La langue française

Chacun

Sommaire

  • Définitions du mot chacun
  • Étymologie de « chacun »
  • Phonétique de « chacun »
  • Citations contenant le mot « chacun »
  • Traductions du mot « chacun »
  • Synonymes de « chacun »
  • Antonymes de « chacun »

Définitions du mot « chacun »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHACUN, UNE, pron. indéf.

Pronom exprimant la totalité d'une manière distributive, les éléments qui constituent cette totalité étant envisagés sous l'angle du singulier (chacun exclut le pluriel).
I.− Pron. Se référant soit à un subst. plur., soit une énumération de subst. sing. ou de noms de personnes. Il prend la marque de genre de l'élément qu'il représente.
A.− Chacun empl. seul.
1. Le syntagme nominal (ou le pron.) auquel se réfère chacun est extérieur à la phrase.
Le plus souvent chacun est en fonction de sujet :
1. − Je décampe si cette fille doit continuer à dîner avec nous, dit-il à demi-voix. En un clin d'œil chacun, moins Poiret, approuva la proposition de l'étudiant en médecine, qui, fort de l'adhésion générale, s'avança vers le vieux pensionnaire. Balzac, Le Père Goriot,1835, p. 227.
2. (...) il avait conquis le cœur de la comédienne en débitant des facéties au dessert, et la dernière s'était affolée de lui après l'avoir entendu lire deux pages de Jocelyn. Rien ne serait plus faux que de soutenir qu'il joua la comédie vis-à-vis d'aucune d'elles, il les avait aimées réellement chacune l'une après l'autre, il avait été tour à tour presque mystique dans sa première passion, bambocheur et farceur dans la seconde, littéraire et élégiaque dans la troisième; ... Flaubert, La 1reÉducation sentimentale,1845, p. 258.
3. Tout le monde souffrait comme lui depuis longtemps, et le violent besoin de manger, augmentant toujours, avait tué les conversations. De temps en temps, quelqu'un bâillait; un autre presque aussitôt l'imitait, et chacun, à tour de rôle, suivant son caractère, son savoir-vivre et sa position sociale, ouvrait la bouche avec fracas ou modestement en portant vite sa main devant le trou béant d'où sortait une vapeur. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Boule de suif, 1880, p. 124.
4. Il y avait la minute précise qu'il vivait, rien d'autre; et elles se ressemblaient toutes, et pourtant chacune, en venant, lui apportait comme un bonheur nouveau. Ramuz, Aimé Pache, peintre Vaudois,1911, p. 229.
5. Qui oserait détacher un de ces éléments et le proclamer seul valable? L'art de Titien est un ample concert où chacun est indispensable et confondu dans l'autorité de l'ensemble. Huyghe, Dialogue avec le visible,1955, p. 99.
Il fonctionne dans un groupe prépositionnel :
6. ... [Il déclara] qu'il allait interroger toutes les religieuses une à une pour leur demander leur résolution, et qu'il aviserait ensuite à prendre les mesures que Dieu et sa conscience lui suggéreraient. Il procéda immédiatement à l'interrogatoire, qui fut bref pour chacune. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 4, 1859, p. 99.
7. Chaque nouvelle aurait une sorte d'unité, formerait une petite œuvre achevée; le lecteur pourrait prendre un plaisir différent à chacune; ... R. Martin du Gard, Souvenirs autobiographiques et littéraires,1943, p. CXVI.
En fonction de compl. d'obj. dir. Rare, sans doute à cause de l'ambiguïté avec la construction décrite ci-après infra 2 :
8. Prenant à pleines mains ces vieux gages des tendresses lointaines, je les couvris de caresses furieuses, et dans mon âme ravagée par les souvenirs, je revoyais chacune à l'heure de l'abandon, ... Maupassant.Contes et nouvelles,t. 2, Suicides, p. 828.
9. Gabrielle, passant entre MmeVidauban et − Vidauban, dérangeant chacun. − Pardon! pardon, monsieur! pardon! Feydeau, La Dame de chez Maxim's,1914, II, 7, p. 45.
Rem. Chacun peut fonctionner comme compl. déterminatif :
10. Sur le devant de la branche transverse, s'articulent deux pièces ovales, (...). Sur le bord inférieur de chacune est tendue en dedans une membrane qui coupe à angle droit la direction de l'air; ... Cuvier, Leçons d'anat. comp.,t. 4, 1805, p. 538.
2. Chacun est en apposition à un syntagme nominal de la phrase :
11. Je suppose que 500 ouvriers déposent dans une caisse chacun deux sous par jour (et il n'y en a point, sur-tout dans les capitales, qui ne puissent faire ce petit sacrifice), (...); et si dans cette ville il y avoit un dispensary, et que cette association y souscrivît 500 fr, par exemple, c'est-à-dire 20 sous par chaque associé, ... Crèvecœur, Voyage dans la Haute Pensylvanie,t. 3, 1801, p. 235.
12. Il paraît que Tristan est une chose plus stupéfiante encore que nous nous l'étions imaginé. Nous allons voir tous les opéras de Wagner, tous, et plusieurs fois chacun, sans compter les répétitions. Villiers de L'Isle-Adam, Correspondance,1869, p. 134.
13. Avant de revêtir celle-ci ou celle-là, la femme a eu à faire un choix entre deux robes non pas à peu près pareilles, mais profondément individuelles chacune, et qu'on pourrait nommer. Proust, La Prisonnière,1922, p. 34.
14. Trois existences utiles de trente-trois ans chacune forment précisément un siècle. Thibaudet, Réflexions sur la litt.,1936, p. 123.
Rem. Après un compl. exprimant la grandeur, chacun peut être concurrencé par chaque (v. chaque rem. gén. en fin d'article).
Chacun à chacun. Tour exprimant la réciprocité :
15. Si je faisais l'histoire de cette solitude, avec quel bonheur je retracerais ces pastorales de l'amitié, et, entre toutes, cette scène si douce qui nous mit la main dans la main et nous fit donner nos âmes chacun à chacun. Oh! cependant, l'échange était bien inégal : je pris là votre âme toute belle et tout ornée, et vous n'eûtes en retour qu'une pauvre âme faible et nue comme un enfant qui vient en ce monde, mais qui se donnait à vous bien abandonnément : vous lui tendiez si bien vos bras! M. de Guérin, Correspondance,1833, p. 110.
16. ... deux triangles sont égaux lorsqu'ils ont un côté égal et deux angles adjacents égaux chacun à chacun; ... Cournot, Essai sur les fondements de nos connaissances,1851, p. 392.
Fam., sans référence précise à un antécédent. Chacun sa chacune. Désignant les personnes d'un couple :
17. Il avait, disait-il, besoin surtout d'un auditoire de femmes. Les amis ne se firent pas prier, et au jour et à l'heure convenus ils arrivaient, chacun suivi de sa chacune. Murger, Scènes de la vie de jeunesse,1851, p. 238.
18. − Hé vous voyez. Ils sont quatre qui ont enlevé chacun sa chacune. Ils les emmènent peut-être en Suisse où il y a des ours, peut-être en Italie où il y a des brigands... Pourrat, Gaspard des montagnes,Le Pavillon des amourettes, 1930, p. 282.
3. Problèmes d'accord en nombre posés par l'enchâssement de chacun.
a) La valeur distributive de chacun a pour conséquence qu'il est très souvent mis en corrélation avec l'adj. poss.
L'enchâssement de chacun, dans la phrase de la 3epers., peut provoquer le passage du poss., normalement au plur. (leur/leurs), au sing. (son/sa/ses). Toutes les forces humaines, toujours appliquées chacune suivant sa nature (Comte, Catéchisme positiviste,1852, p. 2).Ces grandes familles patriarcales, semblables aux clans celtiques, avaient chacune son chef héréditaire (Fustel de Coulanges, La Cité antique,1864, p. 160).Oui Donc, j'ai donné à chacune ses jours (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, L'Épingle, 1888, p. 1090).Ils s'enferment chacun avec sa lampe et un miroir (Schwob, Le Livre de Monelle,1894, p. 115).J'ai de grands enfants qui vivent chacun de son côté (Montherlant, Celles qu'on prend dans ses bras,1950, I, 1, p. 768).La région A et la région B ont chacune sa firme (industrie) motrice (Perroux, L'Économie du XXes.,1964, p. 219).
Lorsqu'il s'agit de tours figés du type ils partirent chacun à leur guise/à sa guise, ils travaillent chacun pour leur compte/pour son compte, ils réagissent chacun à leur manière/à sa manière, les proportions de sing. et de plur. sont égales. Ce sont ces proportions différentes qui expliquent la coexistence, dans la phrase suivante, d'un poss. au sing. et d'un autre au plur. : les deux enfants écrivirent chacun de son côté leur déposition (Barrès, Mes cahiers,t. 7, 1908, p. 86).
Lorsque la séquence est disjointe de ce qui précède par une virgule, le sing. prédomine très largement, sans que le plur. soit cependant exclu : Lorsqu'elles [les pommes] arrivent fraîches et bien conservées, chacune dans leur enveloppe de papier (Crèvecœur, Voyage dans la Haute Pensylvanie,t. 3, 1801, p. 268).Ils sont prêts à se cotiser, chacun selon leur fortune (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 4, 1848, p. 229).
Dans des phrases dont le sujet est de 1reou 2epers., les poss. sont obligatoirement du plur. : nous avons chacun nos papiers; agissez chacun selon votre conscience. Cependant, dans un style parlé, où chacun est souvent disjoint de ce qui précède par une virgule, on peut trouver son/sa/ses : Nous sommes de notre pays, chacun de son village, et tous français (Courier, Pamphlets pol.,Lettres au rédacteur du « Censeur », 1819-20, p. 30).Vous voyez que nous servons tous ici, chacun selon ses moyens (P. Bourget, Le Sens de la mort,1915, p. 47).Il nous faut travailler, nous, chacun de son côté (Péguy, Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc,1910, p. 31).Nous débrouiller ensuite chacun de son côté (Montherlant, Les Célibataires,1934, p. 747).
b) Constr. réfléchies
3epers. du plur. Le réfléchi est soi :
19. Les paysans construisent chacun pour soi toutes ces maisons basses, mais ils construisent pour eux tous cette haute demeure. Barrès, Mes cahiers,t. 5, 1906-07, p. 45.
20. Ils évitaient de se regarder. Ils n'osaient plus prendre conscience d'eux-mêmes, sachant qu'ils se mentaient l'un à l'autre, et chacun à soi. Arland, L'Ordre,1929, p. 315.
Après nous, le réfléchi est nous. Cependant, notamment dans le style parlé, on trouve soi :
21. Là-dessus, nous fûmes chacun chez soi, assez mal contents. Adam, L'Enfant d'Austerlitz,1902, p. 164.
22. Et puis l'automne a passé et tout à l'heure, tandis qu'aux lumières de l'arbre de Noël nous achevions d'oublier nos morts, je me suis avisée que nous recommencions à exister, chacun pour soi. S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 27.
c) Lorsque chacun est apposé au relatif qui, le verbe reste au plur. P. ex. après qui relatif plur. : Plusieurs parties séparées qui chacune contiennent un foyer particulier (Lamarck, Philos. zool.,t. 2, 1809, p. 218).Au milieu des hommes qui chacun, l'un après l'autre le dévisageaient au passage (Montherlant, Le Songe,1922, p. 148).Cf. cependant une attest. isolée de verbe au sing. : (Papiers) réunis dans des chemises de fort papier bleu, qui chacune portait un nom écrit en gros caractères (Zola, Le Docteur Pascal, 1893, p. 9).
B.− Chacun de + subst. plur. :
23. La banque d'Angleterre a ses traditions : tout argent déposé est enfermé chaque soir sous triple serrure, dont chacun des trois directeurs a la clef. Morand, Londres,1933, p. 290.
24. Elle massa chacune de ses joues dans la direction de l'oreille, pour lisser les rides qui descendaient du nez. Montherlant, Le Démon du bien,1937, p. 1292.
Au lieu d'un subst., on trouve souvent un pron. qui représente lui-même un subst. extérieur à la phrase :
25. ... quatre groupements bien délimités, de chacun desquels un général sera, sans ambiguïté, responsable; ... Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 98.
26. C'est avec elle que je m'étais promis d'y atteindre (au bonheur). Le drame, pour chacun de nous deux, commença du jour où je dus comprendre (et où elle comprit également) que je ne me pourrais accomplir qu'en m'écartant d'elle. Gide, Journal,1944, p. 273.
Le pronom nous peut ne pas se référer à un antécédent :
27. ... la continuité du mouvement réel, celle dont chacun de nous a conscience quand il lève le bras ou avance d'un pas. Bergson, L'Évolution créatrice,1907, p. 310.
D'entre. La prép. entre suggère le sens « à l'intérieur de la collectivité » :
28. Immédiatement la mémoire l'y relie, l'y plonge; elle lui donne une coloration inattendue et qui varie avec chacun d'entre nous, non seulement du fait de nos tendances particulières, mais de notre expérience vécue, différente de toute autre. Huyghe, Dialogue avec le visible,1955, p. 433.
II.− Chacun nominal. Il ne se réfère pas à un subst. Il désigne une totalité indéfinie de personnes. Il a toujours le genre masc. plur.
A.− En règle générale, chacun n'est pas précédé d'un déterminant :
29. À cela se joignait alors la pitié qu'inspirait leur malheur, chacun de son mieux les secourut. Courier, Pamphlets pol.,Pétition aux deux Chambres, 1816, p. 6.
30. Les malheureuses touchaient comme chacun leur part de ravitaillement. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 38.
31. Philosophie transcendantale et philosophie réflexive s'opposent l'une à l'autre en invoquant les nécessités de cette analyse psychologique dont personne ne veut, mais dont chacun veut expliquer les apparences. J. Vuillemin, L'Être et le travail,1949, p. 2.
Fréq., chacun est suivi du réfléchi soi ou d'un poss. sing. chacun pour soi! à chacun son dû!
32. Alors chacun demeurera chez soi et dirigera la force et l'éclair vers l'extérieur; mais Sparte trônera sur vous, siège de la reine pour de longues années. Nerval, Le Second Faust,1840, p. 253.
33. − Non, dis-je en riant, aujourd'hui j'ai trouvé une vérité de remplacement. Ou plutôt, je crois être sur le point de la trouver. − Laquelle? Je fais un geste vague. − Chacun la sienne, dis-je en évitant de répondre. Abellio, Heureux les pacifiques,1946, p. 362.
B.− Chacun est précédé de un, tout un. Ces tours sont vivants.
1. Un chacun. Puiser dans la bourse d'autrui et d'un chacun (Las Cases, Le Mémorial de Sainte Hélène,t. 2, 1823, p. 622).Ce que vous connaissez utile, bon à savoir pour un chacun (Courier, Pamphlets pol., Pamphlets des Pamphlets,1824, p. 214).Il est loisible à un chacun de souligner ... (Sainte-Beuve, Tabl. hist. et crit. de la poésie fr. et du théâtre fr. au XVIes.,1828, p. 157).En dépit d'un chacun (Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 485).La providence vient au secours d'un chacun (E. de Guérin, Journal,1838, p. 244).À modérément gouverner un chacun selon son état (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 3, 1848, p. 267).Fouillement d'un chacun (Flaubert, Par les champs et par les grèves,1848, p. 319).La conviction intime d'un chacun (E. et J. de Goncourt, Journal,1860, p. 724).À la satisfaction d'un chacun (Zola, L'Assommoir,1877, p. 636).Ses belles confréries d'ouvriers et d'artistes si bien organisées contre les humeurs d'un chacun (Maurras, Le Chemin du Paradis,1894, p. XXVI).C'est bien un chacun seul qui l'invente (Gide, Réflexions sur quelques points de litt. et de mor.,1897, p. 421).À la portée d'un chacun (Bloy, Journal,1899, p. 302).Éloignez un chacun (E. Rostand, Cyrano de Bergerac,1898, III, 10, p. 138).C'est-à-dire la partie c... d'un chacun (Valéry, Correspondance[avec Gide], 1914, p. 436).Salut un chacun, fit-il en ôtant son casque de laine (Hémon, Maria Chapdelaine,1916, p. 35).Mais qu'un chacun / Ayant vidé sa tire-lire (Ponchon, La Muse au cabaret,La Fête du terme, 1920, p. 243).Ce qu'il y a à savoir d'un chacun (Pourrat, Gaspard des Montagnes,Le Château des sept-portes, 1922, p. 145).Vous lui ressemblez si bien qu'un chacun s'y tromperait, père Leleu... sans mentir, un chacun s'y tromperait... (R. Martin du Gard, Le Testament du Père Leleu,1920, p. 1157).Un chacun s'en doutait (Genevoix, Raboliot,1925, p. 24).La risée d'un chacun (Bernanos, Sous le soleil de Satan,1926, p. 73).Le repos d'un chacun (Giono, Le Grand troupeau,1931, p. 35).« Je ne saurai jamais ce que je vaux, si je ne m'essayais contre un chacun » (Green, Journal,1933, p. 122).Et où le premier mouvement d'un chacun, au premier événement, est de ne tenir pas sa place (Montherlant, Les Célibataires,1934, p. 872).Car de Marie voilà ce qu'un chacun pouvait dire (Jouve, La Scène capitale,1935, p. 10).Qu'un chacun fasse un écart icitte et là (G. Guèvremont, Le Survenant,1945, p. 164).Et l'homme avançait à petits pas, se heurtait à un chacun (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 147).Puisque la liberté d'un chacun contraint celle d'autrui (J. Vuillemin, L'Être et le travail,1949, p. 95).La vocation d'un chacun (Teilhard de Chardin, Le Milieu divin,1955, p. 57).
2. Tout un chacun. Rafraîchir la mémoire à tout un chacun (L. Cladel, Ompdrailles,1879, p. 268).Révélé à tout un chacun (Courteline, L'Article 330,1900, p. 267).Et il aurait voulu que tout un chacun (...) goûtât autant de bonheur (Miomandre, Écrit sur de l'eau,1908, p. 68).Elle avait appris depuis longtemps, comme tout un chacun, la vérité sur tout (Alain-Fournier, Correspondance[avec J. Rivière], 1908, p. 55).Ainsi tout un chacun pouvait vous approcher (Péguy, Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc,1910, p. 46).Il faut que tout un chacun te croie (Claudel, Protée,1reversion, 1914, II, 4, p. 347).I' s'faisait vomir par tout un chacun (Barbusse, Le Feu,1916, p. 126).C'était quasiment tout un chacun qui partait pour les États (Hémon, Maria Chapdelaine,1916, p. 78).Tout un chacun voyant son appétit renaître (Ponchon, La Muse au cabaret,Le Gigot, 1920, p. 149).Mais donnez quittance à tout un chacun (R. Martin du Gard, La Gonfle,1928, I, 5, p. 1189).Il connaît tout un chacun, il salue tout le monde (Arland, L'Ordre,1929, p. 47).Tout un chacun cherche son intérêt (Malraux, L'Espoir,1937, p. 583).(Il) faisait des réflexions sur tout un chacun (Drieu La Rochelle, Rêveuse bourgeoisie,1939, p. 112).À l'entendre de tout un chacun (Queneau, Pierrot mon ami,1942, p. 129).Mais il aimait surtout parler avec tout un chacun à la porte de l'église (G. Guèvremont, Le Survenant,1945, p. 92).Qui périt à la guerre comme tout un chacun (Prévert, Paroles,1946, p. 18).Accusons-en les circonstances et la nature humaine, de quoi les prisonniers dépendent au même titre que tout un chacun (Ambrière, Les Grandes vacances,1946, p. 215).
Rem. Tout chacun, beaucoup plus rare, est peut-être l'indice d'une nominalisation de chacun. Cette dépêche que tout chacun affirme avoir lue de ses propres yeux (E. et J. de Goncourt, Journal, 1870, p. 579). Cet édit le plus maudit par lequel est permis la liberté de conscience à tout chacun (Clemenceau, L'Iniquité, 1899, p. 398). Ce que je souhaite à tout chacun, c'est la petite blessure coquette... (Dorgelès, Les Croix de bois, 1919, p. 84). Il faut que tout chacun te croie... (Claudel, Protée, 2eversion, 1927, II, 7, p. 401). « Assis-toi là, mon ami », qu'i' disait à tout chacun » (R. Martin du Gard, La Gonfle, 1928, I, 5, p. 1187).
Prononc. et Orth. : [ʃakœ ̃], fém. [-kyn]. Pour la prononc. du groupe final -un par [œ ̃] cf. Fouché Prononc. 1959, p. 24. Buben 1935, § 31 note : ,,on prononce a antérieur et bref dans les mots [...] qui s'écrivent sans accent circonflexe malgré la disparition d'un s ou d'un autre son voisin − cf. atelier, babeurre, barolet, bateleur, chacun, chaque (afr. chascun, chasque, cascunu, etc.)``. Fouché Prononc. 1959, p. 457 souligne qu'on ne fait pas la liaison entre chacun et un mot suivant : on a donné à chacun/un livre; à ce sujet cf. aussi Littré. Fér. Crit. t. 1 1787 rappelle : ,,Il y en a qui écrivent chaqun; c'est une mauvaise orthographe.`` Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 adj. cascune fém. sing. (Alexis, éd. Ch. Storey, 257), l'emploi adj. est encore attesté en 1668 par La Fontaine (Fables, Livre II, 20, 22), condamné par Vaug. Nouv. Rem. 1690, p. 107; 2. ca 1100 pron. cascuns masc. sing. « chaque personne [d'un groupe] » (Roland, éd. J. Bédier, 203); 1remoitié xiiies. (Rigomer, 12014 ds T.-L. : Cascuns i avoit se cascune); 3. xiies. un chacun (Sermons St Grégoire sur Ezechiel, 20, 30 ibid.), surtout en usage au xvies. (Hug.), loc. considérée comme ,,basse`` par Fur. 1690. Du lat. vulg. cascúnum, croisement de quisque(unus), littéralement « chaque un » et de catúnum ( [unum] cata unum) littéralement « un à un », b. lat. cata à valeur distributive (ives. voir TLL s.v., 585, 59-62, empr. au gr. κ α τ α ́ exprimant une notion de temps, avec idée de distribution : κ α τ ε ̓ ν ι α υ τ ο ́ υ « chaque année ») qui est représenté par l'a. fr. cadhun (ixes. Serments de Strasbourg ds Henry, Chrest., p. 1), chaün, cheün (ca 1170 Livre des Rois ds T.-L.; v. FEW t. 2, p. 482b). Fréq. abs. littér. Chacun : 15 783. Chacune : 3 930. Fréq. rel. littér. Chacun : xixes. : a) 23 197, b) 19 846; xxes. : a) 21 974, b) 23 479. Chacune : xixes. : a) 6 274, b) 4 390; xxes. : a) 5 251, b) 5 849. Bbg. Martin (E.). Après un pluriel, chacun doit-il être suivi de son, sa, ses ou de leur, leurs? Cour. Vaug. 1871, 3eannée, p. 44; Est-il permis de dire un chacun? Cour. Vaug. 1868, 1reannée, pp. 99-100; Si l'on peut dire : chacun chez lui ou chacun chez eux. Cour. Vaug. 1879, 9eannée, p. 52. − Tournemille (J.). Au jardin des loc. fr. Vie Lang. 1964, p. 710.

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHACUN, UNE. pron. ind., sans pluriel
. Chaque personne, chaque chose d'un tout, d'un ensemble dont il est question. Chacun de nous. Donnez à chacun sa part. Logez ces voyageurs chacun à part. Vivez chacun de votre côté. Chacune d'elles a refusé. Il faut remettre ces livres-là chacun à sa place. Ces cravates coûtent douze francs chacune. Il s'emploie aussi pour désigner Toute personne, qui que ce soit, et, dans cette acception, il est toujours du masculin. Chacun sent son mal. Chacun pense à soi. Chacun pour soi. Rendre à chacun ce qui lui appartient. Chacun se gouverne à sa mode. Chacun prend son plaisir où il le trouve. Prov., Chacun pour soi, Dieu pour tous, Que chacun veille à ses propres intérêts et laisse à Dieu le soin de veiller aux intérêts de tous. Prov., Chacun le sien n'est pas trop, Il est juste que chacun ait ce qui lui appartient. On dit aussi simplement Chacun le sien.

Littré (1872-1877)

CHACUN (cha-kun, cha-ku-n' ; l'n ne se lie pas : chacun a ses passions, dites cha-kun a ses passions), pronom distrib. Chacun n'a pas de pluriel.
  • 1Chaque personne, chaque chose. Chacun prit sa part. Chacun des assistants applaudit. Chacune de ces femmes. Chacun fut de l'avis de M. le doyen, La Fontaine, Fabl. II, 2. Ils allaient [deux rats] de leur œuf manger chacun sa part, La Fontaine, ib. X, 1. Chacune avait sa brigue et de puissants suffrages, Racine, Esth. I, 1. Chacun se disputait la gloire de l'abattre, Racine, Andr. V, 3. Ce n'est pas moi qui les ai mis chacun à leur place, Massillon, Vérité de la religion. Quatre cent vingt-six ans après le déluge, comme les peuples marchaient chacun en sa voie, Bossuet, Hist. I, 3. Tout cela agité, approfondi, discuté et disputé entre nous deux [le duc d'Orléans et moi] nous laissa chacun dans sa persuasion, Saint-Simon, 521, 172. On se battait pour avoir le pillage du camp ennemi ; après quoi le vainqueur et le vaincu se retiraient chacun dans sa ville, Montesquieu, Rom. I. Les abeilles, dans un lieu donné, tel qu'une ruche ou le creux d'un vieux arbre, bâtissent chacune leur cellule, Buffon, Abeilles. Chacun des juges s'était adjugé le prix, en même temps que la plupart avaient accordé le second à Thémistocle, Barthélemy, Anach. IIe partie. Les nymphes n'étaient pas inutiles : elles préparaient les autres plaisirs, chacune selon son office, La Fontaine, Psyché, I, p. 70.
  • 2Au masc. d'une manière indéfinie, en parlant des hommes ou des femmes, toute personne, qui que ce soit, tout le monde, on. Chacun en parle. Chacun voit ceux [les maux] d'autrui d'un autre œil que les siens, Corneille, Hor. III, 4. Chacun en liberté peut disposer du sien [bien], Corneille, Cinna, II, 1. Dans le temple voisin chacun cherche un asile, Racine, Phèd. V, 6. Comme un point de maturité que chacun cherchait en lui-même, Fléchier, le Tell. Chacun est prosterné Devant les plus heureux ; sont-ils dans la misère, On les plaint tout au plus…, Destouches, Dissip. V, 15. Par les richesses, l'ambitieux se peut assouvir d'honneurs ; le voluptueux, de plaisirs chacun enfin, de ce qu'il demande, Bossuet, la Vallière.

    Familièrement, au fém. Sa chacune, la femme avec qui un homme est uni. À voir chacun se joindre à sa chacune ici, J'ai des démangeaisons de mariage aussi, Molière, l'Étour. V, 16. Nous suivons nos désirs, et, sans pudeur aucune, Chacun comme il lui plaît avecque sa chacune, Lafare, Réponse à une ball.

  • 3Un chacun, pour chacun, a vieilli. Un chacun doit mourir, et la Parque felonne De ce commun devoir ne dispense personne, Garnier, Antig. III. Vous recevrez les vœux d'un chacun, Guez de Balzac, I, 197. Ce que fait un tout seul, tout un chacun le sache, Régnier, Élég. 2. Dans l'esprit d'un chacun je le tue aujourd'hui, Molière, l'Étour. II, 1. Hautement d'un chacun elles blâment la vie, Molière, Tart. I, 1. … D'un chacun il doit être approuvé, Molière, ib. II, 4. Un chacun est chaussé de son opinion, Molière, Éc. des Fem. I, 1. Leur gloire est un flambeau qui éclaire aux yeux d'un chacun la honte de vos actions, Molière, Don Juan, IV, 6. Voilà par sa mort un chacun satisfait, Molière, ib. V, 7. Un chacun de ces dieux faisait un Christ à sa mode, Bossuet, Bonté, 1. Il est vrai, à la lettre, d'un chacun de vous que vous allez être établis ou que vous l'êtes déjà pour édifier ou pour détruire, Massillon, Confér. Excell. du sacerd. Trouveriez-vous le maître que vous servez avec tant de zèle et de valeur, équitable, si là-dessus la fidélité d'un chacun de vous lui devenait suspecte ? Massillon, Car. Inj. du monde. Examinant la disposition d'un chacun, Fléchier, Serm. II, 267.

PROVERBES

Chacun pour soi, Dieu pour tous.

À chacun le sien ce n'est pas trop, c'est-à-dire il est juste qu'on rende à chacun ce qui lui appartient.

REMARQUE

1. Faut-il dire : ils ont pris chacun son chapeau ; ils sont sortis chacun de son côté ; ou bien, par le possessif du pluriel : ils ont pris chacun leur chapeau ; ils sont sortis chacun de leur côté ? L'un et l'autre se disent et sont corrects : quand on emploie son, on le fait rapporter à chacun en tant que chacun est distributif : ils ont pris, (savoir) chacun (a pris) son chapeau ; leur, quand on l'emploie, se rapporte à chacun, en tant qu'il est collectif : ils ont pris leurs chapeaux, (savoir) chacun a pris le sien. À la première et à la seconde personne, chacun exige le possessif du pluriel : nous avons pris chacun notre chapeau ; vous êtes partis chacun de votre côté. À la vérité il n'y a aucune incorrection grammaticale à dire : nous avons pris chacun son chapeau ; vous êtes partis chacun de son côté ; mais cette tournure est inusitée, JULLIEN.

2. Chacun ne se met pas devant un nom au lieu de chaque ; on ne dit pas : il sera payé par chacun an ; mais on dit : il sera payé chaque année. Autrefois chacun s'employait avec un substantif. La nomination de douze officiers par chacun an, Perrot D'Ablancourt, Tac. 92. Qu'aussitôt que chacune sœur [des trois], La Fontaine, Fabl. II, 20.

HISTORIQUE

IXe s. Et in cadhuna cosa, Serment.

XIe s. Pur chascun un dener, Lois de Guill. 6. Quant cascuns ert [sera] à son meillor repaire, Ch. de Rol. IV. Chaucuns portout [portait] une branche d'olive, ib. XI. Car chascun jour de mort il s'abandone, ib. XXVIII.

XIIe s. Chesquns huem [homme] est mençungiers, Liber psalm. p. 178. Chascuns est moult irez, Roncisv. 17. Plorent et crient chascuns de ses casez, ib. 18. Entre ses bras il prist chascun baron, ib. 98. Chascuns paiens en baissa le menton, ib. 128. Et chascuns d'eus inclina à Mahon, ib. Dame, mar [je] vi le clair vis et la face Où rose et lis florissent chascun jour, Couci, X. Las ! chascuns chante, et je plor et souspir, ib. XII. Chascuns plore sa terre et son païs, Quant il se part de ses coraus amis, ib. XXIV. Faites chascun baron en sa terre envoyer, Saxons, VI.

XIIIe s. Chascuns i est couru la merveille esgarder, Berte, III. Et lui et ses deux fils chascun [le roi] fait chevalier, ib. CXXIX.

XVe s. Elle joue et rit à chascun, Froissart, Esp. am. Et avoient chacuns bannieres de leurs mestiers, Froissart, II, II, 193. Quatre cents marcs d'esterlins, à payer chacun en la ville de Bruges, Froissart, I, I, 27. Si se retraist chacun vers leur ville, Froissart, I, I, 272. Chascun jour se menoit de petis marchez pour soustraire gens l'ung à l'autre, Commines, I, 9. Ils s'en allerent chacun à sa chacune [chez soi], Louis XI, Nouv. XXIX. Et sur ce, s'en allerent tous, chacun en sa chacune, Louis XI, ib. XCVII.

XVIe s. Vien-ça chacun, je te veux faire entendre Et te monstrer la voye où tu dois tendre, Marot, IV, 270. Justes humains, menez joie orendroit Chacun de vous, qui avez le cueur droit, Aussi un chacun et chacune, ô Roy, t'honorera, Marot, IV, 297. Obligez nous bailler par chascun an deux millions d'or, Rabelais, Garg. I, 50. Secondement que nous appliquions chacun son esprit, tant qu'il sera possible, à penser aux œuvres de Dieu, Calvin, Instit. 298. Quant nous disons que J. C. a esté fait homme pour nous faire enfans de Dieu, cela ne s'estend pas à tout chacun, Calvin, ib. 364. Allons un chacun selon son petit pouvoir, Calvin, ib. 537. Il y a occasion de prier à chacune heure, Calvin, ib. 678. Voicy le carneval, menons chascun la sienne, Allons baller en masque, allons nous pourmener, Du Bellay, J. VI, 32, recto. Si est chascun de nous à soymesmes tesmoing Combien la France doit de la guerre estre lasse, Du Bellay, J. ib. verso. Chascun peult penser comme il feut relevé, Montaigne, I, 39. Elles ont chascune des passions propres, Montaigne, I, 97. Au veu d'un chascun, Montaigne, I, 111. Essayons de faire nostre debvoir, chascun de son costé, La Boétie, 164. Chascune de ces parts estoit telle, qu'elle pouvoit rendre à son maistre par chascun an 70 minots d'orge…, Amyot, Lyc. 12. La ville de Corinthe recevoit une très glorieuse louange et benissement d'un chascun de delivrer ainsi la Sicile, Amyot, Timol. 33. Tout chacun s'embesoigna aux barricades, Carloix, V, 15.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHACUN. - ÉTYM. Ajoutez : Chacun vient du lat. quisque unus ; mais, comme on peut voir à CHAQUE, la transformation de quisque en cha fait une certaine difficulté. Il est bon dès lors de noter la forme cheun : XIIe s. Samuel fud juges sur le pople tute sa vie, et alad cheun an envirun Bethel, e Galgala, e Masphat, Rois, p. 26. Cheun, où d'ailleurs on remarquera la chute du c suivant la règle antique, est une transition de l'i latin vers l'a qui a prévalu.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « chacun »

Chaque, et un ; bourguig. champenois et génev. chécun ; Berry, châcun ; picard cacun ; Saintonge, chaque d'yn, chaquyn ; provenç. cascun, quascun ; ital. ciascuno.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du moyen français chascun, de l’ancien français cascuns (1100), issu du latin populaire cascunum, croisement de quisque unus « chacun » et de catunum, ce dernier composé de cata unum « un à un », du bas latin cata « chaque » (cf. cada en occitan et espagnol). Quant à cata unum, il est continué par l’ancien français cadhun (Serments de Strasbourg), tardivement cheüm, et l’occitan cadun.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(Siècle à préciser) Du moyen français chascun, de l’ancien français cascuns (1100), issu du latin populaire cascunum, croisement de quisque unus « chacun » et de catunum, ce dernier composé de cata unum « un à un », du bas latin cata « chaque » (cf. cada en occitan et espagnol, câte en roumain). Quant à cata unum, il est continué par l’ancien français cadhun (Serments de Strasbourg), tardivement cheüm, l’occitan cadun et le roumain câte un.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chacun »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chacun ʃakœ̃

Citations contenant le mot « chacun »

  • Tous pour chacun. Chacun pour tous. Étienne Cabet, Voyage en Icarie
  • Chacun est l'ombre de tous. Eugène Grindel, dit Paul Eluard, Les Armes de la douleur, V , Éditeurs français réunis
  • C'est une vaine ambition que de tâcher de ressembler à tout le monde, puisque tout le monde est composé de chacun et que chacun ne ressemble à personne. André Gide, Le Prométhée mal enchaîné, Gallimard
  • Chacun est libre, chacun a ses convictions. De François Fillon / 18 Mai 2007
  • A chacun, sa chacune. De Proverbe français
  • A chacun sa vérité. De Luigi Pirandello
  • A chacun ses talents. De Virgile / Les bucoliques
  • De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins. De Karl Marx
  • A chacun suivant ses besoins. - De chacun suivant ses forces. De Etienne Cabet / Voyage en Icarie
  • Il faut exiger de chacun ce que chacun peut donner. De Antoine de Saint-Exupéry / Le petit prince
  • Un complotiste sommeille-t-il en chacun de nous ? Le Monde.fr, Accueil des migrants : « Chacun devrait faire un effort dans le débat pour être un peu plus républicain »
  • Eternels rivaux languedociens sur les pelouses de Ligue 1, mais engagés dans un même match. Les clubs de football de Montpellier (MHSC, actuel 8e de Ligue 1) et Nîmes (Nîmes Olympique, 20e) veulent chacun d'un nouveau stade, dans leurs villes respectives, distantes de 50 km. Les Echos, Foot : les clubs de Montpellier et Nîmes veulent s'offrir chacun un nouveau stade | Les Echos

Traductions du mot « chacun »

Langue Traduction
Anglais each
Espagnol cada uno
Italien ogni
Allemand jeder
Chinois
Arabe كل
Portugais cada
Russe каждый
Japonais
Basque bakoitza
Corse ognunu
Source : Google Translate API

Synonymes de « chacun »

Source : synonymes de chacun sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « chacun »

Partager