Bonbon : définition de bonbon


Bonbon : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BONBON, subst. masc.

A.− GASTR. Petite friandise à base de sucre aromatisé et généralement coloré, de consistance relativement dure. (Quasi-)synon. sucrerie :
1. Tous les mois, la grosse dame patronnesse en deuil apporte des sacs de bonbons. Il faut des gâteries aux pauvres, d'accord. Mais la donatrice exagère : une moitié de l'argent pourrait être appliquée à des achats de pain; le jour des bonbons je ne cesse de dépoisser avec l'éponge les tout petits qui ressemblent à des oiseaux pris dans la glu; le sucre vous colle partout, aux tables, aux bancs, aux portes. Et puis un fait notoire : dans un quartier besogneux, les enfants sont plus privés de soupe que de confiserie. Parfaitement; il est de mode, par exemple, de faire déjeuner un mioche avec un rogaton douteux, une bribe insuffisante, mais de lui donner deux sous pour acheter des bonbons. Une tartine de saindoux et deux sous de pastilles de menthe, ... Frapié, La Maternelle,1904, p. 183.
2. En revanche, je profitai passionnément du privilège de l'enfance pour qui la beauté, le luxe, le bonheur sont des choses qui se mangent; devant les confiseries de la rue Vavin, je me pétrifiais, fascinée par l'éclat lumineux des fruits confits, le sourd chatoiement des pâtes de fruits, la floraison bigarrée des bonbons acidulés; vert, rouge, orange, violet : je convoitais les couleurs elles-mêmes autant que le plaisir qu'elles me promettaient. J'avais souvent la chance que mon admiration s'achevât en jouissance. Maman concassait des pralines dans un mortier, elle mélangeait à une crème jaune la poudre grenue; le rose des bonbons se dégradait en nuances exquises : je plongeais ma cuiller dans un coucher de soleil. S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 11.
SYNT. Bonbons fondants, fourrés; boîte, cornet de bonbons; croquer, manger, sucer des bonbons.
Rem. Au xixes., bonbon s'emploie plutôt à la forme partitive invar. du bonbon : avoir/donner du bonbon (cf. Mmede Krüdener, Valérie, 1803, pp. 72-73).
P. compar. :
3. Elle aurait vécu de sucre, les douceurs à la vanille et à la rose la troublaient comme un attouchement. − Ça nous soutiendra, dit-elle. Et, dans l'antichambre, elle ferma les yeux, lorsqu'il la baisa sur la bouche. Leurs lèvres sucrées fondaient, pareilles à des bonbons. Zola, Pot-Bouille,1882, p. 215.
4. J'ai mis des années à comprendre que la neurasthénie et les scrupules de maman étaient une gourmandise refoulée, des grignotements d'âme, une délectation secrète comme quand on monte se coucher avec une boîte de bonbons, des dragées aux amandes ou à la pistache, des fondants au chocolat avec de la crème à la frangipane ou une coulée de kirsch au cœur, des marrons glacés, des caramels qui poissent les draps, des pralines. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 197.
B.− P. anal.
1. [P. anal. de forme] Bonbon ou bonbon fondant, bonbon à liqueur. Furoncle, pustule.
Rem. Attesté dans Nouv. Lar. ill., Lar. 20eet dans les dict. d'argot.
2. [P. anal. de couleur] Rose bonbon. Rose analogue au rose des bonbons, assez fade. Tonalités neutres, effacées (...) rose mourant (...) rose bonbon (Mauriac, Journal du temps de l'occupation1944, p. 344).
Rem. 1. Bonbon est (quasi-)synon. de rose chez les Goncourt, Journal, 1893, p. 369 : ce papier rose (...) ce papier-bonbon. 2. En Belgique, il peut signifier « biscuit sec » (cf. J. Deharveng, v. bbg.).
C.− P. métaph. Chose très douce, délicieuse jusqu'à l'excès parfois :
5. Mais ce qui combla d'aise la Poulot, ce qui la fit revenir, un soir, avec le sourire d'une bienheureuse qui aurait entrevu dans une extase le fronton du paradis, ce fut de recueillir quelques détails sur la mort et l'enterrement du petit Lazare. Le reste, assurément, n'était pas à dédaigner, mais cela, c'était la friandise, le bonbon fin, le nanan de sa vengeance! Elle savait maintenant où frapper. Bloy, La Femme pauvre,1897, p. 255.
Rem. On rencontre dans la docum. l'hapax bonbonnet, subst. masc. (Pergaud, De Goupil à Margot, 1910, p. 67 : meringues saupoudrées de bonbonnets multicolores; suff. -et*). Petit bonbon. On rencontre également l'hapax bonbonner, verbe intrans. (J. de La Varende, L'Homme aux gants de toile, 1943, p. 128; dés. -er). Avoir pour habitude, manie de manger des bonbons.
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [bɔ ̃bɔ ̃]. 2. Forme graph.Ortho-vert 1966, p. 459 note : ,,Dans le corps des mots, on emploie toujours la lettre m au lieu de n devant b, m ou p. Ex. : un plombier, couramment, comparer. Exceptions : bonbon, bonbonne [cf. ce mot], bonbonnière, embonpoint, mainmise, mainmorte, néanmoins, perlimpinpin (avant le dernier p) et les formes verbales terminées par -înmes : nous tînmes, nous parvînmes.``
ÉTYMOL. ET HIST. − [1604, Journal de Jean Héroard sur l'enfance et la jeunesse de Louis XIII (1601-1628) d'apr. Lar. Lang. fr.]; 1640 (Oudin : Du bon bon « mot d'enfant, quelque chose de bon à manger »); av. 1665 bonbon (Loret dans Trév.). Redoublement enfantin de bon1*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 352. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 229, b) 523; xxes. : a) 841, b) 514.
BBG. − Deharveng (J.). Corrigeons-nous. 4. Bruxelles, 1925.

Bonbon : définition du Wiktionnaire

Nom commun

bonbon \bɔ̃.bɔ̃\ masculin

  1. (Confiserie) Sucrerie, friandise faite avec du sucre. Dans le langage des enfants, ce mot désigne toute sorte de friandise.
    • Il s’avouait parfaitement qu’il n’avait pu résister à l’envie d’acheter des bonbons, dans l’intention de lier connaissance avec cette petite fille dont la grâce étrange le captivait si invinciblement […] — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Tout y était : […], des Marie peintes avec le vert glacé des angéliques et les roses acidulés des bonbons anglais ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Je vous ai apporté des bonbons
      Parce que les fleurs c’est périssable
      Puis les bonbons c’est tellement bon
      Bien que les fleurs soient plus présentables
      Surtout quand elles sont en boutons
      Mais je vous ai apporté des bonbons.
      — (Jacques Brel, Les Bonbons, 1964)
    1. (Belgique) Petit biscuit sec.
      • On pourra peut-être s'étonner que les bonbons soient pour beaucoup de Belges de petits gâteaux secs alors que ce que les Français appellent des bonbons sont des boules presque partout en Belgique, sauf à Liège, où on les appelle des chiques. — (Georges Lebouc, Dictionnaire de belgicismes, Ed. Racines, Bruxelles 2006)
  2. (Au singulier) (Anatomie) (Familier) Sexe féminin.
    • Les filles étaient habillées au ras du bonbon et ne se cachaient pas. Elles me mettaient leurs culottes, toutes blanches, sous le nez. — (Olivier Berger, Vous ne pouvez pas vous souvenir, page 13, 2003)
  3. (Au pluriel) (Anatomie) (Familier) Testicules.
    • J’ai la quéquette qui colle,
      J’ai les bonbons qui font des bonds […]
      — (Les Mules, J’ai la quéquette qui colle, 1999)
  4. (Vocabulaire des TAAF) Jeune éléphant de mer [1].

Adverbe

bonbon \bɔ̃.bɔ̃\

  1. (Argot) Très cher.
    • Ça m’a coûté bonbon. - Ça vaut bonbon.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bonbon : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BONBON. n. m.
T. de Confiserie. Sucrerie, friandise faite avec du sucre. Ce bonbon est excellent pour le rhume. Une boîte de bonbons. Dans le langage des enfants, ce mot désigne Toute sorte de friandise. Ne pleurez pas, soyez sage, et vous aurez du bonbon, je vous donnerai du bonbon.

Bonbon : définition du Littré (1872-1877)

BONBON (bon-bon) s. m.
  • Dragées, sucreries. J'arrangerais une boîte bien garnie de bonbons, Rousseau, Ém. II. L'évêque successeur et neveu [de M. de Chartres] en était pour ainsi dire encore à recevoir du bonbon de sa main [de Mme de Maintenon], Saint-Simon, 289, 201. Avec les charmes de l'amour, Vous avez eu, jusqu'à ce jour, Plus de bonbons que de louanges, Saint-Lambert, à Mlle ....
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bonbon »

Étymologie de bonbon - Littré

Bon, adjectif, répété.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de bonbon - Wiktionnaire

(XVIIe siècle) Par redoublement enfantin de bon.
(Éléphants de mer) (XXe siècle) Parce que les jeunes éléphants de mer se font manger « comme des bonbons » par les orques [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bonbon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bonbon bɔ̃bɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « bonbon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bonbon »

  • En bouche, on note une belle rondeur avec un peu d’acidité. La finale est sur le fruit avec des saveurs de bonbon anglais , Vins. Sélection Cairel : les Terrasses de la Négly | Métropolitain
  • Ce sont des publications dans la presse et sur les réseaux sociaux qui ont provoqué la polémique fin mai. Les Malgaches ont appris que la ministre de l’Education nationale avait l’intention de commander pour 8 milliards d’Ariary (près de deux millions d’euros) des bonbons et des sucettes afin de les distribuer aux enfants des écoles primaires. Les friandises étaient censées apporter un peu de douceur après la prise de Covid-Organics, une tisane amère promue par le président Andry Rajoelina pour lutter contre le coronavirus. Franceinfo, A Madagascar, la ministre de l’Education limogée pour une "affaire" de bonbons
  • Alors qu’on les accuse des pires maux, ces derniers jours, des policiers ont voulu rappeler qu’il y avait des hommes et femmes derrière les uniformes : tandis qu’ils manifestaient à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), mardi 16 juin, plusieurs agents ont distribué aux passants des bonbons et des ballons gonflables aux formes enfantines. Valeurs actuelles, [Vidéo] A Saint-Denis, des policiers distribuent... des bonbons et des ballons licornes | Valeurs actuelles
  • Ceux qui adorent Pokemon voudront goûter ces mini douceurs à tout prix. Ces bonbons sont décrits comme piquant pour rappeler les supers pouvoirs de notre ami jaune, pour le moins électrique. La marque de friandises Kanro s'est associée à Nintendo pour créer ce produit original. Demotivateur, Il existe des bonbons Pikachu au goût... électrique !
  • Haribo produit 100 millions d'oursons en gélatine par jour, et un millier de variétés de bonbons différentes. Mais comment s'assurer que le goût d'un bonbon plaise partout dans le monde? korii., Haribo, 100 ans et 100 millions d'oursons par jour | korii.
  • Les compliments sont des bonbons dont les femmes raffolent toute leur vie ; jeunes, pour les croquer à pleines dents ; vieilles, pour les faire fondre doucement entre leurs dents. De Auguste Rodin
  • Les bonbons devraient avoir un noyau pour que l’on puisse les sucer plus longtemps. De Ylipe / Textes sans paroles
  • Les bonbons gâtent tout, même l’enfance. De André Lévy / Les Régimes
  • Qui dit : c’est facile comme de prendre un bonbon à un bébé n’a jamais essayé de prendre un bonbon à un bébé. De John Irvin / Robin des bois

Images d'illustration du mot « bonbon »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bonbon »

Langue Traduction
Portugais doce
Allemand bonbon
Italien caramella
Espagnol caramelo
Anglais candy
Source : Google Translate API

Synonymes de « bonbon »

Source : synonymes de bonbon sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires