cette population a moins de vingt ans. Des jeunes et des enfants qui ont grandi au milieu des tombes. N'ayant pas d'argent pour louer un appartement, des centaines de familles philippines ont élu domicile dans des tombes. Elles les ont aménagées comme des petites maisons, avec parfois tout le confort moderne. La loi du pays le tolère pour les personnes propriétaires du caveau familial et celles qui passent un arrangement avec les proches des défunts. Ces dernières constituent la grande majorité des habitants de ce cimetière. Nous sommes allés à leur rencontre. Cet extrait vidéo est issu du replay de Sept à Huit, émission d’information et de reportages hebdomadaire diffusée sur TF1 et présentée par Harry Roselmack. 7 à 8 propose 3 à 4 reportages sur l’actualité du moment : politique, faits divers, société ou encore évènements internationaux. LCI, Philippines : ces familles vivent dans le plus grand cimetière de Manille | LCI
  • A quasiment la même époque en 2019 je relatais des vols dans les cimetières du village et voilà qu’en ce début d’été cela vient de récidiver. Entre le dimanche 21 juin 16 h et le lundi matin 8 h, sur un caveau, le magnifique olivier offert par la sœur du défunt a disparu. La surprise a été de taille pour la veuve qui au lendemain de la fête des pères, vu la chaleur ambiante, venait pour arroser les coupes déposées sur la sépulture. Le tombeau voisin récemment et abondamment fleuri a aussi été victime des vandales. Concernant l’olivier, selon l’histoire, dans le judaïsme et le christianisme, l’olivier symbolise la paix, la réconciliation, la bénédiction et le sacrifice. Dans le Coran, l’olivier est un arbre béni, emblème de l’homme universel. Sur le drapeau de l’ONU, la couronne de rameaux d’olivier entourant le monde symbolise la paix universelle. Aussi cet arbre n’était pas là par hasard et son vol contrarie énormément toute la famille concernée. En ces lieux si paisibles, lorsque l’on croise des personnes venues rendre hommage à leurs chers disparus les mots qui reviennent le plus souvent sont : "Ils reposent désormais en paix". Cette Paix si bien concrétisée par cet olivier. Souhaitons ou rêvons c’est selon… que ces individus peu scrupuleux épris de remords reviennent déposer cet arbre et les autres végétaux "empruntés" là où ils les ont trouvés. Mais qu’il faut être outrageusement odieux pour s’en prendre aux plantations dans les cimetières ! Honte à celles et ceux qui pratiquent de tels gestes en espérant qu’un jour ils soient pris la main dans le pot de… fleurs… ladepeche.fr, Bazet. Encore des vols au cimetière ! - ladepeche.fr
  • Le cimetière actuel arrive à saturation. Une extension est prévue sur le terrain adjacent. Journal L'Union abonné, Le cimetière de Saint-Memmie va être agrandi

Images d'illustration du mot « cimetière »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cimetière »

Langue Traduction
Anglais cemetery
Espagnol cementerio
Italien cimitero
Allemand friedhof
Portugais cemitério
Source : Google Translate API

Synonymes de « cimetière »

Source : synonymes de cimetière sur lebonsynonyme.fr
Partager