La langue française

Castel

Définitions du mot « castel »

Trésor de la Langue Française informatisé

CASTEL, subst. masc.

[Au Moy. Âge] Château fort. La littérature à castels, troubadours à toques de velours (Flaubert, Correspondance,1852, p. 371).Un château, un vrai castel du moyen-âge, avec fossés bourbeux, mâchicoulis, pont-levis et créneaux (Ponson du Terrail, Rocambole,t. 1, L'Héritage mystérieux, 1859, p. 399).
Mod. [Empl. gén. p. hyperb. ou iron.] Vieille demeure seigneuriale, petit château habité par la noblesse de province. (Quasi-) synon. manoir, gentilhommière.Petit, joli castel; castel délabré, en ruines. Mon pauvre castel tombe en ruines comme la race dont je suis le dernier (T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 34).
P. anal. Propriété privée d'une certaine importance. Le bourgeois est possédé du fanatisme de la propriété (...) il appelle sa maison un castel, dit à chaque mot qu'il est grand propriétaire, et finit par le croire (Stendhal, Mémoires d'un touriste,t. 1, 1838, p. 103).
Rem. On rencontre chez J. de Maistre, cité par Sainte-Beuve, Portraits littér., t. 2, 1844-64, p. 458, le dér. castelliser, verbe intrans. Vivre en châtelain. Castelliser avec votre famille serait pour moi un état extrêmement doux (...) mais, hélas! il n'y a plus de château pour moi.
Prononc. et Orth. : [kastεl]. Ds Ac. 1835-1932. Étymol. et Hist. Début xviiies. (Saint-Simon, 40, 214 ds Littré). Empr. au prov. castel, attesté dep. le xes. (Titre de 960 ds Rayn.) de même orig. que le fr. château*, ou parfois emploi par archaïsme de l'a. forme normanno-pic. castel. Fréq. abs. littér. : 113. Bbg. Chaurand (J.). Suppl. à la note sur qq. distinctions médiév. R. intern. Onom. 1964, t. 16, pp. 241-243. − Darm. Vie 1932, p. 108. − Duch. 1967, § 116.

Wiktionnaire

Nom commun

castel \kas.tɛl\ masculin

  1. (Vieilli) ou (Ironique) Synonyme de château.
    • C’est un castel que je viens d’acquérir, avec un grand jardin, au bord de l'eau. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • C’était une façon de castel de la Renaissance semblant à demi-ruiné, rongé par le temps ; mais le parc était touffu et immense. — (Michel Zévaco, Le Capitan, ch. I, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)

Nom commun

castel masculin

  1. Variante de chastel.
    • S'encontr'els vous poés deffendre
      Et aus andous vaintre et occire,
      Ma fille a seignour vous desire
      Et de chest castel vous atent
      L’onnours et quanqu’il y apent.
      — (Chrétien de Troyes; Le Chevalier au lion -vers 1177-1179)
    • En ço qu'il estoit en tel aise et en tel deduit, et uns estores de Sarrasins vinrent par mer, s'asalirent au castel, si le prissent par force ; ils prissent l'avoir, s'en menerent caitis et kaitives; […]. — (Aucassin et Nicolette)

Nom commun

castel masculin

  1. Variante de castelh.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CASTEL. n. m.
Synonyme de CHÂTEAU qui ne s'emploie aujourd'hui que familièrement avec une nuance d'ironie. Un vieux castel. Un petit castel.

Littré (1872-1877)

CASTEL (ka-stèl) s. m.
  • S'est dit pour château. C'était un petit castel blanc qui se voyait de partout, Saint-Simon, 40, 214. M. de Crac, dans son petit castel, titre d'une comédie de Colin d'Harleville.

    Aujourd'hui terme familier et de plaisanterie. Vers son vieux castel, Ce noble mortel Marche en brandissant Un sabre innocent, Béranger, Carabas. J'ai une autre nièce que Mme Denis, qui se mêle aussi de jouer quelquefois la comédie dans son castel, Voltaire, Lett. Richelieu, 18 sept. 1769.

HISTORIQUE

XIe s. N'i ad castel qui devant lui remaigne, Chron. de Rol. I. Les castiax fraiz [brisés], mainte cité brosée, Ronc. p. 33.

XIIe s. Et quant il li conquist casteals e herité, Th. le mar. 54.

XIIIe s. Et quant li empereres vit que il tenoient contre lui son castiel, se il en fust dolans et courechiés, ce ne fait pas à demander, H. de Valenciennes, XV. Es les vous venus au castel De Montoire, où il fist moult bel, Fl. et Bl. 361. Noz l'entendons des fortereces qui ne sont pas castiax, liquel sont apelé castel par la raison qu'il sont chief de le [la] conté, Beaumanoir, XIII, 19.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CASTEL, (Géog.) ville d’Allemagne dans le haut Palatinat.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « castel »

Autre forme de château (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’occitan castèl[1]. L’ancien français et les différents parlers d’oïl présentent également les variantes chastel, chatel, catel, catiau, cateau que l’on retrouve dans la toponymie et l’onomastique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « castel »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
castel kastɛl

Évolution historique de l’usage du mot « castel »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « castel »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « castel »

Langue Traduction
Anglais castle
Espagnol castillo
Italien castel
Allemand castel
Portugais castel
Source : Google Translate API

Synonymes de « castel »

Source : synonymes de castel sur lebonsynonyme.fr

Castel

Retour au sommaire ➦

Partager