La langue française

Chaloupe

Sommaire

  • Définitions du mot chaloupe
  • Étymologie de « chaloupe »
  • Phonétique de « chaloupe »
  • Évolution historique de l’usage du mot « chaloupe »
  • Citations contenant le mot « chaloupe »
  • Images d'illustration du mot « chaloupe »
  • Traductions du mot « chaloupe »
  • Synonymes de « chaloupe »

Définitions du mot chaloupe

Trésor de la Langue Française informatisé

CHALOUPE, subst. fém.

A.− NAV. Embarcation utilisée dans les ports et les rades ou destinée au service des navires. Pour aller au rocher de Cancale nous montâmes en chaloupe (Flaubert, Par les champs et par les grèves,1848, p. 385).On croit que le bateau coule et déjà on fait monter les femmes dans les chaloupes (Green, Journal,1940, p. 46):
1. ... nous entrâmes dans la baie de Chesapeake. Le soir même, on envoya une chaloupe chercher des vivres frais. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 1, 1848, p. 274.
SYNT. Chaloupe à moteur, à rames, à vapeur, à voiles; chaloupe de débarquement; mettre la chaloupe en mer, à la mer; descendre la chaloupe.
Chaloupe armée. Chaloupe occupée par des matelots et des soldats pour une expédition. Nos deux chaloupes armées (...) partirent (...) pour une baie éloignée d'environ une lieue (Voyage de La Pérouse,t. 3, 1797, p. 187).
Chaloupe canonnière. Chaloupe à fond plat munie d'un ou plusieurs canons. Une chaloupe canonnière, venue de Nantes, ouvrait déjà le feu sur leurs radeaux (Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan,t. 2, 1870, p. 262).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. fém. chaloupée. Contenu d'une chaloupe. Quelques chaloupées d'eau (Voyage de La Pérouse, t. 3, 1797, p. 193). Fréq. abs. littér. : 6.
B.− Arg. [P. anal. de mouvement] Chaloupe (orageuse). Sorte de cancan où les danseurs se balancent fortement :
2. Puis elle veut qu'on danse et la voilà, toujours répétant son costume de bacchante, essayant le balancement de la chaloupe orageuse. E. et J. de Goncourt, Journal,1860, p. 719.
Prononc. et Orth. : [ʃalup]. Ds Ac. 1694 et 1718 s.v. chalouppe; ds Ac. 1740-1932 sous la forme mod. avec 1 p. Étymol. et Hist. 1. 1522 chaloppe « sorte de bateau plat » (Texte de Bretagne d'apr. Bl.-W.1-5); xvies. chaloupe (Chron. bordeloise, I, 258, Delpit, d'apr. Delboulle ds R. Hist. litt. Fr., t. 6, p. 301); 2. 1845 chaloupe « danse échevelée » (E. Bourget ds Larch. 1872). Orig. discutée. 2 hyp. : a) emploi fig. du dial. chalope, m. fr. chaloppe « coquille de noix, pellicule du noyau » (1578, Bl.-W.1-5; 1611, Cotgr.; cf. chalouppe de mer « coquillage », Encyclop. t. 11, p. 678b), issu par aphérèse de l'a. fr. eschalope « coquille (de noix) » (1224, G. de Coincy, éd. F. Koenig, I, Mir., 44, 563 : escalophe), lui-même dér. de eschale (écale*) avec finale de enveloppe (Sainéan ds Z. rom. Philol., t. 30, p. 561; FEW t. 17, p. 86a; Bl.-W.5; Dauzat 1973); b) empr. au néerl. sloep « embarcation, chaloupe » (Baist ds Z. rom. Philol., t. 32, 1908, pp. 36-37, note 1; EWFS2; Valkh., p. 88). À l'encontre de la 2ehyp. : − le caractère tardif du néerl. (1598 ds Kluge20, s.v. Schaluppe); − l'orig. fr. de la plupart des formes germ. (all. Chaloupe 1648, Kluge20; angl. shallop 1578, NED). Les rapports de chaloupe avec le type a. gasc. calup, galup (dep. le xiiies. ds FEW, loc. cit., p. 83b) sont obscurs : au cas où les 2 types seraient apparentés, la 2ehyp. serait à écarter. Pour des raisons phonét., il semble difficile d'admettre avec FEW et Bl.-W.5un empr. du néerl. sloep au fr.; le néerl. serait à rattacher au verbe sluipen « se glisser, se couler » (De Vries Nederl. et De Vries 1970). Fréq. abs. littér. : 345. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 031, b) 611; xxes. : a) 176, b) 153.
DÉR.
Chaloupier, subst. masc.,mar. Matelot qui appartient à l'équipage d'une chaloupe. Ce fut Abel Tasman qui, par ses cinq matelots tués et dévorés, commença ces sanglantes annales du cannibalisme. Après lui, le capitaine Tukney et tout son équipage de chaloupiers subirent le même sort (Verne, Les Enfants du capitaine Grant,t. 3, 1868, p. 27). Seules transcr. ds Land. 1834 et Littré : cha-lou-pié. 1resattest. a) 1828-29 « ancien forçat chargé de faire la toilette des nouveaux venus au bagne » (L.-F. Raban et Marco Saint-Hilaire, Mémoires d'un forçat, t. 4, p. 19), b) 1838 « matelot de chaloupe » (Ac. Compl. 1842); de chaloupe, suff. -ier*; a s'explique, selon Esn. 1966, par le fait que ces forçats étaient choisis parmi les hommes affectés aux chaloupes. Fréq. abs. littér. : 4.
BBG. − Kemna 1901, pp. 216-217. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 401. − Lammens 1890, pp. 84-85. − Spitzer (L.). Literaturblatt für germanische und romanische Philologie. 1921, t. 42, p. 308. − Sain. Sources t. 1, 1972 [1925], p. 145, 172, 179; t. 2, 1972 [1925], p. 103, 153, 165, 167; t. 3, 1972 [1930], p. 106; pp. 317-350. − Schuchardt (H.). Romanische Etymologien. 2. Sitzungsberichte der philosophisch − historischen Klasse der kaiserlichen Akademie der Wissenschaften. 1899, t. 141, no3, p. 167.

Wiktionnaire

Nom commun

chaloupe \ʃa.lup\ féminin

  1. Grand canot dont on se sert principalement dans les ports et les rades pour le transport des vivres, des fardeaux, etc.
    • Jean Donnard et Pierre Kerhuon embarquaient les filets dans la chaloupe, amarrée au quai, près de la cale qu’ensanglantaient des débris de poissons fraîchement éventrés. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes )
    • Écopée, la barque avait été remise à flot et pendant que ses canotiers ramaient, la chaloupe de Laignel l'aidait à passer les mauvais rouleaux en la remorquant. — (Jean-Pierre Ledru, D'Entrecasteaux à la recherche de La Pérouse: Deux sabots sur la mer, La Découvrance éditions, 2008, page 240)
  2. Canot à rame ou à moteur embarqué à bord des bateaux pour rejoindre le rivage ou évacuer les passagers.
    • Ce kayak, souple et léger, toujours enlevé sur le dos des lames, insubmersible, chavirable peut-être, […] peut résister et résiste, en effet, là où des chaloupes seraient immanquablement brisées. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
  3. (Canada) Surchaussure protégeant les chaussures de la neige et de l’eau. On dit aussi claque.

Forme de verbe

chaloupe \ʃa.lup\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de chalouper.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de chalouper.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de chalouper.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de chalouper.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de chalouper.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHALOUPE. n. f.
Grand canot dont on se sert principalement dans les ports et les rades pour le transport des vivres, des fardeaux, etc., et qu'on embarque aussi pour le service des navires qui vont en mer. Chaloupe d'un vaisseau de guerre. Descendre la chaloupe en mer. Mettre la chaloupe à la mer. Chaloupe à rames, à voiles, à vapeur, à moteur. Chaloupe canonnière, Petit bâtiment à fond plat, armé d'un ou de plusieurs canons. Chaloupe de pêche, Petit bâtiment non ponté qui sert pour la pêche en mer.

Littré (1872-1877)

CHALOUPE (cha-lou-p') s. f.
  • 1Petit bâtiment à voile et à rames, non ponté, que l'on emmène pour le service d'un grand vaisseau. Chaloupe de pêche. On arma, on mit à la mer la chaloupe. Je m'embarquai dans la chaloupe du bâtiment, Chateaubriand, Itin. 23.

    Chaloupe canonnière, petit bâtiment à fond plat et portant du canon.

    Double chaloupe, grande chaloupe pontée.

  • 2Chaloupe cannelée, nom, parmi les marchands, de la coquille de l'argonaute.

HISTORIQUE

XVIe s. Les assiegez envoyerent une chaluppe les convier de terrir, D'Aubigné, Hist. I, 199.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHALOUPE, s. f. (Marine.) c’est un petit bâtiment léger fait pour le service des vaisseaux. On s’en sert aussi pour des traversées ; alors on y met un petit mât de mestre avec sa vergue, & un petit mât de misene.

Quoique l’on se serve souvent d’avirons pour les faire voguer, elles vont cependant très-bien à la voile ; ce qui rend leur service très-utile aux vaisseaux de guerre.

Dans le cours du voyage, la chaloupe se hale dans le vaisseau & s’embarque : on la met à la mer dans les rades, & lorsqu’on en a besoin. Elle sert à différens usages, comme de porter à bord les munitions, le leste, & les autres choses pesantes : on l’envoye faire de l’eau & du bois dans les relâches, elle sert à porter les ancres de toue.

La grandeur de la chaloupe se proportionne sur celle du vaisseau auquel elle doit servir ; & même ces proportions varient suivant la méthode de chaque constructeur : mais en général on lui donne autant de longueur que le vaisseau pour lequel elle est destinée a de largeur ; on lui donne pour sa largeur un peu plus que le quart de sa longueur ; & sa profondeur doit être un peu moindre que la moitié de sa largeur.

Mais pour se former une idée nette & distincte d’une chaloupe, de ses dimensions, & des parties qui la composent, il faut voir la Plan. XVI. de la Marine, où l’on trouve, fig. 1. une chaloupe renversée pour voir les parties internes ; fig. 2. la coupe perpendiculaire sur sa longueur de la poupe à la proue ; fig. 3. une vûe de la chaloupe par l’avant, & une par l’arriere ; fig. 4. une vûe de la chaloupe armée de ses avirons.

Lorsqu’on met la chaloupe à la mer, elle est équipée de trois ou cinq matelots : celui qui la gouverne s’appelle maître ; celui qui tire la rame de devant s’appelle le têtier ; & celui qui tire au milieu, arimier.

Chaloupe borme de nage, c’est-à-dire légere, aisée à manœuvrer, & qui va très-bien avec les avirons.

Chaloupe bien armée, c’est lorsquelle a des matelots suffisamment pour aller plus vîte, & qu’on la charge de troupes pour faire une descente, ou quelqu’autre expédition.

Chaloupe à la toue, c’est lorsque le vaisseau est à la voile, on se contente d’amarrer la chaloupe à son bord, & alors elle en est tirée ; ce qui ne se fait que dans un beau tems.

Chaloupe en fagot, voyez Fagot. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chaloupe »

(XVIe siècle) Emploi [1] figuré du dialectal chalope, attesté en moyen français avec chaloppe, « coquille de noix, pellicule du noyau » (→ voir chalouppe, « coquillage »), issu par aphérèse de l'ancien français eschalope (« coquille »), lui-même dérivé de eschale (→ voir écale) avec la finale de enveloppe. Les rapports étymologiques de chaloupe avec le radical gascon calup, galup sont obscurs au cas où les deux types seraient liés.
On remarque toutefois que De Eguilaz[1] comme Lammens[2] tirent ce mot de l’arabe جلبة, jelba « grande barque ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. chalupa ; ital. scialuppa ; du hollandais sloep ; danois, sluppe ; d'où l'anglais shallop et sloop.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « chaloupe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chaloupe ʃalup

Évolution historique de l’usage du mot « chaloupe »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chaloupe »

  • « Dans le temps de la guerre, ça avait été remplacé par des canots, des chaloupes et des bateaux à voile », en raison des restrictions sur l’essence, a-t-il raconté en entrevue téléphonique, vendredi. La Presse, Les Régates de Valleyfield annulées pour la première fois en 82 ans
  • Gorée aux goréens, c’est apparemment l’un des effets collatéraux de la Covid-19. Cette terre si attirante, convoitée par des hommes et femmes de diverses origines ne reçoit plus. L’hospitalité tant attribuée à ses habitants a subi les affres de la pandémie depuis le 16 mars dernier. L’île paisible à la belle et colorée architecture s’est barricadée. Pour rallier cette commune, le passage obligé est à l’embarcadère de Dakar. L’ambiance de ce dimanche y est assez terne. Pas de bruit d’enfants accompagnés de leurs parents, ni de bousculade devant les guichets. L’espace d’accueil d’habitude animé est occupé par moins de dix personnes. Il est 9 heures 49 minutes. Plus qu’onze minutes avant la première embarcation de la journée. À 10 heures passées de deux minutes, les agents en charge de l’organisation se signalent. Parmi eux, une femme nommée Adja. En chemise noire, casquette de la même couleur sur le chef, la mine joviale, la dame questionne les passagers. Pas de couacs avec les cinq premiers sur la liste. Après présentation de la carte de résident, ils sont autorisés à accéder à l’autre poste de contrôle, après un passage au point d’eau pour la désinfection. « Lavez-vous les mains avant d’entrer », dit un guichetier sur un ton autoritaire. Cette voix s’est tue, Adja poursuit sa mission. Désormais, elle a affaire à deux jeunes cireurs désirant rejoindre l’île. Voyage impossible, selon elle. « Sans carte de résident, il est impossible d’aller à Gorée. C’est pour éviter la propagation du coronavirus », explique-t-elle. Sans objection, les concernés rebroussent chemin. Au dernier poste, un homme prend le relais. Concentré sur son sujet, il scanne les cartes de résidents et soumet au contrôle de température par thermo flash. Le billet d’embarcation à bord de la chaloupe Coumba Castel est ainsi délivré après cette étape. La barque est occupée par huit voyageurs. À la première loge, un blanc est plongé dans la lecture d’un bouquin. Les deux qui sont derrière mâchent du pain. Le reste contemple dame nature, dans son étendue, sa beauté, dans toute sa splendeur. À l’intérieur de la cabine, Abdoulaye Dacosta Goudiaby est à la manœuvre. Il tourne le volant à fond, le reste de l’équipage buvant ses consignes. « Depuis le mois de mars, il nous arrive même de voyager avec quatre personnes. L’accès à l’île est réservé aux résidents. De notre côté, nous imposons le lavage de mains et la distanciation sociale », indique-t-il, brièvement. Quelques minutes après le départ, la chaloupe accoste. Des membres de l’équipage s’empressent de l’attacher sur le ponton. Les passagers foulent ainsi la terre goréenne. Impossible de presser le pas, un gaillard veille au grain, thermo flash et bouteille de gel en main. « Excusez-moi, une minute, vous devez être contrôlés d’abord », dit-il, avant d’appliquer toutes les consignes reçues du personnel de santé. Gorée ne badine pas avec la santé de ses insulaires. SenePlus, A GOREE, SANTE AU TOP ET ECONOMIE A GENOUX | SenePlus
  • Moi aussi j'attends des livres que j'entreprends d'écrire qu'ils me secourent, qu'ils m'embarquent dans leur chaloupe, qu'ils me conduisent vers le rivage d'un ailleurs idéal. De Éric Reinhardt / L'amour et les forêts
  • Cet été, nombreux seront les Québécois qui embarqueront à bord de canots, de chaloupes, qui tenteront la planche à pagaie ou quelqu’autre sport nautique et qui seront tentés de faire saucette dans les plans d’eau. Le Manic, Sécurité nautique : la vigilance est de mise - Le Manic
  • Toute personne qui conduit une chaloupe, un bateau ou une motomarine doit obligatoirement avoir une carte de conducteur d'embarcation de plaisance. Il s'agit d'une exigence de Transports Canada. Radio-Canada.ca, L'importance de respecter les règles sur les cours d'eau | Radio-Canada.ca
  • Pour de nombreux Québécois ayant grandi dans les années 40 à 60, durant l’âge d’or de cette embarcation d’exception, l’évocation de cette chaloupe fait remonter à la surface des souvenirs de balades ou de parties de pêche sur le lac ou les eaux parfois agitées du fleuve. La Relève, La chaloupe Verchères : un patrimoine toujours bien vivant - La Relève
  • En achetant la pourvoirie, vous aurez également accès à 3 chaloupes de 14 pieds en aluminium, 2 pontons de 18 pieds, des pédalos, des kayaks, des canots et des gilets de flottaison pour les embarcations. Un pas pire deal!  Silo 57, Une pourvoirie avec 12 chalets, 1 maison, 3 chaloupes et 2 pontons à vendre pour 475 000$ dans les Laurentides | Silo 57
  • La chaloupe camarétoise « Roñvad » a enfin été mise à l’eau, vendredi, après cinq mois de mise au sec. Gaël Huydts, président de l’association Club kayaks et avirons de Camaret, précise : « En raison de son hivernage plus long que d’ordinaire, du fait de la crise sanitaire, nous avons dû regonfler les bordées du haut en l’immergeant dans le port. Une opération que nos anciens faisaient couramment avant de remettre les moteurs en place. La chaloupe est naturellement insubmersible. Cette opération permet d’éviter les entrées d’eau lors de la gîte ». Le Telegramme, Le « Roñvad » remis à l’eau - Camaret-sur-Mer - Le Télégramme
  • Un chalet de bois rond sur la rive d’un petit lac plein de truites mouchetées, une chaloupe amarrée au quai, des chevaux qui broutent tranquillement, des chants d’oiseaux, des chiens de traîneau qui accueillent les visiteurs en jappant joyeusement. La Presse, La nature sauvage, pour oublier (un peu) la pandémie

Images d'illustration du mot « chaloupe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « chaloupe »

Langue Traduction
Anglais rowboat
Espagnol chalupa
Italien scialuppa
Allemand boot
Portugais barco
Source : Google Translate API

Synonymes de « chaloupe »

Source : synonymes de chaloupe sur lebonsynonyme.fr
Partager