La langue française

Bastide

Définitions du mot « bastide »

Trésor de la Langue Française informatisé

BASTIDE, subst. fém.

A.− FORTIF., vx. Petite fortification temporaire; ouvrage de fortification isolé, mais faisant partie d'un ensemble. Forteresse. Synon. bastille :
1. ... un pont fortifié (...) donnait accès dans la ville [de Toro] (...) Des bastides s'élevèrent rapidement pour envelopper cet ouvrage avancé... Mérimée, Histoire de Don Pèdre Ier, roi de Castille,1848, p. 187.
Assiéger par bastides. Environner de fortins la place qu'on assiège (cf. Ac. Compl. 1842, Besch. 1845).
P. ext., dans le Midi. Ville neuve, fondée par le roi ou un seigneur suivant un plan préétabli, servant de centre de peuplement et aussi de refuge en cas d'attaque. Synon. ville neuve, ville franche, bastille (Lep. 1948) :
2. Mais la vie rurale s'est développée beaucoup mieux que la vie urbaine. Celle-ci, malgré le renfort artificiel qu'elle reçut au Moyen Âge des fondations de bastides, est restée subordonnée. Vidal de La Blache, Tabl. de la géogr. de la France,1908, p. 366.
B.− Région. (Provence)
1. ,,Ferme isolée, parfois fortifiée, qui s'oppose au village`` (George 1970).
2. P. ext. Petite maison de plaisance à la campagne, souvent à l'usage des citadins :
3. « Alors, dit-il, vous vous trouvez bien dans votre bastide, monsieur le Curé? » Cette bastide était une de ces maisons microscopiques où les provençaux des villes et des villages vont se nicher, en été, pour prendre l'air. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Le Champ d'oliviers, 1890, p. 80.
4. Le poste à feu est une petite bastide qu'on appelle aussi Micolombe, et qui m'appartient. Elle se tient à quinze cents mètres d'ici, sur un bout de plateau où pousse une pinède. Bosco, Le Mas Théotime,1945, p. 37.
Prononc. : [bastid]. Passy 1914 indique une demi-longueur pour la voyelle de dernière syllabe.
Étymol. ET HIST. − 1. a) 1305 dr. médiév. « ville nouvellement bâtie surtout en Gascogne et en Périgord, sous la domination anglaise » (Public Records Office, Anc. Petitions, no4179 cité par Jean-Paul Trabut-Cussac dans Le Moyen-Age, t. 60, 1954, p. 99 : Item prient les ditz consuls qe come la dite ville de Beaumont soit la primere de totes les autres bastides nostre seignur le Roi en Peregorz e il la voillent fere clore de meurs de piere); b) 1360 « ouvrage de fortification » (Archives historiques de la Gironde, 6, 369 dans R. Ling. rom., t. 20, p. 80 : De portes et de bastides de bonnes villes); 1374 « château fort, forteresse » (Arch. K 50, pièce 9 dans Gdf. : Desiranz obvier a ce que plus ne puissent grever ne domagier nos dis subgiez pour y faire mettre siege ou asseoir et tenir bastides environ); 2. xives. « cabane, hutte », (Froissart, Chron. II, 414, Luce, ms. Rome, ibid. : Et vint asseoir Craais par bastides, car il faisoit trop froit et trop lait pour tendre tentes); d'où 1570 « petite maison de campagne, surtout en Provence » (Carloix, II, 17 dans Gdf. Compl. : Ils n'avoient point de terres ny de seigneuries, methairies, clozeries, borderies, cassines, ny bastides dont ils se peussent a la françoise qualifier ou anoblir). Empr. à l'a. prov. bastida, attesté au sens 1 a en 1263 (Arch. Gir., 3, 14, cité par Baldinger, Lexikalische Auswirkungen der englischen Herrschaft in Südwestfrankreich dans Britannica Festschrift für H. M. Flasdieck, 1960, p. 50 : le sol que a a la bastida de Monsegur), à rapprocher du lat. médiév. bastida, au même sens dep. 1255 (Alphonse de Poitiers, Arch. Gir., NS 1, 1, ibid.); au sens 1 b 1212-13 (Guillaume de Tudela dans Rayn. t. 2, p. 194a : E pois pres la bastida), à rapprocher du lat. médiév. bastida au même sens dès 1204, Carcassone dans Du Cange, s.v. bastia (v. aussi Bambeck Boden, pp. 122-193); au sens 2 en 1276 (Doat, t. CVI, fol. 374 dans Rayn., loc. cit. : La bastida d'En Gaillard), à rapprocher du lat. médiév. bastida de même sens 1223 dans Du Cange, loc. cit.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 37.

Wiktionnaire

Nom commun

bastide \bas.tid\ féminin

  1. (Vieilli) Élément de fortification.
  2. (Provence) Maison de campagne, généralement isolée.
  3. Villes nouvelles fondées par centaines au Moyen-Age, dans le sud-ouest de la France [[1]].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BASTIDE. n. f.
Petite maison de campagne, spécialement en Provence. Il se disait aussi en termes de Fortification. Voyez BASTILLE.

Littré (1872-1877)

BASTIDE (ba-sti-d') s. f.
  • Petite maison de campagne.

    Ne se dit guère qu'en Provence.

HISTORIQUE

XIVe s. En celui an, deux colonies ou bastides romaines, Bercheure, f° 33, verso.

XVe s. Il l'assiegea fortement et destroitement, et mit bastides sur les chemins en telle maniere que nulles pourveances ne pouvoient venir ni entrer dedans la ville, Froissart, I, I, 236. … Et trouverez en Normandie grosses villes et bastides qui point ne sont fermées, où vos gens auront si grant profit qu'ils en vaudront mieux vingt ans après, Froissart, I, I, 264. En icelle année fut pratiqué l'eschappement du conte de Dampmartin, luy estant en la bastide Saint-Anthoine, Bibl. des Chartes, 4e série, t. I, p. 266.

XVIe s. Ils n'avoient point de terres ny de seigneuries, methairies, clozeries, borderies, cassines, ny bastides dont ils se peussent, à la françoise, qualifier ou anoblir, Carloix, II, 17.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bastide »

(Date à préciser) De l’occitan bastida.
Une bastide avait à l’origine le sens d’exploitation agricole communautaire. Le mot a pris le sens de maison au cours du XIXe siècle. La plupart du temps, ces maisons était possédées par les Marseillais qui les utilisaient comme lieu de résidence et de villégiature. Ce mot fait partie de la langue française au moins depuis Louis XIV qui déclara : « Nous avons remarqué que les Marseillais prisaient fort les jolies bastides. Nous avons voulu avoir la nôtre à l’entrée de ce grand port » (lire Fort Saint-Jean).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. bastida, du bas-lat. bastire, bâtir (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bastide »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bastide bastid

Évolution historique de l’usage du mot « bastide »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bastide »

  • Initialement, une grande fête médiévale avait été prévue en août pour marquer les 750 ans de la bastide d’Eymet, dans le sud de la Dordogne. Mais le Covid-19 est passé par là. Cependant, et même en période de déconfinement, la mairie d’Eymet et l’office de tourisme Portes Sud Périgord ne pouvaient faire l’impasse sur une date anniversaire aussi exceptionnelle et pour tout dire unique : dimanche 28 juin, la bastide eymétoise soufflera bien ses 750 bougies. SudOuest.fr, Dordogne : la bastide d’Eymet fête ses 750 ans

Images d'illustration du mot « bastide »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bastide »

Langue Traduction
Anglais bastide
Espagnol bastida
Italien casa di campagna
Allemand la bastide
Portugais casa de campo
Source : Google Translate API

Synonymes de « bastide »

Source : synonymes de bastide sur lebonsynonyme.fr

Bastide

Retour au sommaire ➦

Partager