Sucrerie : définition de sucrerie


Sucrerie : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SUCRERIE, subst. fém.

A. −
1. Établissement où l'on extrait le sucre de la betterave, ou de la canne à sucre; p. ext., établissement où on raffine le sucre. Gilbert et ses camarades conduisaient maintenant les chariots à quatre roues, remplis de betteraves, jusqu'à la sucrerie d'Onnaing (R. Bazin, Blé, 1907, p. 290).François avait reçu son pouvoir d'administrateur général des sucreries de Sonchelles et s'était immédiatement attaqué à sa tâche (Druon, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 42).
2. Région. (Canada). Synon. de cabane* à sucre, érablière.Son père, cultivateur à Mont-Laurier (au Québec), avait une ferme, une érablièreune sucrerie en forêt, comme on ditet une dizaine d'enfants (Le Nouvel Observateur, 3 janv. 1977, p. 47, col. 1).
3. Au sing. Industrie sucrière. Procédés d'évaporation aujourd'hui abandonnés par la sucrerie de cannes (Rouberty, Sucr., 1922, p. 81).Après nouvelle filtration, le jus clair est soumis à l'évaporation et à la cuite sous vide, exactement comme en sucrerie de betterave (Brunerie, Industr. alim., 1949, p. 26).
B. − Gén. au plur. Produit, ensemble de produits à base de sucre (bonbons, confitures, mets très sucrés, etc.). Synon. confiserie(s), douceur(s), friandise(s).Aimer, croquer des sucreries; boutique de sucreries. De grands drageoirs de nacre et d'orfèvrerie qui débordaient de mille sucreries (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p. 36).P. métaph. Synon. mièvrerie.La famine d'idées me refroidit parfois dans nos sociétés élégantes, où la musique ensevelit tout de sa vague et monotone sentimentalité. Un peu d'esprit serait avidement désiré, au milieu de toutes ces sucreries élégiaques et banales, comme un loup dans les fadeurs d'une pastorale trop prolongée (Amiel, Journal, 1866, p. 156).
Prononc. et Orth.: [sykʀ ə ʀi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1587 succrerie « culture de la canne à sucre [à Haïti] » (A. Thevet, Le Grand insulaire et pilotage ds Le Discours de la navigation de H. et R. Parmentier, éd. Ch. Schefer, 1883, p. 167; cf. J.-P. Chambon ds Bull. Humanisme et Ren., t. 50, 1988, p. 36, note 16); 1654 « fabrique de sucre » [aux Antilles] (P. J.-B. Du Tertre, Hist. gén. des isles de S. Christophe, de la Guadeloupe, de la Martinique et autres de l'Amérique, p. 171 ds Arv., p. 464); 2. 1922 « industrie du sucre » (Rouberty, Manuel de sucrerie [titre]). B. 1680 « toute chose sucrée » (Rich.). Dér. de sucre1*; suff. -erie*. Fréq. abs. littér.: 158.

Sucrerie : définition du Wiktionnaire

Nom commun

sucrerie \sy.kʁə.ʁi\ féminin

  1. (Industrie) Fabrique de sucre.
    • Les cheminées des sucreries d’Hawamdieh se profilaient au delà, moins laides dans la pénombre que lorsqu’elles troublaient la paix ensoleillée du grand jour. — (Out-el-Kouloub, « Zaheira », dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • Les quotas betteraviers ne sont pas attachés aux terres par le règlement communautaire qui les régit. Ils peuvent l'être par les accords interprofessionnels passés entre les sucreries et les planteurs. — (Denis Barthélemy & ‎Jacques David, « Introduction », dans L'agriculture européenne et les droits à produire, sous la direction de Denis Barthélemy & ‎Jacques David, Paris : INRA, 1999, page 20)
    • Dans la nuit du 9 au 10 avril, à Escaudœuvres, près de Cambrai dans le Nord, la digue d’un bassin de décantation de la sucrerie Tereos a cédé.— (Simon Henry, Dans le Nord, un accident industriel a tué toute vie dans le fleuve l’Escaut, Reporterre, 12 mai 2020)
  2. (Canada) Cabane à sucre, érablière.
    • Mais s’occuper d’une sucrerie n’est pas seulement une partie de plaisir. « Je n’arrête pas là de la journée, et j'adore ça. »— (François Vigneault, De policier à producteur de sirop d'érable, il adore son nouveau métier, Radio Canada, 15 avril 2019)
  3. (Au singulier) L’industrie du sucre.
    • Malgré la diminution du nombre d’usines à sucre betteravières qui passe de 384 à 325 et du nombre de départements sucriers métropolitains, de 34 à 22, les progrès de la sucrerie française sont rapides.— (Sudel Fuma, Une colonie île à sucre : l'économie de La Réunion au XIXe siècle, 1er janvier 1989)
  4. (Surtout au pluriel) Friandises où il entre du sucre.
    • Il y eut un arrêt, pendant que la nappe achevait de se charger de fruits et de sucreries. — (Émile Zola, La Curée, 1871)
    • Un jour dans Fez, le Capitaine de Latte s'arrête à l'éventaire d'un marchand de sucreries arabes. — (Michel Droit, De Lattre, maréchal de France, Pierre Horay, éditions de Flore, 1952, p.21)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Sucrerie : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUCRERIE. n. f.
Fabrique de sucre. Les sucreries de la Martinique, du nord de la France. Il se dit encore de Friandises où il entre du sucre; en ce sens, il n'est guère d'usage qu'au pluriel. Je n'aime pas les sucreries.

Sucrerie : définition du Littré (1872-1877)

SUCRERIE (su-kre-rie) s. f.
  • 1Lieu où l'on fait le sucre. Deux des colléges des jésuites possèdent 300 000 moutons, six grandes sucreries, Voltaire, Mœurs, 139.
  • 2Lieu où l'on raffine le sucre. Raffinerie est plus usité.
  • 3 Au plur. Choses où il entre beaucoup de sucre, comme dragées, confitures, etc. Franchement, nous sommes une nation d'enfants mutins à qui il faut donner le fouet et des sucreries, Voltaire, Lett. Richelieu, 29 avril 1771.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Sucrerie : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SUCRERIE, s. f. (Edifice.) c’est un bâtiment solidement construit, faisant partie des établissemens où l’on fabrique le sucre. Il est toujours situé auprès du moulin ; sa grandeur est plus ou moins considérable, suivant l’équipage, c’est-à-dire le nombre des chaudieres qu’on y veut placer : quelques uns en contiennent jusqu’à sept, d’autres quatre seulement, mais les plus ordinaires sont de cinq. Ce nombre n’exige qu’un bâtiment de quarante à cinquante piés de long, sur une largeur de trente à trente-six piés, étendue suffisante pour placer les cinq chaudieres sur une même ligne le long du mur de pignon. Voyez leurs noms & l’ordre de leur position dans nos Pl. d’Œcon. rustique. Elles sont enchâssées fort exactement dans un corps de maçonnerie très-solide, sous lequel sont disposés les arceaux, le fourneau & le canal par où se communique la chaleur sous chacune des chaudieres. On peut en voir le plan & la coupe dans les mêmes Pl. Il est à remarquer que le corps de maçonnerie dont on vient de parler, surmontant considérablement le dessus des chaudieres, cet excédent doit être garni de carreaux de terre cuite, proprement joints & bien liés avec du ciment, formant des encaissemens quarrés, terminés insensiblement en rond à la partie inférieure qui joint exactement le bord de chaque chaudiere.

La surface de ce corps de maçonnerie se nomme le glacis : il doit avoir à-peu-près six à sept piés de largeur & environ six à sept pouces de pente insensible, à prendre du dessus de la plus petite chaudiere nommée la batterie, jusqu’au-dessus de la grande : cette précaution étant nécessaire pour éviter que le vaisseau, autrement la liqueur qui bout en s’élevant considérablement, ne s’épanche des grandes chaudieres dans les plus petites, dont le sirop ayant acquis une supériorité de cuisson, seroit gâté infailliblement. Le contraire ne peut causer aucun dommage. Au-devant du glacis on laisse un espace de dix piés pour la commodité des raffineurs. Le reste du bâtiment étant occupé en partie par un citerneau couvert d’un plancher volant, & en partie par les vaisseaux & ustensiles nécessaires au travail.

Sucrerie. (Habitation.) Les habitations où l’on fabrique le sucre, sont plus ou moins considérables, suivant les facultés des propriétaires : quelle que soit l’étendue du terrein d’une sucrerie, il doit être partagé en plantations de cannes, en savannes ou pâturages, en vivres & en bois. On divise ordinairement les champs de cannes par pieces de cent pas de large sur autant & même le double & le triple de longueur ; ayant attention de séparer ces pieces par des chemins bien alignés, d’environ dix-huit piés de largeur pour la commodité des charrettes ou cabrouets qui servent à transporter les cannes au moulin, lorsqu’on travaille à faire la récolte : dans toute autre saison, ces espaces peuvent être semés & plantés de manioc précoce, de patates, de pois & d’autres plantations utiles à la subsistance des esclaves. Il faut autant qu’il est possible, que la maison du maître & ses dépendances soient placées sur une hauteur d’où l’on puisse aisément découvrir ce qui se passe dans l’habitation, dont un des principaux avantages est d’être arrosée d’une riviere ou d’un ruisseau assez fort pour faire agir un moulin, auprès duquel doivent être situées la sucrerie, les cases à bagasses, la purgerie, l’étuve & la vinaigrerie ou l’endroit destiné à faire l’eau-de-vie de sucre : cette disposition s’observe toujours, même dans les établissemens où, faute d’une suffisante quantité d’eau, on est obligé de faire usage de moulins à vent ou à bestiaux. Les cases à negres doivent être situées à la portée des opérations journalieres, & disposées par rues fort larges & tirées au cordeau. On laisse entre chaque case un espace d’environ vingt piés, afin de remédier facilement aux accidens du feu, & ce vuide est toujours rempli de calebassiers ou d’autres arbres utiles.

Pour exploiter une habitation d’une grandeur moyenne, c’est-à-dire de cent quarante ou cent cinquante quarrés, de cent pas de côté chacun, le pas étant de trois piés & demi à la Martinique, & de trois piés seulement à la Guadeloupe, il faut cent à cent vingt negres compris en trois classes : dans la premiere, sont les negres sucriers ou raffineurs. La seconde renferme les ouvriers de différens métiers, comme tonneliers, charpentiers, charrons, menuisiers, maçons, & quelquefois un forgeron très-nécessaire sur les grandes habitations.

Les esclaves de la troisieme classe sont les negres de jardin, ayant à leur tête un ou plusieurs commandeurs, suivant le nombre de troupes que l’on est obligé de disperser aux différens travaux ; c’est aussi du nombre de ces esclaves que l’on tire les cabrouettiers, les négresses qui fournissent les cannes au moulin, les gardeurs de bestiaux, & ceux qui chauffent les fourneaux de la sucrerie & de l’étuve.

Quant aux domestiques de la maison, ce sont ordinairement de jeunes esclaves des deux sexes, en qui l’on apperçoit des talens & de la figure : on les entretient proprement, & les commandans n’ont aucune inspection sur leur conduite, à-moins d’un ordre exprès du maître.

Il est peu d’habitations un peu considérables qui ne soient sous la régie d’un économe blanc, lequel rend compte au maître des travaux qui se sont faits dans le cours de la journée ou pendant la nuit.

Pour traiter les negres en cas de maladie ou d’accidens, il est bon d’avoir un chirurgien à gages, sous les ordres duquel on met des négresses qui ont soin de l’infirmerie.

On a déja dit à l’article Negres considérés comme esclaves, que cette espece d’hommes est extrémement vicieuse, très-rusée & d’un naturel paresseux. Les negres, pour s’exemter du travail, feignent des indispositions cachées, affectent des maux de tête, des coliques, &c. dont on ne peut vérifier la cause par aucun signe extérieur. Cette ruse trop fréquente étant tolerée, pourroit causer beaucoup de desordre, si les maîtres n’y remédioient par des châtimens qui d’ordinaire sont trop rigoureux, inhumains, & même dangereux, car il peut se faire qu’un negre soit réellement incommodé. Le moyen le plus prudent & le plus conforme à l’humanité, est de faire enfermer le malade douteux dans une infirmerie bien close, en le privant pendant vingt quatre heures de toute nourriture, & sur-tout de tabac à fumer dont les negres ne peuvent se passer ; & comme ils abhorrent les remedes d’eau tiéde, il n’est pas hors de propos d’en faire donner trois ou quatre au prétendu malade, en lui laissant un pot de tisanne dont il peut boire à volonté. Un pareil traitement ne doit pas satisfaire un homme en bonne santé, & devient un préparatif nécessaire à celui qui réellement est malade : par ce moyen qui a été pratiqué plusieurs fois avec succés, on arrête le desordre, & l’on ne commet point d’injustice. Les maîtres prudens, humains, & qui sans bassesse, entendent leurs intérêts, ne peuvent trop ménager leurs esclaves ; ils y sont obligés par la loi & encore plus par les sentimens de leur conscience. Lisez l’extrait du code noir, dans l’article Negres considerés comme esclaves.

Il est difficile de fixer au juste le revenu annuel d’une sucrerie. L’exposition du terrein, l’inégalité des saisons, les maladies des negres, plusieurs accidens imprévus, & les variations du prix des sucres occasionnent des différences considérables. Ainsi on ne croit pas pouvoir certifier, qu’une habitation de cent cinquante quarrés en bon état, ayant un moulin à eau, cinq chaudieres montées dans la sucrerie, & bien exploitée par cent vingt negres, doit produire année commune, quarante-cinq à cinquante mille livres. Article de M. Le Romain.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sucrerie »

Étymologie de sucrerie - Littré

Sucrer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de sucrerie - Wiktionnaire

 Dérivé de sucre avec le suffixe -erie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sucrerie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sucrerie sykrǝri play_arrow

Citations contenant le mot « sucrerie »

  • Les pertes s'annoncent importantes pour les producteurs de betteraves mais pas seulement. 30% de rendement en moins pour les betteraviers selon les estimations, c'est aussi une baisse de 30% de production pour les sucreries et des conséquences sur l'emploi France Bleu, La filière betterave en danger pour Didier Blanckaert, membre du bureau de Cristal Union
  • Ces derniers jours, les camions et tracteurs se succèdent sur la route entre Montreuil, Campigneulles-les-Grandes et Airon-Saint-Vaast. Ils évacuent des dizaines de milliers de mètres cubes de terre provenant de la sucrerie Tereos à Attin. La Voix du Nord, Pourquoi ce va-et-vient de camions chargés de terre sur les routes du Montreuillois?
  • Un Collectif de riverains de Boiry s’est créé face aux nuisances sonores provoquées par la station de pompage de l’usine Tereos, en particulier la nuit. La municipalité a organisé une réunion publique avec des cadres de la sucrerie, qui ont annoncé une réponse concrète dès cet été. La Voix du Nord, Boiry-Sainte-Rictrude : la station de pompage de la sucrerie empêche les riverains de dormir
  • En colère, Frédéric Rebyffé, délégué syndical CGT à Toury, estime que cette proposition « aurait pu sauver la moitié des emplois dans cette sucrerie, qui comptait en décembre dernier 128 salariés ». Il n'a jamais cru à « la bonne volonté » du groupe Crystal Union, qui accusait à la fin du dernier exercice un déficit de 89 M€. leparisien.fr, L’inquiétude des planteurs de betterave du Loiret - Le Parisien
  • Quand le confinement a été décidé, la sucrerie ne se trouvait pas en campagne betteravière, qui a lieu entre septembre et janvier. En mars, les équipes, réduites, effectuaient les travaux de maintenance habituels. L’activité n’a donc pas été trop perturbée. L’usine a pu donner assez vite du matériel de protection (masques, vestes, charlottes) aux soignants qui en avaient besoin dans le Montreuillois. Un peu de gel hydroalcoolique a été fabriqué sur place, mais pas de façon... La Voix du Nord, La sucrerie pendant la crise sanitaire
  • Un rassemblement est prévu ce mercredi après-midi, devant la sucrerie de Toury. Le but est de convaincre Cristal Union d'arrêter le démantelement de l'établissement. Une colonne a déjà été démontée et évacuée du site, vendredi dernier. Il en reste neuf sur place. Des anciens salariés, des habitants de Toury et des alentours et des élus sont appelés à se réunir dès 17 heures, devant la sucrerie. Radio Intensité, TOURY - Nouveau mouvement pour la sucrerie ce mercredi après-midi | Radio Intensité
  • Confiserie La sucrerie, 1, route de Lyon à Arbois. Contact : www.confiserielousucreu.fr et 06 27 66 05 53 , Commerce. La Sucrerie ouvre sa boutique vendredi à Arbois | Voix du Jura
  • Caramélite : religieuse qui voue une dévotion particulière aux sucreries. De Jean-Loup Chiflet / Le Cafard laqué

Images d'illustration du mot « sucrerie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sucrerie »

Langue Traduction
Corse caramelle
Basque goxokiak
Japonais キャンディー
Russe конфеты
Portugais doce
Arabe حلويات
Chinois 糖果
Allemand süßigkeiten
Italien caramella
Espagnol caramelo
Anglais candy
Source : Google Translate API

Synonymes de « sucrerie »

Source : synonymes de sucrerie sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires